prix agricoles

Top PDF prix agricoles:

Synthèse sur les prix agricoles

Synthèse sur les prix agricoles

C’est pourquoi le GATT, après la fin de la seconde guerre mondiale, avait prévu une « exception agricole », qui autorisait les pays signataires à pratiquer des politiques autonomes en matière de prix agricoles , à l’abri de barrières douanières plus ou moins élevées. Les résultats en furent variables, mais dans l’ensemble, il est certain que les famines prévues pour les années 1990 par nombre d’analyste des années 1950 ont été évitées grâce à ces politiques de « prix garantis ». Au contraire, on s’est aperçu d’une autre cause possible de désastre et d’inefficacité, la « surproduction » : les stocks grossissaient de façon incontrôlée dans les magasins des États qui avaient promis d’acheter toute quantité offerte à prix fixe.
En savoir plus

5 En savoir plus

Instabilité des prix agricoles sur les marchés mondiaux et gestion des risques : Quel rôle pour la puissance publique ?

Instabilité des prix agricoles sur les marchés mondiaux et gestion des risques : Quel rôle pour la puissance publique ?

parle de fluctuations endogènes. Or si cette courbe est évidemment différente de celle de la figure 1 (en particulier, elle est “ stationnaire ”, c’est à dire que les fluctuations se font autour d’une mé- diane indépendante du temps, ce qui n’est pas le cas de la courbe du prix du blé, sur laquelle des “ trends ” sont nettement visibles à différentes époques), elle présente tout de même avec cette dernière des ressemblance troublantes dans son allure générale. Ce sont des expériences comme celle-ci qui permettent de penser que des systèmes chaotiques de ce genre rendent compte de beaucoup d'aspects des fluctuations réelles de prix agricoles. Mais si tel est le cas, les politiques à mettre en œuvre pour amodier les effets pervers de ces fluctuations sont complètement différen- tes de celles qui résultaient de l'analyse suivant laquelle l'origine des fluctuations est exogène.
En savoir plus

7 En savoir plus

Rupture et asymétrie de la transmission des prix agricoles internationaux

Rupture et asymétrie de la transmission des prix agricoles internationaux

4.4 Le Costa Rica Bien que les exportations aient été très largement taxées jusqu'en 1999, le gouver- nement n'a jamais poursuivi aucun objectif de stabilisation des prix à la production. Le système de commercialisation étaient supervisé par une instance en charge de xer le paiement partiel minimum que les producteurs reçoivent à l'avance (Instituto de Café de Costa Rica - ICAFE). La totalité du paiement n'était versée qu'à la n de la saison, lorsque le prix d'achat des minotiers a été déterminé en fonction des ventes totales aux exportateurs et des coûts de transformation. Les producteurs subissent la totalité des uctuations des prix internationaux (Cardenas, 1994). Ainsi, bien que depuis plusieurs années le Costa Rica soit engagé dans une politique de libéralisation commerciale, il n'y a pas de raison de penser que la transmission des prix agricoles le long de la lière café ait été améliorée - les prix payés aux producteurs étant déjà très largement déterminés par les prix internationaux avant la libéralisation com- merciale. Par conséquent, l'hypothèse d'une rupture dans la relation de long terme entre les prix n'est pas testée ici. En revanche, il est possible que les intermédiaires commerciaux ait inuencé la symétrie de la transmission. La procédure de Enders et Siklos (2001) est donc utilisée pour tester la présence d'un seuil dans la vitesse d'ajustement du prix payé au producteur.
En savoir plus

42 En savoir plus

L'instabilité des prix agricoles : réflexion sur les causes et les implications de la flambée des prix

L'instabilité des prix agricoles : réflexion sur les causes et les implications de la flambée des prix

Si le modèle réalisé a bien rempli son objectif initial « montrer la faiblesse des gains de la libé- ralisation et leur dépendance à de petites varia- tions dans les hypothèses » il reste loin d ’être réellement satisfaisant. Le point le plus ennuyeux tient aux difficultés à obtenir des simulations de longues périodes. L ’apport de mathématiciens appliqués serait sans doute nécessaire pour améliorer cet aspect. Le fonctionnement des marchés reste encore trop caricatural, plusieurs pistes d ’améliora- tions existent en la matière : représenter le stockage, différents agents avec des processus d ’anticipations plus ou moins optimistes pour chaque secteur. Enfin, si l ’on considère qu’il est important de représenter avec certains détails les différents types d ’agent, car les situations sont variées, il faut aussi disposer de modèles nationaux, pour rester dans des dimensions rai- sonnables. Puisque l ’ensemble des experts s ’accordent maintenant sur la faiblesse des gains à attendre de la libéralisation des échan- ges et que le retrait total des États ne semble pas à même de donner les résultats escomptés en matière de lutte contre la pauvreté, la défi- nition des politiques nationales pourrait béné- ficier du développement de ce type de modèle. Compte tenu de l ’importance du secteur agri- cole dans le développement économique et la lutte contre la pauvreté, il semble urgent d ’être à même de représenter les processus à l ’œuvre sur ces marchés et les principaux déterminants des fluctuations des prix agricoles, ceux-ci apparaissant comme un obstacle essentiel au développement des agricultures locales.
En savoir plus

7 En savoir plus

Les interrelations entre prix agricoles et liquidités internationales

Les interrelations entre prix agricoles et liquidités internationales

monétaire, les prix agricoles à Èayer en cette monnaie sont automatiquement réajustés : Cest une des consé quences immédiates du recours à l'u .c puisque la valeur de[r]

15 En savoir plus

Commerce, développement et volatilité des prix agricoles

Commerce, développement et volatilité des prix agricoles

La confirmation par l’expérience historique Pour réduire les fluctuations, il faut donc changer le système de formation des prix. C’est justement sur cette idée que s’appuya Roosevelt pour « faire passer » les prix agricoles administrés. Le succès dépassa toutes ses espérances, comme le montre le graphique 4 . En dépit de la « garantie de prix », sur le long terme, le prix réel du blé, sur le marché libre de Chicago, est beaucoup moins fluctuant qu’avant, et surtout, il diminue constamment. Il a été divisé par quatre depuis 1945, alors qu’il était resté stable ou en légère croissance au cours du siècle précédent. Ainsi, et contrairement à une légende tenace, le contribuable américain « en a eu pour son argent » avec les sommes –il est vrai énormes, et qu’il aurait été sans nul doute possible de diminuer – dépensées pour le soutien aux prix agricoles. Les baisses de prix qu’il a finalement obtenues représentent pour le consommateur un bénéfice sans commune mesure avec le prix payé par le contribuable.
En savoir plus

10 En savoir plus

Quel impact des nouveaux spéculateurs sur les prix agricoles ? Une analyse empirique des fonds d’investissement

Quel impact des nouveaux spéculateurs sur les prix agricoles ? Une analyse empirique des fonds d’investissement

Cette distinction a été officialisée sur les marchés américains à la création de la Commodity Exchange Authority 4 (CEA) en 1936. Les marchés à terme « modernes » sont nés dans les années 1850 aux Etats-Unis et en Europe. Ils ont cherché à attirer des acteurs non-professionnels afin d’apporter de la liquidité au marché. Ainsi, au moment de la récolte, les ordres de vente des producteurs et des collecteurs locaux sont importants. Par la vente à terme, ces détenteurs de marchandises cherchent à couvrir le risque de baisse des prix, et donc la baisse de valeur de leurs stocks. Il est nécessaire d’attirer des contreparties qui peuvent être des utilisateurs futurs du produit mais aussi des « spéculateurs » (ou non-professionnels). La présence des spéculateurs a toujours été décriée par la voix populaire depuis l’origine des marchés à terme (Jacks 2007). Les prix trop hauts ou trop bas, les prix trop volatiles sont des reproches portés de façon constante à l’activité spéculative.
En savoir plus

40 En savoir plus

Evaluation de l'impact environnemental des politiques et prix agricoles en grande culture

Evaluation de l'impact environnemental des politiques et prix agricoles en grande culture

Qu’il s’agisse de modèles de programmation (linéaire ou mathématique), de modèles économétriques d’offre ou encore de modèles d’équilibre partiel ou général, la décision du producteur ou la formation d’un prix d’équilibre sur un marché demeure l’enjeu principal des recherches en économie agricole. Il est donc naturel de constater que les contraintes agronomiques affectant les possibilités de production ne sont pleinement prises en compte que dans peu de cas. Il s’agit essentiellement de modèles de production de type « primal », basés sur des modélisations des niveaux de rendement des cultures (ou dans certains cas, des marges brutes) en fonction du niveau physique des intrants. Par opposition, les modèles de type « dual », reposant sur l’information contenant dans les coûts et les prix, intègrent plus difficilement l’information agronomique. Au-delà de la complexité croissante des modèles liée au nombre de productions possibles et aux pratiques culturales à représenter (agendas de fertilisation, d’irrigation, etc.), le problème de disponibilité de données à un niveau suffisamment désagrégé, tout en restant représentatif des systèmes de culture à l’échelle nationale (Guyomard et al., 1996) explique en partie pourquoi peu de modèles économiques incorporent des contraintes agronomiques. En conséquence, il est souvent difficile de disposer de variables pertinentes en sortie des modèles économiques, pour assurer le couplage avec des simulateurs environnementaux destinés à évaluer les impacts des décisions de production (Plantinga, 1996). Le même problème se pose dans le cas de la confrontation des observations sur ces décisions avec des données de mesure des impacts environnementaux.
En savoir plus

9 En savoir plus

Le rôle du taux de change réel dans la transmission de l'instabilité des prix agricoles internationaux

Le rôle du taux de change réel dans la transmission de l'instabilité des prix agricoles internationaux

Ceci est mis en évidence à travers un échantillon de 51 pays agricoles en développement sur la période 1968-2002. Dans ces pays, le taux de change réel, provisoirement déni comme le taux de change nominal pondéré par le rapport d'un indice de prix intérieurs à un indice de prix à l'étranger, est sou- vent supposé évoluer en fonction des mouvements des prix mondiaux (dans le sens d'une atténuation des chocs) et l'on s'attend alors à ce que l'instabilité des prix réel en monnaie locale soit plus faible que l'instabilité des prix réels internationaux. En eet, bien que le taux de change réel soit théoriquement déterminé par de nombreux facteurs (Rogo (1996)), les analyses de ses déter- minants dans les pays en développement soulignent le caractère prépondérant des termes de l'échange (voir par exemple Drine et Rault (2005)). Ces derniers étant étroitement liés aux prix mondiaux des produits primaires dans les pays qui exportent principalement ce type de produits, le taux de change réel de- vrait y être largement déterminé par les mouvements des prix mondiaux. Or, notre analyse montre que l'instabilité des prix réels en monnaie locale est supé- rieure à celle des prix réels exprimés en dollars (ou en monnaie internationale) dans la majorité des pays, sur les périodes 1975-1981, 1982-1988, 1989-1995 et 1996-2002. Au cours de ces périodes, le taux de change réel est donc plutôt une source d'instabilité des prix réels en monnaie locale et ne joue qu'un faible rôle de compensation des chocs, étant le plus souvent trop faiblement corrélé aux prix réels internationaux.
En savoir plus

39 En savoir plus

Instabilité des prix agricoles sur les marchés mondiaux et gestion des risques : quel rôle pour la puissance publique ?

Instabilité des prix agricoles sur les marchés mondiaux et gestion des risques : quel rôle pour la puissance publique ?

Maître de conférence à la Faculté universitaire des sciences agronom.iques de Gembloux, Michel Baudoin est aussi pro- ducteur et opérateur sur les marchés internationaux du café, aprè[r]

4 En savoir plus

Instabilité des prix agricoles et politiques optimales de stabilisation

Instabilité des prix agricoles et politiques optimales de stabilisation

. Le chapitre 5 compare ainsi des politiques optimales de stockage alimentaire, avec et sans engagement de l’État, à des règles simples comme une subvention au stockage privé ou une bande de prix défendue par du stockage public. L’engagement du gouvernement entraîne des gains de bien-être par rapport à une politique discrétionnaire liés à la possibilité de manipuler les anticipations des producteurs et donc de les induire à stabiliser le marché en plus de ce qui est fait par le stockage public. Les règles simples de stabilisation permettent d’obtenir des gains proches de ceux obtenus avec des politiques optimales. Enfin, l’analyse des politiques de stabilisa- tion est étendue à un cadre d’économie ouverte dans lequel les instruments de stabilisation sont la politique commerciale et le stockage (Ch. 6). Les résultats montrent qu’une politique de stockage non accompagnée d’une politique commerciale ne profite pas aux consommateurs, car les bénéfices de la stabilisation se dissipent sur le marché mondial. Au contraire, une politique commerciale optimale permet d’augmenter fortement la stabilisation en exploitant le marché mondial. Les ex- portations sont taxées pour éviter de trop faire augmenter les prix domestiques et les importations sont subventionnées pour faire baisser les prix lorsque la disponibilité intérieure est faible. Une telle politique est cependant particulièrement non-coopérative et, si utilisée par de nombreux pays, serait susceptible d’amplifier la volatilité des prix mondiaux.
En savoir plus

193 En savoir plus

Les prix de la S.H.C.

Les prix de la S.H.C.

Vancouver, British Columbia V6T1W5 LE PRIX WALLACE K. FERGUSON La Société historique du Canada est heureuse d’annoncer le concours du prix Ferguson. D’une valeur de 2 000 $, le prix sera décerné à l’auteur d’un ouvrage scientifique en histoire paru en 1991 et portant sur un domaine Autre que l'his­

2 En savoir plus

Les prix de la S.H.C.

Les prix de la S.H.C.

12 Bulletin de la Société historique du Canada Les prix de la S.H.C. PRIX JOHN BULLEN La Société historique du Canada est heureuse d'annoncer le concours du prix John Bullen. D'une valeur de 500 $, le prix sera décerné à la meilleure thèse de doc­ torat en histoire canadienne ou dans un domaine connexe. Le prix sera remis en juin 1993 lors de l'assemblée annuelle de la Société.

2 En savoir plus

Le prix de l'incompétence

Le prix de l'incompétence

Le prix de l’incompétence* Jean-Marie Choffray** 05/10/08 Il y a un peu plus d’un an, un de mes fils, qui avait accepté un poste d’administrateur non rémunéré dans une entreprise détenue par un ami, fut très surpris lorsqu’il reçut une lettre recommandée d’un important cabinet d’huissiers l’appelant en comblement immédiat d’une dette sociale… Après règlement du différend, causé par un décalage de trésorerie, l’entreprise poursuivit son activité, avec courage et détermination !

1 En savoir plus

Awards / Prix

Awards / Prix

University of New Brunswick P.O. Box 4400 Fredericton NB E3B 5A3 LE PRIX WALLACE K. FERGUSON La Société historique du Canada est heureuse d'annoncer le concours du prix Ferguson. D'une valeur de 1 000 $, le prix sera décerné à l'auteur d'un ouvrage scientifique en histoire paru durant l'année et portant sur un domaine AUTRE QUE L'HISTOIRE CANADIENNE. Les candidats doivent être citoyens canadiens ou immigrants reçus. Le prix sera remis à l'assem- blée annuelle de la Société, en juin 2004, à la University of Manitoba.

8 En savoir plus

Les prix prédateurs

Les prix prédateurs

La prédation par signal 18 consiste à faire croire aux concurrents que le marché n’est pas rentable en manipulant l’information. Dans une telle situation, les entrants potentiels vont renoncer à entrer sur le marché. La proie doit pouvoir observer les pertes réalisées par le prédateur et celles-ci doivent être suffisamment importantes pour que le concurrent potentiel estime que l’activité n’est pas rentable. La réussite de la stratégie prédatrice dépend de la crédibilité du signal. En effet, les pertes doivent être très importantes pour que le message soit crédible et dissuade l’entrée. Les autorités de concurrence doivent s’assurer qu’il y a bien une manipulation de l’information par le prédateur et que la proie n’observe pas la réalité du marché. Cette démarche permet de s’assurer que la plainte n’est pas le reflet de l’inefficacité du plaignant, et que les prix bas ont pour objectif d’évincer les concurrents potentiels.
En savoir plus

86 En savoir plus

Les prix de la S.H.C.

Les prix de la S.H.C.

La S.H.C. décernera, par ailleurs, en décembre 1990, le prix Albert B. Corey, d’une somme de 2 000 $ conjointement avec l’American Historical Association à l’occasion de la rencontre annuelle de cette association. Le prix sera remis à l’auteur du meilleur livre sur l’histoire du Canada et des Etats-Unis ou sur l’histoire des relations entre les deux pays, publié en 1988 ou en 1989. Une copie de chaque ouvrage présenté doit être envoyée à:

1 En savoir plus

Les prix de la S.H.C.

Les prix de la S.H.C.

Le prix Sir John A. Macdonald, d’une somme de 2 000 $, sera décerné à l’auteur du meilleur ouvrage en histoire du Canada publié au cours de l’année 1990 et “jugé comme apportant la contribution la plus significative à la compréhension du passé canadien”. Les candidatures doivent être soumises au plus tard le 15 janvier 1991

1 En savoir plus

Prix / Prizes

Prix / Prizes

Allan Smith (Chair) Department of History, University of British Columbia, Vancouver, British Columbia V6T 1W5 MÉDAILLE FRANÇOIS-XAVIER GARNEAU LLa Société historique du Canada est heureuse d’annoncer le sixième concours pour l’obtention de son prix le plus prestigieux, la Médaille François-Xavier Garneau. Le prix com- prend une médaille spécialement frappée pour la circonstance au nom du lauréat et une somme de 2 000 $. Il sera décerné au récipiendaire lors de la réunion annuelle de la SHC qui sera tenue en mai 2005 à la University of Western Ontario. Le prix F.-X. Garneau, institué à la mémoire du premier grand historien du Canada (1809-1866), sera décerné à un citoyen canadien ou à un immigrant reçu vivant au Canada qui aura publié un ouvrage exceptionnel en histoire, pendant la période de cinq années allant de 1998-2002. L’ouvrage couronné devra avoir été publié dans l’une des deux langues officielles du pays.
En savoir plus

6 En savoir plus

Prizes / Prix

Prizes / Prix

La Compagnie d'assurance Manuvie qui, depuis 1977, parrainait le prix John A. Macdonald, composé d'une bourse et d'une médaille de bronze à l'effigie du Premier Ministre Macdonald, a informé la Société historique du Canada, l'été dernier, qu'elle délais ­ serait ce prix. Après des pourparlers, Manuvie a décidé de maintenir son appui durant deux autres années, mais en fournissant une moindre somme

1 En savoir plus

Show all 1277 documents...