Intégration des immigrants -- Montréal

Top PDF Intégration des immigrants -- Montréal:

La communication organisationnelle et le rapport aux textes : comparaison des discours de deux Bureaux de l’intégration des immigrants à Genève et à Montréal

La communication organisationnelle et le rapport aux textes : comparaison des discours de deux Bureaux de l’intégration des immigrants à Genève et à Montréal

elle, le fait d’invoquer des textes pour légitimer les projets visant à favoriser l’intégration des immigrants pourrait être plus ou moins nécessaire selon l’actualité et la façon dont l’immigration est perçue dans le débat public. Or, comme me cite un employé du BINAM, selon une étude commandée à Léger en décembre 2017, à Montréal, la majorité de la population (64 %) croit que l’immigration est une richesse (Normandin, 2018). La population montréalaise serait donc convaincue du bien-fondé des investissements du Gouvernement dans l’intégration des nouveaux-arrivants et le débat porterait plutôt sur « les priorités », « les orientations » comme nous l’avons souligné plus haut (l.399- 400).
En savoir plus

140 En savoir plus

La perception d'apprenants immigrants iraniens adultes de leurs cours de français langue seconde à Montréal, de leur investissement social et de leur intégration linguistique

La perception d'apprenants immigrants iraniens adultes de leurs cours de français langue seconde à Montréal, de leur investissement social et de leur intégration linguistique

Dans le cadre de notre étude, nous avons eu l'opportunité d'interviewer onze apprenants immigrants adultes d'origine iranienne nouvellement arrivés au Québec Ils nous o[r]

124 En savoir plus

Établissement et stratégies d'intégration des immigrants syriens à Montréal, 1890-1945

Établissement et stratégies d'intégration des immigrants syriens à Montréal, 1890-1945

D Catho li que Canad i enne Catholique 1901 Canad i enne Cathol i que Canadienne Catholique Canad i enne Catho li que 1900 Canad i enne Catholique Canad i enne Catholique [r]

161 En savoir plus

Intégration linguistique et performance économique d'une cohorte d'immigrants à Montréal : une approche longitudinale

Intégration linguistique et performance économique d'une cohorte d'immigrants à Montréal : une approche longitudinale

Ces langues sont cependant à l’origine de différences importantes entre immigrants de langue maternelle anglaise (et parfois française) et d’immigrants allophones. 3) L’anglais est plus [r]

256 En savoir plus

Les trajectoires de l'intégration professionnelle des immigrants iraniens travaillant comme chauffeurs de taxi à Montréal

Les trajectoires de l'intégration professionnelle des immigrants iraniens travaillant comme chauffeurs de taxi à Montréal

L’avant-dernier chapitre se concentrera sur l’analyse de différents aspects de l’industrie du taxi en commençant par un bref survol historique de cette industrie à Montréal; ce chapitre expliquera les changements dans cette industrie après la fin de la Seconde Guerre mondiale en tenant compte de la pénurie de taxis et de la nécessité de trouver du travail aux vétérans rentrant d’Europe. L’élimination du plafond d’émission de permis a pour conséquences l’accroissement du nombre de taxis et la diminution de la rentabilité de l’industrie. Cependant, des éléments comme la prise en charge de l’ensemble de la réglementation de cette industrie par le gouvernement du Québec, l’adoption de la Loi sur le transport par taxi en 1983, l’ouverture de nouveaux marchés, le plan de rachat des permis, la fondation de l’École du taxi du Québec et du Bureau du taxi contribuent à organiser davantage le travail dans cette industrie et à augmenter sa rentabilité. De même, certaines études effectuées aux États-Unis suggèrent l’impact positif du travail autonome sur la richesse des groupes immigrants puisqu’il génère pour un grand nombre des revenus très élevés (Zhou, 1996; Bradley, 2004). Au contraire les études longitudinales de Hjerm (2004) en Suède et de Li (2000) au Canada confirment les revenus moins élevés des immigrants de la catégorie des travailleurs autonomes par rapport à ceux des immigrants salariés. Hjerm (2004) met l’accent sur les préférences pour certains avantages non économiques du travail autonome. À la lumière de ces connaissances théoriques, empiriques et historiques, nous analyserons les perceptions qu’ont les immigrants de ce métier avant et après avoir travaillé comme chauffeur de taxi. Il s’agit autant de la prise en considération de leurs différents intérêts favorisant ce travail de chauffeur de taxi que de l’examen des avantages et des désavantages de cet emploi.
En savoir plus

606 En savoir plus

Facteurs linguistiques et sociolinguistiques de l'intégration en milieu multilingue : le cas des immigrants à Montréal

Facteurs linguistiques et sociolinguistiques de l'intégration en milieu multilingue : le cas des immigrants à Montréal

« Socialiser ce n’est pas apprendre et reproduire des comportements par imitation, c’est intérioriser le social». Le « social » chez l’individu est une partie de ce qui le constitue : ses règles, ses lois, ses us et coutumes, ses normes et valeurs (Javeau 1986 in Khellil 2001 : 24). Dans une situation d’immigration, cela signifie que l’immigrant a à comprendre que les règles dans lesquelles il a été socialisé ne sont pas immuables et sont directement reliées et issues d’une culture (la sienne) et qu’elles ne sont pas forcément transposables à une autre culture (celle de la société d’accueil). Il s’agit de ce que Berger et Luckmann (1996) appellent « la socialisation secondaire » : la socialisation primaire est la première socialisation que l’individu vit dans son enfance et grâce à laquelle il devient un membre de son groupe. La socialisation secondaire consiste en tout processus postérieur qui permet d’incorporer un individu déjà socialisé dans des nouveaux secteurs du monde objectif de la société. Lors d’une immigration, les immigrants sont confrontés à des individus qui ont vécu une socialisation différente. Les individus immigrants inscrits dans un processus d’intégration commencent par prendre conscience des différences socioculturelles. Ils vont s’approprier petit à petit ces éléments grâce aux interactions avec les membres de la société d’installation, qui constitue la « socialisation secondaire ». Ces éléments leur permettront de tenir à terme le rôle qu’ils souhaitent dans la société d’installation.
En savoir plus

383 En savoir plus

Intégration socioéconomique et négociation des frontières ethniques : la relation entre déqualification, discrimination perçue et identification à la catégorie "Québécois" chez les immigrants maghrébins à Montréal

Intégration socioéconomique et négociation des frontières ethniques : la relation entre déqualification, discrimination perçue et identification à la catégorie "Québécois" chez les immigrants maghrébins à Montréal

«Algérien» et «Marocain» et les catégories ethniques « arabe » et «berbère ». Il ressort donc que tous les répondants s'auto-définissent en référence à plusieurs c[r]

260 En savoir plus

Expérience migratoire antérieure et déqualification : étude de cas portant sur des immigrants russophones à Montréal

Expérience migratoire antérieure et déqualification : étude de cas portant sur des immigrants russophones à Montréal

1.1. Contexte général de l’immigration au Canada et au Québec Cette section explique l’importance de l’immigration pour le Canada et, principalement, pour le Québec, ainsi que son évolution. Dans la conjoncture économique et démographique du Canada, l’application d’une politique d’ouverture à l’immigration par le gouvernement a toujours joué un rôle considérable. Cet aspect est devenu extrêmement important après 1967, quand le Canada a éliminé des réglementations relatives à l’immigration, les obstacles discriminatoires explicites à la sélection d’immigrants en provenance de pays non européens (Birrell et Mc Isaac, 2007, p. 110). À partir de ce moment, l’arrivée d’immigrants de communautés culturelles très diversifiées a beaucoup augmenté. Le cadre politique actuel en matière d’immigration au Québec est assez complexe. Il relève conjointement de compétences fédérale et provinciale. En général, la sélection des immigrants au Canada fonctionne selon trois catégories principales : la catégorie économique qui comporte, surtout, les immigrants qualifiés; la catégorie familiale; et finalement, la catégorie des réfugiés. Cependant, suite aux Accords successifs Canada-Québec, le gouvernement du Québec a assumé des responsabilités concernant des décisions relativement à la sélection et l’intégration des immigrants indépendants (Chicha et Charest, 2008 p. 15). Le système de sélection québécois met l’accent particulièrement sur le niveau de formation des candidats et la connaissance du français
En savoir plus

142 En savoir plus

Reconnaissance sociale et intégration des immigrants en milieu rural: le cas du Haut-Lac-Saint-Jean

Reconnaissance sociale et intégration des immigrants en milieu rural: le cas du Haut-Lac-Saint-Jean

influencer la toponymie et la culture régionales 10 . Par la suite, l’essor de l’industrie forestière, survenu au XIX e siècle, a amené son lot d’industriels britanniques, qui s’en sont assuré le monopole. Cette présence a entraîné l’apparition d’« îlots anglophones » disséminés à travers le Saguenay-Lac-Saint-Jean (Girard et Perron 1989 : 539) et est très intimement liée au développement économique local. Un ouvrage historique recense également l’arrivée de communautés religieuses originaires de France, notamment à Vauvert, aux abords du lac Saint-Jean, au XX e siècle (Girard et Perron 1989 : 348). Selon des informations fournies par une répondante, qui les tient elle-même des récits de son père, il y aurait eu pendant la Seconde Guerre mondiale des groupes de prisonniers allemands et polonais envoyés dans des camps forestiers reculés dans le nord de la MRC de Maria-Chapdelaine (Pauline, enseignante à la retraite, 68 ans). Cela n’a pu être vérifié dans des sources historiques officielles. De toute façon, les dits prisonniers n’ayant plus été revus par la suite, leur présence n’est pas considérée comme significative dans le panorama de la diversité culturelle régionale. La même informatrice a ensuite témoigné de l’arrivée, à une certaine époque, de réfugiés indochinois, accueillis dans la région par le biais d’ententes humanitaires initiées par les responsables de l’Église catholique. Ces derniers auraient constitué, selon la femme, la première présence immigrante « visible » dans la région. Ils ne s’y sont d’ailleurs pas attardés longtemps, toutes les familles ayant tôt fait de se relocaliser à Montréal, que ce soit par manque de ressources adaptées à leurs besoins et leur condition, ou par la difficulté de s’intégrer et s’adapter à leur milieu d’accueil 11 .
En savoir plus

170 En savoir plus

La schizophrénie au sein d'un Québec multiculturel : le cas des immigrants haïtiens de Montréal

La schizophrénie au sein d'un Québec multiculturel : le cas des immigrants haïtiens de Montréal

les problématiques rencontrées par le passé dans le domaine de la santé, lequel s'est avéré l'un des premiers secteurs touché par la croissance du flux migratoire. Il ne suffit pas de laisser les différentes communautés s'arranger entre elles et de les laisser développer leurs propres ressources d'aide sans y contribuer moindrement. Permettre des mouvements de population d'une telle envergure relève d'un choix de société, ce qui implique en contrepartie que des mesures doivent être instaurées afin de favoriser l'intégration de ces nouveaux citoyens. En ce qui concerne le domaine de la santé, la société d'accueil a le devoir de reconnaître la spécificité de l'intervention en santé mentale auprès de sa clientèle immigrante si elle désire parvenir à atténuer les difficultés d'intégration. Or, les témoignages de certains répondants soutiennent que des mesures ont effectivement été prises à cet effet et que ces efforts méritent d'être soutenus. Au fil des années, des dispositions ont été prévues dans la Loi afin que soient prises en considération les dimensions ethnoculturelles en santé mentale. Lors de mon passage à Montréal, j'en ai profité pour demander aux spécialistes de la santé quelles sont les ressources alternatives et les différentes approches disponibles pour les citoyens étrangers, principalement ceux de la communauté haïtienne aux prises avec des problèmes mentaux. On m'a expliqué qu'il existait des approches qui ne sont pas essentiellement basées sur le diagnostic contrairement à ce que préconise la biomédecine. « Il y a aussi l'ethnopsychiatrie qui elle, ne tient pas compte du DSM. C'est une approche non basée sur le diagnostic. Il y a beaucoup d'échange et de discussion de groupe. Chacun raconte comment ça se passe ou comment tel ou tel symptôme est interprété dans sa culture d'origine ». P12
En savoir plus

124 En savoir plus

Vulnérabilité, observance et adhésion 
thérapeutique : quels risques? : la prévention de la tuberculose chez les enfants immigrants à Montréal

Vulnérabilité, observance et adhésion thérapeutique : quels risques? : la prévention de la tuberculose chez les enfants immigrants à Montréal

dernier remarqua que : « Among patients offered free and convenient care, compliance and outcome were strongly related only to whether or not patients had access to supplemental food and income » (Farmer, 1997 : 351). Bien que les recherches de Farmer soient principalement réalisées en Haïti, où la situation économique et politique est fort différente du Québec, il est tout de même possible d’appliquer ses observations à un contexte plus large visant l’intégration des facteurs structurels et politiques dans la compréhension de la non-observance chez les immigrants. Dans une recherche sur les immigrants aux États- Unis, Chavez (2003), anthropologue américain, mentionne que ces derniers sont désavantagés, tant sur le plan politique et économique que dans le domaine de la santé, dû à des inégalités structurelles. Si la situation diffère quelque peu au Canada, il n’en demeure pas moins que l’accès aux services de santé est également limité pour les immigrants lors de leur arrivée. Par exemple, Hyman (2001) rappelle qu’au Canada, bien que l’ensemble des immigrants soit admissible à l’assurance maladie, des délais sont parfois nécessaires avant que celle-ci prenne effet. Les frais associés aux soins médicaux doivent alors être assumés par les immigrants dont la carte d’assurance-maladie n’est pas encore valide. Par contre, une bureaucratie trop rigide, des lacunes dans les remboursements ou encore des connaissances limitées des démarches administratives par le personnel soignant engendrent souvent des insatisfactions relativement à ce programme d’aide à la clientèle. Notons qu’en ce qui concerne la tuberculose, entre 15 % et 20 % des individus n’ont pas d’assurance médicale (visiteurs et travailleurs temporaires) (Hyman, 2001). Un « délai de carence » exigé par la Régie de l’assurance maladie du Québec aux immigrants reçus les prive de la gratuité des soins de santé pendant les trois premiers mois de leur arrivée au Québec.
En savoir plus

288 En savoir plus

La gouvernance de proximité en contexte interculturel : villes et intégration des immigrants au Québec

La gouvernance de proximité en contexte interculturel : villes et intégration des immigrants au Québec

Troisièmement, les méthodes et outils de collectes de données utilisées seront présentés et ensuite l’expérience au sein des institutions sera plus amplement discutée. Enfin, je m’attarderai sur les difficultés rencontrées au cours de la collecte de données. Avant d’en arriver aux éléments théoriques de la méthodologie, il me semble essentiel de parler du RÉMIRI. La création du réseau fut un tournant dans ma recherche. Depuis juin 2015, des fonctionnaires municipaux d’une dizaine de villes se rencontrent deux fois par année afin de discuter de la situation vécue par chacun. Un membre du Conseil interculturel de Montréal (CIM) ainsi qu’un employé de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) sont aussi présents à cette table. Coordonné par le LABRRI, ce réseau répond directement au besoin des gestionnaires municipaux de s’outiller pour mieux répondre aux défis des changements démographiques sur leur territoire. C’est dans cette période post-CRÉ que la concertation d’acteurs municipaux est apparue comme étant primordiale. Plusieurs facteurs ont contribué à faire du RÉMIRI un espace de travail incontournable pour les fonctionnaires municipaux, surtout en ce qui concerne les ententes transitoires spécifiques en immigration entre le MIDI et les villes. Pour plusieurs villes il s’agissait de leur première négociation d’entente, ce qui a rapproché les fonctionnaires dans une période où le partage d’information semblait plus que nécessaire.
En savoir plus

194 En savoir plus

Méthodes de recherche d’emploi, formelles et informelles, et accès à des emplois qualifiés des immigrants brésiliens à Montréal

Méthodes de recherche d’emploi, formelles et informelles, et accès à des emplois qualifiés des immigrants brésiliens à Montréal

La littérature indique que les gestionnaires ont tendance à privilégier les candidats qui partagent les mêmes repères culturels et linguistiques qu’eux (Simard, 1998). D’ailleurs, selon Tadlaoui (2002), le niveau de maîtrise des langues (français ou anglais) exigé est parfois excessif par rapport au type d’emploi. Les différences entre le français international et le français utilisé au Québec peuvent être une source de difficultés rencontrées par les immigrants pour s’intégrer au marché de travail (Chanoux, 2012). Cette tendance à privilégier les candidats ayant des caractéristiques similaires aux gestionnaires est non seulement identifiable dans le processus de sélection, mais aussi dans les processus de rémunération et de promotion (Vaillancourt, Lemay et Vaillancourt, 2007). Pourtant, le Québec est la province qui compte le plus d’immigrants qui parlent les langues officielles (Forcier et Handal, 2012). On y trouve plus d’immigrants bilingues comparativement à d’autres provinces au Canada. Ceci dit, la question des compétences linguistiques est plus complexe qu’elle n’y paraît (Forcier et Handal, 2012). En effet, le bilinguisme apparaît de plus en plus nécessaire au Québec, ce qui peut être un autre paramètre à analyser dans l’intégration.
En savoir plus

142 En savoir plus

Intégration linguistique des immigrants au marché du travail au Québec

Intégration linguistique des immigrants au marché du travail au Québec

Parmi les autres caractéristiques de l’entreprise étant associées de façon significative à l’usage du français au travail, il y a la localisation géographique de celle-ci. Les immigrants travaillant pour une entreprise qui se trouve sur l’Île de Montréal sont moins susceptibles d’employer le français au travail que ceux travaillant ailleurs au Québec. Cette situation est probablement due au fait que les bureaux des compagnies internationales, ainsi que les entreprises à propriété anglophone et allophone ayant tendance à fonctionner en anglais sont concentrées à Montréal qui est reconnu comme capitale économique du Québec. C’est pourquoi l’Île de Montréal diffère du reste du Québec par rapport à l’usage du français au travail chez les immigrants. Contrairement aux résultats de certaines études (Moffet et coll., 2008; Chénard et van Schendel, 2002; Monnier, 1993; Monnier, 1983), nous n’avons pas constaté de lien significatif entre le secteur d’activité de l’entreprise et l’usage du français au travail chez les immigrants.
En savoir plus

132 En savoir plus

Les immigrants russophones à Montréal, une ou plusieurs communautés? : Étude exploratoire.

Les immigrants russophones à Montréal, une ou plusieurs communautés? : Étude exploratoire.

107 4.6.1.10 Conclusion En définitive, les raisons évoquées par nos répondants pour la création d’associations sont diverses. Dans la réalité, il va de soi que plusieurs motifs simultanés et complémentaires entraînent de tels projets. Cela dit, nous avons enregistré plusieurs types de raisons qui incitent la participation à la vie associative russophone. Nous les avons rassemblés en trois grands motifs : l’aide à l’adaptation et à l’intégration des immigrants russophones, la conservation culturelle et la reconnaissance et les facteurs contextuels et personnels. Le discours des représentants fait part, à la fois des lacunes de la structure associative russophone et de celles du système officiel d’aide aux immigrants. Par conséquent, certains besoins inassouvis, exprimés par les immigrants récents, sont visés par les services complémentaires russophones. En outre, l’expérience d’immigration vécue par les répondants guide leurs projets et permet d’endosser le rôle de médiateur ou d’intermédiaire. Côté culturel, les craintes d’assimilation sous-tendent leurs initiatives. Le besoin de reconnaissance et la volonté de partager leur propre culture sont aussi non négligeables. D’autre part, le passé historique d’un groupe influence sa structure associative et communautaire, ainsi que la coexistence avec d’autres groupes ethniques. Enfin, nous avons noté quelques raisons et ambitions personnelles à la source de l’implication de nos informateurs.
En savoir plus

175 En savoir plus

Trajectoires socioprofessionnelles des immigrants africains subsahariens de Montréal accédant à des fonctions socioéconomiques valorisées

Trajectoires socioprofessionnelles des immigrants africains subsahariens de Montréal accédant à des fonctions socioéconomiques valorisées

10 ans ou plus. De même, suivant l’Enquête nationale sur la santé de la population (1996) 15 , plus du tiers des immigrants qui sont au Canada depuis moins de 10 ans indiquent que leur revenu ménager est inférieur à 20.000$ par rapport à 16 % de ceux qui sont au Canada depuis plus de 10 ans. Dans la ville de Montréal, Montgomery (2000) a choisi Côte-des- Neiges comme exemple de quartier multiethnique où les enjeux de la pauvreté sont présents. Elle démontre que les immigrants qualifiés de « nouveaux pauvres » sont venus s’ajouter à une situation de pauvreté déjà existante; c’est pourquoi au terme de ses analyses, il apparaît que les immigrants sont placés dans un statut de précarité. Mulatris (2010), Laghzaoui (2011), Bastien (2011) et bien d’autres chercheurs partagent le même avis au sujet de la pauvreté des immigrants. Tous ces auteurs situeraient la pauvreté sur plusieurs plans : psychologique, matériel, relationnel, etc. Cette situation mettrait en cause l’accès au marché du travail et les conditions d’emploi; ce qui aboutit à toutes les formes de marginalisation et d’exclusion possibles. Il s’ensuit que selon Statistiques Canada (2007), le taux de chômage est plus élevé chez les immigrants (plus de 11%) que chez les autres Canadiens (4,9%). Pour Nikuze (2011), Montgomery et al. (2000) et Statistiques Canada (2003), aux facteurs d’exclusion, s’ajoutent les obstacles liés plus particulièrement à la situation immigrante: la non-reconnaissance des diplômes ou de l’expérience d’emploi, la discrimination fondée sur l’origine ethnolinguistique, l’ignorance de la langue, la perte du réseau suite au processus migratoire, la méconnaissance de la ville ou des ressources existantes. Ces auteurs ne se contentent pas de démontrer l’exclusion, ils utilisent aussi l’analyse webérienne (Weber, 1978) pour étudier les processus d’exclusion et d’inclusion qui impliquent deux formes de pouvoirs : a) les immigrants sont exclus dans certains domaines par une force externe au groupe d’immigrants; b) le second pouvoir est celui de revendication et d’appropriation qui émane du groupe exclu. Ce pouvoir s’exprime de différentes façons en fonction des situations qui se présentent aux personnes en situation de pauvreté. Elles se débrouillent pour mobiliser leurs ressources (Begin, 2009; Montgomery, 2010) grâce aux intervenants qui sont à la base des stratégies d’intervention pour gérer plus facilement la pauvreté et, enfin par les centres communautaires qui sont voués à la
En savoir plus

281 En savoir plus

Les immigrants français à Montréal d'après le recensement de 1911

Les immigrants français à Montréal d'après le recensement de 1911

Si les immigrants français ont tendance à épouser des compatriotes (endogamie matrimoniale), ils sont très bien intégrés dans la société montréalaise. En effet, plusieurs indices attestent cette acculturation (la présence sur le sol montréalais depuis longtemps, l'apprentissage de l'anglais, la naturalisation). D'ailleurs, si la comparaison avec l'étude d'Ingrid Fillot sur les migrants français de 1901 montre que le profil des Français a peu changé, elle prouve leur encrage dans la société. En effet, la comparaison avec les secteurs d'activité montre qu'en une décennie, les Français ont su s'adapter aux changements de la sphère économique. Ils ont accompagné et profité des changements (importance croissante du secteur secondaire et la percée du tertiaire) et des modernisations de Montréal.
En savoir plus

118 En savoir plus

L'effet des politiques sociales sur l'emploi des nouveaux immigrants à Montréal :une analyse longitudinale et conjoncturelle

L'effet des politiques sociales sur l'emploi des nouveaux immigrants à Montréal :une analyse longitudinale et conjoncturelle

Résumé : La question de l’insertion sur le marché du travail des immigrants est aujourd’hui devenue essentielle. Les dispositifs mis en place au Canada cherchent à favoriser la réarticulation entre immigration, marché du travail, protection sociale, formation et cohésion sociale. Cet article étudie l’insertion des immigrés sur le marché du travail québécois à quatre points de leur parcours : après 1, 2, 3 et 10 ans de séjour. Outre les caractéristiques individuelles, nous portons une attention particulière à l’impact de l’environnement macroéconomique et des politiques sociales de redistribution sur la probabilité de sortie d’un épisode de non-emploi de ces immigrants. Nos résultats montrent que les immigrés forment un groupe hétérogène du point de vue de leurs caractéristiques individuelles et de leur employabilité. Certains restent marginalisés sur le marché du travail. C’est le cas notamment des femmes, des migrants âgés et dans un premier temps des moins qualifiés. L’assurance chômage et les prestations sociales jouent négativement sur la sortie de l’épisode de non- emploi. Le taux de chômage local exerce un effet significativement négatif sur la probabilité d’avoir un emploi et touche essentiellement l’emploi des immigrants peu qualifiés .
En savoir plus

20 En savoir plus

Language profile of Iranian immigrants in Montréal compared to Toronto

Language profile of Iranian immigrants in Montréal compared to Toronto

It is clear that language preservation is left largely to the family or community. However, opinions toward language preservation vary from one language group to another and from one family to the next. Some families are eager that their children quickly integrate into Canadian culture, acquire English/French as soon as possible, while others are adamant that they maintain their own culture, trying to find some ways and means to retain fluency in their mother tongue. On the other word, parents, both consciously and unconsciously, make an environment that will either support or undermine language acquisition. Some parents make specific efforts to maintain their language because they believe that one advantage of learning ethnic language is to keep children in touch with their relatives in the home country. This study shows that Iranian women are more likely to speak in non-official language than their male counterparts. Perhaps women have lower level of proficiency in official languages or they are much more concern about ethnic language preservation and transmission to their children. The current study demonstrates that Iranian working age immigrants (20-54 years old) are more likely to speak in official language at home than others.
En savoir plus

109 En savoir plus

L'immigrant au coeur de son intégration socioprofessionnelle : étude de cas des immigrants qualifiés en technologies de l'information (TI) à Québec

L'immigrant au coeur de son intégration socioprofessionnelle : étude de cas des immigrants qualifiés en technologies de l'information (TI) à Québec

au Québec performent moins bien sur le marché du travail que ceux qui immigrent jeunes. L’âge serait donc un facteur qui crée des situations d’intégration différentes dans les cohortes d’immigrants. Plusieurs études soulignent un risque réel et durable de déqualification chez les immigrants installés au Québec (Zietsma, 2010; Chicha, 2009 ; Vatz-Laaroussi, 2009; Chicha et Charest, 2008 ; Galarneau et Morissette, 2008). À chaque fois, le constat est le même, les immigrants affichent des taux de déqualification supérieurs à ceux des natifs. La déqualification est « le fait que des immigrants hautement qualifiés travaillent dans des professions moyennement ou peu qualifiées ou que des immigrants moyennement qualifiés travaillent dans des emplois peu qualifiés » (Chicha, 2009 : 20). Plusieurs situations amèneraient à cette déqualification : par exemple la non-reconnaissance des diplômes et des expériences professionnelles étrangères (Chicha, 2009 ; Lenoir-Achdjian et coll., 2009), les difficultés à accéder à des formations continues ou à des réorientations de carrière (Chicha, 2009), la discrimination (Chicha, 2009; Belhassen-Maaloui, 2008), l’insuffisance des compétences linguistiques des immigrants notamment en anglais (Lacroix, 2013; Chicha, 2009; Lenoir-Achdjian et coll., 2009; Galarneau et Morissette, 2008), ou encore la difficulté pour ces derniers de faire reconnaître leurs titres et d’exercer des professions réglementées (Zietsma, 2010; Lenoir-Achdjian et coll., 2009). D’autres causes sont également mentionnées, comme les critères d’embauche et les pratiques des employeurs, le manque d’accès à l’information sur le marché du travail ou la difficulté de concilier travail et famille avec l’insuffisance des services de garde au Québec (Chicha, 2009; Chicha et Charest, 2008). Des auteurs ont également noté que le manque de réseaux professionnels (Lenoir Achdjan
En savoir plus

239 En savoir plus

Show all 2361 documents...