Haut PDF Prise en charge des ingestions caustiques svres exprience de service de chirurgie gnrale au CHU Mohammed VI -Marrakech-

Prise en charge des ingestions caustiques svres exprience de service de chirurgie gnrale au CHU Mohammed VI -Marrakech-

Prise en charge des ingestions caustiques svres exprience de service de chirurgie gnrale au CHU Mohammed VI -Marrakech-

69 Résumé : Les ingestions caustiques sont une véritable urgence médico-chirurgicale, nécessitant une prise en charge multidisciplinaire. Le but de notre étude rétrospective réalisée entre 2007 et 2012, au service de chirurgie générale du centre hospitalier Ibn Tofaïl, est d’analyser les caractéristiques épidémiologiques, diagnostiques, thérapeutiques et évolutives des ingestions caustiques sévères. Les patients colligés dans cette étude sont au nombre de 26, (16 hommes et 10 femmes), soit un sexe ratio de 1,6. Ils sont âgés entre 20 et 72 ans (moyenne de 35 ans). 23% de nos patients ont eu un passé psychologique connu. Les circonstances accidentelles sont moins fréquentes (46,16%) que les formes volontaires (53,84%). L’esprit de sel (HCl) est le produit le plus utilisé (73,07%), suivi de l’eau de Javel (19,23%).
En savoir plus

107 En savoir plus

Prise en charge des gliomes de bas grade sus tentoriels de l'adulte Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des gliomes de bas grade sus tentoriels de l'adulte Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Expérience du service de neurochirurgie CHU Mohamed VI Marrakech 99 engendrer de déficit neurologique, du fait de la configuration spatiale de ce type de lésions constituées de cellules tumorales isolées [217-219]. Par conséquent, pratiquer la résection radiologiquement complète d’un gliome de bas grade envahissant une région cérébrale éloquente impliquera nécessairement l’exérèse de complexes glioneuronaux encore fonctionnels et ne pourra être envisagée que si ces structures sont susceptibles d’être compensées par la plasticité cérébrale [220]. Si la tumeur est située au sein d’une zone motrice (cortex moteur primaire, faisceau pyramidal), la chirurgie est réalisée sous anesthésie générale sans curare sous couvert de la stimulation peropératoire corticale et sous-corticale, afin de respecter les zones répondeuses. Si la tumeur est située au sein d’une aire fonctionnelle sensitive ou au sein d’aires du langage, les interventions sont alors réalisées sous couvert d’une surveillance en temps réel de la fonction sensitive ou linguistique grâce à des stimulations électriques directes peropératoires sur un patient réveillé comme l’avait réalisé Penfield dès 1950 [108].
En savoir plus

179 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale des tumeurs de la rgion pinale Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge neurochirurgicale des tumeurs de la rgion pinale Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

La place de ce traitement est encore débattue. Elle permet d’obtenir un contrôle tumoral (régression totale, régression partielle, stabilisation) dans 66% à 100% des cas, mais n’empêche pas une éventuelle diffusion lepto-méningée. Néanmoins, toutes les séries publiées souffrent de certaines critiques : le nombre de cas inclus est peu important, les histologies sont variables, le recul est faible, et enfin ces études mélanges souvent des malades traités à des stades évolutifs différents : en première intention après la réalisation d’une biopsie stéréotaxique dans les tumeurs bénignes pour diminuer la morbidité liée à la chirurgie, secondairement sur un résidu ou une récidive, à la place ou en complément d’une irradiation fractionnée, notamment chez l’enfant pour diminuer le champ d’irradiation [4,84, 85]
En savoir plus

