Les transferts sociaux en temps de crise

81  Download (0)

Texte intégral

(1)
(2)

11

Étude  de  Caritas  Luxembourg  concernant  les  transferts  sociaux en  temps  de  rééquilibrages  budgétaires

Table  des  matières

I   Introduction  :  contexte  et  objectifs II.   Budget  de  l’État  :  quelques  chiffres  clés III.   Transferts  :  description,  coût  et  analyse

  Fiche   1.    ... Assurance  chômage   Fiche   2.    ... Assurance  accident

  Fiche   3.    ... Assurance  maladie-­maternité   Fiche   4.    ... Assurance  dépendance   Fiche   5.    ... Accueil  gérontologique   Fiche   6.    ... Forfait  d’éducation   Fiche   7.    ... Revenu  minimum  garanti   Fiche   8.    ... Allocation  de  vie  chère   Fiche   9.    ... Prestations  familiales   Fiche   10.    ... Chèques-­service  accueil

  Fiche   11.    ...$LGH¿QDQFLqUHGHO¶eWDWSRXUpWXGHVVXSpULHXUHV   Fiche   12.    ... Aides  au  logement

  Fiche   13.    ... Primes  pour  l’assainissement  énergétique IV.   Conclusions

Cette  étude  a  été  commanditée  par  la  Gréng  Stëftung  et  Caritas  Luxembourg.  Elle  a  été  réalisée  par  le  service   Recherche  &  Développement  de  Caritas.

Rédaction  :  Charles  Berrang,  Nathalie  Georges,  Robert  Urbé

31  mars  2013

(3)

11

31.03.  

Depuis  quelque  temps  et  en  relation  manifeste  avec  la   crise  de  plus  en  plus  de  voix  se  font  entendre  réclamant   une   sélectivité   sociale   plus   grande   concernant   les   transferts  sociaux.  «  Sélectivité  sociale  »  et  «  réformes   structurelles  »  sont  devenues  des  passe-­partout  dans   le  discours  politique  sans  que  l’auteur  dans  la  majorité   des   cas   ne   fasse   la   moindre   allusion   à   quoi   il   pense   plus  précisément.  Mais,  il  est  aisé  de  constater  que  les   arrière-­pensées  ont  clairement  pour  but  des  économies   à  réaliser  pour  le  budget  de  l’État  plutôt  que  de  clamer   une   plus   grande   justice   sociale.   Cependant,   rares   sont  les  propositions  concrètes  où  des  économies  en   matière  de  transferts  sociaux  seraient  possibles.

Et  si  l’on  regarde  de  plus  près  les  propositions  faites  par   la  population  suite  à  la  demande  du  Premier  Ministre   après   la   présentation   du   projet   de   loi   pour   le   budget   de   l’État   2013,   donc   les   «   propositions   nobles   »,   l’on   remarque  tout  de  suite  qu’elles  sont  ou  bien  impossibles   à  réaliser  (couper  l’octroi  des  allocations  familiales  aux   frontaliers  p.ex.)  ou  bien  entachées  d’un  repli  sur  soi,   d’un  manque  de  solidarité  voire  de  xénophobie  (réduire   l’aide  au  développement  p.ex.).

Durant   l’été   2012,   l’idée   était   venue   d’analyser   concrètement   les   économies   potentielles   dans   les   différents   transferts   sociaux   du   système   luxembourgeois,   ainsi   que   les   conséquences   que   celles-­ci  auraient  d’une  part  sur  d’autres  composantes   (impôts,  aide  sociale,…)  et  d’autre  part  sur  la  vie  des   gens  et  plus  particulièrement  sur  la  cohésion  sociale   et  la  solidarité.

Le   fait   que   deux   organisations   aussi   différentes   que   Caritas   Luxembourg   et   Gréng   Stëftung   aient   eu   simultanément  cette  même  idée,  montre  le  bien  fondé   de  la  présente  analyse,  et  les  discussions  engendrées  

SDUOHGp¿FLWGXEXGJHWGHO¶eWDWSRXUO¶DQQpHHQ témoignent  de  son  utilité.

L’objet  de  l’étude

Les  transferts  sociaux  sont  organisés  en  partie  en  tant   qu’assurance  et  en  partie  en  tant  qu’acte  de  solidarité   sociale.   Parfois   les   deux   dimensions   s’entrecoupent   HW VRXYHQW OH ¿QDQFHPHQW SUpYRLW GHV FRWLVDWLRQV HQ fonction  du  revenu.  Le  premier  objectif  des  assurances   sociales   est   celui   d’instaurer   des   revenus   de   remplacement  pour  ceux  qui  ont  à  affronter  un  risque   de   vie   (maladie,   accident,   invalidité,   chômage,   âge   élevé,…).   Ces   revenus   de   remplacement   se   basent   sur  la  solidarité  de  groupes  ou  nationale  et  s’orientent   parfois  moins,  parfois  plus  aux  rémunérations  touchées   avant   l’incident   en   question.   Par   extension   un   autre   objectif   des   transferts   sociaux   est   celui   de   maintenir   un   degré   certain   d’équité   sociale   en   instaurant   des   compléments   pour   soutenir   les   personnes   disposant   de  revenus  modestes.

Non   seulement   pour   des   raisons   de   légitimation   politique   il   est   dès   lors   évident   que,   les   politiques   sociales  ne  peuvent  pas  viser  uniquement  les  personnes   disposant  des  revenus  les  plus  faibles.  Et  pourtant  les   transferts   sociaux   ne   sont   légitimés   que   pour   autant   qu’ils  assurent,  d’une  part,  les  risques  sociaux  et  que   d’autre  part,  la  redistribution  des  revenus  opérée  joue   particulièrement  en  faveur  des  plus  faibles.

L’analyse   présentée   ici   a   comme   objectif   de   dresser   un   tableau   complet   (en   dehors   de   l’assurance   vieillesse)   des   mesures   comprises   communément   dans   les   transferts   sociaux   et   d’évaluer   leur   impact   redistributif,   particulièrement   en   faveur   des   ménages   économiquement  plus  faibles.  Dans  un  second  temps,   l’étude  présente  et  discute  des  potentiels  d’économies   É  tude  de  Caritas  Luxembourg  concernant  les  transferts  sociaux  

en  temps  de  rééquilibrages  budgétaires

Chapitre  I.  

Introduction  :  contexte  et  objectifs

(4)

2

31.03.  

pour   les   différents   types   de   transferts   en   précisant   les  préjudices  sociaux  que  ces  économies  pourraient   entraîner   :   impact   sur   d’autres   transferts   sociaux   ou   sur  les  impôts,  mais  surtout  les  conséquences  pour  la   situation  des  différentes  couches  de  la  population  ainsi   que  sur  la  cohésion  sociale.

La  présente  recherche  se  situe  clairement  dans  le  court   terme,  à  un  moment  où  un  maximum  d’économies  est   recherché   pour   rééquilibrer   le   budget   de   l’État.   Nous   avons  dès  lors  laissé  délibérément  de  côté  des  pistes  de   UpÀH[LRQTXLQpFHVVLWHQWGHVUpIRUPHVSOXVSURIRQGHV du  système  des  assurances  sociales.  C’est  pour  cette   raison   également   que   nous   n’avons   pas   inclus   dans   le   périmètre   de   la   recherche   l’assurance   vieillesse,   qui   est   actuellement   discutée   dans   le   contexte   d’un   SURMHW GH UpIRUPH &HFL VH MXVWL¿H G¶DXWDQW SOXV TXH O¶LQÀXHQFHGHFHVFKDQJHPHQWVVXUOHEXGJHWGHO¶eWDW n’est  qu’indirecte  respectivement  ne  se  montrera  pas   sur  le  court  terme1.  

1RWRQV LFL XQH FHUWDLQH GLI¿FXOWp TXH QRXV DYRQV rencontrée  :  alors  que  nous  avons  évidemment  voulu   opérer   sur   les   chiffres   les   plus   récents,   parfois   ceux   de  2011  n’étaient  pas  encore  disponibles,  mais  surtout   OHV ¿FKLHUV GH O¶,*66 SRXU HIIHFWXHU GHV VLPXODWLRQV contiennent  des  données  pour  les  années  antérieures   j XQLTXHPHQW ,O D GRQF SDUIRLV pWp QpFHVVDLUH d’extrapoler   le   résultat   des   simulations,   faites   sur   les   données   de   2008,   sur   les   chiffres   de   2010   ou   2011,   voire   même   2012,   en   supposant   que   l’effet   serait   sensiblement   le   même   et   que   la   structure   des   EpQp¿FLDLUHV HW GRQF GHV GpSHQVHV Q¶DXUDLW SDV WURS changé  depuis  2008.  Ce  qui  dans  les  cas  de  l’assurance   maladie   et   de   l’assurance   accident   par   exemple   est   une  supposition  peu  robuste  au  vu  des  changements   importants  introduits  par  la  législation  récente.

Néanmoins,   nous   sommes   convaincus   que   les   UpVXOWDWVSUpVHQWpVGDQVOHFKDSLWUH,,,¿FKHSDU¿FKH selon  les  différentes  catégories  de  transferts  sociaux,   DLQVLTXHODFRQFOXVLRQ¿QDOHDXFKDSLWUH,9GRQQHQW GHVSLVWHVjUpÀpFKLUHWSHXYHQWQRXUULUODGLVFXVVLRQ SROLWLTXHDXWRXUGHV¿QDQFHVSXEOLTXHV{SOXVGLI¿FLOH en  ces  temps  de  crise.

1   Notons   néanmoins   que   Caritas   a   émis   en   septembre   2011   un   avis  concernant  la  réforme  du  système  des  pensions.

L’équipe  «  Recherche  et  développement  »  de  Caritas,   équipe  pilotée  par  Elisabeth  Werner  a  été  chargée  de   la  réalisation  de  l’étude.  Les  travaux  ont  été  menés  par   Nathalie  Georges  et  Charles  Berrang,  sous  la  direction   de  Robert  Urbé,  porte-­parole  de  Caritas.

Du   côté   de   la   Gréng   Stëftung,   c’étaient   surtout   Mike  Mathias  et  Abbes  Jacoby,  qui  ont  suivi  activement   la  réalisation  des  travaux  et  qui  ont  également  participé   aux  réunions  du  comité  de  pilotage.

Évidemment   une   telle   étude   n’est   pas   possible   sans   disposer   d’un   accès   aux   statistiques   socio-­

économiques   en   général   et   à   celles   des   assurances   sociales   en   particulier.   Nous   avons   dès   lors   très   vite   recherché   le   concours   du   STATEC   d’une   part   et   de   O¶,*66G¶DXWUHSDUW$XVVLELHQPaul  Zahlen,  conseiller   économique   au   STATEC   que   Raymond   Wagener,   GLUHFWHXU GH O¶,*66 pWDLHQW G¶DFFRUG SRXU LQWpJUHU OH comité  de  pilotage  mis  en  place  et  qui  s’est  réuni  5  fois   entre  juin  et  octobre  2012.

Ce  qui  plus  est,  Tom  Dominique,  direction  et  Marianne   Loutsch,   chargée   d’études   du   service   statistiques,   DFWXDULDW HW SURJUDPPDWLRQ VRFLDOH j O¶,*66 QRXV ont   accompagnés   avec   de   précieux   conseils   dans   la   démarche  ;;  Marianne  Loutsch  effectuant  en  outre  pour   nous  toutes  les  simulations  de  données.

Un  très  grand  Merci  à  tous  les  quatre,  mais  surtout  à   Madame  Loutsch,  sans  qui  cette  étude  n’aurait  pas  pu   être  réalisée.

Finalement   c’est   avec   un   grand   plaisir   que   nous   remercions   la   Green   European   Foundation   pour   DYRLU¿QDQFpXQHSDUWLHGHVFR€WVGHO¶pWXGHOHUHVWH étant   supporté   par   les   deux   commanditaires   Caritas   Luxembourg  et  Gréng  Stëftung.

  Charles  Berrang,  Nathalie  Georges,  Robert  Urbé

(5)

11

01.03.  

Sans   vouloir   dresser   une   analyse   exhaustive   de   la   VLWXDWLRQ¿QDQFLqUHGHO¶$GPLQLVWUDWLRQSXEOLTXHLOHVW LPSRUWDQW GH VLWXHU OH GpEDW DFWXHO VXU OHV WUDQVIHUWV VRFLDX[GDQVOHFDGUHSDUWLFXOLHUG¶XQ%XGJHWGHO¶eWDW HQ Gp¿FLW GHSXLV HW GHV HIIRUWV HQWUHSULV GH UHGUHVVHUFHGp¿FLWSDUGLIIpUHQWVPR\HQV

$EVWUDFWLRQIDLWHGHWRXWMXJHPHQWTXDQWDXELHQIRQGp GHO¶REMHFWLI¿[pGDQVOHFDGUHGX3DFWHHXURSpHQGH 6WDELOLWp HW GH &URLVVDQFH GH SUpYRLU j PR\HQ WHUPH SDV GH Gp¿FLW VWUXFWXUHO PDLV XQ H[FpGDQW VWUXFWXUHO GHO¶HQVHPEOHGHO¶$GPLQLVWUDWLRQSXEOLTXHGHGX 3,%1LOHVWLPSRUWDQWG¶DYRLUjO¶HVSULWTXHOTXHVRUGUHV GHJUDQGHXUVD¿QGHELHQVLWXHUO¶LPSRUWDQFH¿QDQFLqUH GHWHOOHRXWHOOHPHVXUHVRFLDOH

/HVFRPSWHVGHO¶$GPLQLVWUDWLRQSXEOLTXHFRPSUHQQHQW VHORQ OHV DFFRUGV HW Gp¿QLWLRQV HXURSpHQV FHX[ GH O¶$GPLQLVWUDWLRQFHQWUDOHGHVDGPLQLVWUDWLRQVORFDOHVHW GHOD6pFXULWpVRFLDOH/HVFRPSWHVGHO¶$GPLQLVWUDWLRQ FHQWUDOHFRPSUHQQHQWOHVUHFHWWHVHWOHVGpSHQVHVGH O¶eWDWGHVIRQGVVSpFLDX[GHO¶eWDWDLQVLTXHGHFHUWDLQV VHUYLFHVHWpWDEOLVVHPHQWSXEOLFVTXLVRQWFRXYHUWVSDU O¶DXWRULWppWDWLTXH

7DEOHDX eYROXWLRQ GHV VROGHV ¿QDQFLHUV GH O¶$GPLQLVWUDWLRQSXEOLTXH2  :

(QPLOOLRQV(85 Administration  

publique 1.182,6 -­307,2 -­331,4 -­140,4 -­865,9 -­684,5

$GPLQLVWUDWLRQ

FHQWUDOH

$GPLQLVWUDWLRQ

ORFDOH

6pFXULWpVRFLDOH 1RWH&RPSWHSUpYLVLRQQHO

9RLU*RXYHUQHPHQWOX[HPERXUJHRLVSDJH 3URMHWGHEXGJHWGRFXPHQWGXGpS{WSDJH

/H WDEOHDX UpFDSLWXODWLI GHV VROGHV ¿QDQFLHUV GH O¶$GPLQLVWUDWLRQSXEOLTXHLQGLTXHSRXUO¶$GPLQLVWUDWLRQ FHQWUDOH XQ Gp¿FLW GH PLOOLRQV (85 HQ HW GHPLOOLRQV(85SRXUO¶DQQpHHWGHVVROGHV SRVLWLIVUHVSHFWLIVGHHWPLOOLRQV(85SRXUOD 6pFXULWpVRFLDOH

Comment  faut-­il  situer  l’ordre  de  grandeur  de  ces   montants   par   rapport   aux   principaux   paramètres   de  notre  étude  ?

7DEOHDX /HV SUpYLVLRQV EXGJpWDLUHV GH O¶$GPLQLVWUDWLRQFHQWUDOHSRXU

(QPLOOLRQV(85

'pSHQVHV

5HFHWWHV

Solde -­1.015,1 -­997,2 -­1.648,1 -­1.292,9 6HORQOHV\VWqPHHXURSpHQGHVFRPSWHV6(&

1RWH&RPSWHSUpYLVLRQQHO

/H VROGH QpJDWLI GHV SUpYLVLRQV EXGJpWDLUHV SRXU OD VHXOH $GPLQLVWUDWLRQ FHQWUDOH UHSUpVHQWH GX EXGJHWHQHWHQ([SULPpSDUUDSSRUW DX 3,% LO V¶DJLW G¶XQ Gp¿FLW GH O¶RUGUH GH SRXU O¶DQQpHHVWLPDWLRQVG¶DSUqV(XURVWDW

/H Gp¿FLW GH O¶$GPLQLVWUDWLRQ FHQWUDOH HVW UppTXLOLEUp SDUWLHOOHPHQWSDUOHVROGHSRVLWLIGHOD6pFXULWpVRFLDOH 7RXMRXUVHVWLOTXHOHVROGHJOREDOGHO¶$GPLQLVWUDWLRQ SXEOLTXH V¶pOqYH HQ SUREDEOHPHQW j GX 3,%

eWXGHGH&DULWDV/X[HPERXUJFRQFHUQDQWOHVWUDQVIHUWVVRFLDX[  

HQWHPSVGHUppTXLOLEUDJHVEXGJpWDLUHV

Chapitre  II.  

Budget  de  l’État  :  quelques  chiffres  clés

(6)

31.03.  

/HV VRXUFHV GH ¿QDQFHPHQW GH OD 6pFXULWpVRFLDOH

/H EXGJHW GH O¶$GPLQLVWUDWLRQ FRQWULEXH GH IDoRQ VXEVWDQWLHOOH DX ¿QDQFHPHQW GH OD VpFXULWp VRFLDOH

$LQVLOHVUHFHWWHVOHVSOXVLPSRUWDQWHVGHOD6pFXULWp VRFLDOHGDQVVRQHQVHPEOHVHSUpVHQWHQWGHODIDoRQ suivante  :

7DEOHDX/HVSULQFLSDOHVVRXUFHVGH¿QDQFHPHQWGH OD6pFXULWHVRFLDOHVRXUFH,*66

Recettes  2010 10.463 100%

HQPLOOLRQV(85 dont

&RQWULEXWLRQVGX

EXGJHWGHO¶eWDW

&RWLVDWLRQVHPSOR\HXUV

&RWLVDWLRQVSHUVRQQHV

SURWpJpHV

/HVFRQWULEXWLRQVGXEXGJHWGHOHO¶eWDWVRQWOHVSOXV LPSRUWDQWHVDXQLYHDX

•   GHV SUHVWDWLRQV IDPLOLDOHV TXL VRQW DFWXHOOHPHQW

¿QDQFpHVjSRXUXQPRQWDQWGHPLOOLRQV (85SDUOHEXGJHWGHO¶eWDW

•   GH O¶DVVXUDQFH SHQVLRQ TXL HVW ¿QDQFpH j SRXU XQ PRQWDQW GH PLOOLRQV (85 SDU OH EXGJHWGHO¶eWDWHW

•   GH O¶DVVXUDQFH PDODGLH TXL HVW ¿QDQFpH j SRXUXQPRQWDQWGHPLOOLRQV(85SDUOHEXGJHW GHO¶eWDW

$LQVL VXU OHV PLOOLRQV (85 GHV FRQWULEXWLRQV GX EXGJHW GH O¶eWDW GH O¶DQQpH SRXU O¶HQVHPEOH GH OD 6pFXULWp VRFLDOH PLOOLRQV (85 UpVHUYpHV DX[ DVVXUDQFHV SHQVLRQ PDODGLH HW DX[ SUHVWDWLRQV IDPLOLDOHV &HSHQGDQW FH SRXUFHQWDJH Q¶HVW SDV SDUWLFXOLqUHPHQW pWRQQDQW pWDQW GRQQp TXH FHV WURLV GRPDLQHV GH O¶DVVXUDQFH VRFLDOH UHSUpVHQWHQW pJDOHPHQWGHO¶HQVHPEOHGHVGpSHQVHV

7DEOHDX /D SDUW GH OD FRQWULEXWLRQ GX EXGJHW GH O¶eWDW GDQV OHV UHFHWWHV GH OD 6pFXULWp VRFLDOH HW DXWUHV WUDQVIHUWVVRFLDX[

Année  2010 Total  des   recettes  en   millions  EUR

en  %  du  total   des  recettes   de  toutes  les   catégories   de  tranferts   sociaux

dont  

contributions   du  budget   de  l’État

en  %  du  total   des  recettes   de  chaque   catégorie  de   tranferts

en  %  du   total  des   contributions   du  budget   de  l’État  aux   Assurances   sociales

Assurance  pensions 4.017,9 38,4% 1.181,9

Assurance  pensions  

statutaires 1.034,9 9,9% 841,53

Assurance  maladie 2.088,3 20,0% 850,5

Assurance  dépendance 448,5 4,3% 141,9

Prestations  familiales 1.163,9 11,1% 1.095,4

Chômage 534,6 5,1% 310,1

Solidarité  nationale 270,4 2,6% 269,9

Assurance  accidents 213,1 2,0% 18,4

Autres  régimes 692,0 6,6% 239,6

Total 10.463,7 100,0% 4.949,2

  6XLYDQWXQHYHUVLRQDPHQGpHGHODPpWKRGRORJLH6(63526FHFKLIIUHLQFOXWOHVFRWLVDWLRQVGHO¶eWDWFRPPHHPSOR\HXUHQWDQWTXH FRQWULEXWLRQGXEXGJHWGHO¶eWDW

(7)

01.03.  

/HVUHFHWWHVGXEXGJHWGHO¶eWDW

/HVUHFHWWHVGXEXGJHWGHO¶eWDWVHFRPSRVHQWGHODIDoRQVXLYDQWH 7DEOHDX%XGJHWGHO¶eWDWOHVUHFHWWHV

Budget  des  recettes  2013

A. Recettes  Courantes Budget  soumis  2013

1 $GPLQLVWUDWLRQGHV&RQWULEXWLRQVGLUHFWHV   dont

1.1 Revenu  des  Collectivités

,PS{WJpQpUDOVXUOHUHYHQXLPS{WVXUOHUHYHQXGHVFROOHFWLYLWpV 3URGXLWGHOLPS{WGHVROLGDULWpSUpOHYpPR\HQQDQWXQH

PDMRUDWLRQGHOLPS{WVXUOHUHYHQXGHVFROOHFWLYLWpV 1.2 Revenu  des  personnes  physiques

,PS{WJpQpUDOVXUOHUHYHQXLPS{WVXUOHUHYHQXGHVSHUVRQQHV

SK\VLTXHV¿[pSDUYRLHGDVVLHWWH ,PS{WJpQpUDOVXUOHUHYHQXLPS{WUHWHQXVXUOHVWUDLWHPHQWVHW

salaires  

3URGXLWGHO¶LPS{WGHVROLGDULWpSUpOHYpPR\HQQDQWXQHPDMRUDWLRQ

GHO¶LPS{WVXUOHUHYHQXGHVSHUVRQQHVSK\VLTXHV ,PS{W JpQpUDO VXU OH UHYHQX LPS{W UHWHQX VXU OHV UHYHQXV GH

FDSLWDX[

1.3 Autres

,PS{WVXUODIRUWXQH

,PS{WUHWHQXVXUOHVUHYHQXVGHO¶pSDUJQHQRQUpVLGHQWV

1.4 Autres  recettes  des  Contributions  directes 91.604.246

Impôts  indirects

2 Administrations  des    Douanes  et  Accises

$FFLVHVVXU7DEDFHW3pWUROH

$XWUHV

3 Administration  de  l’Enregistrement  et  des  Domaines

7D[HVXUODYDOHXUDMRXWpH 7D[HG¶DERQQHPHQWVXUOHVWLWUHVGHVRFLpWp 'URLWVG¶HQUHJLVWUHPHQW

$XWUHV

4 Autres  Recettes

B. Recettes  en  capital 57.394.300 0,52%

7RWDOGHVUHFHWWHVFRXUDQWHVHWHQFDSLWDO 'HWRXWHVOHVUHFHWWHVVHXOVOH3URGXLWGHO¶LPS{WGHVROLGDULWpHVWWUDQVIpUpGLUHFWHPHQWDXIRQGVGHO¶HPSORL&H PRQWDQWGHPLOOLRQV(85UHSUpVHQWDQWDSSUR[LPDWLYHPHQWGHVUHFHWWHVGXEXGJHWGHO¶eWDW

(8)

31.03.  

/HVGpSHQVHVGHOD6pFXULWpVRFLDOHGDQVOHEXGJHWGHO¶eWDW

'DQVXQHSHUVSHFWLYHGHVGpSHQVHVGXEXGJHWGHO¶eWDWLOVHYpUL¿HTXHOHVWUDQVIHUWVVRFLDX[FRQVWLWXHQWXQH JUDQGHSDUWLHGHVGpSHQVHVGHO¶eWDW

Tableau  6  5pFDSLWXODWLIGHVGpSHQVHVGHWUDQVIHUWVVRFLDX[SDU0LQLVWqUHSRXU

Ministère Ligne  budgétaire Montant

SÉCURITÉ  SOCIALE 2  544  285  742

$VVXUDQFHSHQVLRQFRQWULEXWLYH

3DUWLFLSDWLRQGHO¶eWDWDX¿QDQFHPHQWGHODVVXUDQFHPDODGLH

FRWLVDWLRQVSRXUSUHVWDWLRQVHQQDWXUH 3DUWLFLSDWLRQGHO¶eWDWDX¿QDQFHPHQWGHO¶DVVXUDQFHGpSHQGDQFH

0XWXDOLWpGHVHPSOR\HXUV

$VVXUDQFHDFFLGHQWV

FAMILLE  ET  INTÉGRATION 1  626  997  580

6HUYLFHG¶DFWLRQVRFLRIDPLOLDOH(QIDQWVHWDGXOWHV

)RQGVQDWLRQDOGHVROLGDULWp

3DUWLFLSDWLRQGHO¶eWDWDX¿QDQFHPHQWGHVDOORFDWLRQVIDPLOLDOHV

FRQWULEXWLRQGHO¶eWDW

9HUVHPHQWSDUO¶eWDWGHVFRWLVDWLRQVGXHVSRXUOH¿QDQFHPHQW GHV DOORFDWLRQV IDPLOLDOHV DX WLWUH GH O¶DUWLFOH GH OD ORL GX ¿[DQW OHV PHVXUHV HQ YXH G¶DVVXUHU OH PDLQWLHQ GH O¶HPSORLODVWDELOLWpGHVSUL[HWODFRPSpWLYLWpGHVHQWUHSULVHV

3ULVHHQFKDUJHSDUO¶eWDWGXERQLSRXUHQIDQWV 3DUWLFLSDWLRQGHO¶eWDWDX¿QDQFHPHQWGHVDOORFDWLRQVIDPLOLDOHV

DX WLWUH GH O¶DUWLFOH GH OD ORL PRGL¿pH GX MXLQ FRQFHUQDQW OHV DOORFDWLRQV IDPLOLDOHV HW SRUWDQW FUpDWLRQ GH OD

&DLVVHQDWLRQDOHGHVSUHVWDWLRQVIDPLOLDOHV

3ULVHHQFKDUJHSDUO¶eWDWGHO¶DOORFDWLRQG¶pGXFDWLRQ 3ULVHHQFKDUJHSDUO¶eWDWGHVLQGHPQLWpVSRXUOHFRQJpSDUHQWDO

TRAVAIL  ET  EMPLOI 455  788  110

9HUVHPHQW DX IRQGV SRXU O¶HPSORL GX SURGXLW GHV LPS{WV GH VROLGDULWpSUpOHYpVPR\HQQDQWGHVPDMRUDWLRQVGHO¶LPS{WVXUOH UHYHQXGHVSHUVRQQHVSK\VLTXHVHWGHO¶LPS{WVXUOHUHYHQXGHV FROOHFWLYLWpV

'RWDWLRQH[WUDRUGLQDLUHGXIRQGVSRXUO¶HPSORL

LOGEMENT 39  500  000

$LGHDXORJHPHQWVXEYHQWLRQVG¶LQWpUrW

$LGHDXORJHPHQWSULPHVGHFRQVWUXFWLRQHWG¶DFTXLVLWLRQ Somme  globale  des  lignes  budgétaires 4  666  571  432

$FHVOLJQHVEXGJpWDLUHVLOIDXWpJDOHPHQWLQFOXUHODFRQWULEXWLRQGHO¶eWDWjO¶DVVXUDQFHGHVSHQVLRQVVWDWXWDLUHV TXLV¶pOqYHQWjPLOOLRQV(85

3RXUO¶DQQpH

(9)

01.03.  

$LQVLOHVOLJQHVEXGJpWDLUHVGDQVOHEXGJHWTXL VH UDSSRUWHQW j GHV WUDQVIHUWV VRFLDX[ UHSUpVHQWHQW   PLOOLDUGV(85G¶XQEXGJHWGHVGpSHQVHVWRWDOGH PLOOLDUGV(85GRQF

/HVSRVWHVOHVSOXVLPSRUWDQWVVRQW

•   OD FRQWULEXWLRQ j O¶DVVXUDQFH SHQVLRQ GX UpJLPH JpQpUDOGXEXGJHWWRWDO

•   OD FRQWULEXWLRQ j O¶DVVXUDQFH SHQVLRQ GHV UpJLPHV VWDWXWDLUHVGXEXGJHWWRWDO

•   OHVSUHVWDWLRQVIDPLOLDOHVGXEXGJHWWRWDO

•   OD FRQWULEXWLRQ j O¶DVVXUDQFH PDODGLH GX EXGJHWWRWDO

•   OH ¿QDQFHPHQW GX IRQGV SRXU O¶HPSORL GX EXGJHWWRWDO

•   OHVGRWDWLRQVGX)RQGVQDWLRQDOGH6ROLGDULWp GXEXGJHWWRWDO

•   ODFRQWULEXWLRQjO¶DVVXUDQFHGpSHQGDQFHGX EXGJHWWRWDO

7RXV FHV FKLIIUHV VRQW DYDQFpV LFL SRXU SHUPHWWUH GH VLWXHU OHV DQDO\VHV GX FKDSLWUH ,,, VXLYDQW /¶LQWHUSUpWDWLRQGHVUpVXOWDWVSHXWDLQVLrWUHMRLQWHjXQH DQDO\VHGHO¶LPSDFWGHVPHVXUHVGpFULWHV

/HVUHFHWWHVHWGpSHQVHVSDUUpJLPH GHSURWHFWLRQVRFLDOH

%LHQ TXH OHV DVVXUDQFHV SHQVLRQ QH IRQW SDV SDUWLH GH FHWWH pWXGH YRLU FKDSLWUH , LO HVW j QRWHU LFL TXH O¶DVVXUDQFHSHQVLRQGHVUpJLPHVVWDWXWDLUHVFRXYUDQW SHUVRQQHV HQ SURYRTXH GHV GpSHQVHV GH O¶RUGUH GH PLOOLRQV (85 FH TXL pTXLYDXW j XQHPR\HQQHGH(85SDUSHUVRQQHWDQGLV TXHO¶DVVXUDQFHSHQVLRQGXUpJLPHJpQpUDOFRXYUDQW HQ SHUVRQQHV PqQH j GHV GpSHQVHV GH PLOOLRQV (85 FRUUHVSRQGDQW j (85 SDU SHUVRQQH 'HV SRVVLELOLWpV G¶pFRQRPLHV HQ FRPELQDLVRQ DYHF XQH SOXV JUDQGH pTXLWp SHXYHQW GRQFrWUHWURXYpHVLFL

PLOOLDUGV(85DGGLWLRQQpGHVPLOOLRQV(85GHODFRQWUL-­

EXWLRQGHO¶eWDWGDQVOHVSHQVLRQVVWDWXWDLUHV

Tableau   6   OHV UHFHWWHV HW GpSHQVHV SDU UpJLPH GH SURWHFWLRQVRFLDOH

3RLQW FRQFHUQDQW OHV GpSHQVHV GHV SUHVWDWLRQV HQ HVSqFHV GH O¶DVVXUDQFH GHV SHQVLRQV VWDWXWDLUHV PLOOLRQ(85ĺYpUL¿FDWLRQDXSUqVGHO¶,*66 HQFRXUV

&HFKDSLWUHDpWpODUJHPHQWFRQoX SDU0LNH0DWKLDVGHOD*UpQJ6WsIWXQJ

(10)

11

31.03.  

A  travers  ce  chapitre  sont  décrits  et  analysés  les  différents  transferts  sociaux  quant  aux  économies  potentielles  et   quant  aux  conséquences  de  tels  changements.  Ce  chapitre  est  divisé  selon  les  catégories  de  transferts  sociaux   HQ¿FKHVVpSDUpHVSRXUHQIDFLOLWHUODOHFWXUH8QHELEOLRJUDSKLHHWXQHOLVWHGHVDEUpYLDWLRQVFRPPXQHVVH WURXYHQWHQ¿QGHO¶pWXGH

  Fiche   1.    ... Assurance  chômage   Fiche   2.    ... Assurance  accident

  Fiche   3.    ... Assurance  maladie-­maternité   Fiche   4.    ... Assurance  dépendance   Fiche   5.    ... Accueil  gérontologique   Fiche   6.    ... Forfait  d’éducation   Fiche   7.    ... Revenu  minimum  garanti   Fiche   8.    ... Allocation  de  vie  chère   Fiche   9.    ... Prestations  familiales   Fiche  10.    ... Chèques-­service  accueil

  Fiche   11.    ...$LGH¿QDQFLqUHGHO¶eWDWSRXUpWXGHVVXSpULHXUHV   Fiche  12.    ... Aides  au  logement

  Fiche  13.    ... Primes  pour  l’assainissement  énergétique

eWXGHGH&DULWDV/X[HPERXUJFRQFHUQDQWOHVWUDQVIHUWVVRFLDX[  

HQWHPSVGHUppTXLOLEUDJHVEXGJpWDLUHV

Chapitre  III.  

Transferts  sociaux  :  description,  coût  et  analyse

(11)

11

31.03.  

11

31.03.  

1.   Description   et   philosophie   de   la   mesure

/H FK{PDJH ¿JXUH G¶DSUqV OHV QRUPHV SURPXHV SDU O¶2UJDQLVDWLRQLQWHUQDWLRQDOHGX7UDYDLOSDUPLOHVULVTXHV FRXYHUWVSDUOD6pFXULWpVRFLDOHSRXUOHVWUDYDLOOHXUVVH WURXYDQWVDQVHPSORLSRXUGHVUDLVRQVLQGpSHQGDQWHV GH OHXU YRORQWp /HV VDODULpV VDQV HPSORL OHV MHXQHV TXLjOD¿QGHOHXUVpWXGHVVHWURXYHQWVDQVHPSORLOHV LQGpSHQGDQWVTXLRQWG€FHVVHUOHXUDFWLYLWpHWTXLVRQW j OD UHFKHUFKH G¶XQ HPSORL UpPXQpUp ORUVTX¶LOV VRQW VDQVHPSORLWRXWHVFHVFDWpJRULHVVRQWVXVFHSWLEOHV GH SUpWHQGUH DX[ SUHVWDWLRQV GH FK{PDJH SRXUYX TX¶HOOHVUpVLGHQWVXUOHWHUULWRLUHHWSHXYHQWMXVWL¿HUG¶XQ QXPpURGHVpFXULWpVRFLDOHOX[HPERXUJHRLV.

/HV FRQGLWLRQV j UHPSOLU SRXU SRXYRLU EpQp¿FLHU GH SUHVWDWLRQVVRQWOHVVXLYDQWHV

•   rWUHLQVFULWFRPPHGHPDQGHXUG¶HPSORL

•   rWUH FK{PHXU LQYRORQWDLUH DXFXQH LQGHPQLVDWLRQ Q¶HVWGXHHQFDVGHGpPLVVLRQVDQVPRWLIYDODEOH FRQYDLQFDQW RX H[FHSWLRQQHO GH UpVLOLDWLRQ GX FRQWUDW G¶XQ FRPPXQ DFFRUG DYHF O¶HPSOR\HXU GH OLFHQFLHPHQWSRXUIDXWHJUDYH

•   rWUHkJpHQWUHHWDQV

•   rWUH DSWH DX WUDYDLO GLVSRQLEOH SRXU OH PDUFKp GH O¶HPSORLHWSUrWjDFFHSWHUWRXWHPSORLDSSURSULp

•   UHPSOLUODFRQGLWLRQGHVWDJH

R 6DODULpVDYRLUpWpRFFXSpSHQGDQWVHPDLQHV DX PRLQV j UDLVRQ G¶DX PRLQV KHXUHV SDU VHPDLQH SDU XQ RX SOXVLHXUV HPSOR\HXUV DX FRXUV GHV PRLV SUpFpGDQW OH MRXU GH O¶LQVFULSWLRQ FRPPH GHPDQGHXU G¶HPSORL LO H[LVWH GHV SRVVLELOLWpV GH SURORQJDWLRQ GH OD FRQGLWLRQGHVWDJH

R -HXQHV FK{PHXUV kJpV GH PRLQV GH DQV DXFXQHFRQGLWLRQGHVWDJHPDLVO¶LQVFULSWLRQHQ WDQWTXHGHPDQGHXUG¶HPSORLGRLWrWUHHIIHFWXpH GDQVOHVPRLVVXLYDQWOD¿QGHODIRUPDWLRQ R ,QGpSHQGDQWV DYRLU H[HUFpH XQH DFWLYLWp SUR  

IHVVLRQQHOOH SHQGDQW PLQLPXP PRLV DYDQW O¶HQUHJLVWUHPHQWHQWDQWTXHGHPDQGHXUG¶HPSORL   HW MXVWL¿HU G¶DX PRLQV GHX[ DQV G¶DI¿OLDWLRQ DXSUqV GHV RUJDQLVPHV GH VpFXULWp VRFLDOH OX[HPERXUJHRLV

•   QHSDVUHIXVHUXQHPSORLDSSURSULpRXXQHPHVXUH DFWLYHSURSRVpH

/HV WUDYDLOOHXUV IURQWDOLHUV QH SHXYHQW SDV REWHQLU GH SUHVWDWLRQVGHFK{PDJHGDQVOHSD\VGHOHXUHPSORL

$LQVL OHV SHUVRQQHV FRQFHUQpHV D\DQW WUDYDLOOp DX /X[HPERXUJ PDLV UpVLGDQW j O¶pWUDQJHU GHYLHQQHQW FK{PHXUV LQGHPQLVpV GDQV OHXUV SD\V GH UpVLGHQFH 3DU FRQVpTXHQW LOV GRLYHQW VH PHWWUH HQ FRQWDFW DYHF OHV RUJDQLVPHV FRPSpWHQWV GDQV OHXU SD\V GH UpVLGHQFH /HV WUDYDLOOHXUV IURQWDOLHUV DX FK{PDJH FRPSOHWEpQp¿FLHQWGHVSUHVWDWLRQVGHFK{PDJHVHORQ OD OpJLVODWLRQ GH O¶eWDW GH UpVLGHQFH VDQV GLVWLQFWLRQ OLpHjODORFDOLVDWLRQGHOHXUGHUQLHUHPSORLHWVHORQOHV EDUqPHVGHFHWeWDWGHUpVLGHQFH

(QUHYDQFKHOHVWUDYDLOOHXUVIURQWDOLHUVTXLOHGpVLUHQW SHXYHQW ± HQ GHKRUV GH OHXU LQVFULSWLRQ HQ WDQW TXH GHPDQGHXU G¶HPSORL GDQV OHXU SD\V GH UpVLGHQFH ± GpSRVHUpJDOHPHQWOHXUFXUULFXOXPYLWDHjO¶$JHQFHSRXU OHGpYHORSSHPHQWGHO¶HPSORL$'(0(QYXHG¶DFWLYHU OHXUV UHFKHUFKHV G¶RIIUHV G¶HPSORL DSSURSULpHV LOV SHXYHQWFRQVXOWHUORUVGHOHXUSDVVDJHjO¶$'(0GHV ERUQHVLQVWDOOpHVGDQVO¶HVSDFHUH]GHFKDXVVpH8Q GRVVLHUOHXUHVWRXYHUWGDQVO¶DSSOLFDWLRQLQIRUPDWLTXH Étude  de  Caritas  Luxembourg  concernant  les  transferts  sociaux  

en  temps  de  rééquilibrages  budgétaires

Chapitre  III.  

Transferts  sociaux  :  description,  coût  et  analyse

FICHE  1  :  L’  ASSURANCE  CHÔMAGE

(12)

2

31.03.  

3DUFRQVpTXHQWOHVFK{PHXUVIURQWDOLHUVQHVRQWSDV UHSULVGDQVOHVVWDWLVWLTXHVFRQFHUQDQWOHFK{PDJHDX /X[HPERXUJPrPHV¶LOVRQWGpSRVpOHXU&9jO¶$'(0

1RPEUH GH EpQp¿FLDLUHV HW OHXUV FDUDFWpULVWLTXHVVRFLRpFRQRPLTXHV

$XVHSWHPEUHSHUVRQQHVUpVLGDQWHV pWDLHQW LQVFULWHV j O¶$'(0 HQ WDQW TXH GHPDQGHXUV G¶HPSORL GLVSRQLEOHV HW QRQ DIIHFWpV j XQH PHVXUH SRXU O¶HPSORL OH WDX[ GH FK{PDJH V¶pWDEOLVVDQW j 3DUPL FHOOHVFL SHUVRQQHV RQW EpQp¿FLp GH O¶LQGHPQLWp GH FK{PDJH FRPSOHW VRLW $X PrPH PRPHQW SHUVRQQHV pWDLHQW DIIHFWpHV j XQH PHVXUH SRXU O¶HPSORL /HV IHPPHV UHSUpVHQWHQW GH OD SRSXODWLRQ WRWDOH GHV GHPDQGHXUV G¶HPSORL

&LGHVVRXV XQ WDEOHDX UpFDSLWXODWLI GH OD UpSDUWLWLRQ GHVGHPDQGHXUVG¶HPSORLVHORQO¶kJH

Âge %

HW

Source  :  Bulletin  luxembourgeois  de  l’emploi  N°09  –  Septembre  2012

1RPEUHX[FK{PHXUVLQVFULWVjO¶$'(0RQWXQQLYHDX GH IRUPDWLRQ IDLEOH GHV LQVFULWV Q¶RQW TXH OD VFRODULWpREOLJDWRLUH3DUFRQWUHVHXOHPHQWGHV FK{PHXUVRQWDWWHLQWXQQLYHDXVXSpULHXUGHIRUPDWLRQ pWXGHVXQLYHUVLWDLUHV

1LYHDXGHIRUPDWLRQVFRODLUH

Hommes % Femmes % Total %

1.  Niv.  Inf.

2.  Niv.  Moy.

3.  Niv.  Sup.

4.  Non  préc.

Total 7.967 100,0% 6.739 100,0% 14.706 100,0%

Source  :  Bulletin  luxembourgeois  de  l’emploi  N°09  –  Septembre  2012

&R€WGHO¶DVVXUDQFHFK{PDJH

(Q OHV GpSHQVHV FRXUDQWHV GH O¶DVVXUDQFH FK{PDJH RQW GpSDVVp OHV UHFHWWHV FRXUDQWHV ,O HQ UpVXOWHXQGp¿FLWGHPLOOLRQV(85SRXUO¶H[HUFLFH 2010.

Tableau   :   récapitulatif   des   dépenses   courantes   2010   (en  million  EUR)

DÉPENSES Exercice 2010 I.  DÉPENSES  GÉNÉRALES

A.  Indemnités  de  chômage          (dépenses  nettes)

&K{PDJHFRPSOHW

&K{PDJHSDUWLHO

&K{PDJHLQWHPSpULHVHWFK{PDJHDFFLGHQWHO

RXWHFKQLTXHLQYRORQWDLUH Sous-­total  A  : 239,99 B.  Chômage  des  jeunes  (dépenses  nettes) 10,26 C.  Actions  en  faveur  de  l’emploi  

       (dépenses  nettes)

'pSHQVHVVDQVFR¿QDQFHPHQW

communautaire

,QLWLDWLYHVVRFLDOHVHQIDYHXUGHO¶HPSORL 'pSHQVHVDYHFFR¿QDQFHPHQW

communautaire

Sous-­total  C  : 222,43 D.  Section  spéciale  (Formation) 23,15 Total  I  : 495,84 II.   DÉPENSES   LIÉES   AU   SECTEUR   DE   LA  

SIDÉRURGIE 34,81

III.  REMBOURSEMENT  COMPTABLES  

EXTRAORDINAIRES 3,92

TOTAL  GÉNÉRAL  : 534,57

Source   :   Rapport   d’activité   2010   du   Ministère   du   Travail   et   de   l’Emploi  ;;  données  au  14  mars  2011

'pWDLOVFRQFHUQDQWOHFK{PDJHFRPSOHW

/HVGpSHQVHVSRXUOHFK{PDJH©FRPSOHWªUHSUpVHQWHQW PLOOLRQV(85SRXUO¶DQQpHVHORQOHUDSSRUW G¶DFWLYLWp GX 0LQLVWqUH GX 7UDYDLO HW GH O¶(PSORL FH TXL VLJQL¿H TX¶XQ PRLV pTXLYDXW HQ PR\HQQH j   PLOOLRQV G¶HXURV FK{PHXUV LQGHPQLVpV pWDLHQWGpQRPEUpVDXPRLVGHGpFHPEUH(QVH EDVDQWVXUFHQRPEUHLOHVWSRVVLEOHG¶HVWLPHUXQFR€W GXFK{PDJHPHQVXHOGH(85SDUSHUVRQQH

(13)

33

31.03.  

(Q UqJOH JpQpUDOH OH PRQWDQW GH O¶LQGHPQLWp GH FK{PDJHFRUUHVSRQGjGXVDODLUHEUXWPR\HQGHV GHUQLHUVPRLV\FRPSULVLQGHPQLWpVSpFXQLDLUHVGH PDODGLH HW SULPHV HW VXSSOpPHQWV FRXUDQWV RX GXVDODLUHEUXWDQWpULHXUVLOHFK{PHXUHVWEpQp¿FLDLUH G¶XQH PRGpUDWLRQ G¶LPS{W SRXU FKDUJH G¶HQIDQWV SHQGDQWWRXWHODGXUpHG¶LQGHPQLVDWLRQ6LO¶LQGHPQLWp GHFK{PDJHFRUUHVSRQGHQSULQFLSHjGXVDODLUH EUXWDQWpULHXUHOOHHVWFHSHQGDQWSODIRQQpHHQFHVHQV TX¶HOOHQHSHXWSDVGpSDVVHUIRLVOHVDODLUHVRFLDO minimum.

'pWDLOVFRQFHUQDQWOHFK{PDJHSDUWLHO

/H 0LQLVWqUH GX 7UDYDLO HW GH O¶(PSORL DFFRUGH GHV VXEYHQWLRQV DX[ HPSOR\HXUV TXL SOXW{W TXH GH SURFpGHUjGHVOLFHQFLHPHQWVV¶HQJDJHQWjPDLQWHQLU ODUHODWLRQGHWUDYDLOGHOHXUSHUVRQQHOHWjOHXUYHUVHU XQH LQGHPQLWp GH FRPSHQVDWLRQ SRXU OHV SHUWHV GH   UpPXQpUDWLRQ/RUVGHVDUpXQLRQGXRFWREUH   OH &RPLWp GH FRQMRQFWXUH D DYLVp IDYRUDEOHPHQW   GHPDQGHVGHFK{PDJHSDUWLHO'DQVOHVHQWUHSULVHV FRQFHUQpHVVXUXQHIIHFWLIWRWDOGHSHUVRQQHV VDODULpVWUDYDLOOHURQWjKRUDLUHUpGXLW

,QIRUPDWLRQV FRQFHUQDQW OHV DFWLRQV HQ IDYHXUGHO¶HPSORL

/H WHUPH © $FWLRQ HQ IDYHXU GH O¶HPSORL ª UHJURXSH   DFWLRQVGLYHUVHVHQWURLVVRXVJURXSHV

•   &'pSHQVHVVDQVFR¿QDQFHPHQWFRPPXQDXWDLUH

•   &,QLWLDWLYHVVRFLDOHVHQIDYHXUGHO¶HPSORL

•   &'pSHQVHVDYHFFR¿QDQFHPHQWFRPPXQDXWDLUH 1RXV\WURXYRQVHQWUHDXWUHVOHVVWDJHVGHUpLQVHUWLRQ SURIHVVLRQQHOOH & OHV DLGHV j OD FUpDWLRQ G¶HQWUHSULVHV SDU GHV FK{PHXUV LQGHPQLVpV &

)RUXPSRXUO¶HPSORL&3URDFWLI&2EMHFWLI3OHLQ (PSORL&HW&DULWDV±3URMHW)250$ÀH[&

5pSDUWLWLRQGHVSUHVWDWLRQVYHUVpHV   HQ

(QVHEDVDQWVXUOHVGRQQpHVGHQRXVUHPDUTXRQV TXHODJUDQGHPDMRULWpGHVSUHVWDWLRQVYHUVpHVYDDX[

PpQDJHV¿VFDX[1D\DQWXQUHYHQXpTXLYDOHQWLQIpULHXU j[OHVDODLUHVRFLDOPLQLPXP

Revenu  équivalent   du  ménage

Pourcentage  des   PpQDJHVEpQp¿FLDLUHV des  prestations  en  2008 SDVGHUHYHQX

!660

!660

!660

!660

!660

!660

Total 100,00%

Source  :  IGSS

)LQDQFHPHQWGX)RQGVSRXUO¶HPSORL

/H)RQGVSRXUO¶HPSORLHVWDOLPHQWpSDU

•   ODFRQWULEXWLRQVRFLDOHSUpOHYpHVXUOHVFDUEXUDQWV2

•   OHVFRWLVDWLRQVSDWURQDOHVWKpRULTXHVpJDOHVj]pUR SRXUOHVHPSOR\HXUVSULYpV3

•   O¶LPS{WGHVROLGDULWpjFKDUJHGHVSHUVRQQHVSK\

VLTXHVHWUHSUpVHQWDQWGHO¶LPS{WVXUOHUHYHQX DXGHOjG¶XQUHYHQXVXSpULHXUj(85 HQFODVVHHWDRX(85HQFODVVH

•   O¶LPS{W GH VROLGDULWp j FKDUJH GHV FROOHFWLYLWpV HW V¶pOHYDQWjGHO¶LPS{WVXUOHUHYHQX

•   XQHGRWDWLRQDQQXHOOHjFKDUJHGXEXGJHWGHO¶eWDW

1   /HPpQDJH¿VFDOHVWUHFRQVWLWXpjSDUWLUGX¿FKLHUVLJQDOpWLTXH GX FHQWUH FRPPXQ 8'6 HW GHV ¿FKLHUV GH O¶,*66 VXU OHV DOORFDWLRQVIDPLOLDOHVHWOHVDI¿OLDWLRQVFRDVVXUpV8QPpQDJH

¿VFDO HVW IRUPp SDU XQH SHUVRQQH SULQFLSDOH pYHQWXHOOHPHQW VRQFRQMRLQWSDUPDULDJHHWGHVHQIDQWVjFKDUJHHQIDQWVSRXU OHVTXHOVOHPpQDJHWRXFKHGHVSUHVWDWLRQVIDPLOLDOHV$QRWHU TXHSHUVRQQHVYLYDQWHQVHPEOHPDLVVDQVrWUHPDULpHVQH VRQW SDV FRPSWpHV FRPPH PpQDJH j SHUVRQQHV PDLV FRPPHPpQDJHVjSHUVRQQH

/HVSURGXLWVpQHUJpWLTXHVFLDSUqVXWLOLVpVFRPPHFDUEXUDQWV TXL VRQW PLV j OD FRQVRPPDWLRQ GDQV OH SD\V HW GHVWLQpV j O¶DOLPHQWDWLRQGHVPRWHXUVGHYpKLFXOHVFLUFXODQWVXUODYRLHSXEOLTXH VRQWVRXPLVjXQGURLWG¶DFFLVHDXWRQRPHDGGLWLRQQHOGpQRPPp FRQWULEXWLRQ VRFLDOH ¿[pH DX[ WDX[ VXLYDQWV SDU OLWUHV j ODWHPSpUDWXUHGHƒ&D(VVHQFHDXSORPE(85   E(VVHQFHVDQVSORPEDYHFXQHWHQHXUHQVRXIUHGHPRLQVGH PJNJ(85F*DVRLODYHFXQHWHQHXUHQVRXIUHGH PRLQVGHPJNJ(85

3DUOD/RLGXHUMXLOOHWFRQFHUQDQWGHVPHVXUHVGHQDWXUH jIDYRULVHUODUHVWUXFWXUDWLRQHWODPRGHUQLVDWLRQGHODVLGpUXUJLH DLQVLTXHOHPDLQWLHQGHODFRPSpWLWLYLWpJpQpUDOHGHO¶pFRQRPLH 0pP$GXSDJHVVVFHWDX[jpWpUpGXLWj ]pURSRXUFHQWjSDUWLUGX

(14)

31.03.  

Tableau   :   récapitulatif   des   recettes   courantes   2010   (en  millions  EUR)

RECETTES Exercice 2010 A.  Alimentation  courante

&RQWULEXWLRQVRFLDOHSUpOHYpHVXUOHVFDUEXUDQWV ,PS{WVGHVROLGDULWp

DFROOHFWLYLWpV

ESHUVRQQHVSK\VLTXHV Total  A  : 260,07

B.  Remboursements  de  dépenses 38,93

C.  Dotation  extraordinaire 50,00

TOTAL  GÉNÉRAL  : 349,00

Source   :   Rapport   d’activité   2010   du   Ministère   du   Travail   et   de   l’Emploi  ;;  données  au  14  mars  2011

,GHQWL¿FDWLRQG¶pFRQRPLHVSRWHQWLHOOHV et  de  leur  impact

¾6WUXFWXUHGHVPpQDJHVD\DQWHXXQHSUHVWDWLRQGH FK{PDJHHQ

0pQDJH¿VFDOHQ

%   des  ménages  

¿VFDX[

résidents   (actifs)

%   des  ménages   EpQp¿FLDLUHV de  l’indemnité  

chômage

1  adulte  seul  (1  0  ou  1A0)

DGXOWHHQIDQW

DGXOWHHQIDQWV

DGXOWHHQIDQWVRXSOXV DGXOWHVPDULpVVDQVHQIDQWV

DGXOWHVHQIDQW

DGXOWHVHQIDQWV

DGXOWHVHQIDQWV

DGXOWHVHQIDQWVRXSOXV Source  :  SPAFIL,  IGSS

8QH SRVVLELOLWp G¶pFRQRPLH SURSRVpH 'LPLQXHU G¶XQ PRLVODSpULRGHPD[LPDOHG¶LQGHPQLWpGHFK{PDJH /D UpGXFWLRQ G¶XQ PRLV GH OD SpULRGH G¶LQGHPQLWp GH FK{PDJHQ¶HQWUDvQHUDSDVXQJDLQQHWFDUERQQRPEUH GHEpQp¿FLDLUHVHQ¿QGHGURLWVDXURQWGURLWHQWUHDXWUHV DX50*/¶HVWLPDWLRQGXQRPEUHGHEpQp¿FLDLUHVHVW

WUqV GLI¿FLOH j FDXVH GHV FULWqUHV G¶pOLJLELOLWp GH OD VWUXFWXUH GX ¿FKLHU GHV GRQQpHV 63$),/ HW G¶XQH pYHQWXHOOH UHSULVH DQWLFLSpH GX WUDYDLO SRXU FHUWDLQV chômeurs.

7RXVOHVPpQDJHVQHVRQWSDVpOLJLEOHVSRXUOH50*

2UFRPPHOHGpPRQWUHOHWDEOHDXFLGHVVXVGHV EpQp¿FLDLUHVGHO¶LQGHPQLWpGHFK{PDJHHQRQW HX XQ RX SOXVLHXUV HQIDQWV j FKDUJH FRQWUH GH ODSRSXODWLRQDFWLYHHWGHFHIDLWODSUREDELOLWpTX¶LOV REWLHQQHQW OH 50* HVW pOHYpH &HWWH LQGHPQLWp YDULH VHORQODFRPSRVLWLRQGXPpQDJH,OHVWPrPHSRVVLEOH TXH OH PRQWDQW GX 50* VRLW SOXV pOHYp TXH OHV LQGHPQLWpV GH FK{PDJH FHV EpQp¿FLDLUHV SRXYDLHQW UHFHYRLU DXSDUDYDQW HQ VXV GH OHXU LQGHPQLWp GH FK{PDJHXQFRPSOpPHQW50*

&RQFHUQDQW OHV FK{PHXUV pWDQW GDQV XQH SURFpGXUH GH UHFODVVHPHQW H[WHUQH OD UpGXFWLRQ GH OD GXUpH G¶LQGHPQLVDWLRQ GX FK{PDJH G¶XQ PRLV VHUD LPPpGLDWHPHQW FRPSHQVpH SDU OH EpQp¿FH DQWLFLSp G¶XQHLQGHPQLWpG¶DWWHQWH

,O HVW LPSRUWDQW GH VRXOLJQHU TX¶XQH SDUWLH GHV FK{PHXUV IRQW XQH GHPDQGH SRXU OH 50* GqV OHXU LQVFULSWLRQ DX FK{PDJH /D UpGXFWLRQ GH OD SpULRGH GH O¶LQGHPQLVDWLRQ Q¶DXUD DXFXQH LQÀXHQFH VXU OHV EpQp¿FLDLUHVFRQFHUQpV

&RQFOXVLRQ

/D UpGXFWLRQ GH OD SpULRGH G¶LQGHPQLWp GH FK{PDJH GLPLQXHUDLWHIIHFWLYHPHQWOHVGpSHQVHVGHO¶DVVXUDQFH FK{PDJH PDLV HQWUDvQHUDLW XQH DXJPHQWDWLRQ DX QLYHDXGHVGpSHQVHVGX50*

(15)

11

31.03.  

1.   Description   et   philosophie   de   la   mesure

L’  assurance   accident   couvre   les   maladies   professionnelles,   les   accidents   du   travail   et   les   accidents  de  trajet  et  ceci  aussi  bien  pour  les  résidents   TXH SRXU OHV IURQWDOLHUV /D ORL Gp¿QLW O¶DFFLGHQW GX travail  (ou  professionnel)  comme  celui  qui  est  survenu   à   un   assuré   par   le   fait   du   travail   ou   à   l’occasion   de   son   travail   et   l’accident   de   trajet   celui   survenu   sur   le   trajet  d’aller  et  de  retour.  Les  dépenses  de  l’assurance   REOLJDWRLUHVRQW¿QDQFpHVSDUGHVFRWLVDWLRQVjFKDUJH des  employeurs  et  des  assurés  non-­salariés.

Jusqu’en   2010,   les   cotisants   étaient   répartis   sur     21  classes  en  fonction  de  la  nature  de  l’activité  assurée.  

Pour  chaque  classe,  l’  Association  d’assurance  contre   OHV DFFLGHQWV $$$ ¿[DLW DQQXHOOHPHQW XQ WDX[ GH cotisation   différent   variant   entre   0,45   et   6%.   La   loi   du  17  décembre  2010  a  réorganisé  la  solidarité  entre   OHVGLIIpUHQWVVHFWHXUVpFRQRPLTXHVDX/X[HPERXUJ QRWDPPHQW SDU O¶LQWURGXFWLRQ G¶XQ WDX[ XQLTXH GH cotisation   à   l’assurance   accident   pour   tout   type   d’activité.

'HX[ ORLV LQWHUYHQXHV HQ RQW DSSRUWp GHV PRGL¿FDWLRQVPDMHXUHVjO¶DVVXUDQFHDFFLGHQW

•   la  loi  du  12  mai  2010  portant  réforme  de  l’assurance   accident   a   fusionné   à   partir   du   1er   juin   2010   les   sections   industrielle   et   agricole   de   l’assurance   accident,   en   a   supprimé   l’assemblée   générale   et   a   réformé   en   profondeur   l’indemnisation   de   l’assurance  accident.  Ce  dernier  volet  de  la  réforme   étant  entré  en  vigueur  le  1er  janvier  2011  ;;

•   ODORLGXGpFHPEUHDLQWURGXLWXQWDX[GH cotisation  unique  dans  l’assurance  accident  à  partir  

GH O¶H[HUFLFH $LQVL OH UpJLPH JpQpUDO GH   O¶DVVXUDQFH DFFLGHQW HVW ¿QDQFpH VROLGDLUHPHQW par  les  cotisants  quel  que  soit  le  risque  d’accident   LQKpUHQW j O¶DFWLYLWp TX¶LOV H[HUFHQW /H FRPLWp directeur   de   l’Association   d’assurance   accident  

¿[HGpVRUPDLVFKDTXHDQQpHXQWDX[GHFRWLVDWLRQ XQLTXH SRXU O¶H[HUFLFH j YHQLU TXL HVW SXEOLp DX Mémorial   après   approbation   par   le   Ministre   de   OD 6pFXULWp VRFLDOH ,O D pWp ¿[p j SRXU FHQW SRXU O¶H[HUFLFH &H WDX[ D pWp UHFRQGXLW SRXU O¶H[HUFLFH SDU DUUrWp PLQLVWpULHO GX   12  décembre  2011.

A  partir  du  1er  janvier  2011,  une  victime  d’un  accident   de   travail   ou   d’une   maladie   professionnelle   peut   SUpWHQGUH j GHX[ W\SHV GLVWLQFWV G¶LQGHPQLVDWLRQ j savoir,  une  indemnisation  des  dégâts  matériels  et  une   indemnisation  personnalisée  des  dommages  corporels   SDWULPRQLDX[HWH[WUDSDWULPRQLDX[

1.1  Dégâts  matériels

En  ce  qui  concerne  le  dégât  causé  au  véhicule  utilisé   DX PRPHQW GH O¶DFFLGHQW O¶H[LJHQFH G¶XQH OpVLRQ corporelle   a   été   abandonnée   et   l’ancien   seuil   de     2,5  fois  le  salaire  social  minimum  a  été  remplacé  par   un  plafond  d’indemnisation.  Ce  plafond  s’élève  à  5  fois   le  salaire  social  minimum  lorsqu’il  s’agit  d’un  accident   de  trajet  et  à  7  fois  le  salaire  minimum  lorsqu’il  s’agit   d’un  accident  de  travail.  En  contrepartie,  une  franchise  

¿[pHjGXVDODLUHVRFLDOPLQLPXPDpWpLQWURGXLWH 6HXOVOHVGpJkWVDX[YpKLFXOHVDXWRPRWHXUVSURYHQDQW d’accidents   survenus   sur   la   voirie   publique   seront   LQGHPQLVpV 4XDQW DX[ GpJkWV PDWpULHOV DFFHVVRLUHV H[HPSOHV PRQWUH SDUDSOXLH VDF j PDLQ HWF LQGXLWV SDU O¶DFFLGHQW OH SODIRQG G¶LQGHPQLVDWLRQ ¿[p antérieurement   à   2,5   fois   le   salaire   social   minimum   Étude  de  Caritas  Luxembourg  concernant  les  transferts  sociaux  

en  temps  de  rééquilibrages  budgétaires

Chapitre  III.  

Transferts  sociaux  :  description,  coût  et  analyse

FICHE  2  :  L  ’  ASSURANCE  ACCIDENT

(16)

2

31.03.  

660DpWpDEDQGRQQpFHSHQGDQWO¶H[LVWHQFHG¶XQH OpVLRQFRUSRUHOOHFRQWLQXHjrWUHH[LJpHSRXUEpQp¿FLHU d’une  indemnisation  par  l’assurance  accident.

'RPPDJHVFRUSRUHOVSDWULPRQLDX[

/HV SUHVWDWLRQV HQ QDWXUH OHV VRLQV PpGLFDX[ OHV médicaments,   les   traitements,   les   frais   de   transport   ou  les  prestations  de  l’assurance  dépendance)  et  les   prestations  en  espèces  visent  à  compenser  une  perte   de  revenu.  Une  victime  d’un  accident  ou  d’une  maladie   SURIHVVLRQQHOOHSRXUUDEpQp¿FLHU

•   d’une  indemnité  pécuniaire  de  maladie  compensant   l’intégralité   de   la   perte   de   revenu   pendant   une   SpULRGHPD[LPXPGHVHPDLQHVG¶LQFDSDFLWpGH travail  ;;

•   d’une  rente  complète  en  cas  d’incapacité  totale  de   travail   visant   à   compenser   une   perte   de   revenu   à   SDUWLUGHO¶H[SLUDWLRQGXGURLWjO¶LQGHPQLWpSpFXQLDLUH de   maladie.   Le   montant   de   cette   rente   est,   en   principe,   calculé   en   fonction   du   revenu   cotisable   des   12   mois   précédant   l’accident   ou   la   maladie   professionnelle  (et  non  plus  à  raison  de  85,6%  de   ce  revenu)  ;;

•   d’une   rente   partielle   en   cas   de   perte   partielle   de   revenu  suite  à  des  séquelles  liées  à  l’accident  ou  à   ODPDODGLHSURIHVVLRQQHOOHFRQWUDLUHPHQWjO¶DQFLHQ régime,  la  victime  peut  uniquement  prétendre  à  cette   UHQWHHQFDVGHGpWHUPLQDWLRQG¶XQWDX[G¶LQFDSDFLWp permanente   et   si   cette   incapacité   implique   une   SHUWHGHUHYHQX$¿QGHEpQp¿FLHUGHFHWWHUHQWH ODYLFWLPHGRLWQRWDPPHQW

R DYRLUXQWDX[G¶LQFDSDFLWpSHUPDQHQWHGH au  moins,  au  moment  de  la  consolidation  des   séquelles  ;;

o   avoir  une  perte  de  revenu  cotisable  d’au  moins   10%   au   cours   d’une   période   de   référence   de     12  mois  suivant  la  consolidation.

•   G¶XQH UHQWH G¶DWWHQWH HQ FDV G¶LQFDSDFLWp SRXU H[HUFHUVRQGHUQLHUSRVWHGHWUDYDLORXUpJLPHGH travail,  le  salarié  victime  peut  prétendre  à  une  rente   G¶DWWHQWHHQFDVGHUHFODVVHPHQWH[WHUQH

'RPPDJHVFRUSRUHOVH[WUDSDWULPRQLDX[

/¶LQGHPQLVDWLRQ GHV SUpMXGLFHV H[WUDSDWULPRQLDX[

permet   d’indemniser   les   souffrances   de   la   victime   faisant   face   à   une   incapacité   partielle   ou   totale   SHUPDQHQWH8QHYLFWLPHSRXUUDGRUpQDYDQWEpQp¿FLHU VXUGHPDQGH

•   d’une   indemnité   pour   préjudice   physiologique   et   d’agrément  visant  à  réparer  la  perte  de  qualité  de   vie  en  raison  des  séquelles  souffertes,  ainsi  que  la   perte  de  valeur  sur  le  marché  du  travail.  Le  montant   correspond   à   un   forfait   déterminé   en   fonction   du   WDX[ G¶LQFDSDFLWp GH WUDYDLO Gp¿QLWLI HW SHXW rWUH YHUVpVHORQOHWDX[G¶LQFDSDFLWpVRLWVRXVIRUPHGH capital,  soit  sous  forme  de  rente  mensuelle  ;;

•   d’une   indemnité   pour   préjudice   moral   visant   à   indemniser  les  douleurs  physiques  endurées  jusqu’à   la   consolidation   des   blessures   et   correspondant   à   l’allocation   d’un   montant   forfaitaire   déterminé   suivant  une  échelle  des  douleurs  endurées  ;;

•   d’une   indemnité   forfaitaire   pour   le   préjudice   esthétique   subi   visant   à   réparer   les   séquelles   physiques   entraînant   une   altération   de   l’image   de   la  victime.  Le  montant  est  également  déterminé  en   fonction  d’une  échelle  prenant  en  considération  la   gravité  des  préjudices.

1.4  Dédommagement  des  proches

Les   proches   ont   droit   à   une   indemnisation   pour   SUpMXGLFH SDWULPRQLDO HW H[WUDSDWULPRQLDO 6XLWH j OD UpIRUPHOHQRPEUHGHVEpQp¿FLDLUHVHVWUHVWUHLQWHWOH mode  de  calcul  de  l’indemnisation  a  changé.  Lorsqu’un   assuré   décède   suite   à   une   maladie   professionnelle   GpFODUpHRXjXQDFFLGHQWGXWUDYDLOGHWUDMHWVXUYHQX à   compter   du   1er   janvier   2011,   ses   proches   peuvent   demander   auprès   de   l’AAA   une   rente   de   survie   (préjudice  patrimonial)  et  une  indemnité  pour  préjudice   PRUDOSUpMXGLFHH[WUDSDWULPRQLDO

•   L’indemnisation  du  préjudice  patrimonial  consiste  en   un  versement  d’une  rente  de  survie.  Elle  correspond   à  un  complément  de  la  pension  de  survie,  comme   si  l’assuré  avait  continué  à  travailler  jusqu’à  65  ans.  

/¶DVVXUp GRLW rWUH GpFpGp DYDQW O¶kJH GH DQV /HEpQp¿FHGHODUHQWHVHOLPLWHDXFRQMRLQWRXDX SDUWHQDLUH HW DX[ HQIDQWV VXUYLYDQWV TX¶LOV VRLHQW légitimes,   adoptifs   ou   naturels).   Le   montant   de   la   rente  de  survie  diffère  pour  le  conjoint,  le  partenaire  

(17)

31.03.  

et  pour  les  enfants.  Le  montant  de  la  rente  de  survie   varie  en  fonction  de  l’âge  de  l’assuré  au  moment  de   son  décès.  

•   /¶LQGHPQLVDWLRQ GX SUpMXGLFH H[WUDSDWULPRQLDO consiste   en   une   indemnité   pour   préjudice   moral   visant   à   compenser   la   douleur   engendrée   par   la   SHUWH G¶XQ SURFKH /HV EpQp¿FLDLUHV HQ VRQW OH conjoint  ou  le  partenaire  survivant,  l’enfant  (légitime,   naturel   ou   adoptif),   les   père   et   mère   et   toute   personne  ayant  vécu  en  communauté  domestique   DYHFOHGpIXQWSHQGDQWSOXVGHDQV/HPRQWDQWGH l’indemnité  correspond  à  un  forfait  dont  le  montant   YDULHHQIRQFWLRQGXEpQp¿FLDLUHHWGXEpQp¿FHRX non  d’une  rente  de  survie.  Ce  forfait  fait  l’objet  d’un   versement  unique  et  ne  peut  en  aucun  cas  dépasser     (85

2.   1RPEUH GH EpQp¿FLDLUHV HW OHXUV caractéristiques  socio-­économiques

L’  ensemble   des   salariés   est   assuré   obligatoirement   contre   les   accidents   du   travail   et   les   maladies   professionnelles   y   compris   les   fonctionnaires   et   employés   de   l’État,   des   communes   et   des   établissements   publics,   les   personnes   y   assimilées   DLQVLTXHOHVSHUVRQQHVTXLH[HUFHQWDX*UDQG'XFKp GH /X[HPERXUJ SRXU OHXU SURSUH FRPSWH XQH DFWLYLWp professionnelle   artisanale,   commerciale   ou   libérale.  

L’assurance  accident  gère  pour  le  compte  de  l’État  les   UpJLPHV VSpFLDX[ FRXYUDQW HQWUH DXWUHV OHV pFROLHUV élèves  et  étudiants,  y  compris  dans  le  cadre  de  leurs   activités   périscolaires.   Sont   aussi   prises   en   compte   OHVSHUVRQQHVH[HUoDQWXQHDFWLYLWpjWLWUHEpQpYROHDX SUR¿WGHVHUYLFHVVRFLDX[DJUppVSDUO¶eWDW

Selon   les   statistiques   de   l’association   d’assurance   accident  sur  les  accidents  du  travail,  de  trajet  et  sur  les   PDODGLHV SURIHVVLRQQHOOHV DFFLGHQWV RQW pWp déclarés  en  2011  dont  25.610  (78,6%)  pour  le  régime   JpQpUDO HW SRXU OHV UpJLPHV VSpFLDX[  

14  personnes  ont  été  victimes  d’accidents  mortels.

Parmi   les   cas   déclarés   au   régime   général,   74,5%    

(19.080   cas)   concernent   des   accidents   de   travail   proprement  dits,  24,1%  (6.171  cas)  des  accidents  de  trajet   HWFDVGHVPDODGLHVSURIHVVLRQQHOOHV

Coût  de  l’assurance  accident

Les  chiffres  2011,  qui  font  suite  au  changement  législatif,   ne  sont  pas  encore  disponibles.  Une  présentation  des   UpVXOWDWV GH O¶H[HUFLFH HVW QpDQPRLQV HIIHFWXpH   FLDSUqVD¿QG¶DYRLUXQDSHUoXGHVVRPPHVFRQFHUQpHV par  cette  assurance.

/¶DVVXUDQFHDFFLGHQWDFRQQXXQGp¿FLWGHPLOOLRQV (85HQGHVGpSHQVHV&LGHVVRXVGHX[

WDEOHDX[UpFDSLWXOHQWOHVGpSHQVHVHWOHVUHFHWWHVGH l’assurance  accident  en  2010.

7DEOHDXUpFDSLWXODWLIGHVGpSHQVHVFRXUDQWHV

([HUFLFH Dépenses  (millions  €) %

Frais  d’administration 10,62 4,9%

Prestations  en  espèces 164,71   76,4%  

Indemnités  pécuniaires 28,6

5HQWHV 101,99

5DFKDWVHWDXWUHV 15,8%

Prestations  en  nature 36,69   17,0%  

Dépenses  diverses 3,61   1,7%  

Total 215,63 100,0%

Source  :  Rapport  général  sur  la  Sécurité  sociale  2010

7DEOHDXUpFDSLWXODWLIGHVUHFHWWHVFRXUDQWHV

([HUFLFH 5HFHWWHVPLOOLRQV¼ %

Cotisations 173,85 85,3%

Participation  de  l’État 17,98   8,8%  

3URGXLWV¿QDQFLHUVHW

recettes  diverses 11,96   5,9%  

Total 203,79 100,0%

Source  :  Rapport  général  sur  la  Sécurité  sociale  2010

4.   ,GHQWL¿FDWLRQG¶pFRQRPLHVSRWHQWLHOOHV et  de  leur  impact

La   grande   avancée   de   la   réforme   de   l’assurance   accident  est  de  distinguer  entre  le  remplacement  de  la   perte  de  revenue  et  le  dédommagement  de  la  perte  de   TXDOLWpGHYLH6LFHGHUQLHUHVWPDLQWHQXMXVTX¶jOD¿Q

(18)

4

31.03.  

de  la  vie,  le  premier  n’est  considéré  que  jusqu’à  l’âge   GH OD UHWUDLWH HW SOHLQHPHQW FRWLVDEOH D¿Q G¶pWDEOLU OD pension).  Il  y  a  de  ce  point  de  vue  un  réel  progrès  en   termes  de  coûts  et  d’équité.  A  l’avenir  les  prestations   se   réduiront   sans   léser   véritablement   les   personnes   concernées.  

/HVPRGL¿FDWLRQVGHO¶DVVXUDQFHDFFLGHQWHQWUpHVHQ vigueur  en  grande  partie  au  1er  janvier  2011,  ont  apporté   un  certain  nombre  de  changements  dans  le  système   d’indemnisation  des  victimes.  Le  rapport  annuel  2011   de   l’assurance   accident   n’est   pas   encore   disponible.  

,O HVW GRQF GLI¿FLOH G¶pYDOXHU OD SHUWLQHQFH GH FH changement   législatif   et   de   proposer   des   possibilités   d’économies.

1pDQPRLQV QRXV DYRQV HQWDPpH XQH UpÀH[LRQ concernant  des  économies  potentielles  sur  les  dégâts   matériels  en  se  basant  sur  les  données  de  l’année  2010.  

Selon  le  rapport  général  sur  la  sécurité  sociale  2010,   le   montant   des   dédommagements   pour   des   dégâts   PDWpULHOVV¶pOHYDLWj(85

Ci-­dessous   un   tableau   hypothétique   qui   croise   cette   somme   avec   le   revenu   équivalent   mensuel   des   PpQDJHVHQ

Revenu  équivalent   mensuel  2008

%  des   ménages

Répartition  dégât   matériel  (2010)

pas  de  revenu 2,1% 71  976,45  €

>0-­1  SSM 25,0% ¼

>1-­2  SSM ¼

!660 15,0% 514  117,52  €

!660 109  678,40  €

>4-­5  SSM 0,9% ¼

>5  SSM 0,7% ¼

Total 100,00% 3  427  450,10  €

L’  hypothèse   proposée   est   de   supprimer   le   remboursement  des  dégâts  matériels  pour  les  ménages   DWWHLJQDQWXQVHXLOGHUHYHQXVXSpULHXUj[OH660 Cette  proposition  amènerait  une  économie  potentielle   d’environ   164.000,00   euros,   ce   qui   représente   une   VRPPH PRGHVWH HQ FRPSDUDLVRQ DYHF OH Gp¿FLW GH PLOOLRQV(85HQUHJLVWUpHQ

5.   Conclusion

/D SDUXWLRQ SURFKDLQH GHV UpVXOWDWV ¿QDQFLHUV GH l’assurance   accident   éclairera   sur   les   effets   des   PRGL¿FDWLRQV GX V\VWqPH G¶LQGHPQLVDWLRQ GHV victimes.  En  attendant  il  faut  noter  que  baser  le  niveau   des   dédommagements   sur   le   revenu   équivalent   des   ménages   pour   effectuer   des   économies   sur   l’indemnisation  des  dégâts  matériels  n’aurait  que  peu   d’effet.

Ceci   est   d’autant   plus   vrai   qu’une   suppression   du   remboursement   des   dégâts   pour   des   ménages   disposant   d’un   revenu   relativement   plus   élevé   va   à   l’encontre  du  principe  de  l’assurance.

Il   faudrait   à   cet   égard   également   rappeler   que   la   réforme   de   l’année   2010   a   introduit   l’idée   d’une   VROLGDULWp JpQpUDOLVpH HQ DGRSWDQW XQ WDX[ XQLTXH pour  tous  les  types  d’activités,  il  n’y  a  donc  pas  lieu  de   revenir  maintenant  sur  ce  principe.

(19)

11

31.03.  

1.   Description   et   philosophie   de   la   mesure

Toutes   les   personnes   qui   ont   au   Luxembourg   une   occupation   professionnelle   à   titre   de   salarié   ou   d’indépendant   sont   inscrits   obligatoirement   à   l’assurance  maladie  et  maternité  (ceci  vaut  donc  pour   les   résidents   aussi   bien   que   pour   les   frontaliers).   II   HQHVWGHPrPHSRXUOHVSHUVRQQHVEpQp¿FLDQWG¶XQ UHYHQXGHUHPSODFHPHQWHWOHVEpQp¿FLDLUHVGXUHYHQX PLQLPXPJDUDQWLTXLQHEpQp¿FLHQWSDVG¶XQHSURWHFWLRQ à  un  autre  titre,  par  exemple  si  un  complément  RMG   HVWDFFRUGpjXQEpQp¿FLDLUHGHSHQVLRQ3DUDLOOHXUV sont   assujettis   à   cette   assurance   pour   autant   qu’ils   n’aient   pas   de   protection   en   tant   que   membre   de   famille   (co-­assuré),   les   étudiants   poursuivant   leurs   études   au   Luxembourg   (résidents   ou   frontaliers   dont   les  parents  occupent  un  emploi  au  Luxembourg),  ainsi   TXH OHV HQIDQWV PLQHXUV HW OHV LQ¿UPHV FDWpJRULHV pour   lesquelles   une   prise   en   charge   des   cotisations   afférentes  par  l’État  est  possible.

'HX[ ORLV UpFHQWHV RQW PRGL¿p SURIRQGpPHQW O¶RUJDQLVDWLRQHWOH¿QDQFHPHQWGHO¶DVVXUDQFHPDODGLH maternité.  Il  s’agit  de  :

1.   La   loi   du   13   mai   2008,   qui   a   introduit   le   statut   unique  et  la  continuation  de  la  rémunération  en  cas   de   maladie   pour   tous   les   travailleurs   salariés   du   secteur  privé  à  partir  du  1er  janvier  2009.  Cela  a  eu   FRPPH FRQVpTXHQFH XQH SURIRQGH PRGL¿FDWLRQ de   la   gestion   «   prestations   en   espèces   »   de   l’assurance  maladie.

2.   La   loi   du   17   décembre   2010   qui   a   réformé   le   système  des  soins  de  santé.  Ainsi,  à  partir  de  2011,   OH¿QDQFHPHQWGHO¶DVVXUDQFHPDODGLHHVWDVVXUp

par  un  taux  de  cotisation  unique  (5,60%  avec  une   majoration   de   0,5%   pour   les   assurés   ayant   droit   à   une   prestation   en   espèces)   pour   toutes   les   charges  de  l’assurance  maladie-­maternité.  L’  autre   PRGL¿FDWLRQPDMHXUHFRQFHUQHOHVSUHVWDWLRQVGH maternité,   qui   ont   été   intégrées   dans   le   régime   général   à   partir   de   2011.   Depuis,   elles   ne   sont   SOXV¿QDQFpHVGLUHFWHPHQWSDUO¶eWDWTXLLQWHUYLHQW seulement   au   niveau   des   cotisations   (40%   des   FRWLVDWLRQV GDQV OH ¿QDQFHPHQW GH O¶DVVXUDQFH maladie  dans  son  ensemble.

Étude  de  Caritas  Luxembourg  concernant  les  transferts  sociaux   en  temps  de  rééquilibrages  budgétaires

Chapitre  III.  

Transferts  sociaux  :  description,  coût  et  analyse

FICHE  3  :  L  ’  ASSURANCE  MALADIE-­MATERNITÉ

(20)

2

31.03.  

/HVFKpPDVXLYDQWUHWUDFHO¶RUJDQLVDWLRQDFWXHOOHHWOH¿QDQFHPHQWGHVVRLQVGHVDQWpDX/X[HPERXUJ

Source:  IGSS  Luxembourg  2011.

(21)

33

31.03.  

1RPEUH GH EpQp¿FLDLUHV HW OHXUV caractéristiques  socio-­économiques

En   2010,   la   Caisse   nationale   de   Santé   (CNS)   a   remboursé  en  moyenne  annuelle  et  par  personne,  un   montant   de   2.949   EUR   pour   les   soins   de   santé.   Les   écarts   dans   la   répartition   entre   les   différentes   prises   en  charge  par  personne  sont  considérables  :

•   OD PRLWLp GHV SHUVRQQHV D EpQp¿FLp G¶XQ remboursement  inférieur  à  882  EUR  ;;

•   79%  des  personnes  ont  touché  un  montant  inférieur   à  la  moyenne  annuelle  de  2.949  EUR  ;;

•   2%  des  patients  (soit  9.186  personnes)  ont  eu  des   remboursements   supérieurs   à   22.322   EUR.   Les   frais   d’hospitalisation   sont   proportionnellement   élevés  pour  ces  patients  par  rapport  à  l’ensemble   des  patients  ;;

•   le   remboursement   le   plus   élevé   pour   une   seule   personne  en  2010  était  de  579.414  EUR.

Le   nombre   d’admissions   pour   100.000   habitants   s’élève   en   2010   en   moyenne   générale   à   15.607   cas   (population  protégée  résidente).  

Le  taux  d’absentéisme  total  était  de  3,4%  en  2010.  La   durée   des   épisodes   de   maladie   pour   les   personnes   actives  a  atteint  en  moyenne  8,3  jours  civils  en  2010.  

Cependant  47,6%  des  personnes  actives  ne  devaient   supporter  aucun  épisode  de  congé  de  maladie.  Ainsi,   le  nombre  moyen  d’épisodes  de  maladie  en  2010  était   égal  à  2,5  par  personne  ayant  été  malade.  

Les   soins   de   maternité   lors   d’un   accouchement   à   l’hôpital   sont   pris   en   charge   directement   par   l’État   jusqu’en   2010.   Le   nombre   total   des   accouchements   remboursés  par  l’assurance  maladie-­maternité  était  de   5.340  en  2010.

IHPPHVRQWEpQp¿FLpG¶XQFRQJpGHPDWHUQLWp se   terminant   en   cours   de   l’année   2010.   4,3%   des   IHPPHVDFWLYHVRQWEpQp¿FLpG¶XQFRQJpGHPDWHUQLWp GHVIHPPHVFRQFHUQpHVRQWpJDOHPHQWEpQp¿FLp d’une  dispense  de  travail  pour  femme  enceinte.  80,8%  

des   accouchements   ont   été   suivis   d’une   période   d’allaitement.

3.   Coût  de  l’assurance  maladie-­maternité

En   2010   l’assurance   maladie-­maternité   a   connu   un   Gp¿FLW GHV RSpUDWLRQV FRXUDQWHV GH PLOOLRQV (85 et  en  2011  l’excédent  a  atteint  78,3  millions  EUR  (3,7%  

des  dépenses).

Tableau  :  récapitulatif  des  dépenses  courantes  2010  -­  2011

DÉ3(16(6   (en  millions  

d’euros)

% 'e3(16(6   (en  millions  

d’euros)

%

Exercice 2010 2011

Frais  d’administration 68,8 3,4% 67,4 3,3%

3UHVWDWLRQHQHVSqFHV 217,0 10,7% 232,5 11,3%

Soins  de  santé 1  734,9 85,5% 1  775,9 86,1%

Autres  dépenses 8,4 0,4% 5,9 0,3%

TOTAL  DES  DÉPENSES  

COURANTES 2  029,0 100,0% 2  081,8 100,0%

6RXUFH5DSSRUWVXUODVLWXDWLRQ¿QDQFLqUHGHO¶DVVXUDQFHPDODGLH maternité  présenté  en  vue  de  la  réunion  du  comité  quadripartite  en   date  du  24  octobre  2012

Tableau  :  récapitulatif  des  recettes  courantes  2010  -­  2011

RECETTES   (en  millions  

d’euros)

% RECETTES   (en  millions  

d’euros)

%

Exercice 2010 2011

Cotisations 1  155,1 57,1% 1  262,8 58,5%

Cotisations  

forfaitaires  État 668,0 33,0% 841,3 38,9%

Autres  contributions  

de  l’État 170,3 8,4% 20,1 0,9%

Autres  recettes 30,9 1,5% 35,9 1,7%

TOTAL  DES  RECETTES  

COURANTES 2  024,2 100,0% 2  160,1 100,0%

6RXUFH5DSSRUWVXUODVLWXDWLRQ¿QDQFLqUHGHO¶DVVXUDQFHPDODGLH maternité  présenté  en  vue  de  la  réunion  du  comité  quadripartite  en   date  du  24  octobre  2012

Figure

Updating...

Références

Sujets connexes :