Disponible à / Available at permalink :

260  Download (0)

Texte intégral

(1)

- - -

- - -

Dépôt Institutionnel de l’Université libre de Bruxelles / Université libre de Bruxelles Institutional Repository

Thèse de doctorat/ PhD Thesis Citation APA:

Aubry, J. C. (1981). Influence de l'orientation cristalline sur l'oxydation ménagée des faces de cuivre à indices de Miller complexes. Etude microgravimétrique (Unpublished doctoral dissertation). Université libre de Bruxelles, Faculté des sciences, Bruxelles.

Disponible à / Available at permalink : https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/213985/2/67c74bbb-47b0-4599-8de5-f38b642a1ab5.txt

(English version below)

Cette thèse de doctorat a été numérisée par l’Université libre de Bruxelles. L’auteur qui s’opposerait à sa mise en ligne dans DI-fusion est invité à prendre contact avec l’Université (di-fusion@ulb.ac.be).

Dans le cas où une version électronique native de la thèse existe, l’Université ne peut garantir que la présente version numérisée soit identique à la version électronique native, ni qu’elle soit la version officielle définitive de la thèse.

DI-fusion, le Dépôt Institutionnel de l’Université libre de Bruxelles, recueille la production scientifique de l’Université, mise à disposition en libre accès autant que possible. Les œuvres accessibles dans DI-fusion sont protégées par la législation belge relative aux droits d'auteur et aux droits voisins. Toute personne peut, sans avoir à demander l’autorisation de l’auteur ou de l’ayant-droit, à des fins d’usage privé ou à des fins d’illustration de l’enseignement ou de recherche scientifique, dans la mesure justifiée par le but non lucratif poursuivi, lire, télécharger ou reproduire sur papier ou sur tout autre support, les articles ou des fragments d’autres œuvres, disponibles dans DI-fusion, pour autant que :

Le nom des auteurs, le titre et la référence bibliographique complète soient cités;

L’identifiant unique attribué aux métadonnées dans DI-fusion (permalink) soit indiqué;

Le contenu ne soit pas modifié.

L’œuvre ne peut être stockée dans une autre base de données dans le but d’y donner accès ; l’identifiant unique (permalink) indiqué ci-dessus doit toujours être utilisé pour donner accès à l’œuvre. Toute autre utilisation non mentionnée ci-dessus nécessite l’autorisation de l’auteur de l’œuvre ou de l’ayant droit.

--- English Version ---

This Ph.D. thesis has been digitized by Université libre de Bruxelles. The author who would disagree on its online availability in DI-fusion is invited to contact the University (di-fusion@ulb.ac.be).

If a native electronic version of the thesis exists, the University can guarantee neither that the present digitized version is identical to the native electronic version, nor that it is the definitive official version of the thesis.

DI-fusion is the Institutional Repository of Université libre de Bruxelles; it collects the research output of the University, available on open access as much as possible. The works included in DI-fusion are protected by the Belgian legislation relating to authors’ rights and neighbouring rights.

Any user may, without prior permission from the authors or copyright owners, for private usage or for educational or scientific research purposes, to the extent justified by the non-profit activity, read, download or reproduce on paper or on any other media, the articles or fragments of other works, available in DI-fusion, provided:

The authors, title and full bibliographic details are credited in any copy;

The unique identifier (permalink) for the original metadata page in DI-fusion is indicated;

The content is not changed in any way.

It is not permitted to store the work in another database in order to provide access to it; the unique identifier (permalink) indicated above must always be used to provide access to the work. Any other use not mentioned above requires the authors’ or copyright owners’ permission.

(2)

I o> /«-

UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES

Faculté des Sciences

Service de Chimie Analytique et Minérale

INFLUENCE DE L'ORIENTATION CRISTALLINE SUR

L'OXYDATION MÉNAGÉE DES FACES DE CUIVRE A INDICES DE MILLER COMPLEXES

Étude Microgravimétrique ( figures )

\

Thèse présentée pour l’obtention du grade de Docteur en Sciences

i

A

(3)

P

UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES

Faculté des Sciences

Service de Chimie Analytique et Minérale

INFLUENCE DE L’ORIENTATION CRISTALLINE SUR

L’OXYDATION MÉNAGÉE DES FACES DE CUIVRE A INDICES DE MILLER COMPLEXES

Étude Microgravimétrique (figures)

Thèse présentée pour l'obtention du grade de Docteur en Sciences

J. C. AUBRY

19 8 1

(4)

Angles et cosinus des angles entre les plans du système cubique.

^2 ^2 ^2 Zone angle (en degré)

cosinus de l'angle

1 1 1 2 2 3 1 1 ° 25 0,981

3 3 5 1 4° 25 0,969

1 1 2 1 9° 28 0,944

3 3 7 23° 3 1 0,918

1 1 3 [ïio] 0 U) O 0,872

1 1 5 38° 56 0,782

1 1 7 43 ° 1 9 0,729

0 0 1 54°44 0,582

1 1 1 2 3 3 10°02 0,985

1 3 3 [oïl] 22° 0,927

1 5 5 27° 1 2 0,890

0 1 1 35° 15 0,818

0 1 1 0 2 3 1 1 ° 1 9 0,980

O 1 2 [lOO] CO 0 CN 0,949

O 0 1 45° 0,707

O 0 1 0 1 2 26°34 0,896

O 2 3 [100] 33°41 0,834

0 1 1 45° 0,707

(5)

Figure 1.

GAZ

/ÎON GAZ ADSORBE

COUCHE

+ -+ —

- + - + - +- + A

+ -+ - + -

Croissance d'un film semiconducteur de type p.

(6)

Figure 2.

Variation d'énergie potentielle à l'interface métal-oxyde.

W est l'énergie de dissolution d'un ion dans la couche d'oxyde.

U est l'énergie d'activation pour le passage de l'ion d'une position interstitielle à une autre.

(7)

Figure 3.

R(t)

Vitesse de déplacement de l'interface dans l'adaptation bidimensionnelle de la théorie des précipités sphériques à partir de so­

lution solide.

(8)
(9)

Figure 5.

adsoqstion K capture

1

K'3

0

diffus

—super'

desorption

capture

on D

ficidle-^

noyau surface mcfallique •

--- d--- -!

Modèle de croissance latérale des germes d'oxyde.

RhodinCR 47) tient compte de différents phénomè^

nés tels que 1'adsorption, la diffusion superfi­

cielle et la capture de l'oxygène par les germes d'oxyde,

(10)

Figure 6.

Maille élémentaire de l'oxyde cuivreux.

L'oxyde cuivreux présente un réseau cubique centré 2 -

d'ions O . Le paramètre cristallin du réseau est de 4,26 A.

(11)

Figure 7.

(001) (111)

Relation épitaxique de l'oxyde avec le

(011)

substrat métallique.

(12)

Figure 8.

Tsconstante J^isconstanle

dA_____ _ dW (réversible)

cristal

vapaur

Système fermé contenant un cristal entouré de phases gazeuses (ou de vide).

(13)

Figure 9-

\

< 001 >\

La courbe en trait plein représente une coupe du diagramme polaire des Y ^2). La forme polygonale en pointillé est la forme d'équili­

bre de Wulff.

