Haut PDF Géométrie plane en Terminale S

Géométrie plane en Terminale S

Géométrie plane en Terminale S

Faire des mathématiques … avec GéoPlan Page 2/5 La géométrie en terminale S Si J, K et L sont les milieux des côtés [AB], [OB] et [OA] les centres I des cercles (c) appartiennent au cercle de diamètre la médiane [OJ] (cercle passant par K et L). En effet dans le cercle (c) l'angle au centre A’IH est la moitié de l'angle inscrit A’B’H. De même dans le cercle de diamètre [AB] l'angle au centre OJA est la moitié de l'angle inscrit OBA.

5 En savoir plus

Comment différencier par la tâche en géométrie plane en CE1 ?

Comment différencier par la tâche en géométrie plane en CE1 ?

Hypothèse 6 : Nous pensons que mettre en place une différenciation par la tâche stigmatisera les élèves lorsque les groupes de besoin sont les mêmes. Sur nos séances, les élèves n’ont pas fait de remarque sur le choix des groupes. Aussi, l’enseignant avait bien expliqué avant les séances différenciées que trois groupes travaillaient sur des exercices différents mais que tous allaient pouvoir être utiles au groupe classe pour progresser en géométrie plane. Par ailleurs, les groupes n’étaient regroupés que pendant les moments de mise en commun, sinon les élèves travaillaient à leur bureau. Enfin, les groupes de différenciation ayant eu lieu sur relativement peu de séances, il y avait donc peu de risque de stigmatiser les élèves.
En savoir plus

64 En savoir plus

L’émergence de la perception des propriétés des figures en géométrie plane et son évolution au travers des situations langagières entre élèves de cycle 1

L’émergence de la perception des propriétés des figures en géométrie plane et son évolution au travers des situations langagières entre élèves de cycle 1

6 l'« observation des figures » » (citation non référencée issue de la source Wikipédia). Si la géométrie en maternelle reste empirique, c'est-à-dire qu’elle reste au stade du perceptif sans intervention de réelles propriétés, elle ne nécessite pas moins que les élèves acquièrent un vocabulaire adapté à exprimer leur perception des choses. On peut également s’interroger sur la nature de leur perception. Comment l’élève de 4-5 ans perçoit les propriétés des figures qu’il est sensé reconnaitre d’après les programmes de maternelle ? Et alors, quel vocabulaire va-t-il employer pour exprimer ce qu’il perçoit des figures ? Suivant les programmes 2015, les attendus en fin de maternelle dans le domaine de la géométrie plane sont que l’élève soit en capacité de classer des objets en fonction de caractéristiques liées à leur forme, de savoir nommer quelques formes planes (carré, triangle, cercle ou disque, rectangle) et de reproduire, dessiner des formes planes. On peut s’interroger sur ce que veut dire classer : s’agit-il juste de regrouper les formes entre elles, le carré, le rectangle…ou de définir des critères de classement : regrouper toutes les formes qui ont quatre côtés, toutes les formes qui ont trois côtés…Pour classer, il faut définir des critères. Ceux-ci peuvent être variés : régularité de la forme, nombre de côtés, longueur des côtés, angles droits… Or, pour que l’élève puisse réaliser ce classement, il doit d’abord avoir perçu les propriétés de la forme qu’il observe. Lors de travaux individuels, un classement ne nécessite pas d’exprimer ces perceptions. Il faut donc permettre à l’élève de les verbaliser afin qu’il puisse se construire sa propre représentation mentale appuyée sur une réflexion conscientisée. Par ailleurs, on peut également s’interroger sur les formes planes proposées qui sont bien souvent des formes régulières, ne permettant pas toujours à l’élève de développer un raisonnement plus général sur les formes et les classements possibles. Alors comment permettre aux élèves de passer du perceptif au conscientisé ?
En savoir plus

92 En savoir plus

Deux géométries en jeu dans la géométrie plane : une qu'on appellera « dessinée » et une qu'on appellera « abstraite »

Deux géométries en jeu dans la géométrie plane : une qu'on appellera « dessinée » et une qu'on appellera « abstraite »

Catherine Houdement, enseignante chercheuse, LDAR 1 , Université de Rouen, ESPE Jean-Philippe Rouquès, professeur de mathématiques dans le secondaire à Nantes INTRODUCTION La difficulté du travail géométrique avec des élèves de collègue-lycée n’est pas nouvelle, notamment à cause des malentendus fréquents entre élèves et enseignants sur cette question. Ce texte pointe une source de malentendus : l’existence simultanée et imbriquée de « deux géométries » dans la géométrie plane et des pistes de travail pour résoudre ces malentendus. Ce texte est le fruit d’échanges d’un professeur de mathématiques de collège et de lycée, contributeur de programmes 2016, engagé avec des collègues dans la rédaction de guides pour l’enseignant et d’une enseignante chercheure en didactique des mathématiques travaillant sur la géométrie.
En savoir plus

13 En savoir plus

Travailler la géométrie plane sur Geogebra au cycle 3

Travailler la géométrie plane sur Geogebra au cycle 3

(orthogonalité, alignement, milieux, parallèles, propriété d’incidence etc.) ». Il s'agit donc d'accompagner les élèves en les faisant passer d'une vision globale des figures à une vision plus locale. Les élèves doivent envisager une figure plane comme une figure constituée de lignes et de segments, ayant certaines propriétés. Pour cela, on peut proposer aux élèves des situations-problèmes de reproduction de figures géométriques. Aussi, pour Duval et Godin « ce n’est pas tant la tâche de reproduction qui est importante que le type d’instrument choisi pour la reproduction » 38 . Les auteurs mettent l’emphase également sur les différents leviers qui doivent permettre à l’élève d’aiguiser son regard géométrique dès les cycles 2 et 3 : la nature des figures et leur complexité, les adaptations (ajout de tracés ou points supplémentaires), l’échelle, le choix et la complexité de l’amorce, le support (feuille blanche, quadrillée etc.), les contraintes sur les instruments mis à disposition, les positions relatives de la figure-modèle et de la figure-amorce. L'outil est donc une contrainte à prendre en compte dans le cas de reproduction de figures. Geogebra ou tout autre logiciel de géométrie dynamique pouvant être considéré comme un outil.
En savoir plus

43 En savoir plus

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Géométrie Plane utilisée comme objet d'apprentissage  Transposition didactique et traitement du contenu pour un environnement virtuel d'apprentissage

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Géométrie Plane utilisée comme objet d'apprentissage Transposition didactique et traitement du contenu pour un environnement virtuel d'apprentissage

À la suite, le problème est présenté par l’application d’un objet réel. Cette image est interactive et surmonte un dessin constructif schématique sur l’objet, en mettant en évidence les points de concordance et de construction de la courbe en question. L’élève déclenche la construction graphique de la figure, fait avec le logiciel de géométrie dynamique. Tandis qu’il bouge les éléments géométriques, il peut revoir la construction pas à pas en suivant le plan didactique synchronisé, et peut aussi exploiter ce concept en générant d’autres courbes de la même espèce. La vérification de l’apprentissage est proposée en activités théoriques d’analyse des concepts et d’exercices pratiques de construction géométrique appliquée à la représentation des objets qui font partie du quotidien de l’élève.
En savoir plus

6 En savoir plus

QED-Tutrix : système tutoriel intelligent pour l'accompagnement des élèves en situation de résolution de problèmes de démonstration en géométrie plane

QED-Tutrix : système tutoriel intelligent pour l'accompagnement des élèves en situation de résolution de problèmes de démonstration en géométrie plane

géométrie on peut avoir une règle qui dit «SI le but est de prouver que deux triangles sont congrus et qu’un angle est congru, ALORS ajouter un but secondaire qui consiste à prouver la congruence des deux côtés adjacents à l’angle». Elles encodent autant le résultat d’application de théorèmes que les stratégies de résolution du problème. Ces règles sont apprises par les élèves et se raffinent en observant différents exemples d’application pour tendre vers la règle idéale régissant le domaine. Ce sont ces règles idéales, concernant la résolution de problèmes en géométrie, qui ont été implantées dans Geometry Tutor. En appliquant ces règles sur un énoncé, il est possible de résoudre le problème à la manière d’un expert. On peut aussi introduire des règles erronées pour modéliser les erreurs fréquentes observées et permettre au système de proposer une aide appropriée. Le système modélise le cheminement de l’apprenant comme étant l’application des règles de production ainsi que l’état supposé de sa mémoire de travail. À tout moment, il est donc en mesure de déterminer la règle de production optimale qui permettra à l’élève de poursuivre son travail. Cependant, le système accepte aussi que l’élève travaille en utilisant des règles qui ne sont pas optimales et sera en mesure de suivre sa progression. Le Geometry Tutor (Anderson et al., 1985; Guin et al., 1991; Ritter et al., 2010) a été validé par la procédure standard de prétest et post-test. Cependant, en ce qui concerne la théorie ACT-R, elle a été mise à l’épreuve en utilisant différents capteurs biométriques, y compris les IRM (Anderson et al., 2004). Le Geometry Tutor est un système intéressant, car il est utilisé avec succès depuis plusieurs années et qu’il offre une représentation graphique de la preuve sous forme d’arbre. Cependant, même si la théorie ACT-R est un modèle solide, elle ne permet pas de prendre en compte les initiatives de l’élève qui sortent du cheminement rigoureux et néglige donc l’aspect exploratoire de la résolution de problème, ce que nous avons choisi de considérer avec ce projet. Le système ne propose pas, non plus, d’autres pistes de solution dans le cas d’un blocage, car il se concentre sur l’application de la règle optimale ce qui n’est pas l’idéal dans un environnement favorisant l’exploration.
En savoir plus

263 En savoir plus

Géométrie plane

Géométrie plane

Les médianes d’un triangle sont concourantes en un point appelé centre de gravité du triangle, noté G.. Hauteurs et orthocentre:.[r]

6 En savoir plus

Géométrie Plane  chapitre-1.pdf

Géométrie Plane  chapitre-1.pdf

Nous suivrons pour ce cours seulement (et parce que c’est l’esprit de cette première partie de l’année) la structure proposée dans le cursus du secondaire , à savoir que nous ad- mettron[r]

10 En savoir plus

Utilisation des instruments de géométrie plane au cycle 2 et difficultés qui en découlent

Utilisation des instruments de géométrie plane au cycle 2 et difficultés qui en découlent

L'enseignement de la géométrie est souvent délaissé par les enseignants du primaire préférant se consacrer au domaine du numérique. Mon choix s'est porté sur ce domaine suite à ce constat que j'ai pu faire en classe de CP. Je me suis appuyée sur les différents travaux de N. Bouleau, J-F Favrat ainsi que M-P Dussuc. Selon N. Bouleau,les compétences techniques sont importantes dans la reproduction de figures: habileté dans le maniement de la règle pour tracer, compétences en traçage. Le manque de structuration de l'espace augmente les difficultés de traçage. M-P Dussuc fait une liste d'erreurs possibles sur la reproduction de figures et propose des remédiations. J-F. Favrat montre les difficultés que les élèves rencontrent pour raisonner, réfléchir sur un dessin, sur une figure donnée. Ils n'arrivent pas à conceptualiser les figures et cela amène à tracer approximativement.
En savoir plus

69 En savoir plus

Rappels de college de géométrie plane (cercle, triangles, quadrilatères...

Rappels de college de géométrie plane (cercle, triangles, quadrilatères...

Théorème des milieux : La droite qui passe par les milieux de deux côtés d’un triangle est parallèle au troisième côté.. Réciproque :.[r]

6 En savoir plus

Évolution des tâches en géométrie plane dans les manuels de CM2

Évolution des tâches en géométrie plane dans les manuels de CM2

sélectionnée, redéfinie, prescrite (Rogalski, 2003). Soulignons que la conception de la géométrie dans laquelle travailler peut être fortement induite par ce qu'on propose aux élèves, et que, de plus, les connaissances anciennes de ces derniers jouent un rôle majeur lorsqu'ils se redéfinissent la tâche. L’activité de l’élève peut également différer suivant la manière d'utiliser les manuels par l'enseignant. En réalité, l’on ne peut pas tenir pour assuré que les enseignants vont utiliser le manuel de façon linéaire. Les apprentissages qui résultent de l’utilisation du manuel peuvent varier considérablement selon que l'enseignant donne tous les exercices ou ne fait qu’une utilisation partielle, sélective de celui-ci en fonction de la séquence et des objectifs : exercices de découverte, exercices d'entraînement ou encore tâches visant à faire la synthèse des savoirs construits. Mounier et Priolet (2015) préviennent en effet que « dans les pratiques individuelles des enseignants, les choix pédagogiques de ces derniers les poussent souvent à s’écarter de la progression proposée par le manuel », ce qui laisse penser que l’utilisation du guide du maître n’est pas systématique, et que nombre d’enseignants peuvent aussi bien se servir du manuel comme d’une simple banque d'exercices. Au fond, « l’observation des séances révèle […] qu’il n’existe pas de modèle unique d’emploi du manuel scolaire » (Mounier, Priolet, ibid.), ce dont il faut tenir compte dans la portée des résultats exposés ci-dessus.
En savoir plus

132 En savoir plus

Épreuve pratique de terminale S

Épreuve pratique de terminale S

Épreuve pratique en TS – Géométrie plane Page 7/16 Faire des mathématiques… avec GéoPlan 12. L'équerre contre un mur Classe de seconde Une équerre ABC, rectangle en C, est placée de telle façon que le point A est un point variable du demi-axe des abscisses [Ox) et le point B est sur le demi-axe des ordonnées [Oy).

16 En savoir plus

espace en terminale

espace en terminale

Géométrie dans l’espace en TS Page 8/12 Faire des mathématiques … avec GéoPlan-GéoSpace Brique de jus d'orange Jean Paul Guichard - Corol'aire 71 - décembre 2007 Pour lancer sa nouvelle marque de jus d'orange, un fabricant souhaite utiliser un emballage comme ci-dessus.

12 En savoir plus

Géométrie différentielle

Géométrie différentielle

issus de la géométrie riemannienne. Soit M compacte, qu’on munit d’une métrique rie- mannienne 𝑔. Il y a une notion de distance sur M induite par 𝑔, et de géodésique joignant deux points (ce sont les « droites » de la géométrie, c’est-à-dire les chemins les plus courts joignant deux points). Un théorème de base de géométrie riemannienne affirme que tout point 𝑥 admet un voisinage convexe U, c’est-à-dire tel que deux points quelconques de U sont reliés par une unique géodésique, et cette géodésique reste dans U. Si M est compacte, on peut donc couvrir M par un nombre fini d’ouverts convexes (U 𝑖 ). Toutes les intersec- tions U 𝑖
En savoir plus

99 En savoir plus

La géométrie du cercle

La géométrie du cercle

Faire des mathématiques… avec GéoPlan Page 5/16 La géométrie du cercle Application : étant donné un cercle (c) et un point M, distinct du centre O et n'appartenant pas au cercle, pour trouver les cercles orthogonaux à (c) passant par M, tracer le diamètre [PQ] sur la droite (OM) et trouver le point M' tel que [P, Q, M, M'] soit une division harmonique : OM' = R 2 /OM. Tout cercle passant par M et M', centré sur la médiatrice de [MM'], est orthogonal à (c).

16 En savoir plus

Géométrie dans l'espace

Géométrie dans l'espace

La section d'une pyramide ou d'un cône de révolution par un plan parallèle à la base est une réduction de la base.. Remarque : La pyramide SA'B'C'D' est une réduc[r]

16 En savoir plus

Sur un postulatum de géométrie

Sur un postulatum de géométrie

Il est bien vrai que dan» la préfacé de mes Éléments de géométrie, j'ai cité ce postulatum comme j'en aurais pu citer d'autres ; mais je n'ai pas songé à en revendiquer la propriété.. J'[r]

3 En savoir plus

Géométrie différentielle

Géométrie différentielle

Nous mettrons l’accent d’une part sur les exemples de variétés différentielles, qu’elles viennent en familles ou en points remarquables, d’autres part sur leurs groupes de transformations, chers aux physiciens. En ce qui concerne les champs de tenseurs, nous restreindrons notre étude aux champs de vecteurs et aux formes différentielles. Nous n’aborderons quasiment pas les spécifici- tés de la géométrie différentielle complexe, pourtant si riche (voir par exemple [Voi, Laz, BPV]). Pour les aspects de théorie de jauge et d’analyse sur les variétés, qui ont eu un impact important sur la topologie des variétés, avec les travaux par exemple de Donaldson et de Perelman, nous renvoyons aux textes [Aub, Don, Bes] par exemple.
En savoir plus

172 En savoir plus

Théorème de géométrie

Théorème de géométrie

ser.2:t.33 (1872): http://www.biodiversitylibrary.org/item/111103 Article/Chapter Title: Théorème de géométrie. Author(s): Eugène Catalan Page(s): Page 107[r]

3 En savoir plus

Show all 882 documents...