Les types d’interfaces habitat-forêt et leur représentation cartographique

Dans le document en fr (Page 144-170)

Le choix d’élaborer une typologie pour caractériser les interfaces habitat-forêt s’est traduit par la combinaison des quatre types de structure d’habitat (habitat isolé, diffus, groupé dense et groupé très dense) et des trois types de structure de végétation (agrégation nulle, faible et forte) définis dans le Chapitre 5.

6.1 Les différents types d’interfaces habitat-forêt

La combinaison des quatre types de structure d’habitat et des trois types de structure de végétation conduit à 12 types d’interfaces illustrés à travers la clé photographique de la Figure 6-1.

Figure 6-1 Typologie d’interfaces habitat-forêt

Les 12 types d’interfaces habitat-forêt sont énumérés dans le Tableau 6-1.

Lampin-Maillet Corinne – Thèse de doctorat en géographie 139

CemOA : archive ouverte d'Irstea / Cemagref

Type 1 Habitat isolé & agrégation

Relation entre organisation spatiale d’unterritoire et risque d’incendie Partie II Chap.6 Cartographie des IHF

tis

Autre Feuillus

Peuplements mixtes Résineux Champs Garrigues

Routes, chemins Eau

lection des types d’occupation

du sol relatifs àla végétation

Carte d’occupation du sol (format raster)

Végétation Autre que végétation

Carte de végétation et non végétation

Sélection des classes de végétation

1: AI = 0 2: Faible AI 3: Fort AI

Carte del’indice d’agrégation calculé surla végétation (AI)

Calcul de lindice d’agrégation AI de la végétation et cartographie

Figure 6-2 Etapes de cartographie dela structure dela végétation pourlesinterfaces habitat-forê

Lampin-Maillet Corinne Thèse de doctorat en géographie

CemOA: archive ouverte d'Irstea / Cemagref

141

b. Cartographie dela structure del’habitat

La procédure de cartographie de la structure de l’habitat a été mise au point en utilisant le logiciel ArcGIS©9.2 et a été automatisée en partie avecl’outil Modèle builder. La procédure de calcul est détaillée en Annexe B. La carte des quatretypesd’habitat (isolé, diffus, groupé dense et groupé très dense) est élaborée selon cette procédure, puis recodée pour les traitements ultérieurs de combinaison de critères. La Figure 6-3 rappelleles grandes étapes du traiitementementt..

d2=50 d1=50 m

m

d3=50 m

50 m périmètre

tis

lection destis selonleur appartenance aux différentstypes d’habitat, Création des zonestampons autour de cestis et fusion de ces zones en cas de superposition

tis

Aire soumise à OLD Aire non soumise à OLD

lection des bâtis résidentiels concernés par les obligations légales de débroussaillement

tis

Habitat groupétrès dense Habitat groupé dense Habitat diffus Habitatiso

Création des zones en interface habita t-forêt selon les types d’habitat par création d’un buffer de 100 m autour des tis affectés aux différents types d’habitat et fusion des zones en superposition

Figure 6-3 Etapes de cartographie del’habitat pourlesinterfaces habitat-forêt Figure 6-3 Etapes de cartographie del’habitat pourlesinterfaces habitat-forêt

CemOA: archive ouverte d'Irstea / Cemagref

Relation entre organisation spatiale d’unterritoire et risque d’incendie Partie II Chap.6 Cartographie des IHF

c. Combinaison des cartes de structures de végétation et de bâtis

La procédure de combinaison des deux critères, structure de l’habitat et structure de la végétation, a été mise au point en utilisant le logiciel ArcGIS©9.2 et automatisée en partie avec l’outil Modèle builder. Elle repose sur une addition des deux cartes au format raster, recodées de façon à identifier facilement le résultat de l’addition. La procédure figure en Annexe B. La Figure 6-4 rappelleles grandes étapes dutraitement.

Structure dela végétation Structure del’habitat

HGD avec agrégationfaible Habitat groupé dense(HGD) avec agrégation nulle tis eninterface

Habitatisolé avec agrégation nulle Habitatisolé avec agrégationfaible

HGD avec agrégationforte Habitatisolé avec agrégationforte

Habitat groupétrès dense(HGTD) avec agrégation nulle

Figure 6-4 Etapes de cartographie des interfaces habitat-forêt par combinaison de critères habitat et végétation

Habitat diffus avec agrégationforte Habitat diffus avec agrégation nulle Habitat diffus avec agrégationfaible

Hbi éd (HGD)

HGTD avec agrégationfaible HGTD avec agrégationforte

Lampin-Maillet Corinne Thèse de doctorat en géographie

CemOA: archive ouverte d'Irstea / Cemagref

143

6.2.2. Automatisation dela procédure

A partir de la procédure détaillée, développée en Annexe B et compte tenu de l’évolution récente du logiciel ArcGIS© dans sa version 9.3, une automatisation des calculs avec l’approche modèle Builder et le langage Python, est en cours de développement au sein du laboratoire (Annexe E).

6.3 Application surles deux zones test

La méthode de cartographie des interfaces habitat-forêt a été mise en œuvre sur les deux zones d’étude AIX et VAR située respectivement dansles Bouches-du-Rhône et dansle Var.

6.3.1. Résultats cartographiques surla zone d’étude AIX

La surface concernée parl’obligationlégale de débroussaillement représente 86 % dela zone d’étude AIX et 74 % des bâtis résidentiels qui sont situés dans AIX sont en zone d’interface habitat-forêt. La carte des interfaces habitat-forêt élaborée permet de quantifier l’importance de l’étendue des interfaces sur le territoire étudié. La surface délimitée par les interfaces représente 32 % de la zone d’étude (20 950 ha). En surface, ces interfaces se répartissent selonla nature del’habitat entreinterface à habitatisolé (16 %), diffus (29 %) et groupé (55

%). La carte des interfaces habitat-forêt est ainsi produite (Carte 6-1) sur l’ensemble de la zone d’étude.

6.3.2. Résultats cartographiques surla zone d’étude VAR

La surface concernée parl’obligationlégale de débroussaillement représente 93 % dela zone d’étude VAR et 78 % des bâtis résidentiels qui sont situés dans VAR sont en zone d’interface habitat-forêt. La carte des interfaces habitat-forêt élaborée permet de quantifier l’importance de l’étendue des interfaces sur le territoire étudié. La surface délimitée par les interfaces représente 19 % de la zone d’étude (14 196 ha). En surface, ces interfaces se répartissent selonla nature del’habitat entreinterface à habitatisolé (31 %), diffus (26 %) et groupé (43

%). La carte des interfaces habitat-forêt est ainsi produite (Carte 6-2) sur l’ensemble de la zone d’étude.

6.3.3. Comparaison des résultats

Sur la zone AIX, les interfaces habitat-forêt occupent 38 % de la zone soumise à obligation légale de débroussaillement (OLD) alors que, sur la zone VAR, ce pourcentage est presque deux fois moinsimportant avec 20 %. De façon cohérente, ce rapport estle même que celui observé surl’emprise del’habitat développé dansle paragraphe5.1.4. La zone d’étude AIX, plus urbanisée que la zone VAR, fait ainsi apparaître que les interfaces en habitat isolé sont deux fois moins représentées sur la zone AIX que sur la zone VAR et, au contraire, que les interfaces en habitat groupé sont 1,3 fois plusreprésenté. Lesinterfaces en habitat diffus sont représentées de façon analogue dans les deux zones d’étude. Sur la zone AIX comme sur la zone VAR, la surface soumise au débroussaillement obligatoire (OLD) représente 60 % des surfaces d’interfaces habitat-forêt (12 682 ha sur AIX et 8 465 ha sur VAR) En moyenne, l’emprise d’uneinterface habitat-forêt est de 0,6 ha surles deux zones AIX et VAR.

CemOA: archive ouverte d'Irstea / Cemagref

Relation entre organisation spatiale d’un territoire et risque d’incendie Partie II – Chap.6 – Cartographie des IHF

Carte 6-1 Carte des interfaces habitat-forêt sur la zone d’étude AIX

Lampin-Maillet Corinne – Thèse de doctorat en géographie 145

CemOA : archive ouverte d'Irstea / Cemagref

Carte 6-2 Carte des interfaces habitat-forêt sur la zone d’étude VAR

CemOA : archive ouverte d'Irstea / Cemagref

Relation entre organisation spatiale d’unterritoire et risque d’incendie Partie II Chap.6 Cartographie des IHF

6.4 Validation des résultats et généralisation dela méthode 6.4.1. Résultats cartographiques et confrontationterrain

Les illustrations de la Figure 6-5 (zoom sur la Carte 6-3 ) à la Figure 6-7 permettent de comparerle résultat cartographique avecla réalité duterrain vue àtravers des vues aériennes ou des photosissues de sorties deterrain.

Légende

Limites des communes tis

Habitatiso avec agrégation nulle Habitatiso avec agrégationfaible Habitatiso avec agrégationforte

Habitat diffus avec agrégationforte Habitat diffus avec agrégationfaible Habitat diffus avec agrégation nulle

Habitat groupé dense avec agrégationfaible Habitat groupé dense avec agrégation nulle

Habitat groupé dense avec agrégationforte

Habitat groupétrès dense avec agrégationforte Habitat groupétrès dense avec agrégationfaible Habitat groupétrès dense avec agrégation nulle

Aire soumise au débroussaillement

Carte 6-3 Cartographie desinterfaces habitat-forêt

D’une partles résultats de cartographie desinterfaces habitat-forêt, obtenus surles deux zones d’étude AIX et VAR, ont été confrontés àla réalité duterain àtraversdes comparaisons avec des vues aériennes mais aussi des sorties deterrain.

D’autre part, en 2008la méthode de caractérisation et de cartographie desinterfaces habita t-forêt a été portée à la connaissance des services de l’Etat suceptibles de la mettre en œuvre (DDAE, DREAL...). Elle a été appliquée par certains d’entre euxà des fins opérationnelles et grandeur réelle.

Lampin-Maillet Corinne Thèse de doctorat en géographie

CemOA: archive ouverte d'Irstea / Cemagref

147

Figure 6-5 Zoom sur la cartographie des interfaces habitat-forêt, sur la zone d’étude AIX

Figure 6-6 Vue aérienne de la zone d’interface cartographiée-La Londe des Maures, sur la zone d’étude VAR

CemOA : archive ouverte d'Irstea / Cemagref

Relation entre organisation spatiale d’un territoire et risque d’incendie Partie II – Chap.6 – Cartographie des IHF

Lampin-Maillet Corinne – Thèse de doctorat en géographie 149

Crédit photo : Cemagref /Long.M

Figure 6-7 Photographies de la zone d’interface cartographiée-Bormes- les- Mimosas, sur la zone d’étude VAR

Les illustrations de la Figure 6-8 permettent de comparer le résultat cartographique avec la réalité du terrain.

A la clé photographique de la typologie des interfaces habitat-forêt, présentée dans le 6.1 a été associée la représentation cartographique présentée sur la Figure 6-9.

CemOA : archive ouverte d'Irstea / Cemagref

Figure 6-8 Photographies de la zone d’interface cartographiée, sur la zone d’étude de Meyreuil (MEYR)

CemOA : archive ouverte d'Irstea / Cemagref

Relation entre organisation spatiale d’unterritoire et risque d’incendie Partie II Chap.6 Cartographie des IHF

Structure dela végétation

Occupation du sol autreque végétation Végétation discontinue, éparse Végétation continue, dense

Habitatiso

Type 1 Type 2 Type 3

Habitat diffus

Type 4 Type 5 Type 6

Habitat groupé dense

Type 7 Type 8 Type 9

Structure de l’habitat

Habitat groupétrès dense

Type 10 Type 11 Type 12

Figure 6-9 Illustration destypes d’interfaces habitat-forêt Lampin-Maillet Corinne Thèse de doctorat en géographie

CemOA: archive ouverte d'Irstea / Cemagref

151

6.4.2. Validation en conditions opérationnelles

La méthode de caractérisation et de cartographie desinterfaces habitat-forêt a été portée àla connaissance des services de l’état suceptibles de la mettre en œuvre dans le cadre de leurs travaux de cartographie du risque dansles PPRiF notamment.

Une aide méthodologique explicitant le processus a été produite à cet effet (Lampin et al., 2008, 2007b). Le département de l’Hérault ainsi que le département de la Gironde ont cartographiélesinterfaces habitat-forêt surl’ensemble du département. Ils ont donné un avis très positif quant à la mise en œuvre de la méthode et quant à son rendu cartographique, à l’occasion d’une réunion du comité de pilotage de l’étude « Guide de caractérisation et de cartographie desinterfaces habitat-forêt » réalisée pourle compte du MEEDDAT-DPPR, qui s’esttenuele 9 mars 2009 au Cemagref d’Aix-en-Provence.

Deux extraits du compte-rendu de cette réunion du 9 mars 2009, présentés ci-après, relatent les expériences de la mise en œuvre de la méthode dans les deux départements cités précédemment.

a. Cartographie des interfaces habitat-forêt à l’échelle du département de l’Hérault

La cartographie des interfaces habitat-forêt a été réalisée dans le cadre d’une étude départementale del’aléa feux de forêt, menée parla DDAF del’Hérault, visant à déterminer les communes qui seraient prioritaires dans uncadre dela prescription de PPRiF. Cette étude a été confiée à l’agence MTDA qui a appliqué la méthode de cartographie des interfaces habitat-forêt en utilisant l’aide méthodologique. L’ensemble des constructions soumises à obligationlégale de débroussaillement (et non pas seulementles bâtis résidentiels) a été pris en compte. La carte desinterfaces a été combinée àla carte d’aléa. Le résultat cartographique jugé satisfaisant a permis de confirmer les zones qui, à dire d’expert, étaient considérées commeles plus sensibles au risque d’incendie. A partir de cette carte desinterfaces,le besoin d’une méthodologie pour déterminer les zones les plus sensibles au risque d’incendie a été exprimé. Dans l’attente, la hiérarchisation des enjeux a été réalisée en fonction du type d’habitat : les enjeux forts ont été considérés dans les zones d’habitat groupé, les enjeux moyens dansles zones d’habitat diffus etles enjeux faibles dansles zones d’habitatisolé. Une bonne corrélation a été observée entre les valeurs de l’indice d’agrégation AI et le niveau d’aléa.

D’un point de vue pratique, le bureau d’étude MTDA a quantifié le temps de travail nécessaire à cette cartographie des interfaces. Réalisée sur la totalité du département de l’Hérault (613 000 ha), l’élaboration de cette cartographie a nécessité 2 jours : 0,5 Homme-Jours pour la cartographie de l’indice d’agrégation de la végétation, 1 Homme-Jour pour la cartographie des types d’habitat et 0,5 Homme-Jour pour la cartographie des interfaces proprement dites. Letravail préalable de calage d’images satellites, deleur mosaïquage et de classification d’images en 2 classes (végétation-non végétation) a quant àlui demandé 8 HJ. Enfin, aucune difficulté n’a été rencontrée pourla mise en œuvre dela méthode. La méthode exige detravailler avec des données àjour.

CemOA: archive ouverte d'Irstea / Cemagref

Relation entre organisation spatiale d’unterritoire et risque d’incendie Partie II Chap.6 Cartographie des IHF

variables choisies pour caractériser au mieux ces espaces étudiés concernent la nature de

Relation entre organisation spatiale d’unterritoire et risque d’incendie Partie II Chap.6 Cartographie des IHF

%forêt_arbustes

6.5 Cartographie et caractérisationdesinterfaces habitat-forêt sur la zone d’étude MAM entrelesmétropoles Aix-Marseille

Relation entre organisation spatiale d’unterritoire et risque d’incendie Partie II Chap.6 Cartographie des IHF

Elle montre trois grands points.

• Premièrement, la composante végétation est la plus importante en dehors des interfaces qu’au sein des interfaces, correspondant à une large part de garrigues et de végétation clairsemée. Au sein des interfaces la végétation prédomine avec plus de 40 % de végétation dans chaquetype, àl’exception dutype d’interface habitat groupétrès dense. Les

• Premièrement, la composante végétation est la plus importante en dehors des interfaces qu’au sein des interfaces, correspondant à une large part de garrigues et de végétation clairsemée. Au sein des interfaces la végétation prédomine avec plus de 40 % de végétation dans chaquetype, àl’exception dutype d’interface habitat groupétrès dense. Les

Dans le document en fr (Page 144-170)