(14)

RG. 10

MODELE DE "kOSSEL-STRANSKI, DE LA SURFACE D'UN CRISTAL (NEUMANN

O (D

ATOME DU PLAN (4) ATOME ISOLE SUR

©

MARCHE.

LA SURFACE ATOME STABILISE

(^LACUNE

DISLOCATION *VIS^

PAN UN CRAN. OE SURFACE

©

DISLOCATION ‘COIN

ATOME ACCOLE A (^LACUNE DANS UNE

UNE MARCHE

HIRSCHWALO R 126)

MARCHE

(15)

Figure 13(a) : Modèle atomique du plan (113) du réseau

cubique à faces centrées à 0°K (vue en plan).

(16)

iCooô

\

Figure 13 (b) : Modèle atomique du plan (113) du réseau cubique à faces centrées à 0°K,

(Vue de profil).

Figure 13 (c) : Modèle atomique du plan (113) du réseau cubique à faces centrées à 0°K.

Dimensions et directions principales.

(17)

Figure 14 (a) : Modèle atomique du plan (011) du réseau cubique à faces centrées à 0°K. Dimensions et directions principales.

Figure 14 (b) : Modèle atomique du plan (011) du réseau cubique à faces centrées à 0°K. (Vue en plan).

(18)

Représentation dans le modèle "terrasse, lisière, crans" d'une surface présentant des marches structurelles et des crans thermodynamiques.

Représentation dans le modèle "terrasse, lisière, crans" d'une surface présentant des marches structurelles limitées par des crans structurels.

Vu le nombre élevé de crans sur ce genre de surface, ils peuvent jouer un rôle

important dès les basses températures. Par contre dans le cas de la figure 15 (a) le nombre de crans ne sera élevé qu'aux hautes températures et donc leur influence ne se fera remarquer que pour des températures élevées.

(19)

Figure 16 (a)

Disposition des différentes orientations cristallines dans la projection stéreographique de référence (100) des cristaux cubiques.

Figure 16 (b)

Disposition des différentes orientations cristallines dans la projection stéréographique de référence (001) des cristaux cubiques.

Les points sombres indiquent les orientations cristal­

lines de cuivre étudiées.

Remarque : Etant dans le système cubique les deux

figures 16 (a) et 16 (b) sont équivalentes.

L'ensemble de la littérature renvoie au tri­

angle stéreographique de la figure 16 (a).

Pour la facilité de construction de nos modèles de sphères dures nous avons été améné à choisir un plan de référence dif­

férent [ figure 16 (b)] .

(20)

(001) 014 025 012 023 (011)

(21)

Figure 17 (a) : Modèle atomique du plan (223) du réseau cubique à faces centrées à 0®K. (Vue en plan).

(22)

Figure 17(b)

Figure 17

Figure

Figure

17 (b) : Modèle atomique du plan (223) du réseau cubique à faces centrées à 0°K. (Vue de profil).

17 (c) : Modèle atomique du plan (223) du réseau cubique à faces centrées à 0°K. Dimen­

sions et directions principales.

(23)

Figure 18 (a) ; Modèle atomique du plan (335) du réseau cubique à faces centrées à O^K.

(Vue en plan).

(24)

Figure 18 (b)

Modèle atomique du plan (335) du réseau cubique à faces centrées à 0°K. (Vue de profil).

\

Modèle atomique du plan (335) du réseau cubique à faces centrées à 0°K. Dimensions et directions principales.

(25)

Figure 18 (d) et 18 (e)

Explication de différentes informations du tableau 10 à l'aide de la figure 18 (d) et 18 (e) .

O 2 ® 2

Surface réelle de la surface élémentaire (en A ) : 46,871 A Surface constituée des deux terrasses (HGJI + AFED)=33,856 A ° 2 auxquelles il faut ajouter les deux lisières :

O 2 (JDAI + FBCE)=13,015 A

Longueur de la terrasse mesurée perpendiculairement à la crête

__ O O

[llO]contenue dans le plan à bas indice (en A) = 6,636 A

distance de A à F ou de H à I.

Longueur de la lisière mesurée perpendiculairement à la crête

_ O O

[llo] contenue dans le plan à bas Indice (en A) = 2,551 A distance de A à I ou de F à B.

O 2 O 2

Surface virtuelle de la surface élémentaire (en A ) = 42,708 A.

Surface délimitée par les deux directions [ llO] et [ 556]

c'est à dire HBCG.

Longueur de la surface élémentaire mesurée perpendiculairement

_ ° 2 °

à la crête [ llO] dans le plan de la face (en A ) = 16,742 A distance BH

O 2 ^

Surface des terrasses de la surface élémentaire (en A ) = 33,856 î Surface constituée des deux terrasses : (HGJI) +(AFED).

° 2 ° /

Surface des lisières de la surface élémentaire (en A ) = 13,015 A Surface constituée des deux lisières : (ADJI) +(BCEF).

(26)

Figure 18 (d)

Figure 18 {e )

tcf.D103

lii I ___il"F B

-•H---P ---, C5563

I 0 |E ,C

Figure 18 (d) : Schéma du modèle atomique du plan (335) [Figure 18 (b)]

Figure 18 (e) : Schéma du modèle atomique du plan (335) Directions principales. [ figure 18 (c)]

(27)

cubique à faces centrées à 0®K.

(Vue de profil).

Figure 19(a) : Modèle atomique du plan (337) du réseau

Figure 19(b) ; Modèle atomique du plan (337) du réseau cubique à faces centrées à 0°K.

Dimensions et directions principales.

Figure 19 (c) : Modèle atomique du plan (337) du réseau cubique à faces centrées à 0°K.

(Vue en plan).

(28)

I

Figure

(3371

19 (a)

19 (b)

19 (c)

(29)

Figure 20(a) : Modèle atomique du plan (112) du réseau cubique à faces centrées à 0®K.

(Vue en plan).

(30)

Figure 20(b)

, |CÏ10 3

20(c)

Figure 20(b) : Modèle atomique du plan (112) du réseau cubique à faces centrées à 0°K. (Vue de profil).

Figure 20(c) : Modèle atomique du plan (112) du réseau cubique à faces centrées à 0°K.

Dimensions et directions principales.

(31)

Figure 21(a) : Modèle atomique du plan (115) du réseau cubique à faces centrées à 0“K.

(Vue en plan).

(32)

Figure 21(b) : Modèle atomique du plan (115) du réseau cubique à faces centrées à 0°K.

(Vue de profil).

Figure 21(c) : Modèle atomique du plan (115) du réseau cubique à faces centrées à 0°K.

Dimensions et directions principales.

(33)

Figure 22(a) : Modèle atomique du plan (117) du réseau cubique à faces centrées à 0°K.

(Vue en plan).

(34)

(htT

\ I

Figure 2 2 (b)

t?io3

Figure 22 (c )

Figure 22(b) : Modèle atomique du plan (117) du réseau cubique à faces centrées à 0®K.

(Vue de profil).

: Modèle atomique du plan (117) du réseau cubique à faces centrées à 0°K.

