Une cour à l'épreuve de la conquête : la société curiale et Naples, capitale d'Alphonse le Magnanime (1416-1458)

1133 

Texte intégral

(1)

HAL Id: tel-01144965

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01144965

Submitted on 23 Apr 2015

HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of sci-entific research documents, whether they are pub-lished or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers.

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

Une cour à l’épreuve de la conquête : la société curiale et

Naples, capitale d’Alphonse le Magnanime (1416-1458)

Roxane Chilà

To cite this version:

Roxane Chilà. Une cour à l’épreuve de la conquête : la société curiale et Naples, capitale d’Alphonse le Magnanime (1416-1458). Archéologie et Préhistoire. Université Paul Valéry - Montpellier III, 2014. Français. �NNT : 2014MON30074�. �tel-01144965�

(2)

!"#$%&"'()*&(#+,-$%'&.$/"(0*1#(2*#"&3(- Montpellier III et

#+,-$%'&.$/4(5'6#$(7/15$(5$(8*)9#$(- Federico II

0&")*&"'(*1(.'$-(5'(#+":9#'(59:/9&*#'(;*-61'.<(#$//"&*/1&'.<(:1#/1&'.<(:$%$#$.*/$9-.( (ED 58) e/(5'(#+1-$/"(5'(&':='&:='(>'-/&'(5+"/15'.(?édiévales de Montpellier (CEMM,

EA 4583)

Scuola di Dottorato in Scienze Storiche, archeologiche e

storico-artistiche, corso di Dottorato in Storia, indirizzo Storia della società

europea (XXVI ciclo)

Spécialité : Histoire médiévale

Présentée par Roxane Chilà

Soutenue le 29 novembre 2014 devant le jury composé de

Mme Elisabeth CROUZET-!"#"$%&!'()*++*,'&-&./0123*'+245& Paris-Sorbonne

M. Roberto DELLE DONNE, Professore associato presso ./0123*'+24-&6*7.2&84,92&92&$:;(.2&<*9*'2=( II M. Patric>&?@AA@%&!'()*++*,'&-&./0123*'+245&!:,.&#:.5'B&- Montpellier III Directeur M. 6*12+&CD$EFG%&!'()*++*,'&-&./0123*'+245&A,H2I'*&- Lyon II M. E:=J,*+&!"#@FG%&!'()*++*,'&-&./0123*'+245&9*&!:'2+&D+4&- Créteil - Val de Marne

M. Francesco SENATORE, Professore :++(=2:4(&;'*++(&./0123*'+24-&

Degli Studi di Napoli Federico II Directeur

Volume 1 : Texte

!"#$%&!'$($)*+,'#!-#$.#$)/$%&"0!12# : LA

SOCIÉTÉ CURIALE ET NAPLES, CAPITALE

.*/),3&"4#$)#$5/6"/"75#$89:9;-1458)

(3)
(4)

3

R

EMERCIEMENTS

E*& 1/:,':2+& ;:+& ;,& 12& +,& H*1*'& =*& 4':3:2.& -& 4*'H*& +:1+& ./:29*& ;'5=2*,+*& 9*& H*+& directeurs de recherche, les Professeurs Patrick Gilli e4&<':1=*+=(&8*1:4('*%&-&./,123*'+245&!:,.& Valéry ! Montpellier @@@& *4& -& ./0123*'+24-& 6*7.2& 84,92& 92& $:;(.2& ! Federico II. Leurs indications ont nourri cette thèse, qui doit aussi beaucoup à leur soutien sans faille dans les péripéties administratives qui j:.(11*14&.*&;:'=(,'+&9/,1*&9(=4(':14*K&L,/2.+&4'(,3*14&2=2&*4&*1& ;'*H2*'&.2*,&./*M;'*++2(1&9*&H:&;.,+&323*&7':424,9*K

E/:2&*,&57:.*H*14&.:&=N:1=*&9*&O515)2=2*'&9*+&92+;(+242)+&9/21+424,42(1+&J,2&(14&P(,5&,1& rôle crucial dans ma formation et la réalisation de cette thèse Q&./R=(.*&$('H:.*&8,;5'2*,'*&9*& AB(1&H/:&:44'2O,5&,1&=(14':4&9(=4(':.&*))*=4,5&-&./0123*'+245&!:,.&#:.5'B-Montpellier III, où P/:2&21457'5&./5J,2;*&9,&S*14'*&9/R4,9*+&C59253:.*+&9*&C(14;*..2*'&TSDCC&! EA 4583) et le 95;:'4*H*14&9/N2+4(2'*K&A:&=N:.*,'&9*&./:==,*2.&9(14&P/:2&O515)2=25&-&C(14;*..2*'&):24&;:'42*&9*+& H*2..*,'*+& *M;5'2*1=*+& :++(=25*+& -& =*& 4':3:2.K& A*& SDCC& *4& ./,123*'+245& !:,.& #:.5'B& ())'*14& :,M& H592532+4*+& 9/*M=*..*14*+& =(19242(1+& 9*& 4':3:2.%& -& =(HH*1=*'& ;:'& ,1& +(,42*1& )21:1=2*'& im;('4:14%&:,J,*.&2.&):,4&:P(,4*'&.*+&'*++(,'=*+&9/,1*&O2O.2(4NIJ,*&,123*'+24:2'*&9(14&./2145'U4& *4&./:H;.*,'&9,&)(19+&H5'24*nt 9/U4'*&+(,.2715+K

A/R=(.*&)':1V:2+*&9*&W(H*%&*1&H/(=4'(B:14&4'(2+&H*1+,:.245+&9*&O(,'+*%&H/:&;*'H2+&9*& passer un temps précieux à 4(,+& ;(214+& 9*& 3,*& -& $:;.*+%& (X& P/:2& 4(,P(,'+& ;,& O515)2=2*'& 9*+& O(11*+& =(19242(1+& 9/N5O*'7*H*14& 9*& .:& foresteria du Centre Jean Bérard. Je tiens donc à exprimer ici ma gratitude à cette institution, en particulier au directeur des études médiévales Stéphan*& ?2(:112K& A:& 7*142..*++*& 9*& 6:H2:1(& ?:*4:1(%& 9*& ./"'=N232(& 92& 84:4(& 9*& $:;.*+%& *13*'+&.*+&32+24*,'+&54':17*'+%&9(24&57:.*H*14&9/U4'*&+:.,5*K&";'I+&,1&+5P(,'&*1&S:4:.(71*&9:1+& .*& =:9'*& 9/,1*& :29*& +;5=2)2J,*& 9*& .:& S:+:& 9*& #*.YZJ,*Z%& H(1& '*=',4*H*14& =(HH*& H*mbre scientifique de cette institution a représenté la chance décisive de réaliser ce travail en me )(19:14&-&;:'4+&57:.*+&+,'&.*+&+(,'=*+&24:.2*11*+&*4&2O5'2J,*+K&8:1+&9(,4*&=*&;'(P*4&1/:,':24&;:+& 3,&+(1&4*'H*&+2&P*&1/:3:2+&;:+&*,&.:&':'*&(;;('4,1245&9*&;asser deux ans en Espagne. Il me faut remercier particulièrement les directeurs successifs des études anciennes et médiévales, Daniel Baloup et Laurent Callegarin pour leur bienveillance, leurs conseils et leurs *1=(,':7*H*14+%&:21+2&J,*&<.(':&A('*14*K&A/@nstitució Mila i Fontanals (CISC) de Barcelone H/:&'5+*'35&,1&:==,*2.&N('+&;:2'&;*19:14&H(1&+5P(,'&=:4:.:1 : je tiens à remercier Pere Verdes J,2&H/:&;*'H2+&9*&O515)2=2*'&9/,1&*+;:=*&9*&4':3:2.&:,;'I+&9*+&:,4'*+&H592532+4*+%&:21+2&J,*& Roser Salicrú et Manuel Sanchez.

6*;,2+& .*+& ;'5H2=*+& 9,& ;'(P*4& 9*& 4NI+*%& P/:2& '*V,& 9*& 1(HO'*,M& :32+%& =(1+*2.+& *4& 2192=:42(1+& O2O.2(7':;N2J,*+%& :++('42+& 9/*1=(,':7*H*14+& J,2& H/(14& :295& -& :))*'H2'& ,1*& confiance souvent vacillante en ma capacité à le mener à terme [& P/*M;'2H*& 2=2 toute ma gratitude à Étienne Anheim, Alexandra Beauchamp, Stefano Cingolani, Teresa Gemma

(5)

4

Colesanti, Rita Costa Gomes, Antoni Furió, Thomas Granier, Amedeo Feniello, Armand Jamme, Denis Menjot, Joan Molina, María Narbona Cárceles, Germán Navarro Espinach, Marylin Nicoud, Stéphane Péquignot, Maria Elisa Soldani et Mélanie Traversier.

L,*&=*&+(24&9:1+&.*&=:9'*&9,&.:O(':4(2'*&P,12('&#2.C"&9*&./R=(.*&$('H:.*&8,;5'2*,'*& 9*& AB(1%& ='55& -& ./21242:423*& 9*& <'595'2=& #24(,M& *4& 6:329& 8:++,-Normand, ou de mes pérégrinat2(1+&9:1+&.*+&:'=N23*+&*4&.*+&O2O.2(4NIJ,*+%&P/:2&4(,P(,'+&;,&=(H;4*'&+,'&./:H2425&*4& ./:29*&9*&P*,1*+&9(=4*,'+&*4&9*&9(=4(':14+&9(14&.:&7515'(+245&:&*1'2=N2&-&4(,+&;(214+&9*&3,*&=*& travail : Guillermo Arquero, Joana Barreto, Florence Berland, Jean-Baptiste Delzant, Julia Conesa, Léonard Courbon, Germán Gamero Igea, Alejandro Martínez Giralt, Nicolas Pluchot, Clémence Revest, Sebastian Roebert, Enza Russo, David Sassu-Normand, Henri Simmoneau, et Esther Tello.

