Protocole de Coopération

Top PDF Protocole de Coopération:

L'Union européenne, acteur international de la diversité culturelle ? Le protocole de coopération culturelle

L'Union européenne, acteur international de la diversité culturelle ? Le protocole de coopération culturelle

1. L’accord crée la deuxième zone de libre-échange mondiale avec 15.16 trillions de dollars en Un nouveau droit international culturel inéluctable L’inclusion du protocole de coopération culturelle dans l’agenda des accords commerciaux n’est pas une initiative neutre et impartiale, considérée comme une réponse rationnelle à la problématique du renforcement de la coopération culturelle. En ce sens, la question de sa mise en œuvre et son efficacité reste éminemment politique, associée à des objectifs que chaque acteur essaie d’atteindre et est liée à la satisfaction des revendications particulières des acteurs impliqués et aux enjeux de puissance et d’autorité. Pour résumer, il convient de souligner trois points. En premier lieu, il s’avère que depuis une vingtaine d’années les gouvernements français et les professionnels français de la culture – travaillant souvent en pleine interaction et réciprocité - restent les instigateurs de la protection de l’intervention publique en matière d’industries culturelles et de la reconnaissance de la spécificité des biens et services culturels à l’échelle nationale, régionale et internationale. Il est intéressant de souligner que les autres Etats-membres de l’UE sont restés silencieux sur la question de l’inclusion du protocole et cette dernière est principalement soulevée par le gouvernement français et les milieux culturels européens et notamment français, affectés par le caractère et les objectifs du protocole. En deuxième lieu, depuis longtemps, le discours de la Commission européenne suscite une incertitude et une méfiance apparente au sein des gouvernements nationaux et des milieux culturels français. En raison de son double langage à cheval entre la dérégulation et l’interventionnisme, les rapports entre la Commission européenne et les acteurs français impliqués dans l’enjeu « commerce-culture » se fondent sur des soupçons qui persistent depuis le débat sur la directive TSF en 1989 et la polémique autour de l’exception culturelle en 1993 jusqu’à l’inclusion des protocoles dans l’agenda des accords bilatéraux de libre-échange. En troisième lieu, il est clair que le gouvernement français se rend compte que seule l’UE est pourvue d’autorité politique, de capacité d’action et de ressources institutionnelles et financières en vue de consolider ce nouveau droit international culturel et ses principes, issus de la Convention sur la diversité des expressions culturelles, de promouvoir la visibilité de cette dernière, ainsi que de veiller à sa mise en œuvre effective, tout en façonnant des nouvelles tâches en matière de coopération culturelle pour ses partenaires.
En savoir plus

9 En savoir plus

Évaluation de l’efficacité du protocole de coopération ASALEE sur la qualité du suivi des patients diabétiques de type 2 dans deux cabinets médicaux des Landes

Évaluation de l’efficacité du protocole de coopération ASALEE sur la qualité du suivi des patients diabétiques de type 2 dans deux cabinets médicaux des Landes

Ces résultats sont positifs mettant en évidence l’efficacité d’ASALEE dans le suivi des patients diabétiques de type 2, et ce malgré un petit effectif. 2) Comparaison avec d’autres études. Les résultats de notre étude sont en accord avec ceux de l’évaluation de l’IRDES publiée en 2008 [14] qui montrait que la probabilité de rester ou de devenir bien suivi était significativement plus importante pour tous les indicateurs de suivi pour les patients diabétiques de type 2 bénéficiant de l’intervention ASALEE comparativement à ceux assurés du régime général ou de la MSA du département des Deux-Sèvres. Actuellement, une nouvelle évaluation d’ASALEE (DAPHNEE : Doctor and Advanced Public Health Nurse Experiment Evaluation) est en cours par l’IRDES demandée par la Direction de la Sécurité Sociale (DSS) du ministère de la Santé et la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS). L’évaluation vise à préciser l’opportunité et les conditions d’une pérennisation et/ou d’une généralisation du protocole de coopération ASALEE [29].
En savoir plus

78 En savoir plus

Évaluation à un an de l’efficacité du suivi par protocole de coopération interprofessionnelle des patients sous pompe à insuline et de l’impact sur l’organisation des soins

Évaluation à un an de l’efficacité du suivi par protocole de coopération interprofessionnelle des patients sous pompe à insuline et de l’impact sur l’organisation des soins

3. Sécurité de la prise en charge Nous avons recueilli le nombre d’hospitalisation(s) pour cétose et d’hypoglycémie(s) sévère(s) durant le suivi, à 6 et 12 mois (Tableau 10). A la fin du suivi, une large majorité de patients n’a pas eu d’hospitalisation relative au diabète : 82,9% en suivi classique et 87,5% en protocole de coopération. Il y a 15,8% des patients en suivi classique et 10% des patients en protocole de coopération qui ont eu 1 hospitalisation et 1 patient dans chaque groupe avec 2 hospitalisations. Concernant le nombre d’hypoglycémie(s) sévère(s), définies par la nécessité d’intervention d’un tiers, 1 patient dans chaque groupe a fait 2 épisodes dans l’année et 1 patient en protocole de coopération un épisode unique. Sur le plan statistique, le risque d’avoir une hospitalisation et/ou une hypoglycémie sévère liée au type de suivi proposé, n’est donc pas statistiquement différent entre les 2 groupes.
En savoir plus

98 En savoir plus

Déterminants d'orientation vers le protocole de coopération ASALEE et appréciation d'usage par les médecins généralistes du dispositif en Languedoc-Roussillon

Déterminants d'orientation vers le protocole de coopération ASALEE et appréciation d'usage par les médecins généralistes du dispositif en Languedoc-Roussillon

Au total, il s'agit d'un protocole de coopération original, avec d'excellents résultats médicaux-économique, mais également dans l'appréciation qu'en ont les médecins. Du fait de sa structuration en base de donnée, fournie de façon assidue, régulière et fiable, le " logiciel ASALEE " est un outil puissant et unique à ce jour en France pour l'évaluation chiffrée quantitative en soins primaires. Certains points restent à améliorer, comme l'inter-opérabilité des systèmes d'information, le repérage systématique des patients éligibles dans les dossiers médicaux et l'organisation de formations pour les médecins. L'information des médecins est aussi à développer, et leur adresser une copie du tableau de bord de l'infirmier(e) pourrait être une première étape.
En savoir plus

92 En savoir plus

Protocole de coopération pour le réadressage des patients entre Maisons médicales de garde et Services d’urgences

Protocole de coopération pour le réadressage des patients entre Maisons médicales de garde et Services d’urgences

Introduction : Les Maisons médicales de garde constituent une réponse partielle aux problèmes posés par le désengagement des médecins libéraux de la Permanence de Soins Ambulatoires, par l’augmentation continue de la demande de soins non programmés, par le report de ces demandes vers les services d’urgences. Les Maisons médicales de garde semblent trouver leur place à proximité d’un service d’urgence, impliquant une coopération entre médecins généralistes de garde et urgentistes. Souvent factuelle, cette coopération pourrait être formalisée par un protocole de coopération tel que défini par l’article 51 de la loi HPST.
En savoir plus

67 En savoir plus

Élaboration et évaluation d’un protocole de coopération pluriprofessionnel visant à améliorer la prise en charge des patients sous AVK dans un territoire donné

Élaboration et évaluation d’un protocole de coopération pluriprofessionnel visant à améliorer la prise en charge des patients sous AVK dans un territoire donné

Certains n’ont également pas réussi à montrer d’impact de leur protocole pour améliorer les pratiques. C’est le cas d’une étude australienne de 2014 ayant mis en place un protocole de coopération entre les infirmières et les médecins généralistes de six maisons de retraites via un logiciel informatique (MedePOC) pour améliorer le suivi des patients sous Coumadine (46). Aucune amélioration significative n’a pu être notée mais les effectifs étaient faibles (19 médecins généralistes et 24 patients). Les auteurs préconisaient un changement de stratégie de communication et une augmentation de la durée de suivi pour envisager d’observer un impact du protocole. C’est aussi le cas de l’étude canadienne de 2014 ayant mis en place un algorithme pour l’équilibre du traitement par Coumadine en soins primaires (47). Il s’agissait d’une étude cas-témoins sur 537 patient pour laquelle aucune amélioration significative n’a pu être montrée (p = 0.73).
En savoir plus

112 En savoir plus

Coopération entre ophtalmologistes et orthoptistes en unité de lieu et protocoles de coopération

Coopération entre ophtalmologistes et orthoptistes en unité de lieu et protocoles de coopération

Par la suite, au plus tard le 30 janvier de l'année suivante, toutes les données recueillies concernant les protocoles de coopération doivent être transmises à l'ARS concernée. L'ARS aura alors un rôle d'analyse de la qualité et de l'exhaustivité des données. Les ARS, chaque année, adressent à la HAS un bilan des suivis des protocoles, en spécifiant les difficultés d'application et la HAS peut décider d'un arrêt du protocole mais peut également choisir d'étendre celui-ci. Les ARS rédigent pour chaque protocole un bilan de suivi comme vu précédemment comprenant des informations sur les professionnels de santé impliqués, comme le nombre d'équipes, de professionnels et à quelle date ils ont adhéré au protocole. Les ARS sont aussi en charge d'un bilan qualitatif reprenant les points forts et faibles du programme et un bilan quantitatif. L'évaluation des protocoles comprend aussi, le nombre de patients inclus dans l'étude, les caractéristiques du lieu de mise en place des protocoles. L'analyse des différents résultats permet de voir si les objectifs sont atteints, et quelles améliorations peuvent être apportées notamment pour la qualité et la sécurité des soins. Puis ces bilans sont complétés par l'état des lieux des protocoles en cours d'élaboration. Enfin la HAS, établit un bilan de suivi de chaque protocole au plus tard à la fin de la deuxième année civile des premières adhésions. Six mois avant la fin d'un protocole de coopération, la HAS effectue une analyse médico-économique et rend son avis sur l'efficience du protocole. Les suivis des années suivantes sont établis en fonction des résultats des premiers bilans.
En savoir plus

148 En savoir plus

PULP: Un protocole epidémique hybride

PULP: Un protocole epidémique hybride

mander (pull) p´eriodiques. Le premier type, fournir, est initi´e lorsqu’un nœud rec¸oit une information pour la premi`ere fois , ou lorsque ce nœud cr´ee une nouvelle information. La donn´ee est transmise imm´ediatement `a f (fanout, ou facteur de dispersion) autres nœuds, en d´ecr´ementant un temps de vie (TTL) associ´e au mes- sage. Lorsque ce temps de vie est nul, le message n’est plus retransmis. Le second type, dit demander (pull) est lui fond´e sur les ´echanges p´eriodiques : `a chaque p´eriode, chaque nœud contacte un autre nœud choisit al´eatoirement en indiquant les identifiants de messages d´ej`a rec¸us ; il rec¸oit en retour ceux dont il n’avait pas connaissance. Dans les deux cas, les pairs al´eatoires sont obtenus soit en connaissant l’int´egralit´e des pairs participants [2], ce qui ne passe pas `a l’´echelle, ou en utilisant un service d´ecentralis´e d’´echantillonnage de pairs, lui-mˆeme construit `a l’aide d’un protocole ´epid´emique [3]. Un tel service d’´echantillonnage maintient sur chaque nœud une liste de c pairs, en assurant le retrait des nœuds fautifs ou supprim´es et l’ajout des nouveaux nœuds, par exemple en utilisant un processus de brassage de liens du protocole Cyclon [8]. On appelle ronde une p´eriode d’ex´ecution du protocole ´epid´emique sur tous les nœuds, par ex. l’initiation d’une
En savoir plus

5 En savoir plus

Protocole de communication utilisé dans PIMSy

Protocole de communication utilisé dans PIMSy

Remarque: la verication pour savoir si le nombre de serveurs de traces est su sant pour reconstituer la trace compl ete ne se fait pas a ce niveau mais bien plus tard, c'est- a-dire, [r]

32 En savoir plus

le contrôle du délai dans le protocole OLSR

le contrôle du délai dans le protocole OLSR

Unité de recherche INRIA Rocquencourt Domaine de Voluceau - Rocquencourt - BP 105 - 78153 Le Chesnay Cedex France Unité de recherche INRIA Lorraine : LORIA, Technopôle de Nancy-Brabois -[r]

13 En savoir plus

Etat de l’art du protocole http2

Etat de l’art du protocole http2

Le streaming sur HTTP a réellement débuté avec le téléchargement progressif d’un contenu multimédia. Dans le téléchargement progressif, le contenu est encodé d’une manière à permettre sa lecture avant le téléchargement complet du fichier. Cette approche est supportée par n’importe quel serveur http sans modification ou augmentation. Cependant, le téléchargement progressif n’offrait pas toutes les fonctionnalités qu’on retrouve dans le streaming classique comme par exemple la navigation dans le flux. D’un autre côté, le streaming classique nécessite, jusqu’à maintenant, l’utilisation de protocoles séparés tels que le protocole RTP qui a été utilisé pour les visioconférences et les communication VoIP, et le protocole RTSP qui est utilisé pour la signalisation. Ces protocoles utilisaient des ports différents du port 80, chose qui les rendait facilement identifiables et donc facilement bloqués par les politiques de sécurité de différentes organisations pour protéger le réseau d’un contenu gourmand en ressources réseau.
En savoir plus

50 En savoir plus

Une attaque par rejeu sur le protocole SEND

Une attaque par rejeu sur le protocole SEND

Le mécanisme Neighbor Discovery Protocol utilise des messages de type ICMPv6(défini au-dessus du protocole IPv6)[CDG06]. Dans le cadre du mécanisme de DAD, seulement deux types de messages nous intéressent, le message Neighbor Solicitation (NS) et le mes- sage Neighbor Advertisement (NA). Lors de la résolution d’adresse, le message Neighbor Solicitation est utilisé pour demander l’adresse physique d’un noeud (p. ex. adresse MAC) avec lequel on désire communiquer en s’adressant à lui grâce à son adresse IP (version 6). Ce message contient un champ cible qui est rempli avec l’adresse (IPv6) du nœud que l’on souhaite contacter. Si cette cible existe, celle-ci répond par un message Neighbor Ad- vertisement destiné au nœud qui avait émis la requête et contient dans un de ses champs une option transportant l’adresse physique de ce nœud pour l’interface réseau concernée. Cette association entre l’adresse logique et l’adresse physique sera ensuite conservée dans la table de cache du voisinage (Neighbor Cache).
En savoir plus

12 En savoir plus

Un protocole pour la négociation des politiques de privacy

Un protocole pour la négociation des politiques de privacy

3.5 Spécification du protocole 3.5.1 Préambule La négociation consiste en plusieurs rounds. Durant chaque round un des deux participants fait une proposition et l’autre participant prend la décision d’accepter ou de rejeter cette proposition. La première proposition vient du serveur et contient sa politique en entier, ses alternatives et une variable qui indique qu’en cas d’échec de la comparaison si le serveur est prêt à négo- cier ou pas. Le client va de son coté comparer la politique envoyée par le serveur avec l’ensemble de ses préférences. Si pour chaque donnée demandée par le serveur, les politiques associées ne font pas partie des préférences in- acceptables du client alors la comparaison aura réussie et le client accepte alors la proposition. Si en revanche il existe une seule donnée pour laquelle les politiques ne concordent pas alors la comparaison échoue. A ce moment le client consulte la variable incluse dans le premier message, si la variable ne permet pas une négociation alors l’échange s’arrête et la transaction est annulée. Dans le cas contraire le processus de négociation peut commencer.
En savoir plus

53 En savoir plus

Un protocole de description de discours politiques

Un protocole de description de discours politiques

Il va sans dire que cet aspect est central lorsque le discours est de nature politique, car le statut de l'énonciateur est névralgique dans la dynamique de constitution du lien discursif. Celui qui parle - le sujet du discours - devient, au moyen de certaines opérations linguistiques, un nouvel objet du monde: il s'attribue - sinon de manière explicite, par connotation - une position et des qualités qui définissent son identité politique (Maitland et Wilson, 1987). L'inscription du locuteur dans l'énonciation se réalise typiquement par l'utilisation de certains mots grammaticaux (les pronoms personnels, les adjectifs et les pronoms possessifs) ainsi que par le recours aux désinences verbales correspondant aux premières personnes du singulier et du pluriel. Étant donné qu'il existe des divergences sur le plan syntaxique entre les trois langues des corpus retenus, nous avons prévu pour le protocole des procédures visant à obtenir des résultats comparables. Les voilà:
En savoir plus

27 En savoir plus

Les orgines historiques de la coopération économique régionale comme forme non-hégémonique de coopération

Les orgines historiques de la coopération économique régionale comme forme non-hégémonique de coopération

L’attrait du crédit international comme concept est qu’il illustre d’une manière éclatante que ce qui comptait en dernière instance, au niveau le plus profond, ce qui a influencé des for[r]

145 En savoir plus

Le Défi coopération : collaborer pour apprendre ? Expérience et réflexion autour du Défi-coopération en GS

Le Défi coopération : collaborer pour apprendre ? Expérience et réflexion autour du Défi-coopération en GS

Antoine : — Oui, bon, d’accord. La prochaine fois, je ne donnerai pas d’ordres . 14 Le « Radio Classe », instaurée dès le début d’année, aide à produire ce genre d’échange, fluide et sincère entre les élèves. Même si tout le monde ne participe pas, tous écoutent et respectent ce temps de discussion. Nous pouvons alors exposer pendant le bilan oral collectif, les comportements qui gênent la coopération et l’atteinte de l’objectif. Les conflits, ainsi non traités pendant les 20 minutes de l’activité, sont « mis sur la table » par la parole, en collectif. L’observation de la part du professeur, et parfois d’un autre groupe d’enfants, nourrit les dialogues. Ce qui est moins saisissant mais qui reste une conséquence notoire est l’autonomie gagnée lors de ces temps de réalisation se réinvestit dans le quotidien des élèves.
En savoir plus

34 En savoir plus

Quelles nouvelles politiques de coopération ?

Quelles nouvelles politiques de coopération ?

Une programmation budgétaire pluriannuelle pourrait être adossée à la prochaine loi LOP-DSI qui doit être révisée en 2019 pour la période 2019- 2022, afin de traduire dans la loi l’eng[r]

9 En savoir plus

Développement rural et coopération interuniversitaire

Développement rural et coopération interuniversitaire

Le partenariat entre nos universités vietnamiennes et belges doit privilégier l’échange d’expertise entre enseignants et chercheurs donnant priorité à l’intégration de leurs disciplines respectives dans une approche pluri- et interdisciplinaire du développement rural. Une coopération se limitant uniquement à des échanges entre spécialistes de la même discipline ne peut pas conduire à développer une capacité d’analyse adéquate des enjeux globaux et des interactions entre les différents niveaux de la réalité et de la décision ; ce type de coopération entre spécialistes de disciplines isolées, aussi compétents soient-ils chacun dans leur domaine, contribue peu à mettre en place des stratégies qui soient pertinentes et crédibles du point de vue du développement durable.
En savoir plus

5 En savoir plus

La coopération dans la formation éthique des maîtres

La coopération dans la formation éthique des maîtres

De ce fait, l’herméneutique devient pour l’agent moral, une intelligence non seulement supplémentaire, mais fondamentale tant qu’elle permet d’étendre ce que nous pouvons apprendre des situations vécues ou non tant individuellement que collectivement, et donc, permet de mieux cerner les jeux et les enjeux en situation. Ceci dit, l’objectif de cette recherche tend à montrer à travers l’histoire des idées, la nature des formes de coopération dans la relation pédagogique, tout en analysant dans le contexte de notre actualité, les formes nouvelles que celle-ci prend, et les conditions de possibilité qui permettraient éthiquement la revitalisation de l’agir enseignant. Retenons donc que nous faisons ici le choix de tenter de comprendre à travers l’histoire, notamment, dans le contexte de l’Antiquité grecque, les formes ‘’primitives’’ de coopération dans la relation pédagogique, en analysant leur spécificité, leur finalité afin de mesurer à l’aune de cette compréhension, la nature du questionnement qui est le nôtre, celle qui consiste à montrer en quoi cette notion de coopération tient lieu de fondement éthique dans l’agir enseignant. Ainsi, du point de vue méthodologique, cette recherche s’appuie sur l’analyse des contenus adossée à une perspective herméneutique et à une approche constructiviste.
En savoir plus

15 En savoir plus

L'accompagnement professionnalisant, coopération et réciprocité

L'accompagnement professionnalisant, coopération et réciprocité

étudiants dans de bonnes conditions, leur attribuer un tuteur dès le premier jour, planifier les bilans, expliquer leur parcours de stage…Une autre difficulté à laquelle j’[r]

146 En savoir plus

Show all 1111 documents...