Haut PDF Aspects épidémio-cliniques, thérapeutiques et évolutifs des cancers du sein inflammatoires au CHU Mohammed VI de Marrakech

Aspects épidémio-cliniques, thérapeutiques et évolutifs des cancers du sein inflammatoires au CHU Mohammed VI de Marrakech

Aspects épidémio-cliniques, thérapeutiques et évolutifs des cancers du sein inflammatoires au CHU Mohammed VI de Marrakech

Le CA15-3 peut également être utile dans le suivi thérapeutique lorsqu’il est élevé initialement. Dans notre série, le couple radiographie thoracique/échographie abdominopelvienne a été réalisé chez toutes nos patientes, alors que la scintigraphie osseuse n’a été faite que chez 11 patientes soit 20%. La TDM cérébrale a été faite chez 5cas (9.09%) devant les signes d’HTIC. Le bilan d’extension de notre série avait révélé 22 cas de métastases à distance, soit 40% de métastases d’emblée, ce qui est légèrement supérieur aux résultats retrouvés par SEER (Surveillance, Epidemiology and End Results), qui montre que 17% à 36% des cancers inflammatoires du sein sont métastatiques d’emblée [109,110]. Ce pourcentage élevé de la maladie métastatique illustre très bien le profil évolutif et le pronostic péjoratif de CIS. Les autres séries marocaines ont trouvé que dans 20% à 26% de CIS sont métastatiques d’emblée.
En savoir plus

162 En savoir plus

Les aspects pidmiologiques, cliniques, para-cliniques, volutifs et thrapeutiques de la tuberculose neuromninge chez lenfant au Service de pdiatrie A au CHU Mohammed VI de Marrakech

Les aspects pidmiologiques, cliniques, para-cliniques, volutifs et thrapeutiques de la tuberculose neuromninge chez lenfant au Service de pdiatrie A au CHU Mohammed VI de Marrakech

2. Corticothérapie [36] Une grande partie des manifestations de la tuberculose est en fait liée à la réponse immunitaire de l’hôte plus qu’à la virulence du bacille tuberculeux lui-même. Les tuberculomes, les anomalies du liquide céphalo-rachidien et l’exsudat gélatineux sont les stigmates de la réponse inflammatoire et induisent des risques d’hydrocéphalie, d’atteinte des nerfs crâniens et de vascularite. La possibilité d’une majoration de ces phénomènes sous traitement antituberculeux est bien étayée; elle survient habituellement dans les premiers jours, rarement plus de deux mois après l’initiation du traitement, mais parfois jusqu’à cinq mois plus tard. Cette réponse paradoxale est mise sur le compte de phénomènes inflammatoires locaux liés à la libération d’antigènes tuberculeux et de la réactivation immunitaire par disparition de l’anergie induite par l’infection. La corticothérapie vise à atténuer les phénomènes inflammatoires présents avant le début du traitement et ceux qui relèvent d’une réaction paradoxale, souvent associés à une dégradation clinique. De plus, la corticothérapie réduit l’incidence des effets secondaires hépatiques des antituberculeux et permet d’éviter les modifications thérapeutiques qui en découlent.
En savoir plus

109 En savoir plus

Aspects épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et évolutifs de la diplégie spastique à propos de 40 cas

Aspects épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et évolutifs de la diplégie spastique à propos de 40 cas

A A B B S S T T R R A A C C T T The spastic diplegia is one of the most frequent forms of cerebral palsy; it is characterized by a prevalent attack of the lower extremities. For a better approaching of this handicap in Marrakech, we have realized a retrospective work on fourty children followed for spastic diplegia in the pediatric service A in CHU Mohammed VI, over a period from August 2003 to December 2007. In this study, the spastic diplegia encountered was only 9,55% for the cerebral palsy. The neonatal suffering, the none followed pregnancy and prematurity has been the major risk factors. The average age of our patients was 7 years, the sex ratio was 1,3 and almost half of our children were of rural origin or suburns.
En savoir plus

94 En savoir plus

Mortalité néonatale intra-hospitalière au CHU Mohammed VI de Marrakech

Mortalité néonatale intra-hospitalière au CHU Mohammed VI de Marrakech

Les causes de souffrance fœtale aiguë sont multiples. Elles entraînent toutes une hypoxie par diminution ou arrêt du transport d’oxygène vers le fœtus, soit par arrêt du flux sanguin utero placentaire, funiculo-fœtale ou hypoxie. Trois signes cliniques d'apparition brutale doivent faire évoquer une souffrance fœtale aiguë chez une femme en travail : un liquide amniotique teinté ou méconial lors de la rupture des membranes, une modification des bruits du cœur fœtal à l'auscultation et une modification des mouvements fœtaux constatés par la mère. L’enregistrement continu du rythme cardiaque fœtal (ERCF) reste un moyen indispensable pour le dépistage de la SFA dans la surveillance des grossesses à haut risque.
En savoir plus

92 En savoir plus

Epidémiologie de cas de traumatologie-orthopédie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Epidémiologie de cas de traumatologie-orthopédie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Epidémiologie de cas de traumatologie orthopédie au CHU Mohammed VI de Marrakech parc de Toubkal offre en plus d’un très beau paysage un site riche en gravures rupestres, patrimoine protohistorique, qui date de plus de 3000 ans avant J-C. La ville d’Essaouira, elle aussi, intègre des monuments historiques de renommée internationale : les remparts, les Skallas, le musée de Sidi Mohamed Ben Abdellah, le port…

201 En savoir plus

Le Ptrygion : exprience du service d'ophtalmologie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Le Ptrygion : exprience du service d'ophtalmologie du CHU Mohammed VI de Marrakech

II.ETIOPATHOGENIE : 42 1.Étiologies : 42 2.Pathogénie : 43 III.HISTOLOGIE : 47 1.Modifications épithéliales : 47 2.Modifications stromales : 47 3.Néovascularisation : 47 IV.CLINIQUE : 48 1.Mode de découverte : 48 2.Signes d’appels cliniques : 48 3.Répartition du ptérygion : 49 4.Associations pathologiques (Examen oculomoteur + examen des annexes) : 50 5.Étude de la réfraction : 50 6.Test d’exploration du film lacrymal 51 7.Test de Schirmer : 51 8.Forme typique: forme membraneuse 51 9.Formes cliniques : 53 V.PARACLINIQUE (TOPOGRAPHIE CORNENNE) : 55 1.Kératométrie : 55 2.Index de régularité de surface : 56 3.Index d’asymétrie de surface : 56 4.Astigmatisme associé : 56 VI.DIAGNOSTIC : 58 1.Diagnostic positif : 58 2.Diagnostic différentiel : 58 VII.TRAITEMENT : 59
En savoir plus

151 En savoir plus

Le kratocne : Exprience du service dOphtalmologie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Le kratocne : Exprience du service dOphtalmologie, CHU Mohammed VI, Marrakech

C’est une étude rétro et prospective portant sur 200 yeux suivis pour kératocône, au CHU Med VI de MARRAKECH entre 2009 et 2015. Cent dix patients sont colligés au cours de cette période, avec une légère prédominance féminine (Sexe ratio : 1,27) ; l’âge moyen des patients était de 26 ans [12-47] ; le 1/4 des patients présentaient une conjonctivite allergique dans les antécédents. Le kératocône était bilatéral chez 90 patients, portant le nombre d’yeux atteints à 200. L’acuité visuelle initiale était inférieure à 1/10 chez 55% des yeux. La réfraction réalisée chez tous les patients a montré que 40% des yeux avaient une mesure impossible et 120 yeux (60%) avaient un astigmatisme myopique irrégulier avec une valeur moyenne de -5,67 dioptrie. La valeur de la kératométrie moyenne était de 54,87 dioptries. L’examen à la lampe à fente a mis en évidence une ectasie cornéenne dans 85% des yeux atteintes, l’anneau de Fleischer dans 66%, les stries de Vogt dans 57% et les opacités cornéennes observées dans 35 %. La topographie spéculaire était réalisée chez 60% alors que la topographie d’élévation n’a pu être réalisée que chez 40% des yeux.
En savoir plus

145 En savoir plus

Cancer inflammatoire du sein: aspects pathogéniques, anatomo-cliniques et évolutifs

Cancer inflammatoire du sein: aspects pathogéniques, anatomo-cliniques et évolutifs

mammaires : …………………….………………………………………………. 3-3- Les aspects anatomo- pathologiques : ………………………........ a- Les carcinomes mammaires : ………………………………........ a-1. Le carcinome in situ : …………………….……………… a-2. Les carcinomes infiltrants : ………………….…………. b- La maladie de Paget du mamelon : …………………………….. c- Autres tumeurs malignes du sein : …………………………...... c-1. Les sarcomes du sein : ………………………………...... c-2. Les lymphomes malins non hodgkiniens (LMNH) du sein : …………………….…………………………………………. 3-4- L’immunohistochimie (IHC) : ……………………………………….... a- Des récépteurs hormonaux : …………………………………...... b-Le p53 : ……………………. ……………………………….………… c-HER2Neu et EGF Récepteur : ………………………………………. d-E-cadhérine : …………………………………….…………..………. V- Diagnostic différentiel : …………………….……………………………………………. 1- Les autres formes du cancer du sein : …………………………………..….... 2- La pathologie non tomorale : ………………………………..………………..... 2-1- Les mastites aigues : …………………………………………..……..... a- Les mastites bactériennes : …………………….………………… b- Galactophorite ectasiante : ……………………………………..... 2-2- Abcès du sein : …………………….…………………………………… a- L’aspect radiologique : …………………………………………..... b- Aspect échographie : …………………….………………………… c- La ponction cytologique : ……………………………………….... 2-3- Mastites subaiguës ou chroniques : ………………………………... a- Origine traumatique : cytostéatonécrose. …………………….. b- Origine infectieuse : …………………………………………..…... b-1.Tuberculose mammaire : ……..………………………… b-2. Kyste hydatique : ……………………………….…………
En savoir plus

223 En savoir plus

Les cancers des maxilliaires et des sinus de la face : aspects cliniques et thérapeutiques

Les cancers des maxilliaires et des sinus de la face : aspects cliniques et thérapeutiques

Vous avez accepté de nous confier oe travail dont vous avez suivi la réalisa.tion avec un grand.. et une attention 80U­.[r]

201 En savoir plus

Cancer du sein : Expérience du service de gynécologie obstétrique A à la maternité du CHU Mohammed VI Marrakech

Cancer du sein : Expérience du service de gynécologie obstétrique A à la maternité du CHU Mohammed VI Marrakech

Figure n°30 : Lacune polylobée hétérogène à la galactographie évoquant un cancer [97]. 1.1.4. Imagerie par résonance magnétique : C’est la technique la plus sensible en imagerie mammaire, notamment dans le bilan d’extension des cancers du sein localement avancés, dans le bilan d’une suspicion de récidive après tumorectomie. En raison de sa faible spécificité, l’IRM n’est pas recommandé pour le dépistage du cancer du sein ni pour caractériser une lésion détectée par l’imagerie standard (mammographie, échographie). Elle pourrait cependant être indiquée pour la surveillance systématique des seins denses des femmes génétiquement prédisposées au cancer du sein, en association avec la mammographie et l’échographie mammaire.
En savoir plus

179 En savoir plus

Les soins palliatifs au CHU Mohammed VI de Marrakech: Bilan dactivit

Les soins palliatifs au CHU Mohammed VI de Marrakech: Bilan dactivit

L e service de soins palliatifs du CHU Mohammed VI de Marrakech est encore jeune en tant que service de niveau tertiaire. Il fonctionne au sein d’un CHU à la fois en difficultés de démarrage et desservant un bassin très large. C e bilan de 3 ans d’activité du service a mis le point sur les caractéristiques de son activité. En effet, durant cette période, le service a effectué une activité hospitalière intense et variée. Cette activité reflète la demande d’offre à laquelle le service doit répondre. Néanmoins, en parallèle à cette demande, ce travail a permis le repérage des contraintes s’opposant au bon fonctionnement du service. Elles sont multiples, variées et se situent à plusieurs niveaux de la prise en charge.
En savoir plus

111 En savoir plus

Tuberculose digestive au CHU Mohammed VI de Marrakech à propos de 85 cas

Tuberculose digestive au CHU Mohammed VI de Marrakech à propos de 85 cas

Dans notre série, notre prescription a respecté les recommandations avec 76.5% de nos patients qui ont reçu un traitement classique court de 6 mois. Certains auteurs préconisent l’adjonction d’une corticothérapie d’appoint aux antituberculeux visant les phénomènes inflammatoires péritonéaux estimant réduire le risque de développement des adhérences péritonéales [1], sources de complications à long terme. Cependant, l’efficacité de la corticothérapie adjuvante n’est pas établie. Quatre études avaient évalué la corticothérapie dans la tuberculose péritonéale mais n’avaient toutes montré qu’un bénéfice modeste [46, 153, 154,155]. Dans notre série, aucun patient n’avait été mis sous corticothérapie.
En savoir plus

128 En savoir plus

Les encphalocles antrieures: exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Les encphalocles antrieures: exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Nous rapportons les observations de 14 cas d’encéphalocèles antérieures dans notre étude au service de neurochirurgie au niveau du CHU Mohammed VI de Marrakech pendant une durée de 4 ans de janvier 2011 à décembre 2014. La localisation nasoethmoidale était la plus fréquente (57 %) suivie par la localisation frontale (43 %).Toutes les malformations étaient diagnostiquées au scanner. Tous les cas ont bénéficié d’un traitement chirurgical avec résection de l’encéphale dysgénésique non fonctionnel et la fermeture des défect osseux et dure mèrien, avec une évolution favorable dans la plupart des cas (deux cas de méningite ont été notés avec bonne évolution sous antibiothérapie).
En savoir plus

128 En savoir plus

Analyse de la mortalit au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Analyse de la mortalit au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Il est difficile de définir les critères de transfusion qui s’appliquent à tous les patients de réanimation en fonction de la pathologie d’admission et des comorbidités présentes. Cependant, Il n’existe en tout cas aucun chiffre magique à retenir comme seuil transfusionnel. Au contraire, les décisions de transfusion doivent plutôt être individualisées, sur la base d’une série de critères cliniques et biologiques [54].

122 En savoir plus

Glaucomes congénitaux : Expérience du service d'Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Glaucomes congénitaux : Expérience du service d'Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Nous rapportons notre expérience en matière de prise en charge des glaucomes congénitaux, à travers une étude rétrospective menée entre mars 2009 à Octobre 20[r]

216 En savoir plus

Greffe de cornée : Expérience du service d’Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Greffe de cornée : Expérience du service d’Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

IX IX IX IX.... Techn Technique opératoire Techn Techn ique opératoire ique opératoire :::: ique opératoire Kératoplastie transfixiante versus kératoplasties lamellaires. Au service d’ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech, nous pratiquons la kératoplastie transfixiante (greffe complète de la cornée), mais cette technique s’accompagne de plusieurs complications majeures et souvent imprévisibles. Parmi celles-ci, le rejet, l’hypertonie oculaire, et la décompensation œdémateuse mettant en jeu le pronostic de la greffe. Il faut également mentionner les autres complications ne compromettant en rien la survie du greffon comme l’astigmatisme secondaire induit par plusieurs facteurs (incongruence des berges, tension et asymétrie des sutures…) et la récupération visuelle qui est tardive s’échelonnant sur 6 mois à un an selon le terrain du receveur, la cause de la greffe et l’heure de retrait des sutures.
En savoir plus

160 En savoir plus

Expérience du service de gynécologie obstétrique A CHU Mohammed VI - Marrakech

Expérience du service de gynécologie obstétrique A CHU Mohammed VI - Marrakech

Le risque majeur que représente la rupture utérine lors de l’accouchement sur utérus cicatriciel a poussé les obstétriciens à élaborer des moyens pour la prédiction de ce risque autres que cliniques qui ne sont présents que lorsque la rupture est en cours. Dans ce cadre, plusieurs auteurs ont insisté sur la valeur des anomalies du rythme cardiaque précédant souvent la rupture (6, 14, 23, 91). Gotoh (179), Rosenberg (86), et Hebisch (178) trouvent que la mesure de l’épaisseur du segment inférieur est une méthode plus efficace pour la sélection et la surveillance des parturientes à grand risque. Mizunoya (33) considère que la mesure de pression intra-utérine est un moyen fiable pour la prédiction d’une rupture utérine imminente.
En savoir plus

106 En savoir plus

Actinomycose des maxillaires – à propos de 4 cas au CHU MOHAMMED VI de Marrakech

Actinomycose des maxillaires – à propos de 4 cas au CHU MOHAMMED VI de Marrakech

Actinomycose des maxillaires - à propos de 4 cas au CHU MOHAMMED VI de Marrakech Souvent, les lésions demeurent localisées aux parties molles. Cependant, des formes où l’infection s’est propagée à l’os contigu aboutissant à une ostéomyélite ont été rapportées (9). Un début brutal, une progression rapide de la fièvre et une tuméfaction fluctuante, douloureuse, fistulisante accompagnée de trismus sont des signes en faveur d’une forme aiguë (7). La fistulisation à la peau ou dans la cavité buccale donne issue à un pus épais contenant des grains actinomycosiques (9).
En savoir plus

96 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes du rachis dorsolombaire au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des traumatismes du rachis dorsolombaire au CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des traumatismes du rachis dorsolombaire au CHU Mohammed VI Marrakech vi. Complications post opératoires :6 cas et qui sont comme suit : 3 patients ont présenté un débricolage de matériel pour lequel ils ont été repris avec réinsertion de vis pédiculaire. Un autre a présenté une issue de LCR au point d’insertion de la vis qui a dû être replacée sans évolution vers une méningite. Dans un autre cas le patient a rapporté des scitalgies L5 en rapport avec un malpositionnement d’une vis inférieure droite. Un autre cas a présenté une infection de plaie profonde pour laquelle il a bénéficié d’un parage. Les complications citées précédemment ont été bien jugulées sous traitement.
En savoir plus

147 En savoir plus

Profil épidémio-clinique du cancer de la vulve : Etude rétrospective au service de gynéco-obstétrique B au sein de CHU Mohammed VI de 2003 à 2009

Profil épidémio-clinique du cancer de la vulve : Etude rétrospective au service de gynéco-obstétrique B au sein de CHU Mohammed VI de 2003 à 2009

bowénoïdes d’évolution proche de celle des condylomes, avec un risque faible de transformation invasive. Cependant, une faible augmentation des carcinomes épidermoides invasifs est observée dans cette population jeune dans ce contexte d’infection à HPV. Plusieurs études épidémiologiques ont montré qu’en Europe et en Amérique du Nord, les carcinomes épidermoides invasifs survenaient dans deux tiers à trois quarts des cas sur des VIN non HPV induites, expliquant aussi la relative stabilité de l’incidence des CE invasifs. Alors qu’au Maroc l’incidence du cancer vulvaire invasif n’est pas encore calculée, aussi notre étude n’a pas calculé l’incidence des cancers vulvaires invasifs dans la population marocaine. Cependant, il est probable que l’on assistera dans les prochaines décennies à une augmentation de la fréquence de ces carcinomes invasifs du fait d’une augmentation de la durée de vie de la population et du fait de l’avènement de l’infection HIV [21].
En savoir plus

151 En savoir plus

Show all 7181 documents...