Certains amis ont su jouer tous les rôles pendant ces dernières années, et particulièrement Hélène Ménard, mon amphitryon montpelliérain. Elle a été, avec Amandine Bance, Cyril Courrier, Camille Gerzaguet, Simon Godard, Thibaud Lanfranchi, Julien Monerie et Cédric Quertier, de ces amis indispensables q,2& (14& :==(H;:715& 9/,1& O(,4& -& ./:,4'*&.*&=N*H21&9*&=*44*&4NI+*&J,2&.*,'&9(24&O*:,=(,;K

Mes parents et mes beaux-;:'*14+&J,2&1/(14&H51:75&12&.*,'+&*1=(,':7*H*14+&9,':14&.:& préparation de cette thèse, ni leurs batteries de casseroles pour nous offrir, à Olivier et moi, des séjours reconstituants à Montceau-les-Mines et Sarreguemines. Ce travail est pour eux, O2*1&J,*&P*&9(,4*&)('4&J,/2.&9*32*11*&.*,'&.23'*&9*&=N*3*4K

Les mots me manquent pour remercier ici mon époux Olivier, qui a tout partagé de ces dernières années et de ce travail, magnanime.

(6)

5

I

NTRODUCTION

/:'=& 9*& S:+4*.1,(3(& -& $:;.*+& *+4& .*& H(1,H*14& ;:'& *M=*..*1=*& :++(=25& -& Alphonse le Magnanime Q& (1& B& 3(24%& +,'& ./*14:O.*H*14%& .*& '(2& :++2+& 9:1+& ,1& char triomphal. Par cette commande, Alphonse #%& '(2& 9/"'agon, deuxième représentant de la dynastie des Trastamare ayant succédé en 1412 à celle des comtes de \:'=*.(1*%&:&):24&7':3*'&9:1+&.*&H:'O'*&.*&4'2(H;N*&-&./:142J,*&J,/2.&:&=5.5O'5&9:1+&.*+&',*+&9*& Naples en février 1443. Ce triomphe célébrait sa conquête du royaume de Naples, au terme de presque vingt ans de guerre intermittente contre les prétendants angevins à la succession de la reine Jeanne @@K& D1& ;:++:14& +(,+& ./:'=& ;(,'& *14'*'& 9:1+& .:& )('4*'*++*%& .*& 32+24*,'& *+4& H2+& *1& position de rejouer cet événement emblématique du règne du « roi qui a fait la Renaissance à Naples »1 Q&2.&95)2.*&*14'*&,1*&N:2*&9/N(HH*+&*1&:'H*+K&D1&*))*4%&9*&;:'4&*4&9/:,4'*&9,&;:++:7*%&

des groupes de combattants en haut relief forment un public immobile. Leurs regards se perdent au-dessus de la tête du visiteur, absorbés dans la contemplation séculaire du triomphe 9/".;N(1+*& .*& C:71:12H*K& !'5=595& 9*& H,+2=2*1+& -& =N*3:.%& 9*& 4'(H;*44*+%& .*& =('4I7*& *+4& magnifique Q&J,:4'*&=N*3:,M&42'*14&.*&=N:'&'(B:.&(X&)27,'*&./*HO.IH*&):3('2&9,&;'21=*, le siège ;5'2..*,MK&A*&=N:'&*+4&+,232&9/,1&=('4I7*&9*&;*'+(11:7*+&9*&N:,4&':17 ; on y distingue même ,1& :HO:++:9*,'& -& .:& 4*1,*& ('2*14:.*K& 82& .*& '(2& *+4& .*& ;(214& )(=:.& 9*& ./:'=& +=,.;45%& =*& 9*'12*'& offre, à travers ces nombreuses figures, des motifs de contemplation sans fin. Les soldats sous ./:'=& +(14& ;:'42=,.2I'*H*14& ):+=21:14+%& =:'& ;.,+& ;'(=N*+ ; on peut admirer leurs cuirasses =2+*.5*+%&.*+&32+:7*+&P,3512.*+&(,&H:'J,5+&;:'&./*M;5'2*1=*K&01*&12=N*%&+24,5*&4(,4&:,&)(19&9*& ./*+;:=*& +(,+& ./:'=& (X& +*& 4'(,3*14& .*+& +(.9:4+%& :O'24*& 9/:,4'*+& ;*'+(11:7*+& J,*& .*& 32+24*,'& 92+4':24&1*&3(24&;:+K&]&7:,=N*%&,1&*==.5+2:+42J,*%&;'5=595&9/,1&+*'324*,'&;('4:14&+(1&=N:;*:,& de cardinal [&-&9'(24*%&9/:,4'*+&=.*'=+%&9/:;;:'*1=*&H(9*+4*%&9:1+&,1*&:4424,9*&'*=,*2..2*K&6*+& ouvertures en trompe-./^2.&;':42J,5*+&:,&)(19&9*&.:&12=N*&;'5+*14*14&9*+&32+:7*+&! la foule, les anonymes, des serviteurs peut-être ! observant eux aussi le cortège.

S(HH*& .*& H(14'*& ,1*& (O+*'3:42(1& :44*1423*%& ./:'=& 9*& S:+4*.1,(3(& '*;'5+*14*& .*& triomphe du nouveau roi en convoquant tous ses acteurs. Il célèbre la victoire et les vertus 9/,1&;'21=*&*1& B&:++(=2:14&+*+&+(.9:4+&*4&+*+&+*'324*,'+%&*4&.*+&N(HH*+&9,&'(2&+(14&9:1+&,1*&

1 E. DE ROSA, Alfonso !"#$%&'()*' : il re che ha fatto il Rinascimento a Napoli%&$:;.*+%&CK&6/",'2:%&_``aK

L

(7)

6

position ambivalente, à la fois acteurs et spectateurs. La dynamique des regards représentés et +,+=245+&;:'&./:'=&;.:=*&.*&'(2&:,&=^,'&9/,1*&53(=:42(1&9*&.:&=(,'&*1&':==(,'=2K

« Cour » est pourtant un terme que nous éviterons souvent dans ce travail, pour lui ;'5)5'*'&=*,M&9/Nb4*.&'(B:.%&(,&9*&+(=2545&=,'2:.*K&A*&;'(P*4&9*&=*44*&4NI+*&*+4&9/étudier la cour 9/".;N(1+*&.*&C:71:12H*&*1&;('4:14&,1*&:44*142(1&;:'42=,.2I'*&:,M&'5:.245+&21+424,42(11*..*+%& +(=2:.*+& *4& +;:42:.*+& 9*& ./*14(,':7*& '(B:.%& *1& 157.27*:14& 3(.(14:2'*H*14& .:& .57*19*& 9('5*& 9,& « roi qui a fait la Renaissance à Naples », ainsi que .:&=N'(1(.(72*&9/,1&'I71*&+(,3*14&.,&:,& ;'2+H*&9*&./:==,.4,':42(1&'5,++2*&9,&=(1J,5':14&:,&3*14&1(,3*:,&N,H:12+4*%&'*1(,:14&:3*=&.:& langue et exhumant les textes des Anciens1. Les historiographes et thuriféraires du roi ont

construit leur propre légende en le mettant en scène en patron éclairé des studia humanitatis. À cette image dorée est associé un revers plus sombre, avec le règne de son héritier Ferrante. Ce fils illégitime et réputé cruel, héritier du trône italien, est en butte par deux fois à ./(;;osition des barons du Regno. Notre démarche prend ses distances avec le grand récit de la réussite culturelle dynastique pour chercher à reconstituer le fonctionnement de la cour du C:71:12H*& 1(1& -& 4':3*'+& +*+& 4U4*+& 9/:))2=N*& N,H:12+4*+%& H:2+& ;:'& ,1*& ;.(17ée dans la +(=2(.(72*& 3:'25*& 9/,1*& 21+424,42(1& 9(14& (1& =N*'=N*':& -& '*19'*& ;'5=2+5H*14& =(H;4*& 9*+& 53(.,42(1+& *4&9*&.:&=(H;.*M245K& A/N2+4(2'*&9*&./*14(,':7*&9,&'(2&1*&+:,':24&+*&'5+,H*'& -&,1*& série de prestigieux latinistes et hellénistes. Nous nous appuyons bien entendu sur la florissante historiographie de la Naples humaniste, mais en ne prétendant y contribuer que pour éclairer son contexte institutionnel et social. Nous ne renoncerons pas complètement au 4*'H*&9*&=(,'%&H:2+&*1&*++:B:14&9/*1&):2'*&,1&,+:7* ;'5=2+&T:,&+*1+&)21:1=2*'&=(HH*&=/*+4&.*& =:+& 9:1+& .*+& +(,'=*+%& .*& =:+& 5=N5:14c%& :)21& 9/5324*'& 9/2H;('4*'& 9:1+& ./@4:.2*& :':7(1:2+*& 9,& milieu du XVe siècle des représentations anachroniques, issues notamment du très fameux

Livre du courtisan de Baldassare Castiglione.

U

N RÈGNE À L

+

ÉPREUVE DE LA CONQUÊTE DU ROYAUME DE

N

APLES

La première couronne qui a paru promise à Alphonse le Magnanime est celle de Castille : à sa naissance en 1396 à Medina del Campo, son père Ferdinand de Trastamare est

1 La dernière annexe du volume 2 de ce travail présente sous forme de chronologie les événements essentiels à la

=(H;'5N*1+2(1&9,&'I71*%&-&;:'42'&9*&./:==*++2(1&9,&;I'*&9/".;N(1+*&:,&4'b1*&9/"':7(1%&P,+J,/-&+:&H('4&-&$:;.*+& en juin 1458.

(8)

7

le premier successible au trône de son frère aîné, Henri III le Maladif1. Sa mère, Léonor

9/".O,J,*'J,*%&:&:;;('45&9:1+&.:&=('O*2..*&9*+&1(=*+&.*&;.,+&3:+4*&9(H:21*&)5(9:.&9*&S:+42..*K& S/*+4&*1&de`f%&:3*=&.:&1:2++:1=*&9,&),4,'&E*:1 II, que la branche cadette des Trastamare voit .:&;*'+;*=423*&9/,1&=(,'(11*H*14&+/5.(271*'%&O2*1&J,*&<*'921:19&*M*'=*&.:&'57*1=*&*1&S:+42..*& ;(,'& +(1& 1*3*,K& D1& +*;4*HO'*& ded`%& .:& ;'2+*& 9*& .:& 32..*& 9/"14*J,*':& -& ./5H2':4& 1:+'29*& 9*& Grenade rend son nom fameux dans la chrétienté, alors que, quatre mois auparavant, le dernier représentant de la dynastie de Barcelone est mort sans héritier en Aragon. Ferdinand 9*& G':+4:H:'*%& ;'54*19:14& :,& 4'b1*& :':7(1:2+& ;:'& .*+& )*HH*+& T2.& *+4& ./,1& 9*+& ;*424+-fils de Pierre @#& .*& S5'5H(12*,Mc%& :,'5(.5& 9*& .:& 32=4(2'*& 9/"ntequera et soutenu par le prédicateur valencien Vincent Ferrier, est choisi en juin 1412 par les représentants des composantes de la =(,'(11*&9/"':7(1%&'5,12+&-&S:+;*%&;(,'&95=29*'&.*J,*.&9*+&;'54*19:14+&:3:24&.*&H*2..*,'&9'(24& au trône. Le 3 septembre 1412, Ferdinand de Trastamare prête serment à Saragosse, et quatre jours plus tard Alphonse également, en tant que primogenit (prince héritier). Il est marié en P,21&dedf&-&+:&=(,+21*&C:'2*&9*&S:+42..*%&*4&+,==I9*&-&+(1&;I'*&+,'&.*&4'b1*&9/"':7(1&*1&:3'2.& 1416.

6I+& .*& ;'214*H;+& de_`%& ".;N(1+*& +/*HO:'J,*& ;(,'& .:& S('+*%& 32:& C:P('J,*& *4& .:& 8:'9:271*%& :)21& 9/B& =(14*+4*'& ;:'& .*+& :'H*+& .:& +,;'5H:42*& 751(2+*& +,'& ./g.*K& ".('+& J,*& ./*M;59242(1&*+4& H:.&*17:75*%&"14(12(&S:':==2(.(&T924&C:.2Z2:c&32*14&9*&$:;.*+&;'(;(+*'& au roi de secourir la reine Jeanne @@&9*&$:;.*+%&1/:B:14&;:+&9/N5'242*'&.57242H*%&=(14'*&.*+&;'(P*4+& 9,&;:;*&J,2&=N*'=N*&-&.,2&2H;(+*'&A(,2+&9/"1P(,&=(HH*&+,==*++*,'K&A/:9(;42(1&9/".;N(1+*& par la reine et sa succession dans le royaume de Naples viendraient récompenser son éventuel engagement. Puisque la Sicile est sous domination de la couronne aragonaise depuis 1284, les Trastamare avaient déjà envisagé de faire entrer Naples dans leur orbite territoriale en proposant à la reine en 1415 une alliance matrim(12:.*&:3*=&E*:1%&.*&)'I'*&=:9*4&9/".;N(1+*K& S*44*&;'(;(+242(1&9/:9(;42(1&'*.:1=*&+(,+&.*+&H*2..*,'+&:,+;2=*+&.*&;'(P*4%&:,J,*.&.*&'(2&:9NI'*& :3*=& *14N(,+2:+H*K& !(,'4:14%& *14'*& ./:''235*& 9,& '(2& -& $:;.*+& *1& P,21& de_d& *4& .*& ;'214*H;+& 1423, la mésentente entre la reine Jeanne @@%& J,2& :& =(1)25& ./*M*'=2=*& 9,& ;(,3(2'& -& 8*'72:112& S:':==2(.(%& *4& ".;N(1+*& 9*32*14& ;:4*14*%& 9*& +('4*& J,/*..*& '*1(1=*& -& ./:9(;4*'& :,& ;'()24& 9,& =:1929:4&;(142)2=:.%&A(,2+&9/"1P(,K&D1&(=4(O'*&de_h%&".;N(1+*&J,244*&./@4:.2*&*1&1*&=(1+*'3:14& que quelques garnisons dans Naples, et regagne ses terres ibériques.

1 Cf. A. RYDER, Alfonso the Magnanimous, King of Aragon, Naples and Sicily, 1396-1458, Oxford, Clarendon

(9)

8

De 1424 à 1432, le Magnanime doit composer avec les importants conflits contre la Castille suscités par ses frères, Jean et Henri, qui prétendent, du fait des immenses possessions castillanes de leurs parents, dont ils sont les héritiers, jouer un rôle prépondérant dans le gouvernement de leur cousin Jean @@K&01*&7,*''*&:3*=&.:&S:+42..*&5=.:4*&-&./545&de_i%&:,&4*'H*& de laquelle les fiefs castillans des Trastamare sont perdus, et qui consacr*& ./21).,*1=*& 9,& privado Alvaro de Luna sur Jean II. Au printemps 1432, le Magnanime rembarque une armée *1&C5924*'':15*%&J,/2.&O:+*&*1&82=2.*%&9/(X&2.&('7:12+*&9*,M&':29+&=(14'*&6P*'O:&*4&G,12+K&@.&*+4& toujours en Sicile quand Jeanne @@& 9*& $:;.*+& ./:9(;4* secrètement en 1433. Le projet 1:;(.24:21&+*&;'5+*14*&+(,+&,1&P(,'&9*+&;.,+&):3(':O.*+&J,:19&A(,2+&9/"1P(,&H*,'4&*1&dehe& alors que son frère et héritier, René, est prisonnier du duc de Bourgogne. La reine Jeanne, elle, meurt en février 1435. Alors que le royaume de Naples semble ne pas pouvoir échapper au roi 9/"':7(1%&.*+&N:O24:14+& 9*&?:I4*%&:++2575+%&)(14& :;;*.&-&?U1*+&J,2&21).27*&,1*&+;*=4:=,.:2'*& 95'(,4*& -& .:& ).(44*& 9/".;N(1+*K& A:& J,:+2-4(4:.245& 9*& .:& ).(44*& *4& 9*& ./:'H5*& +(14& =:;4,'5+%& B& compris le roi, qui est envoyé à Milan (Filippo Maria Visconti est le suzerain de Gênes). Ce 7':3*&'*3*'+&'59,24&;'*+J,*&-&15:14&./:3:1=*&9/".;N(1+*&9:1+&.:&=(,'+*&:,&4'b1*&1:;(.24:21%& H:.7'5& ./:..2:1=*& J,/2.& =(1=.,4& :3*=& #2+=(142%& =:'& 2.& :& .:2++5& .*& 4*H;+& -& W*15& 9/"1Pou de racheter sa liberté et de nouer une solide alliance avec le pape Eugène IV. Plusieurs années de 7,*''*& 214*'H244*14*& +/*1+,23*14%& 9,':14& .*+J,*..*+& .*+& =:;:=245+& )21:1=2I'*+& 9*& ./"17*321& +/5'(9*14&;'(7'*++23*H*14%&=*&J,2&3:,4& :,&C:71:12H*&.*&':..2*H*nt progressif de la plupart des feudataires du royaume de Naples. En juin 1442, Naples est prise et la conquête du royaume achevée. Lors de la tenue du premier parlement à Naples, ouvert le 28 février 1443, il obtient la reconnaissance de son fils illégitime Ferdinand (Ferrante) comme héritier de son royaume italien.

La fin de la guerre de conquête ne signifie pas pour autant la fin des opérations militaires : dans les Abruzzes les troupes royales sont en lutte contre Francesco Sforza, en Calabre contre Antonio Centelles, baron révolté. Les développements de la guerre contre Sforza amènent le Magnanime aux portes de Rome en 1446, et son alliance avec Visconti à *14'*'&*1&7,*''*&=(14'*&#*12+*&*4&<.('*1=*&*1&deeaK&A:&=:H;:71*&4(+=:1*&1/:&;'(9,24&:,=,1& bénéfice tangible quand le roi rentre à Naples en novembre 1448. À partir de cette date, le roi ne dirigera plus en personne des troupes au combat, sans pour autant que le royaume cesse de P(,*'&,1&'b.*&;'5;(195':14&9:1+&.:&;(.242J,*&24:.2*11*K&S/*+4&57:.*H*14&.:&période à laquelle il ):24&.:&'*1=(14'*&9*&A,='I=*&9/".:71( Q&2++,*&9/,1&.271:7*&1:;(.24:21%&*..*&9*32*14&(,3*'4*H*14& la compagne du roi, qui cherche même (en vain) à faire annuler son mariage stérile avec sa

(10)

9

=(,+21*&C:'2*&9*&S:+42..*&;(,'&./5;(,+*'K&@.&:9hère à la paix de Lodi en janvier 1455 et, au ;'214*H;+%&+=*..*&,1*&:..2:1=*&9,':O.*&:3*=&<':1=*+=(&8)('Z:K&S/*+4&-&=*44*&9:4*&J,*&+*&;'(9,24& un nouveau soulèvement féodal en Calabre, rapidement circonscrit.

La fin du règne est marquée par le développement du conflit qui oppose les factions urbaines de Barcelone, la Biga, regroupant les propriétaires terriens qui ont traditionnellement la mainmise sur le gouvernement municipal, et la Busca, faction composée des marchands et des membres des corporations, aux intérêts économiques opposés à ceux de la Biga. Par ailleurs, se développe en Catalogne un mouvement parmi les paysans qui revendiquent le 9'(24&9*&':=N*4*'&.*+&H:,3:2+&,+:7*+&.*+&:44:=N:14&:,M&)2*)+&J,/2.+&*M;.(24*14&Tremensas), dont les intérêts politiques rejoignent ceux de la BuscaK& A/:''235*& -& $:;.*+%& *1& P:132*'& defa%& 9,& neveu du Magnanime, le prince navarrais Charles de Viane, implique également le roi dans ./:'O24':7*&9,&=(1).24&*14'*&.*&;'21=*&*4&+(1&;I'*%&E*:1%&)'I'*&=:9*4&9,&C:71:12H* : Jean, censé .:2++*'&.:&=(,'(11*&9*&$:3:''*%&:=J,2+*&;:'&H:'2:7*%&-&.:&H:P('245&9*&+(1&)2.+%&1*&./:&;:+&):24K& A:&J,*+42(1&1/*+4&;:+&4':1=N5*&*4&.*&;'21=*&1:3:'':2+&*+4&4(,P(,'+&-&$:;.*+&.('+J,*&+,'32*14&.:& mort du Magnanime en juin 1458. Après la succession de Jean 9:1+&.:&=(,'(11*&9/"':7(1%&.*& =(1).24&9*+&):=42(1+&O:'=*.(1:2+*+&+/*13*12H*%&;(.:'2+5&;:'&.*&=(1).24&+,==*++(':.&*M2+4:14&*14'*& le nouveau roi Jean et son fils Charles. Cet antagonisme déclenche la guerre civile catalane (1462-dea_c& J,2& ;('4*& ,1& =(,;& 9/:''êt brutal au commerce catalan en Méditerranée, tandis que, dans le royaume de Naples, Ferrante fait face à une guerre provoquée par la résurgence des revendications angevines sur le trône méridional, dont il sort victorieux en août 1462.

U

NE HISTORIOGRAPHIE DISPERSÉE

Le Magnanime a quitté la péninsule ibérique en 1432 sans savoir que le voyage serait sans retour. La société curiale napolitaine sous le règne du Magnanime est en grande partie 2H;('45*&9*+&4*''24(2'*+&2O5'2J,*+&9*&.:&=(,'(11*&9/"':7(1K&D..*&*+t une société de migrants, et =/*+4&.-&.*&):=4*,'&)(19:H*14:.&9/*M;.2=:42(1&9*+&92))2=,.45+&9*&<*'':14*&:;'I+&.:&H('4&9*&+(1& ;I'*K&S/*+4&:,++2&./,1&9*+&;:'42+&;'2+&9*&=*&4':3:2.&J,*&9/*++:B*'&9*&=(14'2O,*'&-&./N2+4(2'*&9,& règne du Magnanime « à parts égales j%&=/*+4-à-dire en se fondant sur les documentations et les traditions historiographiques italienne et ibérique. Les études modernes et contemporaines +(14& *1& 4':21& 9*& =(1+:='*'& ./N2+4(2'*& 7.(O:.*& *4& ./N2+4(2'*& =(11*=45* ; bien plus modestement nous espérons avec ce travail parvenir à reconnecter un peu les composantes de la couronne

(11)

10

9/"':7(1& -& 4':3*'+& ./54,9*& 9*+& 4':P*=4(2'*+& 9*+& N(HH*+& 9,& '(2K& A/N2+4('2(7':;N2*& 9*+& Trastamare de Naples se trouve en plein renouvellement1%& ./*14'*;'2+*& 9*& ;,O.2=:42(1& 9*+&

=(''*+;(19:1=*+&92;.(H:42J,*+&H2.:1:2+*&*4&).('*1421*&:B:14&H:'J,5&.*&=(,;&9/*13(2&9*&=*44*& reprise des études en Italie2, après la publication par les archivistes napolitains des reliquats

9*+&:'=N23*+&:':7(1:2+*+&:B:14&5=N:;;5&-&./21=*192*&3(.(14:2'*&9,&dépôt de la villa Montesano à San Paolo Bel Sito3K& S*;*19:14%& ./N2+4('2(7':;N2*& =(1=*'1:14& .*& 'I71*& 9,& C:71:12H*&

demeure extrêmement fragmentée, en conséquence de la diversité des territoires sur lesquels il a régné. De plus, les anciennes composantes de l:& =(,'(11*& 9/"':7(1& (14& 9*+& 4':9242(1+& N2+4('2(7':;N2J,*+& '*.:423*H*14& :,4(1(H*+%& ;N51(HI1*& J,2& 4*19& -& +/:==*14,*'& 9:1+& .*& =(14*M4*&9*&'*3*192=:42(1&9/2195;*19:1=*&;(.242J,*&9*&.:&S:4:.(71*4K&6:1+&.:&O2(7':;N2*&J,/2.&

.,2&=(1+:='*%&./N2+4('2*1&O'24:112J,*&"lan Ryder pointe ce phénomène et justifie par là même .:&95H:'=N*&O2(7':;N2J,*&J,/2.&:&:9(;45* :

How can one explain this apparent reluctance to recount the whole life, the thirty-three years lived in Spain as well as the twenty-nine passed in Italy, the kingship that embraced Aragon as well as Naples, Catalonia and Sicily, Valencia and Sardinia ? The answer must lie, surely, in the mid-career metamorphosis that seemingly transformed a Spanish Alfonso into an Italian king, and furthermore endowed his latter persona with an allure and significance outshining the former5.

1 F. SENATORE, Uno mundo de carta : forme e strutture della diplomazia sforzesca, Naples, Liguori, 1988 ;

F. STORTI, +$,-,&./0)"*'1)2,0'*)"*,22'"-,.)*#'"3,04"#,2"56'00&).,*0), Salerne, Laveglia, 2007 ; F. SENATORE

et F. STORTI éd., 7)0,&/8" &,2'9/)*/8" (6,&&'" *,2" &,(*)" #/" :,&&'*0," #$%&'()*';" <06#/" -622," .)&&/-1)*#,*9,"

diplomatiche, Naples, ClioPress, 2011 ; G. ABBAMONTE, J. BARRETO, T. 6/0RSO, La battaglia nel Rinascimento meridionale moduli narrativi tra parole e immagini, Rome, Viella, 2011 ; J. BARRETO, La Majesté en images :

portraits du pouvoir dans la Naples des Aragon, Rome, École française de Rome, 2013.

2 La collection des Fonti per la storia della Napoli aragonese *+4&:,&=^,'&9*&.:&9B1:H2J,*&:=:95H2J,*&:=4,*..*K&

Les volumes 1, 2, 4 et 5 de la série des Dispacci sforzeschi da Napoli +(14&95P-&;:',+&=N*Z&./5924*,'&+:.*'124:21& Carlone, maintenant Laveglia et Carlone, sous la direction de Francesco Senatore et Francesco Storti. Sept volumes sur les huit prévus pour la série Corrispondenza degli ambasciatori fiorentini a Napoli sont parus à ce jour, sous la direction de Bruno Figluolo.

3 A/*14'*;'2+*&9*+&:'=N232+4*+&1:;(.24:21+%&;,O.25*&;:'&./Accademia pontaniana, a porté sur les registres angevins

et aragonais, donnant lieu à une série par chancellerie. La série des Fonti aragonesi comporte treize titres parus *14'*&difa&*4&dii`%&:,MJ,*.+&2.&):,4&:P(,4*'&./59242(1&;:'&E(.*&C:ZZ(.*12&9,&Codice Chigi, un registre qui figurait dans la collection du prince Chigi Albani.

4 La manifestation la plus éloquente du poids de la revendication politique catalane contemporaine dans

./N2+4('2(7':;N2*&*+4&./,+:7*& 9*& ./*M;'*++2(1& k Corona catalano-aragonesa » à la place de « S('(1:& 9/"':7l1 » (pour nous en tenir au castillan), cf. M. T. FERRER I MALLOL éd., Entre la paz y la guerra : la Corona catalano-aragonesa y Castilla en la Baja Edad media, Madrid, CSIC, 2005 ; M. T. FERRER I MALLOL, J. M0G?R&VIVES, M. Sm$SnDo&M"WGp$Do éd., La corona catalanoaragonesa i el seu entorn mediterrani a la baixa edat mitjana, Madrid, CSIC, 2005. À ce sujet, voir les réflexions de Pietro Corrao : P. CORRAO, « Stati regionali e apparati

burocratici nella Coron:& 9/"':7(1:& T+*==K& q@#& *& q#c », dans +'" =,#/0,&&4*/'" #," 2'" >)&)*'" #$%&'()8" -,(2,-"

XIII-XVI & VII centenari de la sentència de Torrellas, 1304-2004, R. NARBONA VIZCAINO éd., Valence, Universitat de València, 2005, p. 99-143.

5 A. RYDER, Alfonso the Magnanimous, King of Aragon, Naples and Sicily, 1396-1458, Oxford, Clarendon

(12)

11

La façon dont le Magnanime est cité dans la succession royale reflète ce phénomène : (1&.*&4'(,3*&;'21=2;:.*H*14&*1&4:14&J,/".;N(1+* V de Trastamare ou de Antequera dans les ouvrages castillans et aragonais, Alphonse @#& 9:1+& ./N2+4('2(7':;N2*& =:4:.:1*%& H:2+& +*.(1& .*& royaume concerné il peut aussi apparaître comme Alphonse III de Valence, et Alphonse Ier de

C:P('J,*& *4& 9*& 82=2.*%& ;,2+& 9*& $:;.*+K& A*+& =(17'I+& 9/N2+4(2'*& 9*& .:& =(,'(11*& 9/"':7(1& T.e XIXe a eu lieu en 2012) réunissent périodiquement les spécialistes espagnols, italiens et

)':1V:2+& 9*+& 4*''24(2'*+& =(1=*'15+& ;:'& .:& 9(H21:42(1& :':7(1:2+*& *4& 9(11*14& .2*,& -& 9/5;:2++*+& ;,O.2=:42(1+& 9/:=4*+1. Tout en institutionnalisant des rencontres régulières entre les

+;5=2:.2+4*+& 9*+& 92))5'*14*+& =(H;(+:14*+& 4*''24('2:.*+& 9*& .:& =(,'(11*& 9/"':7(1%& =*+& =(17'I+%& J,2& (14& 219512:O.*H*14& '*;'5+*145& 9/2H;('4:14*+& :3:1=5*+& N2+4('2(7':;N2J,*+& -& =N:J,*& )(2+& J,/2.+& +*& +(14&4*1,+%& =(14'2O,*14& :++*Z& ;:':9(M:.*H*14& :, maintien de la relative dispersion J,2& ;'53:,4& ;(,'& .*& 'I71*& 9,& C:71:12H*%& *4& -& .:& ;'59(H21:1=*& 9/:;;'(=N*+& .(=:.*+K& A*+& =(17'I+& 9/N2+4(2'*& 9*& .:& =(,'(11*& 9/"':7(1%& 9,& ):24& 9*& .*,'& ;(+242(1& N575H(12J,*& 9:1+& .:& hiérarchie des manifestations scientifiques, tendent à monopoliser les énergies et à rigidifier le =(1+*1+,+& :=:95H2J,*& +,'& ./('7:12+:42(1& ;:'& *14245& ;(.242J,*& .(=:.*& 9*& .:& '*=N*'=N* : les Catalans travaillent sur la Catalogne, les Valenciens sur le royaume de Valence etc., au détriment de la recherche de synthèse2. Ce constat est particulièrement net pour la période

correspondant au règne italien du Magnanime, mais nous espérons ici parvenir à articuler de H:12I'*&:++*Z&5J,2.2O'5*&.*+&;*'+;*=423*+&24:.2*11*&*4&2O5'2J,*K&D1&*))*4%&./21+424,42(1&=,'2:.e, par sa centralité dans le système politique et social, est un objet adapté à une tentative 9/*1J,U4*&N2+4('2J,*&J,*&1(,+&+(,N:24(1+&-&;:'4+&57:.*+K

