Haut PDF Le profil pidmio-clinique, thrapeutique et volutif du carcinome mdullaire du sein

Le profil pidmio-clinique, thrapeutique et volutif du carcinome mdullaire du sein

Le profil pidmio-clinique, thrapeutique et volutif du carcinome mdullaire du sein

Résumé Le carcinome médullaire du sein, est une forme histologique à stroma inflammatoire nécessitant pour sa définition des critères histologiques stricts (RIDOLFI 1977). Il représente moins de 5% des tumeurs mammaires. Le but de ce travail est d’analyser les caractéristiques épidémiologiques, cliniques , évolutif et des résultats thérapeutiques, à travers une étude rétrospective portant sur le carcinome médullaire du sein confirmé histologiquement et pris en charge au service d’oncologie CHU Marrakech durant une période de 5 ans, allant de 2007 à 2012. 17 cas de carcinome médullaire ont été colligés soit 2.2% des cancers mammaires traités durant la même période .La moyenne d’âge était de 47 ans (30-58ans). La taille tumorale moyenne était de 4 cm avec une atteinte ganglionnaire axillaire dans 6 cas (35%). Le siège fréquent était le quadrant supéro-externe chez 47% des cas. 30% des cas présentaient un carcinome médullaire typique. Les récepteurs hormonaux ostrogéniques et progésteroniques étaient négatifs dans 9 cas (52%) et HER négatif chez 5 patientes (47%). Tous les carcinomes typiques étaient « triple négatif ». Une chirurgie conservatrice était réalisée chez 47% des cas, alors qu’une mastectomie totale avec curage ganglionnaire concernait les 53% des patientes restantes. La chimiothérapie était administrée chez 88% des patientes. La radiothérapie postopératoire était pratiquée chez dans 94% des cas. 35% des cas avaient reçus une hormonothérapie adjuvante, deux malades avaient bénéficié d’une thérapie ciblée. Avec un recul médian de 25mois, un cas de récidive était rapporté, aucun cas de métastase ni de décès n’était noté. Cette étude confirme l’évolution favorable du cancer médullaire du sein malgré des facteurs de mauvais pronostiques souvent retrouvés dans ces tumeurs rares.
En savoir plus

161 En savoir plus

Le carcinome lobulaire du sein : le profil pidmiologique, clinique, thrapeutique et volutif  Marrakech

Le carcinome lobulaire du sein : le profil pidmiologique, clinique, thrapeutique et volutif Marrakech

moelle osseuse ainsi qu’au niveau des organes gynécologiques, et on observe moins de métastases pleuropulmonaires. [291] Fondriner et al. [292] ont comparé l’évolution métastatique des carcinomes canalaires et lobulaires du sein à partir de deux séries appariées (376 patientes), ils ont constaté que les métastases hépatiques, pulmonaires et cérébrales apparaissent beaucoup plus fréquemment dans le CCI. Les métastases digestives, péritonéales et gynécologiques sont beaucoup plus caractéristiques du CLI. Il n’y a aucune différence de survie (globale et sans événement) entre les deux populations. Ces résultats confirment donc les différences d’évolution métastatique et posent le problème de l’inadaptation des bilans d’extension actuellement proposés pour les CLI. [292]
En savoir plus

204 En savoir plus

Le profil pidmio-clinique thrapeutique et volutif du glioblastome

Le profil pidmio-clinique thrapeutique et volutif du glioblastome

Promising Survival for Patients With Newly Diagnosed Glioblastoma Multiforme Treated With Concomitant Radiation Plus Temozolomide Followed by Adjuvant Temozolomid.. BENOUAICH-AMIEL A, S[r]

165 En savoir plus

Profil pidmiologique, clinique, immunologique, histologique et volutif de la maladie coeliaque Chez l'enfant (A propos de 220 cas)

Profil pidmiologique, clinique, immunologique, histologique et volutif de la maladie coeliaque Chez l'enfant (A propos de 220 cas)

2.2 La sprue réfractaire : (120, 143,163) Elle est définie par l’absence d’amélioration clinique et la persistance de l’atrophie villositaire après un an de RSG bien suivi et en l’absence d’affection maligne macroscopique (120).Ce tableau peut être présent d’emblée ou compliquer secondairement une maladie coeliaque auparavant contrôlée par le régime [163] et serait observé dans 1 à 5% des maladies coeliaques de l’adulte [163]. Il impose un bilan morphologique exhaustif à la recherche d’un adénocarcinome du grêle ou d’un lymphome T, bilan comprenant une endoscopie digestive haute avec biopsies, une coloscopie totale, une tomodensitométrie abdominale, un PET-scan. L’entéroscopie poussée et la vidéocapsule peuvent compléter ces examens. Si cette recherche est négative et a fortiori s’il existe une jéjuno-iléite ulcérée, il faut, pour classer la sprue réfractaire, analyser les lymphocytes intra épithéliaux par immunomarquage, cytométrie de flux et recherche d’un réarrangement clonal du récepteur TCR. Dans la sprue réfractaire de type I, les lymphocytes intra épithéliaux sont normaux. Dans la sprue réfractaire de type II, ils sont anormaux, résultat d’une prolifération monoclonale témoignant d’un lymphome cryptique
En savoir plus

169 En savoir plus

Profil pidmiologique, clinique, paraclinique et volutif de l'infirmit motrice crbrale au niveau du service de pdiatrie A du CHU Mohammed VI Marrakech

Profil pidmiologique, clinique, paraclinique et volutif de l'infirmit motrice crbrale au niveau du service de pdiatrie A du CHU Mohammed VI Marrakech

La comparaison de nos résultats avec les données de la littérature est difficile car, l’adhérence des familles d’enfants suivis pour IMC à la prise en charge reste faible. IV. Profil thérapeutique : La prise en charge de l’IMC doit être précoce et multidisciplinaire et le dépistage d’un handicap chez les enfants à risque doit se faire lors de la surveillance systématique durant les premières années de vie (1). Ce suivi régulier permet d’accompagner réellement l’enfant et sa famille en assurant dès le départ une guidance parentale.L’IMC ne peut être absorbé que dans la complexité de ses composantes médicales, psychologique, familiales et éducatives. Chacun a son rôle à jouer à un moment donné, une corrélation étroite des actions est toujours nécessaire. 1. Rééducation motrice :
En savoir plus

78 En savoir plus

Le profil pidmiologique diagnostique et thrapeutique du cancer de lestomac

Le profil pidmiologique diagnostique et thrapeutique du cancer de lestomac

g. Cellules sécrétant la sérotonine (Ou cellules entérochromaffines de Kulchitsky-Masson) Elles se trouvent tout le long du tube digestif et sont à l’origine des tumeurs carcinoïdes. Leurs grains de sécrétion contiennent la sérotonine. Elles sont nombreuses dans l’antre et la région fundique. L’apex cellulaire n’atteint pas la lumière glandulaire. À côté de ces cellules endocrines reconnues par leurs caractères ultrastructuraux ou la présence en leur sein de substances spécifiques, il a été mis en évidence, dans la paroi gastrique, dans les neurones ou leurs extrémités, des neuropeptides tels le vasointestinal peptide (VIP), la neurotensine, les endorphines dont le rôle physiologique est d’inhiber la sécrétion gastrique.
En savoir plus

196 En savoir plus

Pied diabtique : Profil pidmiologique thrapeutique et pronostique

Pied diabtique : Profil pidmiologique thrapeutique et pronostique

─ L’antibiothérapie initiale est en général empirique, elle doit être déterminée par la situation clinique, l’épidémiologie microbienne locale et selon les recommandations adoptées. [105] Elle doit comporter une molécule active sur le staphylocoque et le streptocoque et d’autres molécules visant d’autres germes selon le contexte. On peut notamment viser les germes anaérobies devant des lésions gangréneuses, nécrotiques et malodorantes et surtout dans notre contexte. Parfois il est désirable d’administrer une association thérapeutique devant la suspicion d’une infection poly microbienne.
En savoir plus

209 En savoir plus

Profil pidmiologique, thrapeutique, et volutif de la pathologie hmorrodaire: Exprience du service de gastro-entrologie du CHU MED VI de Marrakech

Profil pidmiologique, thrapeutique, et volutif de la pathologie hmorrodaire: Exprience du service de gastro-entrologie du CHU MED VI de Marrakech

Le mot « hémorroïde », du grec « Hemorhein », signifie écoulement sanglant. Les anciens ne s’y étaient pas trompés, ils avaient judicieusement défini les hémorroïdes non par leur aspect mais par leur manifestation essentielle: les hémorragies. La définition des hémorroïdes ne peut être qu’imprécise puisqu’il s’agit de formations de nature vasculaire, plus artérielle que veineuse, siégeant au niveau de la sous-muqueuse anale, dont le rôle physiologique et le mode de transformation en un état pathologique demeurent hypothétiques sur bien des points. Il faut en effet distinguer les hémorroïdes: formations anatomiques normales du canal anal, existant dès la naissance, et l’hémorroïde maladie. Mais il n’y a aucune corrélation anatomo-clinique: de grosses hémorroïdes peuvent être parfaitement tolérées et des hémorroïdes discrètes ou un anus seulement congestif être à l’origine de saignements et d’inconfort en permanence.
En savoir plus

183 En savoir plus

Profil pidmiologique, clinique et volutif des pleursies colligs au service de pneumologie de lhpital militaire Avicenne Marrakech

Profil pidmiologique, clinique et volutif des pleursies colligs au service de pneumologie de lhpital militaire Avicenne Marrakech

Ceci peut s’expliquer en partie par le fait que plupart de ces auteurs s’est intéressé à un aspect particulier des pleurésies, ce qui a pu mettre plus l’étiologie tuberculeuse en relief, alors que notre étude porte sur toutes les pleurésies sans aspect particulier ciblé. Les pleurésies cancéreuses sont une pathologie fréquente, on les retrouve dans 15% des cas au moment du diagnostic de cancer et dans 46% au cours de l’évolution de la maladie il s’agit d’un tournant évolutif dans la maladie avec une médiane de survie entre 3 et 12 mois selon le primitif (2,6 mois pour le cancer du poumon) [61], [62]. Sur le plan étiologique, on retrouve dans 37 % des cas un cancer du poumon, un cancer du sein dans 25 % des cas, un lymphome dans 10 %, un mésothéliome dans 4 % et dans 7 % l’étiologie reste inconnue [63], [64].
En savoir plus

122 En savoir plus

Profil pidmio-clinique de la pathologie dermatologique  travers une campagne mdicale des Forces Armes Royales dans la rgion de Taroudant

Profil pidmio-clinique de la pathologie dermatologique travers une campagne mdicale des Forces Armes Royales dans la rgion de Taroudant

Ainsi au XVI siècle, la ville de Taroudant connut la gloire et atteignit son apogée. Mais au siècle suivant, elle fut frappée par une épidémie de peste qui décima ses habitants. Le Sultan Ahmed AL Mansour, lui-même en périt en 1012 de l’hégire. La plupart des survivants fuirent et la ville fut abandonnée. Ce fut le début du déclin pour la dynastie des Saadiens. Les descendants d’Ahmed Al Mansour se disputèrent le trône et le Maroc se subdivisa en deux royaumes dont les capitales furent Fès et Marrakech. Au sein du royaume de Marrakech, Taroudant jouit d’une place de choix. Elle fut le refuge du Sultan Zaydan Ibn Al Mansour. Par la suite, elle connut une période d’indépendance [1].
En savoir plus

113 En savoir plus

Glomrulonphrite extramembraneuse : profil pidmiologique, clinique, tiologique et volutif : A propos de 33 cas

Glomrulonphrite extramembraneuse : profil pidmiologique, clinique, tiologique et volutif : A propos de 33 cas

Le but de notre étude vise à déterminer le profil épidémiologique, clinico-biologique, histologique, thérapeutique et évolutif de cette affection. Nous avons mené une étude rétrospective monocentrique, réalisée au service de néphrologie du Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI, sur une période de 3 ans ( 2014 - 2016), incluant 33 cas de GEM confirmées par une PBR (MO+IF), avec un suivi minimal de 6 mois. Tous les patients ont reçu un traitement non spécifique puis réévalués à 6 mois. Le critère principal de l’étude était l’obtention d’une rémission du syndrome néphrotique. La rémission complète était définie par une protéinurie <0,3g/24h avec une fonction rénale normale et la rémission partielle par une protéinurie entre 0,3 et 3g/24h avec stabilisation de la créatininémie.
En savoir plus

101 En savoir plus

Ulcre de Marjolin : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique: A propos de 30 cas

Ulcre de Marjolin : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique: A propos de 30 cas

Futrell et Myers [89] en 1972 montrent une association entre la création d’îlots alymphatiques de la peau chez le rat et la survenue de cancers du même type que ceux occasionnés par les brûlures. Bostwick [90] en 1975 montre que les cicatrices de brûlures chez l’homme oblitèrent les lymphatiques périphériques créant ainsi ces îlots alymphatiques que décrivent les études sur le rat. Il avance une hypothèse intéressante : La barrière cicatricielle jouerait un rôle primordial dans un premier temps : elle limiterait la croissance tumorale au sein de la fibrose ; d’où la latence particulièrement longue des ulcères de Marjolin. Mais cette barrière provoquerait l’oblitération des lymphatiques péri- tumoraux, empêchant ainsi aux antigènes tumoraux de gagner les relais ganglionnaires et les cellules immunocompétentes d’aller au contact tumoral : la réaction Antigène-anticorps est alors impossible. Lorsque la barrière cicatricielle est franchie, du fait de la croissance tumorale ou d’une exérèse chirurgicale, les cellules immunocompétentes (lymphocytes) seraient rapidement débordées : d’où l’évolution explosive et le pronostique péjoratif des adénopathies locorégionales.
En savoir plus

119 En savoir plus

Profil épidémio-clinique, thérapeutique et évolutif du cancer du sein chez la femme jeune

Profil épidémio-clinique, thérapeutique et évolutif du cancer du sein chez la femme jeune

RESUME Le cancer du sein est le premier cancer de la femme dans le monde. Il reste peu fréquent chez la femme jeune. Le but de ce travail est de préciser les différents aspects épidémio- cliniques, thérapeutiques et évolutifs du cancer du sein chez la femme jeune de moins de 40 ans au service d’oncologie radiothérapie du CHU Mohammed VI de Marrakech. Cette étude rétrospective porte sur 154 patientes jeunes âgées de 40 ans et moins, traitées pour cancer du sein entre janvier 2003 et décembre 2007. L’âge moyen était de 35,1 ans. Dix-neuf patientes (12,3%) avaient un antécédent familial de cancer du sein et 96,8% des cas avaient comme signe révélateur, un nodule palpable d’une taille moyenne de 6 cm.les cancers étaient classés T1 dans 7,8% des cas, T2 dans 31,8%, T3 dans 20,7% et T4 dans 39,7% des cas. Il s’agissait d’un carcinome canalaire infiltrant dans 71,1% des cas et les grades II et III d’SBR étaient prédominants (97%). L’atteinte ganglionnaire histologique été observée chez 83 malades (68,5%) et la tumeur n’exprimait pas les récepteurs hormonaux dans plus de 50% des cas. la recherche de l’HER2 n’a été effectuée que chez seulement 11 patientes dont deux avaient une surexpression de ce récepteur. Les cancers non métastatiques opérables (58,4%) ont été traités par chirurgie (conservatrice ou radicale) suivie éventuellement d’une chimiothérapie adjuvante, radiothérapie, hormonothérapie et thérapie ciblée alors que Les formes localement évoluées (29,2%) ou métastatiques au moment du diagnostic (12,3%) ont bénéficié d’une chimiothérapie première. Sur une période de suivi post-thérapeutique médiane de 39,6 mois, 34% des 103 femmes ayant une maladie contrôlée ont présenté une rechute dans un délai moyen de 16,6 mois. La survie globale à 3 ans était de 66,1%. Avec un taux de rechute élevé, le pronostic du cancer du sein chez les femmes jeunes de notre région est défavorable, rejoignant ainsi les données de la littérature.
En savoir plus

185 En savoir plus

Les kratoconjonctivites vernales : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique ( propos de 35 cas)

Les kratoconjonctivites vernales : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique ( propos de 35 cas)

Le profil clinique a montré la prédominance du frome palpébrale chez 51,4% suivie de la forme mixte chez 25,7% et la gravité de l’atteinte a été de légère à modérée chez 91,4%. Les données thérapeutiques récupérées ont montrées que la prescription des antidégranulants a intéressée tous nos patients, avec la préférence du NAAGA chez 74,3% des patients. Les antihistaminiques ont été prescrits en association aux antidégranulants chez 60,1% des patients les collyres ont été privilégiés chez 45,8 % de ces malades. Les corticoïdes ont été utilisés chez 31,4% des patients, dont 22,9% ont été des cas modérés, alors qu’aucun cas légère n’a été traité par cette alternative, l’utilisation des molécules de faible absorption oculaire tels la fluorometholone a été constaté, et seul un cas de croticodépendance a été rapporté dans notre série avec le recours à la ciclosporine 2%.
En savoir plus

171 En savoir plus

Le profil clinique, paraclinique et volutif des manifestations respiratoires du reflux gastro-oesophagien

Le profil clinique, paraclinique et volutif des manifestations respiratoires du reflux gastro-oesophagien

Une étude prospective en Tunisie portant sur 26 patients a étudié l’effet du RGO sur la fonction pulmonaire de base et l’hyperréactivité bronchique (HRB) et a conclu que le RGO affecte la fonction pulmonaire et majore l’HRB [58]. Une autre étude récente en Algérie a montré le rôle du RGO sur le contrôle de la maladie asthmatique en mentionnant qu’une symptomatologie clinique de RGO était retrouvée chez 22 patients et était plus importante dans les jours précédents l’exacerbation. Quinze patients prenaient des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) occasionnellement.Trente et un patients ont reçu (en plus du traitement conventionnel de l’asthme) des IPP à dose usuelle et des mesures hygiéno-diététiques.L’évolution immédiate était favorable chez tous les patients. Le suivi de la série a montré un contrôle satisfaisant chez 28 patients, tandis que trois patients non contrôlés ont bénéficié d’une endoscopie digestive haute retrouvant un RGO compliqué.
En savoir plus

129 En savoir plus

Mningites nonatales :  propos de 20 cas ; profil clinique ; bactriologique et volutif

Mningites nonatales : propos de 20 cas ; profil clinique ; bactriologique et volutif

Molyneux et coll. affirment que les signes cliniques de méningite méningococciques constamment retrouvés sont les troubles thermiques (fièvre), les troubles respiratoires et l’hypotonie. L’hypotonie axiale est un signe clinique fréquemment retrouvé [54]. Le cas de MNM rapporté par Tessier et all, avait présenté des anomalies à la NFS (hyperleucocytose et thrombopénie), la NFS reste un examen d’orientation vers l’origine infectieuse et n’as pas de spécificité dans la méningite méningococcique au même titre que la CRP [55]. Dans notre série, la CRP était de 119 mg/l.
En savoir plus

121 En savoir plus

Profil épidémiologique et clinique du cancer du sein chez la femme au CHU Mohammed VI de Marrakech

Profil épidémiologique et clinique du cancer du sein chez la femme au CHU Mohammed VI de Marrakech

Le cancer du sein est le premier cancer de la femme dans le monde. C’est la première cause de mortalité par cancer féminin. Notre travail concerne une série rétrospective de 209 cas de Cancer du sein hospitalisés au service de gynécologie obstétrique B du CHU Mohammed VI entre Janvier 2005 et Décembre 2009. Le but de notre étude est d’élucider les particularités épidémiologiques et cliniques du cancer du sein chez la femme. L’âge moyen de nos patientes était de 48,9 ans. On a noté une diminution du risque lié aux facteurs hormonaux, la majorité des patientes avait une ménarche après 12ans, une première grossesse précoce, une parité élevée, et une ménopause précoce. Néanmoins, l’allaitement prolongé a été rapporté seulement chez 13,4%, la prise de la pilule constituait 42,5%. Les antécédents familiaux de cancer gynécologique ont été rapportés chez 6,7%. Au plan clinique, le délai moyen de consultation était tardif (8mois), l’atteinte élective du sein gauche (44,9%) et du quadrant supèro-externe (37,3%). L’étude histologique montrait que la majorité des tumeurs était des carcinomes canalaires infiltrants (68,4%) avec un grade histopronostique SBR souvent élevé (II et III : 56,4%), la présence d’emboles vasculaires dans11, 5%. avec des métastases ganglionnaires dans 33,9% .Les récepteurs hormonaux étaient positifs dans 18,6 % cas. Les métastases au moment du diagnostic représentaient 5,7 %.La chirurgie radicale était la plus pratiquée dans 62,2%.Ces résultats pourraient s’expliquer par le diagnostic tardif. D’où la nécessité d’une politique nationale de dépistage précoce pour lutter contre ce problème.
En savoir plus

137 En savoir plus

Profil Epidemiologique du Carcinome Epidermoide Cutané dans la Région de Marrakech

Profil Epidemiologique du Carcinome Epidermoide Cutané dans la Région de Marrakech

Photo n°18 : Carcinome épidermoide cutané au niveau de la verge 5-2 Carcinomes du scrotum Son intérêt est historique, puisqu’il s’agit du premier cas de carcinome spinocellulaire professionnel rapporté. Le rôle des carcinogènes chimiques est prépondérant .Il a été initialement décrit chez les ramoneurs. Les mesures de protection actuelles en ont beaucoup diminué la fréquence. Les professions les plus exposés sont les ouvriers qui travaillent dans la métallurgie. Typiquement, il s’agit d’une lésion verruqueuse infiltrée du scrotum qui s’étend et s’ulcère. La richesse du réseau lymphatique explique que les atteintes ganglionnaires rapides ne sont pas rares.
En savoir plus

104 En savoir plus

Glomrulonphrites membranoprolifratives:  aspect pidemiologique, prsentation clinique  et aspect volutif

Glomrulonphrites membranoprolifratives: aspect pidemiologique, prsentation clinique et aspect volutif

GNMP : Profil épidémiologique, présentation clinique et aspect évolutif sur le trichrome de Masson. Il présente une coloration bleu foncée caractéristique sur des coupes au bleu de toluidine. Sur les colorations par l’argent, il se colore typiquement en brun clair [73,74,66,75]. Bien que ces modifications membranaires soient très caractéristiques, elles peuvent être sporadiques durant la phase précoce de la maladie. Dans ces cas, le diagnostic en microscopie optique est incertain et la microscopie électronique est nécessaire pour préciser, sans équivoque, les modifications membranaires.
En savoir plus

107 En savoir plus

Lcrasement du membre infrieur, Profil pidmiologique, diagnostic, thrapeutique, et pronostic

Lcrasement du membre infrieur, Profil pidmiologique, diagnostic, thrapeutique, et pronostic

La prise en charge dans la phase initiale avait comme objectif la prévention et le traitement de l’hypovolémie (2 cas =16,7%), l’hyperkaliémie (aucun cas), et de l’insuffisance rénal[r]

116 En savoir plus

Show all 4290 documents...