• Aucun résultat trouvé

Les effets d'une baisse de prix pour l'agriculture des départements bretons

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2021

Partager "Les effets d'une baisse de prix pour l'agriculture des départements bretons"

Copied!
6
0
0

Texte intégral

(1)

HAL Id: hal-01594004

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01594004

Submitted on 4 Jun 2020

HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of sci-entific research documents, whether they are pub-lished or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers.

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives| 4.0 International License

Les effets d’une baisse de prix pour l’agriculture des

départements bretons

Francois Bonnieux, Pierre Rainelli, . Association Pour l’Etude Du Fait

Departemental

To cite this version:

Francois Bonnieux, Pierre Rainelli, . Association Pour l’Etude Du Fait Departemental. Les effets d’une baisse de prix pour l’agriculture des départements bretons. Les reponses departementales a la PAC, May 1989, Vannes, France. �hal-01594004�

(2)

FB8902

Li~_.IAN

1990J

ÉCONO;,,'iE RURALe

BlllLIOTH

Association pour l'étude du fait départemental Colloque "Les réponses départementales à la PAC"

Vannes 19-20 mai 1989 1 L E S E F F E T S D ' U N E B.AISSE D E S P R I X P O U R L ' . A G R I C U L T U R E D E S D E P . A R T E M E N T S B R E T O N S F. Bonnieux et P. Rainelli Directeurs de Recherche

INRA - Economie et Sociologie Rurales 65, rue de Saint-Brieuc

35042 Rennes Cédex

La politique agricole commune a été élaborée au sortir d'une période de pénurie, à une époque où le souci de sécurité des approvisionnements subsistait, d'où l'instauration de prix garantis élevés. De plus, ce système devait permettre une augmentation du revenu des agriculteurs, autre objectif de la politique agricole commune.

Cette poli tique a, à certains égards, trop bien réussi puisque la CEE est devenue excédentaire pour de nombreux produits: beurre et produits laitiers, céréales sauf le maïs et le riz, viande à l'exception du mouton pour d'autres produi ts comme le sucre ou les vins courants, i l est même convenu désormais de parler d'excédents structurels. Le coOt budgétaire de cette politique est donc devenu considérable entraînant des conflits entre partenaires à l'intérieur de la CEE. Par ailleurs la recherche de débouchéi à l'exportation se traduit par des tensions entre la CEE et les autres nations exportatrices de produits agricoles, en particulier les Etats-Unis comme on le voit à l'occasion des négociations du GATT.

Tout un ensemble de forces joue donc dans le sens d'une réduction de l'assistance communautaire à l ' agricul ture. De fait, on est déjà entré dans une période de mise en place de mesures économiques (taxe de coresponsabilité, quotas laitiers, baisse du prix des céréales ... ) qui visent à limiter la production agricole. L'hypothèse d'un démantèlement à terme de la politique agricole commune, n'est plus vue comme une simple hypothèse d'école. C'est pourquoi, nous nous sommes intéressés aux effets possibles d'une baisse des prix agricoles (Bonnieux, Fouet et Rainelli 1988 ; Bonnieux et Rainelli 1988 ; Bonnieux, Mahé et Raine11i 1989). Les résultats publiés jusqu'ici ont porté sur l'ensemble de vingt-deux régions françaises. Ici, nous portons notre attention sur une décontraction au niveau

(3)

des quatre départements de résultats obtenus pour l'ensemble de la région.

Le soutien des prix peut être apprécié à partir du taux de protection nominale qui mesure l'écart en pourcentage entre le prix intérieur et le prix mondial observé à la frontière (prix CAF), c'est ce qui correspond au taux ex ante (tableau 1).

Tableau 1. Taux de protection 119851 en , du prix 1 la frontière

2

betteraves industrielles III oléo-protéagineux

lait et produits laitiera céréales

viande bovine vins courants

production porcine et avicole légules frais et fruits

ex-ante 110 95 91 18 15 30 10 5 ex post 163 108 Il 61 19 30 13 5

(11 Le taux est calculé pour le quota 1.

La hiérarchie des taux ex ante fait clairement ressortir un groupe de produits fortement soutenus, betteraves, oléo-protéagineux et lait qui s'opposent aux productions dites médi terranéennes, légumes frais et fruits, vins courants. Il est à noter que la production porcine et avicole, qui intéresse particulièrement la Bretagne, s'apparente à ces dernières en termes de protection. Dès lors qu'on envisage une suppression du soutien, c'est-à-dire une diminution drastique des prix, il faut tenir compte des effets sur les cours mondiaux, ce qui amène à considérer les taux ex post (tableau 1); comme on le voit alors, la hiérarchie est modifiée dans le milieu du classement, les céréales venant à présent avant le lait, qui est dépassé lui-même par la viande bovine.

Soi t main tenant un scénario de suppression de la protection en dix ans, c'est-à-dire une baisse de prix égale à 10 % par an de l'écart entre le prix intérieur ex post et le prix mondial (tableau 2). Les betteraves industrielles et les vins courants ne concernant pas la Bretagne, ne figurent pas dans ce tableau.

(4)

Tableau l. Baisse de prix et cODséqueDces sur les quantités produites. VariatioDs en ,

prix quantités cérlales

oléo-protéaqineux léqules frais et fruits viande bovine

production porcine et avicole lait autres productions - 6,4 - 10,8 - 0,5 - 4,9 - l, 3

-"7

- 3,1 - 6,6 - 0,4 - l.5 tU - 3,3 l,O

Les effets en termes de volumes (tableau 2) varient considérablement selon les produits. Les différences tiennent à la hiérarchie des baisses de prix et aux réponses d'offre qui dépendent de chaque produit. Pour l'essentiel l'augmentation de la production porcine et avicole est due à la diminution du prix des céréales et des oléo-protéagineux, qui interviennent dans l'alimentation. Cette diminution favorise le développement de cette spéculation. La dernière ligne du tableau correspond à

la catégorie "autres productions" qui regroupe les produits qui ne sont pas touchés par la baisse de prix, il s'agit de produits qui ne sont pas couverts par une organisation coremune de marché.

La traduction au niveau régional ou départemental des chiffres du tableau 2, va dépendre de la spécialisation de l'unité géographique considérée. Aussi, alors que le volume de la production diminue de 1,4 % au niveau national, la Bretagne apparaît peu touchée puisque seule l'Ille-et-Vilaine connaît une baisse du volume produit.

Tableau 3. Effets sur la production finale IFfl d'une réduction de la protection en 1985 variations en ,

volule prix valeur

FF

Pf

F;

Côtes-du-Rord 0,1 -3.3 - 3,2 Finistére 0,1 -l,l - 3,0 III e-et-Vil aine - 1.2 - 3,8 -4,9 Korbihao 0,0 - 3,3 -3,2

Bretaqne - 0,2 -3.3 -3.5

France - 1,4 -),9 -5,2

Si les quantités produites varient diminue la protection, par contre les sensiblement (tableau 3). Le cumul de

assez peu, lorsqu 1on

prix moyens baissent l'effet volume et de

(5)

l'effet prix conduit à une diminution assez nette de la valeur

de la production. Certes la Bretagne reste en deçà du recul

observé en moyenne France entière, mais l'Ille-et-Vilaine avec

- 4,9 , s'en rapproche.

La variation de la production entraîne une variation des

consommations intermédiaires donc de la valeur ajoutée qui

constitue un indicateur du revenu agricole. Le recul apparaît

alors beaucoup plus important - 8,1 , pour le France entière

mais - 7,4 , pour la Bretagne. Les écarts interdépartementaux

sont sensibles du Finistère (- 6,7 ') à l' Ille-et-Vilaine

(-8,5 ,). (tableau 4).

fableau 1. Yariatiun de la ,aleur aiout~e IYll

4

u

(en " WOU en rrancs Cetes-du-Iord - 7,3 - 5600 rinist!re - 6,7 - 1600 Ille-et-Yilaine - 8,5 - 6200 lorbiban - 7,1 - 5300 Bretagne - 7,1 - 5100 rrance • 8,1 - 7200

Ofl • Onit~ de fra,ail 19ricole

Le tableau 4 fourni t enfin la diminution de la valeur

ajoutée par unité de travail agricole entraînée par la baisse

des prix garantis. Celle-ci étant proportionnelle à une

diminution correspondant à la suppression complète de la

protection communautaire, ces quanti tés peuvent s'interpréter

comme un transfert de revenu lié au soutien des prix. On voit

qu'en moyenne la Bretagne bénéficie moins du soutien que

l'ensemble de la France, l'écart provient pour l'essentiel de

la spécialisation en production porcine et avicole. Les écarts

internes à la Bretagne s'expliquent par les différences de

spécialisation : poids relatifs du lait et du hors-sol, ainsi

(6)

R~f~rences

BONNIEUX F., RAINELLI P., 1988. Sp~cielisetion régionale de l'egriculture et politique egricole commune. Colloque "Commerce internetionel et économies régioneles". Aix-en-Provence, 30 juin-1er juillet 1988.

BONNIEUX F., FOUET J.P., RAINELLI P., 1988 Les distorsions

régioneles induites par le politique agricole commune.

Séminaire "egricul tures régionales, concurrence et poli tiques économiques: Espagne, France, Italie". Montpellier 25-27 evril 1988.

BONNIEUX F., MAHE L.,

européenne des prix et

français. Revue du Marché

RAINELLI P. , les problèmes Commun, na 326, 1989. La agricoles p. 24.8-255. politique régionaux

Figure

Tableau 1. Taux de protection 119851 en , du prix 1 la frontière
Tableau l. Baisse de prix et cODséqueDces sur les quantités produites.

Références

Documents relatifs

Soumis  depuis  toujours à des fluctuations importantes de par  la  nature  libérale  et  concurrentielle  du  marché  du  porc,  les  marchés  du  porc  et 

ligne de conduite. Tout autant que la Chambre, cette maison regrette la situation actuelle, qui, elle n'hésite pas à le reconnaître, est préjudiciable aux intérêts généraux et

62 millions de francs provenant de la vente de 310 millions de kwh. utilisés par l'industrie et les métiers, soit "5,8 centimes par kwh. et le courant de nuit environ 4 cts. L

Un prix durablement trop bas constitue pour ces trois pays un risque de déstabilisation socio-politique interne, le Venezuela ayant déjà solli- cité la Chine pour

Avant de se lancer dans une baisse de prix, vérifier que la demande est élastique et qu’il existe un potentiel de croissance : SINON guerre des prix avec baisse du profit pour

Tout comme elle a été celle d’une ex- pansion permanente dans les territoires accordés par l’ONU aux Palestiniens, et leur occupation, au point de les réduire à la bande

[r]

Le Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières (CDVM) porte à la connaissance du public qu’il a visé en date du 06 septembre 2005 une note d’information relative à