Dimensions et directions principales.

Figure 2 2(c)

2.551 A,

(35)

Figure 23 (a) : Modèle atomique du plan (155) du réseau cubique faces centrées à 0°K. (Vue en plan).

Figure 24(a) ; Modèle atomique du plan (133) du réseau cubique faces centrées à 0°K. (Vue en plan).

(36)

FiguiT0 23 (c) : Modèls atomiqus du plan (155) du résaau cubique faces centrées à 0°K. Dimensions et directions principales.

Figure 24(b) : Modèle atomique du plan (133) du réseau cubique faces centrées à 0°K. Dimensions et directions principales.

(37)

Figure 25 : Cette figure représente une surface

vicinale de platine et on la désigne par Pt(S)[ 6 (111) X (100)]

(38)

Y A C1Ï3J

Figure 26 : Modèle atomique du plan (233) du réseau cubi­

que à faces centrées à 0®K.

directions principales.

Dimensions et

(39)

Figure 27 : Marche présentant des crans dans le cristal de KOSSEL et STRANSKI (R 66).

(40)

Figure 28 : Marche et cran sur une surface (111) d'un cristal du réseau cubique à faces centrées.

Les chiffres indiquent le nombre de proches voisins d'un atome. (R 74).

(41)

Cl 003

Figure 29 : - exemple d'un diagramme de y pour un cristal cubique faces centrées.

- coupe dans un plan (011).

- construction de la forme d'équilibre Wulff. (R 62)et (R 70).

(42)

Figure 30 : Schéma de striation simplifié correspondant au graphique de Y reporté à la figure 29. (R 70) 1. Facettes (111) et (100).

2. Domaine de non striation.

3. Facettes (110).

(43)

E

(44)
(45)

P «10 Torr O

p >10 Torr

O O O

U c°

O O O

O O

O o;;^Q O O

Figure 33 : Schéma représentant les mécanismes de transport d'atomes à haute température.

A : Sublimation et condensation.

B : Diffusion en surface.

C : Diffusion dans le métal.

C^: Diffusion dans le gaz environnant.

(46)

Figure 34.

Axe Z parallèle à la surface.

(47)

2 3

Figure 35(a) : Schéma représentant le mouvement des atomes au cours de l'autodiffusion.

Ep

Figure 35(b) Schéma montrant les énergies tielles relatives des atomes les différentes positions de 35(a).

poten- dans

la figure

(48)

fiioild

Figure 36

A gauche : représentation schématique de la surface (100) avec une couche hexagonale.

A droite : représentation schématique de la surface (100) non reconstruite

Figure 37 : spectre de désorption thermique à partir d'une surface (111) après différentes expositions d'hydrogène.

(49)

Figure 38 : spectre de désorption thermique à partir d'une surface (111) de platine (non re­

cuite après bombardement ionique d'argon) après différentes expositions d'hydrogè­

ne .

Figure 39 ; spectre de désorption thermique à partir d'une surface (997) de platine bien recui­

te après différentes expositionsd'hydro­

gène .

(50)

Figure 40 : Spectre de désorp- tion thermique à partir d'une sur­

face (997) de plati­

ne (non recuite après bombardement ionique d'argon) après différentes expositions d'hy-

<00 200 300 iOO SOO r I SOO

T|K|—• drogène.

Figure 41 :

Variation de l'énergie d'adsorp- tion de en fonction du recou­

vrement sur une surface plane (signe claire) et une surface à marches(signe foncé).

0 0,1 0,5 1

Figure 42 :

variation du recou­

vrement avec 1'ex­

position d'hydro­

gène pour une sur­

face plane (trian­

gle) et une surface à marches (cercle).

domaine des faibles recouvrements dans une échelle élargie

(51)

larbitroryUAtur

s 1

Figure 43 :

Coefficient de capture en fonction du recouvrement d'hydrogène sur surface plane de platine (cercle) et (997) de platine (triangle).

0 12345678 9 1

Figure 44 :

Spectroscopie de désorption thermique pour le recouvre­

ment à saturation d'hydrogè­

ne sur des surfaces à marches de platine.

Les résultats sont séparés en contribution "terrasse" et

"lisière".

Figure 45 ;

variation du travail d'extrac­

tion en fonction du recouvre­

ment pour la face (111) de pla­

tine (triangle) et la face (997) de platine (cercle).

région des faibles recouvrements dans une échelle élargie.

01234567891

(52)

(orbilfOryunit»)

•crrrccc«f

•ûCÛQCCÛtf

Figure 47 : modèle schématique pour 1'adsorption des atomes d'hydrogène sur la surfa­

ce (997) de platine.

Figure 46 : Effet du degré de perfection cristal- „

>

lographique sur les^

mesures du travail d'extraction.

a) surface (111) parfaite de pla-^

tine.

b) surface (111) de platine bombardée et non recuite. ~

Figure

Figure 48 : Variation du tra­

vail d'extraction maximum à 9=0,25 en fonction de la température.

49 : spectroscopie de désorp- tion thermique d'oxygène de différentes faces de platine en fonction de dif­

férentes expositions d'oxy­

gène.

(53)

P„lorbitraryunlli)

Figure 50

Modèle de structure pour le CO adsorbé sur le platine,

au dessus : structure x VT/R 30°

pour 6=1/3.

Les molécules adsorbées occupent des sites en reliant trois atomes du substrat.

au dessous : structure c(4x2) pour 9=1/2.

Les molécules de mono­

xyde de carbone occu­

pent des sites en re­

liant deux atomes du substrat.

Figure 51

Spectroscopie de désorption thermique de CO de différentes faces de platine en fonction de différentes expositions de monoxyde de carbone .

(54)

Turnovernumber

(t c C ')

Figure 52 : Spectroscopie de désorption thermique pour le recouvre­

ment à saturation de mono­

xyde de carbone sur des surfaces à marches de pla­

tine.

Les résultats sont séparés en contribution "terrasse"

et "lisière".

F igur e 53 : Dé shy dr ogén a t io n du cy clohe xane en be nzè- ne en f onct ion de : a) dens i té des ma rche s b) dens ité des c r ans

O-®

Q-/n^ I50*C 4xl0'**0fr reoctont 1.5*10*’ -

1.0* 10**-

S 0.5*10"®-

Dehy^ogenotiorr

.-A

Hydrogenolyeie

2*10'* 4*I0‘* 6*10'*

Step derrsity (atoms/cm* ) (o)

I.SxIOT*

1.0*10*^

0.5*10*'

- Oefiydrogenalion

J---

i ^ Q

’\Hydrogpflolyste

■A

For 2.5*IO**»»#p otom»/cm*

J- 0 5*K3‘* 10*10'®

KhMi dprreity (kink otom«/cm^) (b)

Figure 54

(b)

: dé shyd rogén a t i on du cy cloh ex è ne en be nz ène en f on et i on de

a) den s i t é de s ma rches b) den s i t é de s cr ans .

(55)

^ r5rc*ç«'î ri5 r»'îP» 1»I9

faett aosvt 9SC*C

<^3 foeat

;;•’} îKii (no

Figure 55(a) ; Stabilité des faces de platine en fonction de l'environnement.

AMNATOMIC HEICHT SUPS

Figure 55 (b) : Différents types de structure de la surface.

(56)

STRUCTURE 1 STRUCTURE 2 C\^x\/2)R45* C\^x2\^)R45*

Figure 56 : Mailles formées

I

• • • • •

STRUCTURE 3 S.H.

de symétrie des structures d'adsorption par l'oxygène sur la face (lOO) du cuivre.

(57)

Figure 57

Maille de la structure hexagonale sur la face (111) du cuivre.

(58)

Figure 58

I I

SI. C1T03 S2. SH.

Mailles des structures d'adsorption formées sur la face (llO) du cuivre.

(59)

Figure 59

Diagramme représentant la face (100) du cuivre reconstruite pour l'obtention de la structure

(V2 X VT) R 45-0 .

(60)

C0013

t î

Figure 60 : Modèle plausible d'incorporation d'oxygène pour la face (100) Cu [voir Hoffmann (R 108)].

au dessus : surface (100) avec la structure (V2x2V2)45°

au dessous: vue de profil de la face (100) le long de la direction [OOl] .

(61)

Figure 61 : Influence sur la masse de soufre fixé sur le cuivre en fonction des écarts par rapport â ' l'orientation (111).

(62)

T(K)

300 375 350

Figure 62

Diffusion d'adatome et de paires d'atomes sur la face (211) du tungstène (R 119 b).

Figure 63

Diffusion superficielle du cuivre sur le cuivre

(R 121).

evnisMM M corru and comi Auon

TEMPERATURE CC)

(63)

Figure 64

Autodiffusion superficielle de différents métaux cubiques faces centrées en fonction de la tempé­

rature réduite (R 120).

Figure 65

a)

b)

En«rgy ProCMi Deqrees o» Freedom (Adolom )

£voporation 3 transi.

considérons un adatome en position d'équilibre sur la surface (100) d'un métal cubique faces centrées. L'adatome peut dif­

fuser "localisé" à une position 1 , A , B ou "non localisé" à une position 3 hypothétique.

diagramme d'énergie pour 1'adatome illustrant le régime de

diffusion "localisé" et "non localisé" ainsi que l'évaporation.

Chaque état a une distribution caractéristique de degrés de libertés.

AHg représente ici l'énergie de liaison de 1'adatome à la terrasse ( R 118).

(64)

Figure 66

lO^/T CK*')

La courbe théorique appelée correspond avec les résultats expérimentaux trouvés dans la littérature (118) . D représente la somme des D, "non localisés" et de Di"localisé" des ada- tomes (R 118).

Les indices 1, 2 et 3 représentant respective­

ment les adatomes, les dimères et les trimères.

(65)

so

a

J's O 30

U

10

0

so

as

0

07

os as Oi

03 0

} ot

J a

X X m

0

r

V-.-.. -

N

m

\ w A

4

fcc bcc ^ ... .

masairam/irnHfOtm 0 * matt Irant/w in ¥oeuum

* » (raetrand FIM mtatufwrunit . nFEM mtasufwmtnta

]

-

*

0

t

\N 1(

P*-

4

1"

Ik ■f—

W

as as

07

os as os os

02 01

*— r/Tm

Graphique des énergies de diffusion superficielle déterminée expérimentale­

ment en fonction de la température moyenne ré­

duite (R 126).

Figure 67

Figure 68

Gr aphique schéma tiq- d' Arrhenius pour le

COefficient de d if f s i on superficiel 1 e a) surface propr e . b) crans compéte men

contaminé.

c ) observé expér ime lement.

J/T

(66)

Figure 69 : Facettage bidimensionnel de la surface.

Structure possible d'une surface durant la décomposition des marches de direc- tion M en marches plus stables de direc­

tion et (R 114) .

(67)

Figure 70 : Description de la balance.

1 Point do suspension d'échantillon jusqu'à 200 mg . 2 Point de suspension d'échantillon jusqu'à 1g.

3 Ruban de suspension de la balance . 4 Aimants .

5 Bobine.

6 Point de suspension du contrepoids de l'échantillon . I Lampe.

8 Ecran.

9 Tube photosensible.

10 Amplificateur.

II Echelle de mesure des poids , 12 Echelle d'enregistrement.

13 Filtre.

14 Enregistreur.

(68)

Schéma de l'électrobalance de CAHN.

» ~7

AséchantUlondgr.max.) pracis. 10 gr.

/ , -6

Bsechêmtillon( 2^5gr.max.)précis. 10 gr.

Cscontrepoids.

AV: jauge de Pirani Autovac.

BG: bouteille de gaz.

D : détendeur.

E:enregistreur ImV.

F: four.

FR:fuite réglable.

6: piège à tamis moléculaire.

J|:jauge à ionisation.

Msmanomètre.

PO: pompe à diffusion d'huile.

PL:piège à air liquide.

PR:pompe rotative.

RG:réservoirà gaz.

RSsraccord souple.

RVPsréservoir à vide primaire.

Sssoufflet.

ThjCthermocoupla.

TP:tube de Pirani.

UCBsunit^de contrôle de la balance.

Vsvanne.

Vd:vanne dégazable.

Figure 71 Description de l'enceinte réactionnelle.

(69)

Figure 72 : Diffractographe électronique.

Plaque

Légende

à la plaque photographique - 1 ' =

1/X

- R exp. = distance entre faisceau diffracté

et non diffracté.

(70)

Figure 73 : Balayage effectué à l'aide du quadripôle «3e Riber qui per­

met de détecter des pressions partielles de gaz de l'ordre de à 5 X 10 torr.

(71)

On observe les deux types de germes en forme de triangle équi­

latéraux correspondant aux épitaxies.

(111) Cu^O// (111) Cu avec [lïo] Cu^O // [lïo] Cu.

(111) CU2O// (111) Cu avec [îlO] CU2O // [lîo] Cu, On remarque qu'une des deux formes apparaît également sous forme dendritique. Cette forme dendritique étant plus dé­

veloppés que les formes triangulaires.

Photo n° 11 T° =512'’

PO2 = 4 X 10 ^ Torr G = 2 50 X

Figure : 76

Les figures 75 et 76 montrent une striation importante des surfaces ayant été prétraitées par une étape oxydante.

(72)

Graphique 77

Influence de la pression d'oxygêne sur la durée de la période d'induction pour la face (111) .

log 1/t. = 0,69303 log p0„ + 2,544 pour le cas du pré-

^ -4 ^

traitement à 2 x 10 Torr d'hydrogène et sans recuit à haute température (triangle claire)

log \ /1. ^ = 1,3155 log 2 pour le cas du pré­

traitement avec recuit à haute température suivi d'une réduction à 2 x 10 Torr d'hydrogène.-4

Les résultats obtenus pour le cas du prétraitement avec recuit à haute température sont extrapolés à 611°C à 1'aide de (R 34) ;

pour pO = 7,9 X 10 ^ Torr : log 1/t. = 3 , 3703-3 , 2328xlO^/T°K et

-5 ^ 3

pour PO2 ~ 2,0 X 10 : log = 4,6217-5,0329x10 /T°K (triangle foncé).