@.& 3:& +:1+& 92'*& J,*& .:& +(=2545& =,'2:.*& J,*& 1(,+& 1(,+& ;'(;(+(1+& 9/54,92*'& )('H*& .*& groupe instrumental de .:&;'*H2I'*&9(H21:42(1&2O5'2J,*&+,'&.*&'(B:,H*&9*&$:;.*+K&A/N2+4(2'*& J,*&1(,+&:O('9(1+&2=2&4(,=N*&9(1=&;.,+&J,*&;:'&.:&O:19*&-&./,1&9*+&4NIH*+&N2+4('2(7':;N2J,*+& fondamentaux du Mezzogiorno moderne, celui de la succession des dominations étrangères sur le '(B:,H*&9*&$:;.*+K&S*&4NIH*%&9(14&.:&;.:=*&9:1+&./N2+4('2(7':;N2*&H5'292(1:.*&24:.2*11*&

1 Un site réunit les informations relatives aux congrès passés et à leurs publications :

http://www.ub.edu/cca/menucs.htm.

2 S. PÉQUIGNOT, « Pouvoir royal et société da1+& .:& =(,'(11*& 9/"':7(1K& 01& *++:2& 9*& .*=4,'*& N2+4('2(7':;N2J,*%&

1990-2006 », En la España medieval, vol. 30, 2007, p. 381-432, ici p. hreK&A*+&95O:4+&+,'&./5=N*..*&-& .:J,*..*& écrire une « histoire nationale j&=:4:.:1*%&.:&.:17,*&9:1+&.:J,*..*&./5='2'*%&4'Is actifs dans les années 1990, ont fait place à un large consensus sur le sujet Q&./5=N*..*&'*4*1,*&*+4&7515':.*H*14&.:&S:4:.(71*&(,&9*+&'572(1+&=:4:.:1*+& -& ./*M=.,+2(1& 9*& ./"':7(1& *4& 9,& ;:B+& 3:.*1=2*1%& .:& .:17,*%& .*& =:4:.:1K& S)K& SK GUIU et S. PÉQUIGNOT,

(13)

12

mériterait un travail approfondi1, a été davantage mobilisé par les historiens de la dynastie

angevine, qui ont exploré la question de « ./24:.2:12+:42(1 » de la dynastie et des hommes arrivés dans son sillage, beaucoup plus que les spécialistes des Trastamare de Naples2. En ce

J,2& =(1=*'1*& .:& ;'*H2I'*& *M;5'2*1=*& 2O5'2J,*& J,/:& '*;'5+*145& .*& 'I71*& 9*+& G':+4:H:'*%& ./:==,.4,':42(1& ':;29*& 9,& C:71:12H*& *4& +:& ;(.242J,*& 9*& =(HHande artistique plaident en ):3*,'&9*&./24:.2:12+:42(1K&$(,+&:..(1+&3(2'&;(,'4:14&J,/*1&=*&J,2&=(1=*'1*&.:&=(H;(+242(1&9*& son entourage, il en va tout autrement.

6:1+& =*& =(14*M4*& N2+4('2(7':;N2J,*%& ,1& ;:++:7*& 9*+& :11:.*+& 9/"':7(1& 9*& o,'24:& *+4& particulièrement intéressant Q&./N2+4('2*1&':;;('4*&=(HH*14&".;N(1+*&:&545&:==,+5&*1&dedr&;:'& 9*+&'*;'5+*14:14+&9*+&32..*+&9*&\:'=*.(1*%&8:':7(++*&*4&#:.*1=*&9*&+/*14(,'*'&9*&=(1+*2..*'+& =:+42..:1+%&*4&9*&7(,3*'1*'&;:'&.*,'&214*'H592:2'*K&A*&P*,1*&'(2&.*,'&'5;(19&J,/2l ne saurait sans scandale se séparer de serviteurs fidèles qui ont tout perdu en Castille au service de son lignage, et qui sont au demeurant fort peu nombreux3. Les Trastamare ont accédé au trône

9/"':7(1&*1&./:O+*1=*&9/N5'242*'+&.57242H*+&-&.:&9B1:+42*& 9*&\:'=*.(1*&7's=*&-&./5.*=42(1&9,& ;I'*& 9/".;N(1+*%& <*'921:19 Ier, en 1412. Alphonse, au cours de son règne, se trouve

+B+45H:42J,*H*14& *1& O,44*& -& ./:==,+:42(1& 9/U4'*& ,1& 54':17*' : les Trastamare sont des S:+42..:1+&9:1+&.:&=(,'(11*&9/"':7(1%&9*+&k Catalans » aux yeux des Italiens. Sa pratique du ;(,3(2'& -& 4':3*'+& ./21+424,42(1& =,'2:.*& '*;'5+*14*& 9(1=& ,1& *1P*,& =',=2:.%& J,:19& (1& ./*132+:7*& =(HH*&+271*&9/,1*&29*14245&;(.242J,*K

1 !(,'& ./5;(J,*& H(9*'1*%& *4& ;(,'& 1(,+& =(14*14*'& 9/,1& +*,.& *M*H;.*%& =)K A. MUSI éd., Alle origini di una

nazione : antispagnolismo e identità italiana, Milan, Guerini, 2003.

2 P. GILLI, « A/21457':42(1&H:1J,5*&9*+&"17*321+&*1&@4:.2* : le témoignage des historiens » dans +$?0'0"'*(,@/*;"

Pouvoir, culture et société, Rome, École Française de Rome, 1998, p. 11-33 ; S. KELLY, « Noblesse de robe et nobles+*& 9/*+;'24& -& .:& =(,'& 9*& W(O*'4& 9*& $:;.*+K& A:& J,*+42(1& 9/t24:.2:12+:42(1u » dans La Noblesse dans les

territoires angevins à la fin du Moyen Âge, N. COULET et J. M. MATZ éd., Rome, École Française de Rome, 2000, p. 347-361.

3 « En 1418, el nuevo rey Alfonso V fue acusado de gobernar mediante consejeros castellanos. Su respuesta a

los mensajeros que le enviaron las ciudades de Barcelona, Zaragoza y Valencia para tratar este asunto fue que él no tenía en su casa sino tres o cuatro castellanos que eran oficiales suyos, a los cuales por no tener otro refugio había sustentado por ser de tiempo muy antiguo criados y servidores del rey su padre; porque echarlos a todos por la forma que ellos lo pidían sería cosa escandalosa y para que se diese desgrado a todo el reino de Castilla, a donde el rey tenía tanta parentela y servidores. Cuanto a lo que pretendían que ordenase su casa, decía de parte del rey, que él lo pensaba hacer sin falta ninguna con muy buen consejo, pero no cierto a su albedrío y ordenanza dellos, de lo cual se podrían seguir diversas disensiones y parcialidades y grandes rancores ; y por esto les encargaba que aquello se desviase por los mejores medios que ser pudiese ». J. ZURITA,

(14)

13

U

N CORPUS DOCUMENTAIRE ABONDANT MAIS DE FAIBLE

RENDEMENT

Une histoire parfaitement balancée entre les rives tyrrhénienne et ibérique de la Méditerranée est difficile à mener, mais au moins cet objectif a été atteint du point de vue 9(=,H*14:2'*K&A*+&'*++(,'=*+&9*&./Archivio di Stato di Napoli, de 2$%&.A/@)"#,"2'">)&)*'"#," Aragón de Bar=*.(1*&*4&9*&./Archivo del Reino de València ont été mises à contribution dans ce travail, entre autres. Durant les cinq années de ce travail, les entreprises de numérisation des inventaires (à Naples), comme des fonds eux-mêmes (à Barcelone et Valence), qui vont de pair avec des mises en lignes progressives, ont fait évoluer très rapidement les conditions de la recherche documentaire. Le travail sur les inventaires, si cette thèse était commencée :,P(,'9/N,2%& +*':24& O*:,=(,;& ;.,+& ':;29*K& S*44*& 53(.,42(1& *1 cours, dont il faut se réjouir, 9*3':24& ):=2.24*'& 7':19*H*14& -& ./:3*12'& .*+& '*=N*'=N*+& +,'& .*+& G':+4:H:'*& *1& D+;:71*& *4& *1& Italie.

Compte tenu des graves destructions subies par les fonds napolitains, nous avons essentiellement exploré les fonds monastiques (la série Corporazioni religiose soppresse1)

:)21&9/B&'*=,*2..2'&9*+&9(115*+&+,'&./2H;:=4&9*&.:&;'5+*1=*&9*+&())2=2*'+&'(B:,M&*4&9*&.:&=(,'&*1& ville2K& S/*+4& *1& '*H(14:14& .:& ;2+4*& 9/,1*& )(19:42(1& '*.272*,+*%& .:& =N:;*..*& 9*+& S:4:.:1+%& J,*&

nous avons trouvé dans un dossier du XIXe +2I=.*&9*+&=(;2*+&9*&./:=4*&9*&4':1+.:42(1&9*&=*44*&

fondation médiévale par Pedro de Toledo en 1546, dans la série Intendenza di Napoli3.

À Barcelone, le chercheur est confronté au contraire à une grande abondance 9/:'=N23*+4, les '*72+4'*+& ;(4*142*..*H*14& ,42.*+& ;(,'& ./N2+4(2'*& 9,& 'I71*& 9,& C:71:12H*&

comprenant ceux produits par sa chancellerie, mais aussi celle de ses lieutenants, son épouse Marie et son frère Jean, soit un total compris entre 850 et 900 registres5. Dans ce contexte

1 Cf. R. DI MEGLIO, Ordini mendicanti, monarchia e dinamiche politico-sociali nella Napoli dei secoli XIII-XV,

Aonia edizioni, s. l., 2013, p. 16-20.

2 S. PALMIERI, Degli archivi Napoletani : storia e tradizione, Naples, Il Mulino, 2002. 3 ASN, Intendenza di Napoli, primo versamento, busta 744.

4 S. PÉQUIGNOT, « v$(& N:B& 1:9:/& (,& v.:& S:4:.(71*%& +(,'=*& 214:'2++:O.*/ ? Réflexions sur une expérience de

'*=N*'=N*& *14'*& :O(19:1=*& *4& :O+*1=*& 9/:'=N23*+ », Cahiers électroniques d'histoire textuelle du Lamop, n° 4, 2011, p. 65-100.

5 Les registres correspondant au règne du Magnanime sont numérotés continument de 2 455 à 3 323, soit 866

=(4*+%&9(14&=*'4:21+&=(H;('4*14&P,+J,/-&+*;4&3(.,H*+K&S)K B. CANELLAS ANOZ et A. TORRA PÉREZ, Los reg/-0&)-"

#,"2'".'*./22,&B'"#,"%2C)*-)",2"='(*D*/3)%&C:9'29%&C212+4*'2(&9*&D9,=:=2l1,2000etR. CONDE Y DELGADO DE

MOLINA, +'"E&FG62' H"(6B'"#,2"%&.A/@)"I,'2"#,"E'&.,2)*'"7,&,"E,*,0"JKLMKN%&C:9'29%&C212+4*'2(&9*&D9,=:=2l1%&

(15)

14

inverse à celui de Naples, nous avons dépouillé systématiquement la série Privilegiorum Cancilleriae Neapolis, composée de dix-sept registres (dont deux registres Pecunie et un '*72+4'*& 9/2145'U4& +2=2.2*1& 95=.:++5+1), transportée indûment à Barcelone après le décès du

Magnanime. Nous avons également procédé à des sondages et dépouillements partiels dans diverses autres séries, afin de compléter au mieux les données recueillies sur la cour, entre autres dans les séries Secretorum (instructions aux ambassadeurs), Curie, Gratiarum et privilegiorum, Pecunie et les séries géographiques. Les pratiques parfois erratiques 9/*1'*72+4'*H*14& J,*& 1(,+& :3(1+& ;,& =(1+4:4*'& ;('4*14& -& ='(2'*& J,*& 9*+& 95;(,2..*H*14+& ;.,+& étendus encore sont susceptibles de livrer de la docuH*14:42(1&;*'H*44:14&9/5=.:2'*'&./N2+4(2'*& de la cour et du règne italien du Magnanime. Nous avons également dépouillé systématiquement les deux seuls registres produits par un maître racional (officier en charge des finances de la domus regia) et conservés pour la période correspondant au règne qui nous intéresse, fournissant de précieux renseignements +,'& .:& =(H;(+242(1& *4& ./:9H212+4':42(1& 9*& ./Nb4*.&'(B:.2.

À Valence, nous avons concentré nos dépouillements sur les registres du trésorier Matteu Pujades, où les entrées et les paiements faits au nom de la cour recèlent de nombreuses 21)('H:42(1+&+,'&.*+&())2=2*'+&9*&./Nb4*.%&*14'*&:,4'*+K&A*&95=I+&9,&4'5+('2*'&-&#:.*1=*&*1&deea& *+4&-&./('2721*&9,&3*'+*H*14&9:1+&.*+&:'=N23*+&'(B:.*+&T.*&95;b4&3:.*1=2*1&*+4&)(ndé en 1419) de ces registres destinés normalement aux archives napolitaines. Ces registres de paiements +(14&9*&.(21&.:&+(,'=*&.:&;.,+&9*1+*&*1&21)('H:42(1+&+,'&.*&;*'+(11*.&9*&./Nb4*.&'(B:.K

Dans ces trois villes, nous avons également recherché dans les fonds notariés comment enrichir notre enquête par des données biographiques et patrimoniales sur le personnel curial. A/59242(1& 9*& E(+*;& C:'2:& C:9,'*..& C:'2H(1& 9*+& .*44'*+& 9*+& *13(B5+& 9*& \:'=*.(1*%& 9*;,2+& $:;.*+%&*+4&'2=N*&9/2192=:42(1+&+,'&.*+&1(4:2'*+&O:rcelonais qui ont participé à ces ambassades3.

$(,+&+(HH*+&9(1=&:..5&35'2)2*'&-&./"'=N23(&n2+4l'2=(&9*&!'(4(=(.(+&9*&\:'=*.(1:&.*+&'*72+4'*+& 9/"14(12& #21B*+%& 9*& <':1=*+=& G*'':++:& *4& 9*& E(:1& ?21*O'*44. De même, à Valence, les

inventaires signalant des registres compilés en partie à Naples, nous avons dépouillé, avec un

1 Respectivement les cotes ACA, C, Reg. 2 900, 2 901 et 2 916. 2 ACA, MR, Reg. 937 et 939. ACA, C, Varia, 29.

3 J. M. MADURELL MARIMON, Mensajeros barceloneses en la corte de Nápoles de Alfonso V de Aragón,

Barcelone, CSIC, 1963.

4 Antoni Vinyes et Joan Ginebret sont actifs à Naples respectivement entre juillet 1442 et août 1443 puis entre

(16)

15

succès médiocre, les actes réalisés en Italie1. Quant aux ressources napolitaines, il reste

quelques registres concernant le règne de Ferrante aux archives militaires de Pizzofalcone, un peu t'(;&4:'92)+&;(,'&U4'*&,42.*+&-&=*44*&54,9*%&H:2+&9271*+&9/U4'*&+271:.5+2. Ces dépouillements

(14& '*;'5+*145%& 9*& .(21%& ./213*+42++*H*14& .*& H(21+& '*4:O.*& ;*19:14& 1(+& '*=N*'=N*+K& A:& 9(=,H*14:42(1& 1(4:'2:.*& 2O5'2J,*& 1(,+& :& ;*'H2+& ;:')(2+& 9/54:O.2'& .:& ;'5+*1=*& à Naples de certains officiers, agissant en tant que témoins, mais les contrats de mariage ou les testaments 9/())2=2*'+& 9*& ./Nb4*.& 9,& C:71:12H*%& J,*& 1(,+& :3(1+& :'9*HH*14& +(,N:245& 4'(,3*'%& 1/B& figuraient pas.

".('+& J,*& .*+& ('9(11:1=*+& 9*& ./Nb4*.& :':7(1:2+& promulguées par Pierre le Cérémonieux en 1344 ont été publiées deux fois3, traduites4 et commentées par les

spécialistes de la couronne aragonaise5, la tradition des additions aux ordonnances, demeurée

inédite, était restée méconnue à ce jour. Nous avons comparé les différents manuscrits =(1+*'35+&*1&<':1=*&*4&*1&D+;:71*&:)21&9/54:O.2'&.*+&92))5'*14*+&.*V(1+&9,&4*M4*6, qui éclaire

7':19*H*14&./N2+4(2'*&21+424,42(11*..*&9*&./Nb4*.K

Nous avons utilisé un abondant corpus édité, à commencer par les correspondances diplomatiques évoquées plus haut7. Pour le règne du Magnanime, nous pouvons confronter les

correspondances italiennes (sous le titre Dispacci sforzeschi, les éditeurs ont réuni les éditions 9*+&H2++23*+&9*+4215*+&-&<':1=*+=(&8)('Z:&H:2+&:,++2&-&9/:,4'*s puissances italiennes), avec celles des envoyés de la ville de Barcelone et de la Generalitat de Catalogne. Au premier rang de nos sources éditées figure également la série des Fonti aragonesi publiée à Naples8, et un

1 Cf. F. ANDRÉS RORES et al., Inventario de fondos notariales del Real Colegio Seminario de Corpus Christi de

Valencia, Valence, Conselleria de Cultura, Educacio i Ciencia, 1990.

2 Archivio di Stato di Pizzofalcone, Petruccio Pisani, scheda 2, protocollo 1.

3 P. DE BOFARULL Y MASCARO, Ordenacions fetes per lo molt alt senyors en Pere terç rey Darago sobre lo

regiment de tots los officials de la sua cort, Colección de documentos inéditos del archivo general de la corona

de Aragón, t. 5, n° 22, Barcelone, Montfort, 1850.

4 M. A. VISCEGLIA, Le Leggi palatine di Pietro !O"#$%&'()*', Cagliari, Della Torre, 1983.

5 A. BEAUCHAMP, « F'9(11:1=*+& *4& '5)('H*+& 9*& ./Nb4*.& '(B:.& :,& 95O,4& 9,& 'I71*& 9*& !2*''* @#& 9/"':7(1 »,

Anuario de estudios medievales, vol. 39, n° 2, 2009, p. 555-573 : ID., « Les Ordinacions de la casa i cort de Pierre @#&9/"':7(1&*4&.*&1(HO'* des serviteurs royaux », dans Les Entourages princiers à la fin du Moyen Âge,

une approche quantitative, A. BEAUCHAMP éd., Madrid, Casa de Velázquez, 2013, p. 43-56.

6 Barcelone, Archivo de la Corona de Aragón, Miscellanea, 27 ; Madrid, Fondation Lázaro Galdiano, mss 414,

n° 9/213*14:2'*& df 439 ; Madrid, Biblioteca nacional de España, mss 959 ; Paris, Bibliothèque nationale de France, mss espagnol 8 ; mss espagnol 62 ; mss espagnol 100 ; Valence, Archivo del Reino de Valencia, Cancillería, Reg. 622.

7 F. SENATORE, Dispacci sforeschi da Napoli, vol. 1 et 2, op. cit. Les missives des envoyés catalans ont été par

Josep María MADURELL MARIMON, Mensajeros barceloneses en la corte de Nápoles de Alfonso V de Aragón, Barcelone, CSIC, 1963.

(17)

16

précieux cahier édité par Germán Navarro Espinach et David Igual Luis, conservé aux :'=N23*+&9,&'(B:,H*&9*&#:.*1=*K&@.&+/:724&9/,1*&;:'42*&9,&=(H;4*&=(,':14&9*&.:&=(,'&T:,&+*1+& financier du terme) auprès du banquier napolitain Giovanni Miroballo, de novembre 1445 à mars 1447, qui fournit à l,2& +*,.& ;'*+J,*& :,4:14& 9*& 1(H+& 9/())2=2*'+& 9*& ./Nb4*.& '(B:.& J,*& .*& reste de la documentation. Des établissements bancaires ont en effet été autorisés à réaliser des versements pour le trésor royal1.

Les destructions subies par les archives napolitaines en 1943 rendent indispensable le recours aux travaux anciens des historiens ayant eu accès aux sources disparues depuis. Pour .*& 'I71*& 9,& C:71:12H*%& .*+& 1(4*+& 9*& S:H2..(& C212*'2& W2==2(& ;'2+*+& +,'& =*& J,*& ./,+:7*& :& consacré comme les cedole di tesoreria (en réalité les livres ordinaires des trésoriers2) publiée

9:1+&./Archivio Storico per le Provincie Napoletane, formant un ensemble assez hétéroclite, mais indispensable3K&6I+&.:&;5'2(9*&H(9*'1*%&./5',924&S:H2..(&G,4212&:&;'2+&9*+&1(4*+&+,'&.*+&

registres de la chancellerie aragonaise et des minutes notariales, se documentant pour son histoire des seggi, les circonscriptions administratives de Naples, et son traité sur les sept grands offices du royaume de Naples. Ces notes, conservées dans des manuscrits du fonds brancacciano de la Biblioteca Nazionale di Napoli%&+(14&9/,1&H:12*H*14&:,++2&92))2=2.*&J,*& celles plus récentes. Comme le montre Gian Luca Borghese à propos du travail sur les registres angevins reconstruits4, travailler sur des notes prises par les différents lecteurs pose

9*+& ;'(O.IH*+& 9/214*';'54:42(1%& ;:'42=,.2I'*H*14& *1& =*& J,2& =(1=*'1*& .:& ;(1=4,:42(1& *4& .:& transcription des noms propres. Le volume 3 de cette thèse, qui réunit les données issues de notre travail prosopographique, présente les variantes d*+&1(H+&9*+&())2=2*'+&9*&./Nb4*.&'(B:.& dans les sources, rendant bien compte des importantes variations et erreurs induites par les filtres successifs que représentent les transcriptions. Malgré ces ombres au tableau, ce corpus de seconde main est indispensable.

1 G. NAVARRO ESPINACH et D. IGUAL LUIS éd., La Tesorería General y los banqueros de Alfonso V El

Magnánimo, Castellón de la Plana, Sociedad Castellonense de Cultura, 2002, p. 49-65.

2 Cf. F. SENATORE, « S*9(.*& *& =*9(.*& 92& 4*+('*'2:%& $(4*& 9(=,H*14:'2*& *& .217,2+42=N*& +,../:HH212+4':Z2(1*&

aragonese nel Quattrocento », Rivista italiana di studi catalani, n° 2, 2012, p. 127-156.

3 C. MINIERI-RICCIO, « Alcuni fatti di Alfonso I di Aragona dal 15 aprile 1437 al 31 di maggio 1458 », Archivio

Storico per le Province Napoletane, vol. VI, 1881, p. 1-36, p. 231-258, p. 411-461. Nicola Barone a publié le

même type de relevé sur la documentation financière sur le règne de Ferrante, cf. N. BARONE, « Le cedole di 4*+('*'2:&9*../"'=N232(&92&84:4(&92&$:;(.2&9:../:11(&dew`&:.&df`e », Archivio Storico per le Province Napoletane, vol. IX et X, 1884 et 1885, p. 5-34, p. 205-248, p. 387-429, p. 601-637 et p. 5-47 (1885).

4 G. L. BORGHESE, « A/(HO'*& ;('45*& 9/:'=N23*s disparues. Travailler sur le Royaume de Naples après la

destruction des Registres angevins (30 septembre 1943) », >'A/,&-"P2,.0&)*/Q6,-"#$histoire textuelle du Lamop, n° 4, 2011, p. 19-40. Cf. également F. SENATORE, « Cedole e cedole di tesoreria », op. cit., qui compare des

(18)

17

A*+&+(,'=*+&59245*+&42*11*14&,1*&;.:=*&9/:,4:14&;.,+&2H;('4:14* dans notre corpus que .*+&^,3'*+&N2+4('2(7':;N2J,*+&9*+&N,H:12+4*+&+42;*1925+&;:'&.*&C:71:12H*%&9*&HUH*&J,*&.*+& chroniques et histoires urbaines, ou bien des royaumes aragonais et italien, ont été mises à =(14'2O,42(1K& A*,'+& :;;('4+& ;(,'& ./N2+4(2'*& 21+424,42(11*..*& *4& ./N2+4(2'*& 9*& ./*14(,':7*& '(B:.& +(14& 2192+;*1+:O.*+%& *4& ;*'H*44*14& 1(4:HH*14& 9/:==59*'& :,M& '*;'5+*14:42(1+& 9*+& contemporains. Bartolomeo Facio, Lorenzo Valla et Antonio Beccadelli se sont tous trois essayés au genre historique sous le patronage du Magnanime1. Sa Vie par Vespasiano da

Bisticci, fondée sur le témoignage de Gianozzo Manetti, procure également des données 2145'*++:14*+&+,'&./*14(,':7*&'(B:.2K&A/*H;'*214*&9*&./N2+4('2(7':;N2*&N,H:12+4*&+,'&./N2+4(2'*&

de la période a été immense : elle est nettement présente dans les portraits du roi présents chez Giovanni Antonio Summonte et Jeronimo Zurita, et chez les historiens successifs du royaume de Naples.

Ainsi, malgré les pertes désastreuses subies par les archives napolitaines, les fonds ,42.*+& -& ./N2+4(2'*& 9,& C:71:12H*& *4& 9*& +(1& 'I71*& +(14& 4'I+& :O(19:14+K& !(,'4:14%& 9:1+& =*44*& :O(19:1=*%& 2.& +/*+4& :35'5& 92))2=2.*& 9*& '*42'*'& 9*+& 21)('H:42(1+& =(1+4:14*+& *1& J,:14245& *4& *1& qu:.245%& 9/:,4:14& ;.,+& J,/*..*+& 1*& +*& '5;:'42++*14& ;:+& N:'H(12*,+*H*14& :,& )2.& 9,& 'I71*K& A:& =:,+*& *1& *+4& J,*& .*+& +(,'=*+& '*.:423*+& -& ./:9H212+4':42(1& 9*& ./Nb4*.& '(B:.& *4& 9*+& )21:1=*+& +*& trouvaient à Naples. Cette situation documentaire nous a conduit à étendre les bornes =N'(1(.(72J,*+&9*&./*1J,U4*&-&.:&4(4:.245&9,&'I71*%&:)21&9*&;(,3(2'&*M;.(24*'&.*&=(';,+&1('H:42)& 9*&./Nb4*.&'(B:.&*4&.*+&+(,'=*+&*1&;'(3*1:1=*&9*&./())2=*&9,&7':19&=.*'=&9*+&=(H;4*+&9*&./Nb4*.& royal (mestre racional), ne nous sont plus conservées après 1420. Nous traitons donc de la =(,'& :':7(1:2+*& *1& @4:.2*& -& .:& .,H2I'*& 9/,1& =(';,+& ;:')(2+& :145'2*,'& 9:1+& .*+& 9(H:21*+& réglementaire et administratif, car sans équivalent pour la période du règne italien du Magnanime.

1 A. DE VINCENTIIS, « Le don impossible. Biographes du roi et biographes du pape entre Naples et Rome

(1444-1455) », dans R63'*/-0,-8".2,&.-",0"2'S.-"#'*-"2$!0'2/,"#6"T!!!e au début du XVIe siècle, C. CABY et R. M. DESSÌ

éd., Turnhout, Brepols, 2012, p. 319-363.

(19)

18

U

N PARCOURS

:

LES TROIS DIMENSIONS DE LA SOCIÉTÉ

CURIALE

Rapidement, les difficultés de définition de la cour comme objet historique nous ont :H*15&-&'5:.2+*'&J,/2.&):,9':24&*1&;:++*'&;:'&,1&4':3:2.&+,'&=*&;(214%&;.,+& :;;'()(192&J,/,1*& simple présentation dans cette introduction. Le premier chapitre de cette thèse cherche donc à construire une définition de la cour qui puisse servir à fonder et ordonner notre enquête. Ces ;'(.57(HI1*+&54:O.2++*14&,1*&95)21242(1&9*&4':3:2.&J,*&./(1&;*,4&'5+,H*'&9*&.:&):V(1&+,23:14* : une cour est une =(1)27,':42(1&H(,3:14*&)('H5*&9/,1*&21+424,42(1%&./Nb4*.&'(B:.%&9/,1*&+(=2545& *4& 9*& ./*+;:=*& 9:1+& .*J,*.& *..*+& +*& ;'(P*44*14K& A/:;;:'4*1:1=*& -& ,1*& =(,'& ;*,4& U4'*& 54:O.2*& -& travers un critère objectif, la juridiction spécifique dont bénéficient les serviteurs du prince. S/*+4& =*44*& 95)21242(1& 9*& 4':3:2.& J,2& :& H(9*.5& .*& ;.:1& 9,& 4*M4*%& J,2& *132+:7*& 9/:O('9& ./21+424,42(1%&;,2+&.*&7'(,;*&+(=2:.%&*4&*1)21&./*+;:=*&9:1+&.*J,*.&.:&=(,'&+*&95;.(2*K

\2*1&*14*19,%&./5.:O(':42(1&9*&=*44*&95)21242(1&*4&.*&95;(,2..*H*14 des sources ont été .:'7*H*14& =(1=(H24:14+& *4& +*& +(14& 1(,''2+& ./,1& ./:,4'*K& 6*;,2+& .*& 95O,4& 9*& =*& 4':3:2.%& .:& méthode adoptée pour ordonner nos données est la méthode prosopographique. Pour citer le mot célèbre de Marc Bloch, nous avons cherché à mettre la « chair humaine1 j&:,&=^,'&9*&

1(4'*&4':3:2.K&F,42.&)('75&;:'&.*+&+;5=2:.2+4*+&9*&./"142J,245&;(,'&;:..2*'&.:&':'*45&9*+&+(,'=*+%&.:& prosopographie est particulièrement adaptée à notre contexte documentaire et à notre objet : elle rend ses meilleurs servi=*+&9:1+&./54,9*&9*+&21+424,42(1+&*4&9*&.*,'+&H*HO'*+%&.*+&=:''2I'*+& individuelles éclairant les logiques institutionnelles, ces logiques permettant en retour de saisir la culture élaborée et diffusée par ces individus. Après avoir dans un premier temps collecté les données relatives à tous les individus mentionnés en rapport avec le roi en Italie, nous avons véritablement réduit et délimité strictement le corpus prosopographique aux seuls 2192329,+&O515)2=2:14&9*&./*M=*;42(1&P,'292J,*&=,'2:.*%&=/*+4-à-dire 4(,+&.*+&H*HO'*+&9*&./Nb4*.& royal, les conseillers et les familiers du roi.

Les fruits de cette enquête prosopographique ont été saisis dans une base de données, dont nous avons beaucoup espéré, avant de prendre pleinement la mesure des pertes documentaires et de la modestie des données que permettent de recueillir les sources. Les ;'()2.+&+:2+2+&+(14&)':7H*14:2'*+%&*4&2.&+/*+4&:35'5&*M4'UH*H*14&92))2=2.*&9/21+='2'*&.*+&2192329,+& 9:1+& .*,'+& H2.2*,M& 9/('2721*%& *1& 9*N('+& 9*& .*,'& )(1=42(1& =,'2:.*K& D1& :,=,1& =:s les données

(20)

19

;'(+(;(7':;N2J,*+&'*=,*2..2*+&9:1+&.*&=:9'*&9*&=*44*&4NI+*&1*&;*'H*44*14&9*&957:21*'&./:'+*1:.& informatique des network analysis, de comparer les formes et les structures des réseaux sociaux, encore moins de procéder à un véritable traitement statistique des parcours des +*'324*,'+&9,&'(2&9*;,2+&.*&'(B:,H*&:':7(1:2+&P,+J,/-&$:;.*+K&A*&3(.,H*&h&9*&=*&4':3:2.%&J,2& '*7'(,;*& 1(+& 9(115*+& +,'& .*+& H*HO'*+& 9*& ./Nb4*.& '(B:.%& *1& 45H(271*& .:'7*H*14K& \'*)%& .*+& ambitions quantitatives de cette thèse ont été revues drastiquement à la baisse. Cet échec dans le champ du quantitatif nous a contraint à exploiter scrupuleusement les critères retenus dans notre définition de la cour pour mener une analyse plus diverse du corpus prosopographique.

Nous en avons déjà cité les trois principaux axes : dans un premier temps le versant 21+424,42(11*.%&:3*=&./54,9*&9*&.:&'57.*H*14:42(1&9*&./Nb4*.&'(B:.&-&;:'42'&9*+&('9(11:1=*+&9*& 1344 (chapitre 2) [& .:& '*=(1+424,42(1& 9*& ./Nb4*.& 9,& C:71:12H*& *1& @4:.2*& *4& 9*& +*+& 53(.,42(1+& (chapitre 3) [&./:1:.B+*&9*&1(HO'*,+*+&;':42J,*+&21)('H*..*+&T=N:;24'*&ecK&A:&9*,M2IH*&;:'42*& de ce travail porte sur les hommes du roi, leurs carrières (chapitre 5) et comment ces individus font société avec leur environnement (chapitre 6). La dernière par42*%&*..*%&+/:44:=N*&-&54,92*'& .*+& H(9:.245+& 9*& ;'(P*=42(1& 9:1+& ./*+;:=*& 9*& .:& =(,'%& *1& 54,92:14& .*+& H(O2.245+& 9,& ;'21=*& T=N:;24'*&ac%&*4&.*+&,+:7*+&J,/2.&):24&9*&+:&=:;24:.*&T=N:;24'*&rcK

(21)
(22)

21

A

POSTILLE ORTHOGRAPHIQUE

Il faut signaler un paradoxe des éditions récentes des textes catalans médiévaux, qui ;'5+*14*14& ,1*& ('4N(7':;N*& H(9*'12+5*& +,'& ,1& ;(214%& :3*=& ./:;;.2=:42(1& 9*+& 'I7.*+& 9/:==*14,:42(1& 9,& =:4:.:1& =(14*H;(':21& :,M& 4*'H*+& H59253:,M%& :.('+& J,*& ./('4N(7':;N*& 9*+& H:1,+='24+& *+4& +(,3*14& 95;(,'3,*& 9/:==*ntuation, à part des « i » pointés pour faciliter la tâche du lecteur. Ainsi, la collection « Fonts històriques valencianes », publiée par ./0123*'+245& 9*& #:.*1=*%& (,& *1=('*& .*& 92=42(11:2'*& N2+4('2J,*& 9*& '5)5'*1=*%& .*& Diccionari català-valencià-balear ache35&*1&diwh&+(,+&./5729*&9*&./@1+424,4&9/R4,9*+&S:4:.:1*+1, qui cite

9*+&^,3'*+&H59253:.*+&*1&):2+:14&:;;:':g4'*&9*+&:==*14+&=(''*+;(19:14&-&./,+:7*&+B+45H:42J,*& du catalan contemporain, ou encore le « punt volant », ce signe diacritique figurant entre deux « l j&;(,'&2192J,*'&,1*&;'(1(1=2:42(1&;:.:4:.2+5*K&S/*+4&:,++2&.*&=:+&9:1+&=*'4:21+&3(.,H*+&9*& la collection du CSIC, « Fuentes históricas aragonesas j%&;:'&*M*H;.*&./59242(1&9,&diario du compromis de Caspe2%& H:2+& ;:+& 9:1+& 9/:,4'*+& =(HH*& ./59242(1& 9,& .23'e de testaments du

notaire Vicente de Rodilla3. Par ailleurs, le Vocabulario de la cancillería aragonesa de

S(.(H:&A.*:.&1/:==*14,*&:,=,1&9*+&4*'H*+&'*=,*2..2+4. En conséquence, nous avons adopté le

parti suivant dans cette thèse : quand nous éditons nous-même les textes, nous accentuons en +,23:14&.*&H:1,+='24%&=/*+4-à-92'*&J,:+2H*14&P:H:2+K&D1&'*3:1=N*%&.*+&=24:42(1+&42'5*+&9/59242(1+& sont reproduites fidèlement, avec les signes diacritiques adoptés par les éditeurs.

A/:14N'(;(1BH2*&+(,.I3*&9*+&J,*+42(1+&difficiles à résoudre de façon cohérente dans cette thèse rédigée en français mais portant sur des individus parlant catalan, castillan et italien, dont les noms sont transcrits différemment selon les langues des rédacteurs des sources. Nous avons choisi d*&'*;'(9,2'*&./('4N(7':;N*&9*+&1(H+&.:&;.,+&)'5J,*14*&9:1+&.*+& +(,'=*+%&*4&9:1+&.:&.:17,*&9/('2721*&9*+&2192329,+K&01&S:4:.:1&:;;:':g4':&9(1=&=(HH*&!*'*& E(:1&*4&,1&@4:.2*1&=(HH*&!2*4'(&?2(3:112K&D1&24:.2*1%&1(,+&1/:3(1+&;:+&N:'H(12+5&.*+&=(;,.*+&

1 A. ALCOVER, Diccionari català-valencià-balear, Barcelone, I1+424,4&9/D+4,92+&S:4:.:1+, 2002.

2 F. M. GIMENO BLAY éd., El Compromiso de Caspe (1412) : diario del proceso%& 8:':7(++*%& @1+424,=2lx1&

Fernando el Católico, 2012.

3 A. DEL CAMPO GUTIÉRREZ éd., El Libro de Testamentos, de 1384-1407 del notario Vicente de Rodilla, Una

introducción a los documentos medievales de últimas voluntades de Zaragoza, Saragosse, Institución Fernando

el Católico, 2011.

4 C. LLEAL, O).'U62'&/)" #," 2'" >'*./22,&B'" %&'()*,-'8" -/(2)" TO, Saragosse, Institución Fernando el Católico,

(23)

22

« di » ou « da » à dessein, car pendant la phase de constitution de notre base de données ;'(+(;(7':;N2J,*%&1(,+&:3(1+&,42.2+5&=*44*&92))5'*1=*&9/,+:7*&;(,'&92+4217,*'&;.,+&):=2.*H*14& les habitants du royaume de Naples des sujets des puissances plus septentrionales : Antonio da Trezzo est un Lombard, Angelo Recellani di Buccino est régnicole. Cette licence .217,2+42J,*&J,*&1(,+&1(,+&(=4'(B(1+&'*=(,;*&.:'7*H*14&.*+&3:'2:14*+&'572(1:.*+&9*&./24:.2*1& vernaculaire au XVe +2I=.*%&=/*+4&;(,'J,(2&1(,+&*+;5'(1+&J,/*..*&+*':&considérée comme une

faute vénielle.

Le problème le plus délicat porte évidemment sur les noms des personnes royales et des personnalités politiques de premier plan. Nous écrivons en français et il semblait logique de nommer Alphonse le Magnanime en français, de même que les papes ou Jeanne II de $:;.*+K&S*;*19:14%&2.&*+4&2H;(++2O.*&9*&H*44'*&*1&^,3'*&,1*&;':42J,*&=(N5'*14*&+:1+&+(HO'*'& dans le ridicule Q&<':1V(2+& 8)('=*%&;:'& *M*H;.*%&).*,'*&O(1&./:1=2*1&'572H*K&$(,+&1(HH(1+& donc les Italiens en italien etc., avec quelques aménagements pour plus de clarté : le fils et N5'242*'& 9,& C:71:12H*& -& $:;.*+& +/:;;*..*& <*'921:19& 9*& G':+4:H:'*%& H:2+& 2.& *+4& 1(HH5& Ferrante par ses sujets italiens. Nous faisons de même, ce qui permet de le distinguer de son grand-père Ferdinand Ier de Trastamare.

(24)

23

P

REMIÈRE PARTIE

(25)

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :