Haut PDF Cancer du colon : à propos de 86 cas au CHU Mohammed VI

Cancer du colon : à propos de 86 cas au CHU Mohammed VI

Cancer du colon : à propos de 86 cas au CHU Mohammed VI

La marge de résection doit être impérativement au minimum de 5 cm puisque l’extension intramurale des adénocarcinomes par les voies lymphatiques sous-muqueuses ne dépasse pas 4 cm. - Exclusion endoluminale, préparation des berges anastomotiques et anastomose: (2-60) L’exclusion endoluminale par ligature du colon en amont et en aval de la tumeur a pour but d’éviter la réimplantation de cellules tumorales à distance dans la lumière colique. Le lavage endoluminal par une solution de sérum-polyvidone iodée en peropératoire vise à éviter les greffes néoplasiques anastomotiques. Cette anastomose doit porter sur deux segments d’intestin bien préparés, bien vascularisés et indemnes de toute localisation tumorale ou inflammatoire.
En savoir plus

168 En savoir plus

PLACE DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE TRAITEMENT DU CANCER DE LA PROSTATE AU CHU MOHAMMED VI(tude rtrospective  propos de 72 cas)

PLACE DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE TRAITEMENT DU CANCER DE LA PROSTATE AU CHU MOHAMMED VI(tude rtrospective propos de 72 cas)

Bien avant les travaux connus sur la définition du rapport alpha/bêta des cancers de la prostate, les Canadiens et les Australiens avaient mené leurs propres études randomisées de phase III, comparant deux schémas de fractionnement différents de radiothérapie prostatique. L’essai canadien (102) était une étude de non-infériorité, randomisant 936 patients atteints d’un cancer de prostate localisé, entre 66 Gy en 33 fractions de 2 Gy (bras long, normofractionné), et 52,5 Gy en 20 fractions de 2,625 Gy (bras expérimental, hypofractionné), soit sept contre quatre semaines de radiothérapie. À cinq ans, il existait une tendance à l’augmentation du taux d’évolution tumorale clinique dans le bras hypofractionné suggérant une possible insuffisance de la dose totale délivrée dans cette étude.
En savoir plus

200 En savoir plus

Cancer de prostate localisé, étude rétrospective a propos de 12 cas et revue de la littérature CHU Mohammed VI

Cancer de prostate localisé, étude rétrospective a propos de 12 cas et revue de la littérature CHU Mohammed VI

b. Section de la face postérieure de l'urètre. La muqueuse urétrale postérieure, puis Les couches musculaires profondes sont sectionnées progressivement. Le risque de limite d'exérèse positive est important à l'apex. En effet, les tissus périprostatiques sont peu épais à ce niveau et en plus, il existe une progression tumorale le long des branches nerveuses du pédicule prostatique inférieur à ce niveau. L'exérèse de la partie inférieure du fascia de DENONVILLIERS plusieurs millimètres sous l'apex prostatique et l'exérèse des éléments vasculo-nerveux postéro-latéraux est recommandée en cas de tumeur de l'apex, pour éviter ces limites d'exérèse positives (32).
En savoir plus

154 En savoir plus

Lapport de limagerie par rsonance magntique dans latteinte neurologique du lupus  propos de 15 cas exprience du service de radiologie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Lapport de limagerie par rsonance magntique dans latteinte neurologique du lupus propos de 15 cas exprience du service de radiologie du CHU Mohammed VI de Marrakech

This retrospective descriptive study during 12 years of 15 patients each of which met at least 4 of the 11 ACR revised criteria for the classification of SLE and benefited of diagnostic brain MRI. 86, 6 % of brain and spinal cord MRI carried detected abnormalities. The plaque of demyelination were the most frequent finding, being observed 73.3% of the cases, the brain atrophy presented 26, 6 % of the cases and thrombophlebitis in 15% of the cases. The plaque of demyelination visible as Hyperintense on T2-weighted (WMHI), their location is mostly in fronto- parietal regions (81, 1%) similar to other studies, had a majority nodular form (72, 7%), a variable size for 1mm to 10-20mm, and none had peri lesional edema or mass effect.
En savoir plus

