LA FACE CACHÉE DE LA PROSTITUTION

1 LE PROJET DE RECHERCHE . Mandat

2.2 Volet quantitatif

2.2.1 Le devis

Une analyse secondaire des données recueillies dans le cadre d’une vaste étude longitudinale sur les adolescentes placées en centre de réadaptation [4] a été effectuée afin d’évaluer un ensemble de difficultés – décrites ci-dessous – associées à un engagement dans des activités de prostitution. Le certificat d’éthique octroyé par le comité d’éthique de la recherche de l’Université de Sherbrooke permettait une telle analyse secondaire des données.

3 Le pourcentage cumulé ne s’applique pas puisque certaines études se retrouvent dans plus d’un thème à la fois.

Cette étude longitudinale comporte six temps de mesure qui couvrent une fenêtre de temps d’environ quatre ans et demi. D’abord, de janvier 2008 à octobre 2009, toutes les adolescentes admises au Centre jeunesse de Laval ou au Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire (CJM-IU) étaient invitées à participer à la recherche (Temps 1). Une fois qu’elles consentaient à participer à la recherche, les adolescentes étaient rencontrées individuellement pour remplir une série de questionnaires. Ensuite, les adolescentes ont été invitées à poursuivre leur participation à la recherche 3 mois (Temps 2), 6 mois (Temps 3), 12 mois (Temps 4) et 18 mois plus tard (Temps 5). Finalement, un sous-échantillon été relancé environ quatre ans et demi après l’admission au placement (Temps 6), soit au tournant de l’âge adulte. Ce sous-échantillon ciblait spécifiquement les jeunes femmes qui ont été placées dans une unité de réadaptation pendant au moins trois mois consécutifs à la suite du Temps 1 de notre étude. Ce critère d’inclusion visait l’évaluation de l’adaptation à la vie adulte chez des jeunes femmes ayant été placées en centre de réadaptation pour une durée significative au cours de l’adolescence.

Ce devis longitudinal permet d’évaluer à quel point les difficultés présentées au début de l'âge adulte (Temps 6, âge moyen = 19,4 ans) sont associées à un engagement antérieur dans la prostitution (au cours de l’adolescence, soit entre les Temps 1 et 5).

2.2.2 Les participantes

L’échantillon initial de l’étude longitudinale était constitué de 319 adolescentes placées en Centre de réadaptation (âge moyen = 15,2 ans). Cet échantillon est représentatif des adolescentes hébergées dans les Centres jeunesse des régions urbaines du Québec [4]. De ces 319 adolescentes ayant été invitées à participer à l’étude du Temps 1 au Temps 5, un sous-échantillon de 182 a été constitué pour la réalisation du Temps 6 de l’étude. Ce sous-échantillon incluait les participantes ayant été placées dans une même unité de réadaptation entre les Temps 1 et 2 de l’étude et ayant complété les questionnaires lors de ces deux temps de mesure. Le taux de rétention est très satisfaisant : 134 (74% du sous-échantillon ciblé) jeunes femmes ont rempli de nouveau les questionnaires au Temps 6.

Afin d’évaluer à quel point les difficultés présentées au début de l'âge adulte sont associées à un engagement dans la prostitution au cours de l'adolescence, deux sous-groupes ont été formés, selon que les participantes aient ou non rapporté s’être engagées dans la prostitution avant l’âge de 18 ans. Neuf participantes ont été exclues de l’échantillon, car elles ont affirmé s’être déjà impliquées dans la prostitution, mais uniquement après l’âge de 18 ans. La volonté de préserver le

devis longitudinal de notre étude justifie l’exclusion de ces participantes, la prostitution devant être survenue avant l’évaluation des difficultés au début de l'âge adulte. L’échantillon final retenu se chiffre ainsi à 125 jeunes femmes.

En moyenne, les adolescentes de notre échantillon ont été placées pour la première fois à l’âge de 13,18 ans (é.-t. = 3,20) et ont été placées 4.6 fois (é.-t. = 4,4) depuis leur naissance. Plus de la moitié avaient à leur actif un signalement jugé fondé par la Direction de la protection de la jeunesse du Québec pour une problématique de négligence (52%) et/ou de troubles de comportement (53%). Les signalements fondés pour l’agression physique, sexuelle ou psychologique subie se chiffraient respectivement à 25%, 17% et 11%. Au moment du temps 1 de notre étude, ces participantes étaient surtout placées en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse en raison de troubles de comportement (46%) ou de négligence (23%). Par ailleurs, 13% des jeunes femmes de l’échantillon ont rapporté avoir immigré au Canada. Quant à l’origine ethnique, 42% considèrent qu’au moins un de leurs deux parents est d’origine ethnique autre « blanche ».