(73)

Graphique 77

-4,5 -40

(74)

Graphique 78

Influence de la pression d'oxygëne sur la constante cinétique k pour la face (111) .

^ -4

- Pour le cas du prétraitement à 2 x 10 Torr d'hy­

drogène et sans recuit à haute température (trian­

gle claire) log = 3,8018 + 0,9408 log pO^

- Pour le cas du prétraitement avec recuit à haute température suivi d'une réduction à 2 x 10 Torr -4 d'hydrogène log k^ = 5 , 1215 + 1 ,2348 log pO^ .

Les résultats obtenus pour le cas du prétraitement avec recuit à haute température sont extrapolés à 611°C à l'aide de (R 34) ;

-5 3

pour pO = 7,9 X 10 Torr : log k = 3,2290-2,8050x10 /T

-5 ^ 3

et pour pO^ = 2,0 x 10 Torr : log k^^ = 2,3239-2,6562x10 /T (triangle foncé) .

(75)

Graphique 78

(76)

Graphique 79

Influence de la pression d'oxygène sur le nombre de germes pour la face (111) .

- Pour le cas du prétraitement à 2 x 10 Torr d'hy­-4 drogène et sans recuit à haute température.

log N = 2,3395 log pO + 14,5980 (triangle claire)

^ -4

suivi d'une réduction à 2 x 10 Torr d'hydrogène.

- Le résultat obtenu pour le cas du prétraitement avec recuit à haute température suivi d'une réduction à 2 X 10 Torr d'hydrogène est extrapolés à 611°C-4 à l'aide de (R 34).

Pour pO^ = 7,9 X 10 (triangle foncé).

-5 Torr = log N=2,4149+1,8592x10 /T

(77)

Graphique 79

(78)

Graphique 80

Influence de la température sur la durée de la période d'induction pour la face (111).

- Dans le cas du prétraitement avec recuit à haute tempé- rature suivi d'une réduction à 2 x 10 Torr d'hydrogè­-4 ne :

-5 3

pour PO2 ~ 2,0x10 Torr : log 1/1^ = 4,6217-5,0329x10 /T;

= 23 kcal/mole.

pour PO2 “ 7,9x10 ^ Torr : log 1/t,=3,3703-3,2328xlO^/T;

= 15,3 kcal/mole.

- Dans le cas du prétraitement à 2 x 10 Torr d'hydrogène -4 sans recuit à haute température ;

pour pO^ = 4,3x10 ^ Torr : log 1/1^ = 3,0642-3,1927x10^/T ;

= 14,4 kcal/mole.

(79)

Graphique 80

1,0

JL

1,1 1.2 1.3

(80)

Graphique 81

Influence de la température sur la constante cinétique pour la face (111).

- Dans le cas du prétraitement avec recuit à haute tempé- rature suivi d'une réduction à 2 x 10 Torr d'hydrogè­-4 ne (R 34).

pour p0„ = 2,0 X 10 ^ Torr entre 512°C et 738°C.

^ 3

log = 2,3239-2,6562x10 /T ; W = 12,2 kcal/mole pour p0„ = 7,9 X 10 ^ Torr entre 410°C et 640°C.

^ 3

log k^ = 3,2290-2,8050x10 /T ; W = 12,8 kcal/mole pour pO = 7,9 X 10 -5 Torr entre 640°C et 810°C.

^ 3

log k^ =-0,0900+0,2500x10 /T ; W = O

- Dans le cas du prétraitement à 2 x 10 Torr d'hydrogè­-4 ne sans recuit à haute température ;

pour pO^ = 4,3 X 10 ^ Torr entre 410°C et 640°C.

log k^ = 2,3885-2,2823xlO^/T ; W = 10,5 kcal/mole.

(81)

Graphique 83

Représentation linéaires de Am/S=f(t) pour les expériences décrites au tableau 17.

(82)

Graphique 82

(83)

Graphique 81

(84)

Graphique 82

Influence de la température sur le nombre de germes pour la face (111) .

- Dans le cas du prétraitement avec recuit à haute tempé- rature suivi d'une réduction à 2 x 10 Torr d'hydrogène-4

(R 34) ; pour pO^ = 7,9 x 10 ^ Torr entre 512° et 738°C.

log N = 2,4149 + 1,8592 x lO^/T.

- Dans le cas du prétraitement à 2 x 10 Torr d'hydrogène -4 sans recuit à haute température :

pour pO^ = 4,3 X 10 ^ Toor log N = 2,1778 + 1,8520 x 10^/T

(85)

Graphique 84

2,0 3,0 4,0 5,0 6.0 7,0 8,0 9.0

Représentation de Am/S=f(t) pour les expériences décrites au tableau 18.

(86)

Figure 85

Représentation de Am/s=f(t) pour une face (113).

(87)

Figure 86

Représentation de Am/S=f(t) pour une face (112).

(88)

Figure 87

Représentation de Am/s = f(t) pour une face (112) .

(89)

Figure 88

---1---1---1---1---1--- 1 I r T -7 2

A m/s (10 g/cm )

EXPERIENCE 47

T

Représentation de Am/S=f(t) pour une face (335) .

(90)

Figure 89

Représentation de Am/S=f(t) pour une face (112).

(91)

Figure 90

Représentation de Am/S=f(t) pour une face (112).

(92)

Figure 91

Représentation de Am/S=f(t) une face (112).

pour

(93)

34 32 30 28 26 24

22 20 18 16 14 12 10 8 6 4 2

T--- 1--- 1--- 1--- 1--- 1--- 1 I I I I I I I I I I I T -7 2

A m/s (10 g/cm )

EXPERIENCE 65

condit. experim.

t"C:470 PO2 = 2,6 X lÔ^torr

10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270

Figure 92 : Représentation de Am/S=f(t) pour une face (117).

(94)

Figure 93

Représentation de Am/S=f(t) pour une face (117)

(95)

Figure 94

Représentation de Am/S=f(t) pour une face (117) .

(96)

Figure 95

Représentation de Am/S=f(t) pour une face (115)-

(97)

15

_

5_____

0

1,000 0,900

I

0,800 0,700 0,600 0,,500

Cosinus de l'i^carl en degre de la face (111)

Figure 96 : Evolution du rendement r de la réaction d'oxydation en fonction de

l'orientation cristalline à 511°C. Les points reportés sont les valeurs moyennes des rendements de l'oxydation pour chaque orientation cristalline Nous avons reporté de part et d'autre de chaque point le domaine de variation du rendement délimité par les valeurs extrêmes trouvées.

(98)

Figure 96 (b)

Influence de la pression d'oxygène sur la période d'induction pour les différentes orientations cris­

tallines étudiées à Sll^C. Les diverses informations chiffrées de ces droites sont reportées au tableau 22.

(99)

Figure 97 ; Influence de la pression d'oxygène sur la durée de la période d'induction pour la face (111) à 511°C.

log 1/t^ = 0,871 log PO2 2,892.

(100)

Figure 98

Coefficient de corrélation : indice montrant la liaison entre les deux variables pour autant que cette liaison soit linéaire. Le coefficient sera proche de l'unité lorsqu'il existe une bonne corrélation entre les deux variables.

La déviation standard donné dans le tableau est celle obtenue a partir des valeurs expérimentales interve­

nant dans le calcul de la régression linéaire.

Les résultats expérimentaux entourés sont ceux qui n'interviennent pas dans le calcul de la régression linéaire.

(101)

Figure 98

Influence de la pression d'oxygène sur la période d'induction pour la face (337) à 511°C.

(102)

Figure 99

Influence de la pression d'oxygène sur la période d'induction pour la face (112) à 511°C.

-3,00

(103)

Figure 100 ; Influence de la pression d'oxygène sur la période d'induction pour la face (113) à

511°C.

Les triangles foncés sont repris de travaux antérieurs excécutés au laboratoire (R 32 C). Les triangles clai­

res sont de nouveaux résultats (tableau 20). La regres sion ne tient compte que de quatre points expérimentaux

(104)

Figure 101 ; Influence de la pression d'oxygène sur la période d'induction pour la face (115) à Sll^C.

1P

qp

qs

Log ti: «n minut*.

FACE (115)

•45

COE F. ANG. qei4 ORO. ORIG. 1,235 COEF.CORR. q644 VARIANCE q042 ST OEV. 0,238

Log PO2

CPO2 «n torr3

-40 .33

-qo

Le résultat expérimental entouré n'intervient pas dans le calcul de la régression linéaire.

(105)

Figure 102

Influence de la pres­

sion sur t., k. et N pour la face (001) à 511°C (R 33).

(106)

Figure 103 : Influence de la pression d'oxygène sur

la constante cinétique pour la face (111)

log kj^ = 0,8354 log PO2 + 3,0987.

à 12 9° C entre 2,0 x'10“^ et 2,6 x 10 log k^ = 3,0082 + 0,6980 log 2

Torr d'oxygène

(107)

Figure 104

-7 -2 -1

*Log Ck-|:10 g .cm . mn 3

FACE (112)

0.0

-1,0

COEF. ANG. - 0,782 1 ORD. ORIG. - 2,877 COEF CORR. 0,977 VARIANCE 0,104 ST. DEV. 0,348

•4,5 • 4.0

Log POj

CPO, •" torrj -3,5

Influence de la pression d'oxygène sur la constante cinétique pour la face (112) à 511'*C.

(108)

Figure 105

- Influence de la pression d'oxygène sur la constante cinétique pour la face (337) à 511°C.

- Le résultat expérimental entouré n'intervient pas dans le calcul de la régression linéaire.

(109)

.constante cinétique pour la face (113) à Sll'^C Figure 106 : Influence de la pression d'oxygène sur la

- Triangle foncé : résultats repris de travaux antérieurs excécutés au laboratoire (R 32 C).

- Triangle claire : nouveaux résultats (tableau 20) - Le résultat entouré n'intervient pas dans les

calculs de la régression linéaire.

Légende :

(110)

Figure 107

Influence de la pression d'oxygène sur la constan­

te cinétique pour la face (115) à 511°C.

(111)

Figure 108

Influence de la pression sur la constante de vitesse pour les différentes orientations cristallines étu­

diées à 511°C. Les diverses informations chiffrées de ces droites sont reportées au tableau 23.

(112)

Figure 109

Influence de la pression d'oxygène sur le nombre de germes par centimètre carré pour la face (111) .

-5 -4

- à 511°C entre 2,0 x 10 et 4,0 x 10 Torr d'oxygène log N = 1,050 log p0„ + 8,887.

^ - 5 -4

- à 739°C entre 2,0 x 10 et 2,6 x 10 Torr d'oxygène log N = 11,5282 + 1,7359 log pO^

Les résultats complémentaires (triangle claire) représen­

tent la moyenne des comptages des germes effectués à différents endroits de l'échantillon. Les crochets indi­

qués sont délimités par les valeurs extrêmes des compta­

ges .

(113)

Figure 109

(114)

Figure 110

Influence de la pression d'oxygène sur le nombre de germes pour la face (112) à 511°C.

(115)

Figure 111

Influence de la pression d'oxygène sur le nombre de ger­

mes pour la face (337) à 511°C.

- La droite en trait continu représente la régression li­

néaire passant par tous les points expérimentaux sauf le point entouré.

Les informations chiffrées de la droite en trait conti­

nu sont ceux repris dans le tableau.

- La droite en pointillé représente la régression linéai­

re en omettant les deux points expérimentaux à haute pression partielle d'oxygène.

(116)

Figure 111

Log N N:nombr* d* germ«s par cm^

COE F. ANC 0,136 ORD. ORIG. 5788 COEF. CORR. 0,396 VARIANCE 0,019 ST. DEV. 0751

Log pOj

CPO2 enTorrD

_____

!

___________

-5,0 4,5 -4,0 -3.5

(117)

Figure 112

Influence de la pression d'oxygène sur le nombre de germes pour la face (113) à 511°C.

A : nouveaux résultats.

(118)

Figure 113

Log N N ; nombre de germes par cm2

6.5-

FACE (lis)

^0-

5>5

^0

45

COEF. ANC. 0,376 ORD. ORIG. 6,863 COEF CORR 0,610 VARIANCE 0,017 ST. DEV. 0,154

Log PO2

C PO2 torr3

*45

•4,0 -3,5

Influence de la pression d'oxygène sur le nombre de germes pour la face (115) à 511°C.

(119)

Influence de la pression sur la morphologie des germes de la face (112) •

Figure 114

Figure 115

Figure 116

(120)

Figure 117

pO^ = 1,6 X 10 T° : 511°C.

Grossissement :

PO2 = 2,6 X 10 T“ ; 511°C.

Grossissement : Figure 118

Torr.

625 X.

Torr.

625 X.

(121)

Influence de la pression sur la morphologie des germes de la face (337) .

Figure 120

PO2 = 4,7 X 10 ^ Torr.

T°C = 511°C.

Grossissement = 625 X

Figure 121

pO^ = 7,9 X 10 ^ Torr.

T°C = 511°C.

Grossissement = 625 X.

(122)

Figure 122

pO^ = 1/6 X 10 Torr. -4 T°C = Sll^C.

Grossissement = 250 X

Figure 123

pO^ = 2,6 X 10 Torr. -4 T°C = 511°C.

Grossissement = 625 X.

(123)

Influence de la pression sur la morphologie des germes de la face(335).

Figure 124

*1

%

Figure 125

/

V

••• î* .•» %

I « .4^

!?► ’ ; ^

m

' ^0

ê

.'■é'

= 2,1 X 10 ^ Torr, T°C = 511°C.

Grossissement = 250 X.

Influence de la pression sur la morphologie des germes de la face (115) .

Figure 126

(124)

Influence de la pression sur la morphologie des germes de la face (117) .

pO^ = 2,6 X 10 T°C = 511°C.

Grossissement =

4 Torr

250 X

(125)

Figure 128

Influence de l'orientation sur la période d'induction à 511°C et 2,2 x lO ^ Torr de pression partielle d'oxy­

gène .

Les points noirs sont les "points idéalisés" tirés pour chaque orientation cristalline à partir de la régression étudiant l'influence de la pression partielle d'oxygène.

Les rectangles hachurés représentent les limites de l'in­

tervalle de confiance à 90 % pour les points idéalisés.

Certaines orientations cristallines ne possèdent pas d'intervalle de confiance par le peu d'expériences effectuées sur cette face.

La largeur des rectangles représente la limite d'erreur maximum sur l'écart angulaire par rapport à la face

(111) c'est à dire + 2 degrés.

(126)

Log ti

Figure 128

(127)

Figure 129

Influence de l'orientation sur la période d'induction à 511°C et 7,8 x 10 ^ Torr de pression partielle d'oxy­

gène.

Les points noirs sont les "points idéalisés" tirés pour chaque orientation cristalline à partir de la régression étudiant l'influence de la pression partielle d'oxygène.

Les rectangles hachurés représentent en hauteur les limi­

tes de l'intervalle de confiance à 90 % pour les points idéalisés.

Certaines orientations cristallines ne possèdent pas d'intervalle de confiance par le peu d'expériences effec­

tuées sur cette face.

La largeur des rectangles représente la limite d'erreur maximum sur l'écart angulaire par rapport à la face (111) c'est à dire + 2 degrés.

(128)

Figure 129

(129)

Figure 130

I

Influence de l'orientation cristalline sur la constante de vitesse à 511°C et 2,2 X 10 ^ Torr de pression partielle d'oxygène.

- Les points sombres représentent les "résultats idéalisés" obtenus par les régressions fonction de la pression d'oxygène.

- Les rectangles hachurés représentent en hauteur l'intervalle de confi­

ance à 90 % et en largeur la limite maximum d'erreur d'angle c'est à dire + 2 degrés.

- Les carrés blancs représentent les valeurs obtenues par application des formulations mathématiques (voir châpitre : formulation mathématique).

(130)

Figure 130

(131)

Figure 131

Influence de l'orientation cristalline sur la constante linéaire de vitesse à 511°C et 7,8 x 10 ^ Torr de pres­

sion partielle d'oxygène.

- Les points sombres représentent les "résultats idéalisés"

obtenus par les régressions fonction de la pression d'oxygène.

- Les rectangles hachurés représentent en hauteur l'intervalle de confiance à 90 % et en largeur la limite maximum d'erreur d'angle c'est à dire + 2 degrés.

- Les carrés blancs représentent les valeurs obtenues par l'ap­

plication des formulations mathématiques (voir chapitre : formulation mathématique).

(132)

Figure 132

Influence de l'orientation cristalline sur la constante de vitesse à Sll^C et 2,6 X 10 ^ Torr de pression partielle d'oxygène.

- Les points sombres représentent les résultats idéalisées'' obtenus par la régres­

sion fonction de la pression d'oxygène. ' ^

- Les rectangles hachurés représentent en hauteur l'intervalle de confiance

à 90 % et en largeur la limite maximum d'erreur d'angle c'est à dire t 2 degrés.

- Les carrés blancs représentent les valeurs obtenues par application des formu­

lations mathématiques (voir châpitre : formulation mathématique).

(133)

Figure 133

Influence de l'orientation cristalline sur le nombre de germes à 511“C

' -5

et 2,2 X lO Torr de pression partielle d'oxygène.

- Les points sombres représentent les "résultats idéalisés" obtenus par régres­

sion fonction de la pression d'oxygène.

- Les rectangles hachurés représentent en hauteur l'intervalle de confiance à 90%

et en largeur la limite maximum d'erreur d'angle c'est à dire + 2 degrés.

- Les carrés blancs représentent les valeurs obtenues par application des formulations mathématiques (voir chapitre : formulation mathématique).

(134)

Figure 134

Influence de l'orientation cristalline sur le nombre de germes à 511“C et 7,8 X 10 Torr de pression partielle d'oxygene.- 5

- Les points sombres représentent les "résultats idéalisés" obtenus par régres­

sion fonction de la pression d'oxygène.

- Les rectangles hachurés représentent en hauteur l'intervalle de confiance à 90 % et en largeur la limite maximum d'erreur d'angle c'est à dire + 2 degrés - Les carrés blancs représentent les valeurs obtenues par application des formu

mations mathématiques (voir châpitre : formulation mathématique)*

(135)

Figure 135

Influence de l'orientation cristalline sur le nombre de germes à 511®C et 2,6 X 10 Torr de pression partielle d'oxygene.-4

- Les points sombres représentent les "résultats idéalisés" obtenues par régres­

sion fonction de la pression d'oxygène.

- Les rectangles hachurés représentent en hauteur l'intervalle de confiance à 90 % et en largeur la limite maximum d'erreur d'angle c'est à dire + 2 degrés.

- Les carrés blancs représentent les valeurs obtenues par application des formulations mathématiques (voir chapitre : formulation matéhmatique).

(136)

Log /ti (tl en minute) op

FACE (3 35)

COEF, ANG. -4,284 ORD. ORIG. :^889 COEF.CORR Q983 VARIANCE 0,253 ST. DEV. 0,581

1.0

V

1.2

Figure 136 ; Influence de la température sur la période d'induction pour une pression partielle d'oxygène de 2,2 x 10

(335) .

Torr pour la face

(137)

d'induction pour une pression partielle d'oxygène de 2,2 x 10 ^ Torr pour la face

(

112

) .

(138)

d'induction pour une pression partielle d'oxygène de 2,2 x 10 ^ Torr pour la face

(337) .

(139)

Log ’/tl (tl en minute)

1P

FACE (335)

COEF. ANG. .3,725 ORD. OR IG. 3,958 COEF. CORR 0,836 VARIANCE 0,188 ST DEV

______________

0511

Figure 139 ; Influence de la température sur la période d'induction pour une pression partielle de 7,8 X 10 ^ Torr pour la face (335).

Le résultat expérimental entouré n'intervient pas dans le calcul de la régression linéaire.

(140)

110 1,20 VÎO \40 J50 Figure 140 ; Influence de la température sur la période d'induction à une

pression partielle d'oxygène de 7,8 x 10 Torr pour la face

(141)

Figure 141 : Influence de la température sur la période d'induction à une pression partielle d'oxy gène de 7,8 x 10 ^ Torr pour la face (337)

(142)

d'induction à une pression partielle d'oxy gène de 7,8 x 10 ^ Torr pour la face (113)

(143)

T Log*/ti (tien minute)

FACE (115)

qo.

COEF. ANG. -3(026 ORD. OR IG. 2,753 COEF CORR. 1,000 VARIANCE 0,122 ST. DEV. 0,494

» 1000/ /t°k _______________ I____________________________ ^____________________________ I---

1,0

V

1,2

Figure 143 ; Influence de la température sur la période d'induction à une pression partielle d'oxy­

gène de 7,8 X 10 ^ Torr pour la face (115) . Le résultat expérimental entouré n'intervient pas dans le calcul de la régression linéaire.

(144)

r

d'induction à une pression partielle d'oxy gène de 7,8 x 10 ^ Torr pour la face (117)

(145)

T T

QQ

Log*/tl (tl en minute)

FACE ( 112 )

-0.5

COEF. ANG. - 3,007 ORD. ORIG. 3,479 COEF. CORR 0,999 VARIANCE . 0,279 ST. DEV. 0,610

.1,0

Figure 145,

-çiô-

1000/^O^

\20 ;30 "T4?r

Influence de la température sur la période d'induction à un -4

pression partielle d'oxygène de 2,6 x 10 Torr pour la fac (112) .

(146)

T T ---r

-Log*/ti (tl «n minute)

FACE (115)

COE F. ANG. -3,846 ORD. ORIG. 3,921 OOEF. CORR. 0,734 VARIANCE 0,273 ST. DEV. 0S64

-2,0

Figure 146

--- 1000/to^

_J___________________________I_____________________________I---

1,1 1,2 1,3

Influence de la température sur la période d'induction à une pression partielle d'oxy- gène de 2,6 x 10 Torr pour la face (115) .-4

(147)

Log '/tl (t I en minute)

FACE (117)

-05

COE K ANG. -4,039 ORD. OR IG. 4,246 COE F. CORR. 0,941 VARIANCE 0,411 ST. DEV 0,703

-1,0 _

1000/^ O

1,1 1,2 î,3 1,4 Î5

Figure l47 : Influence de la température éür la période d'induction à une

pression partielle d'oxygène de 2,6 x 10 Torr pour la face (117)-4

(148)

Figure 148 ; Influence de la température sur t^ et pour la face (001) : + . pour une face situé à 3° de (001) le long de la zone [ lOO] (R

(149)

Figure 149

Evolution de l'influence de la température sur la pé­

riode d'induction pour les différentes orientations cristallines à pO^ = 7,8 x 10 ^ To'rr. Les diverses informations chiffrées de ces droites sont reportées au tableau 30.

(150)

Figure 150

-

2

,

00

_

Evolution de l'influence de la température sur la pé­

riode d'induction pour les différentes orientations cristallines à pO^ = 2,2 x 10 ^ Torr. Les diverses informations chiffrées de ces droites sont reportées au tableau 29.

(151)

Figure 151

Evolution de l'influence de la température sur la pé­

riode d'induction pour les différentes orientationscris- tallines à pO^ = 2,6 x 10 Torr. Les diverses informa­-4 tions chiffrées de ces droites sont reportées au tableau

(152)

Figure 152

Log (k^ ï 10 g cm^ - --2 mn-1)

1^-

FACE(335)

V-

0,0

-qs

COEF. AN G. - 1,567 ORD. ORIG. 1,18 4 COEF.CORR. Q909 VARIANCE. 0,039 ST. DEV. 0,2 30

1000yi»K

1.0

V

12

Influence de la température sur la constante linéaire de vitesse à 2,2 X 10 ^ Torr de pression partielle d'oxygène pour la face (335) - La droite en trait plein tient compte pour la régression linéaire

de tous les résultats expérimentaux.

- La droite en traits pointillés ne tient pas compte pour la régres­

sion linéaire du résultat à la température la plus élevée.

Les informations chiffrées du tableau de la figure se rapporte à la droite en trait pointillé.

(153)

Figure 153

•7 -2 -1 .Log (k^ ,10' g cm' mn )

1.5 _

FACE (112)

0,0 _

-0^ -

COEF. ANG. - 1,182 ORD. ORIG. 0/36 COEF. CORR 0,933 VARIANCE 9019 ST. OEV. 0,159

1000/,,o 7tk

1/ 1.2 1,3

Influence de la température sur la constante de vites­

se à 2,2 X 10 Torr de pression partielle d'oxygène pour la face (112).

(154)

Figure 154

•7 «2 -1 -Log (k^»10 g cm* mn* )

FACE(337)

COE F. ANG. -1,8 56 ORD. ORIG. 0,887 COEFCORR 0,987 VARIANCE 0,049 ST. DEV. 0,247

_______________ ^____________________________ I---^---

^p V

Influence de la température sur la constante de vîtes se à 2,2 X 10 ^ Torr de pression partielle d'oxygène pour la face (337).

(155)

Figure 155

1.0

op

.05

.1,0

-7 -2 .1 ' Log k.| (k^:10 g. cm . mn )

FACE(335)

COEF. ANC. - 2,374 ORO. OR IG. 2,739 COEF. CORR, 0,989 variance 0,106

ST. DEV. 0,365 1000

7t«k

1.2 1P

Influence de la température sur la constante de vites­

se à 7,8 X 10 ^ Torr de pression partielle d'oxygène pour la face (335) •

(156)

Figure 156

de la régression linéaire.

La ligne pointillée ne tient pas compte des deux résultats obtenus à haute température.

Les valeurs du tableau de la figure se rapporte à la droite en trait plein.

(157)

Figure 157

Influence de la température sur la constante de vites­

se à 7,8 X 10 ^ Torr de pression partielle d'oxygène pour la face (337).

(158)

Figure 158

Influence de la température sur la constante de vites­

se à 7,8 X 10 ^ Torr de pression partielle d'oxygène pour la face (113).

(159)

Figure 159

■ I - - .. J -

-7 -2 -1 -Log k| (kjslO g cm* mn* )

COER ANG. -2,779 ORD. ORIG. 2,980 COER CORR. 1,000 VARIANCE 0,102 ST. DEV. 0y453

--- --- 1000/ 0 /t°k _________________I____________________________I____________________________ I---

1,0

V

1,2

Influence de la température sur la constante de vites­

se à 7,8 X 10 ^ Torr de pression partîélle d'oxygène pour la face (115).

Le résultat expérimental entouré n'intervient pas dans le calcul de la régression linéaire.

(160)

Figure 161

pression partielle d'oxygène pour la face (112).

Le-résultat entouré n'intervient pas dans le calcul de la régression linéaire.

(161)

Figure 160

Influence de la température sur la constante de vites­

se à 7,8 X 10 ^ Torr de pression partielle d'oxygène pour la face (117).

(162)

Figure 162

-Log k| (k|*10^g cm^ mn^)

^00.

FACE (lis)

C)50

qpo.

-qso.

■ ^p.

COEf: ANG. -2721 ORD. ORIG. 2,881 COEF. CORR. 0,897 VARIANCE 0p97 ST. DEV. q327

1000/

T°K

1.1 1,2

Influence de la température sur la constante de vîtes- se à 2,6 X 10 Torr de pression partielle d'oxygène-4 pour la face (115).

(163)

Figure 163

^p-

-7 -2 -1, Log k| (k| = 10 g cm mn )

FACE ( 117 )

A A

COEF ANG. -3,361 ORD. OR IG. 3^53 COEF CORR. 0,967 VARIANCE 0,269 ST. DEV. 0,569

■1000/tOk

____I________

1,1 1,2 1,3 1.4

Influence de la température sur la constante de vitesse à 2,6 x 10 pression partielle d'oxygène pour la face (117).

-4Torr de

(164)

Figure 164

Evolution de l'influence de la température sur la cons­

tante de vitesse en fonction de l'orientation cristal­

line à PO2 = 2,2 X 10 ^ Torr. Les diverses informations chiffrées pour les différentes droites sont reportées au tableau 3 2.

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :