Que les femmes impliquées dans la prostitution puissent entamer une démarche d'actualisation de soi

Dans le document La face cachée de la prostitution : une étude des conséquences de la prostitution sur le développement et le bien-être des filles et des femmes (Page 149-152)

LA FACE CACHÉE DE LA PROSTITUTION

4 RÉSULTATS DU VOLET INTERVENANTES

4.2 Les souhaits des intervenantes pour le devenir des femmes impliquées dans la prostitution

4.2.3 Que les femmes impliquées dans la prostitution puissent entamer une démarche d'actualisation de soi

Plusieurs intervenantes ont discuté des souhaits rappelant un processus d'actualisation de soi. Les intervenantes étaient nombreuses à souhaiter que les femmes impliquées dans la prostitution arrivent à se réaliser, à s'accomplir et à s'épanouir. Ce faisant, elles arriveraient à se sentir fières d’elles et valorisées. Selon les différents propos émis par les intervenantes, cette actualisation de soi nécessiterait d'abord que les femmes impliquées dans la prostitution se connaissent mieux en tant que personnes, mais aussi qu'elles reconnaissent leur propre valeur en tant que personnes.

Je pense de retrouver un équilibre, de retrouver une certaine fierté de ce qu'on est, pis de se trouver une identité aussi. De retrouver son identité. Ouais, ça, c'est important parce que ce concept-là souvent... on est tout le temps accessoire, on fait partie de quelque chose, mais... C'est quoi mon rôle à moi? C'est quoi mon identité à moi? Je suis qui, moi? Pis c'est quoi mes intérêts, t’sais? Pas les objectifs que mes parents m'ont fixés, c'est quoi mes objectifs à moi? […] Je dis ça pis j'ai une femme en tête qui nous disait « Je ne sais plus être ». Elle a été dépossédée, elle a tellement été...

contrainte à devoir accepter qu'elle n'existait pas, qu'elle était accessoire. Que quand elle est sortie elle dit « Je ne sais plus être, je ne sais plus quoi dire, je ne sais plus... j'ai constamment besoin que quelqu'un me dise, me dicte c'est quoi la suite ».

… qu’elles puissent s’affirmer, sans avoir peur de parler… L’affirmation de soi là, que la personne puisse se lever debout, de dire « Moi, qu’est-ce que je veux ? Moi, je suis qui ? » Cette définition-là, parce qu’elles deviennent perdues, ces personnes-là… Affirmation de soi et de découvrir qui qu’on est pis se l’affirmer là… elles ne se connaissent pas ...

Parce que c'est quand tu es mieux dans ta peau tu peux faire un paquet d'affaires. Quand tu apprends à t'aimer, juste un petit peu par petit peu, tu peux faire un paquet de choses dans ta vie. Mais ça commence par soi-même. Si tu le sais même pas toi-même comment faire... que toi-même tu te regardes comme si tu serais un tas de merde. C'est pas ben ben valorisant dans la vie là. Ça avance pas fort. Tu sais... ça avance vraiment pas fort.

Le développement de l'estime de soi était dès lors identifié comme étant indispensable à l'accomplissement de soi (Jessica, Joanie, Audrey, Élise, Mélissa).

C'est ainsi que plusieurs intervenantes (Caroline, Cindy, Joanie, Sophie, Jessica) ont mentionné qu'elles souhaitaient que les femmes arrivent à s'apprécier et à se respecter.

C’est sûr que tout ça est lié, en fait là… pour être épanouie, il faut avoir une bonne estime, pour pouvoir s’accorder de la valeur, pour pouvoir faire les choses pour nous-mêmes, se choisir, prendre soin de soi, l’estime rentre là-dedans aussi. Donc, c’est important de pouvoir reconnaître et s’apprécier, reconnaître sa valeur, s’apprécier.

Parce que l’estime de soi, ça se travaille, oui, par la connaissance de soi, mais ça se travaille aussi quand on fait quelque chose dans laquelle on se trouve bonne. Pis probablement que la prostitution doit leur apporter une certaine estime de soi… par contre, qui reste au niveau superficiel. Alors, si elles arrivaient à se voir autrement qu’un corps à offrir à quelqu’un, comme… je ne sais pas, moi, une tête ou un cœur, par exemple, si elle fait quelque chose dans laquelle elle utilise son cœur… [...] Donc, elle est valorisée par quelque chose d’autre que son corps. Ça pourrait leur redonner de l’espoir qu’elles valent quelque chose, qu’elles sont bonnes à quelque chose d’autre là, puis de plus valorisant, de plus respectueux, aussi.

Dans ce processus d'actualisation de soi figurait enfin la reprise de la confiance en soi (Geneviève, Audrey) afin d'être en mesure de s'affirmer (Jessica, Mélissa,

Émilie, Joanie), mais aussi, de se sentir capable d'atteindre ses buts (Geneviève, Amélie, Audrey, Sabrina).

Ben, parce qu’en se faisant confiance, ben elle va faire des choix pour elle et non pas pour les autres. Si elle se fait confiance … ça va être ses choix pour elle et non pas pour… « Non, mais qu’est-ce que tu en penses si je ferais ça… » Tu sais, non, elle se fait assez confiance pour dire : non. Pour moi, ce qui est bon, c’est ça. Fait qu’elle est capable de s’affirmer.

Pour qu'elles puissent se sentir capables d'atteindre leurs buts, finalement, si tu as pas confiance en toi... tu vas avoir plus de difficultés [...] que tu puisses rebâtir au moins une confiance ou...

juste pouvoir te dire... ben tu sais... tu sais je me trouve belle, je trouve que je suis forte, je trouve que je suis courageuse... c'est toutes des petites choses qui vont aider, je pense, pour atteindre les buts.

En contrepartie, près des deux tiers des intervenantes ont exprimé de sérieuses craintes à l'égard des répercussions de la prostitution dont elles sont témoins sur le bien-être des femmes. À cet effet, plusieurs ont mentionné avoir peur que les femmes soient « envahies par les séquelles de la prostitution » (Cindy), qu'elles se sentent détruites, tristes ou malheureuses (Isabelle, Caroline, Joanie), qu’elles ne prennent plus soin d’elles (Mélissa, Geneviève, Caroline), que leur estime de soi se détériore (Amélie, Mylène, Maude). Plus encore, le tiers des intervenantes affirmaient avec impuissance leur crainte véritable que certaines femmes perdent espoir au point de vouloir mettre fin à leur vie (Karine, Caroline, Sabrina, Audrey, Isabelle, Émilie, Geneviève).

Tu arrêtes de prendre soin de toi … à force de vivre de la violence, à force de te faire violer, te faire voler, à force de pas avoir personne…

Un moment donné, ça te donne même plus de valeurs, tu as de la difficulté à avoir de la valeur, puis un moment donné, tu arrêtes de prendre soin de toi.

Parce que quelqu’un qui abandonne tout espoir, c’est un peu comme une mort physique, puis l’abandon de l’espoir, c’est comme une mort psychologique.

Ben c'est sûr que j'ai peur qu'elles abandonnent, qu'elles lâchent prise sur elles-mêmes. Qu'elles acceptent la situation qui les tue à petit feu.

C'est ça, qu'elles arrêtent d'y croire... tu sais on voit souvent ça, des

gens qui se laissent aller devant une situation... c'est jusque, jusqu'à mort s'en suive là, ça va les tuer, là.

4.2.4 Que les femmes impliquées dans la prostitution trouvent une paix

Dans le document La face cachée de la prostitution : une étude des conséquences de la prostitution sur le développement et le bien-être des filles et des femmes (Page 149-152)