Jésus me sauve. carnet pour le moniteur. (enfants de 8 à 11 ans) SAMPLE. écrit par. Andrée Loas. Illustrations: Philippe De Wald

106  Download (0)

Full text

(1)

NIVEAU CARNET

Jésus me sauve

carnet pour le moniteur

(enfants de 8 à 11 ans)

écrit par Andrée Loas

Illustrations: Philippe De Wald

2 A

Tous droits réservés pour tous pays. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit, ni photocopiée, sans l’autorisation écrite de BLF.

2008

© 2001 par Éditeurs de Littérature Biblique, a.s.b.l.

avec la permission de Bibles and Literature in French P.O Box 629, Wheaton, IL 60189, USA

Ce matériel est réimprimé en Afrique, pour la distribution en Afrique, par les Assemblées de Dieu avec la permission de BLF.

SAMPLE

(2)

Les leçons de ce carnet s’adressent à des enfants de 9 à 11 ans (8 ans minimum). Ne cherchez pas à les enseigner à des enfants plus jeunes que cela. Cet enseignement ne leur con- viendrait pas.

«Les enfants n’ont rien compris!» s’exclame tel moniteur à la fin de sa leçon. Que ce moni- teur réponde honnêtement à ces questions:

• Avez-vous assez réfléchi au but afin qu’il soit très clair pour vous? Vous êtes-vous laissé instruire par la Parole du Seigneur?

• Avez-vous appris l’histoire pour la raconter avec enthousiasme ou bien l’avez-vous simple- ment lue dans le carnet devant les enfants?

• Avez-vous réfléchi et trouvé des exemples qui pouvaient aider vos élèves à mettre la Parole en pratique?

• Avez-vous commencé votre préparation au début de la semaine ou y avez-vous pensé le samedi soir?

• Avez-vous prié chaque jour pour que le Seigneur touche le cœur des enfants par sa Parole?

«J’ai prié toute la semaine mais je n’ai préparé la leçon que le samedi», dit tel moniteur. La prière est nécessaire mais elle ne remplacera jamais une préparation sérieuse. Bien préparer une leçon demande du temps et de la réflexion. Vous avez toute une semaine pour penser à votre leçon. N’attendez pas le samedi pour vous y mettre!

Si vous préparez chaque jour une partie du programme, cela ne vous prendra pas trop de temps et vous vous sentirez à l’aise face aux enfants.

Voici une proposition:

Lundi: Vous ne pourrez pas enseigner les

enfants si la leçon ne vous a pas d’abord ins- truit vous-même. Lisez le But dans le carnet et réfléchissez-y. Lisez dans votre Bible le texte de l’histoire et méditez-le. Laissez le Seigneur vous parler, recevez son enseignement. Vous serez alors capable de faire passer le message aux enfants.

Mardi: Préparez l’introduction et commen- cez à apprendre l’histoire à raconter. Elle est plus longue que chez les petits, mais faites l’effort de l’apprendre par cœur. Les enfants apprécieront de vous écouter la raconter au lieu de vous voir la lire dans le carnet. Commencez donc tôt dans la semaine. Faites un petit plan avec les points principaux, et glissez ce plan dans votre Bible au moment de raconter l’histoire. Cela vous donnera de l’assurance et vous aidera à ne rien oublier.

Mercredi: révisez l’histoire et préparez l’Adoration (Nous répondons à Dieu en l’ado- rant).

Jeudi: Préparez le verset et voyez comment l’expliquer et le faire répéter. Apprenez-le par cœur. Les enfants seraient étonnés que leur moniteur en sache moins qu’eux! Le diman- che matin, vous penserez à arriver avant les enfants pour l’écrire clairement sur un tableau propre. S’il est mal écrit sur un tableau sale, les enfants penseront qu’il n’a pas beaucoup de valeur.. Attention: vous n’enseignez pas le verset au début de la leçon. Les enfants doivent en com- prendre le sens avant de le répéter: l’histoire biblique et le moment d’adoration prépareront les enfants à comprendre ce qu’il veut dire.

Vendredi: Préparez l’application à la vie de l’enfant (Nous répondons à Dieu par nos actions). Nous vous proposons des exemples qui permettent aux enfants de savoir com- ment mettre en pratique l’enseignement. Ces exemples correspondent-ils à la vie de vos élèves? Faut-il en trouver d’autres? Réfléchis- sez-y. Cela demande du temps et de la prière.

Samedi: Faites une révision générale et pré- parez le matériel à apporter si nécessaire.

Tous les jours: Priez votre Père de bénir vos élèves et votre message.

Pour le moniteur

SAMPLE

(3)

But de la leçon

Nous allons aujourd’hui parler de l’univers que Dieu a créé.

Nous voulons que les enfants comprennent la grandeur de Dieu. Non seulement il a fait des millions d’astres et d’étoiles, mais il veille aussi à leur marche dans les cieux. Il a fait toute cette immensité, mais il prend soin aussi de sa plus petite créature.

En plus du récit de la création, nous parlerons de la promesse faite à Abraham que sa descen- dance serait aussi nombreuse que les étoiles du ciel. Nous raconterons l’histoire extraordinaire du soleil arrêté dans sa course lors d’une bataille menée par Josué.

Que nos élèves se sentent en sécurité dans un monde créé et dirigé par Dieu.

Matériel à préparer

• Écrivez le verset à mémoriser sur le tableau avec sa référence.

• Écrivez les paroles du chant: Tout dit qu’il est merveilleux.

• Image du télescope.

Introduction

«Fermez les yeux. Faites semblant de quitter la terre en fusée. Vous vous élevez très haut dans le ciel, jusqu’à ce que notre ville (ou notre village) soit un point. Vous continuez à monter et notre pays devient très petit. Puis vous arrivez à voir la terre tout entière. A quoi ressemble-t-elle? Elle ressemble à une balle. Elle n’est pas plate comme on pourrait le croire.

Que fait-elle? Elle tourne sur elle-même en se déplaçant autour du soleil. Faites semblant de voir le soleil, cette grosse boule de feu. Il vous

éblouit. Voyez-vous aussi la lune? Ouvrez les yeux maintenant.»

Dieu nous parle dans la Bible

Racontez l’histoire de la création qui se trouve encadrée à la page suivante.

Leçon 1

Le jour et la nuit

Genèse 1:1-5, 14-18, et 15:5, Josué 10:12-14

Pour le moniteur

La leçon

Plan de la leçon

Introduction

Un voyage en fusée.

Dieu nous parle dans la Bible Genèse 1:1-5, 14-18, et 15:5;

Josué 10:12-14

Nous répondons à Dieu en l’ado- rant Dire à Dieu qu’il est tout puissant.

Chant: Tout dit qu’il est mer- veilleux.

Nous répondons à Dieu par nos actions

Ce que Dieu a créé et ce que les hommes ont fabriqué.

Nous mémorisons la Parole de Dieu

Genèse 1:1 «Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre.»

SAMPLE

(4)

Nous répondons à Dieu en l’adorant

«Fermez les yeux et dirigez vos pensées loin, très loin dans l’espace. Pensez à Dieu qui a créé ce dimanche en faisant tourner la terre autour

du soleil. Et cette terre n’est qu’une petite partie de l’univers géant! Comment est le Dieu qui dirige tout cela? Comme il doit être puissant et merveilleux! Inclinons nos têtes et chacun dit:

«Seigneur, tu es tout puissant et merveilleux».

«Ouvrez les yeux. Nous allons chanter à notre grand Dieu.»

Le jour et la nuit Les premiers mots de la Bible sont: «Au commence- ment, Dieu» (Genèse 1:1).

Dieu a toujours existé et il existera toujours. C’est difficile de penser à ce temps très loin- tain où il n’y avait que Dieu seul. Avant que Dieu fasse les hommes pour l’aimer et le servir, il a créé un lieu pour qu’ils puissent y vivre. Quand un homme fait un objet, il a besoin d’outils. Mais Dieu n’est pas un homme. Quand il a créé les cieux et la terre, il lui a suffit de parler et ils ont existé. «Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre»

à partir de rien!

Il y a eu un premier jour où Dieu a dit:

— Que la lumière soit; et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres. Il appela la lumière jour et il appela les ténèbres nuit (Genèse 1:3-5).

Le quatrième jour, Dieu a fait deux autres lumières.

Le soleil, la plus grosse, pour briller sur les hommes pen- dant la journée. La lune, bien plus petite, qui doit donner moins de lumière pendant la nuit.

Dieu a aussi fait les étoi- les. Ces lumières dans le ciel permettent aux hommes de compter les jours, les mois et les années. La partie de la terre tournée vers le soleil est

au grand jour. L’autre partie est en pleine nuit. Comme le Seigneur est grand et puissant!

Il ne dort jamais. La nuit et le jour, il veille sur ses enfants.

Un jour, Dieu a voulu faire savoir à Abraham, qui le suivait fidèlement, combien d’hom- mes et de femmes naîtraient dans sa famille. Savez-vous comment le Seigneur a fait?

Un soir il lui a dit de sortir.

— Regarde vers le ciel et compte les étoiles, si tu peux les compter.

Et Dieu lui a promis que sa famille deviendrait aussi nom- breuse que les étoiles du ciel.

As-tu déjà essayé de comp- ter les étoiles? Une nuit, un homme a réussi à voir 2000 étoiles à l’œil nu. Mais quand il s’est servi d’un télescope, il en a découvert des millions d’autres.

(Montrez l’image du téle-scope).

Est-ce que tu t’es déjà demandé comment les étoiles et les planètes pouvaient se tenir en suspens dans le ciel?

Pourquoi elles ne se rencon- trent jamais? Notre Dieu tout puissant qui les a créées veille à ce qu’elles ne s’écrasent pas les unes contre les autres.

Quand les savants observent les étoiles avec leurs grands télescopes, il leur semble que le ciel est immense. Pourtant, notre Père Céleste fait atten- tion aux plus petites choses qui sont sur la terre. Comme il

est merveilleux!

Par sa Parole, Dieu montre aux hommes qu’il a créé toute chose. Il veut que tous sachent qu’il dirige l’univers. Tout le monde devrait le louer pour ce qu’il a fait. Pourtant, il y a des hommes qui adorent le soleil au lieu d’adorer Dieu. Ils se mettent à genoux devant la lune et les étoiles. Ils les prient. Ils ne remercient jamais le Dieu vivant qui nous donne toutes ces merveilles.

Un jour, pendant une gran- de bataille, Dieu a fait faire au soleil une chose étrange. Le peuple de Dieu se battait con- tre une nation qui adorait le soleil, la lune et d’autres dieux.

Les soldats avaient marché toute la nuit, combattu toute la journée, et ils étaient bien fatigués. La nuit arrivait et ils n’avaient pas encore gagné la bataille. Josué, leur chef, a eu une idée. Dieu, qui ordonne au soleil de se lever tous les matins et de se coucher tous les soirs, pouvait bien l’arrêter.

Et c’est ainsi que Dieu arrêta le soleil et la lune un jour entier. Une journée a été aussi longue que deux! Cela ne s’est jamais reproduit. Le grand Dieu qui a fait le soleil, la lune, les étoiles et les planètes peut leur faire faire tout ce qu’il veut. Aucun homme ne peut arrêter le soleil. Il n’y a que notre grand Dieu qui puisse le faire. (Prière.)

SAMPLE

(5)

Vous chantez le nouveau chant: Tout dit qu’il est merveilleux.

Tout dit qu’il est merveilleux, Tout dit qu’il est merveilleux La terre et la mer,

La splendeur des cieux

Oui tout dit qu’il est merveilleux.

(H. Arnera, Chants de Grace et de Gloire)

Expliquez que le mot «splendeur» veut dire une très grande beauté.

Après que vous l’avez chanté trois ou quatre fois, les enfants chantent avec vous en lisant les paroles sur le tableau.

«Ce Dieu qui est si puissant nous aime. Il pense à nous, à nos besoins, à nos difficultés. il nous connaît mieux que nos parents, que nos frères et nos sœurs. C’est lui qui nous a faits. Il est bon et plein d’amour. Chantons: Le Seigneur est bon. (C’est un chant appris dans la leçon 22, Carnet A, Niveau 1. Si les enfants ne le connais- sent pas, choisissez un autre chant qui parle de l’amour de Dieu.)

«Chaque matin, en te levant, dis au Seigneur qu’il est merveilleux parce qu’il a fait un nou- veau jour. Si tu lui appartiens, dis-lui de t’aider à lui être agréable aujourd’hui. Qu’il fasse que cette journée soit bonne. Qu’il te rende fort dans les difficultés.

«Chaque soir, pense que notre Dieu ne dort jamais et qu’il veille sur toi. Tu peux dormir en toute sécurité.

«Chantons encore: Tout dit qu’il est mer- veilleux.»

Nous mémorisons la Parole de Dieu

Dites aux enfants que le verset d’aujourd’hui est le tout début de la Bible.

Un enfant qui lit facilement vient sur le devant et lit Genèse 1:1 dans votre Bible.

Faites remarquer que ce verset est correcte- ment recopié sur le tableau.

Ce verset a été cité pendant l’histoire bibli- que et son sens est clair. Il reste maintenant à

le mémoriser.

Expliquez la référence. La Genèse est le pre- mier livre de la Bible. Le premier 1 indique le chapitre, le deuxième 1 est le numéro du ver- set.Puis faites répéter le verset et sa référence deux fois à toute la classe.

Ensuite, trois enfants viennent sur le devant.

L’un devra dire la référence, le second «Au com- mencement», et le troisième enfant la suite du verset.

Faites ainsi participer le plus d’enfants pos- sible.

Pour terminer, toute la classe dit le verset une fois les yeux fermés.

Nous répondons à Dieu par nos actions

Dessinez sur le tableau une maison, un arbre, un homme et un banc à côté de la maison. Ce sont des dessins très simples.

Faites nommer ces quatre dessins par les enfants, puis demandez qui a fait les maisons.

Ce sont des hommes. Vous écrivez en haut du tableau: «les hommes» et dessous: «les mai- sons».

Demandez qui a fait les arbres. Vous écrivez en haut du tableau «Dieu» et dessous: «les arbres».

Vous avez ainsi deux colonnes: ce que les hommes ont fait, et ce que Dieu a créé. Faites écrire au bon endroit «les hommes» et «les bancs».

Les hommes Dieu

les maisons les arbres

les bancs les hommes

Expliquez aux enfants qu’ils devront classer ce que vous allez nommer selon que c’est Dieu ou les hommes qui l’ont fait. Écrivez les mots dans la bonne colonne au fur et à mesure.

Liste de mots: les ponts, les voitures, les étoi- les, les bicyclettes, le soleil, les rivières, la lune, les ballons, les postes de radio, les églises, les montagnes, les lacs, les fleurs, les cahiers, les téléphones, la mer, les nuages, les lampes.

SAMPLE

(6)

Notre but

Nous allons commencer par raconter la créa- tion des êtres vivants. Nous voulons conduire les enfants à réfléchir sur quelques animaux connus (poissons, oiseaux et insectes) et à voir la grandeur et la sagesse de Dieu qui les a créés.

Préparez avec soin cette leçon, donnez des détails qui seront capables d’étonner et de faire s’émerveiller vos élèves sur la création.

Que les enfants s’émerveillent devant le Créateur.

Matériel à préparer

• Écrire le verset biblique sur le tableau.

• Écrire le chant: Tout dit qu’il est merveilleux.

• Afficher l’image de la leçon.

• Apporter quelques insectes morts.

Introduction

Montrez l’image de la leçon et faites nom- mer les animaux qui y sont dessinés. Montrez les insectes que vous avez apportés. Demandez aux enfants des noms de poissons, des noms d’oiseaux et des noms d’insectes de votre région. Puis commencez l’histoire biblique.

Dieu nous parle dans la Bible

Racontez l’histoire de la création qui se trouve encadrée à la page suivante.

Leçon 2

Les créatures vivantes de Dieu

Genèse 1:20-26, Proverbes 30:24-28

Plan de la leçon

Introduction

Poissons, oiseaux et insectes con- nus.

Dieu nous parle dans la Bible Genèse 1:20-26; Proverbes 30:24- 28

Nous répondons à Dieu en l’ado- rant Louer Dieu pour les merveilles de sa création. Chant: Tout dit qu’il est merveilleux.

Nous répondons à Dieu par nos actions

Ce que Dieu a créé et ce que l’homme a fabriqué.

Nous mémorisons la Parole de Dieu Genèse 1:1 «Au commence- ment, Dieu créa les cieux et la terre.»

Pour le moniteur

La leçon

SAMPLE

(7)

Les créatures vivantes de Dieu

A la fin du quatrième jour de la création, le monde mer- veilleux de Dieu était prêt à accueillir les êtres vivants. Il y avait le ciel avec le soleil, la lune et les étoiles, mais aucun oiseau pour y voler. Il y avait les océans immenses mais aucun animal n’y vivait, petit ou grand. Le sol était recouvert d’herbe, d’arbres et de toutes sortes de plantes délicieuses, mais personne n’était là pour les manger.

Le cinquième jour, Dieu a de nouveau parlé:

— Que les eaux produisent en abondance des animaux vivants, et que les oiseaux volent sur la terre vers l’éten- due du ciel.

(Lisez ce verset dans votre Bible, Genèse 1:20.)

Alors, les eaux se sont rem- plies de vie. Quels sont les ani- maux vivant dans l’eau que tu connais? (Les réponses des enfants varieront d’un pays à l’autre, d’une région à l’autre, mais tous pourront au moins nommer quelques poissons.)

Si nous regardons bien un poisson, comment pouvons- nous voir que Dieu est son créateur?

(Regardez le dessin du poisson.) Pourrions-nous vivre sous l’eau comme un poisson?

Dieu lui a donné une manière spéciale de respirer dans l’eau.

Il avale l’eau par la bouche et la fait ressortir par ses branchies placées de chaque côté de la tête.

(Montrez-les sur le dessin.)

Avez-vous vu ce que Dieu a fait pour qu’il puisse si bien nager? Ses nageoires et sa queue l’aident à tourner, plon- ger et remonter. Et sa peau n’est pas comme la nôtre.

Elle est recouverte de petites écailles si serrées que l’eau ne peut pas passer entre elles. Ces écailles sont recouvertes d’une matière gluante qui les pro- tège et aide le poisson à glisser quand on veut l’attraper. As-tu déjà remarqué cela?

Le même jour où Dieu a fait les poissons, il a aussi fait les oiseaux. Combien de sortes d’oiseaux connais-tu?

(Laissez aux enfants le temps de s’exprimer.)

Il y a beaucoup de choses chez les oiseaux qui nous disent que Dieu est leur créa- teur. En avril ou mai, certains oiseaux quittent l’Afrique et vont dans les pays du nord où il commence à faire chaud.

Mais ils reviennent chez nous dès que le froid arrive dans ces pays, en octobre ou novem- bre.

Comment ces oiseaux savent-ils que la chaleur arrive dans le nord et qu’ils peu- vent nous quitter? Comment savent-ils qu’il est temps de revenir chez nous quelques mois après? Ont-ils un calen- drier avec eux? Et comment font-ils pour ne pas se perdre en chemin, en parcourant des milliers de kilomètres? Lisent- ils des cartes?

Quand nous pensons à tout cela, nous pouvons dire:

c’est l’œuvre de Dieu. Mais ce n’est pas tout. Certains de nos arbres n’existeraient pas s’il n’y avait pas de petits oiseaux pour manger les insectes qui les abîment. (Nommez un oiseau de votre région qui fait

ce «travail».) Connais-tu un oiseau qui passe ses journées sur les bœufs, à les débarrasser de toutes les bestioles qui les ennuient? Comme nos bœufs souffriraient s’ils devaient vivre avec tous ces insectes dans leurs poils!

(Observer le dessin du pique- bœufs.)

Le sixième jour, Dieu a créé les êtres qui vivent sur la terre.

(Lisez dans votre Bible Genèse 1:24-25.)

La Bible dit que parmi tous les insectes de la terre, la minuscule fourmi est la plus sage. Elle travaille sans arrêt.

Elle creuse de grandes cités où un demi million de fourmis peuvent vivre. Certaines vont à la chasse. D’autres sont des soldats qui marchent en file comme une armée. Elles font des provisions de nourriture en saison de pluie pour ne pas mourir de faim quand la terre est sèche et qu’il n’y a plus de plantes.

Et l’araignée, penses-tu qu’elle est notre amie ou notre ennemie? Elle est notre amie, car sans elle, nos mai- sons seraient envahies par bien des insectes nuisibles qu’elle attrape dans sa toile.

As-tu déjà observé une arai- gnée filer sa propre soie tout en marchant et en tissant? Sa machine à filer se trouve sous son gros estomac rond. Elle se sert de ses huit pattes et de ses 24 griffes pour faire son travail.

Quel magnifique résultat!

(Observez le dessin de l’araignée sur sa toile.)

SAMPLE

(8)

Nous répondons à Dieu en l’adorant

«Notre Dieu a pensé à tout en créant tous ces animaux. Comme son intelligence est grande!»

Faites chanter : Tout dit qu’il est merveilleux deux ou trois fois pour vous assurer que ce chant est bien connu. Permettez aux enfants de lire les paroles sur le tableau. Puis dites-leur de fermer les yeux et chantez à nouveau ce chœur dans le calme et l’adoration.

Demandez aux enfants de penser à un ani- mal de la création (étudié ou non aujourd’hui) qu’ils admirent. Après les avoir laissé réfléchir, faites-les nommer cet animal et dire ce qui les émerveille chez lui. A chaque animal nommé, dites le verset du jour, déjà appris la semaine dernière, pour rappeler aux enfants que tout vient de Dieu: «Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre».

Puis invitez les enfants à fermer les yeux et à louer Dieu pour avoir créé cet animal précis.

Commencez vous-même par une très courte prière comme: «Je te loue, Seigneur, pour les oiseaux qui font de si longs voyages sans se tromper de chemin.» Les enfants sauront ainsi comment dire leur propre louange.

Chantez pour terminer: Le Seigneur est bon .

Nous mémorisons la Parole de Dieu

Le verset a déjà été revu pendant l’adoration.

Il vous suffira de vérifier que chaque enfant le connaît, ainsi que sa référence.

Faites lire le verset une fois à toute la classe puis effacez le mot «créa». Un enfant dit le ver- set sans oublier le mot effacé.

Effacez ensuite «la terre». Un autre enfant dit le verset en entier.

Effacez «au commencement» et un troisième enfant dit le verset.

Faites de même avec «Genèse1:1», «les cieux»

et «Dieu».

Quand tout est effacé, faites dire le verset à chaque enfant à tour de rôle.

Nous répondons à Dieu par nos actions

Vous allez proposer le même exercice que la semaine dernière mais avec d’autres noms.

Écrivez en haut du tableau «Dieu» et «les hommes».

Dites aux enfants qu’ils devront trouver si ce que vous allez nommer a été créé par Dieu ou fabriqué par les hommes. Écrivez les noms au bon endroit au fur et à mesure:

Dieu Les hommes

les cheveux les chapeaux les vers de terre les chaussures...

les ongles...

Liste de noms: les cheveux, les chapeaux, les chaussures, les vers de terre, les ongles, les carottes, les escargots, les lunettes, les puits, le pain, les plumes, les tables, les crayons, les lan- ces, l’herbe, les lézards et les robes.

Si les enfants se sont posé des questions quant au pain, profitez-en pour montrer que les hommes fabriquent le pain à partir du blé que Dieu a créé.

Il serait intéressant de regarder la liste de ce que les hommes ont fabriqué et de voir d’où vient le cuir des chaussures, avec quoi sont faits les crayons et les tables, d’où vient le verre des lunettes (du sable) et le tissu des robes.

Le Seigneur est bon, il est grand Il est fort, il est puissant

C’est lui notre Créateur.

Le Seigneur est bon, il est grand Il est fort, il est puissant

Oui, il veut notre bonheur Car il nous aime tant.

(ELB)

J’aime Jésus, J’aime Jésus Il m’a aimé le premier.

J’aime Jésus, J’aime Jésus Son ami toujours je serai.

(ELB)

SAMPLE

(9)

Notre but

Nous allons continuer à parler des êtres vivants que Dieu a créés et conduire les enfants à admirer les merveilles de la création.

Mais nous irons aujourd’hui plus loin que la semaine dernière. Nous expliquerons aux enfants le rôle du péché qui a produit la haine, la violence, la tristesse, la maladie et la mort chez les êtres créés par Dieu.

Que les enfants comprennent la place que Dieu occupe dans la nature, et la place du péché.

Matériel à préparer

• Écrire le verset biblique sur le tableau.

• Écrire les paroles du chant nouveau.

• Afficher l’image de la leçon.

• Chercher à l’avance les textes à lire dans votre Bible et marquer les pages pour les retrouver facilement.

Introduction

«Marthe joue dans la cour avec ses amies.

Elle aime regarder les arbres si verts, écouter les oiseaux chanter. Elle admire justement un petit oiseau qui ramasse quelques graines tombées sur le sol quand le chat de la voisine bondit et attrape l’oiseau effrayé. Marthe est triste pour le petit oiseau. Puis elle se rappelle que les poules mangent les vers, les chats chassent les lézards, les lions tuent les gazelles. «Pourquoi y a-t-il

tant de combats dans le monde merveilleux de Dieu?» se demande-t-elle. C’est ce que va dire l’histoire biblique d’aujourd’hui.»

Dieu nous parle dans la Bible

Racontez l’histoire de la création qui se trouve encadrée à la page suivante.

Leçon 3

Les créatures vivantes et le péché

Genèse 1:24-31, 3:1-5, 14, 15; Esaïe 11:6-9; Romains 8:19-22

Plan de la leçon

Introduction

Les créatures vivantes se combat- tent.

Dieu nous parle dans la Bible Genèse 1:24-31, 3:1-5, 14, 15;

Esaïe 11:6-9; Romains 8:19-22 Nous répondons à Dieu en l’ado- rant Louer Dieu pour les merveilles de sa création. Deuxième strophe de Tout dit qu’il est merveilleux.

Nous répondons à Dieu par nos actions

Qui est un danger pour qui?

Nous mémorisons la Parole de Dieu

Psaume 150:6 «Que tout ce qui respire loue l’Eternel.»

Pour le moniteur

La leçon

SAMPLE

(10)

Nous répondons à Dieu en l’adorant

Faites chanter doucement la première stro- phe de Tout dit qu’il est merveilleux.

Priez pour remercier Dieu pour la création et pour le monde nouveau qui viendra quand Christ régnera.

Chantez seul la deuxième strophe du chant dont vous avez écrit les paroles au tableau.

Je sais qu’il est merveilleux (bis) Il sauve, il guérit, il me rend heureux Oui je sais qu’il est merveilleux.

Dites aux enfants que cette strophe glorifie Celui qui est venu nous libérer du péché, notre merveilleux Seigneur Jésus. Puis enseignez-la aux enfants.

Ensuite, racontez cette histoire qui conduira les enfants dans la louange.

Les créatures vivantes et le péché

Quels sont les animaux que tu connais le mieux? Certains animaux domestiques sont de bons ouvriers pour l’homme.

L’âne va chercher l’eau, le bœuf tire la charrette, le cheval et le chameau nous portent, le chien garde la maison, le chat nous débarrasse des souris...

Quant à la vache et la chèvre, elles nous donnent leur lait et leur viande.

Où les animaux sauvages vivent-ils? Quels sont ceux que vous connaissez? Il en existe de toutes les formes et de toutes les tailles. Quel est le plus grand?

(Regardez l’image de la girafe.) Pourquoi les girafes ont- elles un cou si long? Dieu les a créées ainsi pour qu’elles puissent manger les feuilles des grands arbres. Beaucoup d’animaux ne peuvent attein- dre que les petits buissons dont ils mangent les feuilles, mais la girafe peut choisir parmi les feuilles les plus tendres situées bien haut.

Comment se défend-elle contre ses ennemis? Elle court très vite car elle a de longues pattes et un corps léger.

Quels sont les êtres ram- pants que Dieu a créés? Oui,

ce sont les serpents. Vous souvenez-vous de l’histoire d’Adam et Eve? Dieu a-t-il créé les hommes avant ou après les animaux?

(Lisez dans votre Bible Genèse 1:26 et 27.)

Adam et Eve devaient dominer sur tout ce que Dieu avait créé. Un des plus beaux animaux du Jardin d’Eden était le serpent. Le diable s’est servi de lui pour parler afin de tenter Eve et la faire désobéir à Dieu. Alors, Dieu a puni le serpent en le faisant ramper dans la poussière et le rendant détestable aux hommes.

Quand Adam et Eve ont désobéi à Dieu, le péché est entré dans le monde, en appor- tant aux hommes la tristesse et les durs travaux. Le péché a aussi apporté la souffrance parmi les animaux. Avant que le péché vienne, les animaux ne se tuaient pas et ne se man- geaient pas les uns les autres.

Mais aussi longtemps que le péché sera dans le monde, les animaux, aussi bien que les hommes, continueront à se combattre.

Comme nous sommes heu- reux de lire dans la Bible que quand le Seigneur Jésus-Christ reviendra comme roi, tous ces malheurs disparaîtront!

(Lisez Esaïe 11:6-9.)

Imaginez-vous une pan- thère dormant avec des chè- vres? Un lion mangeant de

l’herbe à côté d’un bœuf? Un bébé jouant avec des serpents?

Maintenant, cela est impossi- ble. Mais quand le Seigneur reviendra, toutes ces choses arriveront. Quel beau jour ce sera quand les hommes ne se tueront plus les uns les autres, et que tous connaîtront le Seigneur!

Quand le Seigneur revien- dra pour dominer le monde, ceux qui lui appartiennent viendront avec lui. Pense à la vie merveilleuse que nous aurons. Quels sont les choses de la nature dont nous serons débarrassés? Je pense aux mouches qui nous tourmen- tent sans cesse; aux mousti- ques qui nous transmettent le paludisme; aux scorpions dont la piqûre fait si mal; aux criquets qui dévastent nos champs; aux hyènes qui tuent nos bébés; aux serpents qui rôdent partout.

(Ajoutez ce qui est connu des enfants dans la région où vous vivez.)

Nos maladies sont pro- voquées par des microbes si petits que nous ne pouvons pas les voir. Mais quand Dieu a créé notre monde, il n’a fait ni le péché, ni la tristesse, ni la maladie. Il voulait que tous les êtres vivants le louent. «Que tout ce qui respire loue l’Eter- nel.»

SAMPLE

(11)

«Un jour, un chasseur va dans la brousse pour tuer des animaux sauvages. Après quel- ques heures, il s’asseoit sur un tronc d’arbre pour se reposer. Bientôt, il entend le cri d’un oiseau qui semble très effrayé. Il bat des ailes au-dessus de son nid dans un arbre tout proche.

En regardant autour de lui, le chasseur voit un serpent qui se glisse le long de l’arbre, les yeux fixés sur l’oiseau et son nid.

«L’oiseau se met à voler rapidement, comme s’il cherchait quelque chose. Puis il revient avec une petite branche feuillue dans son bec dont il recouvre soigneusement la mère et ses petits.

Puis il vole jusqu’à la plus haute branche et attend l’ennemi.

«Le serpent continue à grimper le long du tronc, puis il glisse sur une branche pour arriver au nid. Il regarde le nid un instant, et soudain rejette la tête en arrière, glisse le long de l’arbre et disparaît.

«Alors, le chasseur grimpe sur l’arbre et exa- mine la petite branche que l’oiseau a posée sur son nid. Il remarque qu’elle provient d’un buisson dont les feuilles sont du poison pour les serpents! Qui donc a appris aux oiseaux à se protéger ainsi de la morsure des serpents?

C’est Dieu, pense le chasseur. Dieu a instruit l’oiseau.»

Invitez les enfants à louer Dieu par de courtes prières pour les merveilles de sa création.

Cette leçon leur aura donné de nouveaux sujets de louange. Pour aider les enfants à s’ex- primer dans la louange, demandez-leur d’abord de réfléchir à une chose pour laquelle ils aime- raient louer Dieu. Puis donnez-leur l’occasion de dire de quoi il s’agit. Ensuite seulement, tous les enfants ferment les yeux et disent à Dieu leur louange.

Nous mémorisons la Parole de Dieu

Un enfant vient sur le devant et lit le verset dans votre Bible: «Que tout ce qui respire loue

l’Eternel.»

Les enfants vérifient que le verset est correc- tement écrit sur le tableau.

Vous allez lire le Psaume 148 et les enfants devront ensuite dire quels êtres vivants (qui respirent) sont mentionnés dans ce psaume.

Après la lecture, à chaque créature vivante mentionnée par les enfants, dites: «Que tout ce qui respire loue l’Eternel.»

Ensuite, les enfants devront nommer des êtres vivants qui ne sont pas mentionnés dans le Psaume 148. Chaque fois qu’un être vivant est nommé, toute la classe dit le verset: «Que tout ce qui respire loue l’Eternel.»

Nous répondons à Dieu par nos actions

A cause du péché, les créatures de Dieu ont bien des ennemis.

Dessinez sur le tableau: un homme, un lézard, un lion, une souris, un oiseau, une gazelle et un chat. Si vous ne vous sentez pas sûr de vous, quelques enfants auront sans doute du plaisir à faire les dessins à votre place. Faites dessiner plusieurs enfants à la fois pour que cela ne prenne pas trop de temps.

Quand les dessins sont faits, faites remarquer que toutes ces créatures ne sont pas en sécurité ensemble. Demandez qui est un danger pour l’homme? Pour le lézard? Pour le lion? Pour la souris? Pour l’oiseau? Pour la gazelle? Pour le chat?

Il est intéressant de noter que le lion craint le chasseur mais qu’il est aussi un danger pour l’homme. Les hommes peuvent être un danger les uns pour les autres.

Faites remarquer quelles sont les créatures dessinées qui peuvent vivre ensemble sans risque.

SAMPLE

(12)

Notre but

Les pluies et les récoltes sont un sujet de préoccupation dans plusieurs pays secs. Dans d’autres régions, il semble naturel que les champs produisent en abondance. Quel que soit votre pays, conduisez les enfants à com- prendre que Dieu est aussi le maître des plantes.

C’est lui qui a mis dans les graines une puissan- ce de vie, qui donne la terre, le soleil et surtout la pluie pour la nourriture des hommes.

Que les enfants sachent que la part de l’homme dans les moissons est bien petite.

Matériel à préparer

• Écrire le verset sur le tableau.

• Afficher l’image de la leçon.

• Apporter plusieurs graines: riz, mil, maïs, blé, haricots.

Introduction

Montrez aux enfants les graines que vous avez apportées. Apportez-en une grande varié- té selon la saison. (Graines de melon, haricots, riz, mils de toutes sortes.) Laissez-en aussi dans un fruit ou un légume, comme un concombre coupé en deux par exemple. Parlez aux enfants de l’importance des graines. «Pourquoi sont- elles dures à l’extérieur? La vie qui se développe en elles est fragile, il faut une bonne protection.

Comment le germe arrive-t-il à sortir? Il faut de l’humidité.

«Qui travaille pour que les graines nous don-

nent le mil ou le riz qu’il nous faut? Oui, c’est le cultivateur. Quelle est la part de Dieu dans la nourriture que nous mangeons? Est-elle grande ou petite?»

Les enfants sont maintenant préparés à écou- ter l’histoire biblique.

Dieu nous parle dans la Bible

Racontez l’histoire de la création qui se trouve encadrée à la page suivante.

Leçon 4

Les semailles et les moissons

Genèse 1:29; 2:8-10, 15-17; 3:17-19, Deutéronome 11:10-15, Genèse 41:25-36, Marc 4:26-29

Plan de la leçon

Introduction

Observer des graines.

Dieu nous parle dans la Bible Genèse 1:29; 2:8-10, 15-17; 3:

17-19, Deutéronome 11:10-15, Genèse 41:25-36; Marc 4:26-29 Nous répondons à Dieu en l’ado- rant Louer Dieu pour les semailles et les moissons.

Nous répondons à Dieu par nos actions

Grille devinette.

Nous mémorisons la Parole de Dieu Psaume 150:6 «Que tout ce qui respire loue l’Eternel.»

Pour le moniteur

La leçon SAMPLE

(13)

Nous répondons à Dieu en l’adorant

Vous écrivez sur le tableau ces mots: «Dieu»

et «Le cultivateur».

Demandez aux enfants ce que doit faire le cultivateur pour avoir une récolte. Vous inscri-

vez ces différents travaux sous le mot: «cultiva- teur».

Demandez ensuite ce que fait Dieu pour qu’il y ait une récolte. Inscrivez-le sous le mot

«Dieu».

Invitez les enfants à s’incliner et à remercier le Seigneur pour le soleil et la pluie, pour les graines. C’est lui qui les fait germer afin qu’el- Les semailles et

les moissons

Quand Dieu a fait une demeure pour le premier homme et la première femme, il a créé un jardin qui était le plus bel endroit de la terre.

Aucun jardin au monde ne ressemble au Jardin d’Eden que Dieu a lui-même planté.

Le toit de cette première demeure était le ciel, bleu clair le matin et bleu sombre le soir, avec en plus des milliers d’étoi- les scintillantes. Le sol de cette première demeure était un épais tapis d’herbe verte.

Dans ce jardin, Dieu a plan- té toutes sortes d’arbres qui portaient de belles feuilles et de belles fleurs et sur lesquels poussaient des fruits bons à manger et agréables à regar- der. Une grande rivière arrosait tout le jardin. Dieu a demandé à Adam et Eve de prendre soin du jardin. En faisant ce travail, ils pouvaient penser à celui qui leur avait donné cette magnifi- que habitation.

Adam et Eve pouvaient manger de tous les fruits des arbres du jardin, sauf d’un.

Pensez-vous qu’ils étaient contents de pouvoir ainsi manger des fruits de tous les autres arbres? Non! Le fruit de l’arbre défendu est celui qu’ils désiraient le plus. C’est ainsi qu’ils ont désobéi à Dieu. Ils ont péché en mangeant du fruit défendu. Alors, Dieu les a chassés du plus bel endroit de

la terre. Et depuis ce premier péché, les mauvaises herbes et les épines poussent en même temps que les autres plantes.

Depuis ce premier péché, les hommes doivent travailler dur pour avoir leur nourriture. Ils doivent travailler de longues heures et sont très fatigués.

Bien plus tard, Joseph a été emmené en Egypte, un pays tout plat, arrosé par le Nil quand il débordait. Il n’y avait pas assez de pluie pour les récoltes. Les gens travaillaient souvent à genoux dans la boue. Des canaux creusés dans leurs champs faisaient venir l’eau du Nil.

Dieu a envoyé sept ans de famine dans ce pays. Plus rien ne poussait. Mais auparavant, Dieu avait dit à Joseph qu’il y aurait sept années où les récoltes seraient magnifiques.

Pendant ces années-là, il devait mettre de côté dans de grands greniers tous les grains en plus. Ainsi, quand la famine arriverait, les gens pourraient lui acheter de la nourriture.

Ensuite, dans la terre pro- mise où Dieu a conduit son peuple, il a dit qu’il enverrait la pluie qu’il faut: ni trop, ni trop peu. Il pleuvrait assez pour que les puits soient toujours pleins, et pour que les grai- nes poussent bien et que tous aient à manger. Le peuple de Dieu chantait sa louange: «Tu visites la terre et tu lui donnes l’abondance....tu la détrempes par des pluies» (Psaume 65:10-

11). Sans la pluie de Dieu, sans son soleil, le sol ne leur aurait donné aucune nourriture.

Plusieurs histoires que Jésus a racontées parlent de cultiva- teurs et de semences. Quand les pluies arrivent, le cultiva- teur retourne la terre de son champ pour le préparer. Puis il y jette les graines et veille à ce que les oiseaux ne viennent pas les manger. Bien que les petites graines paraissent mor- tes, il sait que Dieu a mis la vie en elles. Lui, le semeur, a fait ce qu’il a pu.

Maintenant, c’est Dieu qui s’occupe des graines.

Personne n’a jamais pu expliquer comment l’enve- loppe de la graine s’ouvre pour laisser passer le germe qui devient une tige porteuse de beaucoup d’autres graines.

C’est l’œuvre de notre grand Dieu. Une fois la graine placée dans le sol, Dieu se met au tra- vail. Bientôt, les jeunes pous- ses sortent de terre, fraîches et vertes. Les tiges deviennent de plus en plus grandes et le grain apparaît. Quand le cultivateur vient couper les épis mûrs, il récolte beaucoup plus de grai- nes que celles qu’il a semées!

Après avoir battu les épis et mis les graines dans le grenier, il se rend compte que s’il a beau- coup travaillé, c’est Dieu qui a fait le plus gros travail.

(Montrez l’image de la leçon.)

SAMPLE

(14)

les donnent chacune un grand nombre d’autres graines qui sont notre nourriture.

Chantez les deux strophes de Tout dit qu’il est merveilleux.

Nous mémorisons la Parole de Dieu

Ce verset ne parle pas particulièrement des récoltes, mais le don de la nourriture est une nouvelle raison de louer Celui qui fait pousser les plantes.

Lisez le verset qui est sur le tableau et que les enfants ont déjà appris.

Demandez aux enfants de penser à une plante qu’ils mangent (graine, fruit ou légume) et à laquelle aucun autre enfant ne va penser.

Cela évitera les répétitions!

Puis chaque enfant à tour de rôle doit nom- mer «sa plante» et toute la classe dit alors le verset avec sa référence. Le verset sera ainsi dit de nombreuses fois et sera bien mémorisé.

Nous répondons à Dieu par nos actions

Faites cette grille sur le tableau:

Dites aux enfants qu’il manque une lettre dans chaque case vide pour trouver ce dont a besoin la graine.

Un enfant propose une lettre et si elle se trouve dans la grille, vous l’écrivez à sa place.

Sinon, un autre enfant propose une autre lettre.

Continuez ainsi jusqu’à ce que les mots: TERRE, PLUIE et SOLEIL soient trouvés.

G R A I N E G R A I N E E T

R E

P L U E

O S L L I

SAMPLE

(15)

Notre but

Chaque enfant connaît des difficultés, des tentations telles que la peur, la haine, le désir de vengeance, la jalousie, l’égoïsme, la convoi- tise, la paresse.

Ce sont des «géants» qu’il a souvent à affron- ter.

David a osé combattre Goliath parce qu’il n’avait pas confiance en sa propre force mais en celle du Seigneur.

Enseignons aux enfants qu’ils peu- vent eux aussi vaincre leurs géants en cherchant comme David le secours du Seigneur.

Remarque: Vous ne pourrez pas enseigner aux enfants à combattre leurs géants si vous n’avez pas appris à combattre les vôtres. Soyez honnêtes en pré- parant cette leçon. Profitez de cet enseignement pour faire un pas de plus et décider de chercher la force du Seigneur pour vivre une vie qui honore Dieu.

Matériel à préparer

• Écrire le verset sur le tableau.

• Écrire le nouveau chant sur le tableau.

• Afficher le dessin de Goliath.

• Apporter 5 pierres rondes, une fronde et un bâton.

Introduction

«Connaissez-vous quelqu’un de très fort?

Que peut-il faire? Peut-il tout faire?» Quand les enfants ont raconté les exploits d’une per- sonne qu’ils connaissent, dites-leur qu’il existe quelqu’un de bien plus fort encore, quelqu’un à qui rien n’est impossible. Un jeune homme de la Bible le connaissait bien parce qu’il l’a aidé chaque fois qu’il était en grande difficulté.

Dieu nous parle dans la Bible

Racontez l’histoire de David et le géant qui se trouve encadrée à la page suivante.

Leçon 5

Le berger et le géant

1 Samuel 17

Plan de la leçon

Introduction Qui est très fort?

Dieu nous parle dans la Bible 1 Samuel 17

Nous répondons à Dieu en l’ado- rant Se confier dans le Tout-Puissant.

Chant: Que le nom du Seigneur soit loué.

Nous répondons à Dieu par nos actions

Reconnaître nos «géants».

Nous mémorisons la Parole de Dieu Ephésiens 6:10 «Fortifiez-vous dans le Seigneur et par sa force toute puissante.»

Pour le moniteur

La leçon

SAMPLE

(16)

Nous répondons à Dieu en l’adorant

Écoutez ce chant écrit d’après un Psaume de David qui a loué le Seigneur après cette victoire!

1) Que le nom du Seigneur soit loué, soit loué Je trouve mon abri auprès de lui

Que le nom du Seigneur soit loué, soit loué Je trouve mon abri auprès de lui.

Refrain:

Loué soit le Seigneur car il est mon abri Loué soit le Seigneur car il est mon

secours.

Loué soit le Seigneur car il est mon abri Loué soit le Seigneur car il est mon

secours.

2) Dès que je l’appelle au secours, au secours

Le berger et le géant

Les Hébreux, le peuple de Dieu, sont effrayés. L’armée des Philistins a envahi le pays et campe sur une montagne en face d’eux. Entre les deux camps s’étend une vallée où coule un petit ruisseau. Chaque armée attend que l’autre commence le combat.

Un jour, un géant nommé Goliath sort du camp des ennemis. Il s’avance jusqu’à un endroit où le peuple de Dieu peut le voir, puis il crie d’une voix forte:

— Choisissez un homme qui vienne se battre contre moi. S’il me tue, nous serons vos esclaves.

Mais si je le tue, vous serez nos esclaves.

En voyant ce géant, le peuple de Dieu tremble. Goliath porte un solide casque sur la tête et une lourde armure de métal qui peut arrêter n’importe quelle flèche ou n’importe quelle lance.

Sur les jambes, il a des plaques de métal qui le protègent jusqu’aux genoux. Sa lance est si longue et si lourde qu’un homme nor- mal peut à peine la soulever.

Devant lui, un homme marche en portant son bouclier.

(Observez le dessin de Goliath.) Il n’est pas étonnant que les soldats de l’autre armée soient effrayés! Ils ne répondent rien.

Personne n’ose sortir du camp pour le rencontrer. Pendant quarante jours, tous les matins, le géant demande que quelqu’un vienne se battre contre lui. Mais personne ne veut y aller.

Dans l’armée du peuple de Dieu, il y a les trois fils d’un homme qui s’appelle Isaï.

Comme les jours passent et qu’Isaï n’a pas de nouvelles de ses fils, il appelle David, son plus jeune enfant, qui est en train de garder les moutons.

— Prends ces grains rôtis et ces dix pains et cours au camp les porter à tes frères. Tu verras si tes frères se portent bien et tu me rapporteras de leurs nouvelles.

David se lève de bon matin et confie son troupeau à un gar- dien. Puis il part comme son père le lui a ordonné. Arrivé au camp de l’armée, il court chercher ses frères. Pendant que David parle avec eux, le géant Goliath sort du camp des Philistins et s’avance comme d’habitude entre les deux armées pour répéter ses injures et son défi.

— Qui est ce Philistin, qui ose braver l’armée du Dieu vivant?

demande David en l’entendant.

Bientôt, le roi apprend que David est prêt à aller combattre le géant. Il le fait aussitôt chercher.

— Que personne n’ait peur de ce géant. Moi, ton serviteur, j’irai combattre ce Philistin, déclare David au roi Saül.

— Tu ne peux pas combattre ce Philistin, dit le roi. Tu n’es qu’un jeune homme, tandis que lui est grand et fort, et il a l’habitude de se battre.

— Je gardais le troupeau de mon père et un ours est venu et a emporté un agneau. Je l’ai frappé et je l’ai tué. Une autre fois, c’est un lion que j’ai tué parce qu’il avait pris un agneau. C’est Dieu qui m’a aidé. Le Seigneur qui m’a délivré du lion et de l’ours me délivrera aussi de ce Philistin, répond David.

Le roi veut donner à David sa propre armure pour le com- bat. Mais elle est trop lourde et

encombrante et David refuse de la revêtir.

Il court au ruisseau, son bâton à la main et vêtu seulement de sa tunique de berger. Il prend cinq pierres rondes et les met dans son sac. Il a sur lui sa fronde, avec laquelle il a si souvent lancé des pierres pour éloigner les bêtes sauvages du troupeau. Puis il s’avance entre les deux armées.

(Montrez les pierres, la fronde et le bâton que vous avez apportés et posez-les non loin du dessin de Goliath.)

Goliath s’approche de David.

Quand il le voit de plus près, il se met en colère parce que ce n’est qu’un tout jeune homme.

— Est-ce que je suis un chien, pour que tu viennes à moi avec un bâton? Viens donc, et je te donnerai à manger aux oiseaux du ciel et aux bêtes des champs, crie-t-il plein de rage.

— Toi, tu marches contre moi avec l’épée, la lance et le bouclier.

Mais moi, je marche contre toi au nom de l’Eternel des armées.

Aujourd’hui, l’Eternel te livrera entre mes mains, et toute la terre saura que l’Eternel est le seul vrai Dieu. La victoire appartient à l’Eternel, répond David.

Furieux, le géant s’avance et David court à sa rencontre.

David prend dans son sac une pierre ronde. Il la met dans sa fronde, qu’il fait tourner de plus en plus vite. La pierre frappe le front du géant qui s’écroule, le visage contre terre.

David court vers lui, prend son épée et lui coupe la tête.

Quand les Philistins voient que leur héros est mort, ils prennent la fuite et les soldats de Saül les chassent hors de leur pays.

SAMPLE

(17)

Il me délivre de tous mes ennemis

Dès que je l’appelle au secours, au secours Il me délivre de tous mes ennemis.

(Auteur inconnu)

«David n’avait pas peur parce qu’il avait con- fiance en son Dieu. Il savait que Dieu lui porterait toujours secours. Voilà ce qui lui donnait du cou- rage. Chantons comme David notre confiance en Dieu.»

Enseignez ce chant aux enfants, ligne par ligne.

«Avez-vous déjà vu un géant? Nous n’avons pas à combattre aujourd’hui des hommes comme Goliath. Nos géants à nous sont les difficultés que nous rencontrons à la maison, à l’école ou au jeu.

Réfléchissez un moment à une de ces difficultés pendant que je vous parle d’un géant que j’ai eu à combattre il n’y a pas longtemps.

«Je revenais un soir d’une église très éloignée de chez moi. Je devais prendre deux taxis pour rega- gner ma maison. Le premier taxi, contrairement à son habitude, me laissa loin de l’endroit où je devais prendre le second. Il me fallait traverser le grand marché qui était désert. Il faisait nuit.

Je savais que c’était dangereux, et j’ai commencé à avoir peur. Puis je me suis souvenue que le Seigneur était là, il me gardait, il était plus fort que tous les brigands. Aussitôt, j’ai repris courage et le géant «peur» s’est enfui.

«Qui maintenant veut parler d’un géant qu’il a rencontré?»

Si les enfants ont encore du mal à comprendre ce que sont leurs géants, donnez-leur des exem- ples tirés de la vie d’enfants de leur âge: difficulté à ne pas se venger, difficulté à obéir à un parent trop sévère, difficulté à partager, difficulté à vaincre la jalousie, la peur. Insistez jusqu’à ce que chaque enfant se sente touché dans sa propre vie. Quand ils ont nommé leurs géants, encouragez-les à faire comme David: prendre courage, se fortifier dans le Seigneur qui est le Tout-Puissant.

Dites aux enfants de chanter le nouveau chant en pensant à leur géant. Cela fortifiera leur foi et les encouragera à se confier dans le Seigneur.

Nous répondons à Dieu par nos actions

Vous écrivez sur le tableau le nom de plusieurs géants: vol, égoïsme, désobéissance, mensonge, colère, paresse, peur.

Vous présentez ensuite quelques situations proches de la vie des enfants où il faut combattre un (ou plusieurs) de ces géants. Les enfants doi- vent trouver de quel(s) géant(s) il s’agit.

— Il fait noir et je dois aller chez ma tante de l’autre côté de la ville.

— J’ai trouvé le stylo neuf de ma voisine et j’ai envie de le garder.

- Je suis assis devant ma maison et je regarde ma vieille voisine porter un seau d’eau bien lourd.

- Maman me dit de rester à la maison avec le bébé et j’ai envie d’aller jouer avec mes amies.

- Ma petite sœur a déchiré mon cahier et j’ai envie de la frapper.

- Mon voisin reçoit toujours des cadeaux de son oncle et j’ai envie de lui dire que le mien va m’offrir un vélo.

- J’ai acheté des bonbons avec les 100 francs que papa m’a donnés et j’ai envie de me cacher pour les manger tout seul.

- Je rentre en retard à la maison parce que j’ai joué trop longtemps avec mes amis et j’ai envie de dire à maman que j’ai aidé le maître après la classe.

- Mes amis ont pris des mangues sur l’arbre du voisin et j’ai eu envie d’en prendre aussi.

- Je n’arrive jamais le premier à l’école du dimanche pour ne pas avoir à balayer la salle.

Cher moniteur, chère monitrice, vous con- naissez la vie de vos enfants et savez quelles sont leurs difficultés. Donnez-vous la peine d’y réfléchir avant la séance d’école du dimanche.

Faites-en une liste écrite pour cet exercice. Si vos exemples correspondent vraiment à la vie de vos élèves, cet exercice leur sera d’une grande utilité.

Nous mémorisons la Parole de Dieu

Lisez le verset qui est sur le tableau. Puis un enfant vient le lire dans votre Bible. «Fortifiez- vous dans le Seigneur, et par sa force toute puissante.»

Posez ensuite quelques questions pour vous assurer que les enfants ont bien compris le sens du verset:

• Que veut dire se fortifier? (prendre des for- ces)

• A qui est la force? (au Seigneur)

• Comment est cette force? (toute puissante)

• Que veut dire «toute puissante»? (rien ne peut lui résister)

• Qui doit se fortifier? (celui qui veut suivre le Seigneur)

Pour aider à la mémorisation, soulignez

«Fortifiez-vous» et «et par sa force».

Vous lisez ce qui est souligné, et la classe lit le reste.

Puis un enfant prend votre place en lisant ce qui est souligné et la classe lit le reste. Plusieurs enfants font ainsi à tour de rôle.

Ensuite, les enfants essaient de dire le verset sans le lire.

SAMPLE

(18)

Notre but

Dans ces quatre nouvelles leçons, nous pré- senterons des personnages qui ont cherché la paix au lieu de céder aux «géants» appelés jalousie, colère et désir de vengeance.

Notre monde a bien besoin de ce message!

Voilà pourquoi quatre leçons ne seront pas de trop pour appuyer cet enseignement.

Dieu appelle ses fils (ou ses enfants) ceux qui apportent la paix. C’est donc la mission de tout chrétien de rechercher la paix dans chaque situation de dispute qui peut se présenter à lui.

Dans l’histoire d’aujourd’hui, nous voyons que Jonathan n’a pas vu en David celui qui pourrait lui prendre la royauté. Il ne l’a pas combattu ni jalousé à cause de ses succès. Il était capable de l’aimer et de se réjouir quand tout allait bien pour lui. Il était ainsi un ouvrier de paix.

Matériel à préparer

• Écrire le verset biblique sur le tableau.

• Écrire le chant appris la semaine dernière.

• Afficher l’image de la leçon.

• Afficher l’image de la leçon 5.

Introduction

«Martine est furieuse contre Daniel. La semaine dernière, la monitrice a demandé à Daniel de rester avec elle pour l’aider à ranger le matériel après la séance d’école du dimanche.

Martine aime beaucoup sa monitrice et elle aurait voulu être choisie pour rester. Depuis, elle en veut à Daniel. Quel est le problème de Martine? Oui, c’est la jalousie.

«Est-ce que sa jalousie fait du bien à Martine?

Non, elle a l’air sombre et son cœur est plein de mauvais sentiments. Elle est très malheureuse.

Comment aurait-elle dû réagir?

L’histoire biblique va le dire.»

Dieu nous parle dans la Bible

Racontez l’histoire de David et Jonathan qui se trouve encadrée à la page suivante.

Leçon 6

Le fils du roi est l’ami de David

1 Samuel 18:1-16; 19:1-10; 20

Plan de la leçon

Introduction

Qu’est-ce que la jalousie?

Dieu nous parle dans la Bible 1 Samuel 18:1-16; 19:1-10; 20 Nous répondons à Dieu en l’ado- rant Décidons de combattre le géant

«jalousie». Chant: Que le nom du Seigneur soit loué.

Nous mémorisons la Parole de Dieu

Matthieu 5:9 «Heureux ceux qui apportent la paix car ils seront appelés fils de Dieu.»

