sa BIT GALLES DE CYNIPIDES RECUEIL DE FIGURES ORIGINALES EXECUTEES sous LA DIRECTION DE FEU LE D" JULES GIRAUD AVEC UN TEXTE l' A R G. DARBOUX ET C. H

144  Download (0)

Texte intégral

(1)
(2)
(3)
(4)
(5)
(6)
(7)
(8)
(9)

sa

BIT

GALLES DE CYNIPIDES

RECUEIL DE FIGURES ORIGINALES EXECUTEES

sous LA DIRECTION DE FEU LE

D" JULES GIRAUD

AVEC UN TEXTE

l'AR

G.

DARBOUX ET

C.

HOUARD

Dans

l'introduction qui fait suite à cette préface,

MM. Darboux

et

Houard

veulent bien

me

remercier delesavoir choisispourlarédaction

du

présent travail. Qu'ils

me

permettent de les remercier à

mon

tour, carc'estàeux qu'onest redevable,pour

une

grandepart,delapublication intégraledes magnifiques plancheslaisséespar Giraud.

Cette publication a

une

histoire quimérited'êtrecontée parcequ'elle

montre comment,

dans notre pays, on peut trouver aide et soutien pourconduii'c àlaréalisationdesprojets scientifiquesen apparencefort dilliciles.

On

saitque Giraudavait laisséau

Muséum

la totalitédeses collections entomologiques.

Quand

lefils

du

regretté naturaliste vintm'offrir,ilya cinq ans,lesnombrcusi^sfiguresdeCécidies exécutées par

Strohmayer

sousladirectionde Giraud,

mon

premier

mouvement

futd'admirersans réserveces

documents

précieuxet lesecond de chercheràrendre

hom- mage

au

promoteur

de l'œuvre en les faisant paraître sous lu torme iconographique,c'est-à-dire

accompagnés

d'un court texte.

NIAR 2 3 1981

i^RARlES

n j7

(10)

l'i r,. DAiiBoi'x i;t r. iiocaud.

Faiilr (le ivssoiiircs siillisaiilcs. la icalisal ion iiilr-ralc drce pidjcl 1110païail liMil .l'alMinl iiii|.(.ssiblc.cl jel'csnlusde liiiiilcr Touvra^c à (|ualn' iijaiicli.'v, \,\r\\ clioisirs cl a iiii (cxlc i.ù sci'aiciil liricvc ni c\|.li(|ii.-cs ((Mlles lesligures laissées|)ar Ciraiid. M. ialiln' KicllVr

de

Hilelie voulu! Lieu accepter de n''dij;-ei' ce lexle, e| la direction des

Anhircs

(luMiisnini dedoiinei' asileau travailainsiciuiru.

Mais je

me

Inuivai de suile en pri'seiice de dillicull(-s (|ne j<' ne soupçonnais-in"'iv.Lesli-nres (daid

dune

liiiessemerveilleuser(''clamaieni une exi'culion (dii-om(dilho,L;ra|dn(|in' iiarfaile <•!. par

même,

une di-pense liors de loule prévision : les (jualre planches (pii devaieni uccoin|)ai^iierruuvi'ai^cépuisaieul àellessoûles, proscpu'lolalemenl, le créditannueldestinéàrilluslratioiidos Arrhirrs\

•r-'laii une impasse, carconnncnl sollicilcr d<'s sulisidcs p(uir une puldicalion IrompuM"cl (diiil.';. unpelil nomlirc de planches?

lue

solde voie l'cslait oiiscrle, (pichpie peu liasardensi'. mais s('duisanle et dans la.pu-Ile il idu\cnail joui au moins do s'eiif^agor:

faire paraître dans leur inh'-i'alilé loulcsles li.^uros de Giraud, c'ost-

;i-dir.' une icono-i'apliie (•.'cidio|oi;i(pie m.uiumcnlale. à roxécutioii de laipielleil IVit possildc d'iIIi.'resscr l.'s poiivoii's puldicset les sociétés scieiilili(pics. I'(jur conduire ;i r.'alisalion ce projet im[.orlaiit. mais cumplexc, de nomlireux etardentsconcours('taient nécessaires,àl'aris iiiémo.dans lecentre où il y availespoirde ti'ouver dessubsides.

C'estaiorsquejesongeaià.M.M.

Uarboux

et llouard, quivenaient dese faireavanla{,;eusemenlconnaître parleurimportant(\italo(iacsjistrinatiiii(o dos Zoorrridirs.(lesjeunesbiologistesproniirentdesedévoueràIVeuvre, et j'instruisis.M. TahhéKieiVerdos nécessitésnouvidlosqui ine faisaient ai.aiKhmncrsacollalioralionsavanteponi'des concourspluspi'oclieseljilns actifs, (lotie d('cisionm'a jirocuri' (|U(d(pioamerlmiio,maisellea permis d'éleveràla

mémoire

de(liraud lospicuididomoiiumoiitcpiej'ai l'iKumoui' de présenter aujourd'hui auxIdologisles.

Los

deux

nouve;iiixcollahoralourssemirentr.'solnmonten

campagne:

ilsiiili'ri'ssérenlàrn'UNreplusielirsmeiiihresinIluontsderAssocialionfran- caise pmii-ravancemcnl dessciences,je neluspas

moins heureux

auprès deijuehpios anlres,elunimporlaiit subsidenousvintdo cecùlé.

lu

plus

(11)

GALLES DE

CYNIPIDES. 175 iiiiporlant encore nous l'iil accordé parle ^Ministèrede rAgriculluro, f;ràc('àrobligeance('clairéc et jilusqu'aimable de M.Cabaret, directeur de htcomptabilitédansce ministère. Enfin M.

Masson lui-même

nous tenditla

main

et,par

une

combinaison de librairiedontlascience doit luiêtreredevable,fitdisparaître les difficultésdernières.

Voilà

comment

a puêtre réalisée,quoique fort coûteuse, l'onivre importantequi paraîtaujourd'bui. Par son exécution presque parfaite, elleestdigne de Giraud,quil'avaitcourue;de Slrohmaycr,qui yconsacra toutsonart;des Arcliires

du

Miisrinn, (jui lui ont

donné

asile, et de riiospitalièremaison quiTaéditée.

Maintenant quelatâcheestaccoraplie,ilne

me

reste plus qu'àremercier du fonddu

cœur

tousceuxqui,parleurseff"ortset parleurtravail, ont permis dela

mener

àbien.

E.-L.BoLviEii., Professeurd'enlomolosie auMuséum,

Membredel'Institul.

(12)

INTRODUCTION

<. Ayaiil (loiiiK-. (li'iMiis(|ii<'liiiirs;iiiii('i->.iiiic alInilidii |iai'liciirn''n' à

r('lll(l(>(l.'S<:yili|.ides,j'aiciiliviMi^d.' c

•,!< rrdans un liaxail iiiniio-

i;ra|iirnnir.ai'C(iiii|(ai;iii'' de|daii(lir>M'pn'scnlaiit unli'rs i;i'aiid ikumIu'c i\r (iallrs.1rs

m

iiiihiTii \ iiiairriaii\ (|ii.- j'ai l'ass.-iiddi'S, soil dans les ,.ii\ii(>ns de \"ic ', soil dans les divci'scs provincrs de rcni|di'c d'Anli'Kdir.CeIcavail,Tdanl aclicM'.|Miui'i'ailaiijdiinrimiiMi'c((inununi(|U('' au |iiddic; mais, dt'sii'cnx de Ir ifiidir aussi c pli'l (|U(' |i<tssildi' rn (McndanI le clianiiidr

mes

l'iMdu'nlii's. j'ai crupi-i'IV'i'aldc d'eu aj(UMiii"r lapuldication. jus(|u'àcc(|uc je puisse (lisi.iiscrdes(«spi'ccs |)r(i|.i'."s au midi deriJn(i|M'.(|uc la hicnvcillancc de

mes

c'orr('s])OU(lauls

me

l'ail

ospércriiiccssamiucnl.

Cos lii;nes,('ci'ilcs par le !»' Cdi'aud, inr ni ledrliuld'unarfudc i|ui es! d'im|H)i'taur('rondamcnlalcau dduldc |i(iinldevue('nl(miiil(ii;i(|U('et (•rcid(d(.i;i(|uc, ri (|ui dalc de ISii!! I . I»,''Scelle é|MMiue. je savani liyinén(ii)lér(d()i;isleavaildoncrassendd*-lesmatériaux d'une|iuldicalii>ii

|dus im|.<)ilauleencore,(|ui n'a ce|iendauljamais vulejour.

Itanslaiiolicen(''cr(dot;i(|ue ipTil aconsacrée au D'(liraud,l'"airniaii'e dit (|ue' cetra\ail.<|nil'ùl r\r un \('rilalde monnuu'nt sci(Mitili(|ue. n'a pu être piddi(''à cause desloni;ues soulVi'auces(|uiminaientla said('' de l'aulenrel aussià causede lamodeslie duD'Ciiraud, qui, toujours aussi si'vèrepour lui-même(pi'ili''lailliienveillaulpourlesautres, no trouvait jamais ses i-eclierclies comidèles el hé'silail loui;lemps avaul de les livrer à la |)ul»licilé'> \^.\)i)UilcsdelaSm-. Enhun. de Fiaïur^ Paris,[iij

(1) J.l'.iRAUD,SifinalcincnlsiIpquelquesespècesnnuvi'llcsdr ('.\ni|iiili'sri deleurs('.ailes Verhandl.der K. K.Zoologisch-bolanischen GeseltschaftinWicnJ.IX,ISi.;»,.Vbliandl.,p. ;t:i:-;i7lK

(13)

GALLES DE

CYNIPIDES. 177

t.Vil, 1877). Mais, ioulen admirant

comme

ilcoiivicnl cette conscience

du

savant,onregrettaitquele

mémoire

annoncé par lui dans leslignes qui précèdentn'eûtpasété publié, et beaucoup de cécidologuesse sont

demandé

ce qu'étaientdevenuslesdessinsdontil parle.

Nous

avonsjadis e\|)liqué,dans une note insérée au Bulletinde la Société Enfomolot/iqifr(le

France

(1902,p. 7r)-77),

commentées

dessins ontétéolTerts parle fils duD'Giraud au Laboratoire d'Entomologie du

Muséum

d'Histoire Naturellede Paris, et

comment

l'éminentdirecteur dece Laboratoire, M. Bouvier, voulut bien nous proposer d'écrire un texte destiné à

accompagner

ces planches,pourlapublication desquelles

ilavait déjà pris qu(>l(|ues dispositions. Il étaitdès lorsentendu que planches et notes explicatives paraîtraient dansles NouvellefiArchives

du Muséum. Remercions doublement

M.Vaillantdelesy avoir accueillies, puisqu'ila ainsicontribuéàlaréalisation

du vœu

formulé par Fairmaire dans la notice déjà citée: « Espérons qu'un de nos recueils officiels voudrabiendonnerl'hospitalitéàcebeautravail età ces dessins.»

Des

difficultésd'ordre matériel nous ont

malheureusement

contraints àajourner pendantplusde quatre ans lapublicationdesdessins laissés par le D' Giraud. La reproduction exacte et fidèlepar les procédés lithographiques, seuls utilisables en l'espèce, des aquarelles et des dessins àla

mine

de

plomb

que Strohmayer avait exécutés,envéritable artiste,sousladirection scientifiquede Giraud,entraînait,

comme

onle

comprendra

facilement au seul

examen

des planches, des dépenses considérables auxquelleslesressourcesordinairesdesNouvellesArchives ne permettaient pas defaireface.Lesdifficultéséprouvées par nous de cefaitn'ont

pu

êtresurmontées que grâceàlabienveillance de M.Vail- lantet aux

démarches

deM. Bouvier.Qu'ilnous soitpermis deleur en témoignerici,respectueusement,notre profonde reconnaissance.

Nous

adressonsaussinossincèresremercîmentsà l'Association fran- çaisepour l'Avancement des SciencesetauMinistèredel'Agriculture,dont les importantes subventions nous ont permis d'entreprendrecetravail.

Nous

ne voulons pasoublier

non

plus

M.

Masson,l'éditeurdesNouvelles Archives, qui a contribué pour

une

large part auxfrais d'exécution des dix-huitplanches in-4''qui sont la raison d'être de ce

mémoire.

NouvellesArchives[luMuséum,4=série.

IX. 23

(14)

1'» (i.

DAumux

i;t c. iioUAiti)

Mii'ii(|iifIfs (•••(•idolo-iics .linil .iiiioiiidlini ;i l<Mir dispnsilioii Inutr

une s.''r-i.' de li;i\,ni\ .l,iii> lc>(nic|> Im',ui((iii|. Av -;i\\vs du.-s à des

Cynipidrs se h'-nivcnl lii;(ii-.'cs. il ||,,,l^ |.,irait (|iic la puldiralion des dessins Ac (iiiaiid idlViia. iicaiiiiiniiis, un irdi'irl considi-i-alili'. Ces dessins, diiiic cxrciili.Mi adiinrahlr. ii.iiis iiioiilrcid sous leurs asitects divers un i;raud iiduiIu-c de (•(cidics. (|ualn--viiii;l neuf exactement.

C-crtaincs on!('If'diTiilcs|.(iur laprcuiirrcj'oispar (liraud lui-même.(|ui les alai! dessiuerdejacon; Ilreaulanl (|Uepossildeeuévideuceleurs caraelèr'cs disliiielilV. (Jiieh|iies-mies sont assez rares, et il u'esl pas inutile d'en |)ul)lierun hondessin. Kaulresenfinson! de|iuis loni;len)ps connues, el les W-un'^ <pii en reproduiseni l'aspe.! el lecolorisavec

une

fidélile reniaripiaMe pcrinellronl de les recnnnaitre sans cvyouv possilde.

Nous

avons adopte ici.p,nirprésenterlesdessins de (.iraud. Tordre liotani(|in': les galless.nd ^roiipi-es dapn'-sla nature du suppoi'l. Kl.

pour un support déterminé, nous avonstoujours décritlesucrocécidies, puislespleurocécidies,

commençant

parlesf;allesdesfruits, desfleurs, de rextrémité destiges et des l)(uiri;eons. pour leiniiuei'pai' celles des tiges, des racineseides feuilles. Natui'.dlenient nous avons, toutes les l'oisipu'cela iKuislut possilde, l'cspectf' les descriptions jadis donu('es par (liraudlui-niènie.deFaçonàatlinmer. autant (pu- fairesepouvait, les regrets (juedoit inspirer aux c('cid(doL;uesla (lispari(i(Ui i\i\ texte(|ue Giraudavait pr.'pari- poui'accompa,t;uer ces(h-ssins.

Pour

(dia(pM' ci'cidie, nous avons ensuite indicpu' les

noms

des principauxauteui's(|uiontétudié lastructure anatonii(|ue delagalle,et nous donnons, en terminant, un aperçusurla ré|tarlitiongéographitpic, telle qu'elle résulte d(!s travaux actuellement (luhliés, mais en nous limitantaux espècesvégétahvscontenuesdans ce

Mémoire.

1.

QUKKCUS

CKIUIIS L.

1. Cécidie des fruits produite par le Neuroterus glandiformis (Giraud).

PI. XII. flg. 1.

Lajoliegalledu .yri/iofm/sf//ff/tf/i/ormis aétépour la première fois signalée par Giraud(IXiJÎ),p. IJr»^), n" 2y,(pii la décritconnue ilsuit:

(15)

GALLES DE

CYNIPIDES. 179

« Ellesenionlrc,on

mOmo

temps quelespremièresfeuilles,sur Quevcus cerris, et arrive à sa maturité vei'S le milieu du mois de mai. Elle ressemble parfaitement au jeunefruitdecetteespècede chêne,et c'est probablement pour cette cause qu'ellen'apas étéremarquée, jusqu'à présent, (|uoiqu'ellenesoitpasrare. Elle est cependantplusprécoce et a d('jàfonte sa ^l'osseur ;i ('('poipic où les t^laiulsnesontencore que.

l'udimentaires. Lapartie c(»rres|)ondantcà lanoix tlui;landestverdàtre, un peu convexeetoml)ili(iuée au milieu;celle (pii re|)i'ésentele calice est couverte d'expansions squamiformes, charnuesetvariéesdediverses nuances de vert et de rouge. Ces

deux

parties nesont distinctes qu'à l'extérieur.

Tout

lecorps delàgalleforme une

masse

charnue, delacon- sistanced'unfruittendre,tpiicontient, verslabase,un

nombre

variable de|)etitescellulesrenrennantcbacune unelai'veon\\\\insecte.

Un

pétiole courtetépais,

comme

celui(|uiporte lesglands,lixeaussices gallesaux

rameaux

et

démontre

clairement(|n'ellesne sontqu'une transformation du jeunefruit. »

Le dessin en couleurs(pi.Xll, fig. 1)l'cprésente ^hnw cécidies

com-

priméesl'une contrel'aulri' ; leur

sommet

est vertet

muni

d'unpetit tubercule central,

conformément

à la description qui précède; les expansions portées par lacouronne basilaire ([ui simule la cupule du glandsontd'unbeau rouge-carmin.

Al'tkichf,:Giraud,Mayr, Paszlavszky, Szépligéti.

Iiaijl: Trotter.

2.Cécidiedesfruitsproduitepar VAndricus(Callivhytis) glandiumGiraud.

PI.XXIII, flg. 11.

Aprèsavoir décritlafemelle d(^l'A.(//a/it/itn//.(Wraud(IS.'iO,p. 355, n"1)

donne

les indications suivantes surlacéciilie: » Elleconstitueune

masse

dure,deformeet de

volume

variables, placée entre l'enveloppe

du

gland du chêneetsa noix, quiollVe une dépression pour la loger.

Chaque masse

contientun

nombre

decellulesproportionnéàson volume, trèsrapprochéeslesunes dosautresetcontenant

chacune

unelarve qui ressemble

beaucoup

à celle dos grandes espèces de Ci/ziijis,mais se

(16)

IKIi G.

DAUBOUX

KT C. IlOUAUD.

ticiil dans iiiir |Misili(iii iiKiiiiscuurlMM'. j'ai Irouvf' assez ri('i|iiciiimciil relie-ail.-dans lesi;laii(lsde(Jurrm.rm-'is. à l'.>|,(.(|iie on ils tdiid.eid lie Tai-lir-e ; sa [in-siMice esl (iiie|(|iier(ii> i-.'\ ('li'e |iai' un i;()nlleiMenl partielmuparunei-iailliiiedu -land;maiscela n'esl|)asconstant.

Depuis deux ans. je c(pusei\eiHii;i'aud nondire deces galles sur la terre maintenue liundde par de rr('(|uenls arrosenieuls ; les larves paraissent Itienportantes, mais il ne

sup^re

aucune transformation...

Je dois six l'enudles à la i;énéi'osil(' de .\li-. Ileindioleu.<pii les avait oliteuuesdei;allesconservf'es de|(nis Iroisaus.

Ledessineu..udeiirreproduitici>pi.

W

11

1

.Ii,u.II,UKUiIreàriutéri.'ur dereuNel,,ppe lirmie(Tmi t;laud plusieurs pelii.'s ^;allesde I ou 2 mil- limeires(lediauM'Iri'.serrées lesunes((•ulre les autres el iVnwv leiiile

ALTiticiii, : Cdraud, Masr, .Mik.

An(;li:ti;iiiu; : C-amerou, Fitcli,

Ormerod,

iloli'e.

3. Cécidiedesfleursmâlesproduite par VAndricussestivalisGiraud.

PI. XIX, flg. 1, 2, 3.

D'après (lii'and (IS:i'.l. |i.iî.'ir., n".'!, la ^alle pr(.(luite par r.l;/^//7V7/.v ,rs/ini/is•Ala iormed'iiu i;ol)elel à uioilplein:iiiH'cloison horizontale, ondjilicpu'eaumilieu,la diviseen deuxpai'lies: unesupi-rieure \ide et largement oineileelune iuleriemec(uileuanl uneseide coipu'très ilure, étroitementeudioileedanslasulistauce corticale,cpiiamoinstiesolidité.

Cette galle se trouve toujoursgrcuipc'een nomlire vai'iahle sur les lleurs mâles des grandschèiu's deI"espèce fv/v/vet l'oiineune

masse

souvent régulièrement arrondie, du

vidume

d'uiu' |ielile ponune. Sa couleurest

un mélange

de\erlpâlei>\\louée, deinsccl (leroilgeàlre. Le p('d(Ulcule, portant cette agglomeraliou de galles, s'(''|iaissil, de\ieid ligneux et disparaîtsouvent sousla masse, desorte(pTil n'est pas lonjoui's facile de reconnaîtreleui' v(''rital)le si(''ge.

L'apparition decelle gallesuitde pr('s ((dledela lleur. L'insecte se montre dt's les derniersjours dejuin el au ((Mumeuceuieul dejuillet.

(17)

GALLES DE

CYNIPIDES. 181 Parmi

deux

cents individusquej'aiexaminés,jen'ai trouvé que quatre mâles.»

Destroisdessinsen couleur(pi.XIX,lig.1-3) qui serapportentà cette fi,alle,un premier(fig. 1) représentede façontrèsfidèle, fixésur le côté d'un

rameau

garni de feuilles,

un amas

arrondi decécidies mesurant 30 millimètres de diamètre environ; parmi ces galles, les unes sont encore fermées à leur extrémité, les autres sont

munies

d'expansions plusoumoinsrégulières;toutessontvivementcolorées envert clair et enrougefoncé.

Un

seconddessin(fig.2)reproduit

un

groupe de cécidies déjà âgées,

un

peu sèches, teintes en brunviolacé, ouvertes pour la plupart. Enfinlafigure3 représente en grandeurnaturelle

une

cécidie isolée,avec soncourt pédicelleetsa

grande

cavitéinterne.

Autriche: Giraud, Mayr, Paszlavszky.

Angletehri-: :

Cameron. —

Italie : Massalongo, Gecconi, Haidrati, Corti.

AsieMineure : Riilj- saamen.

4. Cécidie des fleurs mâlesproduite par VAndricus grossulariœ Giraud.

PI. XIII, fig. 2.

Letrèsjolidessin coloriéquel'ontrouverareproduitici(pi.XIII,fig.21) estsanscontreditleplusbeauque Von possède delacécidieprovoquée par VAndricus yrossalarixsur les chatonsmâles du Quercuscerris.

De nombreux

échantillons delagalle, de taillesvariées, mais tous d'une superbeteinterouge-groseille violacé, sont figurés, isolésou réunisen grosamas,surleschatons.

Giraud(1859,p.358,w" 5)

donne

sur ces cécidieslesquelquesrensei-

gnements

ci-dessous:« Lesgalles d'abordvertes, |)uisd'unbeau rouge quelquefoisun peuviolâtre, ont le

volume

etàpeu près la forme d'un graindegroseille;leurextrémitéforme une petite pointe aucentre de laquelle setrouve

une

ouverture

communiquant

avecune cavité quien occupe lamoitié supérieure ou

même

davantage :entre le plancher de cettecavité et labase delagalle setrouvelogée lapetitecoque ovoïde qui contientlalarve oul'insecte.Lacoque estdure,presqueligneuse, maisl'enveloppe extérieure est plus molle et un peu charnue, àl'état

(18)

18-2 G.

DAKBOLiX

KT C. HOUAUI).

tV;iis.Tes ^allrssir-nil siii'1rs Uniesiiiàlrsde (Jii,',<(isrrrriscl,parla Ilïailiri'c ddiil elles sei;r(iu|.eill surles|ii-(l 'llles.elles resseililileiil. à s'y lroiii|)er, à unei;ra|i|)e îlej^roseilles.J'aimi plusieurs vieuxclK'iies telifiiUMilcliarj^ésîlecesi;ra|)|tesipidu lesaurail |nis|)(uir îlesgroseil- liers^i^antes(|nes. l'ar- unesinii,ularili'(|uin'esl pas raredansl'Iiistoire desi;alles. ces

mêmes

arlires n'en |Mirlai(Mil ainiine laum'esuivaiile. » Airiticnii: (liraud, Mayr, Pas/.lavs/.k\. S/c|)lit;cli. Midluer'.

Itmji;:

Trotter,Cecconi,Corli,Ti'otltM-eti^ecconi.

5. Cécidie des fleurs mâles produite par VAndricus burgundus Giraud.

PI.XII, flg. 2,3.

<• Lesf^allcis de cette es|iè(e se irouvenl, au priulemps, sur (Juercus

crrris,

connu

aussi sousle

nom

\uli;airede ('.hr'uede lîouri^oi^ne; mais .diessoniIr.'si"uvs.l';ilessont(|Uel(|ueroisréuniesau noml.re de 10à I'.>

surunl»ouri;coiidoid il m- reste plus(|ue(pnd(|ues<''cailles.('.lia(|uei;alle cousisie en unepelile co(pn' dure,de couleur rousseclaire, de fdi'ine ovoïde, lauloi un peu allon,i;('c. lanlol plus courte, à peu près du

volume

dnii i;rain de millet. Danstpndcpn'scas,i"ai (dtservi- une seule i;alle siéj;("ant à la base du pédoncule des lleurs. Il nie parait ipie les étaminesson!le sièi:;eprimitil'deeetleespèce,e| la réunion (11111 i^rand mimlire deî^alles.enunseul point, niesenihie provenir de la Iranst'or- niationdeces ori;anes.àune('po(pieoù ils(daieidencore renrermés dans

le lK)iirt;(M)n. La sortiede l'insecte alieu de

honue

heure ; le l(i mai,

j'ai obseivi'plusieursi;;illes déjà

abandonnées

;celles(piiidaient eiiccu'e entières iiniiil ronriii, lesjourssuivants, 2.")individus. |)ariiii les(pielsil

nese Ironvail (piedeux mâles (liraud, IHaî), p.WM),n"(i .

Sur nu

rameau

(piiporte lat<'raleiiieutlesdeuxbellesi;alles du \riini- Icrns iihindilhniiis (iiraiid nieniionné plusliaiil. (Uivoitau-dessus (d au- dessousdecesi;alles,(dàl'aissellede

deux

chatonsmâlesipi.XILlii;.l'i,

deux

amas

dep(ditescécidic^sdeteintemarron,clia(|uecécidieniesuranl environ I millimèli'e de diamètre.

Lu

dessin au crayon. |dac('àc(')t(''du prcc.Mleiit. lepr.-.seiile â iiii,i;r(.ssisseiiieiit deS diamètres einiroii deux deces cécidies. isolées lii^.W).

(19)

GALLES DK

GYNIPIDES. 1«3 LesgallesduesàVAndricKShurr/tf/idus ne paraissentpas aussi rares

que

ledit

Girauddans

ladescriptionrapportéeci-dessus. Ellesrappellent

beaucoup

cellesde VA.circu/ans, à ce point que Giraud lui-mêmes'yest

trompé

etaenvoyéà G.

Mayr

les dernièresà laplacedes premières.

Autriche: Giraud, Mayr, Wachtl,Szépliséti.

Allemagne: Schlech- tendal,Mayr.

Italie:Stefani.

Suisse:

Uhlmann.

6. Cécidie de bourgeon produite par le Synophrus politiis Hartig.

PI.

XXVI.

Lafîgui'e 1delaplanche

XXVI

représenterun

rameau

deQiicrcus eerris portanttroisexemplaires delacécidiedue au Synophruspolitas.Mais

deux

deces gallesseulementsontbienvisibles;latroisièmeestpresqueentière-

ment

cachée parles feuilles etparle

rameau

lui-même.Elle est d'ailleurs plus petite que les

deux

premières. Celles-cisont de formearrondie, presque sphérique, etlaplusgranded'entreelles,placéeàlabaseetsur lecôtégauche du rameau,

mesure

au

moins

10millimètresde diamètre.

A

gauche delafigureprincipale,unjtetitdessin(fig.2)représente unegalle sectionnéeparlemilieu, de façonàbien montrerles paroisépaissesen- tourantlagrandecavité larvaire; onvoitaussisur ce dessinlecanalde sortiequi alivrépassageàl'insecte.

Les

deux

cécidies représentéesicisont l'uneet l'autredeformepres- que sphérique,ettoutes

deux

donnentinsertionàleursurfaceàdesfeuilles atrophiées, qui n'existent pasdanslaforme typiquedécrite parHartig.

Cetauteur dit simplement que lagalle, dontlasurface est

parsemée

de petitesverrues de teinteplusclaire cjue le fondetdepoils étoiles très courtsetcaducs, peut présenteràson

sommet une

papilleconiqueou

un

ombilic, suivant lecas. Lagallefiguréeicih l'extrémité supérieureest, eneffet,ombiliquée.

Massalongo (1893) et surtout Kiister (1903) ont étudié d'assez près l'anatomiedesgalles

du

Sy^iophruspolilus.

Autriche: Hartig, Giraud, Mayr, Paszlavszky.

Italie:Massalongo, Misciattelli,Trotter,Cecconi,TrotteretCecconi, Corti.

(20)

184 G.

DARBOCX

KT

C HdUAUD.

7. Cécidie de bourgeon produite par VAndriciis multiplicatus Glraud

PI. XVIII. flg. 1.

Nous

pourrions, àla ri};,U('ur,nous((nili'iili'i- dr ic|)i(Hluii<'icilades- criptionque Giraud (1859,p. 3<>0, n°7)a laitedecellecécidie;ilsemble eneffetqu'elleaitété écrite|)Ourservirde légende au dessinreprésenté parla ligureIdelaplancheXVlII.«Cette^^allesetrouveexclusivement sur QuercKscerris;ellese montre dèsle

commencement

dejuinet livre l'in- secte pendantlemoisde.juillel... Ellen'apasunecon(if;uration régulière etconslante.

Vue

surl'arlue. rllc lesseiiilile ;'i iiii|>;i(|iiel defeuilleschif- fonnéesetpressées les unescdiilre lesaiilres. Imi Texaininant deprès, on reconnaît

un

épaississonieiil iiilonne et assez l'orldu pétiolede la feuille,dontlapartieinférieure se plisselorleiiieiil,tandis

qu

'sonextré- mitéest ordinairement

moins

déformée. Celle es|)èce d'intumescence devient dure,pres([ueligneus»; ets(^couvre d'une pubescencerousse, très courteettrèsserrée. L'intérieur contientun

nombre

variablede cellules sansordredéterminé. »

On

retrouvebiensurledessin re|)roduili<'i l'amasde feuilleschiffon- nées dontparleCiraud.feuillesplutôt eiichevèlri'es entreelles (piepres- séeslesunescontrelesautres.Mais, enoutre,àlabasedu

rameau

etau niveau d'un bourgeon,lafigure

montre

encoredeuxfeuillesdontlespé- tioles,fortementrenflésàlabase en une

masse

piriformed'unecouleur terrede Sienne,sontentourés parles

nombreuses

écaillesdesbourgeons, finement veluesetcolorées

comme

lesrégionsiciiib-esdespétioles.Cette

partiedu dessin

permet

de

comprendre

raeilciiienl la structure de la régionsujjérieure

du rameau.

Autriche: (iiraud, Mayr, Pasziavszky, Szépligéti, Tavares.

Italie :

Massalongo,Cecconi,Trotter, TrotteretCecconi.

Bulgarie,Monténégro, AsieMineure:Trotter.

8.Cécidie debourgeon produitepar VAndricus cydonise Giraud.

PI. XVIII,flg.6.

« Cettegalle,(piiaquelque ressemblance avec lefruitdu(Cognassier, siègesurlepétioledesfeuillesde(Jnercus corrisou surlacime des jeunes

(21)

GALLKS DE

CYNIPIDES. 18S pousses. Elleforme

une masse

dure,

un

peu irrégulièrement arrondie,

du volume

d'une

amande,

brièvementtomenteuseet couronnée desplis delafeuilledéforméeou émettantplusieursfeuilles,

quand

ellesiègesur la tiged'un rameau. La substance, d'abord un

peu

charnue,acquierten- suite

une

assezgrandesolidité etdevientpresqueligneuse.

A

l'intérieurse trouventplusieurs petitescoques engagées danslasubstancedelagalle, au fond d'un petit espace caverneuxordinairement ouvert.

On

trouve, maisassezrarement,cetteespècevers lafindemai. J'enai obtenul'in- secte,engrand

nombre,

depuisle 2jusqu'au 8 juin. Ilestfaciledela confondre aveclagalleàW.multiplicatus...Elleesttoujoursplusprécoce, saforme estmieux déterminée,et ellen'estpas couverte des

nombreux

plis dela feuillequi distinguent cettedernière»(Giraud,1859,p.357,n° 4).

La très belle aquarelle exécutée par

Strohmayer

et reproduite ici (pi.XVIII,fii,. 6)montre,àl'extrémitéd'une branche,

un

petit

rameau

latéralvert, fortementrenfléen

une

grosse

masse

arrondie de

20

milli- mètres de diamètreenviron, teintéeen vertsombre,etdont lasurface estcouverte depoilsblancs trèsfins.Surcerenflementprennentinsertion par unelarge base les pétioles de plusieurs feuilles, de chaque côté desquels onaperçoitlesstipulescoloréesen marron.

Autriche:Giraud, Mayr, Szépligéti.

Italie:Massalongo,Trotter, Stefani,Gecconi.

Bulgarie:Trotter.

9. Cécidie de tige produitepar VAphelonyx cerricola (Giraud).

PI.XXVII,flg.7.

Giraud(1850, p. 346, n° 7)a décrit l'insecte sous la dénomination générique de Cynips etajoute : « Lagalleque produitceremarquable Cijnips setrouve surles

rameaux

de Quercuscerris L.etprincipalement surlesjeunesarbres. Elle aquelque ressemblance avec

un

petitBolet;

sagrosseurvariedepuiscelled'unpoisjusqu'àcelled'une noix;saforme n'a riende constant;ellecroit,tantôt isolée,et est alorspresque sphé- rique,

ou

setrouve réunie en paquetsquiembrassentlatiged'un

rameau

etluiforment

une

espèce d'anneau

composé

de piècesserréesouencla-

Noi'VELLEsArchives duMusédm,4'-séiic.

IX. 2i

(22)

186 (J. DAlUKtlJX HT C. IIOIAHD.

véeslos iinosdansles aiilics. l/iiiscrlioiisrl'ait |>ai'un |i('Mliculp lii;iiou\

quis'onf^aj^t'dans unel'cnlc|ii(i(hiilr pacr('carli'iM(Milde récorcccldos fibres lif^nouscs sons-jacrnlcs.

A

l'i'lal liais, la i;allcestd'un vertpàlo, sanséclatot louvcrlcd'unduvetcourt;pluslai-d,elledevient d'un jaune grisâtreterne; ses parois,("iiaissescl li-èsdur-es, s'«''cartentpour former une cavili' inh-i-ieurc(|iii rciii'ci'inc une on

drnx

co(|nes ovoïdes, iso- lées,ettenant pai-un lioiit à la Uasc i\rla i;allc.Ilarrive assezsouvent queces co(|ues n'cxislcnl pas;lesinsectesque Ton obtient alorssontou desSf/nerf/i/s. on desPaïasiles. Il n'estpas rarenon plus queces galles soientdévastéespai' laclienillede(iifi/)/ii)///anmi/f/da/nfia Schni., qui se nourrit de leursubstanceelsetransforme dans leur intérieur.Lagalle

commence

à paraître veislalinder(''téels(!dessèche en octobre sansse détacher; l'insecteseinonli'c en(b'ceinbicel(piebpiefois

beaucoup

pins tai-d. »

Ledessinreprodnildans lalignre7delaplancheX.W'IIreprésente,en noir,

un rameau

(piiportesui'une longueur deplusieursentre-nœuds des renflementsfortementsaillants,agglomérés, com|)riméslesuns contreles autres;leur surfaceest lisseet nionli'eparplaci-sdepetitesdépressions peu étendues.

L'étudeanat(iini(piede celle ciM-idie est encore incomplète, etlepeu quenous savons àcesnielest duàMassalongo(l<S!i;)).

AuTiuc.in:: (liraud, I*'.

Low,

Mayi', l'aszlavs/.ky, ïavares.

Bulgarie, MoNTi-NKiaiu, Asn:MiM-riiF. :'frotter.

Iru.n: : Massalongo, Misciattelli, Trotter,Cecconi,Trotteret (^eccoiii.

10.Cécidiedetige etdefeuilleproduiteparleNeiiroteriissaltans (Giraud).

PI.XXIII.flg.6-9.

Lescécidiesrepréseutt-esdansles ligin'esà!)delaplanche XXlllfurent d'abordsignalées par Kollar (18;)7i. (piidésignal'auteur deces galles sousle

nom

de ('ipiips salietis,mais nele décrivit point. Retrouvée par Giraud(I8y0,p.3;iI,n° 3), cpii pnlobtenirle(^ynipideeten

donna une

bonnedescri|)lion,lagalledu.\i'nrntriitssaltans

adonné

lieudesapart

(23)

GALLES DE

CYNIPIDES. iHI aux observationsqui suivent: «Ellesiègesurlesfeuillesde Quercuscer- ris et setrouve souvent réunie en grand

nombre

lelong delaface infé- rieuredelanervureprincipaleou surlecôtéopposé;plusrarement onla voitsurlacime de jeunestiges.Sa formeestcelle

du

ventred'un fuseau ou

mieux

d'une navette detisserand;ses bouts, plusou

moins

amincis, sontmousses,etsalongueurestde2 millimètresenviron.Laface corres- pondanteàlanervureestparcourue danstoute salongueur parunecrête servantdepédicule, quis'engagedans

un

écartement desfibresdecette nervure. Ce

mode

d'implantation aquelque analogie avec celui dela galledu N.ostreus,maislagalleadhère danstoute salongueur, et l'on voittoutauplusquelques fragments d'épidermesurlesbords de lafente dece côté,aulieudeces valves régulières qui distinguentl'autreespèce.

Cette galle estlisse,d'abordd'un vertptîle,puis plusou

moins

l'ouge; ses paroissontminces, duresetnerenferment qu'unecellule.Cellesquel'on trouvesurlestigesont presquetoujoursunesurfacc raboteuse etsontd'un rougeàtre obscur.

Dans

certainesannées,cetteespèceest trèsabondante;elle estbeau- coupplus raredans d'autres;elle paraît dès la dernière quinzaine de septembreetsedétachependantlemoisd'octobre.Quelqueséchantillons del'insecte pai'faitsesontdéveloppés au moisd'avril,maisle itiusgrand

nombre

n'aparuqu'àlafm de septenibreetau

conimeneement

d'octobre suivants.Je

présume

eependiintque ceretarda étéoccasionnéparlescon- ditions défavorablesdanslesquelleslesgallesont étéconservées.

La

singulière facultéque possèdecetteespèce degalle, d'exécuter des

mouvements

spontanés, est

un

fait curieux queje n'ai

remarqué

dans aucuneautre. C'estdanslecabinetde

M.

ledirecteur Kollarquejefus, pour lapremièrefois,témoin dece

phénomène,

quinoussurprit autant l'unquel'autreparsanouveauté,et dont M. Kollar

communiqua

peu de joursaprèsl'observationàceltesociété. De|)uislorsj'aijoui plusieursfois decetintéressant spectacle.

Dans

uneboitecontenantplusieurs centaines degalles

récemment

recueillies,ces

mouvements

étaient continuels,et la chutedeces petitscorpssurles feuillesproduisait

un

bruit semblableà celuidelapluiecontre

une

vitre.Laforcedeprojectionétaitsouventassez grande |)ourporter hi galle à la dislance de1 à 2pouces; mais quel-

(24)

188 G.

DAUUOUX

ET C. IIOUAIID.

(induiscelle-cinefaisait(|uoseroiilei'sui'elle-mèiiie.Aiiiitle

me

rendre

compte

decetteespècede locomotion,j"ai ouvertles f^alles,surle côté, en ayantlaprécaution dene découvrirlalarve(|u'enpartie,sanslablesser;

puis lareplaçantsur une surlacc iiiiicet

armé

d'une

bonne

loupe, j'ai attendu que(pu'Upiemouvemeiilse prdduisit.Voicicequej'aiobservé.

Lalarve,(|iiinedill'èrepasdecelledesvrais('i/niiii<li's,selien!courbée sur elle-même,îlesorti'(|U(' leboutanalaii'iveau(•(julacldela lèti-:dans cetteposition,lesdeux extrémités delacellulenesont|)as remplies.La petite larve,parun

mouvement

brusque d'extension detoutb;corps,pro- duit

une

secousse assez forte pour déplacer la j^alle. Leslarves, ainsi misesàdécouvert, n'ontpas exécuté devéritables sauts, maisle

mouve- ment conununiqué

àlacoqueétaitassezénerii,i(|uepoui' lafaire tourner surelle-même..1"ai conslali'la persislance decelle l'acuité locomotrice surunassez i;rand noiid)redegalles,juscinàlalindaviil.Iln'estpeut-être pasinutiled'ajouler(|iraubon!de(piebpie lenq)Sdei-e|jos sui' la terre

ilneseproduitplusaucunmoiivenienl; mais,sil'onvientà lesdé|)lacer, l'agitation

recommence.

Olivier[Ilist.Ins.,t. 11,p.318)avait déjà signalé cette facultélocomo- trice de certaines galles,mais il n'indique |)as sur laquelleil avait fait cetteobservation. »

Lafigure (pi. XXIIi) montre de

nombreuses

petites galles sur les nervuresprincipalesdedeuxfeuilles e( àla l'aceiid'(''rieureousui)érieure decelles-ci;ces cécidies sont verdàlresoucoloréesen rouge. (Quelques galles

môme

sont tombées, el la neivinc montre encore, àla place qu'elles occupaient,les

deux

lèvres saillanlesde lacicaliice. Lei-ameau quiporteles feuillesmonti'e aussidescécidies,au

nombre

deluiil,d'uni;

teinte violet fonc(''. bjHiii, sur le cùh''. trois |)elits dessins,

deux

en couleur (fig. 7,<Sj, l'autreen noir(lig.!)j,montrent,à un grossissement de iou;j diamètr<'senviron, descécidies isoléesdontlaformeestcelle d'un fuseauet répond absolumenlàladescripli(»nde("lii'aud;leui' leinte est verteourougeàtre.

Ainiiiciii; : Kollar, (iiraud, .Mayr, l'aszlavszky, Szépligéli,Tavaros.

Itai.m; : Massabm.i;.».'l'roller,Slel'ani.C.'cconi,TrollerelCecconi.

(25)

GALr.ES

DE

CYNIPIDES.

11. Cécidie de tige produitepar le Neuroterus macropterus(Hartig).

PI.XXVII,flg.9.

Lafigure dela planche

XXMI

représente un

rameau

de Quercus cerris fortementrenflé

un

peu au-dessous dupoint d'insez'tion de

deux

branches latérales. La surface du renflement porte

même

latrace de quelques bourgeons avortés; elle est finement striée et

montre

de

nombreux

trous d'éclosion.

On

sait,eneffet,quelescécidies

du

Neuroterus macropterussont plu- riloculairesetseprésententen général avecl'aspect figuréici:lesrenfle- ments peuventatteindrejusqu'à40 millimètres de diamètreetmesurent en général de 80à 120 millimètres de longueur. Sur des

rameaux

plus jeunes que celuiqui a servi de

modèle

àStrohmayer, lesgalles sont souvent couvertes denodosités. Enfinles

chambres

larvaires,de

forme

ellipsoïdale, ont généralement leurgrand axeorientéperpendiculaire-

ment

àlasurface.

Autriche: Kollar, Giraud, Mayr, Pasziavszky.

It.\lie: Massalongo, Misciattelli,Trotter,TrotteretCecconi.

AsieMineure:Trotter.

12. Cécidie de tige produite par le Djyocosmus cerripbilus Giraud.

PI.XXIII, flg. 10.

Aprèsavoir

donné

ladiagnose

du

genre Drtjocosmuset la description dutypedecegenre,Drjjocosmuscerripkilus,Giraud(1859, p.354, n" 1) s'exprime ainsi en parlantde lagalle: « Elle croîtexclusivement sur Quercuscerrisetsetrouvepresquetoujours surde jeunesarbres.Sur

un

pointdesrameaux, ou

même

desbranchesprincipales, sedéveloppe

une

nodosité ou renflement variqueuxqui

comprend

toute lapériphérie de latige.

Dès

le

commencement

dejuin, l'écorcede cestumeursest

peu

à

peu

écartée par

un nombre

considérable de petites galles, arrondies, obovales oufusiformes,quelquefois presséesles unescontrelesautres et

comprimées

sui'les côtés; les plusgrosses atteignent rarement le

(26)

*»0 G.

DAUBUUX

ET C. HOUAUl).

voliiiiic (l'iiii noyau de fci-isc. Le raiiKMii sciiilili- alors entoura' d'un anneau«'pais,dans l('(|ucl soni «MR-liàssécs, par- un IkiuI,une l'oule de

ji;alk's,indépondanirslesunes desaulrcs,maispi-ossécs ((jiMnielcspicrrt's d'unpavé docailloux,(lesji;allessont uniloculaires et couvertes d'une écorcelisse, (endre,mince, d'unvert|)àlesouventnuancé deroseou de ruufi;eàtre, et luhi'éliét»parune matièresuticc.dniil lesfourmissont très friandes.Au-dessous decette écoi'ce estunecoipicdure, dont lasurface présente (|uel(|ncs faillescanuriures. Kn lesdétachant séparément, on voit quelles liei ni à la substance lij;neuse de l'anneau par îleslila- mriils(pic l'onpeu! siiivi-ejuscpi'au voisinagedelamoelle. Ilest r<'inar- (pial)lequetoutesles galles d'un

mémo

anneau n<! se développent pas toujoursà la

même époque

et qu'iln'estpasrared'en r(>ncontrer detrès fraîchesàcôtédecellesdel'année |)récédente..l'aiobservé que(|uel(pies- unessedétachent dèslemois dejuillet,tandis(|ueleplusgrand

nombre

sedessèchesui-place et persistejusipi'à l'aniKM'suivante;c(>sdernières paraissent intactes au premier abord, mais, en les (b'Iachanl, on voit (pfcllcssont|)crlorécs,pi'èsd<'leur base, d'unpetit Itou mas(pi('parles galles voisines. Pendantlongtenq)s,j'airecueillicelteespèce,à diverses époques del'année,sanspouvoir enobtenirl'insecte producteur;mais ellem'afournide

nombreuses

légionsdeSijnergusetde parasites dela familledes C/iaic/t/iens. M'étanl enfin a|)erçu de la chute spontanée de quelques-unes deces galles,jelesai ramassées de

bonne

heure,etj'en ai extrait, àlatindentjvembre, une dou/ained'individush\v\\dévelop- pés, vivants,maisn'ayantpasencore counueuct'àpei'cer.

l^a sortie spontanée doit se faire, sans doiilc, au printemps pro- chain."

Surun

rameau

deteinte grisâtre se voient(pi.XXlil,lig.\0)troisreu-

Hements

dontlasurfac(î,teintéeenmarron,est striéelongitudinalemenl et tloul ri'corce fendue laisse saillir de uoudtreuses petites masses pirib)rmes,isctb-csou serréesI«îsunes contrelesautres,et(pii sont des gallesàtons lesétatsdedéveloppement. Cespetitesmassesont l'aspect d((minuscules

ponnnes

d'api; Icm' surface est verte etteintée parfoisde placpiesd'unbeaurouge, l'arnii lesdessinssiremar(|uablesàtouségards (jue Ciiraiid a laite\('cuter, celui-ciestcertesl'undes

mieux

réussiset,à

(27)

GALLES DE

CYiNIPIDES. 191 cou|) sûr,

rimnge

l:iplusfidèle ot la|)liisbelle quiaitjamais été publiée delacécidieduD/\i/Qcosniusccrrip/tllus.

Autriche: Giraud,

Mayr

(<Cécidierare).

Italie:Cecconi.

13.CécidiedefeuilleproduiteparleChilaspisnit.ida(Giraud) PI.XXIII,flg.2.

La

galle du C/ii/a.yiis nitida a été découverte par Giraud (1859, p. 361, n° 9), dans laBasse-Autriche, etvoici d'abord la description qu'ilen

donne

: «Ellesiègesurlaface inférieuredesfeuillesde Quercus cerrisetest attachée aux nervures secondaires par

un

pédiculetrès court ettrèsmince.Elle estparfaitement ronde, d'un diamètre de 4à 6 milli- mètres,d'un beauvert clair et couvertede petits filaments très courts, maistrèsserréset

comme

feutrés.

En

examinantces filaments àlaloupe, on reconnaîtqu'ilssontgroupés enpetits faisceauxsemblablesàceux de lagalledeC. lenticularis Oliv.

ou

Neuroterus MalpighiiHart. Lesparois decette gallesont assez épaisses,spongieusesetde consistance médiocre;

à leur centre, estune cavité unique.

On

la trouve pendant le mois d'octobre,maissaduréeest courte:aubout detrois semaines environ, ellesedétache

spontanément

de lafeuille etconserveassezlongtempssa fraîcheursurlaterre; puiselledevientgrisâtreetenfin prend une cou- leurdefeuillemorte.

L'insecte n'aparu qu'aumois d'août suivant, retardé,sansdoute,par lesconditionsdéfavorablesdanslesquelleslesgallesont étéconservées. »

Le Gynipide auteur decette galle estdésigné par Giraud sousle

nom

A'A?idricusnitidiis.

La

figure2dela plancheXXIII représenteàlaface inférieure d'une feuilledeQuercusceiriscinq petites gallessphériques, detaillesvariées, mesurant de3 à 5millimètresde diamètre. Leurteintegénéraleest vert

sombre

;maisleursurface se

montre parsemée

d'un très grand

nombre

dejjetitesmaculesjaunes, quitranchent nettementsurlefond.

Autriche: Giraud, Mayr, Paszlavszky, F.

Low,

Szépligéti.

Italie:

Gorti.

Allemagne: Schlcchtendal. (Get auteuraintroduitlagalleau

(28)

192 G.

DARBOUX

KT C.

HOUAMD.

jardinbolaniiiiird."\\;\\\o;i.S;i;ilr

m

ISSS,<!IrClu-ni"jus(|ih'-I;iiiitV'cond adéveloppé dosj^huuls iioiinaux.l

14.CécidiedefeuilleproduiteparleNeiiroterusminutulusGiraud.

PI.XXIII,flg. 3,4,5.

A

lafacesupérieurodolafeuillododroitod'un

ramoau

de Quercuscervis (pi.XXIII,flg.4),sontreprésentéesneufpetitesgalles,qui sont cellesdu Neurotenisminutit/ns.Ces petitescécidies,deteintejaune,atteignentà peine 1 millimètredo diamètre.

A

droite

du

rameau, au-dessous de la feuille,undessin on couleur(fig. u) montre, sous

un

grossissement de 10 diamètresenviron,une deces petitesgalles,isoléede son support:on aperçoit trèsnettementà sa surface de petitstubercules saillants,très

nombreux, marqués

chacun d'unpointsombre;à leur

sommet.

D'aprèsGiraud(1859, p.353,n"i),« lagalle est

une

desplus|)otites, maisaussi

une

desplus joliesdecelles qui se voient sur lechêne. p]llo estuniloculaire, assez dure,ronde ou

un peu

aplatieverslepoint de son insertion et

du volume

d'unepetite tête d'épingle.Sasurface esttoute couvertede petits tubercules mousses, assez serrés, etlacouleurfon- cière,d'abord d'unblancdelait,devientensuited'unvertjaunâtretendre, et,versl'époque delamaturité,les tuberculessont souvent d'unbeau rouge.

On

trouvecette petitegalle,verslafind'octobre,surlereversdes feuilles de Quercus rerris, aux nervures latérales desquelles elle s'im- plante parun pédicule très

mince

et trèscourt.,To l'ai exclusivement rencontrée sur lespetits arbres qui croissaient à l'ombre des grands.

Elle esten généralrare et trèsdifficileà trouver, danscertainesannées. » Lacécidie sedéveloppeaussi àla face inférieuredesfeuilles (fig.5).

Autriche: Giraud, Mayr, Paszlavszky,Tavares.

Itamk:Massalongo, Trotter,TrotteretOecconi,

Occoni.

15. Cécidiedefeuille produite par le Neiiroteruslanuginosus Giraud.

PI.XXIII,flg. 1.

A

laface inférieured'unefeuillede Qiiercmcerris,dontlamoitiégaucho porteleséchantillonsde lacécidieduC/ilfaspis tiitido,décriteplus haut.

Girauda faitaussi représenter, surlamoitié droih>du limbe ipl.XXIII,

(29)

GALLES DE CYNIPIDES.

193

fig-.1), dix-neuf desjolies gallesdues au

Ncurotcrm

lani/ghiosus,figurées

avecleurcouleurnaturelle,qui estd'unrose violacé.

Douze

galles seule-

ment

sont

complètement

développées. Surce iiombie, neuf fortement serréeslesunes contrelesautrescouvrenttoutunlobedelafeuille;elles ont despoilsblancs assez courts.Lestroisautresgalles,un peuécartées, à poilsblancs plus longs, sontimplantéessur la nervure

médiane

d'un autre lobe foliaire. Plushaut, versla pointe de la feuille, on aperçoit encoresept cécidies,

beaucoup

moins développées

que

lesprécédentes, ])renantinsertionsur des nervui'essecondaires.

Iciencore,nous nejiouvons

mieux

faireque d'emprunteràGiraudlui-

môme

(1859,p.3ol,n" t) la descriptionde lagalle: «Elle estpetite, de4-Smillimètres de diamètre,un

peu moins

hautequelargeetcouverte depoils serrés, soyeux,finsetassez longs,d'un blanc grisâtre d'abord, puismêlé derose,de rougeou

même

([uelquefoisdebleuâtre;au

sommet

estunelégèredépression, delaquelle lespoils s'écartent en rayonnant verslacirconférence. L'extrémitédespoils lespluslongs est d'ungris argentéet brillant,quelleque soit la couleur du fond. Les parois sont peu épaisses, d'une faible consistance, de texture lamelleuse, et ren- fermentuneseulecellule.

Son

insertion sefaitsurles petitesnervures, àlapageinférieure desfeuilles,à l'aided'un pédiculetrèscourtettrès mince,

comme

celui desgalles deN.. umuismcdiset Iciiticidaris. Cette espèceparait,en septembre, sur lesjeunes^«<(?/tî«cvvv/.s-et se détache danslecourantd'octobre. L'insecte s'est montré, chez moi,à la finde mars, entrèsgrand

nombre.

H

estfacilede confondre cette galleavec

une

autre égalementlanugi- neuse,qui est

extrêmement

fréquente surla

même

espèce de chêne,et qui est produite par une Ceridoniijia; maiscette dernièreadhère àla feuilleparuneassez largesurfaceet fait sailliesurlecôtéopposé;lespoils quilacouvrentsont

moins

longset d'un gris uniforme, et sa structure intérieure est d'ailleurstoute différente. L'uneetl'autreontcelade

com- mun

quellessontpresquetoujoursgroupées parmassessurlafeuille. »

AuTKicHE:Giraud, Mayr, Paszlavszky, Tavarcs.

Serbie: Trotter.

Italie: .Alassalongo, Stefani, T-ecconi.

Nouvelles Archives duMuséum,4» sériu.

IX. 25

(30)

G.

DAUBOUX

KT C.

IKHAHD.

16. Cécidie de feuille produite par le Dryocosmus nervosus Giraud.

PI XIII. ng.3.

(liraïulI1S;;!I,[.. iJCtii. ii" ;{ . ,i|,ir>.iviiir dcril riiiscclc,(|iril ,i|.|m'1Ic Sfial/icf/as/e/'/ir/nisiis-.d\[ vu |)arl,nil de la ^allc: m

On

la lioiivr, mais rarement,surlebord desfeuillesde(Jue/rusceriis,à j'exlrémiléd'unener- vurelalérale(|uis'é|»aissit et |)araUse dilater éi;aleinententoussenspour

lafornirr. Kllra lenoIii IlaloiinrdHii^i^aiiiAri;niscillr vcricou!.;a- di'U'.etsa eoulciirdillrr." |.cudecelledelaleuille;sa surfaceestlé-ère- nientlonienleuse, elses|)arois assez é|jaisses, spoMi^ienses, inaiscrinie certaine solidité, renfernienl une seulecavilf- sans co(iuepai-ticulière.

detteespèceparaîtpeu deleiiipsa|)rès ri'panouissenientdes feuilles elatteint saniafuriti'au couuneuceineut dejuin; Tinsecleensort vei-sle milieudecemois.»

Laiii^ur<>;{(le la plauche\lllm.Mdre.à rexhV'iiiili'd'uu pelil rameau, deuxcécidies repi'ésenléesencouleur.Touteslesdeuxallecleullafoi'ine d'un i-enllement ovoïde et contourm'', termin(' en pointe: leur surface, leintiM"devert jaunâtre, est

parsemée

de bandes rouyeàtres. L'une des i;aliesestsituéeau borddu limbe delafeuilledegauche,à l'exti-éniité d'unenervure secondaire;l'aspectdelafeuille est irrégulier,etsonboid échancréetdéchiqueté.La secondecécidie, situéeà rextrémiti-du ra-

meau,

s'estdév(doppéesur unefeuille,dont le lindje a éié tout entier absorbé danslaformationgallaire.

AuTiucHE:Giraud,Mayr.

II.

OrKRClS ROIUU

L.

(A pcdiinnildldEhrh., (V.srssili/loraSmith..(V.pahrsrcnsWilld.

17. Cécidie des fruits produite par le Cynips capiit-mediisse Hartig.

PI. XI,flg.3.

Lafigure'^delaplancheX\ représente d'admirable façonla curieuse cécidie (hu-au Ci/iiipscaput-medntue. Entourée de quelques feuilles, la galleapparaît

comme

forméed'un gi'and noiid)r-e de lilamenls mari'on

(31)

GALLES DE

CYNIPIDES. 105 on vi()l;ic(''s, plus ou

moins

iins, |tlus ou

moins

ramifiés, diversemont coiilournés, onchcvèti'és les uns dans les autres.

On

sait que c(>s lilaments sedéveloppcMit sur le |)ourtour et à la surface d'un disque central assez épais, coloré en rouj^c, appai-u surle jeune gland etqui contientunepetite galleinterne à paroisminces.

Hiei'onymus (1890) etTrotter (1903) ont

donné

queU[ues renseigne-

ments

sur l'anatoniiedecettegalle.

Autriche: Hartig, Kollar,Giraud, Mayr, Mocsâry,Paszlavszky,Hiero-

nymus,

Tavares.

Allemagne: Braun, Hieronymus.

Italie: Lobel, Malpighi, Bertoloni, Sella,Massalongo, Misciattelli, Cecconi, Baldrati, Trotter, Tassi, Trotter et Cecconi, Gorti.

Dalmatie, Serbie, Monté- négro: Trotter.

18.Cécidiedesfruitsproduitepar leCynips calicisBurgsd.

PL

XV,flg. 3.

En

raisonde son

abondance

extrême danscertaines contrées,enraison aussidel'utilisationcommercialequienaétéfaiteetqui s'enfaitencore,

lagalledu('///liiis ca/irisestl'unedecelles sur lesquelles l'attentiondes auteurss'estportéed(>touttemps,et

nombreux

sontlestravauxqui ont été consacrés à l'étude de l'insecte

lui-même

ou de sa cécidie. Il est à remarcpier, cependant, que lesseulesdonnées anatomiquescjue nous possédions sur la galle sont celles, assez sommaires, qu'a fournies

Hieronymus

(1890).

Lafigure 3 dela plancheX\' représente, sur un gland du Quorcus pnhjnciilald, cettecurieusedéformation, tropconnue de touspour qu'il soit nécessaire de ladécrire unefois de plus.

L'amande du

gland est teintéede marron;sacupuleestd'unvert grisâtre, tandisquelacécidie estd'unjolivertclair.

Nous

ne

pouvons

omettre de rappelerici lesrecherches de Morinet deBeijeriucksur lecycle évolutif

du

Cipiip^calicisetladécouvertefaite parlesavanthollandaisd'unealternancede génération particulièrement remarquable à

un

double point de vue. Get

exemple

de génération

(32)

196 C.

UAinjnUX

KT C.

HOUAKD.

allt'iiiaiifc estleseul (|ii(' l'on(•(iiiiiaissc jiis(|ii"icicllt-zles('i//iij/sc\. ûv plus, la tonne

scmkt.

Ainlrims n-rr'i Hcij., issue de la lorme aganie

('i/ii'iljsrd/iiis. n'a|iaslaiiirmi-piauleiioiiiTicière (|uecetteformeaf;aine et vil sur le<Jiir,r,is rrrii^. Il y a d là, à la lois, alteiiiaiice di- };éiiéralioiis el iiniiralioiid'unsii|.|)oi(surun autre.

Lacécidiedn<'i//i/j)S(((/iriseste\|ièini'nientIV('(|ueideenAsie-.Miiienre etdans laréi^ionsud-estde riùn-opecentrale.

AuTiiiciiK: Kollar, kiichnei', (dr-uid, Mayr, S,ld<'(ditendal, .Moesâcy.

l»aszlavszky, Diet/, lloivàtli. S/.'|.lii;éti. IJeijei'infk, Tavai'es.

Ai.i.i:- mai;ne: Kollar, liraun,Sclilechtendal. Altuni. Colin, Hess, llioronynius,

Thomas,

Kessier, Kiedel.

llnii.win;: llieronymus, Beijerinek.

Fkance: H.mi.ui, .Moiiii, Uauiel, DellioMiiiieau, 15.du Buyssou.

.If.I!si.;v:

U.du lUiysson.—

I^I'm.m:data.

Itai.ii::.Malpit;lii, l5ei-t(doni,Licopoli.

Maei'otti, Trotlei' et(iecconi, C.ecconi, (lorli.

Si;iiiiu;: Trottei'.

19. Cécidiedesfruitsproduitepar VAndricussuperfetationisPaszlavszky.

PI. XIV, fig. 2, 3.

A

l'extrémité d'un

rameau

i;arni de(|U(d(pies l'euill(>s, deux i;lands sont représentés, |)orlaulchacun sur leurcupuleune desjolies('('-cidies

arrondies dues à ÏA/n/z/ntssir/trr/r/fi/io/tis (\)\.XIV,lig.2).La surface vertedeces cécidics estcouverte depoilsfins;leurpôleapicalestteinté de marron.

A

côté,

un

petit dessin (fij;. 3) montre, isolée et sous un grossissementsu[)éi'ieur, une-aile luipeu plusài;(''e, dontles[loils ont pris

une

teinte hi'une;on voit nettement la petite pointe (|uimar(pie l'apexdelacécidie.

l'arlantdecettegalle,Giraud (18o9,p.372,n°i)s'exprime

comme

il

suit:« Pendantlemoisd'aoûtdecetteannée, j'ai rencontré

un

certain

nomhre

d'exemplaires de cette espècesur

Quemix

jniheacenset unseul sur Q. pedunculata. Les galles, à peine

du volume

d'unechevrotine, étaient arrondies,encore tendres, vertes etcouvertes de poilsgris,un

peu

soyeux, dirigés de haut en has et rayonnant autour d'un point central omhiliqué. Elles siégeaient sur le hord du calice du fruit,où

(33)

GALLES DE

CYNIPIDES. 1!)7 olloss'implantaientsurunelignetransversaleetressemblaientàunpetit fruit grelFé sur

un

plus grand.Presque tous les glands dont le calice était ainsioccupéétaient

moins

développés quelesautresetparaissaient en souffrance.

Quoique

les galles fussent encore assez tendres etne continssentpasdecavité sensible, jeremarquai cependant queplusieurs s'étaient déjà détachées,etj'entrouvaiqueUiues-unessurlesol. J'espèi'c êtreassez

heureux

pour enobtenir l'insecteparfait. »

Giraud, qui n'a pas obtenul'insecte, ou

du moins

ne l'a pas décrit, l'avait appelé Cynips['^) superfetationis.

Mayr

a obtenu de lagalle un Eurijtoma{?rosseNées).Plusheureux, Paszlavszkyavusortirdescécidies recueillies par lui

une

forme agame, à laquelle il a conservé le

nom

spécifiqueproposé par Giraud, maisqui doit être rangée dansle genre AndricHS. Le savant hongrois a fait aussi l'étude anatomique de la cécidie (1884).

Autriche: Giraud, Mayr, Paszlavszky, Széi)ligéti, Pantel.

Italie:

Cecconi, TrotteretCecconi.

Portugal:Tavares.

20.Cécidie des fleurs mâles produite par VAndricus ramuli(L,.).

PI. XIII,fig. 1.

Lajolieaquarellereproduitedanslafigure 1delaplancheXIIImontre, au

sommet

d'un

rameau

et

masquant

labase dequelques chatons mâles,

deux

masses cotonneuses, d'uneteinte blancsale. L'une de ces masses ne

mesure

que 15 millimètres de diamètre environ; l'autre, d'ailleurs trèsvisiblementformée parlaréunion de plusieurs petitsamas, atteint 35millimètres de diamètre.Ilestpermis deregretterque, dérogeant à seshabitudes,Giraudn'aitpasfaitreprésenterici

une

cécidie isolée;on saitqueces

amas

cotonneuxsontformés parlajuxtaposition d'un certain

nombre

depetites galles ovoïdes, uniloculaires,duresetbrunes, implan- téessurl'axed'un chatonqui

demeure

court; chaquecécidie porte de longspoilsblancs qui secontournent ensedesséchantet,s'emmêlant aux poils des cécidies voisines, arrivent à former les masses cotonneuses lieuréesici.

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :