Haut PDF Dialogue avec François Rastier

Dialogue avec François Rastier

Dialogue avec François Rastier

La philosophie heideggérienne reste considérée comme fondatrice, en France notamment où plusieurs générations de disciples se sont succédé, l’existentialisme sartrien laissant,[r]

14 En savoir plus

Un chapitre de l’histoire de la sémiotique : la naissance du “carré sémiotique” Entretien avec François Rastier

Un chapitre de l’histoire de la sémiotique : la naissance du “carré sémiotique” Entretien avec François Rastier

Andrea Picciuolo, entretien avec François Rastier Texto ! Textes et Cultures, Vol. XX, n°3 (2015) 2 / 2 3. Dans vos essais de la période pendant laquelle vous avez travaillé avec Greimas (jusqu'au 1972), certains collectés dans le volume Essais de sémiotique discursive, des différences entre votre interprétation du « carré » et celle de Greimas paraissent évidentes (e.g. les deixis, et / ou les « grandeurs » à représenter sur / par le carré ) : y avait-il des différences de points de vue avec Greimas déjà au moment de la rédaction de « The interaction of semiotic constraints » ?
En savoir plus

2 En savoir plus

Témoigner et traduire : sur Ulysse à Auschwitz Entretien de François Rastier et Gaëtan Pégny

Témoigner et traduire : sur Ulysse à Auschwitz Entretien de François Rastier et Gaëtan Pégny

Témoigner et traduire : sur Ulysse à Auschwitz Dans Ulysse à Auschwitz (prix de la fondation Auschwitz en 2005), François Rastier réinterprète l’ensemble de l’œuvre de Primo Levi en tenant compte de son activité de traducteur et de ses poèmes, trop négligés par une critique qui a pris au mot l’assimilation par Levi de sa poésie à sa part irra- tionnelle. François Rastier montre à rebours de cette non-lecture l’impor- tance de la poésie pour Levi, les années où il écrit le plus de poèmes étant celles où il élabore Si c’est un homme (paru en 1947) et celles qui précè- dent son dernier ouvrage, Les naufragés et les rescapés (1986). Réinscrivant leur auteur dans une tradition poétique à laquelle ils empruntent et dont ils se démarquent, les poèmes déploient une poétique à même de rendre compte de l’expérience du survivant et de sa cassure, et témoignent pour le témoin, dont la voix est redoublée par celles que la poésie rend audible.
En savoir plus

15 En savoir plus

Witnessing and Translating: Ulysses at Auschwitz. Gaëtan Pégny interviews François Rastier

Witnessing and Translating: Ulysses at Auschwitz. Gaëtan Pégny interviews François Rastier

William Winder, translator. In Ulysses at Auschwitz (2005 Auschwitz Foundation award), François Rastier reinterprets Primo Levi’s entire corpus in light of the latter’s work as a translator and a poet, an aspect of Levi’s work that is too often neglected. Critics have taken all too seriously Levi’s assertion that his poetry was the irrational part of his work. François Rastier counters that critical omission by showing just how important poetry was for Levi, who produced the most poetry when he was laying the foundations for If This Is a Man (published in 1947) and as well immediately prior to his last work, The Drowned and the Saved (1986). By reminding us of the poetic tradition they grew out of as well as opposed, Levi’s poems offer a poetics that can capture the experience of survivors and their crisis, and testify for the witnesses, whose voices are echoed by those voices that poetry makes audible.
En savoir plus

17 En savoir plus

Interprétation et dialogue chez les enfants et quelques autres. François Frédéric, 2005, Lyon, ENS éditions, 267 p.

