Disponible à / Available at permalink :

277  Download (0)

Texte intégral

(1)

- - -

- - -

Dépôt Institutionnel de l’Université libre de Bruxelles / Université libre de Bruxelles Institutional Repository

Thèse de doctorat/ PhD Thesis Citation APA:

Nizette-Godfroid, J. (1979). Maîtresses et maîtres des animaux: contribution à l'étude de l'influence des arts du Proche-Orient ancien sur l'iconographie grecque archaïque (Unpublished doctoral dissertation). Université libre de Bruxelles, Faculté de Philosophie et Lettres, Bruxelles.

Disponible à / Available at permalink : https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/214089/2/2c795e35-5fd0-49fa-86f5-4c1761c1c4e6.txt

(English version below)

Cette thèse de doctorat a été numérisée par l’Université libre de Bruxelles. L’auteur qui s’opposerait à sa mise en ligne dans DI-fusion est invité à prendre contact avec l’Université (di-fusion@ulb.ac.be).

Dans le cas où une version électronique native de la thèse existe, l’Université ne peut garantir que la présente version numérisée soit identique à la version électronique native, ni qu’elle soit la version officielle définitive de la thèse.

DI-fusion, le Dépôt Institutionnel de l’Université libre de Bruxelles, recueille la production scientifique de l’Université, mise à disposition en libre accès autant que possible. Les œuvres accessibles dans DI-fusion sont protégées par la législation belge relative aux droits d'auteur et aux droits voisins. Toute personne peut, sans avoir à demander l’autorisation de l’auteur ou de l’ayant-droit, à des fins d’usage privé ou à des fins d’illustration de l’enseignement ou de recherche scientifique, dans la mesure justifiée par le but non lucratif poursuivi, lire, télécharger ou reproduire sur papier ou sur tout autre support, les articles ou des fragments d’autres œuvres, disponibles dans DI-fusion, pour autant que :

Le nom des auteurs, le titre et la référence bibliographique complète soient cités;

L’identifiant unique attribué aux métadonnées dans DI-fusion (permalink) soit indiqué;

Le contenu ne soit pas modifié.

L’œuvre ne peut être stockée dans une autre base de données dans le but d’y donner accès ; l’identifiant unique (permalink) indiqué ci-dessus doit toujours être utilisé pour donner accès à l’œuvre. Toute autre utilisation non mentionnée ci-dessus nécessite l’autorisation de l’auteur de l’œuvre ou de l’ayant droit.

--- English Version ---

This Ph.D. thesis has been digitized by Université libre de Bruxelles. The author who would disagree on its online availability in DI-fusion is invited to contact the University (di-fusion@ulb.ac.be).

If a native electronic version of the thesis exists, the University can guarantee neither that the present digitized version is identical to the native electronic version, nor that it is the definitive official version of the thesis.

DI-fusion is the Institutional Repository of Université libre de Bruxelles; it collects the research output of the University, available on open access as much as possible. The works included in DI-fusion are protected by the Belgian legislation relating to authors’ rights and neighbouring rights.

Any user may, without prior permission from the authors or copyright owners, for private usage or for educational or scientific research purposes, to the extent justified by the non-profit activity, read, download or reproduce on paper or on any other media, the articles or fragments of other works, available in DI-fusion, provided:

The authors, title and full bibliographic details are credited in any copy;

The unique identifier (permalink) for the original metadata page in DI-fusion is indicated;

The content is not changed in any way.

It is not permitted to store the work in another database in order to provide access to it; the unique identifier (permalink) indicated above must always be used to provide access to the work. Any other use not mentioned above requires the authors’ or copyright owners’ permission.

(2)

Section d'Histoire de l'Art et d'Archéologie

MAÎTRESSES ET MAÎTRES DES ANIMAUX.

CONTRIBUTION A L'ETUDE DE L'INFLUENCE DES ARTS DU PROCHE-ORIENT ANCIEN SUR

L'ICONOGRAPHIE GRECQUE ARCHAÏQUE .

NOTES

Dissertation présentée par

Jeannine NIZETTE = GODFROID pour l'obtention du grade de

Docteur en Histoire de l'Art et Archéologie

Directeur: Monsieur le Professeur Charles DELVOYE

Année Académique 1978-1979

(3)

Section d'Histoire de l'Art et d'Archéologie

MAÎTRESSES ET MAÎTRES DES ANIMAUX.

CONTRIBUTION A L'ETUDE DE L'INFLUENCE DES ARTS DU PROCHE-ORIENT ANCIEN SUR

L'ICONOGRAPHIE GRECQUE ARCHAÏQUE .

NOTES

Dissertation présentée par

Jeannine NIZETTE-GODFROID

pour l'obtention du grade de Docteur en Histoire de l'Art et Archéologie

Directeur : Monsieur je Professer Charles DELVO' 674.266

Ml

Année Académique 1978-Î979

(4)

INTRODUCTION

1 . M. ROBERTSON, A Historv of Greek Art. 1, Cambridge, University Press, 1975, p. 22-23,

2. Fr. POULSEN, Per Orient und die frühgriechische Kunst. Leipzig, Teubner, 1912.

3. T.J. DUNBABIN, The Greeks and their Eastern Neiqhbours. Londres, The Society for Promotion of Hellenic Studies, 1957.

4. P. DEMARGNE, La Crète dédalique. Etudes sur les origines d* une renaissance. Paris, E. De Boccard, 1947.

5. E. AKURGAL, Die Kunst Anatoliens von Homer bis Alexander. Berlin, W. de Gruyter, 1961 ; Orient et Occident, la naissance de l*art

grec (L*Art dans le Monde), Paris, Albin Michel, 1969.

6. F, STUDNICZKA, Kyrene. Eine altqriechische Gottin. Leipzig, Teubner, 1 890, p. 145-174,

7. G. RADET, Cvbébé. Etude sur les transformations plastiques d*un type divin. (Bibliothèque des Universités du Midi, 13), Bordeaux, 1909.

8. M.5, THOMPSON, The Asiatic or Winqed Artémis. J.H,S., 29 (1909), p. 286-307.

9. Ch. PICARD, Ephèse et Claros. recherches sur les sanctuaires et les cultes de l'Ionie du Nord. Paris, E. De Boccard, 1922.

10. E. KUNZE, Kretische Bronzereliefs. Stuttgart, W. Kohlhammer, 1931, p. 191-195 ; p. 200-203 ; Archaïsche Schildbander. Olympische

Forschungen II, Berlin, W. de Gruyter, 1950, p. 73-82.

11. J, CHARBONNEAUX, Deux grandes fibules géométriques du Louvre.

Préhistoire, I (1932), p, 172-259 ; particulièrement, p, 252-259.

12. H, BLOESCH, Antike Kunst in der Schweiz. Erlenbach-Zurich, E, Rentsch Verlag, 1943, p. 28-31.

13. M.P. NILSSON, The Minoan-Mycenaean Religion and its Survival in Greek Religion. 2e éd., Lund, C.W.K. Glaprup, 1950, p. 503-518 ; Geschichte der qriechischen Religion. I. 3e éd., (Handbuch der Altertumswissenschaft, 5. Abteilung, 2. Teil, 1. Band), Munich, C.H. Beck, 1967, p, 307-311, p. 486.

14. H, HINKS, The Master of Animais. Journal of the Warburg Instituts, I (1937-38), p. 263-265.

(5)

15. W, DEONNA, Daniel, le maître des fauves. Artibus Asiae, 12 (1949), p. 119-140 et p. 347-374.

16. J. CHITTENDEN, The Master of Animais. Hesperia, 16 (1947), p. B9-114.

17. H. CAHN, Die Lowen des Apollon. Muséum Helveticum, 7 (1950), p. 105-199.

IB. K, SCHEFOLD, Der LSwenqott von Delphi. Wissenschaftliche

Zeitschrift der Universitat Rostock, 17. Jahrgang (1968), Mathe- matisch-Naturwissenschaftliche Reihe, Heft 7-8, p. 769-773.

•»

19. H, MOBIUS, Die Gottin mit dem LSwen. Festschrift fur Wilhelm Eilers, Ein Dokument der internationalen Forschung zum 27 September 1 966, Wiesbaden, 0. HarrassoM \tz, 1967, p. 449-468.

20. P, LEVÊQUE, Héra et le lion d’après des statuettes de Délos.

BCH, 73 (1949) , p. 125-1 32.

21 . W. TECHNALi, Die Gottin auf dem Stier. J.d.I., 52 (1937), p. 76-103.

22. J. MARCADÉ, Un casque crétois trouvé à Delphes. BCH, 73 (1949), p. 421-436 et particulièrement p. 434-436.

23. Ch. PICARD, La POTNIA TAYRON de Colophon. Mélanges Holleaux, p. 175-200.

24. N. YALOURIS, Athéna als Herrin der Pferde, Muséum Helveticum, 7 (1 950) , p. 19-101 .

25. F, WILLEMSEN, VU. Bericht über die Ausqrabunqen in Olympia (1956-58) . p. 1 87-1 90.

26. E, SIMON. Die Gotter der Griechen. Munich, M. HIRMER, 1969, p. 147-161 ; p. 167-170. '

27. L.R. FARNELL, Greece and Babvlon. A Comparative Sketch of Mesopotamian. Anatolian and Hellenic Religions. Edimbourg, T. et T. CLARK, 1911, p. 51-11 5> tKc Cuit of th*. Gatelî

28. J. DUCAT, Perirrhantèria. BCH, 88 (1964), p. 577-606.

29. Fr.W. HAMDORF, Lakonische Perirrhanterien. A M, 89 (1974), p. 47-64.

30. E. NEUMANN, Die Grosse Mutter. Eine Phanomenoloqie der weibliichen Gestaltungen der Unbewussten. 2. Auflage, Alten, Walter-Verlaq, --- T974 ,”p“:“229-2Fr;

(6)

31. R. 5TIGLITZ, Die grossen Gottinen Arkadiens, Der Kultname MEPAAAI

©EAI und seine Grundlagen (Sonderschriften herausgegeben vom Oste- rieschischen Archaologischen Institut in Wien, Bd. XV) (1967),

p, 98-1 09.

32. E. SPARTZ, Pas Wappenbild der Herrn und der Herrin der Tiere in der minoisch-mvkenischen und fruhqriechischen Kunst. Munich, Dissertations Druckerei Charlotte Schon, 1962.

33. Chr. CHRI5T0U, Potnia Therôn, eine Untersuchung über Ursprung, Erscheinunqsformen und Wandlungen der Gestalt einer Gottheit.

Thessalonique, sans éditeur, I960,

34. A. DESSENNE, Le sphinx, étude iconoaraphique, I, Des origines à la fin du second millénaire. Paris, E. De Boccard, 1957.

35. E. AKURGAL, Prient et Occident, la naissance de l*art grec.

36. P. DEMAR6NE, Naissance de liart grec. (L'Univers des Formes, Paris, Gallimard, 1964.

(7)

AVANT-PROPOS

LA MAITRESSE ET LE MAITRE DES ANIMAUX DANS L'ART CRETO-MYCENIEN

1. La synthèse la plus récente à ce sujet est celle d'E. SPARTZ, Pas Wappenbild der Herrn und der Herrin der Tiere. p. 8-39.

2. M.P, NILSSON, Geschichte der Griechischen Religion. I, 3e éd.

(Y967), pl. 21, fig. 4, p. 295 ; du même, The Minpan-Mvcenaean Reliqjpn and its Survival in Greek Relioicn. fig. 177, p.367 ; J. BOARDMAN, Preclassical frcm Crete tp Archaîc Greece. fig. B, p. 26 ; F.H. MARSHALL, Catalcque of the Jewellerv British Muséum, n" 762 ; R,A. HIGGINS, Greek and Rcman Jewellerv. pl, IB et 3B, p. 64 sqâ. ; du même, The Aegina Treasure Reccnsidered. BSA 52

(1957), p. 45 sqq. ; P. DEMARGNE, Naissance de l'art grec, fig.

150 ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild. n“ 21, p. 9-10 ; K. PAPAIOANNOU, L'art grec. (Mazened), fig. 779.

3. E, SPARTZ, PP. cit.. p. 17.

4. A, EVANS, The Palace cf Minos at Knpssps. Bd. IV, 2, p. 596, p. 608 fig, 597 Ae ; M.P, NILSSON, Geschichte der griechischen Reliqjpn. I, 3e éçd., pl. 18, 1, p. 293 ; du même, Mincan-Mycenaean Reliqjpn. fig. 162, p, 353 ; p. 352-353 ; E. SPARTZ, qp. cit..

n° 1, p. 12-13.

5. Par exemple : M.P, NILSSON, cp, cit,. fig. 169, p. 358 ; cf. E, SPARTZ, PP, cit.. p, 13.

6. Par exemple : M.P, NILSSON, gp. cit.. fig. 172, p. 360 ; Ccrpus der Mincischen und Mykenischen Siegel, Bd I, Athen. n“ 144, p. 163 et n“145,p.164,

7. Par exemple : M.P. NILSSON, The Mincan-Mvcenaean Reliqipn. p. 357, fig, 168 ; du même, Geschichte der griechischen Reliqicn. I. 3e éd., pl. 20, 4 ; D. LEVI, Asathene. 8-9 (1925-26), fig. 244 ;

J. CHARBONNEAUX, Préhistpire. I (1932), p. 209, fig. 9.

8. Par exemple : Ccrpus der minoischen und Mykenischen Siegel, Bd I, Athen. n® 89, p. 105 (lion de droite).

9. Par exemple : Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd. VII, Die enqlischen Museen, II. n® 173, p. 212 ; H.Th. BOSSERT,

Altkreta. fig. 322a.

9bis. Par exemple : Corpus der minoischen und mykenischen Siegel,

Bd. V ; Kleinere Griechische Sammlunqen, Teil 2 ; n® 675, p. 549.

(8)

10

.

1 1

.

12

.

13.

14.

1 5.

16.

1 7.

1 8

.

19.

20

.

21

.

22

.

i. 23.

Par exemple ; H. SEYRIG, Svria. 32 (1955), pl. 3, 1 ; A. EVANS, The Palace of Mines. Bd. II. 2. p. 765, fig. 495 ; Bd. IV. 2.

p. 580, fig, 566 ; M.P. NILSSON, The Minoan-Mveenaean Religion, p. 252.

E. SPARTZ, Pas Wappenbild. p. 17.

Par exemple : Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd. I, Athen. n" 144, p. 163 et n» 145, p. 164 ; M.P. NILSSON, The Minoan-Mveenaean Religion, fig. 172, p. 360 ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild, p, 14.

M.P. NILSSON, OP. cit.. fig. 174, p. 363.

V.E.G. KENNA, ASA, 68 (1964), pl. 1, 41 ; pl. 2, 32, p. 6 et 11 ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild. n“ 16, p. 14.

Par exemple ; Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd. I, Athen. n“ 144, p, 163 et n" 145, p. 164 ; M.P. NILSSON, j op. cit., fig. 172 p. 360 ; du même, Geschichte der griechischen Religion. I. 3e éd., pl. 21, 1.

M.P. NILSSON, OP. cit.. pl.

Religion, fig. 154, A-B, p.

les études sur les dieux et E. SPARTZ, Pas Wappenbild. P

23, 3-4 ; du même, The Minoan Myceri 333 ; R. PU MESNIL PU BUISSON, Nouv les mythes de Canaan, fig. 127, p.

.15-16.

aean el- 239 f

Par exemple : Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd. VII, Pie englischen Museen. II, n“ 118, p. 158.

E. SPARTZ, op. cit.. p, 16.

Ibidem ; Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd. V, Kleinere griechische Sammlungen, Teil 2. n“ 654 p. 524 ;

M.P. NILSSON, The Minoan-Mveenaean Religion, fig. 173, p. 361.

E. SPARTZ, op. cit.. p. 16 ; Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd. I, Athen. n® 233, p. 266.

Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd. VII, Pie i englischen Museen. II, n“ 134, p. 175 ; A. FURTWANGLER, Antike ! Gemmen, I, pl. 2, 20 ; PERROT-CHIPIEZ, Histoire de l*Art. VI,

p.851fig.432,n"2. }

Cf. M.P. NILSSON, Geschichte der griechischen Religion, I. 3e éd., p. 290-292, pl, 7, 1 ; pl, 11, 2 fig. F ; du même, The Minoan- Mveenaean Religion, p. 330-333.

E. SPARTZ, op. cit.. p. 16, 24. Ibidem. p, 16, n“ 34.

(9)

25. Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Ed. I, Athen.

n" 172, p. 195 ; J, CHITTENDEN, The Master of the Animais. Hespe- ria, 16 (1947), pl. 17, c ; p. 108 ; M.P. NIL5S0N, The Minoan- Mycenaean Religion, fig. 171, p. 359 ; du même, Geschichte der oriechischen Religion. I, 3e éd., pl. 20, 7.

26. Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd. I, Athen.

n“ 179, p. 202-203 ; H.-Th. B05SERT, Altkreta. fig. 400, d ; A. EVANS, The Palace of Minos at Knossos, Bd. IV, 2. p. 393,

fig. 329 ; p. 460, fig. 385 ; Ch. PICARD, R.A., 12 (1938), fig. 6, p. 19 ; H. LORIMER, Homer and the Monuments, p. 23 ; M.P. NIL550N, Geschichte der qriechisch.3n Religion, I. 3e éd., pl. 16, 4 ; du même, The Minoan-Mycenaean Religion, fig. 55, p. 147 ; J. BECATTI, Oreficerie antiche. pl. 12, 32 ; M. VENTRIS et J. CHADWICK, Docu­

ments in Mycenaean Greek. fig. 21, p* 333 ; 5p. MARINAT05 et M.

H IR MER. Kreta. p. 122, fig. 207 ; M.P. NILSSON, The Minoan- Mycenaean Religion, fig, 53 et 54, p, 146 ; du même, Geschichte der oriechischen Religion, I. 3e éd. , pl. 22, 5.

27. M.P. NILSSON, The Minoan-Mycenaean Rpligion. p. 383-388 ;

E. 5PART2, Das Wappenbild, p. 22-39 et spécialement, p. 36-39.

28. Par exemple : M.P, NILSSON, Geschichte der oriechischen Religion.

_I, 3e éd,, pl, 18, 4 et 6 ; du même^ The Minoan-Mycenaean Religion, fig, 164 et 165, p, 355,

29. Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd, I, Athen.

n“ 133, p, 150 ; n“ 280, p. 316.

30. Ibidem. n“ 220, p, 254 ; n" 221, p. 255 ; Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd. XII, Nordamerika I. n®‘239, p. 334 ; M.P. NILSSON, The Minoan-Mycenaean Religion, fig. 166 p. 356 ; p, 356-357 ; du même, Geschichte der Oriechischen Religion, I.

3e éd,, pl, 20, 3, p. 294.

31. Par exemple : Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd. VII, Die englischen Museen, II. n" 118, p. 158 ;

F. H, MARSHALL, Catalogue of the Finge^ Rings, n® 282, pl. 7 ; V.E.G. KENNA, Cretan Seals. p. 59 n® 2 ; Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd, I. Athen. n“ 128, p. 145 ;

A. FURTWANGLER, Antike Gemmen; I. pl. 6, 18 ; H.Th. BOSSERT,

Altkreta. fig, 33^e ; G. BECATTI, Oreficerie antiche. pl. 13, 36.

32. D. LEVI, La dea micenea a cavallo. Studies presented to D.M.

Robinson, I, pl. 4, fig. a-b ; fig. 2, p, 117 ; fig. 4, a-b, p. 119 ; Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd. V.

Teil. 2. n" 504, p. 464 ; Bd. I. n® 167, p. 189.

(10)

PREMIERE PARTIE

LA DISPOSITION HERALDIQUE DU MAÎTRE ET DE LA MAITRESSE

DES ANIMAUX DANS L'ART GREC ARCHAÏQUE

I

(11)

CHAPITRE I

LA DIVINITE MAITRESSE DE CHEVAUX

1. Eu égard à la fréquence des représentations des lions, des oiseaux, des taureaux, des capridés et des animaux fabuleux, le cheval est relativement peu représenté en compagnie des divinités orientales, maîtresses des animaux. Il existe bien, dans la Syrie du deuxième millénaire,une "Astarté à cheval", déesse guerrière - c'est ce seul côté que retint l'Egypte quand elle adopta la déesse -, et maîtres­

se des animaux. Cependant, lorsqu'elle est la "régente des che­

vaux", Astarté est une déesse cavalière et n'est pas figurée dans les attitudes habituelles des potniai therôn ; en outre, ses repré­

sentations, en déesse cavalière, ne sont pas extrêmement nombreu­

ses. A ce sujet, voir J. LECLANT, Astarté à cheval d'après les re­

présentations égyptiennes. Syria XXXVII (1960), p. 1-67 et tout particulièrement, les p. 57-67.

2. Cf. E, SIMON, Die Gotter der Griechen. p. 83.

3. J. CHARBONNEAUX, Deux grandes fibules géométriques du Musée du

Louvre. Préhistoire I (1932), p. 192-259 ; particulièrement p. 227- 230. Les deux fibules se révélèrent finalement être des faux mais est-ce une raison suffisante pour rejeter entièrement le contenu de l'article de Charbonneaux, même lorsqu'il raisonne sur des docu­

ments authentiques, comme le fait E. 5PARTZ, Pas Wappenbild der Herrn und der Herrin der Tiere. p. 40 ?

4. B. 5CHWEITZER, Die oeometrische Kunst Griechenlands. p. 64-65, voir aussi F. 5CHACHERMEY ER, Poséidon und die Entstchung der qrie- chischen Gotteralaubes. p, 58 sq.

5. M.P, NILSSON, Geschichte der qriechischen Religion. I. 3e éd.

(1967) p. 310 ; I. SCHEIBLER, Die svmroetrische Bildform in der frühqriechischen Flachenkunst. p. 16 ; E. SPARTZ, op. cit..

p. 40-41.

6. P. COURBIN, La céramique géométrique de l'Arqolide. p. 495.

7. E. SIMON, OP. cit.. p, 83-84.

8. A. ROES, De Oorspronq der qeometrische Kunst. p. 81-82.

9. A. ROES, Les ex-voto de bronze de l'époque géométrique. Revue ar- cFTéHlogique n p"i I ^S^ZO’B et particulièrement p. 2ÏÏ2-208.

(12)

1G, IV. Bericht uber die Ausorabunqen in Olympia, pl. 33, 1, p. 107- 108 ; B. SCHWEITZER, Die geometrische Kunst Griechenlands. fig. 195, p. 166.

11. IV. Bericht. Olympia, fig. 89, p. 107 ; B. SCHWEITZER, op. cit..

fig. 106, p. 166. On notera, avec intérêt, que ce bronze vient d'Araadie où Poséidon était imaginé en dieu cheval. De son union avec une Déméter-jurnent, naquirent un fils, le poulain divin Arion, et une fille, qu'on appelait à Phigalie et à Lykosura, Despoina.

A ce sujet, voir M.P. NILSSON, Geschichte der oriechischen Reli­

gion . 3e éd., p. 448.

12. B. SCHWEITZER. oo. cit.. fig. 194, p. 166-169 ; U. JANTZEN, A.A.;

(1938), fig. 23.

13. B. SCHWEITZER, op. cit.. p. 168.

14. D. LEVI, La dea micenea a cavallo. Studies presented to David M.

Robinspn, I, p. 108-125 ; pl. 4, fig. a-b ; p. 116.

15. Ibidem, fig. 2 p. 117.

16. Ibidem, fig. 4 a-b, p. 119.

17. Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd. V, Teil 2, n“ 584 p. 464.

18. Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd. I, Athen. n°

167, p. 1 89.

19. J. CHADWICK, The Mycenaean World, p. 93.

20. Fr. WILLEMSEIM, Dre if usskessel von Olympia. Olympische Forschungen, III, pl, 46, B. 12823/B.1665 ; B. SCHWEITZER, Die geometrische Kunst Griechenlands. fig. 215, p. 189 ; H.-V. HERRMANN, Olympia, pl. 16a, p. 75.

21. C'est également l'avis de B, SCHWEITZER, op. cit.. p, 180 et d' H,-V, HERRMANN, op. cit.. p. 75. Herrmann fait dériver cette fi­

gure de modèles syriens représentant "le dieu sur le taureau" mais il estime qu'il est impossible de lui attribuer une identité. Il est difficile, à mon sens, de décider, avec assurance, si nous de­

vons reconnaître des influences orientales dans cette thêophanie ou si nous devons y voir des réminiscences créto-mycéniennes ; le

geste de 1'épiphanie est aussi commun dans l'art créto-mycénien que dans l'art oriental. Il est cependant vrai que les figurines en bronze représentant un guerrier nu mais casqué et qui devait bran- ______dir une lance, dérivent assez nettement de prototypes nord-sy-_______

riens : voir H.-V, HERRMANN, op. cit.. pl, 13a, 16c et b,

B. SCHWEITZER, op. cit. . fig. 1 26-127. p. . 189, il considère que le maître des chevaux figuré sur ce pied de lébès représente peut- être Poséidon.

(13)

22. E. KUNZE, IV. Bericht. Olympia, pl. 38-46, p. 118-124 ; p. 123, E, Kunze considère qu'il s'agit d'une représentation de Zeus jeu­

ne, qui a été en faveur pendant tout le Vile siècle ; H.-V. HERR- MANN, Olympia, pl. 13a, pl. 17 a-b, pl. 26 a-e, p. 90-91 ;

B. SCHWEITZER, Die qeometrische Kunst Griechenlands. p. 138-139, fig. 126-127 ; ces deux exemples datent d'environ 750 : cf. E.

KUMZE, VII. Bericht. Olympia, p. 148 sq.

23. H.-V. HERRMANN, op. cit.. p. 91.

24. Par exemple, H.Th. BOSSERT, Altsyrien. fig. 579 (XlVe siècle), p. 177, fig. 580 (2ème moitié du Ile mill.), p. 117 ;

J. WIESNER, L'art de la Syrie ancienne, dans J. THIMME et autres.

Civilisations anciennes du bassin méditerranéen, fig. 30b, p. 134.

25. E. AKURGAL, Orient et Occident, p. 194-196.

26. A. PARROT, M.H. CHEHAB, S. MOSCATI, Les Phéniciens, fig. 243, p. 223.

27. H.-V. HERRMANN, Olympia. fig,43, p. 73-74, d'après E. KUNZE, Meisterwerke griechischen Kunst aus Olympia, p. 9 ; P.P. KAHANE, Antike Kunst. 1 6 (1 973), fig. 13, p. 128.

28. P.P. KAHANE, loc. cit.. p. 128-129 ; J.L. BEN50N, Horse. Biid and Man. p. 46-47.

29. B. 5CHWEITZER, Die qeometrische Kunst Griechenlands. fig. IBS, p. 161 sqq. ; p. 161, Schweitzer date cette anse du premier quart du Ville siècle.

30. A. ROES, Les ex-yoto de bronze de l'époque géométrique. Revue archéologique, (1970), p, 202, fig. 17b, 18-20.

31. CVA Deutschland 33, Berlin 4, pl, 151, 1 ; J.N. COLDSTREAM, Greek Géométrie Pottery. n® 17, p, 182, p. 183 sqq.

32. P, COURBIN, La céramique qéométrigue de l'Arqolide. pl. 32, MN 231/A.

33. E.-L. MARANGOU, Lakonische Elfenbein- und Beinschnitzereien.

fig. 72b, n® 44 (1 5526).

34. La perruque à étages et le port de la queue, releyée en S, les désignent comme les héritiers directs des prototypes syriens. A ce sujet, yoir A. DESSENNE, Le sphinx. I. p. 58-60,

35. R. DU MESNIL DU BUISSON, Nouvelles études sur les dieux et les --- myirhB^—de~E~a n ci~ari~i~PT~2-35^ 4 0~. --- ---

36. A. ROES, OP. cit.. p. 202, fig. 17b, 18-20.

(14)

39.

4D.

41 . 42.

43.

44.

45.

46.

47.

48.

49.

50.

51 .

52.

53.

style figuré. Age du Fer (1050-500 av. J.C.). n" XVI;A.5., p. 157- 158 et n“ XVI.a.6, p. 159.

CVA Deutschland 27, Heidelberg 3, pl.

CVA Deutschland 9, Munich 3, pl. 120, CVA Deutschland 9, Munich 3, pl. 113, CVA Deutschland 27, Heidelberg 3, pl.

P.P. KAHANE, Antike Kunst, 16 (1973),

123, n® 3, p. 65.

fig . 2-3 , p. 21 . fig. 1-2.

117 n» 117, p. 56.

p. 133.

Je n'ai pas rassemblé une documentation exhaustive sur la repré­

sentation de l'homme flanqué de deux chevaux à l'époque géométri­

que, mais je pense avoir consulté un nombre statistiquement satis­

faisant de documents pour pouvoir tenter uns nouvelle approche du problème.

P. COURBIN, La céramique géométrique de l'Arqolide. pl. 57, C.871.

P. COURBIN, op. cit. . pl. 41, C.210/B (scène centrale) ; pl. 37, C 2362 ; Fasti archeologici, (1969-1970) pl. IX, fig. 23 n* 3225 ; N.M. VERDELI5, AM 78 (1963), Beilage 16, 2 ; Beilage 17, 1 et 3.

Cratère de Mycènes : P. COURBIN, op. cit.. pl. 62 (d'après un cli­

ché de l'Institut allemand) ; J.N. COLDSTREAM, Greek Géométrie Potterv. pl. 27 fig. cratère de Mélos : J.N. COLDSTREAM, op. cit.. pl. 29 fig. d ; B. SCHWEITZER, Die qeometrische Kunst Griechenlands. fig. 20, p. 65.

P. COURBIN, op. cit.. p. 405.

B. SCHWEITZER. op. cit.. o; 64-65. fcf- a.acLen<iuro , Ibidem. p. 65.

Pausanias, Description de 1'Arcadie^ VIII ; 42, 3-4, ed. Fr. SPIRO, II, Leipzig, Teubner, 1903 (Stuttgart, 1964),(voir Addenda, auteurs anciens^.

B. SCHWEITZER, op. cit.. p. 65.

P. COURBIN, OP. cit.. Pl. 138. C 2537 ; pl. 35, C 1018 ; pl. 141, C 3 562 ; N.M. _VERD£LJ.S__ AM_7-B—(-1-9-6.3-U_aelXagB—1-4-,_3—Ba-i-J-a^a-^fi-,--- 1.

(15)

54. N.M. VERDELI5, A.M., 78 (1963), Beilage 14, 3.

55. Ibidem. Beilage 16, 3.

56. Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd. VII : Die

Englischen Museen II. n“ 11B p. 158 ; F.H. MARSHALL, Catal-of the Finaer Rings^ n“ 2B2, pl. 7 ; V.E.G, KENNA, Cretan Seals. p. 59 n» 2.

57. Corpus der minoischen und mykenischen Siegel, Bd. I, Athen ; n" 128, p. 145 ; A. FURTWANGLER. Antike Gemmen. I. pl. 6, 18 ; H,Th. BDSSERT, Altkreta. fig, 339 e ; G. BECATTI, Dreficerie antiche dalle Minoische aile Barbariche. pl. 13, 36.

58. H, FRANKFORT, Cvlinder Seals. pl. XLV, C, 59. Ibidem. pl, XLV, i,

60. B. BUCHANAN, Catalogue of Ancient Near-Eastern Seals in the Ashmolean Muséum, I. pl. 61 n“ 988, p. 196.

61 . J. CHARBONNEAUX, Drux grandes fibules géométriques du Musée du Louvre. Préhistoire I (1932), p. 227 ; N. YALDURIS, Athéna als Herrin der Pferde. Muséum Helveticum, 7 (1950), p. 19-101 ; spécialement p. 89-91 ; B, SCHWEITZER, Die geometrische Kunst Griechenlands. p, 64-65 ; A. ROES, Fragments de poterie géométri­

que trouvés sur la citadelle d*Argos. BCH, 77 (1953), p. 90-104 ; L. SECHAN et P. LEVÉQUE, Les grandes divinités de la Grèce, p. 105- 107, soulignent les fortes affinités qui existent entre Poséidon et le cheval J ( cf. cicicltn dLumj p ).

62. G. BECATTI, L*età classica. planche couleur face à la p, 14 ; B. SCHWEITZER, op. cit.. fig. 56 ; K. PAPAIOANNOU, L*art grec.

(Mazenod) fig. 662.

63. A ce sujet, voir M,P. NIL5S0N, Geschichte der griechischen Reli­

gion. I. 3e êd, (1967), p. 290-292 ; du même, The M inoan-Mycenaean Religion and its Survival in Greek Religion, p, 330-333 ; Fr. MATZ, La Crête et la Grèce primitive. (l'Art dans le Monde), p. 142. En Orient, la déesse Ashtart peut se manifester sous la forme d'une colombe ou d'une déesse nue, ptérophore et aux pattes d'oiseau ; voir R. DU MESNIL DU BUISSON, Nouvelles études sur les dieux et les mythes de Canaan, p. 80 et p. 236-239. Notons que dans la religion chrétienne, la colombe est restée un signe de théophanie, (cP. «xd«ien.

64. M.P. NILSSON, Geschichte der griechischen Religion, pl. 14, 4 ; P, DEMARGNE, Naissance de l'art grec, fig. 303, p, 395.

.6Abis_. K-,—PAÆA-IOAN-NÜU-.—L-î-a-rt—g-re^5—(Ma-zeoed-)-;—f-irg%—l-T’R-;—--- ~

(16)

65. M.P. NILSSDN, op. cit.. pl. 23, 3-4 ; du même, The Minoan-Mycenaean Religion, fig. 154, A-B, p. 333 ; R. DU MESNIL DU BUISSON,

OP. cit.. fig. 127, p. 239 ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild der Herrn und der Herrin der Tiers, p. 15-16.

66. B. SCHWEITZER, op. cit. . fig. 59.

66bis. E.A. LANE, Laconian Vase - Paintinq. BSA, XXXIV (1933-34), pl.41,C,p.160.

66ter. E. KUNZE, II. Olympische Forschungen, pl. 42, XV a ; p. 61-62.

