• Aucun résultat trouvé

Intégration d'une suite récurrente qui se présente dans une question de probabilité

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2022

Partager "Intégration d'une suite récurrente qui se présente dans une question de probabilité"

Copied!
3
0
0

Texte intégral

(1)

B ULLETIN DE LA S. M. F.

M AURICE D’O CAGNE

Intégration d’une suite récurrente qui se présente dans une question de probabilité

Bulletin de la S. M. F., tome 15 (1887), p. 143-144

<http://www.numdam.org/item?id=BSMF_1887__15__143_1>

© Bulletin de la S. M. F., 1887, tous droits réservés.

L’accès aux archives de la revue « Bulletin de la S. M. F. » (http:

//smf.emath.fr/Publications/Bulletin/Presentation.html) implique l’accord avec les conditions générales d’utilisation (http://www.numdam.org/

conditions). Toute utilisation commerciale ou impression systématique est constitutive d’une infraction pénale. Toute copie ou impression de ce fichier doit contenir la présente mention de copyright.

Article numérisé dans le cadre du programme Numérisation de documents anciens mathématiques

http://www.numdam.org/

(2)

143 -

Intégration d7 une suite récurrente qui se présente dans une question de probabilité; par M. MAURICE D'OCAGNE.

(Séance du 16 mars 1887.)

M. Weill s'est proposé de résoudre le problème suivant (1) :

Étant considérés k événements différents, également pro- bables, et p épreuves consécutives^ quelle est la probabilité X(/?) qu'un des événements considérés et désigné se produise au moins deux fois de suite dans l'ensemble des p épreuves ?

Par un raisonnement ingénieux, M. Weill établit que X(/?) est donnée, par voie récurrente, par la formule

(i) X ( ^ ) = ^ X ( ^ i ) + ^ X ( ^ - - 2 ) 4 - ^

et il ajoute :

« I^expression de XQo) est de la forme

C^+C^--^-;,

a, 6, G, G étant des constantes que l'on sait déterminer par la mé- thode d^î Lagrange. »

( * ) Bulletin de la Société mathématique de France, t. XI V, p. i58.

(3)

—m —

Nous allons intégrer l'équation récurrente (i) par une autre mé- thode que nous avons donnée dans notre Théorie élémentaire des séries récurrentes (1) .

Comme on a évidemment

X ( o ) = o , X ( i ) = o ,

X(/?) sera donnée, en vertu de nos formules (2) , par /=p-i

X G P ) = ^ ^ ^

i=i

Ut étant le t'1011^ terme de la suite

UQ =0, U^ == I,

k — i ^ — i

^( = , M/-1 -+- — » 2 - t//-2•

Or on a (3), en représentant par E ( - ^ ) la partie entière de p^ (/,^,y-i (k-i)^ , (A--I/-3

ul - ki-i -+- ^-2 ^./-i -4- ^-3 —^i— 4-' • -

. ^(o-^-^œ

"'^œ i-=p-i ^ -

Effectuant alors la somme V î/^ et multipliant par — ? on ob- i=i

lient

g //?\ _

^2^ r ^=p-2(p.+li -|

^'-^ 2: (^r 2 ^(^) -

(Jl.=0 L ).=0 J

Telle est la formule que nous nous proposions d^établir et q u i donne explicitement la probabilité X(/?) en fonction de p et de A . Elle complète la solution de M. Weill.

( * ) Nouvelles Annales de Mathématiques, 3e série, t. III, 1884, p. 65.

(a) Loc. cit., § 37.

(3) Loc. cit., § 8, formule (8).

Références

Documents relatifs

On choisit une valise à quatre roues, déterminer la probabilité qu’elle réussisse les tests?. Démontrer que la probabilité que la valise choisie réussisse les tests est

Sur chacun des deux modèles, on effectue des tests afin d’évaluer leur solidité.. On dispose des informations suivantes sur le stock de production de cette

Les deux aquariums sont placés de telle manière que la probabilité que le client choisisse l’aquarium A est ..  et on suppose que dans chaque aquarium, chaque poisson a

Nous allons considérer une suite de n épreuves; à chaque épreuve, un événement peut être favorable ou non. On ne fait aucune hypothèse concernant la probabilité que la /n 101

La question du développement en série des probabilités pour qu'en n épreuves le nombre des cas favorables soit égal à v, ou qu'il soit plus petit que)^, si la probabilité p

SUR UNE QUESTION DE PROBABILITÉ ; PAR M. Borel a démontré {Introduction géométrique à quelques théories physiques^ note V) que, si des points M sont distribués au hasard sur

« Soient A, B, C les trois cordes. Les intersections en dedans du cercle de BC, de ÇA et de AB sont trois événements que l'on peut désigner par P, Q, R. La position d'une

On rencontre au hasard un adhérent