205 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des prolapsus gnitaux : Exprience du service de gyncologie-obsttrique CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge chirurgicale des prolapsus gnitaux : Exprience du service de gyncologie-obsttrique CHU Mohammed VI Marrakech

rétraction qui se produit dans les jours et semaines qui suivent aboutit à un résultat anatomique en général très satisfaisant, supérieur à celui obtenu par les techniques autologues par plicature. C'est en effet le fort risque de récidive observé avec la chirurgie par voie vaginale qui a amené au développement de techniques de renfort utilisant des matériaux prothétiques synthétiques. Le principe de ces prothèses est qu'elles vont induire une rétraction des tissus autour d'elles corrigeant ainsi le prolapsus. Au commencement des prothèses par voie vaginale, celles-ci étaient simplement des rectangles ou trapèzes (prédécoupés ou à retailler à façon), mais par la suite, on s'est aperçu qu'elles se rétractaient sur elles-mêmes, ceci réduisant leur surface efficace. Les prothèses sont maintenant disponibles sous forme de plaques prédécoupées et portant des bras (deux à six), permettant pour la cure de cystocèle un passage transobturateur (unique ou multiple) à travers l'arc tendineux du fascia pelvien et transsacrosciatique.
En savoir plus

216 En savoir plus

L'intrt de l'abord antrieur dans la prise en charge de la hernie discale cervicale Exprience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

L'intrt de l'abord antrieur dans la prise en charge de la hernie discale cervicale Exprience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

MURPHEY a essayé de quantifier la douleur postopératoire des patients par un questionnaire dans lequel les patients notent leur douleur sur une échelle allant de 0 à 100%. Un autre facteur déterminant dans la réussite de n’importe quel traitement est la satisfaction du patient. Pour cela, il a été utilisé le «Patient Satisfaction Index»(PSI). Une des questions posées aux patients était : «est-ce que vous opteriez pour le même traitement si vous aviez la même pathologie sachant que vous allez obtenir les mêmes résultats?».Les patients sont considérés comme satisfaits s’ils acceptent de refaire la même chirurgie pour la même réduction de la douleur et la même amélioration fonctionnelle. Cet indice serait donc un moyen de mesure de la réussite du traitement qui prend en considération les espérances psychologiques du patient, en général très difficile à évaluer (61).
En savoir plus

159 En savoir plus

La prise en charge des oligodendrogliomes intracrniens Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des oligodendrogliomes intracrniens Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

Notre série 29 15,38 34 26,6 A la revue de ces complications, on comprend le débat soulevé entre opposants d’une chirurgie maximaliste, dite « agressive » car s’accompagne d’une morbi-mortalité non négligeables, et les partisans pour qui l’exérèse large augmente les chances de survie prolongée. Les deux avis sont défendables, et la décision opératoire doit reposer sur une évaluation au cas par cas des différents paramètres cliniques (âge, état général, état neurocognitif) et anatomiques (localisation, profondeur, rapports) gardant pour objectif majeur la préservation de la qualité de survie [97, 128,129].
En savoir plus

143 En savoir plus

La prise en charge des compressions mdullaires tumorales : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des compressions mdullaires tumorales : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Dans notre série, Elle était administrée chez 25 patients, faisant toujours suite à la chirurgie et en association avec la radiothérapie dans 12 cas. 5. Hormonothérapie : Elle a une efficacité non douteuse dans certaines cancers glandulaires, en particulier l’oestrogénothérapie des cancers prostatiques amène presque toujours une sédation rapide des douleurs, la régression des troubles neurologiques, quelque fois une guérison apparente complète du sujet pour une longue durée, pendant des années, à condition de continuer indéfiniment la thérapeutique hormonale. Dans les métastases mammaires, l’androgénothérapie n’est pas toujours aussi efficace, mais dans quelques cas, elle permet, en association avec la radiothérapie vertébrale, d’obtenir des survies assez prolongées. [15]
En savoir plus

159 En savoir plus

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Les progrès les plus récents dans les équipements endoscopiques ont renforcé l’indication du traitement endoscopique pour les encéphalocèles intranasales [39, 50]. Le traitement endoscopique permet d’éviter les incisions du visage et les complications secondaires au traitement par crâniotomie et de raccourcir la durée d’hospitalisation [39, 57, 58, 71]. En outre l’absence d’impact de la chirurgie des sinus en pédiatrie sur la croissance faciale à long terme a été bien documentée dans la littérature [38,39]. Cependant, l’indication du traitement endoscopique peut être limitée dans le cas d’une grande hernie avec en particulier celle qui est associée à une participation d’une artère cérébrale [50]. La chirurgie endoscopique pourrait être le premier choix du mode de traitement si la masse herniée est très petite sans implication de grandes artères cérébrales. En outre lorsque la chirurgie transcrânienne échoue dans la cessation complète de la fuite du LCR, la chirurgie endoscopique pourrait être une option supplémentaire pour sceller le point de fuite du LCR [65].
En savoir plus

136 En savoir plus

Prise en charge des mningiomes de ltage antrieur de la base du crne : Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge des mningiomes de ltage antrieur de la base du crne : Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

La lecture de la littérature permet de confirmer l’intérêt de la radiothérapie dans le traitement des méningiomes malins ou atypiques, quelle que soit la qualité de l’exérèse, et des méningiomes inopérables [17]. L’irradiation des méningiomes bénins après résection incomplète est plus discutable principalement ceux qui se sont développés dans un autre site que la base du crâne et une surveillance régulière peut être une option après une première résection en raison de la proximité des structures vasculo-nerveuses de voisinage de l’étage antérieur et les complications qu’elle peut entraîner. Dans le cas d’une deuxième résection incomplète, la radiothérapie pourrait être proposée systématiquement. Le délai entre la chirurgie et la radiothérapie reste sujet à discussion mais certains auteurs s’accordent à préconiser que la radiothérapie soit débutée précocement. [129, 130]
En savoir plus

223 En savoir plus

Les encphalocles antrieures: exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Les encphalocles antrieures: exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

En cas de méningite, elle doit être traitée avant toute intervention chirurgicale. Les progrès les plus récents dans les équipements endoscopiques ont renforcé l’indication du traitement endoscopique pour les encéphalocèles intranasales [41, 53]. Le traitement endoscopique permet d’éviter les incisions du visage et les complications secondaires au traitement par crâniotomie et de raccourcir la durée d’hospitalisation [41, 62, 63, 77]. En outre l’absence d’impact de la chirurgie des sinus en pédiatrie sur la croissance faciale à long terme a été bien documentée dans la littérature [40,41]. Cependant, l’indication du traitement endoscopique peut être limitée dans le cas d’une grande hernie avec en particulier celle qui est associée à une participation d’une artère cérébrale [53, 54]. La chirurgie endoscopique pourrait être le premier choix du mode de traitement si la masse herniée est très petite sans implication de grandes artères cérébrales. En outre lorsque la chirurgie transcrânienne échoue dans la cessation complète de la fuite du LCR, la chirurgie endoscopique pourrait être une option supplémentaire pour sceller le point de fuite du LCR [70,71].
En savoir plus

128 En savoir plus

La prise en charge des fistules digestives externes postopratoires au service de chirurgie gnrale CHU Mohamed VI

La prise en charge des fistules digestives externes postopratoires au service de chirurgie gnrale CHU Mohamed VI

Le choix thérapeutique dépendra initialement principalement de l’état septiquedu malade et de son état général . Lorsque le patient est asymptomatique, letraitement médical seul pourra être suffisant . Un traitement interventionnelpourra être entrepris pour une fistule digestive symptomatique si le pronosticvital n’est pas engagé. Si par contre le pronostic vital est mis en jeu, une ré-intervention chirurgicale sera réalisée en urgence, associée à une réanimation intensive. Toutefois la prise en charge médicochirurgical a permis de réduirede façon considérable le taux de mortalité de la fistule digestive ,et a permisaussi d’obtenir une évolution favorable de la fistule digestive.
En savoir plus

149 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale du neurinome de lacoustique Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge neurochirurgicale du neurinome de lacoustique Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

L’avantage de cette technique est avant tout sa rapidité de mise en œuvre et la brièveté du traitement. Dans une étude réalisée à Marseille par Thomsin et al, entre juillet 1993 et janvier 2002, 1 000 schwannomes vestibulaires ont été traités. Une population de 175 patients traitée de première intention d’un schwannome unilatéral avec une audition préopératoire fonctionnelle a pu être étudiée avec un recul d’au moins 3 ans. Les résultats obtenus ont permis d’affirmer la possibilité de préserver une audition efficace dans un pourcentage très élevé de patients sélectionnés, donnant à ces patients une probabilité de conservation plus importante qu’avec la microchirurgie, et plus importante certainement qu’avec un simple suivi radiologique [111]. De par ses caractéristiques balistiques, le Gamma-Knife n’est pas à même de prendre en charge les tumeurs de plus de 3 cm de diamètre dans l’angle pontocérébelleux sans voir son efficacité diminuer et le risque de neurotoxicité augmenter. Il n’est donc pas adapté au traitement des tumeurs volumineuses qui sont, de fait, les plus dangereuses à réséquer. En effet, le traitement par gamma knife a des indications bien précises : les tumeurs de petite à moyenne taille (tumeur <3 cm de diamètre maximal), la récidive ou tumeur résiduelle et le choix du patient.
En savoir plus

180 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale de l'hydatidose vertbrale exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge neurochirurgicale de l'hydatidose vertbrale exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Le deuxième schéma, approuvé par l'OMS, paraît plus efficace que les cures intermittentes qui seraient plus profitables au parasite qu'à l'hôte. b. Indications et durée du traitement : [6,60] Cette thérapeutique a été initialement utilisée pour les malades jugés inopérables. Plus tard, d'autres indications ont été proposées notamment pour réduire la taille des kystes et stériliser leurs contenus avant la chirurgie, évitant ainsi les risques de dissémination secondaire. Et en post opératoire pour agir aussi sur les petits kystes passés inaperçus, que sur les éventuels scolex disséminés au cours de la chirurgie, empêchant ainsi leur évolution kystique.
En savoir plus

134 En savoir plus

Prise en charge des ingestions caustiques de loesophage

Prise en charge des ingestions caustiques de loesophage

2.2. Actions des différents caustiques a. Les bases : L’action des bases sur les muqueuses se déroule en trois phases (15.16) : L’action débute par la phase de nécrose de liquéfaction qui dure de 2 à 4 jours. Elle est caractérisée par une pénétration rapide du caustique vers les couches profondes de l’œsophage par un effet tampon des divers tissus traversés : thrombose des petits vaisseaux, dissolution des protéines (dont le collagène) et production de chaleur jusqu’à la destruction complète des cellules par saponification de la membrane cellulaire. Le risque hémorragique est alors important en cas d’atteinte de la musculeuse, des travaux récents ont montré in vitro que l’ingestion d’alcalin entrainait une diminution de la contractilité musculaire.la perte de la motilité œsophagienne peut aggraver les lésions en augmentant le temps de contact.
En savoir plus

140 En savoir plus

Prise en charge des mningiomes de la convexit encphalique au service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des mningiomes de la convexit encphalique au service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

sans résection de l’envahissement osseux - Grade IV : exérèse tumorale incomplète - Grade V : simple biopsie Le but de la chirurgie des méningiomes est de réaliser une résection macroscopique complète de la tumeur, y compris les attaches durale et des structures osseuses adjacentes, en respectant une marge d'environ 5 mm entourant la tumeur. Très rarement, une résection d’un méningiome Simpson Grade I n’est pas possible en raison des attaches durales autour des sinus, dans ce cas, une résection Grade II est réalisée (coagulation de la dure-mère). Les très grosses tumeurs qui n'ont pas pu être enlevées en bloc seront généralement «debulked » d'abord à l'aide d’un aspirateur chirurgical, tout en s’assurant de l’absence d’un résidu tumoral et de l’hémostase.
En savoir plus

157 En savoir plus

La prise en charge des malformations artrio-veineuses intracrniennes : exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI

La prise en charge des malformations artrio-veineuses intracrniennes : exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI

VI. Etude et analyse du profil évolutif : Le suivi de nos patients a été réalisé en consultation, les patients perdus de vu ont été convoqué pour réévaluation de leur état clinique. Le recul allait d’une année à 3 ans. L’échelle d’évaluation était basée sur 3 paramètres : décès, aggravation et amélioration. Une angiographie cérébrale, ou une IRM avec séquences angio avaient été demandées chez tous les patients mais faute de moyens, seul quelques patients de notre série avaient bénéficié de l’une ou l’autre de ces explorations neuro-vasculaires.
En savoir plus

157 En savoir plus

Prise en charge endoscopique de la pathologie neurochirurgicale : Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI De Marrakech

Prise en charge endoscopique de la pathologie neurochirurgicale : Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI De Marrakech

Figure 84 : Voie endoscopique endonasale [127] A Classification sagittale des différents accès chirurgicaux possibles par la voie endoscopique endonasale B Projection endocrânienne des abords endoscopiques endonasaux de la base du crâne 1. Fissure orbitaire supérieure (III, IV, VI, nerfs lacrymal, frontal et nasociliaire, veine ophtalmique supérieure) ; 2. Foramen rond (V2) ; 3. Foramen ovale (V3, artère méningée accessoire) ; 4. Foramen spinosum (artère et veine méningée moyenne, rameau méningé du V3) ; 5. Foramen déchiré antérieur (carotide interne, plexus veineux péricarotidien) ; 6. Hiatus du nerf petit pétreux ; 7. Hiatus du nerf grand pétreux ; 8. Canal hypoglosse ; 9. Foramen cæcum (veine émissaire du sinus sagittal supérieur) ; 10. Gouttière olfactive ; 11. Toit de l’orbite ; 12. Foramen ethmoïdal postérieur ; 13. Planum sphénoïdal; 14. Tubercule de la selle turcique ; 15. Canal optique ; 16. Apophyse clinoïde antérieure ; 17. Selle turcique ; 18. Dorsum sellae ; 19. Clivus ; 20. Méatacoustique interne (VII, VIII, artère labyrinthique) ; 21. Foramen Jugulaire (sinus pétreux inférieur, IX, X, XI, sinus sigmoïde, artère méningée postérieure); 22. Foramen magnum (moelle allongée, artères vertébrales, racines spinales des nerfs accessoires).
En savoir plus

241 En savoir plus

Les ictres noplasiques :Exprience du service de chirurgie gnrale HMA de Marrakech

Les ictres noplasiques :Exprience du service de chirurgie gnrale HMA de Marrakech

Figure25:image échographique montrant un épaississement pariétal irrégulier, supra- centimètrique et segmentaire du corps vésiculaire.[96] L'échographie a évoquée le diagnostic de tumeur de la vésicule biliaire chez un seul patient parmi les quartes de notre série. Ce qui semble inférieur aux autres séries, ceci amène à discuter le caractère opérateur-dépendant, et donc à mettre en question son rôle réel dans la prise en charge de ces affections.

146 En savoir plus

Cancers de la vulve Exprience du CHU Mohammed VI De MARRAKECH

Cancers de la vulve Exprience du CHU Mohammed VI De MARRAKECH

Depuis 30 ans, cette prise en charge a connu des bouleversements multiples, s’adressant notamment aux stades précoces. A l’attitude radicale de principe se substitue progressivement une approche conservatrice de l’organe et de la fonction sexuelle, les patientes se voyant proposer une « stratégie individualisée » de leur maladie. Cette tendance à la modération de l’agressivité thérapeutique (dans le maintien d’un pronostic favorable) a pour moteur l’objectif d’une moindre morbidité et surtout d’une réduction des séquelles tardives, de moins en moins acceptables.
En savoir plus

206 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des hernies discales cervicales : Exprience du service de neurochirurgie du CHU MOHAMMED VI

Prise en charge chirurgicale des hernies discales cervicales : Exprience du service de neurochirurgie du CHU MOHAMMED VI

Cervical disc arthroplasty versus anterior cervical discectomy and fusion for treatment of symptomatic cervical disc disease: a meta-analysis of randomized controlled trials. Arch Ortho[r]

169 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes