Haut PDF Apport de la tomodensitométrie dans le bilan d’extension des tumeurs de vessie

Apport de la tomodensitométrie dans le bilan d’extension des tumeurs de vessie

Apport de la tomodensitométrie dans le bilan d’extension des tumeurs de vessie

IL s’agit d’une étude rétrospective portant sur une série de 42 patients colligés aux services d’urologie et de radiologie du Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI de Marrakech sur une période de 7ans s’étalant entre Janvier 2002 et Février 2008. La méthodologie d’étude consistait en l’exploitation des dossiers des patients suivis pour tumeurs infiltrantes de vessie confirmées par l’échographie sus-pubienne et la cystoscopie avec biopsies, et ayant bénéficié d’un scanner abdomino-pelvien dans le cadre du bilan d’extension, puis d’un traitement chirurgical. La fiche d’exploitation élaborée comportait les paramètres cliniques, radiologiques notamment scannographiques, chirurgicaux et anatomopathologiques nécessaires pour répondre aux objectifs de notre étude.
En savoir plus

104 En savoir plus

Profil histologique, thérapeutique et pronostique des tumeurs rares de la vessie

Profil histologique, thérapeutique et pronostique des tumeurs rares de la vessie

Sur le plan radiologique, l’urographie intraveineuse (UIV) est l’examen de base qui permet de suspecter le diagnostic et montre souvent l’image typique de lacune dessinée au compas sur le cystogramme. L’échographie et la tomodensitométrie abdomino-pelvienne affirment la nature tissulaire de la tumeur qui prend le produit de contraste à l’angioscanner. Ces deux examens nous permettent aussi de rechercher des localisations concomitantes, ainsi que d’éventuelles métastases ganglionnaires ou viscérales. L’imagerie par résonance magnétique est un examen très fiable et permet de déceler les localisations mêmes de petite taille. Grâce à une excellente caractérisation des tissus, surtout au niveau de la vessie et autour des axes vasculaires, l’apport de l’IRM est supérieur à celui de la TDM dans l’évaluation des paragangliomes. Quoi que non spécifique, le phéochromocytome se manifeste à l’IRM par une masse pariétale, avec un signal intermédiaire ou un hyposignal en pondération T1 et par un hypersignal en pondération T2 (74).
En savoir plus

109 En savoir plus

Morbidit et Mortalit per et post-opratoire  court et  moyen terme des entrocystoplasties pour tumeurs de vessie

Morbidit et Mortalit per et post-opratoire court et moyen terme des entrocystoplasties pour tumeurs de vessie

c. Le stade TNM : : Le stade des tumeurs correspond à la description du degré d’infiltration de la paroi vésicale ou de l’extension ganglionnaire et la présence ou non des métastases systémiques. La classification TNM est établie après la réalisation d’un bilan clinique, endoscopique, histologique et radiologique complet. Cette classification a un double intérêt : pronostique et thérapeutique.La classification histopathologique post-opératoire pTNM (figure 18) est appréciée sur une pièce opératoire, utile pour le choix ou non d’un traitement adjuvant sur une pièce de cystectomie, il est établi facilement. Cependant, sur les copeaux de résection, cela peut s’avérer plus difficile et laisser planer un doute quant au degré d’extension locale exact de la tumeur.
En savoir plus

142 En savoir plus

Apport de l’IRM et de la tomodensitométrie dans le diagnostic des affections de l’oreille chez les carnivores domestiques

Apport de l’IRM et de la tomodensitométrie dans le diagnostic des affections de l’oreille chez les carnivores domestiques

Généralement lorsque l’on détecte les tumeurs bénignes sur les images scanner et IRM, elles sont déjà à un stade avancé. Elle sont hautement destructrices et résultent en une ostéolyse de la bulle tympanique pouvant s’étendre à l’os temporal. En images post contraste ces tumeurs apparaissent hyper intenses (IRM) ou hyperdenses (scanner). Selon la taille de ces masses il est possible que les structures adjacentes soient atteintes. Enfin il y a une extension intracrânienne dans les stades les plus avancés, avec pour conséquence un effet de masse (prise de contraste homogène) et une prise de contraste méningée.
En savoir plus

154 En savoir plus

Apport de l'imagerie dans les tumeurs abdominales malignes de l'enfant

Apport de l'imagerie dans les tumeurs abdominales malignes de l'enfant

étude des structures endorachidiennes (fourreau dural, moelle, racines), simplifient donc le bilan d'extension des neuroblastomes abdominaux. L'IRM peut également révéler des atteintes médullaires osseuses cliniques ou infracliniques et ainsi guider un geste biopsique ou une radiothérapie. Les métastases ostéo- médullaires se manifestent sur les séquences pondérées en T1 par un hyposignal par rapport au signal intense de la moelle osseuse (en involution graisseuse au niveau des membres) et sur les séquences pondérées en T2 par un hypersignal hétérogène ; la répartition de ces anomalies au sein de la moelle osseuse est focale, contrairement aux infiltrations leucémiques [24].
En savoir plus

120 En savoir plus

Place du TEP scanner dans la prise en charge des tumeurs de vessie infiltrant le muscle

Place du TEP scanner dans la prise en charge des tumeurs de vessie infiltrant le muscle

Le TEP scanner comme bilan d’extension avant chimiothérapie néoadjuvante et avant chirurgie a une bonne sensibilité (81%). Par contre, la spécificité est faible (54%). Peu d’études ont évalué la précision diagnostique du TEP scanner (avec un gold standard anatomopathologique) avant la chimiothérapie néoadjuvante. La forte sensibilité du TEP scanner sur le plan ganglionnaire est un atout majeur qui pourrait permettre aux oncologues, chirurgiens et radiothérapeutes de guider la prise en charge thérapeutique initiale. En effet, cela peut permettre à l’oncologue de mieux définir les patients qui bénéficieront de la chimiothérapie néoadjuvante. Le chirurgien pourrait, dans le cas d’une atteinte ganglionnaire visible au TEP scanner, cibler les adénopathies hyperfixantes et étendre le curage ganglionnaire si nécessaire. Enfin, en cas de décision de traitement par radiothérapie, le radiothérapeute pourrait cibler les adénopathies hyperfixantes au TEP scanner, grâce aux nouvelles techniques de radiothérapie avec boost. Cependant, cet examen manque de spécificité, ce qui s’explique par le fait que l’on ne peut différencier une adénopathie tumorale d’une adénopathie inflammatoire (fréquent si la RTUV est récente). Par ailleurs, le traitement systémique néoadjuvant peut modifier la stadification ganglionnaire (stérilisation sous chimiothérapie).
En savoir plus

88 En savoir plus

Évaluation de la tomographie par émission de positons au 18F-fluorodéoxyglucose couplée à la tomodensitométrie dans le bilan d’extension, l’évaluation thérapeutique, le bilan de récidive et la surveillance des sarcomes utérins

Évaluation de la tomographie par émission de positons au 18F-fluorodéoxyglucose couplée à la tomodensitométrie dans le bilan d’extension, l’évaluation thérapeutique, le bilan de récidive et la surveillance des sarcomes utérins

En  l’absence  de  nécrose,  le  diagnostic  positif  nécessite  la  présence  de  plus  de  10  mitoses  par   champ  à  fort  grossissement  ou  d’atypies  cellulaires  diffuses,  modérées  à  sévères.     Même   si   l’analyse   histologique   est   le   gold   standard   pour   le   diagnostic   de   certitude   et   l’évaluation   de   l’agressivité   des   cancers,   elle   reste   prise   en   défaut   dans   certains   cas   de   sarcomes   utérins   :   il   existe   en   particulier   un   continuum   entre   les   tumeurs   mésenchymateuses  à  potentiel  de  malignité  incertain  et  les  LMS.    
En savoir plus

53 En savoir plus

Apport de la tomodensitométrie sur le diagnostic cytologique des épanchements thoraciques chez le chien et le chat : étude rétrospective sur 24 cas

Apport de la tomodensitométrie sur le diagnostic cytologique des épanchements thoraciques chez le chien et le chat : étude rétrospective sur 24 cas

Nous avons vu que la radiographie permet de mettre en évidence les épanchements pleuraux lors de volume suffisant. L’échographie est l’examen complémentaire de choix pour leur étude. (Schevenement 2010) La tomodensitométrie est fréquemment utilisée lors d’atteintes thoraciques tant en médecine humaine qu’en médecine vétérinaire. Elle est particulièrement utile pour déterminer la nécessité d’une chirurgie chez les animaux avec une anomalie extrapulmonaire, la présence d’abcès pulmonaires ou de corps étrangers migrants. (Epstein, Balsa 2020) Elle est indiquée également pour le diagnostic et la localisation de tumeurs ou encore pour des bilans d’extension. Si une lésion est identifiée, les relations spatiales sont caractérisées : délimitation, rapport avec les structures voisines… (Sophie 2014) Le scanner permet aussi d’objectiver la présence d’un épanchement pleural parfois de faible quantité et peut être utilisé pour les caractériser : il est possible d’observer des cloisonnements, de trouver une zone idéale de ponction…(Schevenement 2010)
En savoir plus

131 En savoir plus

Intérêt de la tomodensitométrie dans le bilan initial des fractures périphériques : mise en place de comptes-rendus types : CD-ROM d'auto enseignement

Intérêt de la tomodensitométrie dans le bilan initial des fractures périphériques : mise en place de comptes-rendus types : CD-ROM d'auto enseignement

INTRODUCTION Le scanner (ou tomodensitométrie) est une technique d’imagerie utilisant le principe d’atténuation des rayons X. Elle a été inventée au début des années 1970 par un physicien américain A.M CORMACK et un ingénieur anglais G.M HOUSFIELD. Le scanner été composé d’un tube à rayon X (permettant la production des rayons X) et d’un seul détecteur (permettant de mesurer la densité des tissus biologiques à partir de leur capacité à absorber les faisceaux de rayons X). Il fallait alors attendre 5 minutes pour obtenir une seule coupe. Depuis, de nombreuses avancées technologiques dans ce domaine ont permis la multiplication des détecteurs, réunis en barrette, et la rotation du tube. Un arceau, comportant un émetteur de rayons X et des détecteurs va effectuer une rotation tout autour du corps du patient, celui ci se trouvant à l’intérieur de l’anneau. Actuellement, cela permet la réalisation d’un scanner avec 400 coupes en moins de 30 secondes. Les images obtenues après un traitement par ordinateur peuvent être visualisées dans les 3 plans (axial, coronal et sagittal) et reconstruites en volume. Parallèlement à ces avancées technologiques, les demandes et indications de scanner ont augmentées et se sont généralisées compte tenu de sa performance diagnostique, de sa rapidité, de son accessibilité et de l’aide apportée dans la décision thérapeutique. Il est incontournable aujourd’hui dans de nombreuses indications pour prendre en charge le patient notamment dans les situations d’urgences.
En savoir plus

36 En savoir plus

Apport de la tomodensitométrie dans l'étude du péritoine et du tube digestif abdominal : radioanatomie, applications pathologiques

Apport de la tomodensitométrie dans l'étude du péritoine et du tube digestif abdominal : radioanatomie, applications pathologiques

Les hématomes digestifs intra muraux sont des affections rares, qui surviennent le plus souvent dans un contexte étiologique particulier. Parmi les causes plus rare[r]

219 En savoir plus

Apport de limagerie dans le diagnostic des tumeurs osseuses malignes primitives de lenfant

Apport de limagerie dans le diagnostic des tumeurs osseuses malignes primitives de lenfant

1.5-5 EXTENSION TUMORALE : Elle peut être locorégionale intra osseuse au niveau du canal médullaire, extra osseuse au niveau des parties molles, ou à distance sous forme de métastases pulmonaires ou rarement osseuses. Les clichés simples ne permettent pas d’apprécier l’envahissement endocanalaire, et ne montrent que l’envahissement des parties molles (figure 66), qui est quasi constant, n’est évident que si la tumeur est calcifiée, sinon il est mieux précisé en scanner ou IRM [14]. Il est t émoin de la rupture du périoste. Il se traduit par une augmentation de densité, un refoulement ou un effacement des faisceaux graisseux, une désorganisation de la réaction périostée, et des calcifications à distance du foyer tumoral [53].
En savoir plus

203 En savoir plus

Etude comparative de la tomodensitométrie et de l’imagerie par résonance magnétique dans le diagnostic des tumeurs intracrâniennes chez le chien et le chat

Etude comparative de la tomodensitométrie et de l’imagerie par résonance magnétique dans le diagnostic des tumeurs intracrâniennes chez le chien et le chat

2.6.1I NTENSITÉ DE REHAUSSEMENT ET AGRESSIVITÉ DE LA LÉSION Le mécanisme physiologique à l’origine du rehaussement des lésions tumorales intraaxiales explique en lui-même qu’une lésion aura tendance à rehausser de façon d’autant plus intense qu’elle est agressive (I. Mateo, 2010). En effet, les tumeurs les plus agressives, notamment lorsqu’elles sont de nature gliale possèdent une arborescence vasculaire très modifiée, qui tend à faire disparaître la barrière hémato méningée. L’extravasation de produit de contraste vers les tissus tumoraux est alors autorisée et on assiste à une prise de contraste « active ». Du point de vue moléculaire, l’implication de facteurs tels que la GFAP a pu être mise en évidence dans ce phénomène (Johnson,
En savoir plus

143 En savoir plus

La résection de « 2nd look » améliore la survie sans récidive des tumeurs de la vessie n’infiltrant pas la musculeuse de haut risque

La résection de « 2nd look » améliore la survie sans récidive des tumeurs de la vessie n’infiltrant pas la musculeuse de haut risque

10 1) Introduction Les tumeurs de vessie sont la 5ieme cause de cancer en France et la 7ieme en terme de décès par cancer en France en 2012 (1). Les tumeurs vésicales n’infiltrant pas la musculeuse (TVNIM) ont une capacité à récidiver ou de progresser de l’ordre de 50-70% et 15-30% respectivement (2). Ces tumeurs relèvent d’un traitement conservateur, alors que les tumeurs infiltrant la musculeuse sont candidates à une cystectomie d’emblée. Le 1er temps de la prise en charge est une résection transurétrale de vessie (RTUV), à visée diagnostique et thérapeutique. Depuis 2010, les
En savoir plus

29 En savoir plus

Étude sédimentologique de la série holocène de l'estuaire maritime du Saint-Laurent: apport de la tomodensitométrie.

Étude sédimentologique de la série holocène de l'estuaire maritime du Saint-Laurent: apport de la tomodensitométrie.

Les débits des affluents de la Côte Nord sont très élevés en raison de la proximité de l'inlandsis (moins de 200 km). La végétation absente ou éparse est inefficace à empêcher le r[r]

260 En savoir plus

Apport de l'imagerie en coupe dans le diagnostic des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure : A propos de 73 cas

Apport de l'imagerie en coupe dans le diagnostic des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure : A propos de 73 cas

Les hémangioblastomes infratentoriels sont associés dans 72 % des cas à des anomalies de signal correspondant à des vaisseaux dilatés. Ces anomalies sont identifiées à la fois en T1 et en T2 sous forme d'images serpigineuses ou annulaires vides de signal, situées à la périphérie et au sein de la tumeur. Ces vaisseaux dilatés, qui ne sont pas mis en évidence par le scanner, correspondent à des artères nourricières ou à des veines de drainage. L’I.R.M. ne permet cependant pas de détecter les vaisseaux anormaux au sein des tumeurs inférieures à 1 cm au niveau de la fosse cérébrale postérieure. Pour augmenter la sensibilité de l'I.R.M. conventionnelle dans la visualisation de ces lésions vides de signal, on a recours soit aux séquences rapides en écho de gradient après injection de gadolinium en bolus, soit à l'angiographie par résonance magnétique qui possède une grande résolution spatiale suffisante pour détecter ces structures vasculaires [71].
En savoir plus

193 En savoir plus

Apport de la biopsie strotaxique dans la prise en charge des tumeurs crbrales

Apport de la biopsie strotaxique dans la prise en charge des tumeurs crbrales

5.... La radiochirurgie stéréotaxique La radiochirurgie stéréotaxique La radiochirurgie stéréotaxique La radiochirurgie stéréotaxique :::: Elle associe un cadre stéréotaxique avec soit de multiples sources de COBALT (GAMMA – KNIFE DE LEKSELL), soit un accélérateur linéaire isocentrique. La tête du patient étant placée dans le cadre stéréotaxique permet la localisation précise de la cible, permettant la biopsie et donc un diagnostic anatomopathologique. Ce dispositif est placé dans l’accélérateur linéaire en intégrant les coordonnées stéréotaxiques de telle sorte que la cible correspond à l’isocentre par lequel passe l’axe vertical (autour duquel tourne le patient) et celui de l’accélérateur linéaire. Ce système permet une irradiation multiple précise sous différents angles, la dose totale est délivrée en une seule séance, par des portes d’entrée multiples permettant au niveau de la cible des doses considérables sans dommage pour le cerveau avoisinant, cette technique est utilisée pour les malformations artério-veineuses cérébrales et pour certaines tumeurs [1, 37,73].
En savoir plus

141 En savoir plus

Intérêts et limites de l’observatoire REVELA13 pour la connaissance épidémiologique des tumeurs de vessie de la femme dans les Bouches-du-Rhône

Intérêts et limites de l’observatoire REVELA13 pour la connaissance épidémiologique des tumeurs de vessie de la femme dans les Bouches-du-Rhône

Les nouveaux cas ont été recueillis à partir de signalements directs à l’observatoire, de signalements indirects via les fiches issues des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire RCP[r]

123 En savoir plus

Apport des séquences IRM de diffusion et de perfusion dans la caractérisation des tumeurs de la parotide : étude prospective de 42 lésions

Apport des séquences IRM de diffusion et de perfusion dans la caractérisation des tumeurs de la parotide : étude prospective de 42 lésions

Un élément important et pourtant rarement clairement explicité dans la section « matériel et méthodes » des études publiées concerne la région d’intérêt. - En effet Il n’existe pas de consensus sur la taille à partir de laquelle les lésions de la tête et du cou peuvent être étudiées en diffusion. Des recommandations sur la diffusion en oncologie publiées en 2009 suggèrent une taille lésionnelle minimale d’étude supérieure à 2 cm (39). Ce seuil est trop restrictif pour les tumeurs de la tête et du cou pour lesquels un seuil de 5 mm semble acceptable. Dans notre étude le diamètre de la plus petite lésion étudiée était de 6 mm.
En savoir plus

126 En savoir plus

Tumeurs de l'encéphale chez le chat et le chien en imagerie par résonance magnétique (IRM) et tomodensitométrie (TDM): étude multicentrique

Tumeurs de l'encéphale chez le chat et le chien en imagerie par résonance magnétique (IRM) et tomodensitométrie (TDM): étude multicentrique

L'examen tomodensitométrique présente cependant quelques artefacts correspondant à des parasites plus ou moins structurés de l'image construite mais qui n'existent pas au niveau de l'objet, lorsque les valeurs Hounsfield calculées ne correspondent pas à la réalité. Il existe des artefacts : • Secondaires à des variations brutales de densité du tissu traversé : métal/os face à un liquide/air. Le changement brutal de densité invalide alors les calculs matriciels, ce qui entraîne la formation de bandes noires ou blanches rectilignes sur l'image. L'importante densité des os pétreux ou occipitaux, ou la présence d'un implant métallique peuvent provoquer ce type d'image, rendant encore plus malaisée la représentation par tomodensitométrie de la fosse caudale notamment.
En savoir plus

184 En savoir plus

Instillation endovsicale au bacille de Calmette et Guerin pour les tumeurs superficielles de la vessie non infiltrant le muscle : Etude prospective au CHU Mohammed VI  Marrakech

Instillation endovsicale au bacille de Calmette et Guerin pour les tumeurs superficielles de la vessie non infiltrant le muscle : Etude prospective au CHU Mohammed VI Marrakech

Ainsi, l’IPOP est recommandée aussi bien par l'Association française d'urologie que par l'Association européenne d’urologie. Cette recommandation découlait d'une méta-analyse d'essais prospectifs randomisés qui datait de 2004. Une mise à jour de cette méta-analyse a été réalisée par l'équipe de l'EORTC. Celle-ci a inclus les données individuelles de 2278 patients de 11 études randomisées (1117 patients ont eu une IPOP et 1161 patients ont eu une RTUV seule). Cette méta-analyse a mis en évidence que l'IPOP permet une diminution du risque de récidive tumorale de 35 % pour les TVNIM traitées par RTUV à l'exception des tumeurs avec plus d'une récidive par an et/ou un score EORTC inferieur à 5. En revanche, cette méta-analyse a confirmé l'absence de bénéfice de l'IPOP en termes de progression tumorale et de mortalité spécifique.
En savoir plus

178 En savoir plus

Show all 2932 documents...