Haut PDF Pyonéphrose : Etude rétrospective à propos de 32 cas

Pyonéphrose : Etude rétrospective à propos de 32 cas

Pyonéphrose : Etude rétrospective à propos de 32 cas

L’évolution post-opératoire à court terme est en général favorable. Toutefois, des complications peuvent se voir tel que : L’infection de la paroi, une fistule lombaire traînante un état de choc septicémique ou enfin le décès (4). A long terme, la complication la plus redoutable, même si elle est rare, est le risque néoplasique par la survenue du carcinome épidermoide des voies excrétrices dont le pronostic est défavorable avec une moyenne de survie de 5 mois (78). La surveillance de cette complication est difficile dans notre contexte, ou la plupart des malades sont perdus de vue. Il faut noter que le diagnostic de cette tumeur est difficile, de ce fait des auteurs préconisent une prévention primaire de cette tumeur par une urétérectomie systématique lors de toute néphrectomie pour pyonéphrose (47-79).
En savoir plus

99 En savoir plus

Hémorragies graves de la délivrance : etude rétrospective à propos de 72 cas

Hémorragies graves de la délivrance : etude rétrospective à propos de 72 cas

Les Hémorragies graves de la délivrance. Etude rétrospective à propos de 72 cas. - 49 - L’embolisation ne semble pas altérer la fertilité ultérieure des patientes [57]. , il a été rapporté 113 grossesses après embolisation. Concernant les 92 grossesses s’étant prolongées au-delà du premier trimestre, elles ont toutes permis la naissance d’un enfant eutrophe, bien portant, à terme. Cependant, le risque de récidive de l’hémorragie de la délivrance chez ces patientes semble élevé, pouvant atteindre 33 % [43]. Enfin, il ne semble pas y avoir de différence à long terme pour la fertilité et le pronostic obstétrical entre les patientes ayant eu une simple embolisation et celles ayant eu une embolisation et une ligature vasculaire [43].
En savoir plus

108 En savoir plus

Formes graves du psoriasis : etude rétrospective à propos de 28 cas

Formes graves du psoriasis : etude rétrospective à propos de 28 cas

116 RESUME : Le psoriasis est une dermatose érythématosquameuse chronique fréquente le plus souvent bénigne. Néanmoins, les formes graves peuvent mettre en jeu le pronostic fonctionnel et vital du malade. Notre objectif était de tracer le profil épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutif des formes graves du psoriasis à travers une étude rétrospective menée au service de Dermatologie du CHU Mohammed VI de Marrakech sur une période de 6 ans, entre janvier 2002 et décembre 2008. Nous avons inclus 28 malades atteints de psoriasis grave : psoriasis pustuleux, érythrodermique, arthropathique et le psoriasis vulgaire généralisé ayant résisté au traitement classique. L’âge de nos patients variait entre 9 et 80 ans avec une moyenne d’âge de 44.5 ans et une légère prédominance féminine (57%). Une érythrodermie a été notée dans 11 cas (39%), un psoriasis pustuleux dans 9 cas (32%), un psoriasis vulgaire généralisé dans 7 cas (25%) et un cas de psoriasis arthropathique associé au psoriasis pustuleux (4%). Si le diagnostic clinique du psoriasis était souvent aisé, 19 cas (68%) ont nécessité un examen histologique complémentaire. Le traitement d’attaque reposait le plus souvent sur les dermocorticoïdes soit seuls (50%) soit associés à un traitement général par méthotrexate (14%) ou rétinoïdes (14%). L’évolution a été souvent bonne. Nous avons déploré un cas de décès dû à un choc septique.
En savoir plus

138 En savoir plus

Plaie Rénale et urétérale par arme blanche : etude rétrospective à propos de 10 cas

Plaie Rénale et urétérale par arme blanche : etude rétrospective à propos de 10 cas

I- ETUDE DE LA SERIE : De Juillet 2002 à janvier 2007, 9 patients ont été admis au CHU de Marrakech Mohamed VI pour plaie rénale et un patient pour plaie urétérale par arme blanche. Dans notre étude, nous avons étudié de façon rétrospective l’âge et le sexe des patients, le caractère uni ou bilatéral de la lésion, la présence ou non de lésion associée et leur nature, la survenue de la plaie sur rein pathologique, les signes de départ avec la présence ou non d’instabilité hémodynamique, le bilan radiologique initial, la prise en charge initiale à savoir un geste chirurgical en urgence ou différé ou bien une simple surveillance et la survenue de complications.
En savoir plus

131 En savoir plus

L’hypertrophie bénigne de la prostate ( Etude rétrospective à propos de 359 cas )

L’hypertrophie bénigne de la prostate ( Etude rétrospective à propos de 359 cas )

- 107 - VI - HBP ET CANCER DE LA PROSTATE: Il n'existe pas de corrélation entre HBP et le cancer de la prostate, sauf en ce qui concerne leur relation commune avec l'âge et l'état hormonal individuel. Un malade présentant une HBP ne court pas plus de risque de faire un cancer de la prostate que par la tranche d'âge de la population à laquelle il appartient. Du faite de l'extrême fréquence de l'HBP et de la fréquence plus relative mais importante du cancer de la prostate, ces deux pathologies vont coexister dans un bon nombre de cas. Ceci est confirmé par le fait qu'on retrouve un foyer cancéreux à l'examen histopathologique dans presque 10% des cas d'HBP opérés. Pour JANIN et cool (45), le nombre de cas découvert fortuitement est 2,7% pour les adénomectomies chirurgicales et de 14,4% pour les résections transuréthrales de la prostate (RTUP), cette différence s'explique par la technique de l'examen anatomopathologique. En effet, pour l'adénomectomie chirurgicale, seuls les prélèvements sont examinés alors que pour la RTUP, les pièces sont examinées complètement. Dans notre série, sept néoplasies associées à une HBP ont été découvrtes soit 4,39% pour les ATV, et trois néoplasies associées à l'HBP pour les RTUP soit 1,11%. Selon BOSTWIK (9), pour dépister un cancer prostatique même infra clinique, on doit associer au TR :
En savoir plus

125 En savoir plus

Accouchements sur utérus cicatriciels : etude rétrospective à propos de 527 cas

Accouchements sur utérus cicatriciels : etude rétrospective à propos de 527 cas

le risque de décès périnatal en rapport avec le mode d’accouchement est 11,6 fois supérieur en cas d’EDT par rapport à une CZ programmée ; en fait, ce risque est de 12.9/10 000 versus 1.1/10 000 respectivement (p= 0.001). En revanche, Landon et al. (53), dans leur étude prospective ne trouvent pas de différence concernant la mortalité néonatale entre le groupe des EDT et celui des CZ itératives programmées ; en effet, ils ont enregistré 2 décès néonataux issus par VB et qui avaient une encéphalopathie hypoxique-ischémique dans un contexte de RU. Comme pour Landon, Rosen et coll. ont publié déjà en 1991 une méta-analyse portant sur 10 études où ils rapportent qu’il n’y a aucune différence entre les groupes EDT et césarienne prophylactique en matière de taux de décès périnatal (0,3% par comparaison avec 0,4%) (51).
En savoir plus

152 En savoir plus

L’évaluation du pronostic des comas post-anoxiques ( Etude rétrospective à propos de 5 cas )

L’évaluation du pronostic des comas post-anoxiques ( Etude rétrospective à propos de 5 cas )

MORRIS et al (1998) ont décrit trois cas de myoclonies précoces dans le coma après arrêt cardio-respiratoire. Ces myoclonies précoces sont un élément de mauvaise évolution surtout quand elles dues à un arrêt cardiaque consécutif à un asthme aigu ou à l’asphyxie. Les patients développent un syndrome de Lance Adams qui est une complication rare de l’arrêt cardio-circulatoire transitoire ayant entrainé des lésions cérébrales. Elles se manifestent dès les premiers jours suivant l’anoxie. Elles sont déclenchées, d’une part lors de l’initiation du mouvement et, d’autre part, lors des stimulations tactiles ou auditives ou d’autres situations : charge émotionnelle forte avec une bonne évolution à long terme.
En savoir plus

102 En savoir plus

Profil épidémiologique et étiologique des cardiopathies congénitales ( Etude rétrospective à propos de 427 cas )

Profil épidémiologique et étiologique des cardiopathies congénitales ( Etude rétrospective à propos de 427 cas )

un aspect particulier du visage (front bombé, énophtalmie, hypertélorisme, racine du nez aplatie, menton pointu), des anomalies oculaires (essentiellement un embryotoxon postérieur visible à la lampe à fente), des anomalies vertébrales (anomalie de fusion des hémicorps vertébraux aboutissant à des images de vertèbres en « aile de papillon ») et dans environ 10 à 20 % des cas une malformation cardiaque (le plus souvent une sténose pulmonaire périphérique mais parfois une SP valvulaire ou un Fallot). Sur le plan biologique, on peut mettre en évidence des signes de cholestase et une hypercholestérolémie importante.
En savoir plus

191 En savoir plus

Les interruptions médicales de grossesse d'indication fœtale : du dépistage à l'examen foetopathologique. Etude rétrospective à propos de 150 cas

Les interruptions médicales de grossesse d'indication fœtale : du dépistage à l'examen foetopathologique. Etude rétrospective à propos de 150 cas

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

81 En savoir plus

Diabète et grossesse ( Etude rétrospective à propos de 45 cas )

Diabète et grossesse ( Etude rétrospective à propos de 45 cas )

Diabète Type 2 : Le diabète de type 2 représente actuellement plus d’un tiers des diabètes prégestationnels (105) Il se caractérise par une surmortalité périnatale (de l’ordre de 4 à 8 %) (106) et un taux de malformations majeures de l’ordre de 3 à 4% (28). Ceci est majoré par les facteurs associés, notamment l’âge, l’obésité, le diabète méconnu et (ou) la prise en charge tardive de la grossesse. Là encore, l’influence positive de la programmation de la grossesse est notée même si moins nette que pour le diabète type1 ainsi que le montre une enquête française réalisée chez 11 grossesses programmées et 61 grossesses non programmées (106), (107). Un taux d’HbA1c supérieur à 8% n’était observé que pour une femme du groupe programmé vs 13 du groupe sans programmation, avec 4 cas de mortalité périnatale dans le groupe sans programmation.
En savoir plus

184 En savoir plus

Appendicites aiguës : etude rétrospective à propos de 562 cas

Appendicites aiguës : etude rétrospective à propos de 562 cas

un abcès péri-appendiculaire sans que l'appendice soit visible. Un stercolithe appendiculaire, est visible dans 14 à 17 % des appendicites aiguës, souvent associé à une perforation. Une échographie appendiculaire jugée normale n'élimine pas le diagnostic d'appendicite aiguë dans 7 à 16 % des cas (47), mais l'absence de visualisation de l'appendice, critère le plus souvent utilisé pour dire de l'échographie appendiculaire qu'elle est normale est remis en cause par de nombreux articles, Si pour Puylaert (45) un appendice sain n'est pas visualisable d'autres auteurs savent maintenant voir et caractériser un appendice sain. C'est le cas notamment pour M.Ricoux (55). Selon cet auteur : « la mise en évidence échographique de l'appendice et le jugement porté sur son état, normal ou pathologique, sont les étapes importantes de ce type d'examen. Ce n'est qu'en franchissant ces deux étapes qu'on pourra faire savoir au chirurgien de façon formelle que les symptômes du patient ne sont pas en relation avec l'appendice, si tel est le cas ».
En savoir plus

126 En savoir plus

Manifestations dermatologiques du lupus : etude rétrospective à propos de 44 cas

Manifestations dermatologiques du lupus : etude rétrospective à propos de 44 cas

91 Tolérance. Les antipaludéens de synthèse sont habituellement très bien tolérés au cours du lupus érythémateux. Le profil de tolérance de l’hydroxychloroquine est meilleur que celui de la chloroquine. Les effets secondaires à court terme sont les troubles digestifs et la survenue très rare d’anomalies hématologiques (anémie, thrombopénie, leucopénie). Ils peuvent provoquer une hémolyse chez les malades atteints de déficit génétique en glucose-6-phosphate déshydrogénase. Les effets secondaires au long cours sont dominés par le risque rare de rétinopathie, un seul cas de cette complication a été noté dans notre série. La fréquence de la rétinopathie aux antipaludéens est très faible aux doses actuellement utilisées. Elle a été estimée à 0,95/1 000 patients-années dans une étude de lupus systémiques suivis en milieu rhumatologique et recevant des doses moyennes d’antipaludéens similaires à celles utilisées en dermatologie. Dans une cohorte de 940 malades suivis en moyenne 3 ans en pratique rhumatologique, un seul cas de rétinopathie confirmée a été détecté. Pour prévenir l’apparition de cette rétinopathie, les doses quotidiennes maximales recommandées sont de 6,5 mg/kg de poids en ce qui concerne l’hydroxychloroquine et de 4 mg/kg de poids en ce qui concerne la chloroquine. Une surveillance ophtalmologique annuelle ou bi-annuelle est nécessaire. Rarement, surtout lors de posologies élevées pendant des durées supérieures à 5 ans, peuvent survenir des accidents neurologiques et cardiaques (ototoxicité, myopathie avec cycloplégie et myocardiopathie révélée par un bloc auriculo-ventriculaire). Une coloration bleu-noir du palais et du lit de l’ongle est également possible lors d’administration prolongée (84, 85).
En savoir plus

130 En savoir plus

Placenta accrété ( Étude rétrospective a propos de 10 cas )

Placenta accrété ( Étude rétrospective a propos de 10 cas )

34 Quatrième observation: 2004 Mme J.M âgée de 40ans, G5P3, ayant comme antécédent obstétrical un utérus triplement cicatriciel. Elle a été hospitalisée pour des métrorragies sur une grossesse de 28 semaines d’aménorrhées. Une échographie obstétricale a objectivé un placenta preavia antérieur type II de Bessis. Le bilan biologique a révélé une anémie hypochrome normocytaire à 8,8g/dl où une supplémention ferrique a été démarré. Une échographie Doppler obstetricale a été en faveur d’un placenta accreta en montrant une vascularisation continue entre le placenta et le myomètre. Une cure de corticothérapie a été administrée et la patiente a été déclarée sortante avec une surveillance hebdomadaire à la consultation prénatale. A 32 semaines d’aménorrhées, elle a été ré admise pour rupture de la poche des eaux avec issu un liquide clair. Deux jours après, on a observé un virage de liquide amniotique où une césarienne a été indiquée pour virage du liquide amniotique,bishop défavorable et un utérus triplement cicatriciel. L’exploration chirurgicale a révélé une zone très vascularisée à la partie supérieure du segment inférieur d’où une hystérotomie corporéale verticale. Ceci a permis l’extraction podalique d’un nouveau né du sexe féminin, Apgar à 08/10 avec un poids de naissance 1800g. La délivrance artificielle du placenta a été impossible, une hystérectomie totale a été décidée après ligature des artères hypogastriques devant le saignement abondant (1500cc) et l’atonie utérine. La patiente a été transfusée par quatre culots globulaires et mise sous antibiothérapie à large spectre. L’étude anatomopathologique a confirmé le diagnostic du placenta percreta. L’évolution maternelle et fœtale a été favorable.
En savoir plus

129 En savoir plus

Prise en charge des plaies pénétrantes abdominales et thoracoabdominales : à propos d'une étude rétrospective de 186 cas

Prise en charge des plaies pénétrantes abdominales et thoracoabdominales : à propos d'une étude rétrospective de 186 cas

PRISE EN CHARGE DES PLAIES PENETRANTES ABDOMINALES ET THORACOABDOMINALES : A PROPOS D'UNE ETUDE RETROSPECTIVE DE 186 CAS RESUME : Il s'agit d'une étude rétrospective, monocentrique de 186 cas de plaies abdominales ou abdomino- thoraciques prises en charge entre 2004 et 2013 dans le service de Chirurgie Digestive et de l'Urgence du CHU de Grenoble. Ont été exclus les traumatismes fermés, les plaies non traumatiques, les plaies cervicales, de la sphère céphalique, des membres, les plaies ano-périnéales et les plaies thoraciques isolées au dessus du 5e espace inter-costal. Ont été inclus les cas présentés en revue de morbi-mortalité du déchoquage. La mortalité était de 11 cas (5,9%). L'âge moyen était de 36 ans (13-87). Les armes utilisées étaient majoritairement des armes blanches (145 cas - 78%). Les patients étaient stables ou stabilisés à leur arrivée dans 163 cas (87,6%). Il y a eu 6 thoracotomies ressuscitatives. Pour les plaies abdominales nécessitant une exploration au bloc opératoire, la laparotomie était le geste choisi le plus souvent (78/186 - 41,9%), mais la cœlioscopie a été retenue dans 46 cas (24,7%), convertie en laparotomie dans 9 cas (20%). Il y a eu une pénétration abdominale dans 103 cas (55,4%), thoracique dans 44 cas (23,7%), et à la fois thoracique et abdominale dans 29 cas (15,6%), dont 16 plaies diaphragmatiques. Les tentatives de suicide représentaient 43 cas (23,1%) avec une effraction péritonéale dans 31 cas (72,1%). Deux patients (1,1%) ont été opérés devant un tableau de péritonite tardive, après laparotomie exploratrice qualifiée de négative et après exploration de la plaie sous anesthésie générale. La prise en charge des plaies pénétrantes ou suspectes de l'être représente un défi médico-chirurgical imposant des protocoles de prise en charge efficients.
En savoir plus

44 En savoir plus

Pseudarthroses de la jambe : à propos de 40 cas, e tude rétrospective

Pseudarthroses de la jambe : à propos de 40 cas, e tude rétrospective

Figure 29 : Schéma illustrant la technique de transport osseux dans la perte osseuse étendue. (I) la perte osseuse étendue. (Ii) corticotomie proximal avec une fixation solide pour maintenir la longueur du membre. (Iii) le transport distale du fragment proximal pour consolider la fracture par compression. Régénération osseuse produite pour restaurer la longueur du membre. (32) Cependant, cette méthode est techniquement difficile exige une longue formation chirurgicale et une grande expérience de l’opérateur, et un suivi post opératoire très rapproché et long.

171 En savoir plus

Difficultés diagnostiques et thérapeutiques de l’Arthrite juvénile idiopathique à propos de 32 cas

Difficultés diagnostiques et thérapeutiques de l’Arthrite juvénile idiopathique à propos de 32 cas

Dans une étude rétrospective publiée par KODSI.SR portant sur 126 filles atteintes d’AJI sur une période de 5ans et demi, l’uvéite était présente chez 39 filles, 34 ayant la forme oligoarticulaire et 5 ayant la forme polyarticulaire. Dans notre série, l’atteinte oculaire qui fait le pronostic de cette forme a été retrouvée chez 2 cas, une panuvéite bilatérale chez un cas, une uvéite chronique et une kératite ponctuée superficielle chez l’autre. Ceci pourrait s’expliquer d’une part par le fait que l’examen ophtalmologique n’a pas été réalisé chez tous les malades, et d’autre part, par l’absence d’AAN chez les malades qui ont bénéficié d’un examen ophtalmologique .
En savoir plus

170 En savoir plus

Accidents hmorragiques aux AVK Etude cas tmoin :  propos de 200 patients

Accidents hmorragiques aux AVK Etude cas tmoin : propos de 200 patients

En matière de prescription des AVK, le rapport bénéfice/risque doit toujours être pesé car ils sont connus comme ayant une iatrogénie élevée avec 12,7 % d’hospitalisation pour effets indésirables dont les hémorragies, avec une incidence annuelle d’hémorragies majeures entre 1,3 et 3,4% [27]. En France, les accidents hémorragiques imputables aux AVK représentent la première cause d’accident iatrogène responsable de près de 20 000 hospitalisations/an avec une incidence d’épisodes hémorragiques graves de 4,9/100 patients-année et d’accidents mortels de 0,8/100 patients/année [28]. Aux États-Unis, sur plus de 2 millions de sujets traités, la mortalité par accidents hémorragiques est estimée à 1% [1]. Une étude rétrospective sur 530 patients montre une incidence de 2,7% de décès par hémorragie par année de traitement [29].
En savoir plus

102 En savoir plus

Pépite | Caractéristiques et prise en charge des bursites : étude rétrospective multicentrique à propos de 246 cas

Pépite | Caractéristiques et prise en charge des bursites : étude rétrospective multicentrique à propos de 246 cas

- Drainage à l’aiguille non possible. Nous retrouvons à la fois des études avec une voie endoscopique ou à ciel ouvert. L’équipe coréenne de Rhyou (25) s’est intéressée aux résultats cliniques de la voie endoscopique. L’indication chirurgicale était posée si les symptômes perduraient malgré un traitement par anti-inflammatoire non stéroïdiens et antibiothérapie pendant 2 à 3 jours. Au terme de l’étude, sur 15 cas, 1 cas a présenté une complication de type nécrose cutanée. Ils n’ont pas mis en évidence de complication chirurgicale ou de récidive de l’épisode.
En savoir plus

56 En savoir plus

Pathologie moléculaire des carcinomes anaplasiques thyroïdiens : étude rétrospective à propos de 144 cas

Pathologie moléculaire des carcinomes anaplasiques thyroïdiens : étude rétrospective à propos de 144 cas

Sur 7 de ces 8 cas pour lesquels une immunohistochimie PTEN a été réalisée, il existe une conservation du marquage dans tous les cas ainsi qu’un marquage p53 de type physiologique sauf dans un cas où il est perdu (cependant sans témoin interne). Cela est plutôt en faveur de la mise en jeu d’autres mécanismes moléculaires qu’une altération classique des voies MAP-kinase et/ou PI3K- AKT. Dans l’objectif d’être exhaustif, nous avons réalisé sur ces cas une technique FISH à la recherche d’une altération du gène RET. Dans cette sous-population, 7 cas sont analysables mais aucun des cas interprétables ne présentent de réarrangement de RET/PTC en technique FISH. Les réarrangements de RET/PTC sont présents dans les carcinomes papillaires avec une prévalence allant de 13 à 46% et sont plus fréquents chez des patients ayant un antécédent d’irradiation (60%) 40 . Ces cas sont associés à une progression indolente sans évolution métastatique ganglionnaire ou à distance et sont donc peu retrouvés dans les CAT ou les carcinomes peu différenciés 179,180 . Il n’est pas surprenant de ne pas retrouver la présence de cette translocation dans nos cas et on peut émettre l’hypothèse que la translocation de RET/PTC n’est pas un évènement oncogénique assez puissant pour induire une dédifférenciation. D’autres mécanismes doivent donc concourir à la progression tumorale et d’autres analyses moléculaires doivent être effectuées. Les mécanismes de la cancérogenèse ne sont encore qu’au stade des suppositions. De plus, en l’absence d’étude de l’ADN germinal, il n’est pas possible de faire la part, de façon certaine, entre les mutations germinales et somatiques et les mutations conductrices et passagères.
En savoir plus

126 En savoir plus

La mortalité néonatale au CHU Hassan II de Fès ( Étude rétrospective à propos de 235 cas )

La mortalité néonatale au CHU Hassan II de Fès ( Étude rétrospective à propos de 235 cas )

Elle faisait évoquer l’inhalation méconiale dans 5 cas, dans 6 cas une maladie des membranes hyalines (MMH). 1 cas d’hernie diaphragmatique gauche a été également recensé. L’échographie cardiaque a mis en évidence une cardiopathie congénitale dans 2 cas (0,85%).Il s’agissait dans un cas d’une cardiopathie congénitale complexe associant une communication inter ventriculaire (CIV), un situs solitus et truncus artériosus de type B et dans le second une hypertension artérielle pulmonaire sévère (HTAP) sur communication inter auriculaire (CIA).
En savoir plus

152 En savoir plus

Show all 10000 documents...