Nous répondons à Dieu par nos actions

Jouer la scène du pacte d’amitié entre David et Jonathan.

Pour le moniteur

La leçon

SAMPLE

(19)

Nous répondons à Dieu en l’adorant

«Dans cette histoire biblique, quel personna- ge vous fait penser à Martine? (Introduction)

«Est-ce que la jalousie de Saül l’a rendu heu-

reux? Sa jalousie l’a rendu presque fou. Et David a dû fuir et se cacher bien des années. Tout le monde était malheureux.

«Qui a bien agi envers David? Oui, c’est Jonathan. Il s’est réjoui pour son ami de toutes les victoires que Dieu lui accordait au lieu d’en être jaloux.

«La jalousie est un «géant», un ennemi que Le fils du roi est

l’ami de David

David avait tué le géant! Le roi était si content qu’il l’a invité à venir vivre chez lui. Jusque là, David avait toujours été berger, gardant les brebis de son père dans les champs.

Le roi avait un fils appelé Jonathan. Comment a-t-il accueilli le nouveau venu chez lui? A-t-il été jaloux parce que tout le monde admirait David?

Non, parce que David ne se van- tait jamais d’avoir tué le géant.

Il savait que c’était le Seigneur qui l’avait aidé. C’est sans doute pour cela que Jonathan aimait beaucoup David. Il voulait qu’il soit son meilleur ami.

Comme David vivait au palais, les deux jeunes gens se voyaient très souvent. Un jour, ils se sont fait une promesse: ils s’aimeraient toujours et plus tard, ils seraient bons pour les enfants de l’un et de l’autre. En ce temps-là, quand un roi ou un prince voulait montrer combien il aimait quelqu’un, il lui offrait un vêtement qu’il avait lui- même porté.

Alors, Jonathan a enlevé sa belle tunique de prince, son épée, son arc et sa ceinture et les a donnés à David.

(Montrer l’image de la leçon.) La Bible nous dit que David agissait avec sagesse. Il était cou- rageux et tous l’admiraient pour cela. Un jour que le roi et son armée revenaient d’une bataille, des femmes sont venues à leur rencontre en chantant:

— Saül a frappé des milliers d’ennemis, et David a frappé des

dizaines de milliers d’ennemis.

Lorsque Saül a entendu ce chant, il s’est mis en colère.

— Quoi, on donne dix mille victoires à David, et seulement mille à moi!

A partir de ce jour-là, Saül a été très jaloux de David. Dieu avait déjà dit qu’il choisirait un autre roi pour le remplacer parce qu’il lui avait désobéi. Saül savait dans son cœur que David serait le nouveau roi. Jonathan aussi le savait, bien que normalement, c’est lui qui devait remplacer son père. Mais il était prêt à lais- ser son ami David devenir roi. Il n’éprouvait aucune jalousie.

Un jour, le roi Saül est tombé malade. David jouait de la harpe pour le soulager. Mais la musi- que ne pouvait pas chasser la jalousie du cœur du roi. Le roi avait une lance à la main.

— Je vais frapper David, a-t-il pensé, et il a jeté sa lance contre lui.Mais David n’a pas été touché.

Cela est arrivé deux fois. Alors, le roi a cherché d’autres moyens de se débarrasser de David. Il l’a fait capitaine d’un millier de sol- dats. Il espérait ainsi que David serait tué à la guerre. Mais l’Eter- nel était toujours avec lui et il gagnait chaque bataille. Saül avait de plus en plus peur de lui en voyant cela et il était de plus en plus jaloux parce que tout le peuple l’aimait. Alors, il a parlé à Jonathan et à tous ses serviteurs et leur a dit de tuer David.

Aussitôt, Jonathan est allé avertir son ami.

— Mon père veut te tuer.

Cache-toi jusqu’à demain matin. Moi, j’irai lui parler et je te raconterai ce qu’il m’aura

dit.David s’est caché et Jonathan est allé voir son père. Il lui a rap- pelé tout le bien que David lui avait fait et sa grande victoire contre Goliath et lui a conseillé de ne pas lui faire de mal. Saül savait que son fils avait raison.

— L’Eternel est vivant, David ne mourra pas, a déclaré le roi.

Comme Jonathan a été heureux d’apprendre la bonne nouvelle à son ami! David a pu revenir au palais et continuer à jouer de la musique pour le roi.

Mais cela n’a pas duré long- temps. Il y a eu une nouvelle guerre et David a été victorieux.

Fou de jalousie, le roi a encore cherché à le tuer et David s’est enfui pour se cacher. Puis il est allé voir son ami Jonathan.

— Qu’est-ce que j’ai fait de mal pour que ton père cherche encore à me tuer? dit-il triste- ment à son ami.

-— Ce n’est pas possible. Je le saurai parce que mon père me dit tout ce qu’il va faire. Cache- toi, et je vais encore lui parler, a répondu Jonathan. Mais cette fois-ci, Saül n’a pas voulu écou- ter Jonathan, et il était tellement en colère qu’il a même essayé de le frapper, lui, son propre fils!

Alors, plein de chagrin, Jonathan est allé retrouver David dans sa cachette. Les deux jeunes gens se sont embrassés en pleurant. Comme ils étaient tristes à la pensée de se séparer!

— Va en paix, dit Jonathan à son grand ami. L’Eternel sera toujours entre toi et moi, entre mes enfants et tes enfants.

C’est ainsi qu’ils se sont quittés, et que David est allé se cacher loin du roi.

SAMPLE

(20)

les enfants de Dieu doivent combattre. (Écrivez le mot jalousie sous le dessin de Goliath.) Qui est capable de nous donner la victoire sur ce géant? Oui, le Seigneur est plus fort que tous nos mauvais sentiments.

«Chantons: Que le nom du Seigneur soit loué.

«Veux-tu compter sur la force du Seigneur pour combattre le géant “Jalousie?”

«Rappelle-toi le verset de la semaine dernière

«Fortifiez-vous dans le Seigneur et par sa force toute puissante» (Ephésiens 6:10).

«Nous allons incliner nos têtes et demander au Seigneur son aide pour vaincre nos jalousies.

Prions. (Vous commencez à prier puis vous lais- sez les enfants s’exprimer devant le Seigneur.)

«Chantons encore: Que le nom du Seigneur soit loué.»

Nous mémorisons la Parole de Dieu

«Sais-tu ce que Dieu promet à ceux qui cher- chent la paix au lieu d’être jaloux? Écoute ce verset: «Heureux ceux qui apportent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu.» Il y a deux pro- messes: ils seront heureux, et Dieu les appellera ses enfants. Quelles merveilleuses promesses!

«Écoute cette histoire: Joël a reçu de son oncle un beau vélo rouge. Quand ils le voient sur son vélo, ses petits voisins sont jaloux. Un jour, ils l’entourent et se mettent à le frapper en essayant de lui arracher son vélo. Marc arrive à ce moment-là et prend la défense de Joël. Les

autres enfants se calment et Joël propose de leur prêter son vélo à tour de rôle quelques minutes.

La journée se termine dans la joie pour tout le monde.

«Marc a apporté la paix à ce groupe de gar- çons. C’est ce que le Seigneur demande dans ce verset.

«Disons ensemble ce verset en pensant à Marc.

«Disons-le encore en pensant à Jonathan, le grand ami de David.

«Disons-le maintenant en pensant à Martine et à ce qu’elle aurait dû faire.

«Disons-le enfin en pensant à une jalousie que nous avons connue afin d’apprendre à bien réagir.»

Nous répondons à Dieu par nos actions

Demandez aux enfants quels sont les objets que Jonathan a donnés à David pour lui prou- ver sa grande amitié. Quelques enfants se dési- gnent pour dessiner au tableau: un manteau, une ceinture, un arc et une épée.

Puis vous faites jouer la scène où Jonathan donne toutes ces choses à David. Vous choisis- sez deux enfants qui se placent près des dessins du tableau. Jonathan fait semblant de prendre les choses dessinées et de les donner à David, et ils se font la promesse de toujours s’aimer et d’être bons aussi avec leurs enfants.

Vous faites jouer la scène plusieurs fois par des enfants différents.

SAMPLE

Figure

Updating...

References

Related subjects :