2.2.3 Les mesures La prostitution

À chacun des temps de mesure, six questions permettaient d’évaluer l’engagement des participantes dans des activités de prostitution. Ces questions étaient les suivantes : est-ce que quelqu’un t’a offert i) de l’argent, ii) de la drogue, iii) des promesses ou iii) des cadeaux pour avoir des relations sexuelles avec toi et iv) as-tu dansé nue dans un bar ou v) dans un party privé ? La fréquence de ces activités était évaluée sur une échelle Likert en quatre points (jamais, rarement, souvent et très souvent) et renvoyait aux trois derniers mois précédant chacun des temps de mesure. Une question supplémentaire, mesurée au Temps 2, permettait d’évaluer la prévalence de chaque comportement de prostitution au cours de la vie ainsi que l’âge auquel ces comportements se sont manifestés pour la première fois. Pour opérationnaliser l’engagement dans la prostitution au cours de l’adolescence, l’ensemble des réponses obtenues du Temps 1 au Temps 5 a été comptabilisé.

Différents paramètres ont été évalués :

Prévalence : avoir rapporté s’être engagée dans au moins une activité de prostitution à l’adolescence, soit entre les Temps de meure 1 à 5. La prévalence de la prostitution au cours de l’adolescence atteint 56% (n = 70) au sein de notre échantillon

Précocité : âge auquel les activités de prostitution se sont manifestées pour la première fois. Au sein de notre échantillon, l'âge moyen au cours duquel les

activités de prostitution ont été expérimentées pour la première fois est de 15,4 ans (écart-type = 1,24).

Fréquence : la fréquence la plus élevée des activités de prostitution rapportée entre le temps 1 et le temps 5. Cet indice permet d'évaluer l'intensité maximale des activités de prostitution. Parmi les adolescentes de notre échantillon qui ont rapporté des activités de prostitution, un peu plus du tiers (36%) s'était livré "assez souvent" ou "très souvent" à ces activités au cours d'une période de leur adolescence.

Variété : parmi les six comportements de prostitution évalués, le nombre de comportements différents qui ont été rapportés. Au sein de notre échantillon, les adolescentes avaient, en moyenne, expérimenté presque la moitié des six comportements de prostitution (moyenne = 2,7 ; écart-type = 1,76).

Notre étude ne comporte pas de biais d’attrition sur le plan des données auto-rapportées spécifiques aux activités de prostitution. La prévalence des activités de prostitution rapportées entre les temps de mesure 1 et 4 ne se distingue pas selon que les participantes aient (n = 255) ou non (n= 64) complété le questionnaire du Temps 5 (X2 = 0,244 ; p = 0,361). Ces biais d’attrition sont également absents lorsque les participantes ayant (n = 134) ou non (n = 121) complété le Temps 6 sont comparées (X2 = 0,487 ; p = 0,284). C’est donc dire que malgré la perte d’un certain nombre de participantes au fil du temps, cette étude repose sur un échantillon qui demeure représentatif de l’échantillon initial en ce qui a trait aux activités de prostitution.

Les difficultés au début de l'âge adulte

Les mesures renvoient toutes à des données auto-rapportées par les participantes au Temps 6 de l'étude longitudinale au moyen d’instruments de mesure validés et pertinents à la population à l'étude. Les mesures sont décrites sommairement ci-dessous.

Conditions de vie: i) la scolarisation, l’insertion sur le marché du travail, les sources de revenus et l’absence de domicile fixe (Manuel sur l’adaptation sociale et personnelle des adolescents québécois (MASPAQ) [5].

Délinquance et comportements violents : i) les vols (MASPAQ) [5], ii) les comportements violents (Direct and Indirect Aggression Scales; DIAS) [6], adaptation francophone [7]) et iii) les comportements violents manifestés dans le contexte des relations amoureuses [8].

Consommation d'alcool et de drogues : i) la fréquence de la consommation d’alcool (Dépistage/évaluation du besoin d’aide - alcool/drogues DÉBA-A/D [9] et ii) de cannabis (Grille de dépistage de consommation problématique d'alcool et de drogues chez les adolescents et les adolescentes - DEP-ADO) [10].

Victimisation : les comportements violents subis dans le contexte des relations amoureuses [8].

Relations interpersonnelles : i) les symptômes relationnels liés aux traumas, dont l’attachement insécure (TSI-2) [11], ii) les schémas cognitifs, ou les croyances sur lesquelles se construisent les relations avec autrui, qui peuvent trahir une peur de l’abandon et du rejet, un sentiment d’incompétence, un besoin exagéré d’approbation et de dépendance aux autres (Young Schema Questionnaire-Short Form [12] et iii) le soutien social perçu (Multidimensional Scale of Perceived Social Support) [13].

La détresse psychologique : i) les symptômes liés aux traumas, dont les symptômes dépressifs et anxieux, la somatisation, les perturbations sexuelles, les symptômes de stress post-traumatique, la dissociation et les tendances suicidaires (TSI-2) [11].

La stigmatisation et l’identité : i) la stigmatisation sociale perçue (adaptation du Internalized Stigma of Mental Illness Scale) [14], ii) la difficulté à se définir une identité personnelle (TSI-2) [11] et ii) les schémas cognitifs qui dénotent des difficultés sur le plan de l'autonomie et de la compétence personnelle (Young Schema Questionnaire-Short Form) [12].

2.2.4 Les stratégies d’analyse Les analyses effectuées

Des analyses de covariance permettent d'évaluer si les difficultés présentées au début de l'âge adulte sont expliquées par l'engagement dans la prostitution à l'adolescence, en prenant en compte un ensemble de facteurs de vulnérabilité reconnu à la fois pour caractériser les clientèles en difficulté et pour augmenter le risque de s'engager dans la prostitution. Ces facteurs de vulnérabilité (qui prennent formes de variables contrôles) sont : l'immigration, l'agression sexuelle subie avant 12 ans et le nombre de placements hors de la famille. Les analyses contrôlent également pour l'âge des participantes au Temps 6 et pour la persistance de la prostitution au Temps 6.

Des analyses ont également été menées avec cette même logique pour évaluer, au sein du sous-groupe de jeunes femmes ayant rapporté de la prostitution, l’effet de la précocité, de la fréquence et de la variété des activités de prostitution.

Comment interpréter les résultats

Ces analyses permettent d'évaluer à quel point la prostitution à l'adolescence explique l'ampleur d'une panoplie de difficultés présentées au début de l'âge adulte, ceci en considérant l'effet que peut avoir l'immigration, l'agression sexuelle subie dans l'enfance, le nombre de placements ayant ponctué le parcours de vie, de même que la présence continue d'activités de prostitution après l'âge de 18 ans.

Autrement dit, ces analyses permettent d'isoler l'effet spécifique de la prostitution à l'adolescence et de ne pas confondre l'effet de la prostitution avec les effets qui pourraient être attribuables à d'autres facteurs de vulnérabilité.

La taille des effets : La taille des effets (coefficient d) a été calculée selon les paramètres définis par Cohen [15]. Les tailles d'effet sont faibles si elles sont inférieures à 0,30, modérées si elles se situent entre 0,30 et 0,50 et fortes si elles vont au-delà de 0,50.

Les rangs percentiles : Les résultats sont illustrés sous la forme de figures au moyen de rangs percentiles. Puisque tous les instruments utilisés pour évaluer les conséquences de la prostitution n’avaient pas la même échelle de mesure, les résultats ont été standardisés sous une seule échelle de mesure afin de favoriser la compréhension des résultats d’une section à une autre. Un percentile représente chacune des 99 valeurs qui divisent les données triées en 100 parts égales, de sorte que chaque partie représente 1/100 de l'échantillon. Le 50e percentile représente le résultat médian. Les rangs percentiles permettent de situer le rang moyen de chaque groupe à l’étude, selon la présence ou non de prostitution. Plus le rang percentile moyen du groupe de femmes impliquées dans la prostitution s’éloigne du rang percentile moyen des femmes non impliquées dans la prostitution, plus grandes seront les difficultés rapportées par les femmes en situation de prostitution.

2.3 Volet qualitatif

Dans le document La face cachée de la prostitution : une étude des conséquences de la prostitution sur le développement et le bien-être des filles et des femmes (Page 33-38)