Haut PDF La classification moléculaire du cancer du sein

La classification moléculaire du cancer du sein

La classification moléculaire du cancer du sein

I. PROBLEMATIQUE DE LA PRISE EN CHARGE DU CANCER DU SEIN Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent et le plus meurtrier chez la femme au Maroc. Malgré les progrès accomplis ces dernières années, la survie stagne autour de 70 % à 5 ans. Les indications thérapeutiques sont fondées sur des facteurs pronostiques qui, globalement, ont peu évolué depuis une quinzaine d'années [21]. Pourtant, ces facteurs, histologiques, cliniques et moléculaires, sont insuffisants pour rendre compte de l'hétérogénéité évolutive de la maladie, conduisant un certain nombre de patientes vers des thérapeutiques inadaptées, toxiques, inutiles ou inefficaces. Étant donné la disponibilité croissante de nouvelles molécules antitumorales, il est crucial d'améliorer la classification pronostique du cancer du sein pour en affiner les indications thérapeutiques et améliorer la survie des patientes.
En savoir plus

122 En savoir plus

Classification pronostique du cancer du sein et profils d’expression génique sur puces à ADN

Classification pronostique du cancer du sein et profils d’expression génique sur puces à ADN

Dans les deux études, le nombre de patientes candida- tes à une chimiothérapie adjuvante selon les critères consensuels de St-Gallen et du NIH (National Institute of Health) est largement supérieur à celui que prédit la signature moléculaire (ou prédicteur multigénique) citée ci-dessus, notamment chez les patientes n’ayant pas rechuté. La signature d’Amsterdam est aujourd’hui en phase ultime de validation prospective dans l’essai MINDACT (microarray in node-negative disease may avoid chemotherapy trial) de l’EORTC (European oga- nisation for research and treatment of cancer), ouvert en 2007. Son objectif est de démontrer que la signa- ture permettra de traiter par chimiothérapie moins de patientes qu’un critère histo-clinique classique avec une survie pourtant similaire. La société hollandaise Agendia commercialise déjà un test (Mammaprint). Il s’agit d’une puce à oligos fabriquée par Agilent contenant les 70 gènes de la signature (trois repli- quats) associés à des gènes de normalisation et des contrôles. L’échantillon tumoral congelé est adressé à Agendia qui réalise le test. Les résultats (faible ou haut risque de rechute) sont donnés en moins de 10 jours [50].
En savoir plus

8 En savoir plus

Place de la cystoscopie dans la classification du cancer du col utérin

Place de la cystoscopie dans la classification du cancer du col utérin

5. Bilan d’extension [28] Le diagnostic du cancer du col ayant été fait pose le problème du bilan d’extension. Ce bilan ne se justifie que dans les cancers invasifs. Le cancer in situ étant par définition limité à l’épithélium cervical. Ce bilan est nécessaire à la sélection des modalités thérapeutiques appropriées, à la planification de leurs séquences, ainsi qu’à l’optimisation des résultats du traitement, car la prise en charge des patientes et le pronostic varient considérablement selon le stade de la maladie. Toutefois, la classification ne limite pas les modalités du traitement disponibles et les soins entrepris peuvent être personnalisés en fonction de l’architecture tumorale spécifique de chaque patiente.
En savoir plus

139 En savoir plus

Classification moléculaire des cancer mammaires/Triple négative

Classification moléculaire des cancer mammaires/Triple négative

The retrospective study was carried out on 660 files collected at the medical oncology service and the pathological anatomy laboratory of the EPH of Mostaganem and Oran , over a period of 5 years (2015- 2020). The parameters studied are: age, tumor size, location, type and histological grade, lymph nodes, type of sample, hormone receptors and molecular subtypes. A total of 660 cases of breast cancer have been identified. The age group most affected by this disease is that of [40-49], with extremes of 20 and 89 years, average age of the patients: 50 years. Depending on the location, the left breast is the most affected in 356 cases (54.09%), the right breast in 300 cases (45.45%) and the bilateral breast 4 cases (0.45%). Pathologically, the dominant histological type is invasive ductal carcinoma (81%), with a high SBR II histopronostic grade: 65.15%. The pT2 tumor size is the most frequent (51%). Lymph node invasion according to TNM classification are: N0: 24.64%, N1 with 29.33%, N2: 20.85%, N3: 13.87%, lymph nodes positive pN +: 65.23%. The dominant type of sample is mastectomy (49.86%). Hormone receptors (RE +: 58%, RE-: 39%, RP +: 57.27%, RP-: 39.54% of cases). The proliferation marker KI67 positive in 58% of the cases and the HER2 overexpressed in (Score0: 43.18%, Score1: 27.78%, Score2: 9.39%, Score3: 18.63%) of the cases.
En savoir plus

77 En savoir plus

Impact de l'approche moléculaire sur la classification systématique des Agaricomycetidae

Impact de l'approche moléculaire sur la classification systématique des Agaricomycetidae

Ainsi, après un rappel sur les principaux critères de classification systématique et les différents marqueurs moléculaires, la sous-classe des Agaricomycetidae, qui rassemble la plupart des champignons comestibles et toxiques, est comparée selon chaque type d'approche. Bien que l’approche moléculaire rassemble dans un seul groupe phylogénétique des espèces possédant des caractères morpho-anatomiques distincts, elle permet aisément la distinction entre des espèces proches morphologiquement et dont la confusion peut entraîner des intoxications alimentaires. Ainsi, par la mise en évidence de mutations dans les séquences nucléotidiques, la biologie moléculaire nous a permis de distinguer des espèces des genres Tricholoma, Lepista et Clitocybe dont l’identification systématique peut être ambiguë. En revanche, l'approche systématique reste encore incontournable sur le terrain pour les identifications (critères morpho-anatomiques, environnementaux, clefs d'identification).
En savoir plus

97 En savoir plus

Classification moléculaire des carcinomes mammaires

Classification moléculaire des carcinomes mammaires

Chapitre I Etude Bibliographique 10 3-4- Les carcinomes métastatiques: Les cellules néoplasiques des carcinomes invasifs envahissent le tissu mammaire environnant et peuvent disséminer à partir de la tumeur primaire, le plus souvent par le réseau lymphatique mais aussi par les vaisseaux sanguins. Les premiers relais ganglionnaires sont colonisés et peuvent être à l’origine d’une dissémination générale du cancer. Cet envahissement des ganglions lymphatiques est le reflet du potentiel métastatique des cellules tumorales et est important dans le pronostic de la tumeur. Dans la plupart des cancers du sein, les métastases sont principalement localisées au niveau des os, des poumons et du cerveau et peuvent être également retrouvées dans le foie, la plèvre et la peau,(fig.07), (Verbeke, 2010).
En savoir plus

59 En savoir plus

Caractérisation moléculaire d'un nouveau syndrome de prédisposition au cancer colorectal

Caractérisation moléculaire d'un nouveau syndrome de prédisposition au cancer colorectal

Nous avons par la suite recherché des mutations dans tous les exons codants et les régions introniques flanquantes des gènes OGG1 et MIHI, deux autres glycosylases aussi impliquées dans [r]

135 En savoir plus

Phylogénie moléculaire du genre Philodendron (Araceae) : clarification de sa position taxonomique et de sa classification infragénérique

Phylogénie moléculaire du genre Philodendron (Araceae) : clarification de sa position taxonomique et de sa classification infragénérique

Dans la dernière classification du genre Philodendron de Engler et Krause publiée en 1913, on trouve deux sous genres Euphitodendron, divisé en neuf sections, et Meconostigma (fusion de [r]

75 En savoir plus

Classification moléculaire du cancer du sien

Classification moléculaire du cancer du sien

3. Normal like L’expression génique est proche de celle du tissu mammaire normal. Le phénotype des tumeurs de ce sous type n’est pas décrit. Leur pronostic est intermédiaire. Il reste environ 10 à 15 % de tumeurs in classes n’appartenant pas aux groupes précédemment décrits. Certains sous-types sont eux-mêmes hétérogènes tels que les sous-types luminal A (hétérogénéité des tumeurs ER+), basal (p53 +/- ; BRCA1) et HER2 (ER +/-) et des analyses plus approfondies permettront d’améliorer cette classification. Ces sous-types moléculaires, ce qui permet de les prendre en compte en clinique (M .C .Mathieu . 2007). 4. Dit « HER2 »
En savoir plus

58 En savoir plus

Cancer du sein : Etude moléculaire

Cancer du sein : Etude moléculaire

maintien de la viabilité cellulaire, stimulation de la multiplication et de la différenciation cellulaire. b- Les récepteurs transmembranaires de facteurs de croissance : Les récepteurs de facteurs de croissance sont des glycoprotéines transmembranaires générant des signaux d’action intracellulaire suite à la fixation de leur facteur de croissance spécifique au niveau de leur domaine de liaison extracellulaire. L’activation des récepteurs peut entraîner des réponses physiologiques très variées suivant le type cellulaire et le récepteur. Par exemple le proto-oncogène HER-2, situé en 17q21 appartient à la famille des récepteurs de facteurs de croissance à activité tyrosine kinase qui est constituée de 4 récepteurs transmembranaires HER 1 à 4. HER2, également appelé c-erb 2/neu code pour le récepteur de l’EGF (EGF-R : Epithelial Growth Factor Receptor), une glycoprotéine de 185 KDa constituée de 1255 acides aminés. Il s’agit d’un récepteur particulier qui ne possède pas de ligand spécifique. Il existe sous forme de monomères inactifs activés par autoclivage de leurs domaines extracellulaires ou par dimérisation avec d’autres récepteurs HER2. (68). Il génère alors une cascade complexe de signalisation intracellulaire impliquant de nombreuses protéines intermédiaires comme ras et conduisant à une croissance et à une différenciation cellulaire accrue en conditions physiologiques. Une surexpression de la protéine HER2, le plus souvent liée à une surexpression du gène, est détectée dans 20 à 30% des cancers du sein invasifs et dans 60 à 70% des cancers canalaires in situ (69)
En savoir plus

248 En savoir plus

Pépite | De la classification moléculaire des gliomes à une nouvelle stratégie thérapeutique de réactivation des macrophages au sein de la tumeur

Pépite | De la classification moléculaire des gliomes à une nouvelle stratégie thérapeutique de réactivation des macrophages au sein de la tumeur

L’acquisition est suivie par un processus de traitement de données. Ce traitement est essentiel pour assurer ensuite une analyse des données et une interprétation des résultats d’imagerie. Les spectres MS bruts individuels sont d’abord lissés et le bruit de fond est soustrait. Une étape de réalignement des spectres est également réalisée afin de corriger les variations de m/z des pics liées à la position du porte échantillon dans l’instrument ainsi que les variations de rugosité de la surface étudiée. Par la suite, une étape de normalisation est effectuée pour corriger les variations d’intensité du courant ionique total d’un point à un autre. Ce processus n’affecte pas les intensités relatives qui, bien que les intensités absolues globales puissent varier, restent similaires. La normalisation permet donc de diminuer les variations inter-spectres au cours de la même acquisition. Les données traitées sont, par la suite, utilisées pour reconstruire des cartes de densité ionique 2D de la distribution des composés au sein des tissus. Pour un signal particulier, correspondant à un composé spécifique, la variation des intensités mesurées pour chaque spectre enregistré avec ses coordonnées d’acquisition, est reportée sur une échelle de couleur. Différentes représentations peuvent être utilisées, comme la visualisation de chaque composé individuellement, ou de 2-3 composés, sur une même image. Sur les données retraitées, il est également possible d’utiliser des outils bioinformatiques, afin de faciliter l’interprétation des données, ou d’extraire une information à partir d’un profil moléculaire complexe global (Jones et al. 2012). Ainsi l’utilisation d’algorithme d’analyse statistiques permet d’extraire les m/z des signaux spécifiques à des régions particulières (appelées Région d’intérêt ou ROI) ou encore de déterminer des ressemblances dans les profils spectraux pour délimiter des régions de tissus correspondant à des phénotypes moléculaires semblables ou différents. Cette analyse dite de Hierachical Clustering ou segmentation, offre l’accès à une information non visualisable sur les images brutes comme nous le verrons dans la suite de ce manuscrit.
En savoir plus

230 En savoir plus

Le cancer du sein "triple négatif"

Le cancer du sein "triple négatif"

SUMMARY : In western countries, every woman out of eight will develop breast cancer. Over the last two decades, the inci- dence has considerably increased, but mortality has remained stable and begins to decrease in Europe and the United-Sta- tes, probably because of new therapy, changes in the use of hormone replacement therapy in postmenopausal women and early diagnosis. Breast cancer is still the first cause of death by cancer in woman under 65. « Triple negative » breast cancer, a subtype representing 10% of all breast cancers, is characte- rised by the absence of receptors to oestrogen, progesterone and no histochemical expression of HER-2 growth factor. This subtype carries a poor prognosis and a high incidence of early metastatic recurrence. Furthermore, no target therapy can be defined up to now in this subtype. Thus, identification of new target therapy and prediction of tumoral response to various treatments could help in the global understanding of patients affected by this particularly aggressive type of breast cancer. K eywords : Triple negative breast cancer - Prognostic and Predictive factors - Molecular classification - Basal-like breast cancer - Target therapy
En savoir plus

7 En savoir plus

CD73 : cible thérapeutique dans le cancer de l'ovaire et le cancer du sein HER2+

CD73 : cible thérapeutique dans le cancer de l'ovaire et le cancer du sein HER2+

Gene ontology (GO) enrichment was performed using bc-GenExMiner v4.0, a publically available statistical mining tool of published annotated genomic data (23). Using bc- GenExMiner v4.0, a Robust Molecular Subtype Predictors Classification (RMSPC) was used to identify 124 patients classified in the HER2 molecular subtype with six molecular subtype predictors. GO enrichment identified over-represented terms present in the list of genes most positively correlated with CD73 (NT5E). For each term of each of the GO trees (biological process), comparison is done between the number of occurrences of this term in the "target list", i.e. the number of times this term is directly linked to a gene, and the number of occurrences of this term in the "gene universe" (all of the genes that are expressed in the database) by means of Fisher's exact test. Terms with associated p-values less than 0.01 are kept. For targeted correlation analyses, we used the breast cancer dataset disclosed by the METABRIC study. A list of top CD73-positively correlated genes was computed using cBioportal.org on 224 cases of the METABRIC study classified as HER2-enriched by PAM50. For HIF-1 signature, a signature score was calculated as a mean of the normalized expressions of its genes (i.e. P4HA1, P4HA2, PLOD1, PLOD2, LOX, LOXL2, ANGPTL4, VEGF, SLC2A1) (24). The degree of association between CD73 expression and the expression of target genes (or signature) was performed using Pearson correlation.
En savoir plus

234 En savoir plus

ZNF703 : un nouvel oncogène du cancer du sein

ZNF703 : un nouvel oncogène du cancer du sein

sont issues) de la glande mammaire et conserveraient, au moins en partie, les caractéristiques de leurs cellules d’origine. Les CSC seraient à l’origine de l’émergence et de la progression des cancers du sein, mais aussi de la résis- tance thérapeutique. Le déclenchement du processus tumoral à partir d’une cel- lule souche ou d’un progéniteur plus mature pourrait ainsi contribuer à l’hé- térogénéité intertumorale. Cette der- nière trouverait donc sa source à la fois au niveau cellulaire (cellule d’origine) et moléculaire (anomalies génétiques). Les classifications histocliniques, cellulaires et moléculaires sont de plus en plus pré- cises, il reste maintenant à comprendre les relations qui les unissent. Deux étu- des récemment publiées [4, 5] contri- buent à faire le lien entre les sous-types moléculaires, les altérations géniques et les cellules d’origine.
En savoir plus

3 En savoir plus

Les lambeaux de recouvrement dans le cancer du sein

Les lambeaux de recouvrement dans le cancer du sein

Le lambeau est vascularisé par les perforantes transmusculaires directes issues des pédicules vasculaires des muscles grands droits. La vascularisation du muscle grand droit est assurée par deux pédicules dominants : les vaisseaux épigastriques supérieurs, et les vaisseaux épigastriques inférieurs profonds (type III de la classification de Mathes et Nahai [10]).L’artère épigastrique supérieure est la branche de bifurcation terminale interne de l’artère mammaire interne. Elle naît en arrière du sixième cartilage costal, et passe derrière le septième. Son calibre à l’origine est en moyenne de 1,6 mm. Elle descend obliquement en bas et en dehors, puis quitte le thorax en passant entre les chefs sternal et costal du diaphragme. L’artère épigastrique supérieure pénètre ensuite dans la gaine du muscle grand droit puis dans le muscle, en général au-dessus de l’insertion tendineuse située à mi-distance entre le rebord costal et ombilic. Elle se divise habituellement en deux branches et la division peut se produire avant que l’artère ne pénètre le muscle. Ces branches se divisent en vaisseaux plus petits qui s’anastomosent avec les branches de l’artère épigastrique inférieure profonde, au-dessus de l’ombilic, entre la deuxième et la troisième intersection tendineuse. Les multiples divisions dans la zone sus-ombilicale rendent la dissection d’un lambeau sur l’artère épigastrique supérieure uniquement possible en emportant le muscle grand droit (technique du TRAM selon Hartrampf [11].
En savoir plus

111 En savoir plus

L’implication de la proprotéine convertase PACE4 dans le cancer du sein

L’implication de la proprotéine convertase PACE4 dans le cancer du sein

Mémoire présenté à la Faculté de médecine et des sciences de la santé en vue de l’obtention du diplôme de maitre ès sciences (M.Sc.) en Biochimie, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke, Sherbrooke, Québec, Canada, J1H 5N4 Mondialement, le cancer du sein est celui le plus fréquent et mortel chez les femmes. Malgré un programme de dépistage national et de nouveaux traitements, le taux de rechute demeure haut. Ceci illustre le besoin de nouvelles thérapies. Même dans un pays industrialisé comme le Canada, ce cancer est toujours le deuxième plus mortel chez les femmes. Nos travaux précédents ont identifié PACE4, un membre de la famille des proprotéines convertases (PCs), comme étant une nouvelle cible thérapeutique dans le cancer de la prostate. Dans cette étude, nous avons vérifié si PACE4 pourrait aussi être une cible dans le cancer du sein. À l’aide d’échantillons clinique de cancer du sein, nous avons premièrement démontré que PACE4 est spécifiquement surexprimé dans le sous-type moléculaire positif aux récepteurs hormonaux. Par la suite, nous avons sélectionné une lignée cellulaire pour poursuivre nos expériences. Nous avons choisi la lignée de cancer du sein ZR-75-1 parce qu’elle provient du sous-type positif aux récepteurs hormonaux et qu’elle exprime PACE4. En culture cellulaire, nous avons comparé la croissance de cellules ZR-75-1 modifiées qui sous-exprimaient furine, PACE4 ou PC7. Lors de ces expériences, PACE4 était la seule PC importante pour la prolifération cellulaire. L’importance de PACE4 pour la croissance tumorale a aussi été confirmée in vivo à l’aide d’un modèle de xénogreffes de cellules ZR-75-1 chez des souris immunosupprimées. Les inhibiteurs peptidiques spécifiques à PACE4 C23 et Multi-Leu (ML) ont aussi été testés en culture cellulaire où ils étaient en mesure de diminuer la prolifération des cellules ZR-75-1 et MCF-7. Nous avons aussi démontré, à l’aide d’un
En savoir plus

73 En savoir plus

EXPRESSION ET FONCTIONS DES GALECTINES DANS LE CANCER DU SEIN

EXPRESSION ET FONCTIONS DES GALECTINES DANS LE CANCER DU SEIN

60 histologique de sein normal par immunohistochimie en utilisant un anticorps anti-galectine-7 humain. Cette technique a révélé la spécificité de la protéine pour les cellules myoépithéliales de la glande mammaire, ainsi que sa localisation cytoplasmique et nucléaire. En contraste, aucune cellule épithéliale luminale n’exprime la galectine-7 (Figure 1 de l’annexe II). La même réaction immunohistochimique a ensuite été réalisée sur 213 carcinomes mammaires humains, à l’aide de la technique de micromatrices tissulaires. Brièvement, les micromatrices tissulaires sont confectionnées par l’insertion de biopsies en un seul bloc de paraffine. Cette technique permet l’analyse d’un très grand nombre de tissus de façon très rapide et économique. L’expression très variable de la galectine-7 dans les différents carcinomes mammaires (Figure 2 de l’annexe II) nous a révélé une spécificité pour les carcinomes de haut grade, ainsi que pour les sous-types moléculaires les plus agressifs: HER-2 positif et de phénotype basal (Tableau I de l’annexe II). Sa présence corrèle inversement avec les marqueurs de meilleur pronostic tels qu’ER, PR et GATA-3, tous associés au sous-type moléculaire luminal. De plus, toutes les patientes dont le carcinome mammaire est double positif pour HER-2 et la galectine-7 présentent des métastases ganglionnaires (Tableau 2 de l’annexe II), ce qui nous a permis d’émettre l’hypothèse suivante: le processus métastatique du cancer du sein implique la galectine-7. Pour vérifier cette hypothèse, des transfectants stables qui surexpriment la galectine-7 ont été générés à partir de deux lignées de carcinomes mammaires murins, soient les cellules 4T1 et 66c14. La présence de la galectine-7 dans les cellules 4T1, suite à leur injection dans la glande mammaire des souris BALB/c, a pour effet d’accélérer la progression métastatique aux poumons, d’augmenter le nombre de nodules pulmonaires et de diminuer la survie (Figure 3 de l’annexe II). Les cellules 66c14, lignée reconnue pour ne pas métastaser aux os, ont été injectées par voie intracardiaque. Les résultats observés sont que la surexpression de la galectine-7, dans les cellules 66c14, augmente le potentiel métastatique aux os, ainsi que la taille des lésions ostéolytiques (Figure 4 et 5 de l’annexe II). Des résultats préliminaires indiquent que la galectine-7 serait impliquée dans l’inhibition de l’apoptose (Figure 6 de l’annexe II).
En savoir plus

259 En savoir plus

Cancer du sein : de la thérapie ciblée à la médecine personnalisée

Cancer du sein : de la thérapie ciblée à la médecine personnalisée

Un grand projet international, auquel parti- cipe le CHU de Liège, est actuellement en cours. Ce programme, appelé AURORA (Fig. 1) (26), concerne des patientes avec un cancer du sein métastatique n’ayant pas reçu plus d’une ligne de traitement systémique pour la maladie avan- cée. Un séquençage des tumeurs primitives, ainsi que des métastases, est réalisé afin de mieux connaître l’hétérogénéité temporelle des cancers du sein. Par ailleurs, l’étude moléculaire des tissus tumoraux permettra à certaines patientes d’être redirigées vers des essais cliniques utili- sant des thérapies ciblées spécifiques des muta- tions observées. Ces patientes auront ainsi accès à des molécules originales qui tiennent compte des caractéristiques moléculaires spécifiques de leur maladie métastatique. Ces séquençages devraient également permettre d’identifier des biomarqueurs prédictifs de réponse ou de résis- tance aux thérapies antitumorales classiques.
En savoir plus

8 En savoir plus

Le cancer du sein et la chimiothérapie

Le cancer du sein et la chimiothérapie

Le CLIS peut s'accompagner d'altérations épithéliales extralobulaires, en particulier sous la forme d'une infiltration dite pagétoïde de l'épithélium des canaux galactophores juxtalobulaires. Le diagnostic peut être difficile, notamment avec l'hyperplasie lobulaire atypique, ce qui justifie pour beaucoup leur regroupement sous le terme de néoplasie lobulaire. Des études de pièces de mastectomie faite après diagnostic de CLIS ont montré que la multicentricité de ces lésions était fréquente (jusque 90 %), ainsi que la bilatéralité (jusque 69 % des cas). Il existe une classification des néoplasies lobulaires (Grading de Tavassoli) qui distingue 3 grades: LIN 1, LIN 2 et LIN 3; mais qui n'est pas validé cliniquement. . (Tavassoeli et Devilee, 2003).
En savoir plus

61 En savoir plus

Les standards de radiothérapie en gynécologie: cancer du sein

Les standards de radiothérapie en gynécologie: cancer du sein

Conclusions La radiothérapie externe améliore significativement le contrôle local, à tel point qu’on ne peut s’abstenir de la proposer à toute patiente après chirurgie conservatrice, que ce soit pour une tumeur infiltrante ou un carcinome intra-canalaire. Après mastectomie, on retiendra l’indication si on objective une atteinte axillaire ou si d’autres facteurs sont présents tels que la taille tumorale, la proximité de la tumeur vis-à-vis de la marge de résection, l’atteinte cutanée et la présence d’une large composante d’emboles lympho-vasculaires. L’impact sur la survie de ce traitement adjuvant local n’est de loin pas négligeable puisque finalement comparable en chiffre absolu à l’impact sur la survie d’un traitement systémique. L’abstention thérapeutique n’est donc pas de mise, à l’exception de ces patientes traitées par mastectomie, chez qui aucune atteinte ganglionnaire n’est objectivée et chez qui aucun facteur tumoral ou pathologique ne semble indiquer un risque majoré de récidives locales. L’âge avancé de la patiente n’est pas une raison suffisante pour prôner l’abstention thérapeutique (28). La radiothérapie partielle du sein, très populaire aux USA, mérite que l’on s’y intéresse dans le cadre d’un essai prospectif randomisé.
En savoir plus

4 En savoir plus

Show all 7591 documents...

Sujets connexes