Poissons d'eau douce

Top PDF Poissons d'eau douce:

Prédiction du potentiel d'invasion des espèces non natives par des modèles de niche : approches méthodologiques et applications aux poissons d'eau douce sur le territoire français

Prédiction du potentiel d'invasion des espèces non natives par des modèles de niche : approches méthodologiques et applications aux poissons d'eau douce sur le territoire français

Introduction 30 D. Le milieu aquatique d’eau douce Alors que les milieux d’eau douce ne représentent que 1% de la surface du globe, contre 70% pour le milieu marin, ils contiennent près de la moitié des espèces de poissons (Leveque et al., 2008) et sont particulièrement exposés aux changements globaux. S’ils sont déjà soumis à de nombreuses perturbations d’origine anthropique (fragmentation par de nombreux barrages (Nilsson et al. 2005), pollution agricole ou industrielle (Richter et al. 1997) ils sont aussi parmi les plus susceptibles de souffrir du changement climatique qui risque de provoquer la raréfaction voire la disparition de nombreuses espèces (Xenopoulos and Lodge 2006). Ces risques d'extinction sont liés à la nature insulaire des cours d'eau qui réduit très fortement la dispersion inter-bassins pour les espèces strictement inféodées à l'eau douce et sans stade terrestre (soit plus de 80% des poissons d'eau douce). De plus, au sein de chaque bassin, la structure dendritique des cours d'eau limite également la dispersion intra-bassin. Les espèces des zones amont sont alors les plus touchées car elles ne tolèrent souvent qu’une faible gamme thermique et ne peuvent pas fuir vers des zones plus froides. Au contraire, les espèces colonisant les zones aval sont généralement plus tolérantes d’un point de vue thermique et voient souvent leur aire s'élargir ( Chu et al. 2005; Buisson et al. 2008; Rahel and Olden 2008; Heino et al. 2009; Domisch et al. 2011).
En savoir plus

234 En savoir plus

Introductions et transferts d'espèces de poissons d'eau douce

Introductions et transferts d'espèces de poissons d'eau douce

Introductions et transferts d’espe`ces de poissons d’eau douce Re´sume´ L’introduction et le transfert d’espe`ces de poissons entre continents et au sein de ceux-ci sont des pratiques qui remontent a` l’antiquite´ et qui ont connu un de´veloppement consi- de´rable au XX e sie`cle. Les principales motivations de ces introductions sont l’ame´lioration de la production de la pe ˆche et le de´veloppement de la pisciculture. Tous les continents ont fait l’objet de telles introductions ; les cas de l’Afrique et l’Asie sont plus particulie`re- ment e´tudie´s dans cet article. En Afrique, l’introduction d’espe`ces exotiques n’a pas signi- ficativement contribue´ a` dynamiser le de´veloppement d’une filie`re aquacole demeure´e a` un tre`s faible niveau de production, d’autant que la biodiversite´ des espe`ces de poissons autochtones est e´leve´e. En Asie, en revanche, la production aquacole est fonde´e pour l’es- sentiel sur les carpes chinoises, les carpes indiennes et la carpe commune, largement transfe´re´es hors de leur aire d’origine. L’introduction, en me ˆme temps que ces espe`ces, du paquet technologique les concernant, a sans doute largement contribue´ au de´laisse- ment des ressources aquacoles autochtones, qui, elles, exigent un long travail de domesti- cation. Les tilapias, originaires d’Afrique et produits principalement en Asie, constituent l’exemple remarquable d’une domestication et d’une production aquacole ex situ dont l’existence d’un marche´ international contribuera, certainement, a` soutenir la progression. L’analyse de ces introductions a` des fins aquacoles fait ressortir un impact e´cologique glo- balement faible et, en revanche, un bilan socio-e´conomique largement be´ne´fique. Mots cle´s : aquaculture ; contexte socio-e´conomique ; domestication ; impact sur l’environnement ; introduction d’animaux ; poisson d’eau douce.
En savoir plus

7 En savoir plus

CARACTÉRISATION DES POISSONS D’EAU DOUCE

CARACTÉRISATION DES POISSONS D’EAU DOUCE

Cette étude est menée sur les poissons d’eau douce algérienne occupant la région de l’Oued Cheliff (embouchure) située dans la wilaya de Mostaganem ; pour but de les identifier, caractériser et les comparer. Les poissons ont été capturés en une période allant du mois de Décembre jusqu’au mois de Mai par deux filets de pêche (la palangre et filet maillon) depuis quatre zones différentes de l’Oued : deux zones sur la partie terminale du Oued Cheliff dont l’une est proche de l’embouchure et l’autre plus loin de 5 km, les deux autres depuis Oued fodda et Oued Zeddine, et une zone depuis barrage Bouhnifia.
En savoir plus

92 En savoir plus

Étude de l'évolution et de la diversité des poissons d'eau douce de l'Amérique du Nord par une approche génétique comparative

Étude de l'évolution et de la diversité des poissons d'eau douce de l'Amérique du Nord par une approche génétique comparative

Chapitre 2: Genetic Calibration of Species Diversity among North America's Freshwater Fishes 2.1 Résumé Les écosystèmes aquatiques d‟eau douce sont exploités et dégradés par l‟activité humaine, de sorte que les poissons et les pêcheries sont aujourd‟hui grandement affectés. Malgré des centaines d‟années d‟analyses taxonomiques, plusieurs problèmes liés à l‟identification des espèces continuent de limiter la conservation des poissons d‟eau douce de l‟Amérique du Nord. En effet, il est estimé que 10 % de la diversité en espèces reste à être décrite. Afin de fournir une calibration indépendante de l‟incertitude taxonomique et pour établir un outil d‟identification moléculaire accessible, une banque de données références de séquence d‟ADNmt (codes- barres génétiques) a été générée pour 752 espèces de poissons d‟eau douce de l‟Amérique du Nord. Cette étude démontre que 90 % des espèces peuvent être délimitées à l‟aide de codes-barres génétiques. De plus, cette analyse révèle des discontinuités génétiques indiquant l‟existence de lignées évolutives indépendantes à l‟intérieur des espèces, ce qui suggère l‟occurrence de diversité morphologiquement cryptique. À partir des 752 espèces analysées, nous identifions 138 espèces reconnues par la taxonomie actuelle qui pourraient en fait représenter jusqu‟à un total de 357 espèces candidates. Au contraire, plusieurs paires d‟espèces de lamproies parasites et non parasites ne présentent pas de divergence génétique et pourraient donc ne pas représenter des espèces distinctes, comme suggéré par la taxonomie actuelle, mais plutôt correspondre à des stratégies d‟histoire de vie alternatives à l‟intérieur d‟une même espèce. Il apparait donc que la taxonomie actuelle sous-estime de façon significative la diversité des poissons d‟eau douce de l‟Amérique du Nord dans son ensemble tout en surestimant la diversité de certains groupes particuliers. En plus de fournir un outil d‟identification, cette étude idenitifie 151 espèces de poissons nécessitant une révision taxonomique.
En savoir plus

142 En savoir plus

Accumulation de contaminants organiques prioritaires par les poissons d’eau douce : synthèse bibliographique, incidence des normes de qualité environnementale

Accumulation de contaminants organiques prioritaires par les poissons d’eau douce : synthèse bibliographique, incidence des normes de qualité environnementale

intervalles lorsque seulement des intervalles étaient mentionnés, nous avons préféré conserver l’information sous la forme où elle est présentée dans les publications. Le tableau général paraît néanmoins assez cohérent, avec des concentrations allant de non mesurable, à plusieurs dizaines, voire centaines de ng. Les concentrations élevées sont assez généralement attribuées à la proximité de points de rejet (stations d’épuration, sites de fabrication). Peu d’études portent sur les milieux d’eau douce, à la notable exception du lac Ontario (Canada). Les gammes de concentrations retrouvées dans les poissons du lac Ontario, ainsi que les quelques données sur les anguilles prélevées en rivière par (Bossi, Strand et al. 2008) ou le crapet arlequin dans le Mississipi et d’autres rivières de Caroline du Nord (Delinsky, Strynar et al. 2009), suggèrent pourtant que les concentrations au moins de PFOS dans ces milieux pourraient être plus élevées que dans les poissons de mer.
En savoir plus

