Haut PDF Place de la callosotomie dans le traitement de l'épilepsie rebelle Expérience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Place de la callosotomie dans le traitement de l'épilepsie rebelle Expérience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Place de la callosotomie dans le traitement de l'épilepsie rebelle Expérience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

La callosotomie reste actuellement, 70 ans après les premiers cas publiés (Van Wagenen et Herren, 1940), une procédure controversée, particulièrement chez l’enfant. En effet, pendant longtemps, ni les indications, ni les résultats n’ont été rapportés de façon suffisamment précise du fait de populations trop limitées et toujours étudiées de manière rétrospective. Cependant, il existe maintenant un nombre suffisant de données pour affirmer que les callosotomies sont une procédure efficace et fonctionnellement bien tolérée, à condition de limiter les indications à des cas bien sélectionnés. Les callosotomies permettent en effet une diminution importante de certaines crises toniques ou atoniques avec chute souvent responsables de nombreux traumatismes. Mais ces crises sont rarement isolées et d’autres types de manifestations épileptiques sont très fréquemment associées, sur lesquelles les callosotomies sont peu ou pas efficaces. De plus, ces crises s’intègrent dans des syndromes épileptiques divers, qu’il s’agisse d’épilepsies partielles ou généralisées voire inclassables, symptomatiques ou cryptogéniques. Ces syndromes épileptiques sont toujours graves et aux crises s’ajoutent bien souvent d’autres handicaps, en particulier neurologiques ou cognitifs. De ce fait, les callosotomies ne permettent d’améliorer qu’un symptôme dans un tableau clinique complexe où coexistent différents handicaps. Dans ce contexte, la seule comptabilité du nombre de crises n’est pas suffisante pour évaluer l’intérêt réel des callosotomies. Il est nécessaire d’étudier les conséquences de cette intervention sur le confort de vie des patients et l’éventuel bénéfice qu’ils peuvent obtenir sur le niveau d’insertion psychosociale.
En savoir plus

141 En savoir plus

Traitement endoscopique de l’hydrocéphalie : expérience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech - A propos de 21 cas

Traitement endoscopique de l’hydrocéphalie : expérience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech - A propos de 21 cas

Le traitement endoscopique de l’hydrocéphalie. Expérience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech : A propos de 21 cas. - 74 - Le premier, égal au produit de sécrétion de LCS, égal (en situation d’équilibre) au volume de LCS résorbé. Il a été évalué à environ 600 ml/j soit 0,4 ml/min, ce qui est extrêmement faible par rapport au flux sanguin cérébral global qui est d’environ 700 ml par minute, plus de 2000 fois plus élevé. Le LCS est donc renouvelé trois à quatre fois par jour. Pour 60 %, le LCS est secrété par les plexus choroïdes, les 40 % restants étant produits sur l’ensemble de la surface cérébrale, à partir de l’espace liquidien interstitiel. Pour 50 à 60 %, il est résorbé au niveau des granulations arachnoïdiennes de Pacchioni, dans le système des sinus veineux dure-mériens, ainsi qu’au niveau des manchons méningés des nerfs rachidiens, les 40 à 50% restants sont résorbés au niveau du parenchyme cérébral en particulier grâce au système lymphatique.
En savoir plus

156 En savoir plus

Place de la chirurgie dans le traitement du mal de pott dorsolombaire Expérience du service de neurochirurgie de l'hôpital Ibn Tofail CHU MOHAMMED VI de MARRAKECH (2003-2010)

Place de la chirurgie dans le traitement du mal de pott dorsolombaire Expérience du service de neurochirurgie de l'hôpital Ibn Tofail CHU MOHAMMED VI de MARRAKECH (2003-2010)

Le mal de pott dorsolombaire ou spondylodiscite tuberculeuse est l’une des formes les plus graves de la tuberculose ostéo-articulaire .le but de notre travail est d’éclaircir l’apport de la chirurgie au stade de déficit neurologique en passant en revue sur les aspects épidémiologiques, thérapeutiques et évolutifs de cet affection. Notre étude rétrospective concerne 65 cas de mal de pott dorsolombaire colligés au service de neurochirurgie au CHU MOHAMMED VI Marrakech de janvier 2003 à décembre 2010.
En savoir plus

140 En savoir plus

Place de l'abord antrieur dans les pathologies du rachis dorsolombaire Exprience du service de neurochirurgie au CHU MOHAMMED VI- MARRAKECH

Place de l'abord antrieur dans les pathologies du rachis dorsolombaire Exprience du service de neurochirurgie au CHU MOHAMMED VI- MARRAKECH

Place de l’abord antérieur dans les path Place de l’abord antérieur dans les path Place de l’abord antérieur dans les path Place de l’abord antérieur dans les pathologies du rachis dorsolombaire ologies du rachis dorsolombaire ologies du rachis dorsolombaire ologies du rachis dorsolombaire Les voies permettant l’abord antérieur du rachis ont préalablement été décrites dans l’optiques de pratiquer des sympathectomies lombaires (Royale en 1924) ou pour aborder le rein par voie thoraco-abdominale (Fey en 1925, Minet en 1935 [86 [86 [86 [86]]]]) ; Van Lackum en 1933 rapporte le premier l’abord du rachis par voie antérieur pour corriger une scoliose en faisant l’ablation d’un corps vertébral. En fait il faut attendre 1960, pour qu’Hodgson[42 [42 [42 [42]]]], fort de son expérience dans la pathologie tuberculeuse et la correction des déformations vertébrales, généralise cette voie. Puis c’est avec Dwyer, en 1969, qui propose une instrumentation antérieure pour la correction des scolioses qu’elle reprend un second élan. Ce concept sera repris en 976 avec les travaux de Zielke qui modifie l’instrumentation. Cette voie offre des possibilités de réduction et de stabilisation de certaines courbures pathologiques du rachis que n’offrait pas le matériel postérieur de Harrington.
En savoir plus

137 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale des traumatismes de l’étage antérieur de la base du crane expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge neurochirurgicale des traumatismes de l’étage antérieur de la base du crane expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Ainsi, la chirurgie à ciel ouvert présente plusieurs avantages importants : elle permet une exploration intra et/ou extradurale de l’étage antérieur de la base du crâne, une réparation des fractures et des déchirures dure-mériennes et le traitement de la grande majorité des lésions intracrâniennes associées. Un autre avantage de l’approche intra- crânienne est la possibilité de traiter les fractures crâniofaciales et les déformations en une procédure unique via une approche combinée avec d’autres spécialistes [68-3]. Cependant, la fermeture d’une BOM par voie intracrânienne peut être associée à des complications potentielles telles que l’anosmie par section des bandelettes olfactives lors de la séparation de la dure-mère adhérente à la lame criblée ; les troubles de mémoire ; l’hémorragie ; l’œdème cérébral et l’ostéomyélite [3].Le taux de succès se situe entre 70 et 80% et la récidive des fuites du LCR sur le site opéré se situe entre
En savoir plus

109 En savoir plus

Glaucomes congénitaux : Expérience du service d'Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Glaucomes congénitaux : Expérience du service d'Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

La trabéculotomie a une place importante dans le traitement chirurgical du glaucome congénital avec cependant des inconvénients propres, son taux de succès reste variable ; des résultats plus encourageants quand une trabéculectomie est associée à la trabeculotomie. La trabéculectomie, a été d'abord proposée pour être réalisée en 2 ème intention, toutefois, plusieurs auteurs ont réalisé avec succès des trabéculectomies de première intention dans les glaucomes congénitaux en particulier pour les cas évolués, elle est considérée comme un atout important dans le traitement du glaucome congénital en raison de la sécurité de son exécution, de la rareté de ses complications et de la possibilité d'interventions itératives, elle a le mérite d'être connue par tous les ophtalmologistes mais elle nécessite dans la majorité des cas un traitement médical d'appoint (28).
En savoir plus

216 En savoir plus

Cancer du sein : Expérience du service de gynécologie obstétrique A à la maternité du CHU Mohammed VI Marrakech

Cancer du sein : Expérience du service de gynécologie obstétrique A à la maternité du CHU Mohammed VI Marrakech

de plus en plus fréquente. Cependant, la chirurgie d’emblée avec examen extemporané reste une solution valable dans les cas où le diagnostic est très vraisemblable et où la conduite du traitement chirurgical est facilement planifiable [23]. L’examen extemporané sur les lésions palpables du sein est un examen de pratique courante dont l’efficacité n’est plus à prouver. La question de son utilité et son efficacité s’est posée récemment pour les lésions infracliniques de découverte mammographique, en raison du nombre croissant de ces lésions issues du dépistage radiologique de masse mis en place en France depuis 1988.
En savoir plus

179 En savoir plus

Extriorisation de cathter de drivation ventriculo-pritonale : expriences du service de neurochirurgie de lhpital Arrazi du CHU Mohammed VI de Marrakech

Extriorisation de cathter de drivation ventriculo-pritonale : expriences du service de neurochirurgie de lhpital Arrazi du CHU Mohammed VI de Marrakech

Après notre calcul du degré de signification, et grâce au test de chi carré, la valeur p égale à 0,03 avec un risque relatif de 5,5signifie que les patients dérivés ayant moins de 6 mois ont 5,5 fois plus de risque de présenter une exposition de matériel de DVP. D’où l’intérêt de la prise de plus de précaution et de mesures de prévention durant les procédures de dérivation ventriculo-péritonéale chez la population pédiatrique. Ainsi, une priorité doit être donnée à d’autres méthodes thérapeutiques efficaces, comme la ventriculo-cisternostomie, devant les cas de certaines hydrocéphalies obstructives chez ces enfants en lieu et place de la DVP d’autant plus que dans certaines études la VCS est associée à une bonne évolution à long terme [28] et qu’elle serait le traitement de choix [29 ; 30]. En cas d’hydrocéphalie non obstructive, chez les moins de 6 mois, on pourrait effectuer une éducation thérapeutique englobant l’hygiène locale, les soins locaux, une bonne observance thérapeutique avec une consultation en urgence devant tout signe d’infection.
En savoir plus

119 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale des tumeurs de la rgion pinale Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge neurochirurgicale des tumeurs de la rgion pinale Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

La place de ce traitement est encore débattue. Elle permet d’obtenir un contrôle tumoral (régression totale, régression partielle, stabilisation) dans 66% à 100% des cas, mais n’empêche pas une éventuelle diffusion lepto-méningée. Néanmoins, toutes les séries publiées souffrent de certaines critiques : le nombre de cas inclus est peu important, les histologies sont variables, le recul est faible, et enfin ces études mélanges souvent des malades traités à des stades évolutifs différents : en première intention après la réalisation d’une biopsie stéréotaxique dans les tumeurs bénignes pour diminuer la morbidité liée à la chirurgie, secondairement sur un résidu ou une récidive, à la place ou en complément d’une irradiation fractionnée, notamment chez l’enfant pour diminuer le champ d’irradiation [4,84, 85]
En savoir plus

205 En savoir plus

Profil épidémiologique des métastases cérébrales : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Profil épidémiologique des métastases cérébrales : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Les indications de la chirurgie des MC se sont également élargies et la chirurgie peut être aujourd’hui envisagée dans certaines conditions particulières : – L L L Les MC multiples es MC multiples es MC multiples es MC multiples : il est devenu légitime de retenir le traitement chirurgical lorsque deux lésions sont contigües et peuvent être retirées par la même voie d’abord. Il existe également un consensus pour opérer une lésion volumineuse immédiatement menaçante et/ou à l’origine du tableau clinique et traiter les autre localisations par radiothérapie conventionnelle ou stéréotaxique (57,58). Elle garde également une indication dans le cas de métastase de cancers réputés radiorésistants, comme le cancer du rein, les sarcomes et les mélanomes. Par contre, la place de la chirurgie est objectivement controversée en cas de lésions multiples disséminées. En effet, une étude rétrospective récente a montré, chez des patients sélectionnés, que l’exérèse de plusieurs MC (deux ou trois) permettait d’obtenir une MS de 14 mois sans différence en terme de survie, ni en termes de morbidité opératoire avec des patients comparables opérés de MC uniques (59).
En savoir plus

129 En savoir plus

Prise en charge des mningiomes de ltage antrieur de la base du crne : Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge des mningiomes de ltage antrieur de la base du crne : Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

La lecture de la littérature permet de confirmer l’intérêt de la radiothérapie dans le traitement des méningiomes malins ou atypiques, quelle que soit la qualité de l’exérèse, et des méningiomes inopérables [17]. L’irradiation des méningiomes bénins après résection incomplète est plus discutable principalement ceux qui se sont développés dans un autre site que la base du crâne et une surveillance régulière peut être une option après une première résection en raison de la proximité des structures vasculo-nerveuses de voisinage de l’étage antérieur et les complications qu’elle peut entraîner. Dans le cas d’une deuxième résection incomplète, la radiothérapie pourrait être proposée systématiquement. Le délai entre la chirurgie et la radiothérapie reste sujet à discussion mais certains auteurs s’accordent à préconiser que la radiothérapie soit débutée précocement. [129, 130]
En savoir plus

223 En savoir plus

LEncadrement des Externes au Service de Neurochirurgie de lhpital Arrazi CHU Mohammed VI

LEncadrement des Externes au Service de Neurochirurgie de lhpital Arrazi CHU Mohammed VI

Dans notre service, comme d’autres[59], les visites ne sont pas forcément supervisées par des professeurs, généralement le médecin ainé peut conduire une visite et se référer à son sénior pour les décisions les plus importantes, cela étant, la visite médicale est un exercice qui exige du médecin un ensemble de qualités : connaissances médicales, compétences cliniques, compétences de communication avec le patient et de collaboration avec les collègues, capacité d’organisation et de gestion du temps et professionnalisme, Il y a donc une inévitable courbe d’apprentissage dans la maîtrise de cet exercice et il n’est pas rare que des lacunes dans les qualités requises soient révélées au moment de la visite.
En savoir plus

122 En savoir plus

Lupus érythémateux disséminé chez l’enfant, du diagnostic au traitement. Expérience du service de pédiatrie B du CHU Mohammed VI de Marrakech

Lupus érythémateux disséminé chez l’enfant, du diagnostic au traitement. Expérience du service de pédiatrie B du CHU Mohammed VI de Marrakech

RESUME Le lupus érythémateux disséminé (LED) est une maladie inflammatoire auto-immune, d’étiologie inconnue, rare chez l’enfant, mais souvent sévère. Le diagnostic repose sur les critères du Collège américain de rhumatologie, validés chez l’enfant. Le but de notre travail est de dégager les caractéristiques épidémiologiques, cliniques, paracliniques, thérapeutiques et évolutives du LED. Nous avons réalisé une étude rétrospective, colligeant cinq cas de LED au service de pédiatrie B du centre hospitalier universitaire Mohammed VI de Marrakech entre Mars 2006 et Mars 2010. Tous nos patients sont de sexe féminin avec un âge moyen de 12.7 ans. Le tableau clinique est polymorphe et permet de constater, comme c’est rapporté dans la littérature, la fréquence des manifestations générales (100 %), cutanées (100 %), articulaires (80 %) et rénales (100 %). Le syndrome inflammatoire, l’atteinte hématologique et l'hypo- complémentémie sont constants, les anticorps antinucléaires et anti DNA sont retrouvés dans 80%. Les 5 patientes ont reçu des corticoïdes, associés chez 4 d’entre elles aux immunosuppresseurs (atteinte rénale sévère). L’évolution est surtout marquée, après un suivi moyen de 30 mois, par la persistance d’une protéinurie positive chez 80 % des cas, et par les complications infectieuses, dont la plus grave était une méningo-encéphalite tuberculeuse chez une patiente. Cependant aucun décès n’est rapporté dans notre série. Nos résultats concordent avec ceux de la littérature. Nous insistons particulièrement sur la fréquence de l’atteinte rénale qui constitue une cause redoutable d’handicap fonctionnel et de décès. Son traitement optimal chez l’enfant reste néanmoins discuté en raison du manque d’essais thérapeutiques prospectifs avec nombre suffisants d’enfants.
En savoir plus

148 En savoir plus

Bilan dactivit du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI (2002-2013)

Bilan dactivit du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI (2002-2013)

Figure 25: La répartition des TCE selon les lésions traumatiques à distance associées. 1.1.3. LES DONNEES PARACLINIQUES a. LES EXAMENS RADIOLOGIQUES L’acquisition d’un scanner par le service de radiologie de l’hôpital Ibn Tofail n’a eu lieu qu’en fin de l’an 2002. En l’an 2002, seulement 81 patients (9,73%) admis pour TCE ont bénéficié d’une TDM crânio-cérébrale contre 9043 patients (86,52%) sur les autres années qui ont suivi. Les résultats du scanner montrent des lésions crânio-encéphaliques variées. Les lésions les plus fréquemment retrouvées sont les contusions et l’œdème cérébraux, ( 63,77 %)
En savoir plus

132 En savoir plus

Prise en charge de l'abcès cérébral au service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge de l'abcès cérébral au service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI

Le traitement est médicochirurgical est doit être adapté en fonction de chaque cas. Les nouvelles stratégies diagnostiques, représentées par les séquences de diffusion en IRM couplées à la ponction neurochirurgicale en urgence, geste simple et peu dangereux, associées aux progrès dans le diagnostic microbiologique, notamment avec l’aide des techniques de biologie moléculaires, permettent dans une majorité de cas d’obtenir un diagnostic microbiologique précis et ainsi d’adapter le traitement antibiotique.

125 En savoir plus

Le Ptrygion : exprience du service d'ophtalmologie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Le Ptrygion : exprience du service d'ophtalmologie du CHU Mohammed VI de Marrakech

La greffe conjonctivo-limbique et l’autogreffe conjonctivale apparaissent comme l'une des techniques chirurgicales de choix pour la réalisation de cet objectif. Cette étude se veut d'exposer les raisons de ce choix, de décrire la technique chirurgicale utilisée et d'analyser les résultats obtenus sur une période de 27 mois, à propos de 139 cas d'autogreffe conjonctivale et 24 cas de greffe conjonctivo-limbique réalisés au Service d'ophtalmologie du Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI de Marrakech entre Janvier 2012 et Mars 2014.

151 En savoir plus

Profil épidémiologique des tumeurs vertébrales chez l'adulte Expérience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI (2003-2010)

Profil épidémiologique des tumeurs vertébrales chez l'adulte Expérience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI (2003-2010)

Notre série - 1cas 2cas - - - h.Traitement : Le traitement actuel repose sur l’association de la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie (92).C’est une tumeur très agressive avec risque de récidive locale après traitement et de dissémination métastatique élevée (100-101), ce qui est le cas pour le seul patient qui a bénéficié d’une exérèse large associée à une chimio-radiothérapie et dont on connait l’évolution à long terme était marquée par une récupération neurologique totale pendant 3 ans, puis il a présenté une métastase cérébrale pour laquelle il a bénéficié d’une exérèse totale, quelque mois après, le patient a présenté une 3 ème rechute révélée par un syndrome de compression
En savoir plus

181 En savoir plus

Intrt de la neuronavigation en neurochirurgie: exprience du service de neurochirurgie de Lhpital Ar-razi CHU Mohammed VI

Intrt de la neuronavigation en neurochirurgie: exprience du service de neurochirurgie de Lhpital Ar-razi CHU Mohammed VI

Intérêt de la neuronavigation en neurochirurgie: expérience du service de neurochirurgie hôpital Ar-razi CHU Mohammed VI - 15 - I. Historique: La chirurgie du cerveau est peut être la plus vieille pratique de la médecine. Des documents antiques archivés décrivent la pratique de la chirurgie du cerveau par Hippocrate en Grèce déjà à l’époque romaine ainsi que par des chirurgiens du monde arabe à l’époque médiévale. La Chirurgie Guidée par l’Image (Image Guided Surgery en Anglais) est apparue pratiquement en même temps que l'imagerie, à savoir à la fin du 19 ème siècle. Historiquement, la première étape a été de guider le geste opératoire par des images préopératoires, d'abord par le lien totalement implicite basé uniquementsur le repérage anatomique. En 1889, Zernov développa un «encéphalomètre» pour cibler les structures cérébrales basées sur les contours de surface du crâne (3). Puis en 1896, la première opération guidée par imagerie peropératoire a eu lieu à l'université McGill de Montréal. Il s'agissait du retrait d'une balle dans un genou, guidé par rayons X.
En savoir plus

95 En savoir plus

Traitement hystroscopique des synchies utrines : exprience du service de gyncologie obsttrique CHU Mohammed VI Marrakech

Traitement hystroscopique des synchies utrines : exprience du service de gyncologie obsttrique CHU Mohammed VI Marrakech

l’American Fertility Society (AFS) (13% Grade I, 43% Grade II, et 43% grade III). La même technique décrite par Broome et Vancaillie [55] a été utilisée. Des séances endoscopiques ont été effectuées tous les mois jusqu'à la restitution d’une cavité utérine de taille normale. Après le traitement, 96% ont repris des menstruations normales, 17 patients ont tenté de concevoir après la chirurgie, et neuf (53%) ont eu des accouchements à terme. Les auteurs ont conclu donc que la lyse hystéroscopique des synéchies sous contrôle fluoroscopique semble être un traitement efficace des synéchies utérines et offre une meilleure vue fluoroscopique peropératoire des zones endométriales inaccessibles chez les femmes porteuses de synéchies utérines sévères.
En savoir plus

137 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale de l’hydatidose cérébrale de l’enfant (2002-2010) expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge chirurgicale de l’hydatidose cérébrale de l’enfant (2002-2010) expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Tous les patients ont bénéficié d’un bilan préopératoire comprenant un groupage, un bilan d’hémostase, une glycémie à jeun et une étude de la fonction rénale. 2.1 Technique : Consiste en l'énucléation en masse du kyste hydatique cérébral en injectant sous pression du sérum salé entre le parenchyme cérébral et la membrane du kyste, l’accouchement se fait alors sans problème. La cavité résiduelle est remplie avec du sérum hypertonique avant la fermeture des différents plans et la mise en place d'un drain extradural en siphonage (Fig. 7,8,9,10 et 11).
En savoir plus

128 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes