Maladie rénale chronique

20  Download (0)

Full text

(1)

Informations sur la

Maladie rénale chronique

Information about Chronic Kidney Disease — French Division des services de soins aigus

(2)
(3)

Sommaire

L'objectif de ce livret ___________________________________ 4 Les fonctions des reins en bonne santé ____________________ 4 Qu'est-ce que la maladie rénale chronique ? _______________ 5 Les symptômes de la maladie rénale chronique ____________ 5 La prise en charge de la maladie rénale chronique __________ 5 Patient View ___________________________________________ 6 La thérapie de remplacement rénal (TRR) _________________ 6 Les greffes de rein ______________________________________ 7 Dialyse _______________________________________________ 9 La dialyse péritonéale ___________________________________ 9 1. La DPCA ___________________________________________ 10 2. La DPA ____________________________________________ 11 L'hémodialyse ________________________________________ 12 L'hémodialyse à domicile ______________________________ 13 La dialyse à l'hôpital ___________________________________ 14 Refuser la dialyse ______________________________________ 16 Choisir la meilleure option de traitement pour vous _______ 16 Autres informations ___________________________________ 17 Sujets de réflexion ____________________________________ 17 Lectures complémentaires _____________________________ 18 Sites Internet utiles ____________________________________ 18

(4)

L'objectif de ce livret

Ce livret s'adresse aux personnes atteintes de maladie rénale chronique avancée. Son objectif est de vous apporter, à vous et à votre famille, des informations sur la prise en charge de la maladie rénale chronique. Il générera peut-peut-être plus de questions qu'il n'apportera de réponses, mais il vous aidera à discuter de la maladie rénale chronique et de ses options de traitement. Alors n'hésitez pas à demander si vous souhaitez discuter de certains sujets.

Les fonctions des reins en bonne santé

Les reins en bonne santé jouent un rôle de filtre en éliminant les déchets qui s'accumulent naturellement dans le sang.

Ces déchets sont évacués du corps lorsque nous urinons.

La quantité d'urine que nous évacuons aide à maintenir à un niveau équilibré de sels minéraux et d'eau dans l’organisme.

Les reins produisent aussi de l'érythropoïétine (ou EPO),une hormone qui joue un rôle dans la productiondes cellules sanguines. Un déficit en globules rouges vous rendra anémique.

Les autres fonctions des reins sont :

• le contrôle des niveaux d'acide dans l’organisme,

• le contrôle de la pression artérielle,

• le maintien des os en bonne santé.

Lorsque les reins ne fonctionnent pas, toutes ces fonctions sont atteintes.

(5)

Qu'est-ce que la maladie rénale chronique ?

Le terme « maladie rénale chronique » (MRC) est employé pour qualifier toute maladie qui cause des dommages

permanents aux reins sur une longue période. Les reins sont de ce fait moins capables de fonctionner correctement. Un traitement finit par être nécessaire pour remplacer une partie du travail effectué par les reins et maintenir la personne en vie.

Les symptômes de la maladie rénale chronique

La maladie rénale chronique survient généralement sur plusieurs années. Aux stades débutants, la MRC ne présente généralement aucun symptôme. Pour cette raison, elle est souvent découverte soit par hasard (analyses de sang), soit à un stade plus avancé de la maladie, lorsque les gens commencent à présenter des symptômes. Ceux-ci peuvent comprendre :

• Faiblesse et fatigue

• Démangeaisons

• Crampes au niveau des jambes

• Perte d'appétit

• Nausées

• Essoufflement

• Baisse de la fertilité et de la libido

La prise en charge de la maladie rénale chronique

Lorsque vous souffrez de maladie rénale chronique, vos fonctions rénales vont probablement se détériorer lentement au fil du temps. Au départ, l'équipe du

servicede néphrologievous prescrira des médicaments et surveillera attentivement vos progrès. L'équipe du servicede néphrologieest constituée de médecins néphrologues, de personnels infirmiers, d'un diététicien, d'un pharmacien et d'autres professionnels de santé.

(6)

Les objectifs de la prise en charge de la MRC sont de :

• Retarder aussi longtemps que possible le moment où vous démarrez la dialyse

• Contrôler certains des symptômes associés à la maladie rénale chronique

Pour atteindre ces objectifs aussi longtemps que possible, il est important de:

• Vous rendre régulièrement à l’hôpital - chaque visite comprendra des analyses sanguines

• Prendre tous les médicaments qui vous sont prescrits

• Arrêter de fumer (le cas échéant)

• Adopter un régime alimentaire sain et suivre les conseils du diététicien

• Réduire la quantité de sel (sodium) que vous consommez, sauf indication contraire

• Faire régulièrement de l'exercice, si vous en êtes capable

Patient View

Les patients peuvent accéder via Internet aux résultats de leurs prises de sang et à des informations médicales grâce à Patient View, un système sécurisé et confidentiel. Si vous souhaitez accéder à ce système, demandez à un membre du personnel de vous expliquer la procédure à suivre ou rendez-vous sur le site Internet pour plus d'informations (adresse indiquée à la page 18).

La thérapie de remplacement rénal (TRR)

Lorsque votre fonction rénale se sera énormément détériorée, vous avez besoind’un traitement pour la remplacer. Pour la plupart des gens, ce momentsurvient lorsque leurs analyses sanguines mesurent la fonction rénale à moins de 10 %

(7)

(souvent à 5-7 %). Le traitement consiste soit en une greffe de rein, soit en une dialyse. Ces traitements sont appelés Thérapies de remplacement rénal (parfois abrégées en TRR).

L'équipe de néphrologie commencera généralement à discuterdes options de TRR avec vous lorsqu'elle l'estimera approprié, mais n'hésitez pas à poser des questions à tout moment.

Les greffes de rein et les dialyses sont décrites plus en détail dans les pages suivantes.

La greffe de rein

Une greffe de rein (ou transplantation rénale) est une intervention chirurgicaleconsistant à poser dans l'abdomen du patient un rein sain prélevé sur un donneur. Le donneur et le patient recevant le rein (le receveur) ont généralement des groupes sanguins compatibles afin de réduire le risque de rejet du nouveau rein par l’organisme.

Une greffe de rein réussie est le traitement le plus efficace pour une insuffisance rénale chronique. Toutes les greffes de rein pratiquées dans l'Ouest de l'Écosse ont lieu au Queen Elizabeth University Hospital, à Glasgow. Tout le monde ne pourra pas recevoir une greffe de rein. Si vous souhaitez unegreffe de rein, parlez-en à votre néphrologue, qui pourrale cas échéant vous adresser à un chirurgien qui pratique les greffes de rein.

Il y a deux sources de greffe de rein :

1. La première est la greffe à partir d'un donneur vivant.

Une personne propose de donner un rein à une autre personne. Généralement, cette offre provient d'un proche de la personne atteinte d'une maladie rénale avancée, souvent un membre de sa famille.

Ce processus est relativement simple, mais prend plusieurs mois. Si vous envisagez une telle option, parlez-en à votre néphrologue ; celui-ci décidera

(8)

s’il est possible de réaliser une greffe au stade initial de la maladie. Dans certains cas, il est possible de transplanterle rein d’un donneur vivant avant de démarrer la dialyse. Cela est parfois appelé « greffe préventive ».

2. L'autre source de greffe de rein provient d'un donneur décédé ayant fait don de ses organes. Cela s'appelle une greffe à partir d'un donneur décédé. Le temps d'attente pour ce type de greffe est généralement long, et la plupart des gens qui reçoivent le greffon d’un donneur décédé auront été sous dialysependant un certain temps avant d'être transplantés.

Après une greffe de rein, vous devrez rester à l'hôpital pendant plusieurs jours afin de vous rétablir de l'intervention. Certaines transplantations ne marchent pas immédiatement,et certains patients devront être sous dialyse pendant un certain temps après l’opération.

Quelquefois, le corps rejette le rein greffé. Le rejet survient lorsque le corps perçoit le nouveau rein comme un corps étranger et s'y attaque. Nous prescrivons des médicaments immunosuppresseurs à tous les patients transplantés afin de réduire l'effet du rejet. Ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires, mais ils sont vitaux pour protéger la greffe.

Après une greffe réussie, vous devrez effectuer des visites régulières à la clinique de transplantation afin de surveiller vos progrès et votre fonction rénale.

Les statistiques actuelles du Royaume-Uni (2013) suggèrent que la survie moyenne d’un rein greffé est de plus de 90 % (9 sur 10) à un an, plus de 80 % (8 sur 10) à cinq ans et environ 70 % (7 sur 10) à dix ans (NHSBT Activity Report 2011-12)

(9)

Quelques aspects positifs de la transplantation rénale

• Meilleures santé et qualité de vie

• Plus besoin de dialyse

• Fonction rénale proche de la normale

• Souplesse des visites de suivi à la clinique

• Hausse du taux de fertilité chez les femmes Quelques aspects potentiellement négatifs de la transplantation rénale

• Risques liés à l’intervention chirurgicale

• Risque de rejet du greffon

• Éventuels effets secondaires des médicaments post- transplantation

Dialyse

Il existe différents types de dialyse :

• La dialyse péritonéale

• L'hémodialyse

La dialyse peut s’effectuer à domicile ou à l'hôpital. La dialyse péritonéale et l'hémodialyse peuvent toutes les deux être dispenséesà domicile.

La dialyse péritonéale

Ce type de dialyse utilise la membrane péritonéale du corps comme filtre pour évacuer les déchets et l'eau de votre corps.

Pour cela, nous insérons un petit tube en plastique souple (appelé cathéter de DP ou cathéter de Tenckhoff) dans l'abdomen, au cours d'une brève intervention chirurgicale qui nécessite un séjour d’environ 2 jours à l'hôpital. Le tube permet d’introduire et d’évacuer un liquide artificiel, le

(10)

dialysat, dans l'abdomen. Après l'intervention, une partie du cathéter en plastique (environ 15-20 cm) dépasse de la peau de l'abdomen. L'endroit d'où sort le cathéter de votre ventre (appelé le site de sortie) sera situé de manière à ce que vous ne soyez pas gêné sous vos vêtements.

La dialyse péritonéale fonctionne en introduisant le dialysat stérile dans l'abdomen via le cathéter de DP. La quantité de dialysat utilisée dépendra de la dialyse dont vous avez besoin, généralement 2 litres à la fois. Le dialysat est laissé dans

l'abdomen pendant 4 à 8 heures (temps de stase). Les déchets et l'eau sont transférés du sang à la membrane péritonéale, puis au dialysat. Lorsque le dialysat est drainé, les déchets sont éliminés avec lui. Un nouveau dialysat est ensuite introduit dans l'abdomen, et le processus de dialyse redémarre.

La dialyse péritonéale peut être dispensée de deux façons différentes, qui sont toutes les deux des traitements efficaces :

1. La DPCA (ou dialyse péritonéale continue ambulatoire), 2. La DPA (dialyse péritonéale automatisée).

1. La DPCA

Une fois posé, le cathéter ne peut généralement pas être utilisé pendant 10 jours. Passé ce laps de temps, ou lorsqu'il est approprié de démarrer la dialyse, nous vous demanderons de vous rendre à la clinique DPCA pour y recevoir une formation dispensée par des infirmières spécialisées, qui vous montreront comment prendre soin de votre cathéter et procéder à la dialyse. Cette formation se déroule généralement en hôpital de jour et peut prendre de 1 à 2 semaines. Une fois que vous aurez reçu cette formation, vous serez capable d’effectuer votre dialyse à domicile, de manière autonome.

(11)

Pour réaliser la DPCA, vous devez renouvelerquotidiennement le dialysat dans votre abdomen (appelé échange de poche).

La plupart des patients doivent procéder à 4 échanges de poche par jour. Vous devez le faire dans un endroit propre, en appliquant les techniques qui vous auront été enseignées.

Chaque échange prend environ 30 minutes en tout. Les

horaires des échanges peuvent être adaptés en fonction de vos besoins, mais vous devez les répartir de manière régulière tout au long de la journée.

2. La DPA

La dialyse péritonéale automatisée a recours aux mêmes principes que la DPCA, mais se sert d'une machine (appelée

« cycleur »)pour procéder aux échanges. La dialyse a lieu pendant la nuit, et c’est la machine qui régule l'introduction, la stase et le drainage du dialysat. Cela permet aux patients de se relier au cycleur à l'heure du coucher et d'être sous dialyse pendant leur sommeil. Ce traitement dure généralement environ 9 heures. Pour être suffisamment dialysés, certains patients en DPA doivent effectuer un échange DPCA manuel supplémentaire au cours de la journée. Les cycleurs sont sans danger et simples à utiliser.

Quelques aspects positifs de la dialyse péritonéale

• Plus besoin d’aller à l’ hôpital : vous pouvezeffectuer votre traitement à domicile, au travail ou en vacances.

Une fois votre routine de dialyse établie, vous n’allez généralement à l’hôpital que tous les 1 ou 2 mois.

• La plupart des patients ont moins de restrictions en matière de régime alimentaire et d’apport en eau (comparé à l'hémodialyse).

• La dialyse péritonéale vous permet de voyager, car elle peut être effectuée hors du votre domicile.

(12)

Quelques aspects négatifs potentiels de la dialyse péritonéale

• Le risque potentiel d'infection (appelée péritonite).

Il existe aussi un faible risque de complication plus graveappelée sclérose péritonéale encapsulante. Elle est difficile à traiter et est potentiellement mortelle.

• Vous aurez besoin d'un endroit où entreposer le dialysat et les produits jetables à domicile.

• Le cathéter de DP peut générer des problèmes

d' « image corporelle »à cause du tube en plastique qui sortdu ventre.

L'hémodialyse

L'hémodialyse est le nom du traitement permettant de filtrer le sang à l'aide d'une machine de dialyse (rénale). Ce traitement consiste à extraire une partie de votre sang et de le faire passer à travers une membrane artificielle (souvent appelé dialyseur ou rein artificiel) qui filtre les déchets. Le sang est ensuite renvoyé dans votre circulation sanguine. Le volume de sang en dehors de votre corps est toujours minime. Pour permettre d'éliminer suffisamment de déchets, ce traitement dure entre 4 et 5 heures, trois fois par semaine. L'hémodialyse peut être réalisée soit à votre domicile, soit dans une unité de dialyse à l'hôpital.

Avant de pouvoir démarrer l'hémodialyse, vous avez besoin d'un accèsvasculaire. Si les circonstances le permettent, vous subirez une petite opération afin deconnecter deux vaisseaux sanguins (une artère et une veine). Cela s'appelle une fistule, et elle est généralement située dans le bras. Elle est crééesi possible quelques mois avant le démarrage de la dialyse. Cette chirurgie peut être ambulatoire ou nécessiter une admission à l'hôpital.

Après l’opération, il sera parfois nécessaire d'attendre 6

semaines avant de pouvoir utiliser la fistule. Ce délai permet à la fistule de se développer. Lorsque la fistule est prête à l’usage, et quand il devient nécessaire de démarrer la dialyse, nous

(13)

insérons deux aiguilles au début de chaque séance de dialyse : une aiguille pour extraire votre sang et le faire passer dans le circuit, et une autre aiguille pour renvoyer le sang dans votre circulation sanguine.

À la fin de chaque séance de dialyse, nous retirons les aiguilles et les mettons au rebut, puis posons un pansement.

Il n’est pas toujours possible de démarrer une dialyse avec une fistule. Si la fistule n'a été créée, ou sielle n'est pas encore prête à l’usage, il vous faudra peut-être démarrer l'hémodialyse avec un type d'accès temporaire. Ce type d'accès consiste généralement à insérer un cathéter tunnellisé en plastique dans l'une des grosses veines du corps à travers la paroi thoracique.

Ceci est en général effectué sous anesthésie locale et souvent appelé « permcath » (cathéter permanent). Cet accès

temporaire peut être utilisé immédiatement,en attendant que la fistule soit prête. S'il n'est pas possible de créer une fistule, le permcath peut servir d’accès à long terme. À chaque fois que possible, il est préférable d’utiliser une fistule, car elle présente un risque d'infection moins élevé.

L'hémodialyse à domicile

Cette méthode de dialyse est réalisée à votre domicile, et vous avez généralement besoin de quelqu'un pour vous aider.

Aucune expérience médicale n’est nécessaire, car nous vous dispenserons une formation complète et vous apporterons tout le soutien dont vous avez besoin. Vous apprendrez à installer et faire fonctionner une machine à dialyse, et à insérer les aiguilles dans votre fistule. Il faudra pour cela suivre un programme de formation de 2 à 3 mois, dispensé par le personnel infirmier en charge de la dialyse à domiciledu New Stobhill Hospital.

Avec ce type de dialyse, il n'est pas nécessaire de vous rendre à l'unité de dialyse, et les séances de dialyse peuvent être programmées aux heures qui vous conviennent. Avec ce type de traitement, votre aidant familialdoit être présent pendant toute la séance de dialyse.

(14)

Quelques aspects positifs de l'hémodialyse à domicile

• Les séances de traitement 3 à 6 fois par semaine peuvent être programméesaux heures qui vous conviennent, à vous et à votre aidant familial.

• Plus besoin de vous rendre à l'unité de dialyse

• Plus souple, par ex. possibilité de courtes séances plus fréquemment

• Vous gardez le contrôle et prenez en charge votre propre traitement

Quelques aspects potentiellement négatifs de l'hémodialyse à domicile

• Vous avez besoin de quelqu'un pour vous aider

• Vous devez disposer chez vous d’un endroit où

entreposer la machine de dialyse et les fournitures, par ex. une pièce ou un petit préfabriqué (qui sera installé parl’équipe de dialyse à domicile).

• Besoin de formation

• Moins souple qu'une DPCA et une DPA si vous envisagez de voyager ou de partir en vacances.

• Probables restrictions en matière de régime alimentaire et d’apport en eau

La dialyse à l'hôpital

Si vous ne pouvez pas, ou ne voulez pas, utiliser un traitement de dialyse à votre domicile, l'hémodialyse devra être effectuée à l'hôpital. Son déroulement sera le même que pour

l'hémodialyse à domicile décrite à la page 13.

Cette méthode de traitement nécessite de se rendre dans une unité de dialyse rénale (UDR) 3 fois par semaine, à une heure fixée par celle-ci. Les séances de dialyse sont disponibles le matin et l'après-midi. Certaines unités offrent un service de dialyse la nuit ou en soirée. C’est le personnel infirmier

(15)

de l'UDR qui dispensera et surveillera votre traitement. Vous devrez vous rendre à l'unité, ce qui ajoutera du temps au traitement.

Quelques aspects positifs de l'hémodialyse à l'hôpital

• Le traitement est dispensé 3 fois par semaine

• Pas besoin d'accès permanent en dehors du corps si vous avez une fistule.

• Vous êtes en contact avec d'autres patients sousdialyse

• La sécurité d'avoir un personnel formé présent pendant le traitement

• Pas besoin de stocker les fournitures chez vous

Quelques aspects potentiellement négatifs de l'hémodialyse à l'hôpital

• Calendrier fixe des séances de dialyse aux heures

imposées par l'unité de dialyse - chaque traitement dure 4 à 5 heures

• Vous rendre à l'unité de dialyse et en revenir ; cela peut prendre du temps en cas d'utilisation d'un transport hospitalier

• Moins souple qu'une DPCA et une DPA si vous envisagez de voyager ou de partir en vacances.

• Élévation des niveaux de déchets et d'eau entre deux traitements

• Probables restrictions en matière de régime alimentaire et d’apport d’eau

• Problèmes d'accès potentiels, y compris la perte de fonction dans la fistule et le risque d'infection (septicémie) associé aux cathéters veineux centraux.

(16)

Refuser la dialyse

Certaines personnes peuvent décider, après en avoir discuté, que la dialyse n’est pas dans leur intérêt et n'améliorerait pas leur qualité de vie. Dans certaines circonstances, le refus de la dialyse est une décision raisonnable, par exemple en présence d’autres problèmes médicaux très graves.

Si vous n’êtes pas sûr(e) de vouloir une dialyse, parlez-enaux membres du service de néphrologie. Sachez que, même si vous refusez la dialyse, vous continuerez d’être pris(e) en charge par le service de néphrologie. Nous continuerons de traiter votre maladie rénale et vos symptômes. Nous proposons des cliniques supplémentaires aux patients qui refusent la dialyse.

La plupart des patients qui refusent la dialyse souffrent d'autres maladies, et beaucoup d’entre eux décèderont d'une cause autre qu'une insuffisance rénale avant que la dialyse ne soit devenue nécessaire.

Certains patients refusent la dialyse au départ, maischangent d'avis le moment venu. N’oubliez pas que vous pouvez changer d'avis à tout moment. Dans ces circonstances, il ne sera peut-être pas possible de planifier toute la préparation nécessaire avant le démarrage de la dialyse.

Choisir la meilleure option de traitement pour vous

Il peut être très difficile de décider quelle est la meilleure

option de traitement pour vous, et l'équipe de néphrologiesera à votre disposition pour vous aider à prendre votre décision.

Pour certains patients, le choix de transplantation ou de dialyse est limité, car certaines conditions médicales ou chirurgicales peuvent rendre la greffe, l’hémodialyse ou la dialyse

péritonéale techniquement difficile à effectuer.

(17)

Pour la majeure partie des patients, les deux méthodes de dialyse sont possibles et vous (et vos proches) devrez décider quel type de traitement vous conviendra le mieux. Il est

important de vous munir d’autant d'informations que possible avant de prendre votre décision.

Certains patients refusent la dialyse (en sachant que l’absence de traitement sera fatale). Ce point est traité à la page 15.

Autres informations

Les informations fournies dans ce livret, ainsi que dans d’autres publications, DVD et sites Internet, vous seront utiles.

Nous proposons des réunions d'éducation de groupe,durant lesquelles vous recevrez desinformations complémentaires et pourrez discuter des différents types de traitement.

Nous pouvons organiser pour vous une visite de la clinique de dialyse péritonéale ou d’une unité de dialyse rénale. Vous pourrez y parler à des patients qui suivent ces traitements et aux infirmières spécialisées. Cela vous permettra aussi de poser des questions sur ce que vous avez vu et lu.

Sujets de réflexion

Lorsque vous réfléchissez aux différents types de traitement, il peut être utile de vous poser les questions suivantes :

• Une transplantation à partir d'un donneur vivant est-elle possible et, dans l’affirmative, que dois-je faire pour démarrer le processus ?

• Un traitement de dialyse à domicile est-il possible et ai-je envie de faire ?

(18)

Il est important de vous procurer à l’avance des informations sur les différents types de traitement, afin que l'équipe de néphrologie puisse mettre en place toutes les préparations nécessaires avant le démarrage de la thérapie de

remplacement rénal (TRR).

Exemples des préparations à mettre en œuvre à l ‘avance :

• Tester tous les patients susceptibles de nécessiterune TTR à l'avenir pour la présence de virus dans le sang (hépatite B, hépatite C et VIH, par exemple). Nous recommandons que tous les patients qui ne sont pas porteurs de l'hépatite B soient immunisés contre ce virus avant de démarrer une TTR.

• Si la transplantation à partir d'un donneur vivant est une option, elle pourra peut-être être effectuée avant que vous ayez besoin de la dialyse. Ce processus peut prendre plusieurs mois.

• Si vous optez pour la dialyse, vous aurez besoin d’un

« accès ».

Lectures complémentaires

• Kidney Dialysis and Transplants by Dr. Andy Stein and Janet Wild (Class Publishing 2002)

• Kidney Failure Explained (2nd Edition) by Dr. Andy Stein and Janet Wild (Class Publishing 2002)

Sites internet utiles :

• Prise de décision partagée - Cette aide à la prise de décision du NHS donne des informations sur divers types de traitement :

Site Internet : http://sdm.rightcare.nhs.uk/pda/

established-kidney-failure/

• National Kidney Federation. Informations pour les patients.

Site Internet : www.kidney.org.uk

Assistance téléphonique : 0845 601 0209 (de 9:00 à 17:00)

(19)

• Le Scottish Renal Registry est une base de données nationale qui contientdes informations sur les maladies rénales.

Site Internet :

• Le « Kidney Patient Guide » est destiné aux patients atteints d'insuffisance rénale et à leurs aidants familiaux.

Site Internet : www.kidneypatientguide.org.uk

• Patient View - Les patients peuvent accéder aux résultats de leurs prises de sang et à des informations médicales grâce à Patient View, un système sécurisé et confidentiel.

www.patient-view.com

• Le site du servicede néphrologie de l'Edinburgh Royal Infirmary est une bonne source d'informations sur les maladies rénales pour les patients.

Site Internet: www.edren.org

Si vous avez des questions sur les informations contenues dans ce livret ou tout autre aspect de votre maladie rénale, vous pouvez contacter :

• Caroline Ferguson

(Infirmière spécialisée dans les maladies rénales chroniques) :

Téléphone : 07946 591716 ou par l'intermédiaire des secrétaires du service de néphrologie 0141 355 1677 E-mail : caroline.ferguson@ggc.scot.nhs.uk

• Caroline Ferguson

(Infirmière spécialisée dans les maladies rénales chroniquse) :

Téléphone : 0141 355 1670 (Bureau) ou par

l'intermédiaire des secrétaires du service de néphrologie 0141 355 1677

E-mail : Iain.Calderwood@ggc.scot.nhs.uk

• Lynn Campbell

(Infirmière spécialisée dans les maladies rénales chroniques) :

Téléphone : accueil du service de néphrologie, Inverclyde Royal Infirmary : 01475 504545 ou 01475 504813

E-mail : lynn.campbell5@ggc.scot.nhs.uk

(20)

Auteurs : Gus McKillop, Caroline Ferguson Révision fév. 2018

Figure

Updating...

References

Related subjects :