• Aucun résultat trouvé

Prise en charge thérapeutique des métastases hépatiques des cancers colo-rectaux

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2022

Partager "Prise en charge thérapeutique des métastases hépatiques des cancers colo-rectaux"

Copied!
18
0
0

Texte intégral

(1)

Prise en charge thérapeutique des métastases hépatiques des cancers colo-rectaux

Recommandations pour la pratique clinique

Association de Chirurgie Hépato-Biliaire Et de Transplantation Hépatique Association Française de Chirurgie

Fédération Francophone de Cancérologie Digestive Fédération Nationale des Centres de Lutte contre le Cancer

Société Française de Cancérologie Privée Société Française de Chirurgie Digestive

Société Française de Radiologie Société Française du Cancer

Société d’Imagerie Abdominale et Digestive Société Nationale Française de Colo-Proctologie Société Nationale Française de Gastro-Entérologie

Ces recommandations ont reçu le label méthodologique de l’ANAES

(2)

QU Q UE EL LS S S SO ON NT T L LE E S S E EX XA AM ME EN NS S A A R RE EA AL LI IS S ER E R D DA AN NS S LE L E B BI IL LA AN N D D’ ’E EX XT TE E NS N SI IO ON N P P RE R E -T - TH HE ER RA AP PE EU UT T IQ I QU UE E ? ? CR C RI I TE T ER RE ES S D DE E Q QU UA AL LI I TE T E E E T T R RE ES SU UL LT T AT A T S S A AT TT TE E ND N DU US S

Le bilan pré-thérapeutique débute par l’étape clinique qui doit inclure une exploration des aires ganglionnaires et un toucher rectal. L’évaluation de l’état général et des antécédents personnels du patient conditionne la poursuite du bilan (Accord professionnel).

Le taux d’antigène carcino-embryonnaire (ACE) mesuré lors du bilan d’extension ne modifie pas l’attitude thérapeutique (Grade B), mais son dosage est utile au suivi de la réponse thérapeutique (Grade C).

En fonction du délai de la dernière coloscopie, cette exploration est recommandée pour rechercher une récidive anastomotique intra-luminale (Accord professionnel).

La tomodensitométrie (TDM) abdomino-pelvienne avec injection de produit de contraste iodé est indispensable si un projet de traitement des métastases hépatiques est envisagé. Les

performances de la tomodensitométrie (TDM) sont nettement supérieures à celle de l’échographie pour la détection et la caractérisation des lésions hépatiques (Grade B). Les coupes réalisées au temps portal sont les plus performantes pour la détection des lésions hépatiques. Afin de mieux caractériser les lésions détectées, des acquisitions réalisées à différent temps vasculaires (temps artériel, temps portal, temps tardif) et/ou un complément d’exploration par échographie dirigée sont recommandés (Grade C). L‘examen TDM doit explorer la totalité de l’abdomen et du pelvis à la recherche d’autres localisations métastatiques (Accord professionnel).

La TDM thoracique est plus performante que la radiographie du thorax pour la détection des métastases pulmonaires. Il est recommandé de réaliser une TDM du thorax dans le même temps que l’exploration abdomino-pelvienne, ce qui ne pose pas de difficulté technique avec les machines modernes (scanners hélicoïdaux) (Grade B).

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) avec injection de gadolinium n’est pas significativement supérieure à la TDM en mode hélicoïdal pour la détection des métastases

hépatiques (sensibilité équivalente). L’IRM avec injection de gadolinium est recommandée quand : a) la TDM est impossible (risques importants à l’utilisation d’un produit de contraste iodé : allergie, insuffisance rénale) ; b) la TDM est insuffisante pour la caractérisation des lésions hépatiques détectées (Grade B).

La biopsie hépatique ciblée ne doit être réalisée que si le contexte et/ou l’imagerie, et en particulier l’IRM avec injection de gadolinium, ne suffisent pas à la caractérisation d’une lésion hépatique (Grade C).

L’évaluation prévisionnelle du volume de foie restant, par calcul à partir des images acquises en TDM (ou en IRM), est recommandée si la résection doit être large (Grade C).

La validité diagnostique de la tomographie par émission de positons (TEP) pour la détection des localisations hépatiques ou extra-hépatiques est en cours d’évaluation. Les données récentes seraient en faveur de la réalisation d’une TEP avant résection de métastases hépatiques chez les patients à haut risque de dissémination extra-hépatique (Grade B). Le faible nombre de machines installées en France rend la réalisation de cet examen difficile, et l’attente d’une TEP ne doit pas retarder l’intervention, au risque de la compromettre. Il est fortement recommandé d’inclure des patients dans des essais cliniques contrôlés évaluant l’efficacité de la TEP en termes de

performances diagnostiques, de réduction de mortalité et d’évaluation du rapport coût-efficacité.

(3)

1. Recommandations

Les examens à réaliser dans le bilan d'extension pré-thérapeutique des métastases hépatiques des cancers colo-rectaux sont :

- l’examen clinique et l’évaluation de l’état général du patient qui conditionne la poursuite du bilan

- une TDM thoraco-abdomino-pelvienne avec injection d’un produit de contraste iodé (éventuellement précisée par une échographie hépatique). Des risques importants à l’utilisation d’un produit de contraste iodé (allergie, insuffisance rénale) doivent faire remplacer la TDM du foie par une IRM avec injection de gadolinium

- le dosage de l’ACE qui est utile au suivi de la réponse thérapeutique.

Les autres examens ne sont à effectuer qu’en cas de signe d'appel clinique ou si la

tomodensitométrie standard paraît insuffisante pour décider d’une stratégie thérapeutique et préparer sa réalisation :

- IRM avec injection de gadolinium si la TDM est insuffisante pour caractériser les lésions détectées.

- Evaluation prévisionnelle du volume de foie restant si une résection large est envisagée.

- TEP avant résection de métastases hépatiques chez les patients à haut risque de dissémination extra-hépatique et si la réalisation de la TEP ne retarde pas la mise en œuvre du traitement.

(4)

2. Logigramme

Examen clinique

STOP Evaluation de l’état général

TDM

Thorax-abdomen-pelvis Γ écho dirigée

IRM

Biopsie

Résécabilité

Surveillance évaluée sur la TDM

Cf Conf. de consensus

ANAES 1998

Résécable Non résécable

TEP?

cf question 2 cf questions 3, 4, 5

OMS>3

Méta - Méta +

Méta

?

Méta

?

OMSΡ3

Patient suspect de métastases hépatiques de CCR

(5)

QU Q UE EL LL LE E S S M ME ET TA AS S TA T AS S ES E S H HE E PA P AT TI I QU Q UE ES S S S ON O NT T R RE ES S EC E CA AB BL LE ES S D D’ ’E EM MB BL LE EE E ? ?

.

Deux postulats sont déjà établis (recommandations existantes - FFCD) :

1) la résection chirurgicale complète des métastases hépatiques des cancers colo-rectaux (MCR) reste aujourd’hui le seul traitement permettant des guérisons.

2) La résection partielle qui laisse du tissu tumoral en place est à éviter, car sans intérêt thérapeutique .

La résection hépatique ne doit donc être entreprise que si son caractère complet est prévisible. Cependant , une résection partielle peut parfois s’inscrire dans une stratégie chirugicale qui envisage une hépatectomie en deux temps (en cours d’évaluation).

La résécabilité de MCR doit être discutée systématiquement sur des critères techniques et carcinologiques au cours d’une confrontation médico-chirurgicale pluridisciplinaire au sein d’une Unité de Concertation Pluridisciplinaire Oncologique ( UCPO : circulaire DGS/DH/98 n° 98/188), comprenant notamment un chirurgien et un radiologue expérimentés en pathologie hépatique.

On définit une métastase comme résécable si on peut réaliser une hépatectomie enlevant en totalité le tissu tumoral (résection R0) avec un risque opératoire acceptable.

1. Evaluation technique de la résécabilité

1.1 Méthodes :

l’évaluation de la résécabilité des MCR comporte:

- une évaluation préopératoire optimale (cf. RPC 1) : la détection de toute la masse tumorale intra et extra-hépatique ainsi que les rapports vasculaires de la ou des tumeurs hépatiques sont les éléments déterminants de la résécabilité.

- une évaluation per-opératoire aussi complète que possible : exploration visuelle et palpatoire systématique du foie et de la cavité abdominale et échographie per-opératoire, indispensable pour l’évaluation finale de la résécabilité (Grade C).

L’exploration laparoscopique avec écho-laparoscopie peut être proposée dans le bilan de résécabilité notamment en cas de forte suspicion préopératoire d’irrésécabilité (évaluation du futur foie restant, suspicion de carcinose), évitant ainsi des laparotomies inutiles (accord professionnel).

1.2 Définition « technique » de la résécabilité

Une ou des MCR sont techniquement résécables si

1) l’hépatectomie laisse un parenchyme restant intact avec sa propre vascularisation et son drainage biliaire (faisabilité anatomique),

2) le parenchyme restant est suffisant pour assurer une fonction hépato-cellulaire satisfaisante (évaluation volumétrique et fonctionnelle),

3) les mortalité et morbidité opératoires prévisionnelles sont minimales.

(6)

1.2.1 Evaluation de la faisabilité anatomique de la résection

En cas de tumeur unique ou de tumeurs multiples unilobaires, les contre-indications d’ordre technique sont exceptionnelles.

En cas de tumeurs multiples bilatérales :

- Le nombre et la localisation des métastases peuvent être un facteur de non résécabilité. L’hépatectomie totale pour éradiquer l’ensemble des lésions avec transplantation ne peut être retenue (Conférence de Consensus ANAES 1993).

- Les rapports vasculaires des différentes tumeurs sont souvent le facteur limitant : atteinte des deux pédicules portaux droit et gauche, envahissement d’un pédicule portal par une métastase et de la ou des veines sus-hépatiques contro-latérales par une autre lésion, enfin atteinte même partielle des trois veines sus- hépatiques.

La gestion de ces problèmes vasculaires peut faire appel à des techniques d’hépatectomies complexes avec reconstructions vasculaires qui ne peuvent être réalisées et évaluées que dans des cas sélectionnés au sein d’une équipe spécialisée (accord professionnel).

1.2.2 Evaluation volumétrique et fonctionnelle

L’évaluation fonctionnelle du parenchyme restant doit être faite en terme quantitatif (calcul volumétrique validé à partir de la tomodensitométrie) et qualitatif, sachant que les estimations de ce volume tolérable résiduel dans la littérature vont de 25 à 40%

(Grade C).

1.2.3 Evaluation du risque opératoire

L’évaluation anesthésique doit prendre en compte le geste prévisionnel et le mode de clampage. Seul l’âge physiologique compte.

La technique opératoire (étendue de l’exérèse, clampages, contrôles vasculaires) doit viser à prévenir les principaux risques des hépatectomies : insuffisance hépatocellulaire et hémorragie.

La résécabilité technique dans le cas des réhépatectomies doit reposer sur le même raisonnement anatomique et volumétrique que la première hépatectomie.

Au terme de cette évaluation technique, on peut définir 2 niveaux de difficulté :

-RESECABILITE DE CLASSE I : résécabilité évidente: par une hépatectomie

classique (hépatectomie conventionnelle de 4 segments ou moins, laissant plus de

40% de parenchyme résiduel).

-RESECABILITE DE CLASSE II : résécabilité possible: par une hépatectomie

complexe ou très large requérant une procédure difficile et/ou risquée .

La chirurgie des MCR doit être réalisée par un chirurgien expérimenté disposant d’un échographe per-opératoire dans une structure de soins adaptée au risque du geste.

(7)

2. Critères carcinologique de résécabilité

La décision de réséquer d’emblée des MCR doit prendre en compte tous les caractères carcinologiques de la maladie.

2.1. Facteurs dépendant de la maladie initiale

En cas de métastase(s) synchrone(s), l’exérèse hépatique peut être faite dans le même temps opératoire que la tumeur primitive (exérèse combinée) si les compétences sont réunies. La réalisation d’une exérèse combinée reste donc à l’appréciation du chirurgien mais elle n’est pas recommandée dans les circonstances suivantes: intervention colique dans un contexte d’urgence, maladie colorectale localement avancée ou maladie hépatique de résécabilité de classe II (accord professionnel).

En cas de métastase(s) métachrone(s), le stade de la tumeur primitive ne doit pas influer sur la décision.

2.2. Facteurs en rapport avec la maladie hépatique

En cas de résécabilité de classe I, aucun des critères suivants, même s’ils sont reconnus individuellement comme des facteurs pronostiques péjoratifs , ne doit limiter l’indication opératoire: taille, nombre, caractère bilobaire des MCR, envahissement vasculaire ou biliaire, taux d’ACE

(Grade C).

Par contre, en cas de résécabilité de classe II, l’association de plusieurs de ces facteurs péjoratifs peut faire discuter un traitement chimiothérapique pré-opératoire en concertation multidisciplinaire, au mieux dans le cadre d’un essai clinique(accord professionnel).

Une réhépatectomie est justifiée sur les mêmes critères que pour la première hépatectomie

(Grade C).

2.3 Facteurs en relation avec la technique chirurgicale

La marge de sécurité : Il est recommandé d’avoir une marge prévisionnelle d’au

mieux 1 cm ( recommandations existantes FFCD), et au moins de 5 mm (accord professionnel).

Le type d’exérèse : Il n’y a aucun argument pour recommander une

exérèse atypique ou anatomique quand le choix entre les deux

procédures est possible, le facteur marge est prépondérant sur ce

point.

(8)

2.4. Facteurs dépendants de la maladie extra hépatique

L’atteinte ganglionnaire pédiculaire ou coeliaque

1) Le diagnostic certain pré opératoire d’adénopathie(s) métastatique(s) loco- régionale(s) est une contre indication à la chirurgie d’emblée.

2) L’examen visuel et palpatoire des aires ganglionnaires pédiculaires et coeliaques doit être réalisé avant tout geste hépatique; tout ganglion suspect (par sa taille ou sa texture) doit être prélevé pour examen extemporané, l’intérêt du picking systématique n’est pas démontré.

3) En cas de ganglion pédiculaire envahi, si la résécabilité est de classe I, la chirurgie avec curage ne peut être contre-indiquée, mais cette décision doit néanmoins s’intégrer dans une approche multidisciplinaire. Par contre, si la résécabilité est de classe II, la chirurgie n’est pas recommandée.(Grade C) Autres localisations intra abdominales

- un site tumoral extrahépatique non complètement résécable (non R0) est une contre-indication à l’hépatectomie.

-Si cette localisation extrahépatique est résécable : l’hépatectomie associée à la résection de la maladie extrahépatique ou d’un envahissement de contact est réalisable d’emblée. Néanmoins, l’existence de plusieurs éléments carcinologiques péjoratifs de la maladie hépatique et/ou la nécessité de faire une hépatectomie de classe II incitent à discuter une chimiothérapie première (cf. RPC 3-5) (accord professionnel ).

La maladie métastatique extra abdominale

L’existence de métastase(s) pulmonaire(s) non résécable(s) ou de localisation(s) extra-abdominale(s) non pulmonaire(s) (os, cerveau, adénopathies extraabdominales) contre-indique la résection hépatique (Grade B).

La découverte de métastase(s) pulmonaire(s) résécable(s) doit

pousser à vérifier le caractère isolé des deux localisations et

envisager, dans ce cas, une double chirurgie à visée curative. Le

temps hépatique doit être réalisé en premier (Grade C).

(9)

3. Conclusion

La résecabilité de MCR doit toujours être discutée sur des critères techniques (évaluant la faisabilité d’une résection R0 et le risque de l’intervention) et carcinologiques au sein d’une unité de concertation multidisciplinaire (comprenant notamment un chirurgien expérimenté en chirurgie hépatique). Cette discussion, reposant sur le rapport risque/bénéfice de l’intervention, doit valider l’indication opératoire, déterminer la stratégie thérapeutique et, au mieux, amener à inclure les patients dans des essais cliniques pour répondre aux nombreuses questions qui restent aujourd’hui posées.

En pratique,

- la résection d’emblée de MCR est recommandée lorsque celle ci est complète au prix d’une hépatectomie classique (classe I), et carcinologiquement incontestable (moins de 4 métastases et/ou unilobaires).Il faut promouvoir les essais qui étudient la place, la nature et les modalités de la chimiothérapie dans ce cas .

- la résection d’emblée doit être discutée et évaluée par des essais thérapeutiques lorsque la résection est complexe et qu’il existe plusieurs facteurs de mauvais pronostic carcinologiques.

En résumé, on peut proposer les attitudes suivantes, résumées dans le tableau final, fondées à la fois sur les deux niveaux de difficultés techniques et sur quatre stades d’extension :

Niveaux de difficulté technique : Classe I : hépatectomie classique Classe II : hépatectomie complexe Stadification carcinologique

Métastases ganglionnaires découvertes en per opératoire

Np + ganglions pédiculaires envahis

Np – ganglions pédiculaires négatifs

Métastases viscérales :

M1 Métastase(s) hépatique(s) isolée(s) sans autre site M2 Métastases hépatiques + métastase intra abdominale

M2a métastase intra abdominale isolée résécable

M2b métastases intra abdominales multiples ou non résécables

M3 Métastases hépatiques + métastase(s) extra abdominale(s)

M3a métastase(s) pulmonaire(s) résécable(s)

M3b métastase(s) pulmonaire(s) non résécable(s) ou non pulmonaire(s)

(10)

M4 Métastases hépatiques + métastases multi-site (extra et intra abdominale)

Le tableau suivant résume les indications de la chirurgie d’emblée, basées sur l’évaluation du rapport risque/bénéfice

OUI : résection recommandée (suffisamment d’éléments pour

admettre l’indication)

A discuter : résection à discuter (selon terrain et expertise) ( pas

suffisamment de données pour recommander ou non la résection)- A réaliser dans le cadre d’essais cliniques.

NON : résection non recommandée (suffisamment d’éléments pour

contre-indiquer la résection )

Classe M1 (M Hépatique isolée) M2 (M intra abdominale associée) M3 (M extra abdominale associée) M4 (M2+M3) M2 a (isolée,résécable) M2 b M3 a (pulmonaire(s)

résécable(s)

M3 b

Np - Np + Np - Np + Np+ ou - Np - Np + Np+ ou - Np+ ou -

I OUI A discuter OUI A discuter NON OUI A discuter NON NON

II OUI NON A discuter NON NON A discuter NON NON NON

TABLEAU RESUMANT LES RECOMMANDATIONS

SUR LES INDICATIONS DE LA RESECTION D’EMBLEE

.

(11)

Q Q U U E E L L L L E E E E S S T T L L A A P P L L A A C C E E D D E E L L A A C C H H I I M M I I O O T T H H E E R R A A P P I I E E N N EO E O AD A D JU J U VA V A NT N T E, E , A A D D JU J U VA V A NT N T E E E ET T P P A A L L L L IA I A T T IV I V E E D DA A NS N S

LA L A P P R R I I S S E E E EN N C C H H A A RG R G E E D D ES E S M ME E T T A A S S T T A A SE S E S S HE H E PA P AT T IQ I QU U ES E S D D 'O ' O RI R IG GI IN N E E C CO O LO L O RE R EC CT T A A L L E E ? ?

1. Place de la chimiothérapie « adjuvante » (post résection des métastases)

Peu d’essais randomisés sont disponibles et leur puissance est limitée. Le bénéfice de la chimiothérapie post-opératoire chez les malades non pré-traités est probable mais non complètement démontré (grade B à C). L’évolution des pratiques rend difficile la réalisation d’essais avec bras contrôle sans traitement adjuvant. Ainsi :

1.1 Après résection R0 de métastases hépatiques :

On doit privilégier l’inclusion du malade dans un essai thérapeutique testant les nouvelles modalités de chimiothérapie.

En dehors d’un essai thérapeutique, la réalisation d’une chimiothérapie est une option (grade C). Dans ce cas on recommande une association systémique 5FU / acide folinique de type LV5FU2.

L’intérêt de la chimiothérapie intra-artérielle hépatique par FUDR couplée à une

chimiothérapie systémique, démontré dans les essais (grade B), est limité par la complexité technique, le coût, la morbidité propres à cette technique, et la non disponibilité du FUDR et des pompes implantables. Elle est donc non applicable et ne peut pas être recommandée en dehors d’essais et de centres expérimentés.

Cas particulier : Après exérèse de métastases rendues résécables par une chimiothérapie d’induction la reprise du même schéma de chimiothérapie doit être discutée en fonction de l’intensité de la réponse tumorale pré-opératoire de la toxicité cumulative et des suites de la chirurgie hépatique (accord professionnel).

1.2. Après destruction locale de métastases hépatiques (radiofréquence, cryothérapie…) : Après la destruction locale des métastases l’indication d’une chimiothérapie ne peut faire l’objet d’une recommandation, elle doit être discutée en concertation pluridisciplinaire.

(12)

2. Place de la chimiothérapie « néo-adjuvante » (avant résection des métastases)

Il n’est pas recommandé hors essai de réaliser une chimiothérapie avant résection de métastases résécables d’emblée et jugées de résécabilité classe I, en l’absence de plusieurs facteurs carcinologiques péjoratifs (cf. RPC 2) (accord professionnel).

Cependant, lorsque les métastases hépatiques sont de résécabilité classe II et/ou qu’il existe plusieurs critères carcinologiques péjoratifs (Cf. RPC 2), le bénéfice de la chirurgie devient moindre et une chimiothérapie première doit être discutée afin de faciliter la résécabilité et/ou de contrôler l’évolutivité tumorale (Cf. RPC 5) (accord professionnel). On recommande, dans cette situation, la réalisation d’essais thérapeutiques contrôlés

Dans le cas particulier de métastases synchrones non réséquées dans le même temps que la tumeur primitive : une chimiothérapie d’intervalle avant la résection hépatique doit être discutée en concertation pluridisciplinaire (accord professionnel).

3. Place de la chimiothérapie palliative

En situation « palliative », lorsque les métastases ne sont pas réséquées, il est clairement établi qu’une chimiothérapie systémique est indiquée dès le diagnostic chez les malades présentant un état général correct (IP OMS ≤ 2) et sans défaillance viscérale grave, car elle améliore la qualité de vie et allonge la survie (recommandation existante, grade A :

conférence de consensus 1998).

3.1 Types de chimiothérapie recommandés : 3.1.1 Association 5FU – Acide folinique I.V. :

Les associations 5FU – Acide folinique doivent comporter une perfusion de 5FU de

préférence continue de type LV5FU2 ; cependant les associations FUFOL (IV en 15 minutes) restent une option (grade A).

Il n’existe pas de données suffisantes pour recommander, hors centres experts et/ou essais thérapeutiques, le 5FU – Acide folinique avec modulation pharmacocinétique individuelle, l’association 5FU – Acide folinique chronomodulée, ou le 5FU ou FUDR par voie intra- artérielle hépatique.

En l’absence de démonstration d’une équivalence d’efficacité et/ou de tolérance avec une chimiothérapie de type LV5FU2, les précurseurs oraux du 5FU (fluoropyrimidines) et les inhibiteurs de la thymidine synthase (raltitrexed), ne sont pas indiqués en substitution de ce schéma de chimiothérapie (grade A). Ils peuvent cependant représenter une alternative thérapeutique dans certaines circonstances.

3.1.2 Polychimiothérapies systémiques :

Les associations « Irinotécan + 5FU/acide folinique » ou « Oxaliplatine + 5FU/acide folinique » sont des chimiothérapies recommandées (grade A). En première ligne, elles ont une efficacité supérieure à celle de l’association 5FU – acide folinique. Leurs profils de tolérance sont différents mais leur efficacité semble équivalente.

En dehors du profil de tolérance et des contre indications de chacune, il n’y a pas de recommandation de choix de l’une par rapport à l’autre (grade A).

(13)

3.2 Stratégie thérapeutique :

3.2.1 Place de la résection de la tumeur primitive :

Dans le cas de métastases synchrones non résécables et sans espoir de résécabilité ultérieure et en l’absence de signes de complication locale, la résection initiale de la tumeur colorectale primitive n’est pas recommandée (grade B).

3.2.2 Nombre de lignes de chimiothérapie palliative :

Après échec ou échappement à une 1ère ligne de chimiothérapie, compte tenu du bénéfice en terme de durée de survie et de qualité de vie, une 2ème ligne de chimiothérapie palliative doit être proposée aux patients informés dont l’état général est correct (IP OMS ≤ 2) (grade A).

Il n’y a pas de preuve scientifique de niveau 1 pour recommander une chimiothérapie au delà de la 2ème ligne. Cependant, la poursuite de la chimiothérapie apporte un bénéfice pour certains malades (niveau de preuve 2).

La qualité de vie est un élément majeur de décision en situation palliative. Les acteurs de cette décision sont le malade et l’équipe soignante (oncologue, médecin traitant, infirmière…).

3.2.3 Choix des lignes :

En cas de métastases sans espoir de résécabilité ultérieure: en l’absence de données

suffisantes, le choix du type de chimiothérapie est libre entre « monothérapie » (5FU – acide folinique, de type LV5FU2) ou « polychimiothérapie» (associations à l’oxaliplatine ou à l’irinotécan). Il est orienté par les différents profils de toxicité, les caractéristiques du malade et l’importance de la masse tumorale (accord professionnel).

En cas de métastases potentiellement résécables après réduction tumorale (cf. RCP 2 et 5) : une chimiothérapie donnant un taux de réponse élevé (de type « bithérapie ») doit être proposée d’emblée (accord professionnel).

3.2.4 Durée de traitement :

L’efficacité et l’utilité de la chimiothérapie palliative doivent être évaluées tous les 2 à 3 mois.

En cas de détérioration clinique ou de mauvaise tolérance le traitement doit être interrompu.

En cas de progression tumorale la chimiothérapie de 1ère ligne doit être interrompue et la réalisation d’une deuxième ligne est recommandée (grade A).

En cas de stabilité : au-delà de 4 à 6 mois, la possibilité d’une pause thérapeutique peut être envisagée (accord professionnel).

En cas de réponse majeure : une évaluation de la possibilité de résection secondaire doit être réalisée périodiquement (recommandation existante : conférence de consensus 1998).

.

(14)

MO M OD DA AL LI I TE T ES S E E T T F FA AI IS SA AB BI IL LI IT T E E

DE D ES S T T RA R AI IT T EM E ME EN NT TS S P PA AR R D DE ES S TR T RU UC CT T IO I ON N L LO OC CA AL LE E DE D ES S M ME ET T AS A S TA T AS SE ES S H HE EP PA AT TI I QU Q UE E S S ( (T TD DL LM MH H) )

La littérature analysée sur le thème des TDLMH est constituée d’éditoriaux, d’études non

randomisées, le plus souvent rétrospectives, et souvent critiquables lorsqu’elles sont comparatives (niveau de preuve 4).

De ce fait, les recommandations proposées sont essentiellement basées sur des accords professionnels

1. Indications

L’indication de TDLMH repose sur la décision d’une UCPO (cf. introduction) Ces traitements non encore validés doivent être réalisés, suivis et évalués dans des centres spécialisés. A ce titre, il est souhaitable d’utiliser ces traitements le plus souvent possible dans le cadre d’essais cliniques.

Le bénéfice de survie à long terme après résection hépatique complète est supérieur à celui de tous les autres traitements des métastases hépatiques (cf. RPC 2). Les TDLMH ne s’adressent donc qu’à des patients dont les métastases hépatiques ne sont pas résécables en totalité, ou qui ne sont pas candidats à une chirurgie de résection pour d’autres raisons (risque opératoire élevé, mauvais état général, …). Utilisés de façon isolée ou en association avec une résection hépatique, les TDLMH doivent éradiquer la totalité de la maladie hépatique connue, car un traitement partiel des métastases hépatiques n’a pas d’intérêt.

Une tumeur dont le plus grand diamètre est inférieur de 1 à 2 cm à la taille de la zone de destruction tissulaire que peut produire le système de traitement en un seul impact est la cible idéale (grade C).

Au vu de la taille de ces zones de destruction, la radiofréquence et le LASER (avec système de refroidissement) sont recommandables actuellement pour des tumeurs moins de 3 cm (5cm pour la cryothérapie). Pour des tumeurs plus volumineuses, l’efficacité des techniques s’effondre malgré la réalisation d’impacts multiples ; on ne peut donc recommander ce traitement (accord professionnel).

C’est plus la possibilité de destruction complète de toutes les métastases que leur nombre qui est à prendre en considération. Cependant, on recommande de ne pas traiter par TDLMH plus de 4 métastases. (accord professionnel).

Un bilan d’imagerie pré-thérapeutique identique à la chirurgie est nécessaire (cf. RPC 1). Les métastases cibles de TDLMH doivent être parfaitement visible en échographie ou sur l’examen TDM sans injection de produit de contraste. En cas de doute diagnostique, les explorations doivent parfois conduire à une biopsie (biopsie protégée).

Un TDLMH par voie percutanée nécessite un TP supérieure à 60%, un TCK inférieur à 1,5 fois le témoin, et des plaquettes supérieures à 100.000/mm3. Tout traitement anticoagulant doit être interrompu (grade C).

(15)

2. Contre-Indications

Le port de pacemaker est une contre-indication relative, et un avis spécialisé est obligatoire avant traitement par radiofréquence ou micro-ondes (accord professionnel). Le port de neurostimulateurs implantés ou d’électrodes implantées au niveau du tissu neurologique est une contre-indication absolue à l’utilisation d’ondes courtes, de micro-ondes ou ultrasons (alerte AFSSAPS –18 juin 2001).

Des précautions particulières, dans le positionnement des plaques de dispersion doivent être prises chez les patients porteurs de prothèses orthopédiques métalliques implantées (accord professionnel).

Les métastases situées à moins de 1 cm d’un organe digestif creux ne doivent pas être traitées par abord percutané (risque de perforation). Une distance de moins de 1 cm de la voie biliaire principale ou des canaux hépatiques droit et gauche est également une contre-indication aux TDLMH (risque de nécrose ou de sténose). La réalisation d’une radiofréquence chez des patients porteurs d’une

anastomose bilio-digestive comporte un risque élevé de complication septique (grade C ).

3. Les différentes techniques

Les TDLMH par injection, notamment l’alcoolisation, n’ont pas de place dans le traitement des métastases hépatiques (grade C). Les TDLMH (cryothérapie, micro-ondes, LASER, radiofréquence) sont toutes utilisables par voie percutanée et per-opératoire, mais la cryothérapie est peu utilisée en percutané en raison du calibre important des sondes. Le rapport taille de la zone de

destruction/diamètre de la sonde est le plus élevé pour la radiofréquence, ce qui est une raison pour recommander cette technique en cas d’abord percutané (accord professionnel). En per-opératoire, la cryothérapie semble présenter un avantage pour les tumeurs les plus volumineuses (grade C).

4. Réalisation pratique

Aucune voie d’abord (percutanée, per-opératoire, laparoscopique) ne peut être recommandée de façon préférentielle, sauf en cas de métastase sous capsulaire au contact d’un organe risquant d’être endommagé lors du traitement qui impose alors un abord chirurgical par laparotomie ou laparoscopie.

L’avantage de la laparotomie et de la laparoscopie est de pouvoir réaliser un bilan d’extension plus précis de la maladie, amenant à un traitement plus complet dans 25% des cas (grade C). L’avantage principal de la voie percutanée est une plus faible agressivité. Une anesthésie générale est

recommandée pour permettre confort du patient et qualité optimale du geste. Ce type d’anesthésie est indispensable pour le traitement des métastases sous-capsulaires ou nécessitant plusieurs impacts de TDLMH (accord professionnel)

La mise en place de la sonde dans la tumeur cible doit toujours être guidée par l’imagerie qui visualise au mieux la tumeur sans injection de produit de contraste ; et ceci quelle que soit la voie d’abord, car la palpation ou la vue ne sont pas des méthodes de guidage adaptées. La ponction de la tumeur doit être au mieux réalisée en 1 temps, en évitant les entrées et sorties de la tumeur sans avoir réalisé de traitement, car ces manœuvres induisent un risque d’ensemencement tumoral. Il en est de même ors des traitements percutanés de tumeurs sous capsulaires qui doivent être ponctionnées si possible après avoir traversé du parenchyme sain (grade C).

En raison de l’impossibilité de l’imagerie de monitorage à définir précisément la zone de destruction, il est recommandé de toujours obtenir une modification post-thérapeutique débordant les limites de la tumeur d’au moins 1 cm sur cette imagerie. (grade C).

Une antibioprophylaxie est réalisée par de nombreuses équipes, sans bénéfice démontré, même si l’abcès est parmi les complications les plus fréquentes après TDLMH. Des essais cliniques devraient être entrepris pour juger de son intérêt.

5. Surveillance

Les limites de l’imagerie de monitoring durant le traitement imposent une surveillance ultérieure de la zone traitée par imagerie dans un délai de 2 à 3 mois. Durant les 6 premiers mois, l’échographie en niveau de gris n’est pas un moyen de suivi adapté des régions traitées (grade C). TDM ou IRM sont les méthodes de référence, elles doivent être obtenues de façon dynamique après injection de produits de contraste (grade C).

(16)

PEPEUUTT--OONN RREENNDDRREE RREESSEECCAABBLLEESS DDEESS MMEETTAASSTTAASSEESS HEHEPPAATTIIQQUUEESS IINNIITTIIAALLEEMMEENNTT NNOONN RREESSEECCAABBLLEESS ??

1. Les métastases hépatiques non résécables.

La définition de la non résécabilité initiale est une étape préalable indispensable à la mise en œuvre rationnelle des procédures visant à rendre résécables les métastases hépatiques (cf. RPC 2). En l’absence de données scientifiques précises, il est

recommandé de réaliser une évaluation morphologique pluridisciplinaire afin de déterminer les causes de non résécabilité et leur réversibilité éventuelle (Accord professionnel).

A l’heure actuelle, les contre-indications absolues à la résection hépatique pour métastases d’un cancer colorectal sont : (Accord

professionnel) (cf. RPC 2)

l’impossibilité d’obtenir une marge de résection saine lors de l’exérèse

l’impossibilité de réséquer tout le tissu tumoral intra ou extra hépatique

l’impossibilité de laisser en place une quantité suffisante de foie sain (c’est à dire 25 à 40% de foie sain normalement vascularisé) permettant d’éviter le risque d’insuffisance hépatique majeure post-opératoire.

Les principales modalités pour rendre résécables des métastases initialement non résécables se focalisent sur 3 objectifs (Accord

professionnel) :

Diminuer la taille des métastases hépatiques ou de toute autre localisation tumorale pour permettre la réalisation d’une

résection R0.

Traiter des métastases hépatiques nombreuses et diffuses pour permettre la réalisation d’une résection R0, tout en épargnant le plus possible le parenchyme hépatique sain.

Hypertrophier le futur foie restant pour permettre une

résection hépatique laissant en place au moins 25 à 40% de foie sain et éviter les conséquences souvent fatales d’une insuffisance hépatique majeure post-opératoire.

2. La chimiothérapie d’induction

L’amélioration des taux de réponses objectives à la chimiothérapie a rendu possible le développement du concept de chimiothérapie d’induction des métastases

hépatiques des cancers colorectaux (Grade C) (cf. RPC 3). Il est basé sur

l’existence, parmi les patients jugés initialement non résécables, d’un sous-groupe de patients qui peuvent devenir résécables grâce à une chimiothérapie d’induction.

(17)

Dans cette indication, la chirurgie de résection des métastases est la seule thérapeutique permettant de guérir les patients. Elle semble donner des résultats identiques à la chirurgie de première intention chez des patients résécables (Grade C).

Si le principe d’une chimiothérapie d’induction est retenu, il est recommandé d’utiliser d’emblée les associations “ irinotécan + 5 FU – acide folinique ” ou “ oxaliplatine + 5 FU – acide folinique ” (Grade C) (cf RPC 3). En dehors du profil de tolérance et des contre-indications, il n’y a pas de recommandation de choix d’une association par rapport à l’autre (Accord professionnel).

Il est recommandé de réaliser une évaluation morphologique régulière (tous les 2 à 3 mois) basée sur un scanner ou une IRM, ainsi qu’une discussion pluridisciplinaire de la conduite à tenir selon la même périodicité (Accord professionnel). Il n’y a pas de données précises sur la durée optimale de la chimiothérapie d’induction en cas de réponse objective. Une durée minimale de 3 mois paraît recommandable (Accord professionnel). Il est recommandé de proposer une résection hépatique dès qu’elle paraît techniquement réalisable et avant la “ disparition ” de certaines métastases. Si cette dernière situation se produit, la résection hépatique doit en théorie enlever tous les sites métastatiques, y compris ceux qui ne sont plus visibles sur les examens morphologiques pré-opératoires (Accord professionnel). Quand une chirurgie de résection hépatique est indiquée, il est recommandé de la réaliser dans un délai de 3 à 4 semaines (intercure plus 1 semaine) après la dernière cure de chimiothérapie de manière à ne pas augmenter la morbidité post-opératoire tout en préservant le résultat obtenu grâce à la chimiothérapie (Accord professionnel). Dans ce contexte, en l’absence de données scientifiques sur l’intérêt et la durée de la chimiothérapie post-opératoire, il est recommandé de discuter la poursuite de la même chimiothérapie au cas par cas en fonction de l’intensité de la réponse à la chimiothérapie d’induction, du nombre de cycles déjà administrés, de la toxicité cumulative, et des suites de la chirurgie hépatique (Accord professionnel).

(18)

3. Les traitements par destruction locale des métastases hépatiques (cryothérapie, laser, micro-ondes et radiofréquence).(cf. RPC 4)

Ces techniques permettent la destruction in situ des métastases hépatiques non résécables. Elles sont le plus souvent utilisées pour faciliter ou pour compléter une hépatectomie. Cette utilisation est conditionnée par le nombre, la taille et la

topographie des métastases (cf. RPC 4). En l’absence de données scientifiques autres que celles concernant la faisabilité, ces techniques doivent être réservées à des équipes spécialisées dans la prise en charge pluridisciplinaire des métastases hépatiques des cancers colorectaux et faire l’objet d’essais cliniques plus

approfondies (Accord professionnel).

4. L’embolisation portale sélective pour induire une hypertrophie du futur foie restant.

L’embolisation portale sélective pré-opératoire du foie tumoral, permet d’obtenir une hypertrophie du futur foie restant variant de 40% à 90% en fonction de la qualité du foie.

L’embolisation portale pré-opératoire doit être la moins invasive possible en évitant toute complication car c’est une technique qui est réalisée sans être certain que la chirurgie hépatique de résection sera effectivement possible. A ce titre, l’embolisation percutanée semble préférable à une procédure per-opératoire. Elle est réservée à des équipes spécialisées ; sa faisabilité est proche de 100%.

Un délai de 30 à 45 jours entre l’embolisation et la résection hépatique paraît être un bon compromis pour permettre une hypertrophie suffisante du futur foie restant, tout en minimisant le risque d’évolution tumorale (Grade C).

L’indication de l’embolisation portale pré-opératoire repose sur la détermination du volume du futur foie restant, calculé à partir d’une évaluation volumétrique hépatique et tumorale par scanner. Elle est impérative si le volume du futur foie restant est inférieur à 25%. Elle n’est pas recommandée si le volume du futur foie restant est supérieur à 40%. Entre 25 et 40%, l’indication de l’embolisation portale pré-

opératoire doit être discutée au cas par cas, en fonction de la durée d’une éventuelle chimiothérapie d’induction, de la durée prévisible d’ischémie opératoire du futur foie restant, et de la complexité de l’intervention hépatique prévue (Grade C).

En conclusion,

une discussion pluridisciplinaire périodique est indispensable pour sélectionner les patients dont les métastases hépatiques pourraient devenir résécables. Dans les équipes spécialisées, elle permet de mettre en place une stratégie thérapeutique adaptée à chaque patient, basée sur l’utilisation combinée ou séquentielle de la chimiothérapie d’induction, des traitements par destruction locale des métastases hépatiques, de l’embolisation portale pré-opératoire et la chirurgie de résection hépatique. Ces procédures restent actuellement réservées à des équipes spécialisées et doivent faire l’objet d’essais cliniques (Accord professionnel).

Références

Documents relatifs

Tous ces facteurs sont impliqués dans l’inflammation synoviale, dans l’hyperactivation des cellules de la membrane synoviale, et dans les mécanismes de destruction

pertinentes répétées La stratégie la plus importante pour appliquer le principe de l’activation neuronale répétée est de prévoir plusieurs activités pour lesquelles il

En conclusion, notre travail suggère qu’un taux de DPP3 élevé dans le plasma pourrait être un potentiel FDM associé à une mortalité plus élevée et une dysfonction d’organe

Les métastases cérébrales sont un événement rare au cours de la prise en charge des patients atteints d’un cancer de la vessie.. Cet événement peut apparaître dans

complète de l'ascite associée à une hypertrophie majeure du foie gauche compensatoire (10 ans plus tard, figure 1d). Cette hypertrophie hépatique très importante pourrait

As a follow-up to a call by the Second World Confer- ence on National Parks, held in Yellowstone and Grand Teton in September 1972, representatives of six Central American countries

Une jeune fille de 19 ans, ayant reçu une instruction secondaire, possédant une jolie écriture et au courant des trav au x par écrit, cherche pour le printemps

An in depth discussion of the physical e ffects of all of the 25 parameters which varied in the EnKF experiments is beyond the scope of this paper (and perhaps of little