Son mari, marin, avait perdu la vie lors de la der¬ nière guerre

51  Download (0)

Full text

(1)

REFLETS FRIBOURGEOIS

■um REVUE BIMENSUELLE 19 AVRIL 1991 N°8 Fr.350

Pays de Glane

Une région fidèle à son labeur terrien

"La jeunesse de Vhistoire La sculpture sur bois

Une vie au service de Vart choral

(2)

de Gérard Bq urauenoud

Personne

n'est éternel...

Même pas Voiseau de tante Edmée!

Il était une fois une vieille dame qui vivait depuis tou¬

jours dans une jolie maison située à quelques bonds d'oiseaux de mon quartier. La dame, à ce que l'on m'a dit, s'appelait Edmée. Elle devait, selon des voisins qui la con¬

naissaient fort bien, ressem¬

bler à une étonnante comé¬

dienne du prénom de Sylvie.

Elle avait, paraît-il, le cœur sur la main. Tout le monde l'aimait bien dans mon quartier. Elle était veuve. Son mari, marin, avait perdu la vie lors de la der¬

nière guerre. Il avait une belle casquette d'amiral. Bref, la vieille dame vivait seule dans sa maison de souvenirs, de photographies jaunies, de car¬

tes postales, de lettres rognées par les souris.

Chaque matin la vieille dame, qui aimait la compagnie et avait une passion pour les enfants, pour la vie de la rue, descendait faire ses commis¬

sions. Et elle s'attardait chez le boucher, chez le boulanger, chez le laitier. Elle parlait de la pluie et du beau temps avec la vendeuse du kiosque. Elle fai¬

sait une halte au bistrot du coin, où on la saluait respec¬

tueusement. Car tante Edmée avait de la culture. Elle pouvait parler de pays aux noms de légende. On disait même qu'elle avait été très riche autrefois. Très riche et très courtisée. Certains préten¬

daient même qu'elle avait été mariée avec un gouverneur

des Indes. Mais personne n'en savait rien au juste.

Un jour, elle aperçut un jeune homme qui dessinait sur le trottoir. Elle s'approcha et observa. Le jeune homme, très beau, était Brésilien. Il dessi¬

nait un immense oiseau exoti¬

que avec de belles couleurs.

Les jours qui suivirent, les gens ont remarqué que tante Edmée conversait avec le jeu¬

ne homme, en prenant un café. Ils étaient devenus amis.

Et de les voir tous les deux riant aux anges réchauffait le cœur des clients du bistrot. Un jour, tante Edmée vécut un grand bonheur: le jeune hom¬

me lui avait offert un vrai oiseau qui ressemblait étran¬

gement à celui que le jeune homme dessinait sur la rue. La vieille dame l'emporta chez elle. Elle accrocha la cage dorée à la fenêtre qui donnait sur une place publique.

Loiseau devait se plaire chez tante Edmée, car il chantait à perte de jour. Le jeune homme avait disparu. Un jour, elle reçut une lettre de lui dans laquelle il lui expliquait qu'il était rentré dans son pays afin de combattre pour la liberté et la justice.

Tante Edmée avait une mala¬

die de cœur. Un soir, elle eut un malaise plus grave que les autres. Les voisins firent appel à un médecin qui hocha la tête et fit comprendre qu'il n'y

avait plus guère d'espoir. Il décida que la vieille dame irait à l'hôpital le lendemain. Tante Edmée ne voulut rien enten¬

dre et déclara qu'elle voulait mourir dans son lit.

La nuit qui suivit, des jeunes gens ivres passèrent devant la maison de la vieille dame. Des voisins entendirent des cris. A l'aube, le concierge trouva l'oiseau exotique complète¬

ment déchiqueté. Que s'était-il donc passé? Quelques plumes restaient collées aux pavés. En fin de matinée, inquiet de ne pas voir tante Edmée, le con¬

cierge alla sonner à l'apparte¬

ment sis au rez de la maison.

Aucune réponse. La porte étant fermée à clef, on décida de forcer la serrure.

Ils entrèrent, le concierge, le facteur, le boucher et les voi¬

sins. La vieille dame était cou¬

chée sur son lit. Morte. Une sorte de sourire embellissait encore son visage. Elle tenait entre ses doigts raides et noués une feuille de papier, la lettre du jeune Brésilien.

Croyez-moi, ne me croyez pas: il était une fois, il n'y a pas si longtemps de cela, une tan¬

te Edmée qui mourut à l'aube d'une mort d'oiseau.

(3)

SOM M AI R 19 AVRIL 1991

Au pays de Glâne Une douce terre, sans heurts ni faiblesses, que tout Glânois enveloppe d'un regard comme une tendre amie, qu'il tient dans ses bras comme un être cher, qu'il serre dans ses mains comme un fruit savoureux, qu'il porte en son cœur comme un don de Dieu, et qui vit en son âme comme un idéal.

Les décombres de la construction Dans notre pays, l'industrie de la construction produit chaque année quelque trois millions de tonnes de décombres. Il va donc de soi que l'élimination d'une part et le recyclage d'autre part représentent un problè¬

me qui s'avère de plus en plus important pour les architectes et les fabricants de matériaux.

E N° 8

L'ESPRIT DU TEMPS

Jeunesse de l'histoire 4 ENVIRONNEMENT

Que faire des décombres

de la construction? 5

PAYS DE FRIBOURG Glâne: une région fidèle à son labeur terrien

Vingt-six fois le vitrail pour le 700e 7 SITES ET MONUMENTS

Notre-Dame de l'Epine à Berlens 28 LA PAROLE À...

Cœur protégé 29

LES SPORTS

506 anniversaire du Fribourg Olympic Finales de la Coupe suisse de volleyball 30

REGARDS SUR...

Nouveau central Natel C à Fribourg 33 CROQUE-NOTES

Une vie au service de l'art choral 34 LES ARTISANS

La sculpture sur bois 40 SOCIAL

L'avenir des aides-familiales 42 HUITIÈME DISTRICT

Chants et danses à Prilly 44 FOLKLORE

Des fifres et tambours à la FFCC 45 VOS ORIGINES

La famille de Nervaud 46 La sculpture sur

bois On a parfois tendance à considérer la sculpture sur bois comme un travail d'arti¬

san, curieux, mais non artis¬

tique. Or l'histoire rapportée dans le reportage réalisé chez un sculpteur de la Haute-Gruyère, prouve que des gens savent tirer d'un matériau modeste, de vérita¬

bles chefs-d'œuvre.

ROMAN

Pour que la sève ne meure... 51

NOTRE COUVERTURE

L'authentique gruyère du Pays de Glâne Avec ses trente-deux fromageries villageoi¬

ses et plus de trois millions de kilos de froma¬

ge par an, soit 30% de la production canto¬

nale, le district de la Glâne est à l'heure actuelle le plus grand fabricant de gruyère du canton de Fribourg.

Photo Léo Hilber Terre de Fribourg - Editions Fragnière, Fribourg

(4)

L'ESPRIT DU TEMPS

JEUNESSE

DE L'HISTOIRE

Les Editions Fragnière (Fribourg) viennent de commen¬

cer la publication d'une collection «HISTOIRE» qui com¬

prendra 3 volumes. Le premier a paru à fin 90.

On lit dans l'avant-propos: «La collection Histoire s'adres¬

se à des élèves du niveau secondaire I (les dernières années de la scolarité obligatoire). L'ouvrage présente une vue générale et chronologique de l'histoire euro¬

péenne et mondiale, en accordant - dans les limites d'un manuel - l'importance qui convient aux grandes civilisa¬

tions».

L'initiative de cette publication revient à M. Jean Murith, direc¬

teur d'école à Fribourg. Empê¬

ché, pour des raisons de temps, de poursuivre l'aventure, il con¬

fia à des collègues enseignants le soin de mener à bien cette entreprise.

La collection est dirigée par Mme Christine Murith-Des- cloux. L'équipe des historiens comprend Pierre-Philippe Bu- gnard, Jean-Pierre Dorand, Daniel Stevan et Jean-Claude Vial. Il convient aussi de men¬

tionner les collaborations de Raphaël Pasquier (tableaux- dessins) et de Ronald Sautebin (cartes).

NOUVELLE PÉDAGOGIE Il y a, dans l'opinion publique, des préventions résumées dans la formule: «C'est de l'histoire ancienne». Comme on n'écrit pas l'histoire du futur, cette science est toujours plus ou moins ancienne...

Il faut chercher d'autres causes à cette méfiance envers l'histoi¬

re. Celle qu'on a enseignée trop longtemps dans les écoles a été l'histoire des guerres et des faits héroïques. Elle était appelée à fortifier le sentiment national.

Très peu ou pas du tout d'histoi¬

re des civilisations et des arts.

D'où cette pertinente remarque de Balzac: «Vous ne paraissez pas fort en Histoire. Il y a deux Histoires: l'Histoire officielle, menteuse, qu'on enseigne, l'His¬

toire ad usum delphini, puis

l'Histoire secrète, où sont les véritables causes des événe¬

ments, une Histoire honteuse. » (in «Illusions perdues»).

Dans le premier volume de la collection qui s'arrête vers l'an Mil, on trouve un aperçu de la méthode. Les utilisateurs fe¬

raient bien de suivre ces directi¬

ves, car il est reconnu qu'en pédagogie il est bon de diviser la difficulté pour mieux la vaincre.

Chaque manuel comprend 3 types de séquences : celles dites de références, destinées à être comprises et apprises, des séquences de complément vou¬

lues pour un travail d'approfon¬

dissement et des séquences de découvertes. Pour faciliter le travail, les auteurs ont adopté un système de couleurs: noir, bleu, rouge. Ces couleurs se retrouvent sur les coins supé¬

rieurs des pages et à la table des matières. La méthode préconi¬

sée est originale, voire inédite.

On compare la méthode de l'historien qui recueille des ren¬

seignements ou documents, les organise, et reconstitue le passé, à celle que l'élève doit utiliser pour apprendre et comprendre Darius Ier empereur de Perse vers 500 ans avant J.C.

avec profit. On s'aperçoit, sur la foi des conseils, que l'élève doit devenir à son tour un historien, afin de comprendre au point de savoir refaire. Léonard de Vinci disait déjà: «Qui sait copier, sait faire. »

UNE RICHE MATIÈRE Ce qu'il importe de relever, c'est le choix judicieux des matières, la qualité et la richesse de l'ico¬

nographie et son complément:

dessins, croquis, cartes. On est allé à l'essentiel: préhistoire, civilisations des grands fleuves, du Proche-Orient, de la Médi¬

terranée, les grandes invasions, l'Empire bysantin, l'Islam, la naissance de l'Europe.

OUVRAGE DE VULGARISATION

Cette petite somme historique de 3 volumes est avant tout des¬

tinée aux élèves du secondaire I.

Ce serait dans la ligne justement ambitieuse des auteurs et de l'éditeur de penser que la collec¬

tion HISTOIRE puisse devenir, dans le meilleur sens du terme, un outil de vulgarisation : faire comprendre au plus grand nombre. Beaucoup de person¬

nes n'ont pu bénéficier d'un enseignement secondaire. Elles trouveront dans ces trois ouvra¬

ges des lectures historiques sup¬

portées par des illustrations de valeur. Elever le niveau des con¬

naissances reste l'objectif ma¬

jeur de l'enseignement, de l'édu¬

cation en général.

On peut se passionner pour l'histoire sans être un spécialis¬

te, sans avoir un capital d'études qui aille au-delà du primaire.

Un jour, dans une conversation avec un paysan, je m'étonnai de l'envergure de ses connaissances sur l'histoire régionale. Il finit par avouer qu'il était membre de la Société d'histoire du can¬

ton de Fribourg.

Nous sommes loin de «l'hom¬

me à la bêche». C'est Gonzague de Reynold qui a dit - quel méri¬

te! - que la véritable aristocratie était celle de l'esprit.

(5)

ENVIRONNEMENT

RECYCLAGE ET ÉLIMINATION une tâche importante

pour l'industrie de la construction - ieps - En Suisse, l'industrie de

la construction produit chaque année approximativement 3 millions de tonnes de décom¬

bres. En présence de quantités pareilles, il va de soi que l'élimi¬

nation d'une part et le recyclage d'autre part représentent un problème important pour l'industrie de la construction.

Dans le cadre de son mandat d'information, la Documenta¬

tion suisse du bâtiment a donc chargé l'institut ZSM Zutter Sommer Marketing SA de réali¬

ser une enquête pour analyser l'importance accordée à ce pro¬

blème par les acteurs du marché de la construction. Pour obtenir une image aussi représentative que possible, plus de 3000 archi¬

tectes, ainsi que plus de 1300 fabricants et marchands de matériaux de construction, ont été questionnés.

Comme plus de 80% des archi¬

tectes et 65 % des fabricants de produits et matériaux de cons¬

truction accordent une grande importance à l'élimination et au recyclage, resp. se penchent déjà sur cette question lors de la pro¬

jection d'ouvrages neufs et d'opérations d'assainissement, la problématique a été reconnue par toutes les parties concer¬

nées, et celles-ci estiment de plus que le problème de l'élimi¬

nation et du recyclage deviendra toujours plus important à l'ave¬

nir.

Une meilleure information est urgente

Les architectes surtout, moins directement confrontés avec le problème dans leur travail quo¬

tidien que les fabricants de pro¬

duits et matériaux de construc¬

tion, se plaignent, pour plus de la moitié, de l'état insuffisant des connaissances. On admet certes que les revues, les associa¬

tions et les symposiums contri¬

buent à la diffusion de l'infor¬

mation dans ce secteur, mais la multiplicité de la problématique fait que l'on souhaite disposer d'un savoir plus étendu et mieux fondé. Pour les fabricants de produits et matériaux de cons¬

truction, l'idée d'un écobilan en est encore à ses prémices. A pei¬

ne 5 % d'entre eux établissent un écobilan d'entreprise, et 16%

Que faire de tous ces décombres?

pensent en établir un à l'avenir.

En fait, quelques matériaux peuvent déjà se recycler assez facilement, à savoir notamment le verre et le métal. La terre cui¬

te, les éléments de maçonnerie, le béton et la céramique peuvent également s'éliminer, alors que le bois et les matières synthéti¬

ques sont les produits qui posent le plus de problèmes.

Une sensibilisation accrue est indispensable

Selon les architectes et les fabri¬

cants de produits et matériaux de construction, la sensibilisa¬

tion du grand public n'est pas encore assez forte pour provo¬

quer la pression nécessaire en vue de déboucher sur une élimi¬

nation et un recyclage à la fois écologiques et rentables écono¬

miquement (moyennant une large offre d'équipements de recyclage et d'élimination). Si les pouvoirs publics et les admi¬

nistrations apparaissent comme les véritables vecteurs des

impulsions en la matière, il n'en reste pas moins que 6% seule¬

ment des maîtres d'ouvrage sont en principe disposés à payer le juste prix pour le recyclage et l'élimination des décombres.

Quand bien même plus de 50%

des fabricants de produits et matériaux de construction incluent les problèmes de recy¬

clage et d'élimination dans leurs arguments de vente, on constate que ces problèmes peuvent engendrer un conflit économi¬

que: 70% des fabricants de pro¬

duits et matériaux de construc¬

tion pensent en l'occurrence qu'il en résultera un renchérisse¬

ment général des produits, ainsi qu'une diminution de la renta¬

bilité, resp. que les dépenses de recyclage et d'élimination ne pourront être répercutées que dans une mesure limitée.

Outre les questions de rentabili¬

té et de répartition équitable des coûts, les deux parties - archi¬

tectes, ainsi que fabricants de produits et matériaux de cons¬

truction - s'accordent pour

photo o. BD réclamer l'introduction d'une déclaration pour les produits et matériaux de construction (75 %) et d'un test obligatoire de compatibilité avec l'environne¬

ment (66% des architectes et 55% des fabricants de produits et matériaux de construction).

De l'avis des personnes interro¬

gées, ces mesures pourraient contribuer à une meilleure sen¬

sibilisation du grand public et finalement à l'acceptation de concepts de recyclage et d'élimi¬

nation correspondants.

(L'étude complète «Recyclage et élimination dans l'industrie de la construction, enquête N° 19»

peut s'obtenir gratuitement auprès de la Documentation suisse du bâtiment, 4249 Blauen).

PROCHAIN ARTICLE REVITALISATION DES COURS D'EAU

(6)

Tetra Classic

Tetra Classic Aseptic Tetra Brik

Tetra Brik Aseptic

Tetra Rex

Tetra Rex Flat Top Tetra King

Tetra Top

A TETRA / PAK\

Tetra Pak Romont SA

(7)

PAYS DE FRIBOURG

PAYS DE GLANE

Une région fidèle à son labeur terrien

Pays de Glâne!

Une terre mitoyenne, entre la monta¬

gne et la plaine, qui sert de trait d'union entre la Gruyère et la Broyé.

Une terre qui s'accroche à Fribourg, tourne le dos au Pays de Vaud et lan¬

ce un appel en direction du Léman, à l'adresse de son maître de Savoie.

Il faut savoir cependant que c'est une attitude prise en 1536 déjà, lors de la conquête bernoise. Et cela explique bien des choses: son aversion pour le conquérant, sa fidélité à la foi des ancêtres et son désir de demeurer savoyard. Une image qui enchante toute une population, celle du dis¬

trict de la Glâne.

Une belle terre, en habit d'émeraude passementé de bruns et d'ors, au grés de saisons; une bonne terre aux collines boisées, une terre féconde, enrichie d'une laborieuse population campagnarde qui prie et chante, rit

La campagne glânoise: une terre généreuse.

et pleure, tassée autour de son égli¬

se en joyeux villages ensoleillés, groupée dans les combes en timides hameaux, ou disséminée, pensive, à l'ombre des vergers.

Un terre fidèle à son labeur terrien, à son antique passé urbigène, ro¬

main ou bourguignon, à son prince moyenâgeux, évêque de Lausanne ou comte de Savoie, à ses maîtres d'aujourd'hui, leurs Excellences de Fribourg; une terre fidèle à sa desti¬

née que Dieu voulut chrétienne et catholique.

Une petite terre, en somme, que le touriste de passage au Musée suisse du vitrail contemple toute entière de la tourelle du Gibloux, son observa¬

toire, ou du donjon de son château, qui en est le cœur, ou du clocher de sa collégiale, qui en est l'âme.

G. Bd

Π(S ET S3? 05

EN ROUTE

VERS LAN 2000 Placée au cœur de l'Europe, sur les grands axes de communication fer¬

roviaire et routière, la région Glâne- Veveyse veut poursuivre son essor économique. Cette volonté régiona¬

le, avec les objectifs et les mesures qu'elle comporte, s'intègre dans la politique de développement du can¬

ton de Fribourg.

Les communes des districts de la Glâne et de la Veveyse ont constitué une association, qui a pour but la mise en œuvre des moyens propres à favoriser l'expansion, à faciliter de nouvelles implantations industriel¬

les et artisanales, à créer de nou¬

veaux emplois dans les secteurs secondaire et tertiaire. La situation géographique de la région, les infrastructures existantes et futures, à Romont et à Châtel-St-Denis notamment, la proximité des centres de formation technique et universi¬

taire, ainsi que la qualité de l'envi¬

ronnement, représentent indéniable¬

ment des facteurs favorables.

La population de la région, ses auto¬

rités communales et régionales, envisagent l'avenir avec dynamisme et sont décidées à faire les efforts nécessaires pour réussir la poursuite de l'essor économique, tout en sau¬

vegardant les valeurs de son cadre de vie.

C'est précisément dans cette pers¬

pective qu'a été conçue et réalisée une documentation, qui est destinée à faire mieux connaître, en Suisse et à l'étranger, les caractéristiques de la région, ses attraits et ses possibilités d'avenir. Les Préfectures de la Glâne et de la Veveyse, avec l'appui de l'Office fribourgeois de développe¬

ment économique, sont à la disposi¬

tion des personnes et des entreprises intéressées.

Aménager l'avenir avec un esprit d'initiative et d'ouverture, favoriser le progrès et les innovations dans les divers domaines de l'économie, tel¬

les sont les préocupations des auto¬

rités et de la population de la région.

Le Président de l'Association pour le développement de la Glâne-Veveyse René Grandjean, Préfet

(8)

RJ.E_E LECTROVERRE SA ÊHÏE^mrmJAEEBr^?

FABRIQUE DE VERRE PLAT EXTRA BLANC

1680 ROMONT - Rte de Fribourg 22 Tél. 037/52 81 52 - Fax 037/52 35 91

Télex 942 060

- ' SÖ J ' ^

Il "

HOTEL DE VILLE ROMONT

YVO AEBISCHER-NEUHAUS - PL. DU CHATEAU Tél. 037/52 26 98

IDÉAL POUR VOS APÉRITIFS DE MARIAGE ET DE SOCIÉTÉS EN PLEIN AIR

EN CAS DE MAUVAIS TEMPS:

GRANDE SALLE DE 300 PL. À DISPOSITION (aussi BANQUETS ET RÉCEPTIONS)

URSY - CENTRE M. Goumaz

BOUCHERIE 1670 URSY

CHEVALINE ALIMENTATION

® 021/909 58 58

ROUTES SA

A. MENOUD-DUMAS ET FILS Boulangerie-pâtisserie + alimentation Grangettes et Vuisternens-devant-Romont

RECYCLAGE

sa TÉL. (037) 52 44 441 FAX (037) 52 17 55 CASE POSTALE 291 1680 ROMONT

Pitt et Frères

SERRURERIE GÉNÉRALE CONSTRUCTION

Les Chavannes 61 -1680 ROMONT Tél. 037/52 2616

(9)

PAYS DE FRIBOURG

Bonjour

Monsieur le Préfet de...

LA GLANE

PHOTO VAUTHEY René Grandjean, cin¬

quante-six ans, origi¬

naire du Crêt, père d'un fils, a d'abord fréquenté l'école secondaire de la Glâne, puis le Collège St- Michel où il a obtenu son baccalauréat ès lettres. Il a poursuivi ses études à l'Université de Fribourg où il a acquis sa licence en droit, et finalement un diplôme d'études euro¬

péennes, au Collège de l'Europe, à Bruges, en Bel¬

gique.

Sur le plan professionnel, il a été juriste au Départe¬

ment fédéral de justice et police, greffier adjoint au Tribunal de la Glâne, gref¬

fier au Tribunal de la Veveyse, chef de service auprès de la Direction de la santé publique du can¬

ton de Fribourg, et, depuis 1972, il assume la fonction de préfet de la Glâne.

En plus de ses responsabi¬

lités de représentant de l'Etat dans ce district, M.

René Grandjean est prési¬

dent de l'Association de l'Hôpital de Billens, de l'Association du home médicalisé de la Glâne, de l'Association pour le déve¬

loppement de la région Glâne-Veveyse et du comi¬

té du Cycle d'orientation de la Glâne. Il est d'autre part membre du Conseil d'administration des GFM, de la commission consul¬

tative pour l'aménagement

du territoire et de la com¬

mission de surveillance du Collège du Sud.

INTERVIEW

FI - Depuis quand êtes-vous préfet de la Glâne et quelles sont vos responsabilités?

René Grandjean - J'assume la fonction de préfet de la Glâne

depuis 1972, date à laquelle j'ai succédé à M. Rémi Brodard, élu conseiller d'Etat en novembre 1971. Pour ce qui est des respon¬

sabilités préfectorales, permet- tez-moi de préciser d'abord que le préfet est le représentant du Conseil d'Etat dans son district et qu'à ce titre il doit exécuter les décisions du Gouvernement.

Prenons l'exemple de la cons¬

truction qui, aujourd'hui, est un sujet d'actualité avec le déve¬

loppement que nous connais¬

sons, mais qui est aussi un pro¬

blème complexe en raison des La ville de Romont sur sa colline ronde: chef-lieu du district de la Glâne.

(10)

rtCfftO

M

• • •

h#

spécial raclette

suisse

En blocs En tranches

En 1/4 et 1/2 meules

Dans tous vos magasins Migros

Spécialités «sur Granit» - Menu du jour Salle pour sociétés et banquets - Fondue fribourgeoise FERNANDE ET CLAUDE

1670 URS Y

Tél. 021 /909 61 21 Place de parc Fax 021 /909 61 34 Fermé le mardi

0

CENTRE SPORTIF - TENNIS - ROMONT Route de Massonnens 1680 Romont

V3îY3£9 comme en hiver...

Renseignements: Tél. (037) 52 36 36 ou à la réception

Entreprise de bâtiments, génie civil

ROPRAZSA.

1680 ROMONT Zone industrielle «En Raboud»

Tél. 037/52 33 87

(11)

PAYS DE FRIBOURG

lois fédérales et cantonales, ain¬

si que des différentes prescrip¬

tions. Une part importante de l'activité du préfet est consacrée à la collaboration régionale. A une certaine époque, la plupart des problèmes étaient résolus par les communes elles-mêmes.

A l'heure actuelle, avec l'évolu¬

tion des tâches et de la société,

de très nombreuses réalisations ou projets doivent être traités sur le plan intercommunal ou régional, voire même au niveau interdistrict ou intercantonal.

C'est par exemple le cas pour la Step d'Ecublens, déjà en servi¬

ce, et qui sera inaugurée le 25 mai prochain. Celle-ci a été réa¬

lisée par une association qui réunit des communes de la Veveyse, du district d'Oron et de la Glâne.

- Combien de communes et d'habitants compte votre dis¬

trict?

- Le district de la Glâne compte,

depuis le 1er janvier de cette année, 45 communes (51 en 1972) et une population de 15 600 habitants. Cela est dû à la fusion de Maconnens avec Villarimboud, Fuyens avec Villaz-St-Pierre, Les Glânes avec Romont, Villaranon-Le Saulgy avec Siviriez et Morlens avec Vuarmarens.

- Est-il exact que votre district est encore essentiellement agri¬

cole?

- La Glâne se caractérise effecti¬

vement par son agriculture qui est encore un secteur important de l'économie de notre région.

Sa population active dans l'agriculture est d'ailleurs supé¬

rieure à la moyenne cantonale, ce qui montre bien que le Glâ- nois a su garder le sens de ses traditions et des valeurs terrien¬

nes. Comment se présente son avenir? Il est difficile de faire des prévisions, parce que, fina¬

lement, le problème de la pay¬

sannerie n'est pas propre à la

Glâne, mais à l'ensemble de notre pays.

- N'est-il pas aussi le plus gros producteur de fromage de gruyère?

- J'avoue être très fier du district de la Glâne en ce sens qu'il est le plus gros producteur de gruyère, un fromage de qualité et authentique, comme le précise la confrérie du même nom au sein de laquelle le préfet de la Glâne s'est vu conférer le titre de compagnon d'honneur. Une distinction à laquelle j'ai été très sensible et que je reporte sur les fabricants de gruyère et les pro¬

ducteurs de lait du district.

J'aimerais relever ici que ce sec¬

teur de l'économie est promis à un bel avenir dans la Glâne, grâ¬

ce à ses nombreuses fromage¬

ries villageoises que l'on décou¬

vre en parcourant le district.

Pour preuve, une nouvelle laiterie-fromagerie, qui sera un modèle du genre, est actuelle¬

ment en construction à l'entrée nord de Romont, une réalisa¬

tion qui est le fruit de la fusion des sociétés de laiterie de Romont et de Chavannes-sous- Romont.

- Est-il vrai que l'artisanat et l'industrie connaissent un ré¬

jouissant développement dans votre district?

- C'est une question intéressante en ce sens que le secteur secon¬

daire, qui comprend l'artisanat et l'industrie, est une branche de La STEP d'Ecublens en service depuis quelques semaines.

(12)

GRAND CHOIX DE MEUBLES FRIBOURGEOIS Q)

C <0

•c «0 c o

■C <0 .o

•Q fi

Les meubles de qualité et de bon goût s'achètent chez

IDougoud PORTES OUVERTES

TOUSLES JEUDIS SOIR

ITillaraboud A 4 km de Romont

sur la route de Romont - Oron - Lausanne

Meubles J.-L. Dougoud Ferme - Exposition

Ouvert tous les jours de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h

Spécialisé dans le meuble massif Exécution sur mesure

- CHAUFFAGE - VENTILATION - BRÛLEURS À MAZOUT - INSTALLATIONS SANITAIRES - DÉTARTRAGE DE BOILERS

JEAN-PIERRE JOLLIET SA 1680 ROMONT Rte Chavannes 7 Tél. 037/52 28 82

WICHT ChRisTophE 1677 Prez - vers - Si viRÏEz Tél. 0*7/561241 ou 057/561542

Nous vous proposons toute l'année le VÉRITABLE JAMBON DE LA BORNE FUMÉ À LA FERME.

Ainsi que repas à l'emporter pour sociétés, fêtes de familles, pique- niques, etc.

GILBERT PAGE

TAPIS - PARQUETS - NOVILON - DEVIS 1553 CHÂTONNAYE Tél. 037/68 11 50

lelalzar

^<^MODE JEUNE - ROMONT

ROMONTOURS 9Hâ

VOYAGES - VACANCES BILLETS ESCAPADES PRINTANIÈRES D'AVION VACANCES BALNÉAIRES

et de CROISIÈRES

CHEMINS

DE FER PROFITEZ DE NOS OFFRES INTÉRESSANTES

Grand-Rue 3 1680 ROMONT Tél. 037/52 12 56 Fax 037/522 825

OTTET-COCHARD MENUISERIE - CHARPENTE

Toiture - Couverture - Ferblanterie 1673 PROMASENS

1815 BAUGY-CLARENS

Tél. 021/909 53 08 Tél. 021/964 51 27

(13)

PAYS DE FRIBOURG

Interview de

Monsieur le Préfet de la Glâne

l'économie en constante pro¬

gression depuis une décennie.

Elle occupe 1/3 de la popula¬

tion active du district de la Glâ¬

ne. Pour ne parler que de Romont qui est un pôle attractif dans ce domaine, la zone de la Maillarde est totalement occu¬

pée, alors que la nouvelle zone industrielle de Raboud est déjà très prisée par des entreprises qui connaissent une heureuse évolution. Enfin, dans le sec¬

teur tertiaire, qui est celui des services, il y a actuellement plus de 40% de la population active de la Glâne.

- Quels sont les rapports que le préfet de la Glâne entretient avec les autorités communales du district et celles du canton de Vaud?

- C'est pour moi une grande satisfaction d'être à disposition des communes et de collaborer avec les autorités de quelque quarante-cinq localités, car j'apprécie beaucoup les con¬

tacts avec ceux qui se dévouent pour la collectivité publique.

J'entretiens de très bons rap¬

ports avec les communes vau- doises limitrophes, ainsi qu'avec mes collègues vaudois d'Oron, Moudon et Payerne.

- Quelles ont été les principales réalisations depuis que vous êtes préfet de la Glâne?

- Je me limiterai à citer les plus importantes qui ont été réalisées avec la collaboration de l'ensemble des communes du district: je veux parler des nou¬

veaux bâtiments de l'école du Cycle d'orientation dans le quartier d'Arrufens, du home médicalisé dont la construction est sur le point d'être achevée, de la salle polyvalente d'Ursy qui est le fruit d'une entente entre les sept communes que compte la paroisse, de la salle polyva¬

lente de Châtonnaye destinée à la population de ce village et des communes de Middes et Torny- le-Grand, de la salle des Rem¬

parts réalisée par la commune de Rue, alors que, dans un pro¬

che avenir, une salle polyvalente

sera également construite pour La très belle église de Mézières.

La nouvelle zone industrielle de Raboud.

les communes de la région de Vuisternens-dt-Romont. Je veux mentionner aussi la cons¬

truction de nombreux abris communaux de protection civi¬

le, et, pour le district, le poste sanitaire de secours inauguré en 1990 à Romont, ainsi que le cen¬

tre opératoire protégé situé sous le home médicalisé de Billens.

Permettez-moi de citer aussi l'élaboration d'un programme de développement régional au sens de la loi fédérale de l'aide aux investissements dans les régions de montagne (LIM), programme établi à partir de 1981, approuvé par le Départe¬

ment fédéral de l'économie publique en 1984, lequel con¬

cerne la région Glâne-Veveyse, deux districts qui collaborent 13

(14)

SHuberge Communale 1503 ECUBLENS / Rue

Tél. 021/909 50 61

Fam. J. LOSEY-KRATTINGER MENU DU JOUR SPÉCIALITÉS SUR COMMANDE Fermé le mercredi

François Mauron & Fils S.A.

Romonl

Entreprise générale de bâtiments et travaux publics

Rte d'Arruffens 12 - I68OROMONT - Tél. 037/52 27 10

m z^l/CREl

CONSTRUCTION RESTAURATION

ACCORDAGES REVISION MANUFACTURE D'ORGUES 1675 VAUDERENS - TEL. 021/909 51 55

M.OBERSON Garage de la Côte

Agence Ford

1684 MEZIERES ® 037/52 15 42

JOËL DAFFLON MENUISERIE, AGENCEMENT DE CUISINES 1676 CHAVANNES-LES-FORTS 037/56 14 80

Electm-Tél SA 1680 ROMONT Rue de l'Eglise 87

Tél. 037/52 36 46

Construction et exploitation de téléréseaux Installation électrique générale

NOUVEAU: CAMION MULTIBENNE Transports en tous genres

Camionnage CFF Déménagements Camions ordures

Camions basculants Camions frigorifiques Camions grue Camions TIR

M. + E. PITTET Route de Billens 7

1680 Romont (FR) Tél. 037/52 22 08 Fax 037/52 20 40

(15)

1 PAYS DE FRIBOURG UK-

Interview de

Monsieur le Préfet de la ûlâsia

efficacement dans ce domaine.

J'aimerais profiter de cette interview pour relever la parfai¬

te entente qui existe entre la Glâ- ne et la Veveyse, ainsi que l'excel¬

lente collaboration manifestée par mon collègue Bernard Rohrbasser, vice-président de l'Association que j'ai l'honneur de présider.

Je pense qu'il est également uti¬

le de préciser que la région Glâne-Veveyse compte 130 pro¬

jets qui ont fait l'objet de prêts de la Confédération pour plus de 35 millions et du canton pour

tuée et qu'un comité compétent est en place, c'est ce dernier qui se charge de mener à bien le pro¬

jet. Récemment, le Conseil d'Etat a approuvé la création d'une association pour l'école du cycle d'orientation, associa¬

tion que j'ai mise sur pied en collaboration avec les commu¬

nes de la Glâne, lesquelles ont toutes accepté les statuts, com¬

me d'ailleurs le Conseil général de la ville de Romont, pour ce qui est de la répartition des frais d'exploitation entre les 45 com¬

munes du district.

Une ferme moderne de Vuisternens-dt-Romont.

- Est-ce que les communes glâ- se mettent à disposition de la noises sont bien gérées?

- En règle générale, elles sont bien gérées et il faut remercier ici toutes celles et tous ceux qui La salle polyvalente de Châtonnaye.

collectivité publique. Il est évi¬

dent que les petites communes, malgré une saine gestion des deniers, n'ont pas toujours la possibilité de réaliser ce qui serait souhaitable pour leur population.

- Etes-vous fréquemment solli¬

cité par les autorités communa¬

les?

- Dans la majorité des cas, la porte du préfet est la première où les autorités communales viennent frapper. Chaque semaine, ou presque, j'ai la visi¬

te d'un syndic ou d'un conseiller communal pour obtenir des conseils, examiner un projet, ou encore pour demander un servi¬

ce dans une démarche qui s'avè¬

re parfois difficile. J'ai toujours du plaisir à les recevoir, même si parfois le préfet doit prendre 8 millions, sur un total de devis

de quelque 152 millions de francs. Ces chiffres donnent une idée de l'importance de cet¬

te aide financière destinée à des équipements, tant sur le plan communal qu'intercommunal.

Le centième prêt a été acquis l'an passé pour les travaux d'infrastructure de la zone industrielle de Raboud, à Romont.

- Quel est le rôle du préfet dans toutes ces réalisations?

- Il se doit de collaborer aux réa¬

lisations qui se font sur le plan intercommunal, mais lors¬

qu'une association est consti-

Rue: la plus petite cité d'Europe construite sur une colline et protégée par un majestueux château.

(16)

Si vous aimez les blondes, les brunes ou les rous¬

ses, elles sont plus de 60 de tous les pays à atten¬

dre dans un cadre agréable et sympathique.

Bien sûr vous devinez, ce sont les bières de

Famille Bersier - Tél. 037/52 22 46 - Grand-Rue - Romont

C.MAK0

Zone industrielle de Raboud

FOURNITURES AUTOMOBILES 1680 ROMONT 0 037/52 37 77

PAUL DEMUR6ER

Installations sanitaires - Ferblanterie - Couverture - Paratonnerre Rte de l'Industrie 4 1680 HOMONT Tél. 037/52 12 30

Garage

VAUCHER 1673 PROMASENS Vente et réparations de

machines agricoles et voitures Agences:

A SAME - FENDT CLASS - ALFA-LAVAL Tél. 021 /909 55 50 - Privé 021 /909 55 63

FITNESS ERIC THIBOUT

Multi gym 037/52 35 55

BODY-GYM-MACHINE, AÉROBIC, STRETCHING,

SAUNA, SOLARIUM, MASSAGES Ouvert de 9 h à 21 h et le samedi de 9 h à 17 h Centre Sportif de Romont

cuisines agencements

RONALD STEINHAUER 1676 chavannes-les-forts

© 037/5612 24 Fax 037/5614 33

CHAMMARTIN

FRÈRES S.A.

SCIERIE

COMMERCE DE BOIS

SCIAGE À FAÇON

1692 MASSONNENS Tél. 037/53 11 58

(17)

interview de

Monsieur le Préfet de la Glâne

une décision qui n'est pas favo¬

rable à chacun.

- Vous sentez-vous à l'aise dans votre fonction de préfet de la Glâne?

- Comme je l'ai déjà dit au début de cet entretien, j'assume ma vingtième année en qualité de préfet de la Glâne. Si je n'étais pas à l'aise dans ma fonc¬

tion, je n'y serais plus.

- Etes-vous sensible à la culture, à la musique, au théâtre et à l'art?

- J'ai beaucoup d'admiration pour tout ce qui se fait dans la culture, la musique, le théâtre et l'art. Notre district est d'ailleurs très animé par ses nombreux chœurs et fanfares, ses troupes de théâtre amateur, sans oublier le musée suisse du vitrail qui a un rayonnement inespéré sur le tourisme, du fait qu'il attire chaque année un nombre de visiteurs qui va sans cesse en augmentation. Ce musée est un atout culturel et artistique qui fait connaître Romont dans le monde entier.

- Existe-t-il des projets à l'étude pour améliorer la qualité de la vie dans votre région?

- En plus des homes dont nous avons déjà parlé, il y a des efforts à faire dans la protection de l'environnement, alors que certaines communes devront trouver une solution en ce qui concerne l'assainissement de leurs eaux usées. Mais l'indice L'hôpital de Billens.

de bonheur, si nous pouvons utiliser cette expression, n'est pas toujours fonction de biens matériels. Nous avons par con¬

tre la chance de vivre dans un pays mosaïque, pour reprendre le titre d'une plaquette éditée par l'Association pour le déve¬

loppement de la région Glâne- Veveyse. Donc chaque citoyen devrait apporter sa pierre et sa contribution dans le dessein d'améliorer encore et toujours la qualité de la vie de notre population. Grâce à des initiati¬

ves privées, ont été construits des appartements pour person¬

nes âgées à Ursy, dans l'ancien orphelinat de Romont, ainsi qu'à Châtonnaye et Villaz-St- Pierre. Une tradition très heu¬

reuse dans la Glâne, c'est celle de voir bon nombre de personnes âgées vivre leurs vieux jours dans leur milieu familial. Enco¬

re qu'il faudra, dans un très pro¬

che avenir, mettre en place un organe régional pour mieux coordonner le service des soins à domicile, les aides familiales, voire même la création d'un ser¬

vice social régional actuelle¬

ment à l'étude.

- Le district de la Glâne est-il associé au 700e anniversaire de la Confédération?

- La première manifestation a eu lieu le 23 mars dernier par le vernissage de l'exposition

«26 fois le vitrail suisse» au château de Romont, une exposi¬

tion placée sous le patronage de

La Glâne est aussi le district le plus important du canton dans te domaine de l'élevage du bétail.

.. ..

Les poyas qui décorent les fermes sont très nombreuses dans la Glâne.

MM. Flavio Cotti, président de la Confédération, et Marius Cottier, conseiller d'Etat, direc¬

teur des affaires culturelles.

D'autres festivités seront orga¬

nisées durant l'été dans le chef- lieu et dans le district, comme d'ailleurs la journée glânoise du 700e qui se déroulera en septem¬

bre prochain.

- Avez-vous des souhaits à expri¬

mer pour l'avenir du district de la Glâne?

- Mon souhait le plus cher pour la région glânoise est que celle- ci puisse poursuivre un dévelop¬

pement mesuré tout en conser¬

vant la beauté de son paysage, sa qualité de vie, en gardant le sens de la tradition, tout en étant ouverte sur le monde qui nous entoure. Il est, je crois, de circonstance d'avoir cet esprit d'ouverture aussi bien pour notre agriculture que pour les autres secteurs de l'économie, à l'heure où le destin de la Suisse doit s'inscrire en relation directe avec celui de l'Europe qui est sur le point de se concrétiser.

Propos recueillis par Gérard Bourquenoud

(18)

Famille Brodard-Magnin - CH -1680 ROMONT Tél. 037/52 21 47

Assiette du jour - Fondue moitié-moitié Restauration soignée - Spécialités de saison

Menu gastronomique sur commande Salle pour sociétés et banquets Terrain et parc aménagés pour enfants avec jeux

*#*

Fermé le lundi

onanojL

10 ans d'expérience dans la fourniture et pose de volets Bois - Aluminium VISITE ET DEVIS SANS ENGAGEMENT VOLETS BOSST SA 1691 VILLARIMBOUD Tél. 037/53 17 6S Fax 037/53 21 73 w nnnnni n i

LAITERIE DE LA PIERRAZ GRUYÈRE - VACHERIN - RACLETTE

CRÈME DOUBLE

En saison: FROMAGE DE CHÈVRE Dominique FAVRE-BOURQUI

Tél. 037/56 13 27

PISELLI SA Maçonnerie Béton armé Génie civil La Maillardell 1680ROMOIMT 037/522120

eiçer cheminée/

Tubage de cheminée en inox rigide et flexible

Chamotte

Construction de canaux de fumée inox pour cheminée de salon et poêle Bureau technique

1680 Romont Route des 3-Sapins 1

® 037/52 19 71 - Fax 037/52 35 16

1630 Bulle s 029/2 06 80

PITTET FRERES 1678 SIVIRIEZ

Entreprise de maçonnerie Béton armé - Terrassement Isolation extérieure - Rénovation

Téléphone bureau 037/56 13 93

(19)

L'INDUSTRIE DE PRÉCISION

HORIZON PROFESSIONNEL POUR LES JEUNES

Iscar Métaldur est une société fondée en 1980 par M. André Brasey, un homme à l'esprit combatif, qui a la foi dans tout ce qu'il fait. Durant trois ans, il a travaillé avec un seul ouvrier à la production de plaquettes en métal dur selon un brevet déposé par lui-même, ce qui permet à son entreprise d'envisager l'avenir avec séré¬

nité.

Au début de l'année 1984, une opportunité lui donna la possi¬

bilité de louer une surface de 400 m2 dans un bâtiment à Villaz-St-Pierre. C'est ainsi que la société décida de quitter Bienne pour s'installer dans la Glâne où M. Brasey a son domicile.

Grâce à une recherche conti¬

nue sur la fabrication, à son expérience acquise aux Etats- Unis, à la qualité de son travail, l'entreprise Iscar Métaldur s'est développée à un rythme réjouissant, ce qui l'a obligée à envisager une unité de pro¬

duction plus importante. Elle devait choisir entre un éven¬

tuel départ de Villaz-St-Pierre Une vue des ateliers.

La nouvelle unité de production de l'entreprise Iscar Métaldur.

et trouver l'espace nécessaire ailleurs, ou alors rester dans la Glâne avec tout ce que cela impliquait, c'est-à-dire de dis¬

poser d'un terrain industriel qui permette de construire un nouveau bâtiment et un espa¬

ce offrant une saine évolution de l'entreprise.

Après de nombreux contacts et maintes tractations, il fut décidé d'acquérir 12 000 m2

de terrain dans la zone indus¬

trielle nouvellement créée à Villaz-St-Pierre et d'y construi¬

re une unité de production qui n'occupe pour l'instant qu'une surface de 1000 m2. Cette ini¬

tiative a été propice à Iscar Métaldur puisque les affaires n'ont cessé de croître au fil des mois. Pour ce faire, elle a investi plus de deux millions de francs dans l'acquisition de machines perfectionnées lui permettant d'occuper treize PHOTOS VAUTHEY

personnes, soit dix dans l'ate¬

lier et trois dans l'administra¬

tion.

Un agrandissement de cette unité de production est déjà planifiée, ce qui signifie

«recherche de personnel qualifié», une main-d'œuvre qui, pour l'instant, fait défaut dans le canton de Fribourg.

Tout le personnel au service de cette entreprise réside dans le canton et travaille avec des machines de haute tech¬

nologie, commandées par ordinateur. A cet effet, la socié¬

té souhaite engager de jeunes mécaniciens, disposés à pren¬

dre des responsabilités, dont la formation sera donnée par l'entreprise, laquelle exporte presque la totalité de sa pro¬

duction vers l'étranger.

G. Bourquenoud Texte et photos

ISCAR MÉTALDUR

Usine de mécanique industrielle 1690 Villaz-St-Pierre

Tél. 037/53 19 94 Fax 037/53 18 51 REPORTAGE PUBLICITAIRE

(20)

POUR UN TRAVAIL DE QUALITÉ FAITES-NOUS CONFIANCE

Gyp/erie - Peinture flloz/ordi / A.

PAPIERS PEINTS

ENTRETIEN D'IMMEUBLES

ISOLATION PÉRIPHÉRIQUE, ETC.

Route des Echervettes 9 1680 ROMONT Téléphone 037/52 26 42

Fax 037/52 38 43 Natel 077/34 30 42

Auberge de l'Etoile 1673 PROMASENS Fam. G. Dupont-Rolle

® 021/909 50 49 Restauration chaude et froide Salles pour sociétés Jeux divers Fermé le lundi m.

m

CAISSE D'EPARGNE DE SIVIRIEZ 1678 SIVIRIEZ

Téléphone 037/56 13 40 CCP 17-1881-0 Clearing 6168

&

VOTRE BANQUE REGIONALE SUISSE

Michel Bertschy S.A.

SERRURERIE

CONSTRUCTIONS MÉTALLIQUES

Rte de la Comba 1 - Les Chavannes 1680 ROMONT - Tél. 037/52 14 12 Appartement 037/52 14 13 - Fax 037/52 13 06

CES TR0IS-LA SE CHARGENT DE TOUT.

Le Mitsubishi Conter vous ptopose différents moteurs diesel et turbo-diesel, trois cotégories de poids de 3,51,61 et 7,81 et d'innombrables voriontes de superstructures. Et, de série, une cabine basculante dès les plus petits modèles. Nous nous ferons un ploisir de vous conseiller.

VÉHICULES UTILITAIRES DEILLON SA

1680 ROMONT • 037/52 32 30

SILENCE PUISSANCE.MITSUBISHI.

Ebénisterie Meubles

Agencements de cuisine Exposition permanente Exécution spéciales

Piatti vauthe/

Tél. atelier 037/52 24 02 privé 037/52 26 72

Route de Lausanne 1680 ROMONT

(21)

Une jeune entreprise se distingue par

son dynamisme dans l'économie d'une région Cela est confirmé par le

«Panache d'or» que la Jeune chambre économique de la Glâne a conféré cette année à l'entreprise C. Jaquier, Electro¬

mécanique SA, à Prez-vers- Siviriez, en guise de recon¬

naissance pour son dynamis¬

me et les efforts accomplis dans le développement éco¬

nomique d'une région.

La production de cette entre¬

prise familiale est vendue à rai¬

son de 70% à l'étranger par l'entremise d'une firme améri¬

caine dont le siège européen est en Suisse. C'est en effet en 1988 que cette multinationale s'est intéressée à commerciali¬

ser les machines d'emballa¬

ges de l'entreprise C. Jaquier

dans toute l'Europe. Claude Jaquier, au centre, encadré de son personnel motivé. Sur la droite, l'une des machines fabriquées par cette entreprise.

cette entreprise glânoise qui se charge également de la programmation des automa¬

tes et robots. Cette activité est complétée par le fraisage CNC et la tôlerie industrielle.

L'entreprise C. Jaquier occupe dans ses ateliers, dont la surfa¬

ce s'étend sur 550 m2, douze salariés dont trois apprentis, tous domiciliés dans la région et connaît une heureuse évo¬

lution, ayant déjà du travail assuré pour plus d'une année grâce à la qualité de ses pro¬

duits et à la technologie de ses machines. Pour faire face à la demande européenne, l'entre¬

prise C. Jaquier envisage de construire de nouveaux ate¬

liers à Prez-vers-Siviriez ou Romont.

G. Bourquenoud Texte et photos

REPORTAGE PUBLICITAIRE La tôlerie industrielle: une activité complémentaire.

Claude Jaquier a débuté seul, en octobre 1977, après avoir acquis une solide formation et de l'expérience dans la bran¬

che chez Fibriver, à Lucens, à la raffinerie de pétrole Shell, au Centre européen de recherche nucléaire (CERN) à Genève, ainsi que chez Mifro- ma, à Ursy, pour l'entretien et le développement technique.

En 1983, il s'est mis à son compte et a fabriqué dans ses propres ateliers, le premier prototype de machines d'em¬

ballages pour le conditionne¬

ment du fromage dont il détient le brevet. Une inven¬

tion qui s'est concrétisée avec la collaboration du service technique de Mifroma, entre¬

prise qui a acquis la première machine, étant donné qu'elle

souhaitait utiliser un emballa¬

ge qui soit peu nuisible pour l'environnement.

Aujourd'hui, l'entreprise C.

Jaquier, Electro-mécanique, à Prez, est spécialisée dans l'étude et la fabrication de machines d'emballages desti¬

nées spécialement au condi¬

tionnement du fromage, mais elle fabrique également des machines de manutention (robots, convoyeurs, etc.), ainsi que des machines à la carte, c'est-à-dire construites sur mesure, selon le désir du client. A ce jour, une vingtaine de lignes d'emballages ont été vendues dans des pays tels que la France, l'Allemagne, la Hollande, la Belgique, la Suis¬

se et d'autres. Ces machines sont fabriquées de A à Z par

ENTREPRISE C. JAQUIER Electro-mécanique - Automation - Fraisage CNC Tél. 037/56 11 34 1677 PREZ-VERS-SIVIRIEZ Fax 037/56 14 81 L'atelier des machines d'usinage.

(22)

MICHEL CURTY FOURNITURES INDUSTRIELLES

Tél. 037/53 17 47 1691 VILLARIMBOUD

TOUT POUR L'ESSUYAGE TOUT POUR LE SABLAGE

• Chiffons couleurs et blancs • Grenaille d'acier

• Déchets de coton • Corindon - Billes de verre

• Etoupe à polir (carrossiers) • Verre pilé

• Papiers blancs, couleurs • Poudre de bronze, laiton

• Chiffons spéciaux • Grenaille inox

• Oil-Dri - Olikon • Toutes spécialités

QUALITE PRIX LIVRAISON A DOMICILE STOCK PERMANENT

1670 Ursy (FR)

Henri

Thévenaz et Ris

Menuiserie Charpentes Couverture

Tél. 021 /909 50 72 - Privé 909 54 15

an aux

„tu&U&

M'i ' p i ' i m 11 ' i11 ■ i ■ rrr J1 i.ii.'.i.i.i'i-t1111111 Chauffages

Installations sanitaires Ferblanterie Paratonnerres DAFFLON S.A.

2, route de Raboud - Direction Lausanne 1680 ROMONT - Tél. 037/52 23 65

Constructions et équipements de véhicules BUGnon

Succ. Charles von der Weid-Bugnon 1748 TORNY-LE-GRAND r

Téléphone 037/68 11 39 Fax 037/68 14 01

UN PLUS DANS LA GLANE VOTRE NOUVEAU PARTENAIRE

EN TÉLÉCOMMUNICATION

CONCESSIONNAIRE A ET B DES TÉLÉPHONES

ELECTRICITÉ SA

COURANT FORT ET FAIBLE ROMONT-FRIBOURG

Tél. 037/52 32 32/33/34 Fax 037/523 912

(23)

Musée suisse du vitrail

Nouvelle exposition à Romont

Parmi les traditions helvé¬

tiques qui se perpétuent, le vitrail d'armoirie ou de cabinet dure depuis des siècles. On connaît le Mu¬

sée suisse de Romont où, dans la perspective du 700e anniversaire de la Confédération, des artistes ont voulu renouer avec cette ancienne tradition.

Une exposition intitulée

<<26 x fois le vitrail suisse»

se tient jusqu'au 3 novem¬

bre prochain et présente des œuvres aux couleurs de nos armoiries cantona¬

les.

Une des œuvres de ft exposition.

Un artiste au travail.

Outre la collection perma¬

nente de vitraux d'époque et contemporains, le Musée du vitrail suisse de Romont pré¬

sente, à l'occasion du 700e, 26 vitraux des 26 cantons du territoire helvétique, qui ont, avec l'appui de la Confédéra¬

tion, participé au projet. L'ex¬

position apparaît déjà com¬

me un succès total. En effet, une semaine après le vernissa¬

ge, des centaines de visiteurs avaient déjà admiré les œu¬

vres des artistes romands, alé¬

maniques et tessinois.

Courant

artistique actuel Les vitraux présentés sont di¬

gnes de la grande tradition suisse qui se perpétue depuis des siècles. Bien sûr, le cycle des œuvres présentées est à l'image du courant artistique actuel et le résultat dépasse toutes les espérances, avec des vitraux tout en qualité, ri¬

chesse et diversité. Contem¬

poraines et d'un modernisme de bon goût, les créations re¬

prennent les couleurs et les formes des armoiries canto¬

nales, exploitées d'une maniè¬

re intelligente, originale et plaisante. Bel exemple de soli¬

darité confédérale avec ce projet qui sera sans doute une des manifestations réussies des festivités du 700e.

Vincent Jendly 23

(24)

Grands Magasins

Ville de Romont

€UÄKtEBä¥E§

BAI MÂT §.M.

Charpente-couverture Charpente lamellée-collée

Construction rurale, chalet - Centre sportif Halle de stockage industrielle

MARCEL BALMAT& FILS 1680 ROMONT

Les Rochettes 455

Tél. (037) 52 25 60 - 52 22 60

ZURICH ASSURANCES

AGENCE PRINCIPALE DE ROMONT Rue de l'Eglise 91 - Tél. 037/52 33 01

JEAN-PIERRE GOBET Agent principal Diplômé fédéral Privé: 037/56 11 17

CLAUDE-ALAIN BAECHLER Inspecteur

Privé: 037/3714 94

ferronnerie 6'nrt

dorure n In feuille • 21rmomeo 6e famille 3Murotfon et reproöuetion ôe piccco nncicnnco

2ln6ré 23ongon 1697 £n ^ou.\

037 55 l£ 49

MOULIN AGRICOLE DE ROMONT S.A.

Commerce de farine panifiable Toute l'alimentation animale

Centre collecteur

Conditionnement des céréales

... Votre partenaire Tél. 037/52 22 26 1680 ROMONT

(25)

S-TUNNEL ROMONT:

EN ROUTE VERS LE PROGRÈS Créée en 1984 à Romont, la

société S-Tunnel SA porte le nom du brevet de M. Jean- Marie Berset, dont l'invention est le fondement même des activités de l'entreprise. Spé¬

cialisée dans les passages sous voies et le forage, S- Tunnel SA est mariée aux mai¬

sons mère et sœur Pompes SA et Eau-Gaz SA, dont les sièges sociaux sont égale¬

ment déposés dans la capitale glânoise.

S-Tunnel travaille partout. De renommée internationale, l'en¬

treprise, actuellement admi¬

nistrée par M. Bernard Joye, ingénieur, a déjà exécuté des paris plus qu'audacieux: le passage de Villars-sur-Glâne en 1983, le déplacement d'un immense cèdre du Liban à Genève en 1988 ou celui d'un bloc archéologique de plus de 450 tonnes à Montpréveyres (NE) en 1990! Mais la spéciali¬

té de la maison, outre le forage

et diverses activités souterrai¬

nes, reste la construction de tunnels et passages sous voies. L'ingénieuse invention de M. Berset permet de creu¬

ser sans devoir stopper la cir¬

culation routière ou ferroviaire sur les voies, cela grâce à un système de tubes et de pal- planches placés avant l'exca¬

vation de la terre. La manœu-

M. Bernard Joye, ingénieur.

Creuser... sans bloquer le trafic.

vre assure une rigidité et une sécurité constantes de l'ouvra¬

ge. Après diverses oppositions européennes, le brevet a été homologué en 1989, ce qui ex¬

plique l'anonymat relatif de l'entreprise, qui a pourtant de très nombreux projets à l'étude.

Le déplacement du bloc archéologique... 450 tonnes sur 192 roues!

Un large

champ d'activités Outre les activités inhérentes à S-Tunnel SA, M. Jean-Marie Berset dirige les sociétés Pom¬

pes SA et Eau-Gaz SA. La pre¬

mière s'occupe de pompes et d'installations de pompage, captage et réservoirs d'eau, alors que la seconde maison est spécialisée dans les ad¬

ductions d'eau et les terrasse¬

ments. Ces deux entreprises, qui ont déjà fait leurs preuves, desservent un marché plutôt local. En tout cas, les trois so¬

ciétés de M. Berset sont sans doute un exemple par leur es¬

prit et leurs activités emprein¬

tes d'innovation, d'efficacité et de dynamisme. Bon nombre de PME du canton peuvent d'ores et déjà s'en inspirer.

Vincent Jendly

S-Ibnnel SA Rte de Billens 20 1680 Romont Tél. 037/52 19 63 Fax 037/52 31 89

REPORTAGE PUBLICITAIRE 25

(26)

ACIERS-OUTILLAGE

QUINCAILLERIE

MÉNAGE-SPORT

CHARBON-MAZOUT-GAZ

COMMERCE DE FER SA GRAND-RUE 15

S. 037 /52 30^52^ 2° ROMONT

GEORGES CONUS

ETANCHEITE Carrelage-maçonnerie

1678 SIVIRIEZ Tél. 037/56 15 17

Fax 037/561 637

> ROLAND SUDAN

y

Menuiserie - Charpente Transformation - Rénovation Tél. 037 / 56 12 63

1677 PREZ-vers-SIVIRIEZ

MENUISERIE FERNAND DUPONT & à r. I.

Menuiserie intérieure / Maîtrise fédérale et extérieure {% SWï

Agencement SlIT

1670 URSY X * ~\ Tél. 021/909 52 32

JEAN-CLAUDE BUCHS 1079 Auboranges Privé: 1673 Promasens

MENUISERIE CHARPENTERIE AGENCEMENTS

Tél. 021/907 89 58 Tél. 021/909 55 94

A votre service.

Révision de citernes Mazout • Benzine

Robert Magnin 1670 Ursy - r 021/909 53 72

VOTRE COURTIER

ANDRE VIAL Ch. des Pilons 6A 1630 BULLE

0 029/2 55 30

Régie d'annonces

(27)

CONSTRUCTION

INOX ACIER PLASTIQUE ALUMINIUM

FAÇADE TOUT VERRE

PHILIPPE PITTET SA MENUISERIE MÉTALLIQUE

Route de l'Industrie 2 1680 ROMONT

Tél. 037/52 34 75 Téléfax 037/52 11 21

PROJET + RÉALISATION PAR DESSIN CAO+DHO DEVIS

CONSEILS

(28)

SITES ET MONUMENTS

En 1962, la petite paroisse de Berlens consacrait une nouvelle église. L'effort fut louable, mais le résultat assez discutable. 11 est probable qu'après le Concile Vatican 11 on aurait préféré res¬

taurer l'ancien sanctuaire dédié à Notre-Dame de l'Epine.

Grâce aux démarches des Com¬

missions des monuments histo¬

riques, et avec l'aide conjugué de la Confédération et du Can¬

ton, un des principaux lieux de pèlerinage du diocèse vient de retrouver une nouvelle jeunesse.

En 1639, le Père Poiré écrivait déjà au sujet de Berlens: «La ville et le canton de Fribourg honorent particulièrement la Vierge en divers endroits, qui sont tous fréquentés par un très grand nombre de personnes: le premier est celui de Notre- Dame de Bourguillon, le deuxième celui de Notre-Dame de Tours, le troisième de Notre- Dame de Berlens, appelée Notre-Dame de l'Epine parce que la Sainte Vierge y apparut sur un buisson d'aubépine; le sanctuaire est fort célèbre par tout le pays pour les vœux qui s'y font pour les maux des yeux».

Ainsi Berlens, avec ses deux cents fidèles, possède au¬

jourd'hui deux églises de valeur inégale. La plus ancienne est déjà citée dans le Cartulaire de Conond'Estavayeren 1228; elle est placée dans le décanat d'Ogo avec, comme église mère, celle de Bulle. Certains auteurs pen¬

sent que l'édifice a été établi sur un ancien lieu de culte celte. Le bois de la Faye évoquerait le souvenir d'une prêtresse offi¬

ciant en ce lieu riche en sources et en chênes vénérés des druides.

Un ancien médaillon rappelle aux pèlerins la ferveur de la dé¬

votion à Marie. Des ex-voto, en

forme d'yeux et d'oreilles en or ou en argent, témoignent de leur côté de la reconnaissance des dévots guéris. Le premier di¬

manche de septembre un pèleri¬

nage voit toujours affluer des chrétiens avides de soutien et de consolation. Miracles ou se¬

cours moral et spirituel, il n'est point le lieu ici de trancher, mais

une chose est certaine: il fait bon se rendre dans ce sanctuaire merveilleusement restauré en 1980. Notre-Dame de l'Epine a recommencé à y faire des mira¬

cles, sans distinguer croyants ou mécréants. L'atmosphère, toute baignée des vitraux de Bazaine, améliore déjà la vue et guérit les maux du corps et de l'esprit.

Franchir la porte du modeste édifice c'est déjà se reposer la vue. Dans un espace à l'écart du monde, Notre-Dame de l'Epine refait merveille, par la grâce d'une beauté simple et silen¬

cieuse. Lecteurs, allez-y; mais silence, regardez et voyez, la guérison ne saurait tarder.

• NOTRE-DAME DE L'EPINE

À BERLENS

(29)

OMBRE ET LUMIÈRE LA PAROLE À.

Cantorama de Bellegarde:

C'EST POUR BIENTÔT!

On en parlait depuis quelques années: le Cantorama ouvrira enfin ses portes au début septembre dans l'ancienne église de Bellegarde.

Le Cantorama: la «maison» du chant choral fribourgeois. Mais aussi l'aboutissement d'un long processus de maturation et une affectation originale, digne du véritable joyau architectural que constitue la vénérable bâtisse plusieurs fois centenaire.

En 1971, un marchand d'antiquités avait souhaité racheter l'ancien¬

ne église désaffectée. Refus des autorités locales, qui se lancèrent dans une vaste - et coûteuse - opération de restauration de l'édifice.

Vingt ans d'efforts, mais ce remarquable monument, qui date pro¬

bablement du onzième ou du douzième siècle, est définitivement sauvé. Mieux : sa voûte supporte désormais les fameuses fresques de Gottfried Locher, récupérées juste avant la démolition de l'église de Villarepos.

L'ancienne église de Bellegarde qui abritera Cantorama.

PHOTO PERROCHET LAUSANNE Pendant des années, on a cherché comment redonner vie à la vieille église. Des diverses solutions envisagées, c'est finalement celle du Cantorama qui a été retenue. L'édifice va donc devenir le lieu de pré¬

dilection de l'expression chorale fribourgeoise, l'endroit où plu¬

sieurs centaines de chorales et quelques milliers de chanteurs de tout le canton auront une parcelle... de leur cœur. Pas un musée rébarba¬

tif, mais un endroit où le chant et les chanteurs seront à l'honneur, où tout un chacun pourra découvrir et savourer la richesse culturel¬

le que Fribourg possède dans ce domaine. Outre la présentation d'objets et de documents, ainsi que la présence d'informations sur les choeurs et la constitution d'archives sonores, le Cantorama sera animé par quatre spectacles audio-visuels, qui constitueront autant d'éclairages sur cette expression populaire par excellence qu'est le chant choral. Enfin, tout un programme d'animations - notamment de concerts - se mettra en place peu à peu, faisant du Cantorama un lieu où le chant populaire sera vraiment roi. •

A

MAURICE MÉTRAL V J«1

—S

COEUR PROTÉGÉ

Les affections cardio-vasculaires tuent de plus en plus.

L'infarctus angoisse. Les spécialistes prétendent qu'il s'agit d'une maladie dite de «civilisation». Avec des facteurs de risques bien ciblés: l'hérédité, le stress et l'hygiène de vie.

Surtout l'hygiène de vie! Car, elle, on pourrait la modifier.

Et radicalement! On sait, par exemple, que l'absorption des graisses animales accentue le taux de cholestérol. Et que le cholestérol va se fixer sur les parois artérielles, diminuant ainsi leur volume et leur élasticité, d'où une perturbation du flux sanguin. Or, à partir de cet «encrassement» circulatoi¬

re, les risques d'embolie et d'infarctus augmentent considé¬

rablement. Pour brûler les graisses nuisibles, les activités physiques sont d'un secours évident. Mais éviter ces mêmes graisses, en surcharge, prévaudrait. Tous les médecins préco¬

nisent la modération, dans l'alimentation, du beurre. Et voi¬

là que, contrairement à tout ce que l'on nous a conseillé, des scientifiques tendent à prouver que les gros buveurs de lait courent huit fois moins de risques que les autres d'être atteints, un jour, d'une affection des coronaires. Or, du lait au beurre, il n'y a qu'un pas... Nous aurait-on leurrés, jus¬

qu'ici, en nous privant ainsi indûment du beurre? Que non ! 11 résulterait de ces recherches minutieuses que le lait con¬

tient du calcium et d'autres propriétés, bénéfiques pour la circulation sanguine, que le beurre ne comporte pas. En revanche, le fromage, lui, aurait les mêmes vertus que le lait.

11 réduirait donc, par une consommation régulière, le nom¬

bre d'affections cardiaques. L'assertion est de poids car, jus¬

qu'à présent, la Médecine avait plutôt tendance à proscrire, du moins à réduire, le fromage du menu des malades voyant leur taux de cholestérol s'accroître.

La bonne manière de se nourrir, pour se maintenir en par¬

faite santé, souffre dès lors de contradictions flagrantes, et s'avère aléatoire. A des spécialistes de telle thèse infaillible, expérimentée en clinique, d'autres spécialistes se substituent avec des procédés divergents pour des résultats analogues...

Qui croire? Où prendre la vérité, à coup sûr, sans courir à la désillusion? La sagesse populaire-la seule qui soit probante - voudrait que l'on ne se privât de rien sans abuser de tout.

Comme autrefois! Une nourriture variée. Des mets simples.

Le plus proche possible de son jardin. Ou de la nature. Et le plus à l'écart du congelé, du surgelé ou du sous-vide. Mais encore faudrait-il que les producteurs, de tout ce que nous ingurgitons, ne trahissent pas leurs marchandises avec tou¬

tes sortes d'agents conservateurs... et nuisibles à la fois! Les additifs, lisibles partout, ne sont rien d'autres que des «poi¬

sons» officialisés...

29

(30)

LES SPORT$„,rv^ -c i l rz S «J / ?\,: * V i

Un éventail de festivités pour le

50e anniversaire

du Fribourg Olympic

Porte-drapeau du basket fribourgeois depuis moult années, le Fribourg Olym¬

pic fête son 50e anniversai¬

re. A l'occasion de ce jubi¬

lé, un éventail de festivités s'étend du printemps en automne dans la capitale fribourgeoise. Un comité d'organisation - présidé par l'ancien conseiller d'Etat Ferdinand Masset - mènera à bon port ces dif¬

férentes manifestations.

La suite d'une scission En consultant les archives du club, on apprend que h; Fri¬

bourg Olympic a été fondé en 1941 par scission du CAF (Club athlétique Fribourg).

En effet, la section basket du CAF choisit finalement de se séparer de sa société mère afin de pouvoir intégrer une équipe de dames dans sa structure qui, par ailleurs, a conquis un titre de champion suisse; sous son nouveau nom, l'équipe continua alors à jouer en ligue nationale A cantonale et ré¬

gionale. Cette date fut retenue comme date de fondation du Fribourg Olympic Basket.

Une équipe de copains Pour sa part, l'Olympic BBC Fribourg fut fondé en 1949; il fut la continuation d'une équipe de copains qui jouait au Collège St-Michel de Fri¬

bourg. En LNA cantonale, l'Olympic BBC rencontrait, comme unique adversaire fri¬

bourgeois, le Fribourg Bas- ket-Club, son grand rival de toujours. En 1958, Robert Du- bray - entraîneur égyptien ré¬

puté d'origine française - prit la direction technique du club;

cette nouvelle stratégie valut à l'Olympic d'accéder à la nou¬

velle LNA unique composée de 10équipes (formule encore actuelle).

L'arrivée de Tutundjian...

L'engagement, en 1964 déjà, du premier entraîneur-joueur étranger, le Libanais Agop Tu¬

tundjian, fit rapidement pro¬

gresser l'équipe fanion qui conquit, deux saisons plus tard, ses premiers titres de gloire. Vus dans le long terme, les résultats sportifs atteints démontrent que Fribourg Olympic Basket peut être con¬

sidéré aujourd'hui comme l'une des plus prestigieuses et des plus constantes équipes suisses de basket. Sa collec¬

tion de trophées l'atteste élo- quemment.

Neuf litres nationaux!

En 1966, 1971, 1973, 1974, 1978, 1979, 1981, 1982 et 1985, l'Olympic décrocha le titre de champion suisse et ces 9 tro-

Une phase de jeu durant le match Olympic-Bellinzone.

phées viennent s'ajouter à ses 3 victoires en Coupe de Suisse (1967, 1976, 1978). A dix repri¬

ses également l'Olympic fut engagé dans diverses Coupes européennes. Il joua égale¬

ment un rôle majeur dans le développement du basket suisse. 11 fournit durant 8 ans à la FSBA un président en la

PHOTO V. MURI I N

personne de Michel Rouiller et donna aussi plusieurs arbitres fédéraux dont certains - Ber¬

nard Galley, Bernard Pasteris et André Pythoud - sont deve¬

nus arbitres et commissaires internationaux. Le livre d'or du Fribourg Olympic ne man¬

que pas d'allure!

cir

Figure

Updating...

References

Related subjects :