67. P. COURBIN, La céramique géométrique de l’Arqolide. pl. 8 GR 2 e.

60. N. YALOURIS, Athéna als Herrin der Pferde. Muséum Helveticum, 7 (1950), p. 01 .

69. Ibidem. p. 82.

70. B. SCHWEITZER, Herakles. Aufsatze zur qriechischen Religions- und Saqenqeschichte. p. 93.

71. CVA Deutschland 9, Munich 3, pl. 108 fig. 1 et 2.

72. K. SCHEFOLD, Die Griechen und ihre Nachbarn. pl. 180, p. 218 (notice de I. SCHEIBLER) ; K. SCHEFOLD, Mvth and Leqend. pl. 26 ; R. BIANCHI-B.ANDINELLI, L*arte dell’antichità classica, I, Gracia, fig. 38 ; il date cette cuirasse du troisième quart du Vile siècle.

73. R. DU MESNIL DU BUISSON, Nouvelles études sur les dieux et les mythes de Canaan, fig, 126 p. 283 ; fig. 125, n“ 720 et 736, p. 237 (sceaux de Nuzi) ; A, PARRDT, Assur. fig. 358, p, 206.

74. D. LEVI, Earlv Hellenic Potterv of Crete. pl. XXXI, 3 et pl. XXXII;

p. 14, l'auteur identifie cette déesse comme étant Artémis ; E, SPARTZ, Pas Wappenbild der Herrn und der Herrin der Tjere, p, 61, n" 67 ; J. SCHAFER, Relief pithoi. n“ 15, p. 15, p, 20-34, 75. H. HOFFMANN, Earlv Cretan Armorers. pl. 50, p. 31 ; Art and

Technology. A Symposium of Classical Bronzes, éd. par S. DOERINGER, D.G. MITTEN et A, STEINBERG ; article de M. GJ0DESEN, The Archaic Context and Environment of Some Greek Bronzes, fig. 1 , p. 146 ; fig, 2, p, 147,

76. Ce document contre la théorie de P, COURBIN, La céramique géométri­

que de l'Arqolide. p, 485, qui paraît estimer que le despotès the- rên doit toujours être plus grand ou au moins de grandeur égale à

ses animaux-attributs. ______

77. Intaille élamite : L. DELAPORTE, Catalogue, Louvre II. n" A 837, pl. 94 fig, 6, p, 182.

(17)

78. L. DELAPORTE, Catalogue. Bibliothèque Nationale, pl. XXII n“ 324, p. 186.

79. A.H. LAYARD, The Monuments of Nineveh. I. pl. 44, 1 ; J. SCHÂFER, Relief pithoi. p. 34 et note 110 ; E. 5PARTZ, Pas Wapoenbild.

p. 61 .

80. M. R05T0VTZEFF, Syria, 12 (1931), p. 53, fig. 2.

81. A. PARROT, Assur. fig. 148, p. 127.

82. C'est au Louristan et en Ourartou que l'on trouve le plus de re­

présentations de chevaux parfois soumis à l'autorité d'une divini­

té.

83. G. RIZZA et V. 5ANTAMARIA SCRINARI, Il santuario . soll' Acropoli di Gortina. vol. I, pl. XXV n“ 236, p. 186.

84. P. DEMARGNE, Terres cuites archaïques de Lato. BCH, 53 (1929), fig. 35, p. 423, pl. 30, 1-3 ; p. 423-424 ; E. KUNZE, Kretische Bronzereliefs. p. 202, Beilage 2 b ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild.

p. 60-61, n“ 69.

85. La description que je fais ici diffère légèrement de celle de P.

Demargne. Je crois en effet, avec E. SPARTZ, op. cit.. p. 60, note 3, que le maître des chevaux de Lato passe ses bras, très né­

gligemment modelés, autour du cou de ses bêtes. Ce que M. Demar­

gne a pris pour des bras pendants, est la retombée, le long du torse du dieu, des pattes antérieures repliées des chevaux.

86. R.M. DAWKINS, The Sanctuarv of Artémis Orthia at Sparta.

pl. XXXII, fig. 4 et 5 ; Fr. POULSEN, Per Orient und die frühqriechische Kunst. p. 142, fig. 157 ; M.S. THOMPSON, The Asiatic or Winqed Artémis. J.H.S.. 29 (1909) fig. 6, p. 290 ;

R. HIGGINS, Catalogue of the Terrarcottas. British Muséum. n“ 1034 pl. 142, p. 284.

87. M.S. THOMPSON. OP. cit.. p. 290.

88. E.-L. MARANGOU, Lakonische Elfenbein und Beinschnitzereien . n" 28, 15792, fig. 44, p. 58-61 ; R.M. DAWKINS, Artémis Orthia.

pl. 172, 1, p. 241-242 ; M.S. THOMPSON, op. cit.. p. 290, fig. 5 ; N. YALOURIS, Athéna als Herrin der Pferde. Muséum Helveticum, 7

(1950) p. 93 ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild. p. 70 note 2.

89. E.M. MARANGOU, op. cit.. p. 58.

90. N. YALOURIS. op. cit.. fig. 10. p. 50 ; E.L. MARANGOU. op. cit..__

fig. 45.

91. N. YALOURIS, op. cit.. p. 51.

(18)

92.

93.

94.

95.

96.

97.

98.

99.

100

101

1 02 103 104

105 106

107

1 00 109

R.M. DAWKINS, Artémis Orthia. pl. 186, 8 ; p. 251, fig. 23 p.

266 ; M.5. THOMPSON, J.H.S., 29 (1909), fig. 7 p. 291 ; E. SPARTZ, OP. cit.. p. 69-70.

M. ROSTOVTZEFF, Syria, 12 (1931), p. 56-57.

E. SPARTZ, Pas Wappenbild. p. 70.

M. ROSTOVTZEFF, Op. cit.. fig. 2, p. 53.

A. PARROT. Assur. fig. 148, p. 12 7.

E. PORADA, Ancient Iran. (Art of the WorlA), pl. 32, à droite.

B. FREYER-SCHAVENBURG, Elfenbeip aus dem Samischen Heraion.

pl. 3-4, p. 26-30.

N. YALOURIS, Muséum Helveticum, 7 (1950), p. 78-88.

D. G. MITTEN et S. DOERINGER, Master Bronzes, n" 72, p. 76.

La tête de la déesse portant un haut polos dérive de modèles la- coniens.

R. BIANCHI-BANDINELLI, Arte dell^ant ichità classica. I. Grecia.

fig. 344. Il n'est pas douteux que les deux chevaux cabrés soient attelés au quadrige car on distingue clairement le mors et les rênes des chevaux. Cette métope provient des travaux de restau­

ration des murs de l'Acropole de Sélinonte effectués après la destruction carthaginoise de 410. Les dimensions et le style la rapproche de celles du petit temple anonyme.

Ibidem, notice de la fig. 344.

E. KUNZE, III. Bericht. Olympia, fig. 94 p. 101, p. 102.

L.O. KEENE CONGDOM, Two Bronze Mirror Carvatids in the National Muséum of Warsaw, A.J.A., 70 (1966), p. 161-162, pl. 45.

CVA Pays-Bas, La Haye, Musée Scheurleer, 1, pl. 1, 3.

E.A. LANE, Laconian Vase Paintinq. BSA, 34 (1933/34), pl. 41 C ; N. YALOURIS, Muséum Helveticum, 7 (1950), pl. 93.

G.M.A. RICHTER, Catalogue of Enqraved Gems. Metropolitan Muséum.

New York, p. 38, pl. 6 ; J. BGARDMAN, Archaîc Greek Gems. pl. X, n“ 135, p. 66.

Muséum Helveticum, 7 (1950), p. 18-101.

Ibidem.

(19)

110. E. KUNZE et H. SCHLEIF, II. Bericht. Olympia, fig. 49, pl. 23-25, p. 76.

111. H. HOFFMANN, Earlv Cretan Armorers. pl. 52, 1, p. 30.

112. E. KUNZE et H. SCHLEIF, op. cit.. pl. 32-33, p. 09-92.

113. T.J. DUNBABIN, Cretan Relief Pithoi in Dr. Giamalakès Collection.

BSA, 47 (1952), p, 153-150, suggère que les chevaux ont pu rem­

placer les lions dans ce type de disposition héraldique.

(20)

CHAPITRE II

LA MAÎTRESSE ET LE MAITRE DES OISEAUX

1 , R. HAMPE, Frühqriechische Saqenbilder. p. 40 et nete 4 ; W. TECHNAU, Die Gottin auf detn Stier. J.d.I., 52 (1937), fig. 9, p. 89-90 ;

E, SPARTZ, Pas Wappenbild der Herrn und der Herrin der Tiere. p. 42, n“ 39 ; B, SCHWEITZER, Die geometrische Kunst Griechenlands. fig, 105, p, 189 ; il date ce disque du IXe siècle ce qui me paraît être une datation trop haute si l'on se réfère aux fibules béotiennes.

2. E. SPARTZ, OD, cit,. p, 42 note 3.

3. La queue des chevaux, sur les fibules béotiennes d'époque géométri­

que, est faite de longs traits parallèles mais on n'y trouve pas les mèches de poils terminales comme sur le disque de Tégée ; par ex, : R. HAMPE, op, cit,. pl, 8, n“ 40, pl, 11, n" 58, pl, 13, n“ 15, W. TECHNAU, op, cit,. p. 89-90, range cette figure divine parmi les déesses montées sur un taureau.

4. W. TECHNAU. loc. cit,

5. E. SPARTZ, op, cit,. p, 42 note 3.

6. R. HAMPE, op, cit,, par ex, : pl. 8 n“ 40, n® 103 ; pl. 15, n® 29 à droite,

7. Au sujet de l'oiseau, symbole d'épiphanie, cf, note 63 du chapitre I.

8. G. CONTENAU, La glyptique syro-hittite. pl. XVIII, n® 136, pl, XIX, n® 140.

9. W. HAVES WARD, The Seal Cvlinders of Western Asia. n® 763, p. 250 ; n® 764, p. 251,

10. A, PARROT. Assur. fig, 84, p. 76 ; fig, 89, p. 79.

11. G. CONTENAU. La glyptique svro-hittite. pl. XVIII, n® 136 ; pl.

XIX, n® 140 et 146 ; pl. XXIII, n® 165 ; E. PORADA, Collection Pierpont Morgan, pl. CXLVI, n® 968,

12. K. BITTEL, Les Hittites, fig. 292, p. 258.

1“3"; 0~;~N€^G~B1~; Ttië^Hoards of~Gôrgwork ~from TeTr~''El-A i i ul. ( Stud. ïn Médit, Archaeology, XXV) pl, IV, fig, 16, 17, 18 et 19 ; P. AMIET, L'art antique du Proche-Orient, fig. 511, p. 392.

(21)

15. G. CONTENAU, La glyptique svro-hittite. pl. XVIII, n" 133, 134 et 137.

16. A. PARROT, Assur. fig. 903, p. 89 ; M. FREIHERR VON OPPENHEIM,

Tell Halaf. III. Bd. ; D. OPITZ, Die Bildwerke. pl, 107, b (Ba, 5).

17. K, BITTEL, Les Hittites, fig* 292, p, 258.

10. M.E.L. MALLOWAN, Nimrud and its Remains. II, fig, 458, p, 539 ; fig . 549 , p. 583,

19. U. JANTZEN, Samoa VIII. pl. 52 B 1123, p. 58-59; H. HERRMANN, J.d.I, 01 (1 966), p. 139, fig. 52.

20. R. HAMPE, Fruhqriechische Saqenbilder. pl. 1, n“ 100 ; B. SCHWEIT- ZER, Herakles. p, 160 sqq,, fig, 31 ; du même, Geometrische Kunst Griechenlands. fig, 125 p. 220 ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild. p, 43- 44 ; Chr. BLINKENBERG, Fibules qrecques et orientales, p, 190, fig, 213 ; Chr, CHRISTOU, Potnia Therên. p. 65,

21. E. SPARTZ, OP, cit.. p. 44. R, HAMPE, op. cit,. p. 40 et Chr.

CHRISTOU, op. cit,. p, 45, considèrent également que les deux déesses sont nues.

22. R, DU MESNIL DU BUISSON, Nouvelles études sur les dieux et les

mythes de Canaan, fig. 114, à droite, p. 222 ; 0. NEGBI, The Hoards of Goldwork from Tell *E11-Aiiul (Stud in Médit. Archaeology,

XXV) , pl. IV, n® 17 ; P. AMIET, L'art antique du Proche-Orient, fig. 511, p. 392.

23. R. DU MESNIL DU BUISSON, op, cit.. fig. 114, p. 222, à gauche ; 0. NEGBI, op. cit.. pl, II, 18.

24. Par exemple : M.E.-L, MALLOWAN, Nimrud and its Remains. I. fig.

56, p. 112 ; C, DECAMPS DE MERTZENFELD, Inventaire commenté, pl.

XLIX, 394(a) ; pl. LUI, 482 ; pl. LIV, 476 ; pl.UVII, 403.

25. Cf, note 22.

26. B, SCHWEITZER, Die qeometrische Kunst Griechenlands. p. 228, pense que cette scène représente le massacre, par Héraclès, des oiseaux du lac Stymphale mais en regardant attentivement le dessin de la fibule de Londres, il semble que le corps des deux personnages soit bien féminin.

27. R.M. DAWKINS. Artémis Orthia. pl. 124, c-d.

(22)

28. J. BOARDMAN, Pre-Classical from Crete to Archaic Greece. fig. 25, p. 40 ; P. DEMARGNE, Maifisance de l*art grec, fig. 341, p. 245 ; J.-Cl. POURSAT, Catalogue des ivoires mycéniens riu Musée National d*Athènes. pl. IV, fig. 49 ; S.P. MARINATOS et M. HIRMER, Kreta.

Thera und das mvkeniscHe Relias, fig. 242-243.

29. U, JANTZEN. Samoa. VIII. pl. 52 B 1123, p. 58-59 ; H. HERRMANM, J.d.I, 81 (1966) p. 139 fig. 52.

30. K. BITTEL, Les Hittites, fig. 239 p. 209 ; E. AKURGAL, The Art of the Hittites, fig. 77.

31. P. DEMARGNE, La Crète dédaligue. p. 299-303 ; p. 300.

32. P. DEMARGNE, loc. cit. ; Architecture et sculpture, sous la direc­

tion de J. CHARBONNEAUX, article de G. DONNAY, fig. p. 31 au-des­

sus ; Fr. MATZ, Geschichte der griechischen Kunst. I, pl. 84, p. 177-178 ; JENKINS, Dedalica. p. 79 sqq. ; G.M.A. RICHTER, Archaïc Greek Art, fig. 53 et p. 35.

33. G, RIZZA et V. SANTA MARIA SCRINARI, Il santuario sull* Acropoli di Gortina. I. pl. XXVII, fig. 173 a-f ; D. LEVI, Gli Scavi sull»

Acropoli di Gortina. Annuario, XXXIII-XXXIV (n.s. XVII-XVIID (1955-56) fig. 65, e, p. 268.

34. G. RIZZA et V. SANTA MARIA SCRINARI, op. cit.. pl. XXI n® 124, 35. P. DEMARGNE, op. cit.. p. 300 ; sur le dédoublement des déesses,

voir aussi : P. DEMARGNE, BCH, 54 (1930), p. 195-204 et 55 (1931), p. 398-400 ; G. RIZZA et V. SANTA MARIA SCRINARI, Il Santuario sull» Acropoli di Gortina. o. 250-252 ; Th. HADJI5TELI0U PRICE, J.H.S., 91 (1971), p. 48-69.

36. Chr, BLINKENBERG, Lindos I. Les petits obiets. col. 161, fig, 19 ; PERROT-CHIPlEZ, Histoire de l'Art. VII, p, 152 sq. ;

Chr, BLINKENBERG, Fibules grecgues et orientales, p, 154,

37. CVA Deutschland 33, Berlin 4, pl. 151 , 3-4 ; pl. 152, 1-2, p, 11- 12 ; J,N, CDLDSTREAM, Greek géométrie Potterv. p. 182 A-3, p, 183 n" 18, p, 184,

38. Chr. CHRISTOU, Potnia Ther8n. p. 66,

39. G, RIZZA et V. SANTA MARIA SCRINARI, op. cit.. pl. XXXV n® 233, p. 1 85-1 86.

40. VII, Bericht Olympia, fig, 102, p. 108.

4_1_.__Qhr.._C.HRXSX0.U-,—BftXnâa—T-he-r&n-,—p-,—6^-*—---

(23)

42. J, BOARDMAN, The Dictaean Cave, fig. 50 p. 135 ; Fr. MATZ, Geschichte der ariechischen Kunst. I, pl. 282 a ; p. 479 ;

E. KUNZE, Kretische Bronzereliefs. p. 218, fig. 31 ; E. 5PARTZ, Pas Wappenbild. n“ 54, p. 56.

43. E. PORADA, Coll. Pierpont Morgan, n® 759, pl. CXV.

43bis. J. DESHAYES, Les civilisations de l’Orient ancien, fig. 206.

44. F.R. GRACE, Archaîc Sculpture in Beotia. p, 12 sq.

45. 5. M0LLARD-BESQUE5, Catalogue raisonné. I. B 52 pl. VI, p. 9 ; PERROT-CHIPIEZ, Histoire de l'Art. VII, p. 149 fig. 28 ;

F. R. GRACE, Archaîc Sculpture in Beotia. fig. 6, p. 12 sq. ; G. M.A. RICHTER, Handbook. 6e éd. (1969), fig. 325, p. 230-231 ; Korai. fig. 1-4, p. 21 ; Chr. CHRI5T0U, Potnia Therôn. p, 64 ; K. PAPAlOANIMOU, L*art grec, fig. 743.

46. C'est un vieux motif oriental que l'on peut suivre du chalcolithi- que à l'âge du Fer. Cf. A. ROES, De Oorspronq der qeometrische Kunst. p. 52-64. Que cette ligne ondulante soit l'évocation d'un serpent n'est pas certain : par exemple, sur les vases du style

"scarlet ware" de Khafadjeh, on la voit pendant de la mâchoire in- fériajre d'antilopes ou de taureaux : cf. P. DELOUGAZ, Potterv from the Diyala Région - OIP LXIII. Chicago, 1952, pl. 15 ;

J. I\l IZETTE-GODFROID, L'Antiquité Classique. XLIV (1 975) pl. III, 6 ; M.E.L. MALLOWAN, L'aurore de la Mésopotamie et de l'Iran, fig. 8, p. 26.

47. G.M.A. RICHTER, Handbook. fig. 321, p. 217.

48. R.M. DAWKINS, Artémis Orthia. pl. CXI, 1, IA, 2 ; Fr. P0UL5EN, Die Orient und die frUhqriechische Kunst. fig. 119, p. 113 ; Fr. MATZ, Geschichte der Griechischen Kunst. I. p. 485, pl. 284b ; G. RADET, Cybébé. fig. 75, p. 116 ; M.S. THOMPSON, The Asiatic or Winqed Artémis. J.H.S., 29 (1909) p. 286, fig. 1 ; E. SPARTZ, Pas Wappen­

bild . p. 64, n° 74, p. 113 ; Chr. CHRISTOU, Potnia Therfin. p. 62 ; E.L. MARANGOU, Lakonische Elfenbein und Beinschnitzereien. pl. 1, a-b, pl. 2 ; R.M. DAWKINS, p, 205, date cet ivoire des environs de 740 ou un peu plus tôt tandis que M.S. THOMPSON, op. cit., p. 288, le date d'environ 800 ; Fr. MATZ, op. cit.. p. 485 sqq. le date du début du Vile siècle et J. BOARDMAN, BSA, 58 (1964), p. 4, d'envi­

ron 650 ; E.-L. MARANGOU, op. cit.. date cette plaq ue d'ivoire du premier quart du Vile siècle (p. 13). Le début du Vile siècle me paraît stylistiquement correct comme datation.

49. E. AKURGAL, Die Kunst Anatoliens. p. 210, fig. 174-175 ; Ch. PICARD, Ephèse et Claros. p. 490-496, particulièrement p, H90.

50. D.G. HOGARTH, The Archaic Artemisia. pl. XXII, p. 156-157 ; Ch.

PICARD, op. cit. . p. 74 ; E. AKURGAL, op. cit.. fin. 167-T6R, p. 205.

(24)

51. D.G. HOGARTH, op. cit.. pl. XXIV n“ 8, p. 157 ; Ch. PICARD,

DP. cit.. p. 490 ; G.M.A. RICHTER, Kprai. fig. 259 à 262 ;

E. AKURGAL, pp. cit.. fig. 169, p. 206.

52. Cf. note 30.

53. K. BITTEL, Les Hittites, fig. 278, p. 246.

54. A. PARROT, Assur. fig. 358, p. 287 ; R. DU MESNIL DU BUISSON, Nouvelles études sur les dieux et les mythes de Canaan, fiq. 126 p. 238.

55. P. AMIET, L'art antique du Proche-Orient, fig. 645, p. 41 8.

56. A. PARROT, Assur. fig. 153, p. 131.

57. A. MOORTGAT, Vor^der asiatische Rollsieqel. pl. 73 n“ 613, p. 68, p. 141.

58. E. PORADA, Collection Pierpont Morgan, n® 764 E, pl. CXVI, p. 93, p. 91-92 ; L. DELAPORTE, Catalogue de 1 a Bibliothèque Nationale, pl. XXII n“ 326.

59. Cf. E.-L. MARANGOU, op. cit.. p. 16.

60. E, SPARTZ, Pas Wappenbild. p. 65 ; E.-L. MARANGOU, op. cit..

p. 1 5-17.

61. M.P. NILSSON, The Minoan-Mvcenaean Religions and its Survival in Greek Religion. 2e êd., p. 505.

62. R.M. DAWKINS, Artémis Orthia. pl. 92, 2 ; p. 206 ; M.S. THOMPSON, The Asiatic or Winqed Artémis. J.H.S., 29 (1909), fig. 2, p. 287, p, 288 ; E.-L. MARANGOU. Lakonische Elfenbein- und Beinschnitze- reien. fig. 6, n" 4, p. 11 (15512) ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild.

p. 64-65.

63. R.D. BARNETT, The Nimrud Ivories. pl. XXIII, S. 26 ; pl. XXVI, 5, 20 et fig. 19.

64. A. MOORTGAT, Vorderasiatische Rollsieqel. pl. 86 n® 735, p. 150, p. 74 ; H. FRANKFORT, Cvlinder Seals. pl. XXXVI, -d..

65. R.M. DAWKINS, Artémis Orthia. pl. XCIII, 2 ; M.S. THOMPSON, op. cit.. fig, 3 p. 2B8 ; Fr. MATZ, Geschichte der Griechischen Kunst. I. pl. 293a, p. 499 sq, ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild. p, 64 E.-L, MARANGOU, op. cit.. fig. 14 (15503), n® 6, p. 19, p. 22, p. 23-24.___________________________________________________________________________

66. R. DU MESNIL DU BUISSON, Etudes sur les dieux phéniciens hérités par l'empire romain, p. 131-137,

(25)

67. R. DU MESNIL DU BUISSON, Nouvelles études sur les dieux et les mythes de Canaan, fig. 114, p. 222 ; 0. NEGBI, The Hoards of Goldwork from Tell 'E1-A1lui. pl. IV, fig, 17 ; P. AMIET, L * art antique du Proche-Orient, fig. 511, p, 392.

68. A, MOORTGAT, Vorderasiatische Rollsieqel. pl. 64 n“ 538, p. 133, p. 54.

69. B. GOLDMAN, The Asiatic Ancestrv of the Gxeek Goroon. Berytus, XIV (1961), p, 1-23, pl. I, fig. 1 a et b ; pl. II, fig. 1 ; A, PARROT, Assur. fig. 212.

70. R.M. DAWKINS, Artémis Orthia. pl, 90, 2 et pl. 160, 2 ;

KAROUSOS, Musées et collections d’Athènes- BCH, 80 (1956), p, 223, fig. 7 ; E, 5PARTZ, Pas Wappenbild. p, 66 ; E.-L. MARANGOU,

op. cit.. n“ 12, fig. 22a, p. 30-31, p. 32,

71. R.M. DAWKINS, op. cit.. pl. XCIX, 1, p. 209 ; E. 5PARTZ, op. cit..

p. 67 ; E.-L, MARANGOU, op. cit.. fig, 21 n® 13, p. 31, p. 33.

72. A. MOORTGAT, Vorderasiatische Rollsieqel. pl. 73, n“ 613, p, 141, p. 6 8.

73, E. PORADA, Collection Pierpont Morgan. n“ 764 E, pl. CXVI, p. 93, pl. XXII, n® 326, p . 181-182.

74. E. PORADA, op. cit, , p, 9 2.

75. E. PORADA, op. cit. , n® 759, pl. CXV, 76. E. KUNZE, Kretische Bronzerelie fs » P*

Gesichichte der qrie chischen Kunst

77.

73.

79.

Ancient Greek and Roman Bronzes, fig. 5 p. 64 sq. ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild. n® 143, p. 82,

Fr, MATZ, loc. cit,

Cf, Chr. CHRISTOU, Po-tnia TherQn. p. 71-73,

R.M, DAWKINS, Artémis Orthia. pl, 98, 2, p, 208 ; Fr. MATZ, Geschichte der griechischen Kunst. I. pl. 293c, p. 499-500 ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild. p, 65-66, n® 78 ; E.-L. MARANGOU, Lakonische Elfenbein- und Beinschnitzereien. fig. 16 (15502), n® 5, p. 21-23 ; R. B lANCHI-BANDINELLI, Storia dell* arte dell»

antichità. I. Grecia. fig, 114, 80, E.-L, MARANGOU. op. cit.. p. 23.

(26)

81. W, ORTHMANN, Untersuchungen zur spathethitischen Kunst. pl. 60a, B/25 ; R. DU MESNIL DU BUISSÜN, Nouvelles études sur les dieux et les mythes de Canaan, fib. 131, p. 247 ; K. BITTEL, Les Hittites, fig. 302, p. 266.

82. R.M. DAWKIN5. Artémis Orthia. pl. XCVIII, 1 ; Fr. PDUL5EN, Per Orient und die frühgriechische Kunst. fig. 121, p, 14 ; E. 5PARTZ, Pas Wappenbild, n® 79, p. 65-^67 ; E.-L. MARANGOU, op. cit. . n“ 7, p. 20-21, p. 21-23 ; R. BIANCHI-BANDINELLI, op. cit.. fig. 113 ; M.S. THOMPSON, J.H.S., 29 (1909) ; p. 289 fig. 4 ; p. 288.

Notons que les deux potniai leonton représentées sur des reliefs en ivoire de Nimroud, appartenant au style syrien, sont également aptères: R.D. BARNETT, The Nimrud Ivories. n® 526, pl. XXIII, n® 5.20, pl. XXVI, n® S.26.

83. R.M. DAWKINS, Artémis Orthia. pl. 98, 3, p, 208 sq. ; E. 5PARTZ, Pas Wappenbild. p. 66-67.

84. E. 5PARTZ, op. cit.. fig. p. 67, n® 84, p, 66-67 ; E.-L. MARANGOU, op. cit.. fig. 18, p. 32-33 et note 81.

85. R.M. PAWKIN5. Artémis Orthia. pl. 185, fig. 27, fig. 126b, p. 273, p. 267 ; J. BOARPMAN, Artémis Orthia and Chronoloqy. BSA, 58

(1 963), p. 1-7 ; E. SPARTZ, op. cit.. p. 68-69 .

86. T. J. PUNBABIN, Perachora I. pl. 85, fig, 3, p. 186 ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild. n® 127, p. 77.

87. G. RADET, Cvbébé. fig. 51, p. 37-38 ; S. MOLLARD-BESQUES, Catalo­

gue raisonné, I. n® B 154, pl. XIX, p. 26 ; E. SPARTZ, op. cit. . n® 71, p. 62.

08. Ch. WALDSTEIN, The Arqive Heraeum. I. pl. XLIX, p. 47 sqq,

09. F. WILLEMSEN, VII. Bericht, Olympia, pl. 79 et 03, fig. 53, p. 186 ; p. 187-189 ; Cl. ROLLEY. Les bronzes grecs, n® 131, pl, 44, p. 14 ; K, SCHEFOLD, Mvth and Leqend. fig. 26 p. 75 ; E. SPARTZ, Pas

Wappenbild. n® 130, p. 01. J'ai choisi la datation de Cl. ROLLEY, op. cit.. p. 14 qui me paraît stylistiquement la plus probable.

K, SCHEFOLD, op. cit.. p. 75, date le relief dès environs de l'an 600 ; mais les ailes qui ont encore tendance à former corselet sont un s igné d'archaïsme qui me fait pencher pour une date un peu plus haute.

90. R.D. BARNETT, The Nimrud Ivories. pl. XXVII 5 12 d ; E. AKURGAL, Orient et Occident, fig, 110, p. 159.

91. E. AKURGAL, Spathethitische Bildkunst. pl. III. a.________________________

92. Ibidem. fig. 21, p. 37.

(27)

93. C. DAVARAS, Die Statue aus Astritsi. Ein Beitrag zur dadalische Kunst auf Kreta und zur den Anfan^qen der qriechischen Plastik.

fig. 27, p. 24 ; D. LEVI, Earlv Hellenic Potterv of Crete. Hespe- ria, 14 (1945), pl. 12 P» 22-23 ; Fr. MATZ, Geschichte der

qriechischen Kunst. I. pl. 166b, p. 260 ; P. DEMARGIME, La Crète dédalique. pl. X, 1, p. 292-293 et p. 298-299 ; Naissance de l*art qrec. fig. 144, p. 344 ; E. 5PARTZ, op. cit.. n“ 60, p. 58-59 ; R. BIANCHI-BANDINELLI, L*arte dell* antichità classica, I, Grecia.

fig. 29.

94. R. DU MESNIL DU BUISSON, Etudes sur les dieux phéniciens hérités par l’empire romain, fig. 26, p. 92-93 ; Nouvelles études sur les dieux et les mythes de Canaan, pl. X, p. 1 78-1 82.

95. K. BITTEL, Les Hittites, p. 279, fig. 318.

96. H. FRANKFORT, Cylinder Seals. pl. XXXII, b.

97. P. PARROT, Assur. fig. 36, p. 32 ; P. AMIET, L*art antique du Proche-Orient. fig. 604-605, p. 405.

98. M.E.L. MALLOWAN, Njmrud and its Remains. II. fig. 381, p. 487 ; fig. 390, p. 495.

99. D. LEVI, Gli Scavi dell 1954 sull* Acropoli di Gortina. Estratto dell* Annuario délia scuola archeologica di Atene e delle Missioni italiane in Oriente, XXXIII-XXXIV (1956), fig. 57 d, p. 207-208 ; G. RIZZA et V. SANTA MARIA SCRINARI, Il Santuario sull* Acropoli di Gortina. I. pl. XXXV, n" 233, p. 185-186 ; Chr. CHRISTOU, Potnia Therôn. p. 66-67.

100. V. KARAGEORGHIS et J. DES GAGNIERS, La céramique chypriote de style fiquré de l*âoe du fer (1050-500 av. J.C.). Vase VI, 6 ; vol. texte, p. 25 ; yol. pl. p. 54-55. Cette cruche appartient au style bichrome V. Je remercie Monsieur Karageorghis, Direc­

teur du Musée de Nicosie et du Département des Antiquités à Chy­

pre, pour m*avoir aimablement envoyé la photo de ce vase,( tP- a.dd«n-

durOj jk. ■11/?)-

101. E. COCHE DE LA FERTE, Les bijoux antiques, pl. XII, 2 ; p. 48-56.

102. F.H. MARSHALL, Cataloque. British Muséum, pl. XII, n® 1131.

103. W. CULLICAN, Phoenician Jewellerv in New-York and Copenhaque.

Berytus, XXII (1973) pl. I D.

104. Cf. deux ivoires de style syrien, provenant de Nimroud, représen­

tant une potnia leont6n ; R.D. BARNETT, The Nimrud Ivories.

pl. XXIII et XXVI 5. 20, pl. XXIII 5. 26.___________________________________

105. Chr. BLINKENBERG, Lindos. I. n® 472, vol. texte, col. 157.

(28)

106. VII. Bericht, Olympia, fig. 102, p. 188.

107. R. DU MESNIL DU BUISSON, Nouvelles études sur les dieux et les mythes de Canaan, p. 236-239 ; L. SECHAN et P. LEVEQUE, Les gran­

des divinités de la Grèce, p. 371, p. 374, p. 380. Les colombes étaient consacrées à Aphrodite.

108. Chr. CHRISTOU, Potnia Thertfn. p. 70.

109. G. CONTENAU, La glyptique svro-hittite. pl. XXXVII, n“ 278, pl. XXXVIII, n» 287.

110. E. AKURGAL, The Art of the Hittites, pl. 130.

111. Ibidem. pl. 134.

112. M.E.L. MALLOWAN, Nimrud and its Remains. II. fig. 395.

113. E. AKURGAL, op. cit.. pl. 115.

114. CVA FRANCE 14, Louvre, 9, III c/a, pl. 29, fig. .16 et 18, pl. 34 n" 5 ; H. PAYNE, Necrocorinthia. pl. 12, fig. 3 et 7 ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild. n“ 93, p. 72.

115. E. KRAIKER, Aiqina. pl. 35, fig. 458, p. 74.

116. Par exemple ; 1 : CVA France 12, Louvre 8, III c/a, pl. 16, fig.

586 ; E. POTTIER, Vases antiques du Louvre. Salle A-E. pl. 16 A 468 ; PERROT-CHIPIEZ, Histoire de l*art, IX. p. 613, fig. 324 ; G. RADET, Cybébé. p. 11, fig. 11 et 12 ; H. PAYNE, Necrocorinthia.

n“ 105, p. 275 ; E. SPARTZ, op. cit.. n“ 96, p. 72.

2 : A. FAIRBANKS, Muséum of Fine Arts, Boston. Cataloque of Greek and Etruscan Vases, I (1928), p. 163 n® 451, p. 44 ; H. PAYNE, Necrocorinthi a. n“ 103 ; E. SPARTZ. op. cit.. n" 34, p. 72.

3 ; H. PAYNE, Necrocorinthia. n" 104 ; E. SPARTZ, op. cit..

n“ 95, p. 72 ; CVA France 1, Louvre 1, III c/a, pl. 2 fig. 18-19 et 20,

117. H. PAYNE, Perachora II. pl. 59 n® 1527, p. 143 ; E. SPARTZ. Pas Wappenbild. n® 102, p. 72.

118. E. AKURGAL, Bavrable. Kazisi on rapor. pl. XII, fiq, A ; E. SPARTZ, op. cit.. n® 105, p. 72,

119. CVA Deutschland 17, Altenburg 1, pl. 8, 1-4 ; p. 13 ; E. SPARTZ, op. cit.. n® 112, p. 73.

120. Ch. DUGAS, Délos X, pl. XXXIII n® 450 a-b ; E. SPARTZ. oc. cit..

iT"~r!3, p. 73.

(29)

121. Par exemple : E. PORADA, Collection Pierpont Morgan. n° 759, pl. CXV ; Génie assyrien, époque de Sargon II ; A. PARRÜT,

Assur. fig. 77 ; Cylindre néo-assyrien : L. DE LAPORTE, Catalogue.

Louvre II. n® A 667, pl. 87, 13, p. 165 ; E. PORADA, op. cit..

pl. CXIV, n® 757, n" 758.

122. Ch. DUGA5, D^los X. pl. XXXIII, n® 451 a-b ; E. SPARTZ, op. cit..

n® 114, P. 73.

123. 1 ; CVA France 14, Louvre 9, III c/a, pl. 32, fig. 8-9 ;

E. POTTIER, Vases antiques du Louvre, salle A-E. p. 51, pl. 43, E 508 ; E. PFUHL, Malerei und Zeichnunq der Gricchen. p. 117 ; H. PAYNE, Necrocorinthia. p. 285 n® 372 ; E. SPARTZ, Pas Wappen- bild. n® 115, p. 73.

2 : F.G. LO PORTO, Ceramica arcaica délia necropoli de Taranto.

Annuario, 108-109 ; fig. 24, a.-b ; H. PAYNE, Necrocorinthla. p. '7B ; E. SPARTZ, op. cit.. n® 117, p. 73.

3 : J. BOARDMAN et J. RAYES. Excavations at Tocra. 1963-1965, The Archaic Deposit. I. pl. 4, n® 4, fig. 10, p. 27 ; ce vase ap­

partient à la fin du corinthien ancien.

124. J. BOARDMAN et G. RAYES, Excavations at Tocra. I. pl. 7 n® 31, p. 29.

125. CVA Belgique, Musées Royaux d'Art et d'Ristoire, I, III C,p2.2.^

2, a-c, p. 3, Inv. A 1071 ; E. SPARTZ, op. cit., n® 123, p. 73. Je remercie Monsieur le Conservateur J.-Ch. BALTY qui a eu l'amabilité de me faire parvenir une photo de ce document.

125bis. K. PAPAIOANNOU, L'art grec (Mazenod), fig. 667.

126. A.D. URE et P.N. DRE, Boeotian Vases in the Academisches Kunst Muséum in Bonn. AA (1923), fig. 9, p. 13-14.

127. CVA Deutschland 33, Berlin 4, pl. 186, fig. 3-6 ; PERROT-CRIP IEZ, Ristoire de l'art. X. p. 45, fig. 21-32 ; M. ORNEFALSCR-RICRTER, Kvpros. die Bibel und Romer. pl. 100, 8, pl. 120, 1 et pl. 133, 1-4 ; G. RADET, Cvbébé. p. 14 n® 18, fig. 17 ; Ch. PICARD, Ephèse et Claros. p. 515 ; N. YALOURIS, Muséum Relveticum 7 (1 950),

fig. 13, p. 90, p. 79-80 ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild. p. 47 et 106, n® 42 ; Chr. CRRISTOU, Pntnia TherSn. p. 34, 53, 67.

128. Chr. CRRISTOU, op. cit.. p. 34-36.

129. Ibidem, p. 52-54.

130. Cf. note ci o cha. p. TE _

131. G. CONTENAU, La glyptique syro-hittite. pl. XIX, n® 144.

132. Ibidem, pl. XVIII. n® 136.

(30)

133. Ibidem, pl. XXI, n” 156.

134. R, DU MESNIL DU BUISSON, Nouvelles études sur les dieux et les mythes de Canaan. p. 1 1 7.

135. E, SIMON, Die Gotter der Griechen. p. 155-156.

136. N. YALOURIS, Athéna als Herrin der Pferde, p. 80-81.

137. Chr, CHRISTOU, Potnia TherSn. p. 35,

138. L. 5ECHAN et P, LEVEQUE, Les grandes divinités de la Grèce, p. 183.

139. Ibidem. p. 184-185 ; H. GALLET DE SANTERRE, Délos primitive et archaïque. p. 260-261 ; E. SIMON, Die Gotter der Griechen.

p. 59-60,

140. L. SECHAN et P. LEVEQUE, op. cit.. p. 184.

140bis. L. SECHAN et P. LEVEQUE, op. cit.. p. 357.

141. H, PAYNE et autres, Perachora. I. pl. 48, 4-5 ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild. n“ 131 p. 78.

142. H. PAYNE, op. cit.. p. 146.

143. E. KUNZE, Olympische Forschungen, II. fig. 1, p. 82 ; E, SPARTZ, op. cit.. n“ 139, p. 81 , p. 84.

144. E. SPARTZ, op. cit.. p. 81.

144bis. E. SIMON, Die Gotter der Griechen. p, 155 ; L. SECHAN et P. LEVEQUE, Les qrandes divinités de la Grèce, p. 356.

145. L, SECHAN et P, LEVEQUE, op. cit., pl. 25 (face à la p. 328).

146. Cf. chap. III, p.-fOG et note 318, Nous reprenons cette question au chap. XV, p. 5-IO.^i^cj.

147. L. SECHAN et P. LEVEQUE, op. cit.. p. 325.

146, E, SIMON, Hera und die Nymphen, Ein Bootischer Pnlos in Stockholm.

RA (1972), p. 205-220.

Développement du polos ; fig. 6 p. 209.

149. J. BOELHAU, Bootische Vasen. J.d.I., 3 (1883), p. 325-361, p. 329.

150. E. SIMON, op. cit.._p. 212._____ ^________________________________________________

151. Pausanias, 9, 3, 1 sq, ( cf. addenda, auteurs anciens) .

(31)

sche Peste, p. 50 sqq.

153, P. DEVAMBEZ, Autels creux en terre cuite. Hélanoes offerts à K.

Mikalowski, p, 367-373, p. 373.

154, E, AKURGAL, The Art of the Hittites, pl. 115, A

1 55. L. 5ECHAW et P. LEWEQUE, Les orandas divinités de la Grèce, p. 183 ; E. SIMON, Die Gotter der Griechen. p. 50-65.

156. Ibidem, p. 184.

157. Ibidem. p. 184-185 ; E, SIMON, op. cit.. p. 58-65,

158. Chr. CHRISTOU, Potnia Therôn. p, 61 ; H. BL0ESCH7 Antike Kunst in der Schweiz. p. 151 note 28.

159. Chr. CHRISTOU, op. cit. . p. 61.

160. F. WILLEMSEN, VII. Bericht, Olympia, p. 189-190.

(32)

CHAPITRE III

LA MAITRESSE ET LE MAITRE DES FAUVES

1. K.J. BROCK, Fortetsa. pl. 114 n“ 1 570, p. 136, p. 199 ; S.P. MARINATÜS, AA (1933), col. 304 fig. 16.

2. B. SCHWEITZER, Gnomon, 10 (1934), p. 351.

3. K.J, BROCK, op. cit.. p, 199.

4. B. SEGALL, Greece and Luristan. Bull. Muséum of Fine Arts, 41 p. 72.

5. E. SPARTZ, Pas Wappenbild. p. 57.

6. P. DEMARGNE, La Crète dédalique. p. 292.

7. A. PARROT, Assur. fig. 151, p, 130 ; Un objet comparable est édité par P. AMIET, L*art antique du Proche-Orient .fig. feyz^Falciipl. 26,

fig. ^

8. B. SEGALL, op. cit.. fig. 4, p. 73.

9. B. SCHWEITZER, Die qeometrische Kunst Griechenlands. fig, 188.

10. Ibidem, fig. 186.

11. Il est remarquable que les premières images félines grecques sont caractérisées par une tête très grosse. Par exemple, les fauves protoattiques ont généralement une tête trop grosse par rapport au corps : cf. K. KUBLER, Altattische Malerei. p, 41, fig. 14 ;

p. 42, fig. 16 et 17.

12. K.J. BROCK, Fortetsa. p. 199.

13. P. DEMARGNE, op. cit.. p. 292.

14. J. BOARDMAN, The Khaniale Tekke Tombs II. BSA, 62 (1967) p. 59.

15. J. BOARDMAN, The Cretan Oxford Collection. The Dictaean Cave and Iron Age in Crete. fig. 50 c, p. 135, p. 134 ; du même, The

Khaniale Tekke Tomb II. B5A, 62 (1967), n“ 3, pl. 12 ; W. REICHEL, Griechisches Goldrelief. pl, 8, 23.

16. K. BITTEL, Les Hittites, fig. 321 p. 281.

(33)

17. K.J. BROCK, p. 59.

op. cit., ol. 167 n® 578 ; J. BOARDMAN, BSA, 62 (1 967) ,

18. W. REICHEL, Griechisches Goldrelief. p. 23.

19. D. OHLY, Griechische Goldbleche. pl. 2, fig. 2 ; pl. 7, fig. 1 ; pl. 13, fi g. 2.

20, Ibidem, pl. 1, fig. 1-3 ; pl. 4, fig. 1 ; pl. 6, fig. 2.

21. J. BOARDMAN, The Dictaean Cave. fi g. 50, p. 135 ; Fr. MATZ,

Geschichte der qriechischen Kunst. I. pl. 282a, p. 479 ; E. KUNZE, Kretische Bronzereliefs. □. 218, fig. 31 ; E. SPARTZ, Pas

Wappenbild. n“ 54, p, 56.

22. Fr. MATZ, pp. cit.. p. 479 ; E. KUNZE^ pp. cit.. p. 218.

23. J. BOARDMAN, op. cit.. p. 134.

24. A.H. LAYARD, The Monuments of Nineveh. II, pl. 64 ; H.J. KANTOR, JIMES, 21 (1962) , fig. 7, p. 99.

25. E. AKURGAL, Spathethitische Bildkunst. pl. XV, a-b.

26. E. AKURGAL, Orient et Occident. fi g. 34b, p. 136.

27. T.A. MADHLOOM, The Chronploqy of Neo-assvrian Art, pl. XLVI, fig. M ; pl. XVIII, fig. 21 .

28. A, MOORTGAT, Vprderasiatische Rpllsieqel. n® 612, pl, 73, p. 141.

29. E. PORADA, CpII. Pierpont Morgan, n® 766, pl. CXVI, p. 93.

30. A. MOORTGAT, pp. cit.. pl. 87 n® 74, p. 150, p. 74.

31. D.G. HOGARTH, The Archaic Artemisia. pl. III, 10 et VIII, 4, p. 110 ; F.-H. MARSHALL, Catalpque of the Jewellerv. British Muséum, n® 908, fig. 13, p. 69 ; Ch. PICARD, Ephàse et Claros.

p. 499 ; Chr. CHRISTOU, Potnia Therfin. p. 79-80, (cP-addenclum

p.^

32. E. AKURGAL, Phryqische Kunst. pl. 36, 2 ; C.H.E. HASPELS, The Hiqhlands of Phryqia. II. fig. 1 31-1 32, ( c F. o.doltn duw^

33. E. AKURGAL, op. cit., pl. 37 ; C.H.E. HASPELS, op. cit.. fig. 189, 191 ; G.M.A. HANFMANN et J.C. WALDBAUM, Kybébé and Artémis.

Archaeology, 22 (1 969) p. 267, en haut à dro ite, t cf. adden dur»^ |3.-isS).

34. G. CONTENAU, La qlyptj^oue_syro-hitti te. pl. XXIII, n® 165.____________

35. A. MOORTGAT, Vorderasiatische Rollsieqel. pl. 87, n® 737, p. 150, p. 74,

(34)

36. T.J, DUNBABIN, The Greeks and their Eastern Neiqhbours. pl. VI, pl, VII, 1 ; J. THIMME et autres. Civilisations anciennes du bas­

sin méditerranéen, p, 197 ; F, POULSEN, Per Orient und die früh- griechische Kunst. p. 22, fig. 12-13 ; E. KUNZE, Kretische Bronze- reliefs . Beilage 4 C ; A.H. LAYARD, The Monuments of IMineveh. II.

pl. 64,

37. Th. H. BD55ERT, Altsyrien. fig. 804 ; A.H. LAYARD, op, oit,. pl. 68, 38. E. AKURGAL, The Art of the Hittites, pl. 105, en dessous.

39. R.D. BARNETT, The Nimrud Ivories, pl. LXII, S 72 et pl. XLII, S 72.

40. Chr. CHRISTOU, Pntnia TherSn. p, 79.

41. Ce tympanon porte le n® 74 dans le catalogue de Kunze. E. KUNZE, Kretische Bronzereliefs. pl, 49 ; Fr. POULSEN, op. cit.. fig. 77, p. 79 ; P. DEMARGNE, La Crête dédaligue. p. 295 ; du même, La nais­

sance de l*art grec, fig. 465-466, 469 ; E. AKURGAL, Spathethi- tische Bildkunst. p, 78 n" 229 ; Fr. MATZ, Geschichte der

griechischen Kunst. I, p. 447 sq., pl. 264 ; U. JANTZEN,

Griechische Greifenkessel. p. 44 note 47 ; T.J. DUNBABIN, The Greeks and their Eastern Neighbours. pl. 10, p, 41 ; J. SCHAFER, Studien zu den griechischen Reliefpithoi. p. 32 ; J. CHARBONNEAUX, Les bronzes grecs, p. 26, fig. 2 ; R.D. BARNETT dans Eléments orien­

taux dans la religion grecgue ancienne, p. 152, pl. 4, a ; J. BOARDMAN, The Dictaean Cave, p. 151, 156 ; H.-V. HERRMANN, Olvmpische Forschungen. Bd. VI. p. 179 et note 11 ; K. 5CHEF0LD, Die Griechen und ihre Nachbarn. p. 58, p. 205, fig. 17 ;

F. CANCIANI, Bronzi orientali e orientalizzanti a Creta nell*

VIII e VII sec. a.C.. n° 74, p. 28, p. 170, p. 184 ; R. BIANCHI- BANDINELLI, L*arte dell antichità classica. I, Grecia. fig. 19.

42. P. DEMARGNE. La Crète dédaligue, p. 295 ; Naissance de l’art grec. p. 469 .

43. J. BOARDMAN. op. cit,. p. 138.

•*

44. J. SCHAFER, op. cit, . p. 32, Vile siècle.

45. E. AKURGAL, op. cit... p, 78 et note 229, Vile siècle.

46. F. CANCIANI, op. c it. . p, 184, probablement du Vile siècle, en tout cas, non antérieur à l'époque de Sargon II.

47. Cf. note 42.

48. E, KUNZE, Kretische Bronzereliefs. p, 236.

49. U. JANTZEN, Griechische Greifenkessel. p. 44 sq.

(35)

50. F. CAIMCIANI. OD. cit., p. 170.

51 . R.D. BARNIETT. oo. cit.. p. 1 52-1 53.

52. T.J. DUNBABIN. op. cit.. p. 40.

53. E. SPARTZ. Das Vi/appenbild, p. 54-57.

54. T.H. MADHLOOR. The Chronolopv cf Neo-assvrian Art, pl. XXXVIII, a-b.

55. E. AKUROAL. Orient et Occident, pl. 15a.

56. Cf. note 54.

57. Sur l'évolution du vêtement dans l'art assyrien, voir T.H. MADHLOOM, op. cit.. 0. 66 : W. ORTHMANN. Untersuchunpen zur spathethitischen Kunst, p. 154-155 ; E. AKURGAL, Orient et Occident, p, 55.

58 . E. AKURGAL. op. cit., pl. 15a.

59. W. ORTHMANN. op. cit., pl. 22, c et d, Ba/5 et Ba/6.

60. E. AKURGAL. oo. cit., p. 30, fiq. 3a et 3b, p. 24, p. 32.

61 . E. AKURGAL. op. cit., p. 36 fia. 7b : A. PARROT. Assur. fia. 77, p. 70.

62. M.E.L. MALLOWANj Nimrud and its Remains, II, fiq. 550, p. 585.

63. E. AKURGAL, op. cit., pl. 16b,

64. VJ. HAYE5 Vi/ARD. The Seal Cvlinders of Western Asia, n® 169, P. 65 ; P. AMIET. L'art antique du Proche-Orient, fiq. 762, p. 436.

65. L. DELAPORTE. Catal. de la Bibliothèque nationale, pl. XXIX, n“ 434, p. 241-242. L'auteur considère que ce cylindre est sous influence babylonienne (p. 230-231). Même type de scène dans P.

AMIET. oo. cit., fiq. 802 p, 439,

6 6. VJ. HAYES WARD. ao,cit,,n‘’165,p. 56.

67. H. THIMME et autres. Civilisations anciennes du bassin méditerra- néen, pl. 29-30.

63. R.D. BARNETT, The Nimrud Ivories, pl. CXVIII, T. 24.

69. J. BDARDMAN, dans l'étude qu'il publia dans Dadalische Kunst auf s'installer en Crète et avaient fondé des officines à Cnossos, dans la rénion de l'Ida et à Afrati. T.J. DUNBABIN, The Greeks and

their Eastern Neiqhbours, p, 40 et R.D, BARNETT dans Eléments orientaux dans la reliqion qrecque, p. 152, défendent la même hv- oothèse qui a été récemment reprise par A. GIULIANO, Arte orien- talizzante, p. 82-83.

(36)

70. E. AKLIRGAL, Orient et Occident, pl. 41, p. 157.

71. P. DEMARGNE, La Crète dédalique. p. 295.

72. E. KUNZE, Kretische Bronz tireliefs. pl. 3 et 5, 2 ; P. DEMARGNE, La Crète dédalique. fig. 57, p. 203 ; du même, La naissance de l*art grec, fig. 462 ; G. RADET, Cvbébé. p. 36, fig. 43 ;

Fr. MATZ, Geschichte der Griechischen Kunst. I, pl. 265a, p. 447 ; du même, J.d.I., 65-66 (1950-51) p. 91, n“ 2 ; E. 5PARTZ, Pas

Wappenbild. n“ 50, p. 54 et 56 ; Chr. CHRISTOU, Potnia Theron.

p. 31-82.

73. E. AKURGAL, Orient et Occident, pl. 26-27.

74. M.E.L. MALLOWAlM, Nimrud and its Remains. II, fig. 396 p. 499 ; fig. 401, p. 502.

75. Ibidem, fig. 458, p. 539.

76. G. CONTENAU, La glyptique svro-hittite. pl, XXIII, n® 165.

77. Chr, CHRISTOU, Pptnia Therên. p. 82.

78. A. MOORTGAT, Vorderasiatische Rpllsieqel. pl. 86, n° 732, p. 150.

Peur la datatinn, veir p. 73-74 ; E. UNGER, Babvlon. Die Heilige Stadt nach der Beschreibung der Babylpnier. pl. 27, fig. 43.

79. E. PORADA. CpII. Pierpeht Morgan. n° 769, pl. CXVI, p. 93 ; pour la datatien, v/eir p, 91-92.

30. L. DE LA PORTE, Catal. de la Biblinthèque Natipnale. pl. XXVII, n® 396, p. 221 .

81. Comparer avec la chimère de Karkemish, de la seccnde moitié du Vile siècle dont les poignets sont entourés de bracelets (E. AKLIR­

GAL, Orient et Occident, fig* 78 p. 110) et avec la base de sta­

tue de Karkemish dont les doigts sont barrés de traits transver­

saux (E. AKURGAL, op. cit.. pl. 21a) ; R.D, BARNETT, The Nimrud Ivories, pl. XX, S 17,

82. E. AKURGAL. OP. cit.. pl, 21, c-d.

03. Ils ont un profil assez comparable à celui d’une tête féminine en ivoire, de style syrien, découverte à Nimroud ; R.E.L. MALLOVMN, Nimrud and its Remains. II, fig. 499, p. 559 ; d'autre part, la vo­

lute que forme la chevelure à hauteur des oreilles dérive de la coiffure portée par certains sphinx figurant sur des ivoires de ______ style syrien, provenant de Nimroud ; R.D^ BARNETT, The Nimrud______ _

Ivories. pl. XXXIli. 5 50 ; pl. XXXIV. ~~

04. R.D, BARNETT. The Nimrud Ivories. pl, XXVU15 1.

(37)

£. SPARTZ, Pas Wappenbild. n" 51, p. 54-55 ; F. CANCIANI, Ilronzi orientali e orientalizzanti a Creta nell* VIH e VII sec,a.C., n“ 5, p. 21. Bien que nous consacrions un chapitre à l'étude des divinités maîtresses des animaux fabuleux et à l'étude des maîtres d'animaux d'autres espèces que les fauves, nous avons cru bon de ne pas dissocier les trouvailles de l'Ida pour assurer une meil­

leure compréhension du problème chronologique qu'elles posent.

86. M.E.L. MALLOWAN, op. cit.. fig. 146, p. 210 ; fig. 147, p. 211 ; R.D. BARNETT, The IMimrud Ivories. pl. LXXIV, 5 2 07.

87. R. DU MESNIL DU BUISSON, Nouvelles études sur les dieux et les mythes de Canaan, fig. 114, p. 222 ; R. DUSSAUD, L'art phénicien du Ile millénaire, fig. 15, p. 50 et fig. 16, p. 51 à droite ; O. NEGBI, The Hoards of Goldwork from Tell El'-Aliul. (stud. in Mediterr. Archaeology, vol. XXV) pl. IV, fig. 16 et fig, 18 ; J. THIMME et autres. Civilisations anciennes du bassin méditerra­

néen . fig, 31, p. 186.

88. R. DU MESNIL DU BUISSON, op. cit.. pl. VIII, fig. 27, p. 94 ;

P. AMIET, L'art antique du Proche-Orient, fig. 493 et 495, p. 390.

89. E. KUNZE, op. cit.. fig. 2^ p. 192 ; P, DEMARGNE, La Crète déda- lique. fig. 59, p. 298 ; H,Th. BOSSERT, Altsvrie n. p. 321 fig.

1087-1088.

90. G, CONTENAU, La glyptique svro-hittite. pl. XXIII n“ 165.

91. R.û. BARNETT, The Nimrud Ivories, pl. XCIII, S 334 n ; et pl.

XXXIV (sphinx).

92. E. KUNZE, op. cit.. n“ 7, pl. 24 ; P. DEMARGNE, La Crête dédali- gue. p, 292, 299 ; E. SPARTZ, Pas Wappenbild. n“ 52, p. 54, 56, 63 note 7.

93. E. KUNZE, Kretische Bronzereliefs. n" 40, pl. 38 ; P, DEMARGNE,

OP. cit.. p. 292, n“ 3.

94. R. DU MESNIL DU BUISSON. Nouvelles études sur les dieux et les mythes de Canaan, fig. 99, p. 199.

95. E. POHADA, Coll. Pierpont Morgan, n® 985, pl. CXLIX, p. 134, p. 1 3i 96. R. DU MESNIL DU BUISSON, op. cit.. fig. 110, p. 219.

97. K. BITTEL. Les Hittites, fig. 247 p, 212.

98. K. BITTEL, op. cit.. fig. 283, p. 250 ; E. AKURGAL, The Art of the Hittites, pl. 113.

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :