: Le regroupement des subdivisions

Dans le document RAPPORT D’ACTIVITÉ 2017 TOME II E (Page 31-39)

Les subdivisions sont regroupées en interrégions, le découpage porte sur 8 regroupements présentés ainsi.

- l’Ile-de-France : l’ensemble des subdivisions d’Ile-de-France

- le Nord-Est : les subdivisions Nancy, Strasbourg et Dijon, Reims et Besançon

- le Nord-Normandie : les subdivisions Caen et Rouen (Normandie) et Lille et Amiens (Nord) - l’Ouest : les subdivisions Brest et Rennes (Ouest 1), Angers, Tours, Nantes et Poitiers

(Ouest 2)

- le Sud-Ouest : Bordeaux, Limoges et Toulouse

- l’Auvergne et Rhône Alpes : les subdivisions Clermont Ferrand, Lyon, Grenoble et St Etienne

- le Sud : Montpellier, Marseille et Nice - et enfin, Les Antilles et L’Océan Indien.

Pour l’Ile-de-France, 39,2 % des étudiants originaires de cette région quittent leur UFR pour une UFR d'une autre région et 24,2 % des candidats affectés dans cette région proviennent d'une autre région.

La plus forte part revient à la région Sud-Ouest dans laquelle 52,6 % des étudiants originaires de cette région la quittent finalement.

32

Tableau 19 : Mobilité interrégions

Interrégion d’exemple, les étudiants du Nord-Normandie préfèrent l’Ouest et les étudiants du Sud-Ouest plutôt l’Ouest. Les graphiques suivants proposent de montrer quels sont les flux des étudiants mobiles entre interrégions et confirment des mobilités de proximité.

Graphiques 8 à 15 : Répartition des étudiants mobiles par interrégions

54,5 % des étudiants d’Auvergne-Rhône-Alpes ont choisi les interrégions du Sud (32,9 %) et du Nord-Est (21,6 %).

Les étudiants d’Ile-de-France sont 24,2 % à choisir l’interrégion Nord-Normandie et 19,2 % celle de l’Ouest.

Plus du quart des étudiants du Nord-Est choisissent Auvergne-Rhône-Alpes.

Un peu plus du tiers des étudiants des UFR de Nord-Normandie ont opté pour une subdivision de l’Ouest.

33 22,8 % des étudiants de l’Ouest choisissent l’interrégion

Sud-Ouest.

Près du quart des étudiants du Sud choisissent l’Auvergne-Rhône-Alpes.

Près d’un tiers des étudiants du Sud-Ouest choisissent l’Ouest.

Les étudiants européens choisissent principalement les interrégions Ile-de-France (25,6 %) et Nord-Est (24,8 %).

34

Annexes

1. Age des étudiants par spécialité

Seules 2 spécialités affichent un âge moyen supérieur à 26,0 ans. Il s’agit de la médecine et santé au travail (26,9 ans) et de la biologie médicale (26,2 ans).

Tableau 20 : Age des étudiants par spécialité

Spécialité En années

Minimum Maximum Moyenne Médiane

Allergologie 23,0 34,0 25,2 24,0

Anatomie et cytologie pathologiques 22,0 30,0 24,7 25,0

Anesthésie-réanimation 21,0 38,0 24,6 24,0

Biologie médicale 23,0 39,0 26,2 25,0

Chirurgie maxillo-faciale 22,0 28,0 24,5 24,0

Chirurgie orale 23,0 26,0 24,6 24,5

Chirurgie orthopédique et traumatologique 23,0 31,0 24,6 24,0 Chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique 21,0 26,0 24,0 24,0

Chirurgie pédiatrique 22,0 32,0 25,0 25,0

Chirurgie thoracique et cardiovasculaire 23,0 38,0 25,7 25,0

Chirurgie vasculaire 23,0 27,0 24,9 25,0

Chirurgie viscérale et digestive 22,0 36,0 24,9 25,0

Dermatologie et vénérologie 22,0 30,0 24,2 24,0

Endocrinologie-diabétologie-nutrition 22,0 31,0 24,7 25,0

Gynécologie médicale 22,0 28,0 24,4 24,0

Gynécologie obstétrique 22,0 33,0 24,7 25,0

Génétique médicale 22,0 41,0 25,3 24,0

Gériatrie 22,0 39,0 25,9 25,0

Hématologie 22,0 31,0 24,7 24,0

Hépato-gastro-entérologie 22,0 32,0 24,2 24,0

Maladies infectieuses et tropicales 23,0 29,0 24,3 24,0

Médecine cardiovasculaire 22,0 29,0 24,1 24,0

Médecine d'urgence 23,0 45,0 25,5 25,0

Médecine et santé au travail 23,0 46,0 26,9 26,0

Médecine générale 22,0 47,0 25,2 25,0

Médecine intensive-réanimation 23,0 33,0 24,5 24,0

Médecine interne et immunologie clinique 23,0 40,0 24,9 24,0 Médecine légale et expertises médicales 23,0 27,0 24,8 25,0

Médecine nucléaire 23,0 27,0 24,6 24,0

Médecine physique et de réadaptation 23,0 31,0 24,8 25,0

Médecine vasculaire 23,0 35,0 25,0 24,5

Oto-rhino-laryngologie - chirurgie cervico-faciale 23,0 35,0 24,4 24,0

Pneumologie 23,0 33,0 24,4 24,0

Psychiatrie 22,0 40,0 25,5 25,0

Pédiatrie 21,0 31,0 24,4 24,0

Radiologie et imagerie médicale 22,0 30,0 24,3 24,0

Rhumatologie 22,0 32,0 24,2 24,0

Santé publique 23,0 41,0 25,8 25,0

Urologie 22,0 34,0 24,5 24,0

Spécialités médicales 21,0 47,0 25,0 25,0

Spécialités chirurgicales 19,0 38,0 24,6 24,0

Ensemble 19,0 47,0 25,0 25,0

Hors CESP

2. Modélisation du rang de classement à l’aide d’un modèle polytomique ordonné Avant de présenter les résultats des différentes régressions, il est important de définir l’Odds ratio (OR).

L’Odds ratio (ou encore appelé rapport des chances) se défini par la formule OR(p) = p/(1–p), où p correspond à la probabilité de la survenue d’un événement et (1-p) à la probabilité de la non survenue de cet événement. Le résultat, soit l’Odds ratio, permet ainsi d’apprécier la probabilité qu’un événement se réalise ou non.

Sont surlignés en bleu les coefficients de la régression significativement différents par rapport à la valeur de référence.

35

Modalités de référence des variables du modèle : Sexe : Femme

Age : 24 ans

Subdivision d’origine : Ile-de-France

L’analyse « toutes choses égales par ailleurs » du rang de classement permet de confirmer l’influence du sexe, de l’âge et de la subdivision d’origine sur le rang de classement.

Prenons comme exemple le sexe. Les étudiants de sexe masculin ont 1,5 fois plus de chance (OR

= 1,5) d’être bien classés plutôt que de ne pas l’être par rapport aux étudiants de sexe féminin.

Paramètres DDL Valeur estimée Erreur type Khi-2 de Wald Pr > Khi-2 Odds ratio

36

3. Analyse des correspondances multiples (ACM)

L’ACM propose une représentation graphique selon les deux premières dimensions (axe 1 et axe 2) permettant d’étudier les correspondances entre les différentes modalités de chaque variable, autrement dit, la liaison entre les variables.

Les modalités en rouge correspondent à celles ayant une contribution importante aux axes. Par exemple, sur l’axe 1, les contributions les plus importantes, « rang<2001 » et « rang>4000 », sont en opposition. L’axe 1 peut être interprété comme l’axe d’opposition entre le choix de la discipline et l’âge des candidats selon le classement.

Ainsi, les internes de 25 ans ou plus, classés au-delà du 4000ème rang sont caractérisés par un choix de disciplines dans lesquelles des postes d’internes restent vacants.

37

4. Mobilité par UFR d’origine et par subdivision d’accueil

Les interrégions Ile-de-France et Nord-Normandie conservent une majorité de leurs étudiants (respectivement 60,8 % et 55,6 %). En revanche, la mobilité contrainte est majoritaire pour les candidats qui sont affectés en Nord-Normandie ou Nord-Est (respectivement 63,2 % et 57,9 %).

Tableau 21 : Mobilité selon l’interrégion et l’UFR d’origine

Interrégion UFR d'origine Effectif

affectés

38

5. Classement des étudiants par subdivision d’affectation

Si l’Ile-de-France est la subdivision la plus représentée (16,5 % de l’ensemble des 7 772 étudiants affectés et 26,1 % des étudiants classés dans le 1er quart du classement). Elle est cependant placée en 3ème position parmi les candidats classés dans le 1er quart du classement d’origine derrière Nantes et Lyon.

Nantes enregistre effectivement 46,9 % de ses candidats dans le 1er quart du classement et seulement 3,7 % dans le dernier quart.

Tableau 22 : Classement des étudiants par subdivision d’affectation

Subdivision d'affectation

Ensemble 1er quart du classement d'origine Dernier quart du classement d'origine Effectif % Effectif % Part au sein de la

39

1.2 AUTRES CONCOURS D’INTERNAT DONNANT ACCES AU 3

ème

CYCLE DES ETUDES MEDICALES, PHARMACEUTIQUES

ET ODONTOLOGIQUES

Dans le document RAPPORT D’ACTIVITÉ 2017 TOME II E (Page 31-39)