55 En savoir plus

Barotraumatisme chez les poissons d’eau douce et impact de la perforation de la vessie natatoire pour en réduire les effets

Barotraumatisme chez les poissons d’eau douce et impact de la perforation de la vessie natatoire pour en réduire les effets

D’autres mesures permettent de réduire les symptômes de barotraumatisme chez les poissons. La plus populaire chez les agences américaines gérant la pêche en eau salée est la recompression. De manière analogue aux traitements en chambre hyperbare utilisés chez les plongeurs souffrant de choc barométrique, cette technique consiste à redescendre le poisson à sa profondeur de capture pour inverser les conséquences de la décompression. Plusieurs appareils sont recommandés pour pratiquer cette technique, consistant principalement en des cages à fond ouvert, des hameçons plombés ou des pinces qui s’accrochent à la mâchoire des poissons et sont relâchées en profondeur (voir annexe 2). Pour plusieurs espèces de poissons de récifs (p. ex., Sebastes spp.), des études ont démontré que cette méthode redonne efficacement une taille normale à la vessie natatoire et permet aux poissons de retrouver l’équilibre nécessaire à la nage (Brown et coll., 2008; Hannah et Matteson, 2007; Pribyl et coll., 2012). À la différence de la perforation de la vessie natatoire, cette technique peut aussi solubiliser les gaz contenus dans les tissus et le sang des poissons, permettant d’atténuer certains effets comme l’exophtalmie ou l’embolie. On ne sait cependant pas si cette technique accroît réellement le taux de survie à long terme des poissons, encore moins pour les espèces d’eau douce. Seulement une juridiction conseille cette technique pour la pêche en eau douce. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer les effets sublétaux de la recompression et son efficacité pour accroître le taux de survie d’espèces comme l’achigan et le doré. Pour les poissons physostomes pêchés en profondeur (p. ex., le touladi, le maskinongé et l’esturgeon jaune), la méthode la plus souvent conseillée est de masser délicatement l’abdomen du poisson pour en faire ressortir les gaz par la bouche. Bien qu’aucune étude n’ait évalué l’efficacité de cette méthode, celle-ci est peu invasive et peut être efficace.
En savoir plus

49 En savoir plus

Évaluation des déterminants de l'aire de répartition des poissons d'eau douce pour éclairer leur écologie et conservation

Évaluation des déterminants de l'aire de répartition des poissons d'eau douce pour éclairer leur écologie et conservation

Dans ce travail de doctorat, nous avons analysé pour la première fois les patrons globaux de la taille de l'aire géographique des espèces de poissons d'eau douce et testé les hypothèses explicatives précédemment proposées pour d'autres groupes taxonomiques. Nos résultats ont montré que la connectivité actuelle et historique sont les facteurs les plus importants qui déterminent la taille de l'aire de répartition géographique des poissons d'eau douce, contrastant avec les principaux déterminants signalés chez les vertébrés terrestres et marins. D'un point de vue appliqué, nous nous sommes concentrés sur la relation macroécologique communément observée entre la taille de l'aire géographique et la taille corporelle des espèces. Cette relation permettrait d’estimer la taille minimale de l'aire géographique nécessaire aux espèces pour leur persistance à long terme. En se basant sur les fluctuations temporelles des abondances des espèces, nous fournissons une validation mécaniste de cette relation, confortant son utilisation pour identifier les espèces vulnérables et leurs changements de risque d'extinction face aux réductions de l'aire géographique induites par des facteurs anthropiques. En utilisant un bassin fluvial tropical comme étude de cas, nous avons utilisé cette relation macroécologique pour quantifier les changements dans le risque d'extinction des espèces en raison de la fragmentation de leurs aires de répartition due au développement de l'hydroélectricité. Les résultats et les données compilés dans cette thèse représentent des informations utiles pour guider et informer la conservation des poissons d'eau douce et fourni des éléments pour continuer à combler les lacunes théoriques.
En savoir plus

187 En savoir plus

Altération de la capacité oxydative et de la composition des membranes en acides gras suite à une combinaison de la température et du cadmium chez deux espèces de poissons d’eau douce.

Altération de la capacité oxydative et de la composition des membranes en acides gras suite à une combinaison de la température et du cadmium chez deux espèces de poissons d’eau douce.

(ii) La capacité oxydative par le suivi de l’activité de la cytochrome C oxydase (CCO) et la citrate synthase (CS) chez deux espèces de poissons d’eau douce : la perchaude (Perca flavescens) et le mené à grosse tête (Pimephales promelas) pour évaluer l’implication des acides gras dans la modulation de la capacité oxydative.

1 En savoir plus

Les introductions d'espèces de poissons d'eau douce : distribution spatiale, déterminants et impacts sur les espèces natives

Les introductions d'espèces de poissons d'eau douce : distribution spatiale, déterminants et impacts sur les espèces natives

We tested these hypotheses and report here a global map of fish invasions (i.e., the number of non-native fish species established per river basin) using an original worldwide dataset [r]

161 En savoir plus

Structure génétique de Ligula intestinalis (Cestode : Diphyllobothriidea), parasite des poissons d'eau douce

Structure génétique de Ligula intestinalis (Cestode : Diphyllobothriidea), parasite des poissons d'eau douce

expérimentalement que si le procercoïde migre vers le segment céphalique et s’y développe, il entraîne la mort du copépode. Chez le poisson, la ligule loge dans sa cavité abdominale (Figure 4). L’augmentation de la taille du plérocercoide et la réinfestation par d’autres plérocercoides provoquent une dilatation de l’abdomen du poisson infesté. Cette dilatation apparaît en région ventrale, en avant de l’orifice anal et forme une saillie que les pêcheurs appellent «Bouton» (Moisan 1956). Le poisson infesté est considérablement alourdi et sa nage est moins vigoureuse devenant ainsi plus facilement capturable par les oiseaux. Moisan (1956) a remarqué aussi que les gardons parasités présentent des besoins alimentaires supérieurs à ceux des gardons sains. Par ailleurs, il semble que la ligulose peut provoquer une véritable castration parasitaire. En effet, la ligule écrase les organes sexuels de son hôte et les atrophie plus ou moins intensément. De plus, des changements hypophysaires inhibent le développement des gonades (Arme & Owen 1968). Il s'avère que le parasite en inhibant la reproduction de son hôte détourne l’énergie normalement attribuée à la reproduction de celui ci. Il se trouve également que cette inhibition des fonctions reproductrices créerait un environnement hormonal plus favorable au parasite (Barber et al. 2000). En général, Les poissons parasités sont, quelque soit leur sexe, incapables de se reproduire (Arme 1975).
En savoir plus

162 En savoir plus

en
                                                                    fr

en fr Infection mechanisms of the ectoparasite of freshwater fish Tracheliastes polycolpus Mécanismes d'infection de l'ectoparasite de poissons d'eau douce Tracheliastes polycolpus

38 Objectifs Au cours de cette thèse mon objectif a été d’amener une meilleure compréhension du processus complexe d’infection parasitaire en me basant très largement sur les concepts de filtres de rencontre et de compatibilité. A la lumière d’une vision intégrative, j’ai cherché à mettre en évidence des facteurs déterminants dans les interactions hôtes-parasites mais parfois encore négligés. Pour ce faire, je me suis focalisée sur un ectoparasite de poisson d’eau douce, Tracheliastes polycolpus. En France, T. polycolpus parasite principalement la vandoise (Leuciscus sp.) mais est aussi capable d’infecter plusieurs autres espèces de cyprinidés d’eau douce de manière occasionnelle (Lootvoet et al. 2013). Tracheliastes polycolpus est une espèce invasive dans les rivières françaises, et en cela constitue un modèle intéressant en ce qui concerne les enjeux actuels relatifs aux maladies émergentes et dont les mécanismes d’infection restent encore difficiles à appréhender. Afin d’étudier les mécanismes d’infection chez T. polycolpus, j’ai combiné des approches expérimentales et de modélisation basées sur l’analyse de données empiriques ainsi que diverses approches génomiques afin de considérer le rôle des facteurs environnementaux, des facteurs liés à l’hôte, au parasite et à leur microbiote respectifs dans le processus d’infection parasitaire.
En savoir plus

317 En savoir plus

Changements globaux et poissons d'eau douce : déterminants et implications de variations démographiques

Changements globaux et poissons d'eau douce : déterminants et implications de variations démographiques

Les populations qui sont liées entre elles par de la dispersion peuvent fluctuer de façon synchrones car l’augmentation des effectifs d’une population peut produire des émigrants qui von[r]

314 En savoir plus

Indice de vulnérabilité à l'extinction des poissons d'eau douce du Québec : une analyse multivariée des traits biologiques, écologiques et biogéographiques

Indice de vulnérabilité à l'extinction des poissons d'eau douce du Québec : une analyse multivariée des traits biologiques, écologiques et biogéographiques

Ces données représentent le pourcentage de présence de chaque espèce dans les différents quadrats qui composent chaque région et sous-région.. Modalité moyenne des 24 trai[r]

106 En savoir plus

Contamination des poissons d'eau douce par les PCB et d'autres contaminants persistants dans le bassin Rhône-Méditerranée. Détermination de facteurs d'accumulation sédiments-poissons et d'une valeur seuil dans le sédiment au-delà de laquelle les poissons

Contamination des poissons d'eau douce par les PCB et d'autres contaminants persistants dans le bassin Rhône-Méditerranée. Détermination de facteurs d'accumulation sédiments-poissons et d'une valeur seuil dans le sédiment au-delà de laquelle les poissons risquent de dépasser le seuil réglementaire de consommation

4.5.3 Influence de la contamination des sédiments Lorsqu’on détermine des BSAF à partir de mesures appariées sur des poissons et sédiments, la correspondance entre les sédiments et les poissons est un point délicat [11]. Il s’agit entre autres de savoir si les mesures dans les sédiments correspondent à la fenêtre d’exposition des poissons. La période retenue ici (1999-2007) peut paraître trop longue de ce point de vue, compte tenu de la capacité des poissons à éliminer les PCB accumulés, avec des demi-vies 15 estimées selon les congénères à par exemple 1-4 mois chez la truite arc en ciel [24], 6-7 mois (#153) chez les juvéniles de la même espèce [25-26], ou 12-24 mois chez le guppy (Poecilia reticulata, #153)[27]. Cependant dans le milieu « naturel » l’excrétion des PCB est plus ou moins continuellement compensée par l’apport par la nourriture. La représentativité d’échantillons ponctuels de sédiments de surface vis à vis de l’exposition moyenne de poissons âgés de plusieurs années paraît donc a priori assez faible. En revanche, en extrayant aléatoirement des données sédiments sur l’ensemble de la période délimitée par l’âge des poissons, nous espérons obtenir une estimation plus précise de l’exposition probable des poissons adultes. En d’autres termes nous faisons ici l’hypothèse que les apports de PCB au milieu à l’amont des sites échantillonnés n’a pas changé significativement entre 1999 et 2007 ; ainsi la variabilité des concentrations dans les sédiments de surface durant cette période serait liée essentiellement aux variations du débit, et reflèteraient l’exposition réelle des poissons. La sélection des données sédiments aurait été différente si nous avions détecté des tendances dans la contamination de cette matrice.
En savoir plus

85 En savoir plus

Etat des connaissances concernant la contamination des poissons d’eau douce par les cyanotoxines

Etat des connaissances concernant la contamination des poissons d’eau douce par les cyanotoxines

Les résultats du test ELISA et du test d’inhibition de la PP1 utilisés en parallèle par Sipia et al. (2001) sont généralement concordants sauf pour les muscles de poissons. Des différences de résultats entre méthodes ELISA et LC-MS/MS ont été rapportés ; ainsi Karlsson et al. (2003a) ont obtenu des résultats supérieurs avec la méthode ELISA comparés à ceux de la LC-MS/MS, bien que la même procédure d’extraction ait été utilisée. Les auteurs expliquent ces différences par le fait que les extraits analysés par ELISA n’ont pas été purifiés en SPE contrairement à ceux analysés par LC-MS/MS, ce procédé de purification ayant pu entrainer des pertes de toxines. De plus l’ELISA peut détecter les conjugués GSH et CYS, ce qui n’était pas le cas en LC-MS/MS. Kankaanpää et al. (2005) ont également rapporté que les résultats de l’ELISA sont bien supérieurs (jusqu’à un facteur 10) à ceux de la LC-MS ; cette différence étant due à l’utilisation de différentes procédures d’extraction, aux effets matrices ainsi qu’aux conjugués CYS et GSH détectés par l’ELISA mais pas en LC-MS (transitions non suivies).
En savoir plus

263 En savoir plus

Diversité et règles d'assemblage des communautés de poissons d'eau douce de Guyane

Diversité et règles d'assemblage des communautés de poissons d'eau douce de Guyane

Hyla Hyla helenae Hypsiboas boans Hypsiboas geographicus Hylinae Osteocephalus cannatellai Osteocephalus oophagus Osteocephalus taurinus Lithodytes Lithodytes lineatus. Rana Rana palmipe[r]

252 En savoir plus

Mécanismes d'infection de l'ectoparasite de poissons d'eau douce Tracheliastes polycolpus

Mécanismes d'infection de l'ectoparasite de poissons d'eau douce Tracheliastes polycolpus

The identification of the mechanisms underlying species interactions is essential to understand the consequences of global changes on biodiversity and ecosystem functioning. [r]

316 En savoir plus

Sensibiliser des élèves de cycle 3 à une gestion durable et écocitoyenne des ressources en eau douce

Sensibiliser des élèves de cycle 3 à une gestion durable et écocitoyenne des ressources en eau douce

Conséquemment, l'approche systémique permet d'étudier une situation complexe en la représentant comme un système pris dans son ensemble. A la manière d'un moteur automobile, ce dernier se compose d'éléments qui interagissent entre eux. Par exemple, dans le cas ou une industrie rejette des déchets toxiques dans une rivière, elle nuit aux espèces marines. Elle a donc un impact environnemental, mais pas seulement. En effet, en contaminant les poissons, elle peut potentiellement contaminer les pêcheurs ou les personnes qui se nourrissent des poissons (comme ce fut le cas à Minnamata au début du XX ème siècle) et avoir un impact sur la sphère sociale et économique (les pêcheurs ne pouvant plus vendre leurs poissons) etc … Cet exemple montre bien la mise en réseau des éléments ainsi que leur inter-dépendance les uns par rapport aux autres.
En savoir plus

146 En savoir plus

Les interactions entre eau douce et eau marine : étude des risques potentiels et modalités de gestion

Les interactions entre eau douce et eau marine : étude des risques potentiels et modalités de gestion

Premièrement, la mécanisation a conduit au comblement de nombreux fossés par les exploi- tants. Elle représente ainsi une première forme de modification des caractéristiques du territoire des Wateringues : de manière à laisser passer les machines permettant des labours de plus en plus profonds, bon nombre de fossés (des cours d'eau tertiaires) ont été ainsi comblés. L'impact de ces comblements est à la fois quantitatif et qualita- tif : il réduit la capacité de drainage et d'écoule- ment et favorise de ce fait l'eutrophisation. Cette mécanisation marque le passage d'une agriculture extensive à une agriculture inten- sive, mais elle est aussi synonyme d’un recours accru aux intrants agricoles responsables de l'eutrophisation des cours d'eau (engrais, phos- phates). Nous verrons que cette eutrophisa- tion ne concerne pas uniquement la ressource en eau douce et est par ailleurs exportée vers le milieu marin. Cette agriculture est en outre tenue pour responsable du ruissellement des eaux, de l’érosion des sols, favorisant ainsi les risques d'inondation. Selon le SMCO (2005 : 22), « l’importance de la sédimentation dans les canaux influence la mauvaise qualité des eaux (eu- trophisation) et constitue un obstacle à l’objectif de "bon état chimique et de bon potentiel écologique des eaux" en 2015. Elle est principalement due aux faibles pentes du territoire et donc aux faibles débits véhiculés. Elle est également pour partie in- duite par le surcreusement des wateringues dans les années 80 et à la mise en place des pompes (...) pour favoriser les rendements agricoles. La densité des ouvrages hydrauliques (stations de pompage, barrages, écluses) constitue un obstacle à la libre circulation des poissons.
En savoir plus

18 En savoir plus

Relations entre géomorphologie, hydrodynamisme et assemblage des poissons dans une lagune à mangrove : La Manche-à-Eau (Guadeloupe, Antilles Françaises)

Relations entre géomorphologie, hydrodynamisme et assemblage des poissons dans une lagune à mangrove : La Manche-à-Eau (Guadeloupe, Antilles Françaises)

Mantran, M. et al. GCFI:61 (2009) Page 303 DISCUSSION Parmi les trois types morphologiques de lagunes côtières de Kjerfve (1994), fermée, semi-fermée et ouverte, la lagune de la Manche-à-Eau serait du type semi-fermé. En effet, les apports d eau douce ne proviendraient que d impluvium directs avec des compléments continentaux intermittents durant la saison cyclonique. D après Mantran et al. (soumis), la lagune de 1,20m de profondeur moyenne, 260 400m² de superficie et 316 300m 3 de volume , renouvelle deux fois par jour 14,8% de son volume d eau avec la marée, ce qui confirme une qualité de l eau bonne à moyenne selon les endroits. L hydrodyna- misme (Figure 2) est gouverné par trois types de courants : de surface, de marée et interne de fond. Les courants de surface, soumis au vent dominant de secteur Est, poussent la masse d eau en suivant le couloir lagunaire orienté Sud- Sud-Est vers le Nord-Nord-Ouest. Les secteurs sous le vent se trouvent aux embouchures des chenaux, à proximi- té des îlots, au haut-fond du centre de la lagune et aux extrêmes Sud et Ouest. L influence de la marée se limite aux pourtours de l île et des îlots, aux entrées principales et secondaires. Les courants de marée de surface et de fond, dans les chenaux et sur le pourtour de l île, engendrent des mouvements de va-et-vient, issus des courants de flot et de jusant. Comme les masses d eau poussées par le vent, affluent obligatoirement au Nord de la lagune, celles-ci descendent de la surface vers le fond au niveau de la bordure Nord. Les courants internes de fond sont le résultat de la circulation des courants superficiels et de l allure bathymétrique de la lagune avec l alternance de hauts- fonds et de dépressions à proximité d un plateau lagunaire (Figure 2) bien identifiés et caractérisés par Mantran et al. (soumis): deux grands secteurs à hauts-fonds, de profon- deur supérieure à 0,50m, au Nord-Ouest et au Sud de celui- ci, et trois
En savoir plus

10 En savoir plus

Show all 854 documents...