SAMPLE

Le message de Jean-Baptiste

Jean-Baptiste est le fils que Dieu a donné au sacrificateur Zacharie et à sa femme Elisa-beth. La Bible raconte ce qu’a fait ce jeune garçon quand il est devenu grand.

— Repentez-vous de vos péchés, criait la voix forte de Jean-Baptiste, l’homme de Dieu. Les habitants des villes le long du Jourdain sortaient pour l’écouter.

— Préparez-vous à rencon-trer le Seigneur. Détournez-vous du mal et faites le bien, continuait le prédicateur.

(Observez l’image de la leçon.)

Les gens n’avaient jamais entendu parler un homme comme celui-ci. Il était grand et fort et il avait la peau bru-nie par le soleil et le vent. Ses cheveux et sa barbe étaient longs. Ses vêtements étaient différents des leurs: il portait une peau de chameau serrée à la taille par une ceinture de cuir.

— La Parole de Dieu est venue à moi dans le désert. La méchanceté et les péchés de notre peuple sont grands.

— Vous n’aimez pas Dieu de tout votre cœur.

— Votre Roi arrive et vous n’êtes pas prêts à le recevoir.

Vous faites de grands prépa-ratifs quand un roi visite votre pays. Mais voilà que mainte-nant le Roi des cieux arrive. Il vient pour nous montrer qui est Dieu. Que faites-vous pour accueillir ce Roi sur la terre?

Les gens écoutaient atten-tivement les paroles de Jean.

Ils savaient qu’il disait la vérité. Certains regrettaient réellement leurs péchés. Ils se rassemblaient autour de lui et demandaient ce qu’ils devai-ent faire pour se préparer à la

venue du Roi des cieux.

— Dieu vous pardonnera vos péchés si vous vous repen-tez de tout votre cœur. Si vous êtes décidés à abandonner vos péchés, je vous baptiserai dans le Jourdain.

Jean conduisait les gens à un endroit peu profond de la rivière où l’eau était calme, et il baptisait tous ceux qui voulaient montrer qu’ils se détournaient vraiment de leurs péchés. Certaines person-nes avaient peut-être entendu dire que Jean avait reçu son nom d’un ange et qu’il avait passé une grande partie de sa vie dans le désert, seul avec Dieu. Maintenant, il accom-plissait le travail auquel Dieu l’avait préparé. On l’appelait Jean-Baptiste.

De grandes foules venues de tout le pays venaient pour l’écouter sur les rives du Jourdain. Si ces gens l’avaient suivi chez lui, le soir, ils auraient découvert qu’il vivait dans une caverne, au milieu des rochers.

Comment pouvait-il trouver à manger dans ce lieu désert? Il recueillait du miel, des fruits sauvages et aussi des sauterel-les et il en faisait ses repas.

Des gens de toutes sortes venaient se faire baptiser dans le Jourdain. Certains parmi eux étaient des collecteurs d’impôts. On les haïssait parce qu’ils demandaient trop d’ar-gent et en gardaient pour eux.

Quand ces hommes deman-daient à Jean ce qu’ils devaient faire, celui-ci leur répondait devant tout le monde:

— Ne demandez rien de plus que ce qu’il faut.

Des soldats aussi venaient vers Jean et lui posaient la même question:

— Que devons-nous faire?

Jean savait quels péchés commettaient les soldats. Il leur disait:

— Ne frappez personne parce que vous êtes les plus forts. N’arrêtez pas un homme si vous n’êtes pas sûr qu’il a fait le mal. Ne vous plaignez pas si vous avez peu d’argent.

Jean parlait avec une telle puissance que de grandes foules le suivaient. Certains pensaient qu’il était le Sauveur promis. Alors des prêtres sont venus lui demander:

— Qui es-tu? Es-tu le Sauveur que Dieu a promis?

— Non, a répondu Jean, je ne suis pas le Sauveur. Il vivait au ciel avant que je naisse.

Mais maintenant, il marche dans vos rues et il vit parmi vous, et vous ne le connaissez pas!

Les prêtres étaient curieux de savoir qui il était, alors ils ont continué à le n’es ni le Sauveur, ni Elie? Nous devons donner une réponse au chef qui nous a envoyés.

— Je suis la voix de celui qui crie dans le désert: «Préparez-vous à accueillir le Seigneur.»

— Alors, de quel droit nous baptises-tu si tu n’es ni Elie, ni le Sauveur?

— Je ne suis que le messager du Fils de Dieu. Moi, je vous baptise d’eau, lui il vous bap-tisera du Saint-Esprit. Il est plus puissant que moi. Je ne mérite même pas de détacher ses chaussures.

Le jour suivant, alors que Jean était en train de prêcher, il s’est arrêté au milieu de son message et a regardé un Homme qui s’avançait vers eux. Avec une grande joie, il a dit en le désignant:

—Voici l’Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde.

C’était Jésus, le Sauveur, le Roi!

SAMPLE

Nous répondons à Dieu en l’adorant

«Pourquoi Jean a-t-il appelé Jésus l’agneau de Dieu? Dans l’Ancien Testament, Dieu avait demandé à son peuple de tuer et de brûler un agneau sans tache.

(Montrez le dessin de l’agneau sacrifié sur l’autel.)

«L’agneau devait prendre sur lui la punition que le peuple méritait pour ses péchés. L’agneau devait mourir pour eux. Devons-nous offrir des agneaux sur l’autel quand nous deman-dons à Dieu qu’il pardonne nos péchés? Non.

Pourquoi? Qui est mort à notre place comme un agneau? Le Seigneur Jésus est mort une fois pour notre péché. Jésus est l’agneau de Dieu parce qu’il a pris sur lui la punition des péchés du monde.

(Montrez le dessin de la croix.)

«Ecoutez la troisième strophe du chant de Noël (page 44). (Vous la chantez seul deux fois.) Chantez-la maintenant avec moi.

«Es-tu pécheur? Quels sont tes péchés?

Qu’as-tu fait de mal? Tu n’as ni tué, ni volé je pense. Cependant, tu as péché. Comment cela? Dieu dit: «Soyez bons les uns envers les autres.» (Eph. 4:32). Es-tu toujours bon? Non.

Alors, tu as péché. Dieu dit: «Enfants, obéissez à vos parents.» (Eph. 6:1). Obéis-tu toujours à tes parents? Non. Alors, tu as péché. Dieu dit:

«Tu aimeras ton prochain comme toi-même.»

Aimes-tu ton prochain autant que toi-même?

Non. Alors, tu as péché. «Car tous ont péché», dit la Bible. (Rom.3:23).

«Au début de la séance, vous avez dit ce que vous pourriez donner à Jésus le Sauveur pour le remercier. Sais-tu que le meilleur cadeau que tu puisses lui faire c’est toi-même? Tu peux lui dire:

—Jésus, je veux que tu sois mon Sauveur.

Pardonne mes péchés et viens dans ma vie. Je veux vivre maintenant pour toi.

«Même l’enfant le plus pauvre peut faire au Seigneur le plus précieux cadeau: se donner lui-même. Et il y aura de la joie dans le ciel pour un tel cadeau!

«Fermons nos yeux, inclinons nos têtes. Si tu le désires vraiment, dis au Seigneur que tu veux qu’il soit ton Sauveur et que tu lui donnes ta vie. Si tu l’as déjà fait, remercie le Seigneur d’être venu pour te sauver. Dis-lui combien tu es heu-reux de lui avoir donné ta vie. Prions.

«Chantons en entier: Il nous aime tellement (page 44).

Nous mémorisons la Parole de Dieu

Les enfants qui ont une Bible y cherchent Jean 1:25-29. Faites lire ce passage à haute voix par un enfant qui lit bien.

Montrez à la classe le verset écrit sur le tableau qui est la fin du passage lu.

Posez quelques questions pour vous assurer que les enfants comprennent le sens du verset:

1- Qui a dit cette phrase?

2- Qui est l’agneau de Dieu?

3- Pourquoi devait-on sacrifier des agneaux du temps de l’Ancien Testament?

4- Qu’est-ce que le sacrifice de Jésus a fait?

Faites un petit jeu qui aidera les enfants à mémoriser le verset: Un enfant se lève et va vers un autre enfant à qui il dit le verset. Ce deuxième enfant va dire le verset à un troisième et ainsi de suite.

Nous répondons à Dieu par nos actions

Nous allons faire un jeu au sujet du verset Jean 3:16.

Qui peut me le réciter?

Voilà en quoi consiste le jeu: il s’agit de rem-placer un mot ou un groupe de mots par un dessin qui fera penser à ce mot.

Qui à une idée? (Les enfants qui ont une idée se lèvent et vont effacer un mot pour faire le dessin à sa place.)

Propositions:

Aimé: remplacé par un cœur.

Le monde: remplacé par un globe terrestre ou des bonshommes.

Donné: remplacé par un paquet fermé par un joli nœud.

Fils: remplacé par le dessin d’un bébé sur de la paille, ou bien une croix.

Périsse: des flammes barrées....etc

Note: Si les enfants n’ont pas d’idée, dessinez un cœur sur le tableau et demandez-leur quel mot ce dessin pourrait remplacer. Cela devrait les aider à trouver des idées. Les enfants ont plus d’imagination que les adultes! Il suffit qu’ils comprennent ce qu’on attend d’eux.

A la fin du jeu, il y aura probablement sur le tableau autant de mots que de dessins. En effet, certains mots comme «car», «Dieu», «qu’il» ne peuvent pas être illustrés.

Cet exercice permet de réviser un verset assez long en réfléchissant sur son sens, ce qui est très important.

Terminez en faisant dire le verset à la classe.

SAMPLE

Introduction

«Jésus n’a jamais péché, même quand il était un enfant. Fermez les yeux et imaginez que vous vivez au temps de Jésus et qu’il est votre petit voisin. Imaginez en quoi il est différent de vos autres camarades. Que fait-il? Que ne fait-il pas? Qui a une idée?»

Dieu nous parle dans la Bible

Racontez l’histoire du baptême de Jésus. L’histoire se trouve à la page suivante.

Leçon 17

Dans le document Jésus me sauve. carnet pour le moniteur. (enfants de 8 à 11 ans) SAMPLE. écrit par. Andrée Loas. Illustrations: Philippe De Wald (Page 48-51)