Haut PDF Cancer du rein : étude rétrospective : à propos de 22 cas

Cancer du rein : étude rétrospective : à propos de 22 cas

Cancer du rein : étude rétrospective : à propos de 22 cas

Après clampage de l’artère rénale, il y a recours à l’hypothermie pour protéger le rein contre l’ischémie, et on distingue globalement deux techniques de refroidissement locorégional : le refroidissement de surface (figure 44) et le refroidissement par perfusion [128] . Les techniques opératoires adoptées dépendent du siège de la tumeur. Elles varient de la néphrectomie polaire (supérieure ou inférieure) réglée, pour les tumeurs polaires à la résection cunéiforme pour les tumeurs localisées à la partie médiane du rein. La distance minimale de marge parenchymateuse est controversée. Dans une étude rétrospective récente, les auteurs ont étudié la corrélation entre la distance séparant la capsule de la tumeur et le risque de récidive locale. Les résultats montrent que le risque est effectivement corrélé, nul dans le groupe des marges de moins de 5 mm et de 15 % lorsque la marge est de moins de 2mm [128] .
En savoir plus

171 En savoir plus

Cancer de prostate localisé, étude rétrospective a propos de 12 cas et revue de la littérature CHU Mohammed VI

Cancer de prostate localisé, étude rétrospective a propos de 12 cas et revue de la littérature CHU Mohammed VI

b. Section de la face postérieure de l'urètre. La muqueuse urétrale postérieure, puis Les couches musculaires profondes sont sectionnées progressivement. Le risque de limite d'exérèse positive est important à l'apex. En effet, les tissus périprostatiques sont peu épais à ce niveau et en plus, il existe une progression tumorale le long des branches nerveuses du pédicule prostatique inférieur à ce niveau. L'exérèse de la partie inférieure du fascia de DENONVILLIERS plusieurs millimètres sous l'apex prostatique et l'exérèse des éléments vasculo-nerveux postéro-latéraux est recommandée en cas de tumeur de l'apex, pour éviter ces limites d'exérèse positives (32).
En savoir plus

154 En savoir plus

Hémorragies graves de la délivrance : etude rétrospective à propos de 72 cas

Hémorragies graves de la délivrance : etude rétrospective à propos de 72 cas

L’état hémodynamique grave à l’admission était observé chez 22,2% des cas, cependant SHAISTA a rapporté dans une étude rétrospective portant sur 85 patientes que seulement 7% entre elles ont été admises dans un état hémodynamique grave [22]. Ceci pourrait être expliqué par le retard diagnostique du fait de l’absence d’une quantification objective du saignement en post partum et ou du retard de prise en charge ; 37,5% de nos patientes ont accouché dans une maison d’accouchement et ont nécessité un transfert au centre hospitalier universitaire, ce qui augmente le temps écoulé entre la survenue de l’hémorragie du post partum et le début du traitement curatif.
En savoir plus

108 En savoir plus

Étude rétrospective sur dix ans de la radiofréquence pulmonaire dans la prise en charge des métastases pulmonaires des cancers du rein

Étude rétrospective sur dix ans de la radiofréquence pulmonaire dans la prise en charge des métastases pulmonaires des cancers du rein

thérapeutiques. La récidive et la progression tumorale sont basées sur l’é valuation à l’imagerie selon les critères RECIST 1.1. Il n’a pas paru nécessaire dans le contexte d’obtenir une preuve histologique de la récidive. De la même façon, il n’a pas paru nécessaire d’effectuer de prélèvements de façon systématique avant la radi ofréquence pulmonaire en cas de progression confirmée à l’imagerie dans le cadre du cancer du rein concordant avec l’histoire de la maladie. Des prélèvements ont été effectués en cas de doute diagnostique. Des publications rapportent d’importantes complications hémorragiques liées aux biopsies de métastases de cancer du rein [154][115]. La réalisation de prélèvements sur ces nodules hypervasculaires peut provoquer un foyer d’hémorragie alvéolaire masquant partiellement ou complètement le nodule pouvant parfois empêcher la réalisation de la proc édure de RF [155].
En savoir plus

128 En savoir plus

Prise en charge des plaies pénétrantes abdominales et thoracoabdominales : à propos d'une étude rétrospective de 186 cas

Prise en charge des plaies pénétrantes abdominales et thoracoabdominales : à propos d'une étude rétrospective de 186 cas

Vingt-huit cas (15%) n’ont bénéficié que d'un parage sous anesthésie générale (AG), dont un cas a été réopéré après 24 heures de surveillance pour péritonite sur perforation colique. Un cas n’a pas été opéré en raison d’un ACR prolongé. La laparotomie était l'intervention chirurgicale la plus fréquente, réalisée dans 46,8% des cas (87/186), associée à une thoracotomie ou une sternotomie dans 16 cas et secondaire à la conversion d'une cœlioscopie dans 9 cas. Une laparotomie a été réalisée devant le caractère évident de pénétration (péritonite généralisée, éviscération, couteau en place) dans 11,8% des cas (22/186), avec des lésions digestives associées dans 86,4% des cas (19/22) et la nécessité d’un traitement dans 77,3% des cas (17/22). Le taux de laparotomie « blanche » (35,6% - 31/87) incluait le taux de laparotomie constatant l'absence d'effraction péritonéale (4/87 – 4,6%) et une effraction péritonéale sans lésion constatée (27/87 – 31%). Dans 12,6% des cas (11/87), il y avait une lésion organique sans nécessité de traitement chirurgical (laparotomie non thérapeutique). Un cas a été repris à J1 pour péritonite avec plaie colique non retrouvée durant la première laparotomie.
En savoir plus

44 En savoir plus

Pathologie moléculaire des carcinomes anaplasiques thyroïdiens : étude rétrospective à propos de 144 cas

Pathologie moléculaire des carcinomes anaplasiques thyroïdiens : étude rétrospective à propos de 144 cas

80 Figure 22 : Principaux mécanismes épigénétiques dans les CAT rapportés dans la littérature D. Un exemple de récepteur à activité tyrosine kinase : le point sur ALK Le gène ALK (Anaplastic Lymphoma Kinase), situé sur le chromosome 2, au niveau du locus 2p23, code pour un récepteur à activité tyrosine kinase. Il a été identifié pour la première fois à la fin des années 1980 dans les lymphomes anaplasiques à grandes cellules, en tant que partenaire de fusion de la nucléophosmine dans le cadre d’une translocation chromosomique t(2;5) 81,82 . Depuis, la description de tumeurs présentant des réarrangements de ALK (avec d’autres partenaires) n’a cessé de croître : lymphome B diffus à grandes cellules, plasmocytome extra-médullaire, tumeur myofibroblastique inflammatoire, carcinome broncho-pulmonaire non à petites cellules, neuroblastome,… 83 Les premiers réarrangements du gène ALK dans la thyroïde ont été identifiés dans 10 / 19 cas (52,6%) de carcinomes papillaires thyroïdiens chez des adultes ayant survécu à la bombe atomique, démontrant ainsi son rôle majeur dans la carcinogenèse induite par les radiations dans la thyroïde 84 . L’équipe de Bergonié a d’ailleurs décrit un réarrangement de ALK dans un CAT développé sur un carcinome papillaire 85 qui s’est avéré être un réarrangement entre ALK et le gène de la striatine STRN 86 .
En savoir plus

126 En savoir plus

Pyonéphrose : Etude rétrospective à propos de 32 cas

Pyonéphrose : Etude rétrospective à propos de 32 cas

Une étude menée par TOBIAS a montré que la néphrectomie laparoscopique assistée par la main constitue une alternative intéressante dans le traitement de la pyonéphrose avec importante inflammation périrénale, cette méthode permet l’introduction de la main du chirurgien à travers une incision dans le foyer opératoire facilitant ainsi la dissection digitale du rein dans le plan sous capsulaire,la rétraction du rein et la réalisation de l’hémostase ;ainsi en cas de lésion vasculaire , le contrôle du saignement peut être obtenu par une compression digitale du vaisseau lésé (72-73). En plus, la laparoscopie assistée par la main permet de réduire le temps opératoire, minimise les difficultés techniques, et évite les lésions des organes et structures potentiellement adhérant au rein, ajoute MOORE (74).
En savoir plus

99 En savoir plus

Incidence des déplacements secondaires après ostéosynthèse des fractures de l'humérus proximal : étude rétrospective à propos de 185 cas

Incidence des déplacements secondaires après ostéosynthèse des fractures de l'humérus proximal : étude rétrospective à propos de 185 cas

Discussion Incidence des déplacements secondaires Nous rapportons dans notre étude une incidence de déplacement secondaire de 28,6% après ostéosynthèse de l’humérus proximal. Ce taux élevé peut s’expliquer par notre définition très large des DS. Des incidences comparables se retrouvent dans d’autres travaux, menés sur des populations similaires à la nôtre en termes d’âge, de sexe et de type de fractures. Dans son étude prospective de 2007 à propos de 119 cas, Hirschmann et al. rapporte un taux de reprise de 22%, consécutive à une perte secondaire de réduction, une effraction articulaire de vis ou une ostéonécrose(12). En 2008, Owsley et al. rapporte, dans sa série de 53 ostéosynthèses par plaque, 36% de déplacements secondaires(9). En 2009, Brunner et al. retrouve une incidence de 29% de DS après 158 cas d’ostéosynthèse par plaques verrouillées(13). En 2010, Clavert et al. rapporte une série de 73 fractures CT3/CT4 traitées par plaques, avec un taux de déplacements secondaires en varus/valgus de 8%, auquel vient s’ajouter 13% d’issue intra articulaire de vis et 16% d’ostéonécrose(14). L’incidence élevée d’ostéonécrose dans leur série tient probablement au fait que, d’une part le suivi minimum est de 18 mois, et d’autre part qu’il s’agisse uniquement de fractures à trois ou quatre fragments alors que notre étude tient compte également des fractures du col chirurgical et des fractures isolées des tubérosités moins à risque d’ostéonécrose(10). En revanche, dans son étude de 2007, Agudelo et al. ne retrouve que 14% de DS après 153 ostéosynthèses par plaque de l’humérus proximal(15). Ce taux assez faible peut s’expliquer en partie du fait de la définition des DS dans leur étude qui ne concerne pas les déplacements en valgus. De même, Hardeman et al. retrouve une incidence de 15,3% d’échecs après ostéosynthèse de 307 fractures par plaques ou ECM(16). L’explication peut venir du fait que toutes les interventions ont été réalisées ou supervisées par un chirurgien sénior spécialisé dans le membre supérieur.
En savoir plus

41 En savoir plus

Kyste hydatique du rein : à propos de 08 cas chez 7 patients

Kyste hydatique du rein : à propos de 08 cas chez 7 patients

Notre étude est rétrospective s’étalant de Janvier 2002 à avril 2007, huit KHR chez sept patients ont été hospitalisés et opérés dans le service d’urologie du CHU Mohamed VI de Marrakech. L’âge moyen de nos patients est de 30 ans, avec une prédominance féminine (quatre femmes, trois hommes). La symptomatologie est souvent évocatrice (lombalgies «5 cas » et masse lombaire «5 cas »), parfois pathognomonique faite d’hydaturie (deux malades). La sérologie hydatique réalisée chez 6 patients est revenue positive dans 4 cas. Le type III échographique est le plus fréquent.
En savoir plus

144 En savoir plus

Place de la chirurgie dans le cancer du rein mtastatique

Place de la chirurgie dans le cancer du rein mtastatique

Le cancer du rein représente 3% des cancers. Il est classé au troisième rang des cancers urologiques après celui de la prostate et de la vessie. Le cancer du rein métastatique représente 15 à 25 % de l’ensemble des cancers du rein, sa prise en charge a connu une véritable révolution depuis l’avènement des thérapeutiques ciblées néanmoins la chirurgie reste le traitement curatif par excellence surtout en cas de métastase unique. Les sièges les plus fréquents de métastases sont le poumon, le foie, l’os et le cerveau. La finalité de notre étude est d’éclairer la place et la faisabilité de la chirurgie dans la prise en charge du cancer du rein métastatique. C’est une étude rétrospective avec analyse des paramètres épidémiologiques, cliniques, paracliniques, anatomopathologiques et thérapeutiques d’une série de 10 cas de cancer du rein métastatique colligés au service d’urologie de l’Hôpital Militaire Avicenne de Marrakech sur une période de 2ans. L’âge moyen dans notre série était de 65,5ans (53 à 80 ans). Le sexe masculin prédominait avec un sex ratio de 1,5. L’HTA, l’obésité et le tabagisme étaient les facteurs de risque prédominants. Quatre cas (40%) des patients étaient symptomatiques, les motifs de consultation les plus fréquents étaient La douleur lombaire et l’hématurie retrouvés associés dans 40% des cas, une masse lombaire (30%), une triade classique (30%). Six patients (60%) ont été découverts fortuitement. Le diagnostic a été retenu sur des arguments cliniques, radiologiques et anatomopathologiques. L’échographie a permis le diagnostic du néoplasme chez la plupart des patients et la TDM a été utilisée comme moyen diagnostic, et dansle bilan d’extension de la tumeur chez tous nos malades. Tous les patients ont été diagnostiqués au stade de métastases synchrones. Le nombre de sites métastatiques était variable, 20% des patients avaient un site métastatique unique,40% : 2 sites, et 40% :≥3 métastases ; le poumon était le premier site métastatique impliqué dans 70% des cas , suivi de la plèvre (30%), du foie (30%), surrénale (30%), os (20%) et la thyroïde (10%).Le traitement a consisté en une néphrectomie totale élargie chez tous les malades, un curage ganglionnaire (50%), une métastasectomie (20%) et le traitement
En savoir plus

207 En savoir plus

Manifestations dermatologiques du lupus : etude rétrospective à propos de 44 cas

Manifestations dermatologiques du lupus : etude rétrospective à propos de 44 cas

L’atteinte hépatique est classiquement rare, avec une hépatomégalie dans 10 à 30 % des cas, un ictère dans 3 % des cas. La survenue d’une hépatite en contexte « auto-immun » pose avant tout le problème du diagnostic étiologique et de l’indication des examens complémentaires appropriés, et en particulier celui de la biopsie hépatique. On s’attachera à distinguer l’hépatite lupique, les hépatites auto-immunes, le syndrome de Budd-Chiari en présence d’anticorps antiphospholipides, et enfin le syndrome d’activation macrophagique. Comme une hépatite auto-immune peut s’accompagner de manifestations articulaires et d’anticorps antinucléaires et qu’à l’inverse un lupus systémique peut s’associer à la présence d’anticorps antimuscle lisse ou anti-LKM1, il importe de rechercher des signes spécifiques de la maladie lupique. Lorsqu’il persiste un doute, la biopsie hépatique est d’une aide précieuse lorsqu’elle montre une atteinte périportale exclusive ou une cirrhose, signes très en faveur d’une hépatite auto-immune tandis qu’une atteinte lobulaire exclusive est plus évocatrice d’une hépatite lupique pure (56, 57, 58). Dans notre série, les atteintes hépatiques trouvées dans 2 cas sont plus en faveur d’une hépatite auto-immune.
En savoir plus

130 En savoir plus

Le traitement médical du cancer du rein métastasique

Le traitement médical du cancer du rein métastasique

De ce fait, la tendance actuelle est de proposer un passage rapide de la phase I (détermination de la dose biologique optimale) à la phase III (impact de la thérapeutique sur la survie). Les essais randomisés larges doivent donc être plus précoces, nécessitant la certitude que la dose utilisée (et le schéma) sont satisfaisants. Le mécanisme d’action attendu (ralentissement de la croissance tumorale) nécessitera des schémas d’administration très prolongée. De ce fait, la toxicité (à court et à long terme) sera un des éléments majeurs à prendre en considération. Dans l’évaluation de cette nouvelle voie thérapeutique, le cancer du rein apparaît comme un excellent modèle pour de multiples raisons :
En savoir plus

236 En savoir plus

Étude rétrospective comparative des plaques verrouillables et non verrouillables dans les fractures de la malléole latérale‎ : à propos de 106 cas

Étude rétrospective comparative des plaques verrouillables et non verrouillables dans les fractures de la malléole latérale‎ : à propos de 106 cas

25 2. Complications Les taux de complications sont présentés dans le tableau 7. Douze complications cutanées ont été retrouvées dans notre étude, dont 4 ISO dans le groupe PNV et 2 dans le groupe PV. Nous n’avons pas retrouvé de différence entre les deux groupes, sur le taux de complications cutanées (11,9 vs. 11,1 ; p= 0,9), ni sur le taux de complications mineures ou majeures (respectivement : 2,38 vs. 7,94 ; p= 0,398 et 9,52 vs. 3,17 ; p= 0,154). Le pourcentage d’autres complications était comparable entre les deux groupes (p= 0,138). La complication la plus fréquente, après les complications cutanées, était le syndrome douloureux régional complexe (8,57%). Il n’y avait pas de différence sur la répartition des autres complications entre les deux groupes (p= 1) Aucune reprise chirurgicale précoce n’a été constatée. Seules les vis de syndesmorise ont été retirées à 6 semaines post opératoires, en chirurgie ambulatoire. Une cheville était en équin en post opératoire. Elle avait été reprise pour arthrolyse arthroscopique. L’analyse multivariée n’a pas été réalisée du fait des petits effectifs de complications cutanées.
En savoir plus

41 En savoir plus

Vomissements incoercibles au premier trimestre de grossesse. Étude rétrospective multicentrique sur 10 ans, à propos de 130 cas

Vomissements incoercibles au premier trimestre de grossesse. Étude rétrospective multicentrique sur 10 ans, à propos de 130 cas

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

63 En savoir plus

Cancer bronchique primitif :  propos de 173 cas

Cancer bronchique primitif : propos de 173 cas

Actuellement et dans notre contexte, la fréquence des différents types histologiques s’est récemment modifiée : le cancer épidermoïde, autrefois le plus fréquent est maintenant devenu moins fréquent que les adénocarcinomes, il présente actuellement 25 à 30% des cancers pulmonaires versus 35 à 40% d’adénocarcinome. Cette modification est probablement secondaire à une modification des habitudes des fumeurs et de la composition des cigarettes. Ces données concordent parfaitement avec nos résultats puisque l’adénocarcinome représente le premier type histologique dans notre série, avec 21,4% de l’ensemble des cancers broncho-pulmonaires primitifs, ainsi que dans la série A. Ouarssani [14] (46,5%) et la série A. Abid [15] (58,6%), R. Bouchentouf [16] (41,7%). Alors qu’ils occupent le 2ème rang selon Alaoui Y [9].
En savoir plus

194 En savoir plus

Accouchements sur utérus cicatriciels : etude rétrospective à propos de 527 cas

Accouchements sur utérus cicatriciels : etude rétrospective à propos de 527 cas

Dans leur étude prospective, Landon et al. (53), rapportent que parmi les 12 cas d’encéphalopathies hypoxiques tous enregistrés en cas d’EDT, 7 étaient dans des circonstances de RU. D’autre part, même si des études récentes se sont orientées vers la prédiction anténatale de rupture utérine via l’imagerie médicale, le diagnostic se pose le plus fréquemment au cours du travail lorsque la rupture est en cours. Dans ce cadre, plusieurs auteurs ont insisté sur la valeur des anomalies du rythme cardiaque fœtal qui constituent l’indicateur le plus précoce et le plus fréquent de rupture utérine. Elles incluent les bradycardies et les décélérations tardives. La répétition des décélérations tardives devrait fortement faire suspecter une rupture utérine (28, 42). Selon Scheiner et coll. (84), la bradycardie fœtale sévère est fortement associée à la rupture utérine avec un OR=8.2. Les autres symptômes sont plus variables et incluent la douleur en regard de la cicatrice, les métrorragies, l’arrêt des contractions, la stagnation de la dilatation, le retrait de la présentation (constaté par le toucher vaginal), l’hématurie, l’hypovolémie ou l’instabilité hémodynamique (42, 85).
En savoir plus

152 En savoir plus

Les méningites post-operatoires en neurochirurgie étude rétrospective propos de 15 cas réalisée au service de réanimation polyvalente a1

Les méningites post-operatoires en neurochirurgie étude rétrospective propos de 15 cas réalisée au service de réanimation polyvalente a1

Néanmoins, après une intervention neurochirurgicale, la valeur de ces signes cliniques n'est pas univoque. En effet, la raideur de nuque y est fréquente et les troubles de conscience peuvent traduire une autre complication. Enfin, la fièvre peut être liée à un foyer infectieux à distance et notamment pulmonaire chez le patient de réanimation ventilé artificiellement. Dans notre étude seul la fièvre était constante chez tout les malade le syndrome méningé n'était pas trouvé dans sa forme typique.

77 En savoir plus

Traumatismes fermés du rein : à propos de 44 observations

Traumatismes fermés du rein : à propos de 44 observations

- La réparation des défauts du parenchyme rénal. Ainsi, si la lésion est située dans le tiers moyen, il faut réaliser une fermeture primaire, en utilisant de préférence la capsule rénale [6,15]. En effet, différentes procédures permettent d’assurer la couverture de la tranche de section: un rapprochement des deux berges de la plaie à l’aide de la capsule, lorsque celle-ci a pu être conservée et s’avère suffisamment solide ; et l’utilisation de patchs de Gore Texte, sur lesquels vont s’appuyer les points en U, constitue un renforcement utile. La couverture d’une tranche de section polaire est au mieux réalisée par un lambeau pédiculé d’épiploon, procédure indispensable pour assurer une protection en cas de lésions associées (pancréatique ou colique). Il est également possible d’utiliser un lambeau de graisse para-rénale (lorsque celle-ci n’est pas dilacérée par l’hématome), un patch de péritoine ou une compresse hémostatique maintenue sur la tranche de section par de la colle biologique [6,82,83].
En savoir plus

178 En savoir plus

Quelle durée des efforts expulsifs chez la primipare à bas risque ? Étude rétrospective, descriptive et comparative. À propos de 201 cas

Quelle durée des efforts expulsifs chez la primipare à bas risque ? Étude rétrospective, descriptive et comparative. À propos de 201 cas

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

80 En savoir plus

La cholestase gravidique : impact du taux des acides biliaires sur le pronostic obstétrical et néonatal (étude rétrospective à propos de 131 cas)

La cholestase gravidique : impact du taux des acides biliaires sur le pronostic obstétrical et néonatal (étude rétrospective à propos de 131 cas)

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

83 En savoir plus

Show all 10000 documents...