Haut PDF Pathologie mammaire de l’enfant : à propos de 14 cas

Pathologie mammaire de l’enfant : à propos de 14 cas

Pathologie mammaire de l’enfant : à propos de 14 cas

La glande mammaire est constituée de trois éléments qui sont le tissu palléal, la glande tubulo-acineuse et la zone cutanée aréolo-mamelonnaire. Le développement de ces différents composants est sous dépendance hormonale. Chacun de ces tissus peut faire à toute période de la vie, l’objet de modifications entrant dans le cadre de variations physiologiques ne nécessitant la plupart du temps qu’une simple surveillance. Les lésions mammaires majoritairement bénignes, peuvent être évoquées en fonction de l’âge de survenue, de l’aspect clinique, échographique et évolutif. Toutefois, si la bénignité reste la règle dans la pathologie mammaire de l’enfant, la possibilité des tumeurs malignes doit être évoquée, et doit conduire à une biopsie [11, 41].
En savoir plus

85 En savoir plus

Diverticule de Meckel chez l’enfant : à propos de 14 cas au CHU Mohammed VI Marrakech

Diverticule de Meckel chez l’enfant : à propos de 14 cas au CHU Mohammed VI Marrakech

ALEXIS LITTRE, chirurgien français décris en 1700, deux cas de hernies inguinales étranglées comportant un diverticule iléal [42]. MORGANI (1769) suspecta l'origine congénitale du diverticule, de même SANDIFORT (1777) et DUPUYTREN (1804). Il faudrait attendre le travail fondamental de JOHAN FRIEDERICH MECKEL, d'une famille d'anatomistes allemands, qui a démontré en 1809, sur des coupes d'embryon de poulet la connexion de tube digestif primitif à la vésicule vitelline par l'intermédiaire d'un canal vitellin ou omphalo mésentérique. Il a ainsi prouvé l'origine congénitale, et démontré le caractère involutif du diverticule dont il a précisé les principaux caractères [3,20]. La distinction proposée ultérieurement par AUGIER entre diverticule iléal libre qui serait, selon lui, un simple reliquat de caractère ancestral, et le diverticule relié à l'ombilic qui seul serait d'origine vitelline, n’a pas été retenue, et selon la conception uniciste de MECKEL, on englobe actuellement les deux variétés dans le même processus embryologique. Depuis Meckel, les travaux se sont multipliés. D’abord les descriptions furent le plus souvent anatomiques que cliniques. PEAKE, en 1811 signale pour la première fois, dans un rapport d’autopsie, la fistule omphalo-mésentérique. KING, en 1843 a précisé l'origine omphalo- mésentérique d'une fistule ombilicale. En 1897; DENUCE et BEALE, PIQUE et GUILLEMONT décrivent pour la première fois les suppurations du DM et montrent qu’il peut tuer par infection et péritonite.
En savoir plus

113 En savoir plus

Actualités de l’IRM dans l’exploration de la pathologie mammaire expérience de l’Institut National d’Oncologie de Rabat ( A propos de 10 cas )

Actualités de l’IRM dans l’exploration de la pathologie mammaire expérience de l’Institut National d’Oncologie de Rabat ( A propos de 10 cas )

v Antennes diagnostiques : Sont les antennes utilisées pour l'exploration mammaire à visée diagnostique de pure imagerie. L'utilisation d'une antenne de surface dédiée est indispensable pour améliore la résolution spatiale et pour permettre un bon rapport S/B, aussi la forme de l'antenne doit être adaptée à la conformation géométrique du sein. L'antenne doit être bisein, pour permettre l'étude simultanée des deux seins, avec positionnement de la patiente en pro cubitus, ce qui diminue les artefacts de mouvements respiratoires. Un dispositif doit permettre de caler les seins afin d'éviter leur vibration durant l'examen; il peut s'agir soit d'un simple coussinet en mousse, soit d'un système incorporé à l'antenne permettant une légère compression concentrique ou latérale (45,46).
En savoir plus

90 En savoir plus

Etude pidmiologique et anatomopathologique des tumeurs des glandes salivaires au sein du service danatomie pathologie CHU Mohammed VI Marrakech propos de 55 cas

Etude pidmiologique et anatomopathologique des tumeurs des glandes salivaires au sein du service danatomie pathologie CHU Mohammed VI Marrakech propos de 55 cas

circonscrit ces acini, qui déversent leurs sécrétions dans des canaux excréteurs. Ces glandes par leur sécrétion assurent l’humidification permanente de la cavité buccale. Figure 23 : Vue latérale schématique des glandes salivaires et des canaux du côté gauche. 1. Canal parotidien, 2. Glande parotidienne, 3. Glande sub-mandibulaire, 4. Canal de Wharton, 5. Glande sublinguale, 6. Glandes salivaires accessoires : buccales (a), palatines (b), nasales (c), nasopharyngées (d), 7. Muscle buccinateur, 8. Muscle masséter, 9. Auricule de l’oreille, 10. Mandibule, 11. Glande salivaire accessoire et canal se jetant dans le canal parotidien, 12. Canal sub-lingual postérieur, 13. Canal sub-lingual, 14. Canal sublingual antérieur, 15. Cavité buccale.
En savoir plus

117 En savoir plus

La Maladie de Hirschsprung chez le grand enfant  propos de 16 cas

La Maladie de Hirschsprung chez le grand enfant propos de 16 cas

La maladie de Hirschsprung chez le grand enfant – à propos de 16 cas - -38- Il faut savoir que, de façon normale, la zone du sphincter anal contient peu ou pas de cellules ganglionnaires. Parallèlement, à côté de cette pauvreté en cellules ganglionnaires dans cette région est constatée une hyperplasie des filets nerveux. C’est pour cette raison qu’il convient de réaliser la biopsie rectale diagnostique bien au-dessus de la ligne pectinée (2 cm chez le nouveau-né ou nourrisson et 3 cm chez l’enfant). De plus, les biopsies peuvent être d’interprétation difficile chez le nouveau-né, car les cellules des plexus myentériques sont souvent immatures à ce stade [13,14], d’où la nécessité d’avoir des anatomopathologistes spécialisés en pédiatrie et souvent confrontés à ce diagnostic [15].
En savoir plus

143 En savoir plus

Les nouveau-ns issus dune grossesse gmellaire  propos de 92 cas Au service de Ranimation nonatale de lhopital mre et enfant du CHU Med VI MARRAKECH

Les nouveau-ns issus dune grossesse gmellaire propos de 92 cas Au service de Ranimation nonatale de lhopital mre et enfant du CHU Med VI MARRAKECH

Le choix du produit de remplissage dépend de la cause de l’hypovolémie. En cas d'hémorragie maternelle, placentaire ou de transfusion foeto-maternelle avec anémie néonatale évidente (pâleur, microhématocrite ou mesure de l'hémoglobine par microponction type Hémocue® bas, soit Ht <45% ou Hb <15g/dL chez le nouveau-né à terme après 4 heures de vie, Ht <40% ou Hb <14 g/dL chez le prématuré), le sang frais O Rhésus négatif (si possible CMV négatif, irradié si le nouveau-né est prématuré) est le produit de choix (à défaut, un culot globulaire O Rhésus négatif), avant de réaliser éventuellement une exsanguino-transfusion.
En savoir plus

132 En savoir plus

Cholecystectomie laparoscopique : à propos de 712 cas

Cholecystectomie laparoscopique : à propos de 712 cas

L’étude rétrospective que nous avons présenté dans cette étude concernant l’expérience du service en matière de chirurgie laparoscopique pour lithiase biliaire rapporte une série de 712 cas sur une période allant du 1 Janvier 2005 au 31 Décembre 2007. Cette étude nous a porté une opinion positive sur cette technique, mais elle nous a démontré également et de façon conjointe avec la littérature que l’apprentissage d’un enseignement et d’une formation de qualité est obligatoire avant de pouvoir pratiquer une intervention par laparoscopie, d’autant plus que la cholécystectomie par laparoscopie, comme toute autre intervention chirurgicale, n’est pas exempte de complications. Elle cumule aussi bien les risques de la chirurgie biliaire que ceux de la laparoscopie ; d’où seuls l’acquisition d’une certaine maturité en chirurgie laparoscopique, la rigueur méthodologique per-opératoire et le recours à la sécurité laparotomique quand les conditions sont défavorables, permettent d’éviter beaucoup de complications notamment biliaires.
En savoir plus

118 En savoir plus

Pancréatites aigues: à propos de 100 cas

Pancréatites aigues: à propos de 100 cas

La douleur est un des signes cardinaux de la PA, elle peut être extrêmement intense et prolongée sur plusieurs heures ou jours [90]. Pour soulager cette douleur, l’utilisation des salicylés et des AINS n’est pas recommandée en raison de l’éventuelle nécessité de gestes chirurgicaux, d’endoscopie ou de radiologie interventionnelle. Les dérivés du paracétamol peuvent suffire pour les douleurs modérées. Ils permettre de diminuer ou d’éviter l’utilisation des antalgiques de niveau 3. La morphine est l'antalgique de choix en cas de douleur intense difficile à juguler, recommander malgré les risques de dépression respiratoire, d'iléus digestif et d'augmentation du tonus du sphincter d'Oddi. [16,90]. Il est cependant certain que l'utilisation d'une analgésie contrôlée par le patient (ACP) est indiquée chez les patients hyperalgiques aussi, les techniques d’analgésie péridurale paraissent lourdes et difficile à mettre en œuvre pour une PA bénigne [90]. L'administration d'antalgique par cathéter épidural peut être efficace, et l'analgésie contrôlée par le malade est une modalité bien adaptée [15, 91].
En savoir plus

139 En savoir plus

Sténoses de l’urètre : à propos de 135 cas

Sténoses de l’urètre : à propos de 135 cas

b- Urètre bulbaire La chute à califourchon et/ou le traumatisme direct sur le périnée(accident de moto où le bouchon de réservoir d’essence représente très souvent un agent contondant) exposent tout particulièrement aux ruptures de l’urètre bulbaire par choc direct, l’urètre étant écrasé entre l’agent contondant et la symphyse pubienne. Le traumatisme provoque une rupture du corps spongieux et le plus souvent partielle de l’urètre. Il s’ensuit un hématome périnéal important. La cicatrisation de la lésion urétrale évolue dans la grande majorité des cas vers la constitution d’une sténose, qui peut ne se manifester qu’à distance de l’accident [13].
En savoir plus

144 En savoir plus

Aniridie congénitale : à propos de quatre cas

Aniridie congénitale : à propos de quatre cas

Il faut toutefois, expliquer aux patients le mauvais résultat fonctionnel lié aux anomalies associées (47). Le choix de la technique chirurgicale dépend de la zonule et de la cornée (47, 76, 84). Selon Karla et Sundmacher, l’extraction extracapsulaire constitue actuellement le traitement de choix (22, 86, 87) (tableau IX). Elle est indiquée en cas d’intégrité de la capsule postérieure et de la zonule et en cas d’absence d’anomalies cornéennes gênant la visibilité (47, 84). L’implantation dans le sac capsulaire constitue le meilleur moyen de correction de l’aphakie (22, 84). Dans la sulcus, l’implant demeure instable nécessitant le recours à la fixation sclérale (88), cette technique a été utilisée par Sundmacher (22, 87) lors de l’implantation du diaphragme noir type 67G dans les aniridies traumatiques.
En savoir plus

100 En savoir plus

Syndrome de Wolfram à propos de deux cas

Syndrome de Wolfram à propos de deux cas

™ Examens électrophysiologiques La participation restreinte du sujet classe le bilan électrophysiologique parmi les examens objectifs et en fait un examen de choix pour tester les sujets difficiles, du fait de leur age ou de leur pathologie. Les principes de l’électrophysiologie visuelle reposent sur la connaissance de la physiologie du système visuel, sur la mise en activité de tout ou partie du système visuel à l’aide de stimulations judicieusement choisies, sur le recueil à distance des différences de potentiel engendrées par des variations d’activité cellulaires avec sommation et moyennage des signaux, et enfin sur l’interprétation des réponses. Des protocoles internationaux sont publiés par l’international society for clinical Electrophysiology of vision (ISCEV).lors d’une pathologie du nerf optique, l’examen de choix est le recueil des potentiels évoqués visuels (PEV). L’électrorétinogramme-pattern permet de tester le fonctionnement de la partie intra rétinienne du nerf (corps des cellules ganglionnaires). L’interprétation de ces examens ne peut s’effectuer que couplée à celle de l’électrorétinogramme.
En savoir plus

100 En savoir plus

Asthme du nourrisson : à propos de 68 cas

Asthme du nourrisson : à propos de 68 cas

V. L’éducation : L’éducation de la famille joue un rôle très important dans la prise en charge de l’asthme du nourrisson. GIBSON et coll. (119) a évalué la compliance des parents de 29 jeunes enfants, responsables de l’administration du traitement de fond inhalé à enfants asthmatiques. Ces auteurs ont montré que l’observance au traitement n’a été respectée en moyenne que dans 50 %. Cela reflète la coopération insuffisante des parents. D’où l’intérêt d’expliquer à la famille cette pathologie, les indications des différents médicaments prescrits et les instructions de leur utilisation d’une façon claire, accessible à la compréhension de chacun. Une démonstration de la mise en œuvre du système d’inhalation et une vérification régulière de la pratique des parents seront nécessaires pour éviter les échecs thérapeutiques. L’apprentissage des méthodes d’inhalation s’intègre dans la prise en charge globale du nourrisson asthmatique à laquelle les parents doivent participer. Et surtout, il faut insister auprès de la famille, en cas de signes de gravité, de consulter en urgence.
En savoir plus

91 En savoir plus

Incidentalomes surrenaliens : à propos de 3 cas

Incidentalomes surrenaliens : à propos de 3 cas

b. Lymphome primitif : L’atteinte primitive de la glande surrénale par un lymphome est rare, moins de 100 cas ayant été décrits. Ce type de tumeur est probablement développé à partir des lymphatiques intrasurrénaliens (26). Elle concerne surtout des sujets masculins de plus de 60 ans. Dans les deux tiers des cas, l’atteinte est bilatérale et il existe une insuffisance surrénalienne chez près d’un tiers des patients (26). Le diagnostic est souvent porté chez des patients en mauvais état général, ayant des signes d’insuffisance surrénalienne, voire une masse palpable : une maladie auto-immune est présente chez plus de 10% des patients et un cancer est associé chez 15% d’entre eux (27). En l’absence d’image radiologique spécifique, le diagnostic est histologique, après biopsie percutanée ou surrénalectomie (28). Selon Al-Fiar, en cas d’atteinte bilatérale, 30% des lymphomes surrénaliens primitifs ne seraient diagnostiqués que par l’autopsie. Plusieurs variétés histologiques ont été décrites, mais la plus fréquente est le lymphome non Hodgkinien, de type B à grandes cellules (28), les LMNH primitifs de la surrénale restent une entité rare, une revue de la littérature faite par Maugendre retrouve 29 cas avec une moyenne d’âge de 70 ans (39 à 87 ans) et une prédominance masculine nette (3 hommes pour 1 femme). L’atteinte était bilatérale dans 22 cas et unilatérale dans huit cas seulement (29). Des anomalies cytogénétiques ont été décrites et sont identiques à celles des lymphomes non surrénaliens (27). Malgré la chirurgie d’exérèse et des protocoles de chimiothérapie identiques à ceux des autres lymphomes, le pronostic est mauvais avec une survie moyenne inférieure à un an (4, 26, 28).
En savoir plus

117 En savoir plus

Cellulites cervicales : à propos de 50 cas

Cellulites cervicales : à propos de 50 cas

Figure 13: Espaces parapharyngés (54). 1. Espace sous-parotidien postérieur ou rétrostylien; 2. Rideau stylien; 3. Espace rétropharyngien; 4. Ligament sphénomaxillaire; 5. Aponévrose interptérygoïdienne; 6. Epine du sphénoïde; 7. Trou ovale, projection; 8. Pénétration de la carotide externe; 9. Flèche signalant le passage dans la loge parotidienne, la boutonnière de Juvara et l’espace ptérygo-maxillaire; 10. Ligament ptérygo-maxillaire; 11. Bandelette maxillaire; 12. Flèche signalant le passage dans la gouttière parotidienne puis l’espace rétrostylien; 13. Flèche signalant le passage dans la loge sous-maxillaire puis l’espace para-amygdalien; 14. Muscle mylo-hyoïdien; 15. Ligament stylo- hyoïdien; 16. Apophyse styloïde; 17. Cavité rhinopharyngée; 18. Cavité hypopharyngée; 19. Paroi oro-pharyngée latérale; 20. Trompe d’Eustache.
En savoir plus

121 En savoir plus

Syndrome de West : à propos de 32 cas

Syndrome de West : à propos de 32 cas

- 110 - Le syndrome de West est encéphalopathie épileptique sévère du nourrisson, de pronostic péjoratif. Le facteur pronostic majeur est l’existence d’une étiologie sous jacente. Notre étude de 32 cas de syndrome de West apporte des données similaires à la littérature puisque les spasmes n’ont été contrôlés que chez 60% des patients et 69% ont gardé un retard intellectuel et psychomoteur. Ces mauvais résultats peuvent être expliqués par la prédominance des formes secondaires (69% des cas dont 36% des causes périnatales) et le diagnostic malheureusement souvent fait en retard parce que les symptômes sont souvent mal interprétés, d’où l’intérêt de l’éducation du corps médical et des parents pour une prise en charge efficace et précoce de ce syndrome.
En savoir plus

132 En savoir plus

Genou flottant à propos de 30 cas

Genou flottant à propos de 30 cas

Le genou flottant est un concept inventé par Mc bryde en 1974, pour l’association d’une fracture du fémur à une fracture homolatérale du tibia. Elle survient lors de traumatisme à haute[r]

160 En savoir plus

Traumatismes hépatiques : à propos de 65 cas

Traumatismes hépatiques : à propos de 65 cas

Le foie représente l’un des organes les plus vulnérables dans la cavité abdominale à coté de la rate lors des traumatismes. Malgré la protection relative procurée par le rebord costal droit, Ces mêmes cotes peuvent être source de traumatismes lors des fractures des dernières. Les traumatismes hépatiques constituent une pathologie assez fréquente dans le cadre des

144 En savoir plus

Anémies neonatales : à propos de 169 cas

Anémies neonatales : à propos de 169 cas

Il faut évoquer ce diagnostic en cas de diminution de mouvements fœtaux au dernier trimestre de la grossesse car en cas de non prise en charge optimale, des cas ont été décrits d’anasarque, de mort néonatale voire d’hémorragie intra ventriculaire avec un pronostic sombre. En effet, le diagnostic d’HFM est souvent évoqué en rétrospectif soit devant une mort in utero, soit devant une souffrance fœtale aiguë, il existe des circonstances qui peuvent orienter vers ce diagnostic. Ce sont les actes diagnostiques in utero, les échographies sur l’abdomen, les accidents, la version par manœuvre externe ou des pathologies comme un hématome rétroplacentaire, un placenta prævia.
En savoir plus

145 En savoir plus

Charbon palpebral : à propos de 8 cas

Charbon palpebral : à propos de 8 cas

La méningite due au charbon est très rare. Dans la littérature, il existe à ce jour un peu plus de 100 cas. Elle est causée par la diffusion du germe dans le système nerveux central, soit par voie hématogène ou lymphatique. L'évolution clinique est caractérisée par l’apparition d’une brusque détérioration et évolution rapide vers le décès. La présentation clinique peut inclure des nausées, des vomissements, frissons et myalgies, détérioration neurologique progressive avec production d’un délire, des convulsions et un coma dans les 2-4 jours de la date d’apparition. Le liquide cérébrospinal hémorragique est une caractéristique commune de la méningite au charbon. (38)
En savoir plus

118 En savoir plus

Trisomie 21 à propos de 95 cas

Trisomie 21 à propos de 95 cas

De plus, ce syndrome est décrit depuis plus de cent ans et les particularités chromosomiques qui le déterminent sont connues depuis prés de soixante ans. Pourtant, le corps médical est très mal informé de ce qu’est réellement la personne trisomique, de son développement, de ses capacités d’apprentissage, de son comportement et de son devenir. Il est encore plus mal connu du grand public. Le faciès particulier des personnes qui en sont atteints semble attirer sur elle tous les préjugés et les craintes relatifs à l’arriération mentale. Le problème est malheureusement mal connu aussi des parents qui sont très nombreux à s’efforcer d’élever au mieux un enfant trisomique et qui ne peuvent que rarement recevoir les informations exactes et utiles. Ainsi les problématiques autour de la trisomie 21 sont multiples et concernent des champs divers. Il s’agit du diagnostic anténatal, de la naissance, la scolarisation, l’adolescence et la sexualité.
En savoir plus

122 En savoir plus

Show all 10000 documents...