sens dans la vie

Top PDF sens dans la vie:

Le sens dans la vie revisité par Susan Wolf

Le sens dans la vie revisité par Susan Wolf

particulière. Cependant, tel qu’exprimé dans sa critique précédente de la théorie hédoniste, le sens se distingue de la passion de la manière suivante: le sens lié à une action ne garantit pas la sensation de bonheur immédiat propre aux passions 31 et peut même donner lieu à des attentes, de la déception ou du stress lié à des objectifs que l’on se serait donnés 32 . Ces ressentis de l’agent engagé dans une activité donatrice de sens peuvent même entrer en concurrence avec d’autres sentiments heureux ou simplement «agréables» 33 . Malgré tout, l’idée que ce type d’actions vaille la peine d’être poursuivies est renforcée par le fait que nous continuons à les choisir. C’est pourquoi Wolf rejette le point de vue de l’accomplissement qui aurait pour unique cible l’expérience positive liée à une action et réduirait la vie bonne à la «meilleure forme qualitative possible». La variété des états du sujet empêche donc de réduire le sens au plaisir, voire même à une émotion spécifique. À cet effet, elle affirme qu’il n’y a pas une qualité subjective unique qui serait commune à toutes les expériences liées au sens: «Though it is central to my view that here is a subjective dimension to meaningfulness, there is no reason to believe or expect that there is a single subjective quality that all meaningful lives possess (even if one had a clearer grasp than I do of the identity conditions of a quality of experience in the first place).» (Wolf, 2010, 111) Wolf précise que les qualités psychologiques qui se manifestent dans ce type de relations ne sont ni synonymes, ni permanentes, et ni réductibles au plaisir. Cependant, elles ont en commun d’être des états ou des attitudes positives et désirables : «(…) attitudes of love, fulfillment, and active engagements are positive, desirable, good aspects of experience. They are in that sense «good feelings», desirables in themselves, at least when they are directed toward and generated by appropriate objects and activities.» (Wolf, 2010, 112)
En savoir plus

102 En savoir plus

Rôle des interactions communautaires, mécanisme d’appropriation du sens pour la construction de son parcours professionnel et de sa vie

Rôle des interactions communautaires, mécanisme d’appropriation du sens pour la construction de son parcours professionnel et de sa vie

9 La communauté est définie dans cette thèse comme « un groupe social formel et/ou informel dont l’individu est membre, uni autour d’échanges communs pluriels et d’organisations d’actions, partageant des intérêts, des aspirations et des valeurs communes ». La structure du développement de cette thèse s’organise en quatre actes. Le premier acte s’ouvre sur l’exploration théorique du concept communautaire dans le domaine de la psychologie. Le deuxième acte porte sur une recherche exploratoire, avec une vision centrée sur l’individu, auprès de cinq membres de cinq communautés, une communauté religieuse (protestante), une communauté virtuelle (Pédagogie interactive), une communauté politique (les Républicains), une communauté humaniste (le Droit humain) et une communauté sociale (l’Accorderie) en ayant recours à la théorie égo-écologie, ainsi qu’à sa méthode l’Investigateur Multistade de l’Identité Sociale (IMIS). Le troisième acte se poursuit par une recherche quantitative, avec une vision centrée sur des variables. Avant de soumettre le questionnaire aux membres et d’analyser les données, une revue de questions délimite le champ théorique relatif au sens de la communauté et aux instruments de mesure considérés pour la partie quantitative. Le quatrième et dernier acte de cette thèse se veut ouvert vers la société et propose une séance 8, supplémentaire, « Développer le sens de sa vie en cultivant ses liens aux autres et aux communautés sociales », qui vient compléter le dispositif d’accompagnement des individus au sens de la vie pour les psychologues praticiens et conseillers dans le champ de l’orientation professionnelle.
En savoir plus

9 En savoir plus

Sens, temps, et affects dans des récits de vie recueillis en interaction

Sens, temps, et affects dans des récits de vie recueillis en interaction

2.1. Affinités entre plans énonciatifs et perspectives temporelles Les temporalités affectives d'un récit apparaissent en discours en partie du fait des « affinités » ou contrastes entre « plans énonciatifs » et « perspectives temporelles ». Weinrich (1964, 1989) a repris de manière critique la typologie énonciative « histoire »/« discours » de Benveniste en introduisant la notion d'affinité entre les termes grammaticaux d'un discours pour distinguer « l’histoire » du « commentaire ». Dans la lignée de ces travaux, et avec une inscription dans le cadre de la théorie culiolienne (1978, 1990), Danon-Boileau (1982, 1987) a décrit comment la prise en compte de marques qui ne sont plus seulement grammaticales, mais lexico-aspecto-grammaticales peut contribuer à un "repérage" énonciatif. Il ne distingue plus deux "postures énonciatives" (à la différence de Weinrich et de Benveniste) mais deux "types de repérage" : par deixis, par anaphore et un "non repérage" par indétermination. Cette distinction permet de désigner un support pour les modalités (appréciatives, évaluatives et autres) tant dans le domaine du « discours » que dans celui de « l'histoire ». En s'inspirant de son analyse, nous pouvons constater la différence entre (1) "Il croque une pomme à pleines dents" et (2) "Il croque la vie à pleines dents" : (1) implique une référence hic et nunc "pomme" interprétant (déteignant sur) "croque" comme une action ponctuelle ; (2) implique une référence générique, "la vie" interprétant "croquer" comme une action durative. "Pomme" et "vie" font donc changer le sens de "croquer".
En savoir plus

29 En savoir plus

Rôle des interactions communautaires, mécanisme d’appropriation du sens pour la construction de son parcours professionnel et de sa vie

Rôle des interactions communautaires, mécanisme d’appropriation du sens pour la construction de son parcours professionnel et de sa vie

Concernant le récit de vie, cřest une méthode qui nřest pas exclusive à la psychologie existentielle (González et al., 2013 ; Leung, 2010), elle est aussi utilisée dans bien dřautres disciplines comme en sociologique clinique par exemple (Gaulejac & Legrand, 2013). En pratique, elle vise à comprendre les personnes, les groupes, les collectifs à travers leur contexte temporel, social et culturel. Le récit de vie sřattache à identifier le fonctionnement de chacun à partir dřune pensée narrative et à accorder une considération prépondérante à la dimension dialogique et interactive. Leung (2010), à travers sa recherche sur des femmes chinoises faisant lřexpérience dřune maladie, a mis en lumière grâce à deux méthodes dont le récit de vie, le processus de création de sens qui permet non seulement de donner un sens à la maladie mais qui sřavère aussi avoir des effets positifs sur ces femmes. Au-delà de cela, il adopte une démarche qui peut servir de guide, elle se traduit en trois étapes. Une première phase est consacrée à lřexploration, à la découverte de lřindividu à travers des questions ouvertes. Une deuxième phase sřattache à parcourir chronologiquement le parcours autobiographique de lřindividu en estimant pour chaque événement de vie une valence positive/ négative. La troisième phase sřachève avec un entretien semi-structuré construit autour de questionnements qui invite in fine lřindividu à approfondir le sujet et à formuler des perspectives dřajustements, dřévolutions. Les apports de cette méthode sont à lřévidence de permettre à chaque individu de narrer son histoire selon ses propres cadres de référence, de développer le sens à donner à sa vie, de libérer ses émotions, etc. (Del Corso & Rehfuss, 2011). Néanmoins même si elle présente certains atouts, Bernaud (2018, pp. 37-38) relève un certain nombre de limites comme dřêtre une approche égotique ou encore, une approche centrée sur le passé de lřindividu et préconise de ne pas en faire une méthode exclusive.
En savoir plus

431 En savoir plus

Le sens des sens en éducation : la valeur du sensible dans la vie humaine et la place qu'elle devrait occuper dans l'éducation

Le sens des sens en éducation : la valeur du sensible dans la vie humaine et la place qu'elle devrait occuper dans l'éducation

28 Une technologie qui rend service ou qui asservit? Comme nous l’avons mentionné plusieurs fois, la technologie est un outil indispensable dans la vie liquide. Qu’elle agisse à titre de stimulant, de carburant, d’outil, les raisons sont multiples pour justifier son usage. Elle nous rend de si grands services qu’il est parfois difficile de l’aborder sous un angle critique. Comme si le fait de la remettre en question (dans le sens d’en baliser l’utilisation et non dans le sens de l’abolir) équivalait à une trahison ou une déclaration de guerre envers toute forme de technologie. Pourtant, qu’on l’érige en idole ou en la tenant responsable de tous les maux, on opère dans les deux cas une forme de réductionnisme. Entre ces deux pôles catégoriques se situe un espace où l’utilisation de la technologie peut avoir lieu et conserver sa mission première: libérer l’homme de la servitude, sans l’enchaîner dans de nouvelles dépendances. Cela dit, comme nous avons commencé à l’évoquer, dans la société liquide le rythme est poussé à l’extrême et on passe rapidement à autre chose. Si bien que ce qui exige plus de temps que la moyenne (notamment les situations où l'on doit évaluer les conséquences positives et négatives, à court et long terme) aura tendance à ne pas être réfléchi dans son ensemble. On se contentera de juger un dilemme à travers ce qu’on aperçoit par la petite fenêtre du court terme. Le cas de la technologie semble appartenir à cette situation et faire naître une problématique presque insolvable. Or cela constitue justement l’une des principales difficultés de la technologie:
En savoir plus

149 En savoir plus

Détermination du sens clinique d'un changement pour les questionnaires de qualité de vie relative à la santé en cancérologie

Détermination du sens clinique d'un changement pour les questionnaires de qualité de vie relative à la santé en cancérologie

5 Résumé En cancérologie, la qualité de vie relative à la santé (QdV) est considérée comme second critère de jugement principal dans les essais cliniques en l’absence d’effet sur la survie globale. L’interprétation des scores de QdV et d’une différence de scores cliniquement pertinente entre deux temps de mesure est un problème majeur en QdV. Une différence de scores peut être significative d’un point de vue statistique sans être cliniquement significative du point de vue du patient. La différence minimale cliniquement importante (DMCI) a ainsi été définie comme la plus petite différence de score de QdV qui serait considérée comme ayant un sens clinique pour le patient. L’analyse longitudinale de la QdV est complexe, en particulier en raison de l’occurrence de l’effet « Response Shift » qui est susceptible de biaiser les résultats et en particulier les résultats de la DMCI. Dans ce contexte, le premier objectif de ce travail de thèse était une revue de la littérature concernant la détermination de la DMCI selon les méthodes les plus couramment utilisées : les méthodes basées sur l’ancre et les méthodes basées sur la distribution. Dans un second temps, la DMCI a été estimée pour les questionnaires EORTC QLQ-C30 et QLQ-BN20 chez des patients atteints d’un glioblastome par les méthodes basées sur l’ancre et la distribution en appliquant différents critères de distribution et plusieurs ancres différentes. L’objectif était de comparer les résultats obtenus par les différentes méthodes et de les comparer également aux résultats obtenus par les études antérieures. Enfin, l’objectif final de ce travail était d’étudier l’impact de l’effet Response Shift sur la détermination de la DMCI pour les questionnaires de QdV chez des patientes atteintes d’un cancer du sein.
En savoir plus

193 En savoir plus

Le parcours de fin de vie un processus biopsychosocial guidé par le sens personnel de la vie ? : étude exploratoire chez les aînés

Le parcours de fin de vie un processus biopsychosocial guidé par le sens personnel de la vie ? : étude exploratoire chez les aînés

1'importance que le sens personnel de la vie pouvait avoir pour les etres humains, tant sous Tangle du bien-etre psychologique, que celui de l'estime de soi, de la motivation, de Pactu[r]

150 En savoir plus

Dieu et le sens de la vie dans la chanson contemporaine : Georges Brassens et Jacques Brel

Dieu et le sens de la vie dans la chanson contemporaine : Georges Brassens et Jacques Brel

Monique Watrin. Dieu et le sens de la vie dans la chanson contemporaine : Georges Brassens et Jacques Brel. Musique, musicologie et arts de la scène. Université Paul Verlaine - Metz, 197[r]

414 En savoir plus

L'impact du sens donné à la vie sur le rétablissement de quatre femmes victimes de viol

L'impact du sens donné à la vie sur le rétablissement de quatre femmes victimes de viol

C'est pourquoi le questionnement de notre recherche est de: Déterminer pour des femmes, victimes de viol, quels sont les éléments qui donnent du sens à leur vie et l'impact de ceux-ci[r]

105 En savoir plus

Temporalité et sens de la maladie chez les femmes en situation de précarité. De l'intérêt du récit de vie pour une approche centrée sur la personne en médecine générale

Temporalité et sens de la maladie chez les femmes en situation de précarité. De l'intérêt du récit de vie pour une approche centrée sur la personne en médecine générale

est un élément fortement distinctif de l’autobiographie, « écrite en solitaire » 83 . L’enquête par récit de vie est une co-construction de sens puisqu’il s’agit d’un ordonnancement symbolique 84 de fragments de vie dont la narration est soumise aux choix du chercheur et du narrateur. Par sa "pleine-présence", son écoute attentive, ses relances et ses interventions au cours de l’entretien, l’enquêteur soutient l’émergence d’un récit, qui ne serait pas le même sans lui. Bien entendu, la relation qu’entretiennent l’enquêteur et la personne interrogée est asymétrique : ce dernier étant dépositaire d’un savoir manquant à celui qui l’interroge. Et il est tentant de dresser ici un parallèle entre cette situation d’un être sachant et d’un autre en quête de ce savoir, et celle d’une consultation médicale pensée comme la rencontre d’un patient en demande et d’un médecin détenteur des réponses. Mais, tout d’abord, perçue ainsi, la relation entre l’interviewer et l’interviewé n’est pas spécifiquement proche de la relation médecin- malade, pas plus en fait que de n’importe quelle relation entre un profane et un professionnel. Ensuite et surtout, pour asymétriques qu’elles soient, dans les rôles tenus et dans le rapport à ce qui se dit, ces relations n’en sont pas moins essentiellement dialogiques : l’entretien clinique tout comme l’entretien par récit de vie est une construction duelle.
En savoir plus

135 En savoir plus

Ajoutons de la vie aux sens pour redonner sens à la vie : prise en charge psychomotrice de la Maladie d’Alzheimer par l’approche SNOEZELEN

Ajoutons de la vie aux sens pour redonner sens à la vie : prise en charge psychomotrice de la Maladie d’Alzheimer par l’approche SNOEZELEN

Un espace d’échanges et d’évasion : Au cours d’une séance, je vais chercher Mme R dans sa chambre, elle n’est pas très enthousiaste par ma proposition comme elle peut l’être d’habitude. Elle est effacée, traîne les pieds. Sur le trajet, elle évoque des idées mortifères. « J’attends la crémation, je ne passerai pas la nuit. » Son discours est négatif, elle met en cause son grand âge et son environnement, la maison de retraite. J’écoute et accueille son discours. Face à cette situation, je me suis sentie désemparée. J’ai ressenti le besoin d’en parler par la suite à la psychologue de l’EHPAD pour savoir comment réagir. Elle m’a alors questionnée : Mme R souhaite- t-elle réellement mourir ? Est-ce une façon d’exprimer son mal-être ? En tant que thérapeute, l’important est d’être présent et de réactiver l’élan de vie. Il s’est avéré que dans le cas de Mme R, ma prise en charge Snoezelen lui a été bénéfique. Une fois entrée dans la salle, ses mots se sont posés, elle évoquait moins ses craintes. Elle s’est installée sur le matelas à eau, j’ai proposé un toucher thérapeutique du visage et des mains. Mme R s’étant installée sous la couverture, j’ai poursuivi avec des pressions favorisant l’ancrage. J’ai fait rouler un ballon peu gonflé qui suggère des sensations d’enveloppement. Durant la séance, Mme R avait les yeux fermés, sa respiration était calme. Après la reprise, Mme R était reconnaissante et souriante.
En savoir plus

93 En savoir plus

Quand l’approche de la mort questionne le sens de la vie

Quand l’approche de la mort questionne le sens de la vie

Il va falloir que le côté narcissique du soignant laisse la place aux doutes, à l’insatisfaction de ses attentes, à la possibilité de l’inachevé. Il faut accepter d’être face à son angoisse, à ses limites afin de ne pas orienter la personne malade vers notre propre perception de la mort. « Accompagner un malade, c’est se laisser interroger ensemble sur la vie sur la mort » 26 . L’IDE va devoir faire un travail sur elle, mais elle ne sera pas seule pour accompagner le malade. Il y aura aussi l’équipe, cette équipe qui est le premier espace ressource dans lequel nous pouvons s’interroger, réfléchir sur nos pratiques afin de nous confirmer les uns, les autres dans ce que nous sommes. La supervision, par exemple, est un lieu qui permet cette réflexion commune pour une équipe de soins palliatifs (EMASP, USP).
En savoir plus

25 En savoir plus

Redonner du sens à sa vie professionnelle par une rupture intentionnelle de carrière chez des cadres français au mitan de la vie

Redonner du sens à sa vie professionnelle par une rupture intentionnelle de carrière chez des cadres français au mitan de la vie

s’adapter) aux nouvelles circonstances de la vie ou à celles qui évoluent constamment 7 . De plus, les concepts complémentaires de carrière protéiforme et de carrière sans frontière ont également fait leur apparition sur ce même constat. La notion de carrière protéiforme ou protéenne (Hall, 1996a), est inspirée du Dieu grec Prothée qui pouvait, selon sa volonté, changer de forme. Elle représente la multiplicité des parcours mais également des formes de carrière liées au fait qu’aujourd’hui, c’est l’individu qui est mis dans l’obligation de gérer sa carrière en fonction des aléas du contexte dans lequel il évolue et de ses aspirations. Ce concept apporte également une considération nouvelle par rapport à la réussite de carrière qui devient plus subjective et davantage liée aux valeurs individuelles et non à une dynamique de progression linéaire. Quant à la notion de carrière sans frontière (Arthur, 1994; Arthur et Rousseau, 1996) ou de carrière nomade, elle met en évidence les effets des nouvelles formes d’organisation du travail, à savoir des parcours professionnels où se succèdent plusieurs postes assez variés en termes de nature et de durée. Cette notion se concentre sur les dimensions à la fois objectives et subjectives de la carrière, notamment en ce qui concerne la position de l’individu dans l'organisation, sa mobilité, sa flexibilité, son environnement de travail et les opportunités qu’il va y identifier et ce, tout en minimisant l'importance accordée à la carrière traditionnelle qui fait dépendre le développement de carrière d'un individu seulement sur le plan de l'organisation et des promotions. La carrière nomade est donc une séquence d'opportunités d'emploi qui vont au-delà des frontières d'un employeur unique et surtout qui traversent les limites structurelles (les frontières) d’une seule organisation.
En savoir plus

310 En savoir plus

Le sens du commun

Le sens du commun

comme l’une des instances concourant, conjointement à la famille ou à la « formation tout au long de la vie » par exemple, à ce triple procès (de socialisation, d’éducation et de formation). Cette substitution des compétences aux savoirs comme visée des apprentissages scolaires, dans le souci affirmé, de permettre sinon d’assurer une plus grande connectivité avec les savoirs « non-scolaires » (au sens non axiologique du terme) ainsi que le relatif décentrement de l’institution scolaire dans le procès sus-cité, nous inclinent à penser que le commun du socle est un commun par sommation, un commun par le fait en somme. Et nous formons alors l’hypothèse que ce commun est un commun « faible » qui, en définitive, repose sur le fait de la scolarité obligatoire en ce qu’elle « doit au moins garantir à chaque élève les moyens nécessaires à l’acquisition d’un socle commun […] qu’il est indispensable de maîtriser pour accomplir avec succès sa scolarité » (art. 9 du décret n° 2006-830). Ce faisant, nous voilà reconduit à (ré-)interroger le sens du commun selon la « culture commune », dont le « socle commun » se présente (et est souvent présenté) comme l’aboutissement légitime, voire exclusif.
En savoir plus

21 En savoir plus

Autour du décès de Noam: Quête de sens et sens des responsabilités.

Autour du décès de Noam: Quête de sens et sens des responsabilités.

donne également une direction, une historicité, qui fait qu'il ne vient pas de nulle part pour se rendre n'importe où. Si les choses s'expliquent, l'Homme a raison d'être. Lorsque survient l'horreur, lorsque surgissent la mort, la maltraitance, les attentats ou les abus sexuels, l'Homme est pris au dépourvu. Le monde sécurisant/sécurisé qu'il s'est créé est mis à mal. Les images remplacent la pensée, il est bloqué, perdu, déboussolé, persécuté parfois jusque dans ses rêves. On parle même d'un syndrome de stress post-traumatique ou PTSD (pour post traumatic stress disorder). Reprenant divers symptômes, le PTSD est en réalité l'exemple type d'une pensée qui se fige, qui n'arrive pas à intégrer les éléments vécus dans un récit de vie cohérent. Une pensée cristallisée à l'idée que le genre humain, auquel appartient la personne confrontée à des évènements traumatogènes, est capable de cela! Dans cette impasse, l'identification entre la victime et l'auteur ou entre le public et les personnes directement concernées est telle qu'elle laisse penser que tous, nous sommes capables de ça! Mais alors, méritons-nous peut-être cela? Sommes-nous ou pouvons- nous être ces hommes et ces femmes incapables de refréner leurs pulsions, leurs « instincts meurtriers », leur soif mystique de mort? Cette identification brutale et collante, bien souvent imposée à tous par le véhicule média ou plus discrètement partagée par toute bonne conciergerie, mène donc l'Homme à l'effroi. Rien en effet ne le distingue des protagonistes de la scène, il s'agit d'hommes, de femmes, d'enfants, de ce que nous sommes tous, du genre humain.
En savoir plus

5 En savoir plus

Les sens du public

Les sens du public

mation culturelle, mais qui ne s’intéressent que de loin aux autres sujets; d’autres qui s’investissent en politique parce qu’ils se sentent proches d’une formation ou d’un leader politique, mais qui perdent leur passion quand la configuration du pouvoir se modifie; il y a un grand nombre de citoyens qui ont une attention oblique pour la chose publique, qui peuvent ressentir un attrait pour l’intrigue publique lors d’événements forts comme une guerre ou un scandale, lors de céré- monies électorales ou de rituels de commémoration, mais qui d’ordinaire vaquent à leurs affaires courantes sans chercher à influer sur le cours des affaires publiques; il y a une masse de citoyens que la politique n’intéresse tout simple- ment pas, par manque de compréhension, par désenchantement ou par désillu- sion, qui font comme si ça ne les concernait pas parce qu’ils ne se sentent aucune légitimité à prendre position, ou qui s’en détournent parce que cela leur paraît le privilège d’un tout petit nombre. L’engagement ne se manifeste pas seulement sur les barricades: les citoyens peuvent s’enflammer pour des affaires et râler à la découverte de scandales, pâtir ensemble d’une situation d’injustice faute d’agir ensemble, prendre fait et cause un jour et se cloîtrer chez eux le lendemain, se lancer corps et âme dans une revendication et s’en détourner quand elle leur échappe, adopter des postures ironiques, parodiques ou cyniques ou tout simple- ment ignorer la chose publique, sinon quand leur intérêt personnel est en jeu. Le «voir avec» des communions cathodiques de membres de publics dispersés devant leurs postes de télévision éclaire par analogie une dimension des publics politiques: loin de donner dans l’enthousiasme héroïque, et parfois de toucher au sublime dans la révolution, les citoyens entretiennent des liens faibles avec des publics virtuels, en contrechamp des contextes de leur vie quotidienne. Peut-être pourrait-on, au lieu de postuler, comme le veut l’invective devenue rituelle, une dénaturation de la politique par les médias, opérer un transfert des notions de «diasporique» ou de «fugitif» des publics de téléspectateurs aux publics de citoyens. Dans de nombreuses situations, les particuliers se sentent obligés par un sens de la responsabilité partagée avec leurs pairs, ils ont le sentiment d’endu- rer les mêmes épreuves et d’être exposés aux mêmes événements, ils assistent impuissants, mais pas indifférents, au spectacle du monde, ils se sentent concer- nés par des enjeux qui excèdent la sphère de leurs affaires personnelles. Ils ont le sens de prendre part à un public, sans pour autant aller voter ou prendre les armes. Le souci du bien public, sans doute fugace et retors, dispersé dans des petites situations, pas toujours assumé comme tel, menacé par les dérives du particula- risme, est pourtant bel et bien là.
En savoir plus

497 En savoir plus

Des sens au sens

Des sens au sens

À la naissance, le système archaïque des flux sensoriels est prévalent. Le bébé perçoit d’abord les informations sensorielles relatives aux qualités sensibles des objets physiques ou humains. Les niveaux archaïques des systèmes perceptifs ne vont pas disparaître avec le développement des systèmes récents, mais constitueront les fondements qualitatifs des sensations de l’arrière-fond tonico-émotionnel. Le développement des systèmes récents de perception permettra au bébé d’agir sur les objets de son environnement car ils apportent des données plus précises et détaillées. Ils favorisent l’installation de gestes selon des finalités propres aux besoins exploratoires du bébé. Ceci permet au bébé d’investir la dimension de l’espace et de s’y aventurer. Les compétences sensorielles et motrices vont s’articuler sur la coordination des systèmes perceptifs qui se met en place avant le premier semestre de vie afin de composer des unités sensori-motrices bouclées. Elles permettent, par exemple, de positionner le pouce en bouche, de s’enrouler sur l’axe médian (postures autocalmantes), de coordonner le contact des deux mains sur le milieu du corps (position adoptée par les bébés agissant les équations symboliques ou lors des identifications intra-corporelles décrites par Geneviève Haag.
En savoir plus

87 En savoir plus

Musées de Sens

Musées de Sens

Le reste des transferts est davantage informatif, en tout il y en a huit. Ils donnent des renseignements dans le but de faciliter la compréhension des visiteurs. Clarté, concision, des phrases simples et courtes sont les clés de la réussite d'un transfert. Il faut penser à donner des informations à un public spécialisé comme à des personnes qui n'y connaissent rien au sujet. Il faut constamment penser à trouver un bon équilibre entre les différents publics. Ces transferts informatifs ne doivent pas être trop long et avoir un titre. Ces textes doivent être indépendants, ce qui veut dire que le visiteur a le choix de ne lire que quelques transferts sans pour autant que cela ne gêne sa compréhension. Ils fonctionnent comme une partie à part entière. Le premier est placé au début du parcours et présente une chronologie de la vie de Ferdinand Levillain. Quelques faits importants y figurent comme son éducation artistique, ses participations aux Salons et aux expositions universelles ainsi que ses récompenses. Cela permet de présenter rapidement l’artiste et de le situer dans le temps et d'évoquer sa carrière artistique. Les transferts suivants sont placés au début de chaque partie pour présenter des informations thématiques. On peut citer celui s'intitulant Levillain et Barbedienne, dans lequel on parle de la collaboration entre l'artiste et la célèbre maison d'édition. S'ensuit une présentation de quelques pièces réalisées grâce à la collaboration de ces deux personnages. Ce transfert permet donc d'apporter des éléments d'informations supplémentaires pour appréhender toute l'étendue de la carrière de Levillain. Le prochain transfert se base sur les autres collaborations où est évoqué cette fois-ci le travail accompli par Levillain, Théodore Deck et la maison d'édition Christofle. Pour finir, le dernier intitulé Ferdinand Levillain et son
En savoir plus

110 En savoir plus

Le sens grammatical

Le sens grammatical

l’intervalle temporel associé : dans Sur ces entrefaites, le téléphone sonna, le procès est repéré temporellement par la borne finale du laps de temps évoqué par ces entrefaites. Dans le domaine « spatial », les entités sont aussi évoquées en fonction des rapports que les locuteurs entretiennent avec les objets correspondants : dans des fleurs dans un vase, un steack dans une assiette ou la maison dans la prairie, peu importent au fond les propriétés géométriques de la forme physique du vase, de l’assiette, ou de la prairie : les entités correspondantes peuvent être évoquées comme des espaces fermés à cause des relations anthropologiques qu’entretiennent avec elles les sujets. Le vase et les fleurs, tels qu’ils sont évoqués sur la scène verbale, sont dans une relation topologique d’inclusion parce qu’un vase sert à contenir des fleurs, de même que la prairie est conçue par les sujets comme un espace de vie dans lequel est inclus la maison. Les descriptions purement physicalistes sont vouées à l’échec parce qu’elles se centrent sur la référence, sans tenir compte de la liberté qu’offre la parole de construire des espaces anthropologisés conçus en fonction des rapports que l’on entretient avec le monde. Vandeloise (1993) va dans ce sens en introduisant dans la description de dans les notions de « contrôle » et « d’accès ». Mais il faut, comme le propose Lebas (1999), radicaliser cette thèse : ce n’est pas le rapport physique objectif de « contrôle » des fleurs par le vase qui compte, mais plutôt nos rapports avec ces deux types d’objets.
En savoir plus

18 En savoir plus

Du bon sens

Du bon sens

« Un escalier étant une chose simple et commode, il peut être beau et n’est jamais ennuyeux. L’économie le supprime en le déclarant fatigant, en disant qu’à ses yeux l’homme mérite un ascenseur ; elle peut ensuite entasser celui-ci sur trente étages et lui vanter ce progrès sur les maisons basses de ses ancêtres, leurs châteaux éclairés à la bougie. L’apologie des innovations se ramène invariablement à ces sophismes grossiers qui masquent le simple fait que l’économie ne peut off rir à satisfaire que les besoins dont elle est l’auteur : elle isole chacun dans une vie suff ocante et inepte, et s’émerveille elle-même de devoir lui fournir ensuite tant d’accessoires : il y a eff ectivement un ascenseur pour att eindre le vingt-troisième étage et un congélateur pour y ranger la nourriture frigorifi que […] De quoi se prive-t-on en prenant l’ascenseur, est-ce le même homme qui rentre chez lui par l’escalier et celui qui appuie sur le bouton du douzième, arrivent-ils au même endroit ? » 1 Comme de nombreux penseurs avant lui, Baudoin de Bodinat nous alerte sur le monde qui nous entoure, et que paradoxalement, nous ne semblons plus en mesure de voir pour ce qu’il est. Pourquoi alors alerter encore et toujours sur ces mécanismes destructeurs, sur ces mêmes sujets qui ont déjà fait l’objet de tant d’analyses ? C’est qu’à l’évidence, la situation continuant chaque année d’empirer, il ne soit pas vain de continuer à penser que ces critiques déjà vieilles maintenant puissent trouver une actualité toujours vivante. D’autant que donner au peuple les moyens de sa propre émancipation, voilà ce dont le bon sens pourrait se révéler
En savoir plus

146 En savoir plus

Show all 3537 documents...