Interprétation et dialogue chez les enfants et quelques autres. François Frédéric, 2005, Lyon, ENS éditions, 267 p.

que François appelle, à la suite de Bakhtine, la compréhension-responsive au cœur du dialogue ordinaire. 8 Ceci posé – et ce sera l’objet de la deuxième partie de l’ouvrage – il reste à analyser de plus près le contenu même de ces mouvements discursifs dans le dialogue enfant- adulte et d’en tirer quelques conséquences. Un énoncé se construit par reprises, modifications, commentaires, détournements du discours de l’autre, d’où l’importance de l’étude des tours de parole. Une étude d’un dialogue entre deux petites filles (p. 54
En savoir plus

7 En savoir plus

Genres de textes, types de discours, et « degrés » de langue Hommage à François Rastier

Genres de textes, types de discours, et « degrés » de langue Hommage à François Rastier

Mais nous critiquerons néanmoins aussi cette approche sous trois angles. Tout d’abord, la distinction entre zone identitaire et zone proximale ne nous paraît guère justifiée, et semble obérée par une conception en définitive physicaliste de l’identité : le moi-ici-maintenant constitue toujours l’objet d’une construction psychologique qui mobilise nécessairement le proximal et ne parvient jamais à établir des frontières nettes avec celui-ci. S’agissant de la rupture temporelle en particulier, qu’est-ce qu’un MAINTENANT, sinon une durée construite autour du moment présent et absorbant donc largement le proximal ; si ce n’était pas le cas, on ne pourrait utiliser des formes de PRESENT que pour coder des procès coïncidant strictement avec le moment de l’acte de parole ! Et d’ailleurs, telles qu’elles sont présentées par l’auteur, les ruptures fondatrices, sont, pour les trois premières en tout cas, clairement binaires : JE/TU par opposition à IL ; ICI par opposition à AILLEURS ; MAINTENANT par opposition soit au FUTUR soit au PASSE. Ensuite, en raison précisément de cette binarité des oppositions, ainsi que du postulat d’homologie de leurs effets, cette approche des ruptures se trouve en fait assez proche de celle proposée par Benveniste dans L’appareil formel de l’énonciation (1974) et pourrait prêter le flanc à l’une des critiques adressées à l’approche de cet auteur (cf. supra, § 1, p. 52) : attribuer à ces marques énonciatives une valeur unique ou unilatérale. Comme François Rastier ne l’ignore évidemment pas, ces marques peuvent être porteuses de valeurs multiples, et celles-ci s’établissent manifestement dans le cadre d’interactions complexes entre ordre du personnel, du local et du temporel, ce qui nous conduit à rejeter le postulat d’homologie de leurs effets. Enfin, outre qu’elle redouble en quelque sorte la teneur de la composante « dialogique » discutée plus haut, la rupture modale nous paraît avoir un statut fondamentalement différent des trois autres : d’une part au plan sémantique, contrairement à ces trois autres, elle n’est appréhendable en termes de proximal/distal que de manière très largement métaphorique ; d’autre part toute analyse empirique des textes révèle que ses formes de marquage (les modalisations) sont largement disjointes et indépendantes de celles des trois autres.
En savoir plus

96 En savoir plus

Questions de sémiotique, de Saussure à Greimas Entretien de Stéphanie Walsh Matthews (Ryerson University, Toronto) avec François Rastier (CNRS, Paris)

Questions de sémiotique, de Saussure à Greimas Entretien de Stéphanie Walsh Matthews (Ryerson University, Toronto) avec François Rastier (CNRS, Paris)

constituait alors l’éditorial du numéro spécial de Semiotica en l’honneur du centenaire de la naissance de Greimas (n° 214, janvier 2017). Il a été conduit pour permettre au lectorat de cette revue de « mieux connaître le travail de François Rastier » et « mettre en lumière, de façon concise, le parcours de sa pensée sémiotique ». Comment comprendre la sémiotique greimassienne dans la continuité du saussurisme ? Les réponses précisent le rôle de la linguistique dans cette évolution. Une certaine continuité entre héritage philosophique et descriptions empiriques est désormais discernable. Rastier rappelle que l’objectivation de la sémiotique renforce l’unité des sciences de la culture, voire rend possible leur objectivation.
En savoir plus

6 En savoir plus

Sème inhérent et sème afférent. Examen des critères théoriques dans la sémantique interprétative de François Rastier

Sème inhérent et sème afférent. Examen des critères théoriques dans la sémantique interprétative de François Rastier

Signalons au passage que, si la distinction de la forme et de la substance dans le champ de la linguistique trouve son origine dans la glossématique, ainsi d’ailleurs que Rastier le reconnaît, les propositions de ce dernier sont également non recevables du point de vue hjelmslevien. En effet, de ce que « ce qui est substance pour la linguistique peut devenir forme pour une autre science », il s’ensuit qu’au sein d’une seule et même description on ne saurait considérer en même temps des sèmes qui seraient des formes linguistiques et d’autres qui seraient des substances linguistiques. Si Rastier voulait suivre Hjelmslev sur ce point, il devrait en toute rigueur considérer que les sèmes dits inhérents du point de vue de la description linguistique sont des sèmes afférents dès lors que leur description s’effectue en fonction d’autres normes sociales 5
En savoir plus

18 En savoir plus

D'où viennent tous ces cadavres ? Une lecture historique de En attendant Godot, dialogue entre Valentin et Pierre Temkine suivi de Une démonstration littéraire : le cas Godot (P. Temkine) et En attendant Valentin Temkine (F. Rastier)

D'où viennent tous ces cadavres ? Une lecture historique de En attendant Godot, dialogue entre Valentin et Pierre Temkine suivi de Une démonstration littéraire : le cas Godot (P. Temkine) et En attendant Valentin Temkine (F. Rastier)

s’il leur avait mis une étoile jaune. Peut-on désormais se montrer plus précis ? Peut-on, sans extrapolation excessive, induire quelque chose du fait que Vladimir et Estrag[r]

38 En savoir plus

Témoignages et littérature Entretien entre Alexandre Gilbert et François Rastier

Témoignages et littérature Entretien entre Alexandre Gilbert et François Rastier

Ici, le projet artistique et la préoccupation éthique se rencontrent, car la complaisance littéraire n’est pas sans dangers : « Il existe une limite au-delà de laquelle on s’expose à de[r]

10 En savoir plus

Compte rendu de l'ouvrage : François Rastier, Sémantique et recherches cognitives

Compte rendu de l'ouvrage : François Rastier, Sémantique et recherches cognitives

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

7 En savoir plus

Poésie et linguistique Entretien de Michel Favriaud avec François Rastier

Poésie et linguistique Entretien de Michel Favriaud avec François Rastier

Après avoir rappelé la définition du texte, les instructions officielles en vigueur pour le collège (2005) précisent bien : « On le distinguera d’œuvre, qui s’emploie pour le[r]

17 En savoir plus

Entretien sur les théories du signe et du sens Réponses de François Rastier aux questions de Peer Bundgaard

Entretien sur les théories du signe et du sens Réponses de François Rastier aux questions de Peer Bundgaard

Dans les sciences de la culture, les données sont ce qu’on se donne. Aussi, tout corpus assume une dimension critique car il dépend du point de vue qui a présidé à sa constitution et anticipe son interprétation. Le détour instrumental par les outils informatiques participe de son objectivation, mais ne dispense ni d’une philologie numérique ni d’une herméneutique matérielle. À titre d’illustration, je peux mentionner ici l’étude thématique des sentiments dans 350 romans français (1830-1970 ; cf. l’auteur, éd., 1996) ; ou encore le projet Morphogenres, qui a démontré expérimentalement la détermination des caractères globaux de discours et de genre sur les caractères locaux de la morphosyntaxe : en partant de 2600 textes codifiés au préalable par leur discours (ex. juridique, littéraire) et par leur genre, puis étiquetés par un jeu de 251 étiquettes morphosyntaxiques, on a pu prouver que les taux moyens d’étiquettes (tags) varient assez précisément pour qu’une classification automatique à l’aveugle puisse retrouver les classifications de discours et de genre collectivement établies lors de la constitution du corpus. Cela permet de conclure que le niveau morphosyntaxique (auquel on réduit trop souvent la langue) dépend étroitement des critères textuels globaux de discours et de genre, c’est-à-dire de normes non décrites par les grammaires (cf. Malrieu et Rastier, 2001).
En savoir plus

9 En savoir plus

Éducation et idéologie managériale Entretien de François Rastier avec Sarah Al-Matary et Yannick Chevalier

Éducation et idéologie managériale Entretien de François Rastier avec Sarah Al-Matary et Yannick Chevalier

— Comment expliciter l'articulation entre votre oeuvre, considérable dans le champ linguistique, et ce texte plus circonstanciel : pour ceux qui connaissent vos travaux de spécialiste, [r]

9 En savoir plus

François Bon : la fabrique du présent

François Bon : la fabrique du présent

depuis le train, puisse ramener à la main comme à une persistance ou à une maintenance, à un temps qui n'en finit pas de passer (qui n'est donc jamais passé), mais s'obstine,[r]

323 En savoir plus

La rhétorique épidictique de François Rabelais

La rhétorique épidictique de François Rabelais

Ainsi, nous travaillerons sur - dans l'ordre diégétique - l'éloge de Gargantua prononcé par Eudémon dans le Gargantua ; le Prologue, l'épitaphe de Badebec et le « dicton victorial » da[r]

118 En savoir plus

Discours en hommage à François Bovesse

Discours en hommage à François Bovesse

Namur  a  certes  perdu  une  partie  d’elle‐même  ce  1 er   février  1944  mais cela n’a pas marqué la fin de l’histoire de François Bovesse. Au  contraire,  sa  personnalité  courageuse  a  inspiré  de  nombreuses  personnes  et  son  action  a  continué  dès  le  lendemain  de  sa  mort  lorsque des milliers de Namurois sont descendus dans les rues malgré  l’interdiction  de  l’occupant.  Jusqu’à  la  fin  de  la  guerre,  et  bien  au‐ delà, la fidélité à ses valeurs dont a fait preuve François Bovesse tout  au long de sa vie a été une source d’inspiration pour les citoyens qui  ont continué son combat et bravé les armes des national‐socialistes.   Ainsi,  c’est  également  à  tout  le  mouvement  de  la  Résistance  que  nous pouvons rendre hommage aujourd’hui.  
En savoir plus

6 En savoir plus

Recherche sur Le lais de François Villon.

Recherche sur Le lais de François Villon.

Premier cri- tique qui se soit occupé d'établir méthodiquement le texte du Lais, Bijvanck a fait l'étude des manuscrits et des imprimés dans le but de se rappro[r]

164 En savoir plus

ARTheque - STEF - ENS Cachan | François Harsany [Lettre de François Harsany à Monsieur Delacote]

ARTheque - STEF - ENS Cachan | François Harsany [Lettre de François Harsany à Monsieur Delacote]

Dans un effort qui doit porter surtout sur les méthodes pédagogiques, la formation des enseignants, la recherche pédagogique, les horaires et les crédits sont pri[r]

2 En savoir plus

Le dialogue à la Renaissance

Le dialogue à la Renaissance

Jean Sturm et Valentin Erythraeus, dont les écrits sont ici pris en considération, sont des dialecticiens humanistes dans la lignée de Philippe Melanchthon. Ils font partie d’un ensemble de pédagogues qui s’inspirent du De inventione dialectica (1515) de Rodolphe Agricola 18 et de la Dialectica (1529) de Georges de Trébizonde, pour défendre une logique fondée sur le dialogue. Ces pédagogues, qui rappellent à leurs élèves le lien étymologique qui unit la dialectique et le dialogue, proposent de remplacer l’ars docendi scolastique, strictement lié au logos et centré sur les formes syllogistiques du raisonnement, par un ars disserendi, centré sur la question de la topique, qui prend en compte les conditions réelles de l’argumentation et tout spécialement, la dimension interpersonnelle qu’elle implique. Comme l’indique Philippe Melanchthon, la dialectique humaniste est essentiellement une méthode pédagogique 19 . La Dialectique de Ramus, parue en 1555, substitue à cette méthode pédagogique dialogique, un art monologique qui annonce l’avènement de la logique cartésienne 20 .
En savoir plus

20 En savoir plus

Show all 746 documents...

Sujets connexes