Haut PDF L’hypertrophie bénigne de la prostate ( Etude rétrospective à propos de 359 cas )

L’hypertrophie bénigne de la prostate ( Etude rétrospective à propos de 359 cas )

L’hypertrophie bénigne de la prostate ( Etude rétrospective à propos de 359 cas )

L'idée d'utiliser un inhibiteur de la 5 α -réductase pour traiter l'hypertrophie bénigne de la prostate dérive de l'observation de patients ayant un déficit congénital de cette enzyme, et qui présentent pour seule anomalie une absence de développement de la glande prostatique. La découverte de cette mutation exceptionnelle a permis de montrer que l'on pouvait espérer par inhibition spécifique de la 5 α -réductase, altérer la croissance prostatique sans affecter les fonctions sexuelles. L'enzyme n'a aucune autre fonction dans l'organisme que sa fonction intra prostatique.
En savoir plus

125 En savoir plus

Résultats fonctionnels et morbidité de l’énucléation endoscopique de la prostate au laser holmium (HoLEP) dans le traitement de l’hypertrophie bénigne de prostate

Résultats fonctionnels et morbidité de l’énucléation endoscopique de la prostate au laser holmium (HoLEP) dans le traitement de l’hypertrophie bénigne de prostate

19. Rapport d’évaluation technologique de l’HAS: Traitement des symptômes du bas appareil urinaire liés à l’hypertrophie bénigne de la prostate par laser, novembre 2013 20. Gilfrich C, Leicht H, Fahlenbrach C, Jeschke E, Popken G, Stolzenburg JU, Weißbach L, Zastrow C, Günster C. Morbidity and mortality after surgery for lower urinary tract symptoms: a study of 95 577 cases from a nationwide German health insurance database. Prostate Cancer Prostatic Dis. 2016 Dec;19(4):406-411. doi: 10.1038/pcan.2016.33. Epub 2016 Aug 9. PubMed PMID: 27502738

67 En savoir plus

Hypertrophie bénigne de la prostate et insuffisance rénale

Hypertrophie bénigne de la prostate et insuffisance rénale

Il apprécie : le volume de l’HBP, son indolence à la pression, sa consistance ferme et élastique, son homogénéité. Il recherche aussi une lésion suspecte associée. Le toucher rectal est un examen efficace pourvu qu’il soit réalisé dans de bonnes conditions. En effet, le doigt le plus court peut faire l’examen de la prostate la plus grosse si le malade est coopérant et sa vessie et ampoule rectale sont vides, mais le doigt le plus long peut être gêné par un périnée épais chez un obèse aux hanches bloquées qui contracte ses abdominaux.

122 En savoir plus

Évaluation des complications et de la charge en soins dans les 24 heures suivant le traitement chirurgical de l’hypertrophie bénigne de prostate par photovaporisation laser prostatique GreenLight XPS® 180 Watts

Évaluation des complications et de la charge en soins dans les 24 heures suivant le traitement chirurgical de l’hypertrophie bénigne de prostate par photovaporisation laser prostatique GreenLight XPS® 180 Watts

61. Elmansy H, Baazeem A, Kotb A et al. Holmium laser enucleation versus photoselective vaporization for prostatic adenoma greater than 60 ml: preliminary results of a prospective, randomized clinical trial. J Urol 2012; 188: 216-221. 62. Lukacs B, Loeffler J, Bruyere F et al. Photoselective vaporization of the prostate with GreenLight 120-W laser compared with monopolar transurethral resection of the prostate: a multicenter randomized controlled trial. Eur Urol 2012; 61: 1165-1173. 63. Bouabdallah Z, Kharbouchi A, Colau A, Cariou G. Photovaporisation prostatique au laser chez les patients à haut risque hémorragique. Pan Afr Med J 2013; 16: 2. 64. Kumar A, Vasudeva P, Kumar N et al. A prospective randomized comparative study of monopolar and bipolar transurethral resection of the prostate and
En savoir plus

133 En savoir plus

Place de la phytothérapie dans le traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate

Place de la phytothérapie dans le traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate

Ils auront leur place dans la prise en charge de l’HBP chez les patients souffrant d’une hyperactivité vésicale importante avec des symptômes de la phase de remplissage prédominants et persistants malgré l’instauration d’un traitement médicamenteux. Cependant, il ne faut pas que le patient ait une prostate trop volumineuse et que la vidange vésicale ne soit pas trop perturbée, sinon ils peuvent favoriser une RAU. Ils ne pourront donc pas être prescrits lorsque la dysurie est franche, le débit inférieur à 10 ml/s ou quand le résidu post mictionnel dépasse 200 ml. (26)
En savoir plus

188 En savoir plus

Cancer de la prostate

Cancer de la prostate

6 Selon le modèle anatomique proposé par Mac Neal en 1988 (Figure 2), la prostate est composée de quatre zones différentes ( Bastien et al ., 2011) :  une zone de transition, située au milieu de la prostate. Elle entoure l'urètre et représente environ 5 % de la prostate jusqu'à l'âge de 40 ans. Avec le vieillissement, cette zone grossit pour devenir la partie la plus importante de la prostate. C'est ce qu'on appelle un adénome prostatique (ou hypertrophie bénigne de la prostate) qui survient très fréquemment chez les hommes de plus de 70 ans.
En savoir plus

56 En savoir plus

Prise en charge du cancer de la prostate localement avanc et mtastatique

Prise en charge du cancer de la prostate localement avanc et mtastatique

Prise en charge du cancer de la prostate localement avancé et métastatique Un collimateur sténopéique (pinhole) peut être utilisé pour compléter l'examen par la réalisation de vues planaires localisées de haute résolution sur une zone de petite taille, chez le nourrisson et l’enfant. L'acquisition est de 50 à 100 000 coups par image. L’acquisition scintigraphique de balayage corps entier est systématique dans les indications oncologiques et également non oncologiques. En effet, elle permet de détecter des sites lésionnels cliniquement latents. Elle est recommandée y compris lorsque la scintigraphie est demandée pour une pathologie osseuse ou articulaire a priori unifocale bénigne. Habituellement, la vitesse de balayage recommandée est de 25 à 30 cm/min au temps précoce (le cas échéant) et de 10 à 15 cm/min au temps tardif, la matrice d’acquisition est au format 1024x256 ou 2048x512. Les images de balayage corps entier peuvent être traitées par un filtrage à adaptation spatiale de façon à améliorer le coefficient de variation pixel par pixel. Chez l’enfant, des clichés planaires multiples sont plus communément réalisés que le balayage corps entier. Images hypertardives : des images plus tardives, acquises entre 6 et 24 heures après injection, peuvent être utiles en cas de pathologie néphro-urologique à l’origine d’une visualisation médiocre du squelette en totalité (insuffisance rénale) ou pour une région anatomique donnée (rétention vésicale), chez les patient âgés à métabolisme osseux fréquemment ralenti et/ou perturbé (ostéoporose, ostéomalacie). Le but est ici généralement d’identifier une fissure de fatigue par insuffisance osseuses, une ostéite ou une ostéomyélite ou encore une métastase osseuse. Les images planaires ne requièrent pas de traitement particulier. Il faut noter que la visualisation attentive des images numériques acquises par les caméras informatisées actuelles permet d'explorer toute la gamme des contrastes et améliore beaucoup l'apport diagnostique de l'examen. Elle permet en outre de choisir le contraste optimum pour l'impression des images qui sont adressées au correspondant clinicien. Elles peuvent faire l’objet d’une quantification relative de l’activité de certaines zones.
En savoir plus

286 En savoir plus

Dissémination du cancer de la prostate : un chemin pavé de gras

Dissémination du cancer de la prostate : un chemin pavé de gras

En dehors de l’obésité, des études récentes montrent que certains patients pourraient présenter une accumulation anormale de ce TAPP indépendamment de l’indice de masse corporelle (IMC), ces TAPP abondants étant associés à des cancers agressifs. Nous avons montré, en mesurant le volume de TAPP sur les IRM de 147 patients atteints de CaP, que l’abondance du TAPP est dissociée de l’IMC et des autres dépôts adipeux. Ainsi, un sous-groupe de patients présente un TAPP particulièrement abondant et l’accumulation de ce dépôt adipeux ectopique est associée à des cancers plus agressifs. Nous avons, pour la première fois, combiné à cette étude clinique une caractérisation biologique de ces TAPP abondants qui révèle qu’ils sont très différents d’un TA obèse. En effet, si on retrouve une hypertrophie adipocytaire dans ces TAPP, il n’existe pas d’infiltration par des cellules immunes (en particulier macrophages). Par une approche protéomique, nous avons montré une diminution d’expression de plusieurs collagènes (collagènes I, IV, VI et XII) dans les TAPP abondants, ces résultats ayant été validés par des approches indépendantes. Ce résultat suggère une matrice extracellulaire plus lâche dans les TAPP abondants, ce qui permettrait une expansion « saine » du TA. A l’inverse, une augmentation de l’expression d’endotrophine (ETP), un peptide bioactif issu du clivage du collagène VIα3, a été retrouvée dans le sécrétome des TAPP abondants. L’ETP a été décrite comme un acteur majeur de la progression tumorale dans le cancer du sein qui, en favorisant la fibrose, l’angiogenèse et l’inflammation, induit des tumeurs plus agressives. Ainsi, nos résultats suggèrent qu’il existe un remodelage extensif de la matrice extracellulaire dans les TAPP abondants, qui pourrait expliquer à la fois l’expansion « saine » du TA et son rôle dans la progression du cancer de la prostate.
En savoir plus

108 En savoir plus

L'information du patient dans le dépistage du cancer de la prostate

L'information du patient dans le dépistage du cancer de la prostate

L’interprétation de ce résultat est soumise à un biais. En effet, notre étude présente un biais de sélection. Nous n’avons pas fait de distinction dans la distribution du questionnaire, et donc dans l’analyse des réponses, entre le groupe de patients venus faire l’examen dans le cadre d’un dépistage et ceux venant pour la surveillance d’une pathologie prostatique préexistante (cancer, hypertrophie bénigne de prostate).

40 En savoir plus

Dutastéride pour éviter un cancer de la prostate ?

Dutastéride pour éviter un cancer de la prostate ?

Interprétation des résultats Les 2 groupes sont identiques pour les caractéristiques initiales sauf pour le traitement par alpha-bloquant : 18,9% dans le groupe dutastéride, versus 12,7% sous placebo (p<0,001). L’efficacité du dutastéride en termes de réduction du volume prostatique en cas d’HBP est connue. Sa capacité de diminuer la survenue d’un cancer prostatique chez des hommes à risque élevé est nouvelle. L’effet montré est celui de la réduction de survenue d’un cancer sous dutastéride dans des biopsies systématiquement réalisées à 2 et 4 ans. Pour un patient sous dutastéride, cela signifie que la probabilité d’avoir une biopsie positive est 22,8% moins impor- tante que sous placebo. Il est nécessaire de traiter 20 patients de l’étude pendant 4 ans pour éviter un cancer prostatique (NST calculé par nos soins) ; autrement dit, sur 1000 patients traités pendant 4 ans, on observe une réduction de 50 cancers dépistés (RAR), mais par contre une augmentation de 5 cancers de haut grade. Une amélioration significative des critères d’évaluation en lien avec l’hypertrophie prostatique est observée sous dutasté- ride, corrélée à une diminution moyenne du volume prostatique de 17,5% versus taille initiale. Plusieurs éléments confondants sont avancés pour expliquer l’incidence plus élevée de cancers de haut grade sous traitement : sensibilité élevée des biopsies sur une prostate plus petite, faux-positifs histologiques, sensibi- lité accrue du PSA. Le protocole de suivi par biopsies à 2 et 4 ans permet la transposition des résultats uniquement à des patients dans la pratique clinique identifiés comme à risque élevé et sou- mis à un suivi rapproché.
En savoir plus

16 En savoir plus

Perturbations de la transcription liées à une dérégulation de P-TEFb : cancer, Sida et hypertrophie cardiaque

Perturbations de la transcription liées à une dérégulation de P-TEFb : cancer, Sida et hypertrophie cardiaque

Dérégulation de l’activité de P-TEFb et hypertrophie cardiaque L’hypertrophie cardiaque se caractérise par un élargissement global de la taille des cardiomyocytes à la suite d’une augmentation des taux d’ARN et de protéines cellulaires. Cette réponse représente nor- malement une adaptation physiologique à un travail accru du cœur, mais expose, lorsqu’elle persiste, à un risque élevé de défaillance cardiaque. Les études qui portent sur les mécanismes moléculaires à l’origine de la maladie chez l’homme soulignent l’importance de la régulation de l’activité de P-TEFb par la RNP 7SK/HEXIM dans les car- diomyocytes [14]. Divers signaux hypertrophiques, certains facteurs de croissance ou un stress mécanique sévère, activent des voies de signalisation qui influencent directement l’équilibre entre les formes active et inactive de P-TEFb. Ces signaux hypertrophiques induisent la dissociation du complexe inactif, augmentant le taux de P-TEFb actif dans des cellules où l’activité de CDK9 est normalement limitante. L’activation de P-TEFb stimule alors la transcription par l’ARN pol II, entraînant l’augmentation du taux d’ARNm et de protéines cellulaires. En accord avec une stimulation de l’élongation de la transcription, le niveau de phosphorylation du CTD, et notamment celui de la Ser2, augmente dans les conditions de stress hypertrophique.
En savoir plus

6 En savoir plus

en
                                                                    fr

en fr Multimodal image fusion for prostate cancer characterization Fusion d'images multimodales pour la caractérisation du cancer de la prostate

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

165 En savoir plus

Étude du rôle de l'acide rétinoïque dans le développement de la prostate

Étude du rôle de l'acide rétinoïque dans le développement de la prostate

Le rôle de la j3-caténine dans le cancer de la prostate reste encore nébuleux, malgré qu’une augmentation de son expression soit retrouvée dans 5-7 % des cas de cancer de la prostate (Vo[r]

107 En savoir plus

Profil épidémiologique clinique et thérapeutique du cancer de la prostate

Profil épidémiologique clinique et thérapeutique du cancer de la prostate

Le cancer de la prostate utilise volontiers, pour s’étendre, les zones anatomiques de moindre résistance et donc les espacements périnerveux. Il s’agit donc d’une extension dans les gaines périnerveuses, dans des lymphatiques ou dans des capillaires. Quel que soit le caractère anatomique de cette propagation, il ne semble pas y avoir une corrélation entre ces extensions périnerveuses et l’apparition de métastases ganglionnaires. Des études ont montré que 50% des cas d’extension capsulaire se font par voie nerveuse et que cette extension est responsable de 89% des marges positives à l’apex, et ce même pour des petits cancers. C’est pourquoi le collège des Pathologistes américains a inclus la mention d’engainement périnerveux dans ses recommandations concernant la formulation des comptes rendus histologiques (68).
En savoir plus

185 En savoir plus

Traitement du cancer de la prostate par plasma froid

Traitement du cancer de la prostate par plasma froid

• Preuve de concept M. Fofana, J. Buñay, F. Judée, S. Baron, S. Menecier et al. Selective treatments of prostate tumor cells with a cold atmospheric plasma jet. Clinical Plasma Medicine, 2020, 17-18 ⟨10.1016/j.cpme.2020.100098⟩ . ⟨hal-03049052⟩

8 En savoir plus

Prostate segmentation in HIFU therapy.

Prostate segmentation in HIFU therapy.

positioned in this area were relocated. This process aims at shifting the mesh closer to the prostate edge than to the rectal wall (without looking for an accurate positioning). The first step illustrated on Fig. 4(a) consists, for each axial slice, in tracing rays from the probe center to the balloon boundary, corre- sponding to the first bright voxels as the balloon is hypoechoic. The distance between the initial point and the balloon boundary, measured along the ray joining the probe center and is used as a reference. Next, the mesh vertices located in the balloon or at a distance less than from the balloon boundary are relocated at a distance of from this boundary along the rays that connect them to the probe center, towards the prostate [Fig. 4(b)]. The values of and 30 were deduced through experiments on a subset of the 3-D images and validated on the 3-D remaining images. Although the rectal wall thicknesses are highly variable between patients (see Figs. 1 and 2), good results were obtained in all cases. An example of the 3-D resulting mesh is given in Fig. 3(b).
En savoir plus

13 En savoir plus

Facteurs de risque génétiques pour le cancer de la prostate

Facteurs de risque génétiques pour le cancer de la prostate

Cancers de la prostate familiaux et autres cancers Des études épidémiologiques ont montré l’association possible d’autres cancers (cancers du sein, tumeurs cérébrales, lymphomes, cancers digestifs…) aux cancers de la prostate dans certaines familles, suggérant en cela l’existence de gènes de prédisposition communs [16] . Le risque de cancer prostatique est 1,4 fois plus élevé chez les hommes apparentés au premier et au deuxième degré à une femme présentant un cancer du sein. La comparaison des taux de mortalité de ces deux cancers montre une certaine corrélation, avec un rapport de 0,6 entre leur taux de mortalité, chiffre assez constant d’un pays à l’autre. Les gènes BRCA1 (breast cancer gene) (17q21) et BRCA2 (13q12-13), qui prédisposent au can- cer du sein héréditaire, ont également été évoqués pour le cancer de la prostate. Aucune analyse de liaison n’a cependant, à ce jour, confirmé une prédisposition com- mune aux deux cancers. Actuellement, seule une famille où s’agrégeaient des cancers du sein et de la prostate a été rapportée, avec une mutation 185delAG de BRCA1. Cependant, dans les familles avec can-
En savoir plus

7 En savoir plus

Epilepsie rolandique bénigne : à propos de 34 cas

Epilepsie rolandique bénigne : à propos de 34 cas

- 2 - L’épilepsie rolandique bénigne (ERB) ou l’épilepsie bénigne à pointes rolandiques ou à pointes centro-temporales (PCT) ou encore l’épilepsie à paroxysmes rolandiques (1) est une épilepsie commune de l’enfant. Décrite pour la première fois comme étant un syndrome éléctro- clinique en 1958 par Nayrac & Beaussart (2) et Bancaud et al (3), elle est actuellement le syndrome le plus connu des épilepsies partielles idiopathiques bénignes de l’enfant. Les crises surviennent souvent entre trois et treize ans ; elles sont peu fréquentes prédominant au sommeil, unilatérales, et impliquant la face, la langue, et parfois les membres supérieurs et/ou inférieurs, avec conservation de la conscience. Une prédisposition génétique a été suggérée (1, 3-6). L’électroencéphalogramme (EEG) montre des PCT unilatérales ou bilatérales habituellement suivies d’ondes lentes, très activées par le sommeil, avec une activité de fond normale (7). Ces traits éléctroencéphalographiques ont été les premiers à être rapportés par Gastaut (8) en 1952, qui les a appelées les décharges prérolandiques et Gibbs et Gibbs (9) dans la même année appelant les : mi-temporales.
En savoir plus

74 En savoir plus

en
                                                                    fr

en fr Image-guided focal laser therapies for prostate cancer Thérapies lasers focales du cancer de prostate guidées par l'image

Une autre limite de la technique est son faible pouvoir discriminant pour les lésions de la ZT et du SFMA ainsi qu’en cas de prostate de grand volume. 1.5.1.iii Echographie de contraste : Le principe de l’échographie de contraste (EDC) repose sur l’injection intraveineuse d’un agent de contraste échographique composé de microbulles. L’utilisation du mode Doppler couleur va permettre l’observation d’une augmentation de signal dans les zones hypervascularisées. Mitterberger et al. ont rapporté un bénéfice à la réalisation de biopsies ciblées sous EDC par rapport aux biopsies systématisées (p<0,05) [31]. Les biopsies dirigées étaient réalisées dans les zones hypervasculaires de la ZP et leurs résultats étaient comparés à ceux des biopsies systématisées. Un cancer était diagnostiqué chez 559 (31%) des 1776 patients; le taux de détection des biopsies ciblées sous EDC (10,8% soit 961 des 8880 biopsies) était significativement plus élevé que celui des biopsies systématiques (5,1% soit 910 des 17760 biopsies, p<0,001). Parmi les patients avec biopsie positive pour un cancer de prostate, le cancer était détecté par l’EDC seule chez 149 patients (27%) et par biopsies systématiques seules chez 83 patients (15%) (p<0,001). Ces données étaient confirmées dans d’autres études [32, 33]. Toutefois, les biopsies ciblées seules sous EDC omettraient le diagnostic de 20% des cancers détectées par les biopsies systématisées[33]. De plus, le diagnostic des tumeurs antérieures n’était pas inclus dans ces études.
En savoir plus

154 En savoir plus

Euphémisation et hypertrophie des relations marchandes sur Twitch

Euphémisation et hypertrophie des relations marchandes sur Twitch

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

110 En savoir plus

Show all 375 documents...