114 En savoir plus

Occlusions intestinales aigues au CHU Mohammed VI de Marrakech à propos de 103 cas

Occlusions intestinales aigues au CHU Mohammed VI de Marrakech à propos de 103 cas

108 During 4 years, from July 2004 to July 2008, we retrospectively reviewed 103 files of patients admitted for acute intestinal obstruction, at the visceral surgery department in UHC Mohamed VI in Marrakech. The purpose of this study was to gather the epidemiologic and diagnostic data, and to evaluate the therapeutic methods and the outcome of small bowel obstruction in our context. There were 67 men and 36 women with a mean age of 43.4 years. 44.66 % of the patients had histories of abdominal surgery, with ascendancy of the appendicular surgery in (9.70%). The clinical signs are polymorphic and varied, the main symptom is the cessation of matter and gas found in 87.37% with presence of hydroaéric levels in The ASP in 88.34% of the cases. The small bowel obstruction is the most frequent with 54.36%. The causes are dominated by reins and adhesions in (31.06%), tumors in (22.33%). All the operated patients were approached by laparotomy. The intestinal resection for intestinal necrosis was made in 15.53%. The immediate post-operative outcome was simple among 86 patients (83.49%). Besides, we noted 3 suppurations of wall (2.97%), 1Postoperative peritonitis (0.99%), 1 evisceration (0.99%), 1 pneumonia (0.99%) and 1sépticemie (0.99%). The overall mortality is 6.93%. It concluded before those results, all characters in our series epidemiological consistent with the literature except that age is advanced in developed countries, and increased frequency of strangulated hernias in developing countries. The early management of acute intestinal obstruction through good awareness may reduce the morbidity and mortality are increased in our developing countries.
En savoir plus

144 En savoir plus

Les aspects cytogntiques chez les patients adresss au CHU Mohammed VI pour suspicion danomalies chromosomiques : Etude rtrospective  propos de 160 cas

Les aspects cytogntiques chez les patients adresss au CHU Mohammed VI pour suspicion danomalies chromosomiques : Etude rtrospective propos de 160 cas

Dans notre étude, un autre type de trisomie a été retrouvé : un seul cas de trisomie 18 de type libre et en mosaïque (0,62 %). Ce pourcentage est élevé par rapport à ceux rapportés par la littérature [80, 84]. La fréquence des autres trisomies notamment 18 en comparaison au pourcentage de la trisomie 21 est très faible. En s’appuyant sur les donnés de Giaccardia et al. (1991) [85], ce taux faible de trisomie 18 peut s’expliquer par le fait que la plupart des fœtus atteints sont avortés spontanément et aussi du fait que les nouveaux nés sont rarement viables à long terme, au maximum 1 à 2 mois en postnatal [85]. La survie dans la trisomie 18 est en moyenne de 2 à 3 mois pour le garçon et 10 mois pour la fille [86], de rares malades ont survécu jusqu’à l’âge de 15 ans ou 19 ans [87].
En savoir plus

110 En savoir plus

Pneumatose kystique intestinale : à propos 12 cas au service de chirurgie viscérale au CHU Mohammed VI

Pneumatose kystique intestinale : à propos 12 cas au service de chirurgie viscérale au CHU Mohammed VI

LA PNEUMATOSE KYSTIQUE INTESTINALE:A PROPOS DE 12 OBSERVATIONS. SERVICE DE CHIRURGIE VISCERALE. CHU MOHAMMED VI 52 Un signe indirect est important à rechercher sur l’ASP, il s’agit du signe de Moreau Chilaiditi qui correspond à l’interposition des multiples clartés gazeuses en grappe entre le foie et la coupole diaphragmatique droite faisant disparaître l’opacité hépatique, similant parfois un pneumopéritoine (figure 14(a)) [13]. Certains auteurs ont voulu voir dans cet aspect la visualisation directe des kystes gazeux, mais ce signe peut témoigner de la simple interposition antérieure ou postérieure d’un colon dilaté mais indemne [9,15,20]. Dans notre étude, ce signe était présent chez un seul patient (figure 14(b)).
En savoir plus

134 En savoir plus

La lipostructure, exprience du service de chirurgie plastique du CHU Mohammed VI de Marrakech ( propos de 42 cas)

La lipostructure, exprience du service de chirurgie plastique du CHU Mohammed VI de Marrakech ( propos de 42 cas)

Actuellement, les sociétés savantes de chirurgie plastique française et américaine, ainsi que les recommandations du National Institute for Health and Clinical Excellence (NICE) sur le lipomodelage dans le cadre de la reconstruction mammaire après traitement d’un cancer du sein, indiquent que lorsque la lecture des images de mammographie, IRM ou scanner est réalisée par des radiologues expérimentés en imagerie du sein, les kystes de cytostéatonécrose et les microcalcifications bénignes sont distinguables des lésions suspectes de malignité. De même, l’ASPRS a affirmé en 2009, suite à une revue systématique de la littérature, que cet acte était une méthode sûre d’augmentation mammaire et de correction des défauts associés à diverses situations médicales, mais appelait à la prudence pour les femmes à haut risque de cancer du sein. En 2012, l’ASPRS indiquait également que cette technique était une procédure efficace et sûre et n’augmentait pas le risque de récurrence d’un cancer du sein, dans le cadre d’une reconstruction mammaire après mastectomie totale. La même année, la Société française de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique (SoFCPRE) a quant à elle émit des recommandations reconnaissant l’efficacité et la sécurité de la technique, aussi bien après mastectomies totale et partielle pour cancer, que dans les cas d’augmentation mammaire pour malformations congénitales ou à visée esthétique sans pathologie cancéreuse. Elle a aussi indiqué dans l’ensemble de ses récentes fiches d’information à destination des patientes (toutes indications confondues) qu’il n’existe, à ce jour, aucun élément probant permettant de penser que le transfert de graisse pourrait favoriser l’apparition d’un cancer du sein, mais, qu’en revanche, il n’en empêcherait pas la survenue, si celui-ci devait apparaître. Enfin, le NICE a souligné également dans ses recommandations de 2012 qu’il existe une préoccupation théorique concernant l’influence possible de l’autogreffe de tissu adipeux dans le sein sur la récurrence du cancer du sein, bien qu’il n’y ait pas de preuve dans la littérature (1)
En savoir plus

142 En savoir plus

Effet du jeûne sur la grossesse étude de cohorte à propos de 500 cas expérience du service de gynécologie et obstétrique CHU Mohammed VI

Effet du jeûne sur la grossesse étude de cohorte à propos de 500 cas expérience du service de gynécologie et obstétrique CHU Mohammed VI

Il n’existe pas beaucoup d’études qui ont mis l’accent sur l’effet du jeûne maternel sur la maturité fœtale. En 2001, Hermann et al ont fait une étude pour déterminer les causes de l’accouchement prématuré chez les femmes qui jeûnent le mois du ramadan, et ont montré que l’état de stress métabolique chez la mère qui jeûne pendant le troisième trimestre de la grossesse entraine une élévation de la concentration sanguine de l'hormone du stress CRH (corticotropine releasing hormone). Cela prépare le fœtus à un accouchement prématuré: la croissance du fœtus est réduite alors que la maturation des tissus est accélérée. Ils ont aussi conclu que les femmes souffrant du syndrome métabolique avaient un haut risque d'accouchement prématuré [86]
En savoir plus

115 En savoir plus

Ictères néonatals : expérience du CHU Mohammed VI

Ictères néonatals : expérience du CHU Mohammed VI

Dans notre étude 363 cas ont présentés l’ictère sur 1439 soit 25.2 % des cas hospitalisés. Ils ont été hospitalisés soit pour un ictère cutanéo- muqueux soit pour un autre problème de santé et qui ont présenté l’ictère au cours de leurs hospitalisations. De nombreux progrès tels qu’un meilleur suivi des grossesses et donc du dépistage de l’allo-immunisation rhésus ou l’amélioration des appareils de photothérapie ont fait croire que l’ictère nucléaire était une pathologie du passé. Mais récemment des publications anglosaxones [13, 14] ont rapporté un nombre croissant d’ictères nucléaires, y compris chez le nouveau né à terme. Les raisons en sont probablement multiples, mais la principale semble être la généralisation des sorties très précoces avant 48 heures voir 24 heures sans réseau de soins corrects à domicile. D’autant plus que la prise en charge de l’ictère chez le nouveau-né à terme est loin d’être univoque entre les équipes comme le montre une étude de Hansen en 1996 [15].
En savoir plus

126 En savoir plus

Eventrations postopératoires au CHU Mohamed VI : à propos de 103 cas

Eventrations postopératoires au CHU Mohamed VI : à propos de 103 cas

Hamy (36) lui, a utilisé le treillis de Dacron dans une série de 350 cas opérés pour de grandes éventrations, aucun cas d’occlusion n’a été observé et le taux de récidives était de 3.1%[r]

107 En savoir plus

Cancer du poumon chez la femme Exprience du service doncologie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Cancer du poumon chez la femme Exprience du service doncologie du CHU Mohammed VI de Marrakech

visée curative avec un fractionnement classique doit être réalisée si l’état respiratoire du patient le permet. Pour les cancers de stade I, une radiothérapie en conditions stéréotaxiques constitue une alternative à la radiothérapie classique. Un traitement par radiofréquence pourra également être proposé. Pour les cancers de stade II, une irradiation peut être discutée en complément de la chirurgie et de la chimiothérapie en cas d’atteinte pariétale ou d’exérèse incomplète [190]. La chimiothérapie péri opératoire est recommandée aux stades IIA, IIB et IIIA N0-1. La chimiothérapie peut être postopératoire, induisant un gain de survie à 5 ans de 5 %, et c’est en adjuvant que le niveau de preuve de son efficacité est le meilleur, en faisant un standard. La chimiothérapie péri-opératoire comporte trois ou quatre cycles d’une bithérapie à base de cisplatin, l’association la mieux validée par les études de phase III étant cisplatin-vinorelbine. La dose totale de cisplatin doit être d’au moins 300 mg/m2. En cas de contre-indication au
En savoir plus

205 En savoir plus

Volvulus du sigmoïde : etude retrospective de 55 cas au chu mohammed vi de marrakech

Volvulus du sigmoïde : etude retrospective de 55 cas au chu mohammed vi de marrakech

2. Gestes associés : En cas du volvulus du grêle associé, les méthodes chirurgicales diffèrent selon l’état de l’anse. - Quand les anses sont viables plusieurs séries publiées défendent la détorsion du nœud comme traitement [86.76]. Par contre, les autres auteurs recommandent la résection du sigmoïde dans tous les cas même s’il parait viable. Du fait que, la thrombose des vaisseaux rectaux supérieurs peut aboutir à la gangrène en post- opératoire. La résection du grêle doit être plus économe pour prévenir le développement plus tardif d’un syndrome de malabsorption.
En savoir plus

150 En savoir plus

Profil épidémiologique et clinique du cancer du sein chez la femme au CHU Mohammed VI de Marrakech

Profil épidémiologique et clinique du cancer du sein chez la femme au CHU Mohammed VI de Marrakech

3 3 3 3- - - - L’échographie L’échographie L’échographie L’échographie :::: Tout le monde attribue à l’échographie mammaire un rôle fondamental dans la différenciation des masses solides ou liquides et un rôle d’appoint très utile dans le diagnostic des tumeurs, en particulier dans les seins denses ou quand une localisation est difficilement accessible à l’examen mammographique. L’échographie est particulièrement indiquée chez la femme jeune. Avant l’âge de 35 ans, les masses palpables doivent être explorées d’abord par les ultrasons. Elle peut montrer certaines anomalies non détectées par les rayons X, ce qui fait sa complémentarité avec la mammographie, et guider une cytoponction. On peut même placer, sous contrôle échographique préopératoire, un crochet métallique dans une lésion suspecte [56]. L’échographie est également très utile après un traitement conservateur d’un cancer du sein ou après la mise en place d’une prothèse [56].
En savoir plus

137 En savoir plus

Profil épidemio-clinique, thérapeutique et évolutif du cancer du col utérin au CHU Mohammed VI

Profil épidemio-clinique, thérapeutique et évolutif du cancer du col utérin au CHU Mohammed VI

Notre étude a concerné 246 cas de cancers du col utérin colligés au centre d’oncolgie- radiothérapie du CHU Mohamed VI de Marrakech entre Janvier 2002 et Décembre 2006, représentant environ 9% de tous les cancers colligés durant cette période. L’âge moyen de survenue était de 51,17 ans, les extrêmes d’âge se situaient entre 28 et 83 ans. La majorité de nos malades (87%) ont débuté leur activité sexuelle avant l’âge de 20 ans. Le délai moyen à la consultation était de 9mois et 52,4% n’ont consulté qu’au-delà de 6 mois après le début des symptômes. La symptomatologie était dominée par les métrorragies (91,8%) et le carcinome épidermoïde était le type histologique prépondérant avec 92,7% des cas.
En savoir plus

188 En savoir plus

La prise en charge de lhydatidose du systme nerveux central : Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI ( propos de 44 cas)

La prise en charge de lhydatidose du systme nerveux central : Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI ( propos de 44 cas)

Malgré que la récidive soit de règle après la rupture de KHC, Abbassioun ne trouve pas de récidive dans les 2 cas de rupture signalés dans son étude après une longue période de suivie[30]. Tlili-Graiess et al., rapportent quatre cas de récidives dans un délai de 6 à 12 mois après l’intervention chirurgicale : trois sur kyste solitaire hémisphérique et une sur une localisation multiple [12]. Dans deux cas une rupture peropératoire du kyste a été signalée et dans un cas un kyste résiduel a été noté. Les récidives étaient sous forme de kystes multiples voire innombrables, sus-tentoriels bilatéraux associés à des localisations inhabituelles (intra ventriculaire, sous durale, au niveau de la voute et du cuire chevelu. Ces kystes étaient uni ou multi-vésiculaires, prenant toujours et parfois de façon massive le contraste en périphérie et étaient entourés d’oedème.
En savoir plus

177 En savoir plus

Prise en charge endoscopique des adnomes hypophysaires au service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech : A propos de 34 cas

Prise en charge endoscopique des adnomes hypophysaires au service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech : A propos de 34 cas

3.8 Complications endocriniennes et métaboliques : 3.8.1. Insuffisance hypophysaire postopératoire : Elle est exceptionnelle dans la chirurgie du microadénome lorsque la fonction est normale en préopératoire ; ceci dans la mesure où il est réalisé une adénomectomie sélective conservant le tissu hypophysaire normal. Le plus souvent, la limite entre le tissu sain et le tissu pathologique est visible et autorise donc la conservation d’une fonction hypophysaire postopératoire normale. Cette affirmation est valable même pour la chirurgie du macroadénome enclos à fonction hypophysaire conservée. En cas d’adénome expansif, la visualisation du tissu hypophysaire normal peut être plus difficile, augmentant alors le risque d’insuffisance postopératoire. En revanche, s’il existe une insuffisance hypophysaire plus ou moins complète en préopératoire, la chirurgie ne change souvent rien, mais un certain degré de récupération du déficit hormonal est possible.
En savoir plus

133 En savoir plus

Lictre nonatal au CHU Mohammed VI : O en sommes-nous ?

Lictre nonatal au CHU Mohammed VI : O en sommes-nous ?

Dans notre étude, nous avons trouvé une pâleur chez 6,6% des nouveau-nés ce qui peut être expliqué par la difficulté d’apprécier la pâleur en cas d’ictère cliniquement intense, l’hépatomégalie et la splénomégalie étaient présente dans moins de 1% des cas Dans le cadre de l’ictère prolongé, la recherche de l’hypothyroïdie congénitale est systématique, elle est évoquée cliniquement devant un nouveau-né post-mature, microsome avec une fontanelle postérieure ouverte, faciès particulier avec macroglossie, chevelure abondante, Peau sèche, ballonnement abdominal, hernie ombilicale, constipation Hypotonie, hypoactivité, hypothermie[50]. Les signes cliniques peuvent parfois manquer, ce qui justifie le dépistage systématique à la naissance dans nombreux pays. Au Maroc ce dépistage est en cours d’implantation.
En savoir plus

132 En savoir plus

Résultats des ligamentoplasties (LCA) du genou au CHU Mohammed VI

Résultats des ligamentoplasties (LCA) du genou au CHU Mohammed VI

RESUME La laxité chronique antérieure du genou est une affection évolutive secondaire à la rupture du ligament croisé antérieur (LCA) ; elle engage le pronostic fonctionnel du membre inférieur et compromet l'activité sportive. Le but de notre travail est d'évaluer nos résultats concernant la ligamentoplastie utilisant le tendon rotulien et de déterminer sa place réelle dans la prise en charge des laxités antérieures chroniques du genou dans notre contexte. Il s’agit d’une étude rétrospective à propos de 26 patients présentant une laxité chronique antérieure et opérés selon la technique de Kenneth- Jones, durant la période allant d’octobre 2004 à février 2007 .Les dossiers ont été colligés dans le service de traumatologie orthopédie B du centre hospitalier universitaire Mohammed VI de Marrakech. Les résultats ont pu être apprécié avec un recul moyen de 20 mois chez 20 patients. L’évaluation des résultats a été effectuée selon le score IKDC ‹‹L’international Knee Documentation Committee››.L’âge moyen de nos patients était de 32 ans avec une prédominance masculine (25 hommes et 1 femme).85 % de genoux étaient normaux ou presque normaux selon la cotation IKDC, 75 % des patients étaient très satisfaits ou contents et dans 17 cas sur 20 l’examen clinique ne retrouvait ni lachman ni ressaut ni tiroir en flexion. Le résultat global est excellent. Une seule complication a été recensée : un cas de sepsis superficiel qui a bien évolué après antibiothérapie. Les mauvais résultats ont été retrouvés chez les patients âgés avec un ressaut important et n’ayant pas suivie le protocole de rééducation. La technique de kenneth jones est réalisée en première intention dans notre formation pour les ligamentoplastie du LCA isolé sans ressaut important, ses résultats apparaissent satisfaisants comparés à ceux rapportés dans la littérature.Toutefois il s’agit de résultats préliminaires qui nécessitent une évaluation à long terme.
En savoir plus

102 En savoir plus

Traitement chirurgical de l'ongle incarné : Etude prospective de 200 cas CHU Mohammed VI

Traitement chirurgical de l'ongle incarné : Etude prospective de 200 cas CHU Mohammed VI

47 résultats : le liquide réduit les tissus de granulation et l'infection et favorise la rétraction secondaire des tissus. Cette réaction justifierait, d'après les auteurs, de réfrigérer davantage le sillon latéral tout en épargnant la matrice [2-53]. Cette technique peut être proposée en cas de premier épisode d'ongle incarné ou si le patient ne souhaite pas avoir d'avulsion partielle de sa tablette [54]. Son avantage est la facilité d’emploi, l'absence d'anesthésie et le faible coût. Elle peut en outre être répétée [2].

85 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes