Haut PDF Fibrose rtropritonale propos de 20 cas et revue de la littrature

Fibrose rtropritonale  propos de 20 cas et revue de la littrature

Fibrose rtropritonale propos de 20 cas et revue de la littrature

La TDM joue un rôle important dans le diagnostic des FRP péri anévrysmales, en appréciant les différents caractères morphologiques, ainsi que le retentissement sur le rein. Dans la plupart des cas, la plaque fibreuse se présente comme une plage de densité tissulaire, homogène, bordant l'aorte (principalement ses faces antérieures et latérales) avec des bords réguliers ou irréguliers, et une épaisseur variable en rapport avec l'oblitération des vaisseaux de l'espace rétropéritonéal. Après injection de produit de contraste, la plaque se rehausse de façon variable en fonction de son caractère inflammatoire ou non. Il est très important de préciser l'existence d'un tel processus inflammatoire périanévrysmal, car ces derniers, en raison de leurs adhérences avec les structures adjacentes à la plaque fibreuse, présentent une mortalité opératoire plus importante et nécessitent une technique chirurgicale plus spécialisée. Certains auteurs préconisent une corticothérapie préopératoire pour diminuer la composante inflammatoire, et faciliter la dissection chirurgicale pour réduire les risques postopératoires [9,68].
En savoir plus

258 En savoir plus

Les tumfactions sous mandibulaires A propos de 42 cas et revue de la littrature

Les tumfactions sous mandibulaires A propos de 42 cas et revue de la littrature

3-3 Tomodensitométrie: Cet examen a constitué pendant les années 1980 une avancée diagnostique importante. Il a permis d’étudier le parenchyme glandulaire et d’analyser les processus tumoraux. Le contraste spontané des glandes salivaires dépend de leur taille et de leur richesse en graisse. La parotide a une densité plus faible que la glande submandibulaire. Le contraste spontané entre la parotide, les éléments musculaires de voisinage (plus denses) et la graisse parapharyngée (moins dense) est excellent et ce, d’autant plus que le sujet est obèse ou alcoolique. Ce contraste est moins favorable chez le sujet jeune (avant 20 ans) ou dénutri. La densité de la parotide et de la glande submandibulaire est très voisine de celle des muscles. L’examen comporte des coupes axiales de 2 à 3 mm d’épaisseur, jointives, avant, puis après injection de produit de contraste [29].
En savoir plus

186 En savoir plus

Syndromes myloprolifratifs : A propos de 53 cas et revue de la littrature

Syndromes myloprolifratifs : A propos de 53 cas et revue de la littrature

L’interféron a la double propriété: contrôler la prolifération myéloïde et provoquer, plus rapidement l’extinction partielle du clone leucémique [52]. C’est le premier médicament qui a permis de donner des réponses cytogénétiques au cours de la LMC. Un groupe français a montré que l’adjonction de la cytarabine, à la dose de 20 mg/m2/j, 10 jours par mois, à l’INF-a (5 MU/m2/j) allonge la survie des patients, et améliore la réponse cytogénétique, par rapport à ceux traités par l’INF-a seul (taux de survie à 3 ans : 85 % contre 79 % ; taux de RCC à 12 mois : 41 % contre 24 %) [53]. Ces résultats n’ont pas été confirmés par l’étude randomisée autrichienne, menée selon un schéma très similaire [54]. Actuellement on a recours à ce schéma en cas de résistance aux nouveaux inhibiteurs de la tyrosine kinase.
En savoir plus

123 En savoir plus

Les tumeurs volues du sein  propos de 35 cas. Etude rtrospective et revue de la littrature

Les tumeurs volues du sein propos de 35 cas. Etude rtrospective et revue de la littrature

I. Anatomie du sein : 1. Rappel embryologique L’embryologie montre que le sein est une unité cutanée et glandulaire. A partir de la 4ème semaine, l’embryon mesure 8 mm. Il y a apparition de la crête mammaire qui est un épaississement bilatéral et linéaire de l’ectoderme depuis l’aisselle jusqu’à l’aine. Deux bourgeons mammaires apparaissent le long de cette crête, ils sont symétriques et situés au niveau pectoral. A la 6ème semaine, la crête mammaire disparaît, les deux bourgeons mammaires persistent et forment l’aréole. Cette étape constitue la fin de la période embryonnaire. Au cours du 5ème mois, les bourgeons mammaires s’invaginent dans le mésoderme sous-jacent en 15 à 20 prolongements cylindriques pleins, lesquels se dilatent à leur extrémité. Au 7ème mois, une lumière se creuse dans ces prolongements, c’est l’ébauche des canaux galactophores. Au 8ème mois, ces canaux s’ouvrent au niveau d’une dépression épithéliale située à l’emplacement du futur mamelon. En profondeur, les canaux se différencient en unités glandulaires. En fin de période foetale, le sein est représenté par un léger relief cutané où se situent les orifices des canaux galactophores. Une anomalie de développement peut survenir au cours de la période embryonnaire à type de sein ou de mamelon surnuméraire.
En savoir plus

218 En savoir plus

Profil des leucmies aiges  lHMA de Marrakech,  propos de 60 cas et revue de littrature

Profil des leucmies aiges lHMA de Marrakech, propos de 60 cas et revue de littrature

Au CHU de Casablanca (70), l’étude cytologique a montré une fréquence des LAM1 et LAM2 (31 et 28 % respectivement) qui est supérieure à celle notée en Tunisie (78) (12 et 17 % respectivement) et en Europe (100) (15 à 20 et 25 à 30 % respectivement). Les résultats de notre étude étaient comparables à ceux des autres séries concernant la fréquence des LAM2, LAM4 (sauf pour la série du CHU de Casablanca) et les LAM7. Cependant il y’avait des différences significatives entre les différentes séries d’une part, et la nôtre d’autre part, concernant les autres sous types que nous expliquons par les faibles effectifs de notre étude. En effet , notre série ne comportait aucun cas de LAM0 et présentait un taux élevé de LAM3, vu le faible effectif des LAM étudiés soit 37 cas on ne peut en tirer de conclusion.
En savoir plus

142 En savoir plus

Le cancer du larynx :  tude rtrospective  propos de 44 cas  et revue de la littrature

Le cancer du larynx : tude rtrospective propos de 44 cas et revue de la littrature

randomisés utilisant le 5FU et le cisplatine.L’addition de docetaxel était responsable d’un bénéfice de taux de survie à 2 ans de 20% • A partir de ces résultat ,une étude de phase III réalisé sous l’égide de l’EORTC(91) a étudié les effets d’une chimiothérapie d’induction par 4 cycle de l’association de docetaxel,cisplatine,5FU,(bras TPF).Cette étude a comparé le bras TPF à une chimiothérapie d’induction par cisplatine et 5FU(bras PF) chez 385 patients atteints d’un carcinome épidermoide localement avancé non résécable ,la chimiothérapie a été suivie de radiothérapie et a montré une supériorité significative du bras TPF avec un bénéfice en survie globale et sans récidive par rapport au bras PF.
En savoir plus

170 En savoir plus

Syndrome d'activation macrophagique (A propos de 6 cas et revue de littrature)

Syndrome d'activation macrophagique (A propos de 6 cas et revue de littrature)

c. Hémostase Les troubles d’hémostase viennent en second rang par leur fréquence [19]. D’après Karras et Hermine ces troubles sont retrouvés dans 50 à 70% des cas [2,20, 3]. Ils sont nettement dominés par l’apparition d’une hypofibrinogénémie globalement évaluée à 42,7% selon Larroche [3] et 34,9% des cas selon Karras. Soit isolée, soit associée à l’abaissement des taux de thrombine, de prothrombine et à l’allongement du temps de céphaline activée, témoignant d’une activation de la coagulation, voire d’une réelle CIVD, ce qui constitue un facteur de mauvais pronostic étant donné la survenue de complications hémorragiques pouvant être fatales [2]. Il a été décrit une LH se développant en cours d’évolution d’un purpura thrombotique thrombocytopénique, pour laquelle l’hypothèse de l’activation des neutrophiles et macrophages par les échanges plasmatiques a été évoquée [30].
En savoir plus

162 En savoir plus

La surdit brusque A propos de 36 cas et revue de la littrature

La surdit brusque A propos de 36 cas et revue de la littrature

Il est utilisé sous forme de carbogène, mélange d’oxygène et de gaz carbonique dans des proportions variables : pour l’oxygène de 90 à 95 %, pour le dioxyde de carbone de 5 à 10%. Le carbogène est administré en inhalation de 30 mn/h à raison de 6l/min. La durée totale du traitement varie de 12 heures [171] à 5 jours [174]. Les résultats ont été appréciés dans le traitement des surdités neurosensorielles dues aux traumatismes sonores aigus en comparant un vasodilatateur systémique utilisé seul ou associé au carbogène. Le niveau de récupération auditive supérieur 20 dB passe de 26,7% pour le vasodilatateur systémique seul à 60% pour les patients recevant le carbogène [180]. Appliqué au traitement des surdités brusques pendant les cinq premiers jours d’hospitalisation, ce traitement a donné une amélioration chez 19 patients d’une série de 25 avec maintien des résultats à 1 an pour 18 d’entre eux [156].
En savoir plus

219 En savoir plus

Lapport de lhmostase dans le diagnostic de la CIVD  propos de 10 cas et revue de la littrature

Lapport de lhmostase dans le diagnostic de la CIVD propos de 10 cas et revue de la littrature

Les patients atteints de CIVD chronique présentent le plus souvent des saignements occultes et des thromboses diffuses plutôt que des hémorragies fulminantes notées en cas de CIVD aiguës menaçant le pronostic vital[47]. Ainsi les signes d’une CIVD clinique sont hémorragiques ou thrombotiques et peuvent la révéler. Ils n’ont pas de caractères spécifiques. Les manifestations thrombotiques ont essentiellement une expression cutanée. Les manifestations hémorragiques se caractérisent par des saignements prolongés, et per-opératoire en nappe. Ceux d’une CIVD compliquée sont hémorragiques et thrombotiques et ces manifestations mettent en jeu le pronostic vital ou fonctionnel (choc hémorragique, hémorragie intracérébrale, embolie pulmonaire, infarctus viscéraux, ischémie des extrémités). La nature et l’intensité de ces manifestations varient selon l’étiologie et le terrain (hémorragie dans les CIVD obstétricales, thromboses diffuses du purpura fulminans méningococcémique). Le purpura fulminans représente une forme caricaturale de CIVD compliquée engageant le pronostic vital dans 5 à 10% des cas et le pronostic fonctionnel (amputations de membres) dans 10 à 20%des cas.
En savoir plus

149 En savoir plus

Malade myasthnique prise en charge priopratoire  propos de 5 cas avec revue de littrature

Malade myasthnique prise en charge priopratoire propos de 5 cas avec revue de littrature

Dans l'objectif de mettre en relief les modalités de prise en charge périopératoire de la thymectomie pour myasthénie, nous avons mené, rétrospectivement une étude descriptive des patients ayant bénéficié d'une thymectomie pour myasthénie au bloc opératoire central de l’hôpital militaire Avicenne de Marrakech entre Janvier 2010 et Décembre 2011. Cinq patients ont été inclus dans l'étude. L'âge moyen des opérés était de 38,87± 14,07 ans, avec un sexe-ratio hommes/femmes de 0,75 (2 hommes et 3 femmes). Le diagnostic de myasthénie a été confirmé par les données de l'électromyogramme chez tous les patients. La Pyridostigmine (Mestinon®) était l'anticholinestérasique utilisé chez tous nos patients. Le délai moyen séparant la thymectomie et le début des symptômes était de 20,22 mois. Tous les patients étaient de classe II d'Osserman (dont 2 cas de classe IIa et 3 cas de classe Ilb). Le recours aux échanges plasmatiques ou aux immunoglobulines intra veineuses n'a pas été jugé nécessaire. Le protocole anesthésique reposait sur la pratique d'une anesthésie générale balancée associant hypnotiques (propofol ou thiopental) morphiniques (sufentanyl ou fentanyl) et agents par inhalation. Aucun patient de l'étude n'a reçu de curares. La voie d'abord chirurgical était une thoracotomie antérolatérale gauche dans tous les cas. La durée moyenne de la thymectomie était de 137,61±29,88 min. Aucun incident préopératoire n'a été relevé. L'extubation a eu lieu au bloc opératoire. Un patient a présenté une insuffisance respiratoire postopératoire compatible avec une crise cholinergique et dont l'évolution a été favorable sous traitement symptomatique et ajustement des doses d'anticholinestérasiques. La durée moyenne de séjour en réanimation était de 3,61 jours. On ne déplore aucuns décès.
En savoir plus

179 En savoir plus

Le dficit constitutionnel en facteur V de la coagulation :  propos de 04 cas avec revue de la littrature

Le dficit constitutionnel en facteur V de la coagulation : propos de 04 cas avec revue de la littrature

Il s’agit d’un homme âgé de 60ans originaire et résidant à Marrakech ,militaire de profession, sans notion de mariage consanguin de ses parents ni antécédent de manifestations hémorragiques spontanées ou provoquées , non connu porteur d’une pathologie auto-immune , suivi pour un cancer de la prostate et qui a présenté lors du bilan préopératoire pour cette pathologie un allongement du temps de Quick (TQ) à 20 sec (N : 12 sec) correspondant à un taux de Prothrombine (TP) à 38%,( N : 70 – 100%) et un allongement du temps de céphaline activée (TCA) à 58 sec (N 30 – 40 s) avec un Ratio à 1,87(N < 1,20),le taux du fibrinogène était normal. Le test de correction du TCA du patient était positif avec un indice de Rosner < 12 en faveur d’un déficit en facteurs de la coagulation.
En savoir plus

95 En savoir plus

Bilan de thrombophilie : Exprience du laboratoire dhmatologie  propos de 200 cas et revue de littrature

Bilan de thrombophilie : Exprience du laboratoire dhmatologie propos de 200 cas et revue de littrature

b. Thromboses artérielles Les thromboses artérielles ne représentent que 30% de l’ensemble des bilans de thrombophilie. Mais semblent plus fréquentes en cas de déficit en protéine S et surtout dans des circonstances majorant le risque artériel [60]. Dans notre série, nous avons réalisés 59 bilans de thrombophilie chez des sujets jeunes ayant présentés un accident vasculaire cérébral ischémique inexpliqué (29.5%), 20 patients avaient un déficit en PS (34%), 4 patients un déficit en PC (7%) contre 35 patients avec un bilan normal (59%). Ces résultats ont été comparés avec une étude similaire [125], faites sur 4697 patients de tous âges, admis pour un premier AVC, la recherche de thrombophilie élargie, réservée aux sujets avant 60 ans, n’a mis en évidence que quatre syndromes des antiphospholipides, un déficit en protéine S et une hyperhomocystéinémie. La relation entre thrombophilies fréquentes, héréditaires ou acquises, et AVCI reste mineure, malgré les études qui ont montré une augmentation légère de leur prévalence chez les patients jeunes présentant un AVC d’origine indéterminée [126-127].   Le nombre élevé de thrombophilie constaté dans notre étude par rapport aux données de la littérature pourrait être expliquée par le fait que le bilan de thrombophilie n’est, en général, demandé que dans les cas où aucune étiologie évidente d’AVCI n’a été retrouvée.
En savoir plus

131 En savoir plus

Paragangliomes carotidiens  propos de 10 cas et revue de la littrature

Paragangliomes carotidiens propos de 10 cas et revue de la littrature

Diverses mutations, dans des familles à paragangliomes ou phéochromocytomes, ont été décrites, telles que les mutations non-sens, faux-sens et des délétions dans les gènes SDHD et SDHB. Une seule voire deux mutations ont été retrouvées dans le gène SDHB. La transmission des mutations semble différente selon le gène : pour le SDHB, le plus fréquemment concerné, elle est autosomique dominante, avec empreinte maternelle (40,41). En effet un sujet ayant reçu la mutation de son père pourra exprimer la pathologie. En revanche un sujet ayant reçu la mutation de sa mère ne présentera pas de paragangliomes, mais pourra être porteur de l’allèle muté et le transmettre à ses enfants. Ceci suppose une possibilité de sauts de génération, pouvant parfois simuler une pathologie sporadique (42) (Figure 20).
En savoir plus

172 En savoir plus

Les otites externes malignes  propos de 20 cas

Les otites externes malignes propos de 20 cas

L’âge moyen de notre population était de 64,45 ans avec une prédominance masculine. Tous nos patients étaient diabétiques sauf un qui présentait un syndrome d’immunodéficience acquise. Le tableau clinique était dominé dans tous les cas par une otalgie sévère et trainante. L’otorrhée purulente était le 2eme motif de consultation dans 90% des cas. Une paralysie faciale périphérique a été notée dans 4 cas (20%). L’otoscopie montrait un conduit auditif stenosé et congestif avec un tissu de granulation chez tous les malades. Le prélèvement bactériologique a isolé le Pseudomonas aeruginosa dans 75% des cas.
En savoir plus

171 En savoir plus

Prise en charge thrapeutique des glioblastomes: revue de la littrature

Prise en charge thrapeutique des glioblastomes: revue de la littrature

Une surveillance attentive de la fonction respiratoire est nécessaire compte tenu du risque de fibrose pulmonaire ; il ne faut pas dépasser une dose cumulée de 1200 mg/m2. * Fotémustine IV (MUPHORAN®) : cette autre nitroso-urée injectable possède une AMM pour les tumeurs cérébrales. Elle a une toxicité hématologique comme les autres nitroso-urées. Elle peut être utilisée selon le schéma de l’AMM : 100 mg/m2 à J1, J7 et J14 puis repos thérapeutique de 4-5 semaines puis entretien par 100 mg/m2 toutes les 3 semaines. Il y a alors 20 % de survie sans progression à 6 mois; la médiane de survie est de 6 mois (Brandes, 2009). Addeo (2011) a proposé un autre schéma : fotémustine, 80 mg/m2 toutes les 2 semaines pendant 5 fois puis toutes les 4 semaines. Ce schéma semble induire moins de thrombopénies et pourrait être plus efficace avec une survie sans progression de 61 % à 6 mois et une médiane de survie à 11.1 mois mais ces résultats n’ont pas été reproduits par d’autres équipes.
En savoir plus

98 En savoir plus

L’épiphysiolyse fémorale supérieure ( A propos de 20 cas )

L’épiphysiolyse fémorale supérieure ( A propos de 20 cas )

Pour notre série, l’atteinte unilatérale a été noté chez 88,89% des cas, et l’attitude adoptée était la surveillance clinique et radiologique jusqu'à la fermeture du cartilage (le risque d’EFS après fermeture du cartilage étant exceptionnel [124]), tenant compte du niveau socio-économique limité des malades et du risque de bilatéralisation qui reste probabiliste, avec information des patients et leurs parents du risque de bilatéralisation, et donc la nécessite de consultation devant toute douleur de la hanche ou du genou ou autre signe inquiétant.
En savoir plus

131 En savoir plus

Traitement conservateur du cancer du sein revue des indications, tude rtrospective ( propos de 20 cas)

Traitement conservateur du cancer du sein revue des indications, tude rtrospective ( propos de 20 cas)

RÉSUMÉ Le cancer du sein est actuellement le cancer le plus fréquent chez la femme, et pose un véritable problème diagnostique et thérapeutique. Le traitement conservateur radio-chirurgical est devenu un standard pour la plupart des tumeurs stades I et II du cancer du sein. Ceci a été rendu possible grâce au progrès de dépistage, grâce aux résultats des différents essais prospectifs randomisés mais aussi à a meilleure connaissance de ce cancer. Par ailleurs, l’utilisation des traitements préopératoires permet d’étendre les indications du traitement conservateur qui étaient initialement limitées aux tumeurs de moins de 3 cm, uni focales, non inflammatoires, à des tumeurs plus volumineuses. Parallèlement à l’extension de ces indications, on a observé le développement de nouvelles approches thérapeutiques notamment la technique du ganglion sentinelle et chirurgie stéréotaxique, dont les résultats initiaux sont très encourageants. Nous rapportons une étude rétrospective de 20 cas de cancer du sein colligés au sein du service de chirurgie viscéraledu l’hôpital Avicenne de Marrakech, sur une période de 2 ans allant de janvier 2015 à décembre 2016 et ayant bénéficié d’un traitement conservateur. Par la présente étude, nous avons essayé de montrer notre aptitude à réaliser ces techniques chirurgicales et à bien prendre en charge ces patientes, mais aussi évaluer ces techniques en terme de résultat carcinologique et de résultat esthétique. Ainsi nous avons évalué la survie globale, la survie sans métastase et la récidive locale.
En savoir plus

148 En savoir plus

Le microcarcinome thyrodien  propos de 20 cas

Le microcarcinome thyrodien propos de 20 cas

3.1. Rappel histologique La glande thyroïde située dans la région cervicale sous-hyoïdienne est de forme bilobée et pèse, en conditions non goitrigènes, de 10 à 20g. elle est entourée d’une capsule conjonctive de laquelle partent des cloisons fibreuses servant de voies de cheminement aux vaisseaux et aux nerfs et qui délimitent dans le parenchyme des lobules de distribution irrégulière, chaque lobule étant formé de 20 à 40 follicules pour un total de trois millions dans une thyroïde adulte. La vascularisation est très abondante, les artères et artérioles se résolvant en un réseau de capillaires qui se moulent sur la moitié de la circonférence du follicule. Le réseau lymphatique, lui aussi très développé, suit le même trajet que la circulation sanguine, encercle les follicules et relie les deux lobes en traversant la région isthmique. L’innervation, de type adrénergique et cholinergique, agit indirectement sur la sécrétion thyroïdienne par effets vasomoteurs.
En savoir plus

174 En savoir plus

Les tumeurs malignes naso-sinusiennes,  propos de 32 cas et revues de la littrature

Les tumeurs malignes naso-sinusiennes, propos de 32 cas et revues de la littrature

La recherche d’adénopathies même si elle est négative doit être notée, afin de permettre une étude de l’évolution. Elles peuvent être homolatérales ou controlatérales. A noter que les cancers naso-sinusiens sont peu lymphophiles. La littérature donne des chiffres allant de 6 à 21% de cas d’atteinte ganglionnaire (40). Dans notre série, 04 cas d’envahissements ganglionnaires ont été notés. Tous étaient homolatéraux à la tumeur maligne. Ils touchaient la chaîne sous angulo-maxillaire dans deux cas, la chaîne sous mentale dans un cas et la chaîne jugulo-carotidienne dans un cas.
En savoir plus

158 En savoir plus

POEMS syndrome : tude de deux cas historiques et revue de la littrature

POEMS syndrome : tude de deux cas historiques et revue de la littrature

1.1. Neuropathie La neuropathie périphérique symétrique sensitivomotrice est constante. Elle débute par des paresthésies, puis un déficit sensitivomoteur d’évolution progressivement croissante s’installe. Le déficit moteur peut conduire à un état grabataire. L’aréflexie se limite le plus souvent aux membres inférieurs, mais elle peut être diffuse. Les nerfs crâniens sont épargnés et il n’existe pas de dysautonomie. Les examens complémentaires sont en faveur d’une neuropathie démyélinisante (2, 5). La ponction lombaire trouve une hyperprotéinorachie sans réaction cellulaire dans presque tous les cas. L’électromyogramme est en faveur d’une neuropathie démyélinisante avec un ralentissement des vitesses de conduction. La biopsie neuromusculaire montre des lésions démyélinisantes segmentaires et des lésions axonales, fréquemment accompagnées d’une importante raréfaction des fibres myélinisées. Les lamelles de myéline non compactes qui doivent être différenciées de l’élargissement des lamelles de myéline observé dans les neuropathies à IgM à activité antiMAG (Myelin Associated Glycoprotein) sont fréquentes au cours du POEMS syndrome, mais ne sont, cependant, pas spécifiques (5).
En savoir plus

75 En savoir plus

Show all 10000 documents...