Infections à VIH -- Patients

Top PDF Infections à VIH -- Patients:

Les infections sexuellement transmissibles chez les patients sous prophylaxie pré-exposition au VIH dans les centres de dépistage des Bouches-du-Rhône

Les infections sexuellement transmissibles chez les patients sous prophylaxie pré-exposition au VIH dans les centres de dépistage des Bouches-du-Rhône

Une étude parue en 2017 dans le « official journal of the Infectious Diseases Society of America » (63) étudie l’impact des recommandations de suivi des patients sous PrEP en vigueur aux Etats-Unis (dépistage biannuel complet des IST). Selon leur modèle mathématique, la mise en œuvre des recommandations pourrait même entraîner une baisse significative de l'incidence des infections sexuellement transmissibles chez les HSH aux États-Unis, avec 42% des infections à NG et 40% des infections à CT évitées au cours de la prochaine décennie. Selon ses auteurs, la PrEP « ne doit pas consister en la simple prise d’antirétroviraux mais doit être une combinaison de prévention VIH/IST ».
En savoir plus

99 En savoir plus

en
                                                                    fr

en fr Epidemiology of fungal infections in HIV infected individuals in France : P jirovecii pneumonia and invasive aspergillosis in FHDH ANRS CO4 Infections fongiques chez les patients infectés par le VIH à l'ère des combinaisons antirétrovirales (cART) : étude des pneumocystoses et aspergilloses invasives sur la base FHDH

(Hay et al., 1988; Morris et al., 2004) . After the advent of cART, many studies showed a dramatic fall in the incidence of AIDS-defining clinical illness (ADI) and also an improvement in survival (Palella et al., 1998) . Nevertheless, PCP remains one of the most common AIDS-defining illnesses in resource-rich settings and was the second most frequent ADI in France in 2001-2003 (Grabar et al., 2008; Kaplan et al., 2000; Morris et al., 2004) . Fungal infections remain a major threat for HIV-infected individuals worldwide. Approximately one million cases of cryptococcal meningitis occur globally every year, with over 500 000 related deaths in sub-Saharan Africa in 2008 (Park et al., 2009) . It has been estimated that HIV/AIDS results in nearly 10 million cases of oral thrush and 2 million cases of esophageal fungal infections annually (Brown et al., 2012a, 2012b) . Probably about one- and-a-half million people die from fungal infections every year, as many as from tuberculosis or malaria. Despite the high global burden of invasive mycoses, only 2–2.5% of the infectious-disease research budgets of major funders in the UK and USA are targeted at human fungal infections (Brown et al., 2012a) . A meeting on AIDS-related mycoses in 2013 in Cape Town, South Africa (Brown et al., 2014) , fixed several urgent priorities in order to reduce morbidity and mortality due to fungal infections.
En savoir plus

137 En savoir plus

Raisons pour lesquelles les patients, ayant un médecin traitant, consultent au CDAG de Bordeaux pour le dépistage du VIH

Raisons pour lesquelles les patients, ayant un médecin traitant, consultent au CDAG de Bordeaux pour le dépistage du VIH

6. Comment aborder la sexualité en médecine générale ? D’après le rapport HSCP de 2016 (31), plusieurs études ont démontré qu’une sexualité épanouie était associée à une meilleure qualité de vie ainsi qu’à une meilleure santé et une plus grande longévité. Il a même été suggéré que la reprise d’une fonction sexuelle pouvait avoir un effet psychologique favorable dans la prise en charge des pathologies chroniques chez la personne âgée. Le développement et l’amélioration de la santé sexuelle comportent la prévention des risques que constituent les grossesses non désirées, les infections sexuellement transmissibles, la prévention et la lutte contre les violences et les discriminations, la prise en charge des dysfonctionnements sexuels ainsi qu’une démarche plus large de promotion de la santé et du bien-être sexuel.
En savoir plus

65 En savoir plus

Implication des cellules Natural Killer dans la physiopathologie des infections chroniques VIH et VHC : application à des stratégies thérapeutiques

Implication des cellules Natural Killer dans la physiopathologie des infections chroniques VIH et VHC : application à des stratégies thérapeutiques

INTRODUCTION A pproximately 170 million people worldwide are infected with hepatitis C virus (HCV), many of them diagnosed only after decades of chronic infection. Only a minority of patients can clear the virus spontaneously during acute infection. HCV remains a leading cause of liver cirrhosis and hepatocellular carcinoma, despite great progress in the development of direct- acting antivirals (DAAs) able to cure more than 90% of HCV genotype 1-infected patients after 12 weeks of treatment. 1 The mechanisms associated with both the failure of viral clearance and the development of chronic infection are not yet well understood. It has, however, been observed that most patients are unable to clear the virus and thus develop viral persistence. 1 Natural killer (NK) cells are involved in every stage of HCV infection. As a major component of the intrahepatic lymphocyte pool, they are likely to be important sentinels that survey the liver for signs of damage or cellular stress. Accordingly, HCV must subvert NK cell-mediated responses to establish persistent infection. 2 –6 NK cells participate in viral clearance by killing infected cells directly, through the release of cytotoxic mol- ecules, such as perforin and granzymes, and by producing cytokines such as interferon (IFN)-g and tumor necrosis factor (TNF)-a. Under normal immune surveillance, NK cells express inhibitory receptors, including killer Ig-like receptors (KIR), Ig- like transcript 2, and the CD94:NKG2A heterodimer, which recognize Major histocompatibility complex class I molecules as their cognate ligands. Cytotoxicity, however, occurs when stimulatory signals outweigh HLA-I inhibition. Several of these activating receptors have been characterized, including NKG2C, NKG2D, and the natural cytotoxicity receptors (NCRs): NKp30, NKp44, and NKp46. 7–9 Compared with the constitutively expressed NKp30 and NKp46 receptors, NKp44 is especially interesting because it is induced only after cell activation. 10 NKp44 triggers NK-cell cytotoxicity upon recog- nition of a new mixed lineage leukemia 5 (MLL5) isoform, expressed only on stressed cells. 11,12 Several ‘‘pathogenic’’ ligands for NKp44 that stimulate NK-cell response have been described, including influenza virus hemagglutinin and viral Hemagglutinin-neuraminidase. 9 NKp44 also interacts with the E glycoprotein of the dengue and West Nile viruses. 13
En savoir plus

214 En savoir plus

Études sur la dérégulation des cytokines et des cellules Natural Killer chez les patients infectés par le VIH-1

Études sur la dérégulation des cytokines et des cellules Natural Killer chez les patients infectés par le VIH-1

persons to control the virus [128]. A subset of CTL has been shown to express KIR, NKG2/ CD94, killer lectin-like receptor (KLR)-G1, and ILT-2. These markers are usually expressed at distinct stages in the course of development and differentiation of naı¨ve CTL into effector/ memory cells. For example, KLR-G1 ⫹ CD57 ⫹ CTL represent terminally differentiated effector CTL, and KLRG1 ⫹ CD57 – CTL represent long-lived memory CTL [129]. Developing T cells acquire these markers after completion of their TCR gene rearrangements. Therefore, CTL with similar TCRV ␤ genes may have different repertoires of KIR, NKG2, and KLR-G1 receptors [130]. The level of expression of these receptors on CTL determines their antigenic threshold for activation and is “fine-tuned” to avoid autoimmunity and to mount an effective immune response against invading pathogens [131, 132]. The expression of KIR in humans (and of Ly49 in mice) seems to confer survival advantage in CTL and prevents them from undergoing activation-induced cell death in response to TCR stimulation. KIR ⫹ CTL express higher levels of the antiapo- ptotic protein Bcl-2 as compared with the ILT-2 ⫹ CTL [133– 136]. It appears that KIRs are expressed on long-lived memory T cells having monoclonal or oligoclonal expression of TCRV ␤ genes. ILT-2, on the other hand, are expressed earlier than KIR in the course of differentiation of CTL. Consequently, they are expressed on a larger percentage of antigen-specific CTL with a broader use of TCRV ␤ genes. Interestingly, ILT-2 ⫹ but not KIR ⫹ , HIV-specific CTL could be easily detected in HIV- infected AIDS patients, which again suggests their defective differentiation. KIR ⫹ CTL express perforin and secrete IFN- ␥, whereas ILT-2 ⫹ CTL can only secrete cytokines and contain little perforin [133]. Expansions of CD8 ⫹ T cells expressing these receptors usually occur in viral infections, which subside upon resolution of the infection. However, increased frequen- cies of the cells bearing
En savoir plus

322 En savoir plus

Détection et impact d'une séropositivité VIH chez les patients atteints de psoriasis‎ : une enquête de pratiques‎

Détection et impact d'une séropositivité VIH chez les patients atteints de psoriasis‎ : une enquête de pratiques‎

Le méthotrexate était utilisé dans 74,8% des cas, le plus souvent avec l’avis d’un infectiologue (dans 90,3% des cas). Les recommandations de la National Psoriasis Fondation ne contre-indiquent en effet pas ce traitement (4), se basant sur des séries de cas et cas cliniques de niveau de preuve III (84,85), bien que ses propriétés immunosuppressives soient associées à un risque augmenté d’infections opportunistes et que son utilisation doive être prudente (29). L’infection avancée par le VIH (taux de lymphocytes T CD4 < 500/mm 3 et charge virale détectable) reste cependant une contre- indication à ce traitement (67). D’autre part on note une toxicité cumulée rénale et hépatique du méthotrexate avec les antirétroviraux (58) nécessitant une surveillance très rapprochée et des ajustements de doses. Ainsi les recommandations européennes suggèrent de n’utiliser le méthotrexate qu’en cas de psoriasis sévère, réfractaire aux autres traitements, chez les patients dont l’infection par le VIH est bien contrôlée par les antirétroviraux, en collaboration avec un infectiologue spécialisé dans le VIH (30).
En savoir plus

83 En savoir plus

Infection par le VIH chez les patients migrants suivis en France

Infection par le VIH chez les patients migrants suivis en France

9 RESUME Les migrants, en particulier ceux originaires d’Afrique sub-Saharienne, représentent une part importante des personnes infectées par le VIH en France. Bien que le dépistage et la prise en charge soient de plus en plus précoces en France, un sur-risque de diagnostic tardif et d’initiation retardée du traitement est rapporté chez les migrants, particulièrement chez les hommes, par rapport aux autres personnes infectées par le VIH. Les objectifs de ce travail de thèse étaient d’étudier le délai d’initiation du traitement antirétroviral puissant en dehors de l’urgence thérapeutique (CD4>200/µL et pas de statut clinique définissant le SIDA) et d’évaluer l’efficacité biologique et clinique après initiation du traitement, selon l’origine géographique, le sexe et le groupe de transmission à VIH. Pour ce faire, les données issues de la base de données hospitalière française sur l’infection à VIH (FHDH ANRS CO4) ont été utilisées. Par rapport aux hommes nés en France ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH non migrants), seuls les hommes migrants originaires d’Afrique sub-Saharienne et des Antilles non Françaises avec des CD4>350/µL à l’entrée dans le soin ont une probabilité plus faible de démarrer le traitement ARV. Les délais nécessaires à l’obtention d’une couverture de santé une fois entré dans le soin ne suffisent pas à expliquer cette différence. Après initiation du traitement antirétroviral, quel que soit le stade d’avancement de la maladie et malgré la prise en compte des caractéristiques démographiques, biologiques, cliniques et thérapeutiques à l’initiation du traitement, comparé aux HSH non migrants, les migrants ont une probabilité plus faible de remonter leurs CD4. En revanche, les hommes hétérosexuels quelle que soit leur origine géographique, ont une probabilité plus élevée de moins bonne réponse virologique et d’avoir un premier évènement clinique. Un rôle majeur du niveau de CD4, du statut clinique et de l’âge à l’initiation du traitement est observé. Ces différences pourraient également être influencées par des facteurs socio-économiques, des facteurs de risques comportementaux ou le mode de vie, pour lesquels nous n’avons pas d’information dans la FHDH. Les évènements ne définissant pas le SIDA sont responsables d’une grande morbidité, avec la survenue de beaucoup d’évènements infectieux notamment. Une fois entrés dans le soin et traités, hormis les risques d’infections non SIDA plus élevés chez les hommes et les femmes hétérosexuels originaires d’ASS/ANF, il n’y a pas d’autre différence de comorbidités entre migrants et non migrants, chez les hommes hétérosexuels et chez les femmes hétérosexuelles.
En savoir plus

185 En savoir plus

Étude de la migration des populations de lymphocytes B du sang de patients infectés
par le virus d’immunodéficience humaine (VIH)

Étude de la migration des populations de lymphocytes B du sang de patients infectés par le virus d’immunodéficience humaine (VIH)

HYPOTHÈSE Les lymphocytes B sont très importants comme première ligne de défense contre des infections. Notamment, ces cellules immunitaires ont la capacité de produire des anticorps pouvant contrôler un pathogène. Beaucoup d’efforts sont mis aujourd’hui dans la création d’un vaccin contre le VIH-1 mais celui-ci pourra seulement être efficace tant que les cellules B produisant les anticorps sont en santé et fonctionnelles. Hors, la dérégulation du compartiment de cellules B est une caractéristique de l’infection au VIH- 1 qui s’observe dès les débuts de l’infection et persiste tout au long de la maladie. Les traitements antirétroviraux sont incapables de complètement corriger les changements qui surviennent dans ces populations. Suite à l’observation longitudinale d’individus infectés par la VIH-1 ayant différents types de progression, nous observons notamment des variations importantes dans la représentation des diverses populations composant le compartiment de cellules B sanguin. Ces variations ainsi que les autres dérégulations des cellules B sont associées à des niveaux élevés de BLyS/BAFF dans le sang des individus virémiques. Ce facteur de croissance produit par les cellules dendritiques encourage la dérégulation des lymphocytes B [55]. Parmi les populations B étudiées, les cellules transitionnelles immatures et de la zone marginale qui constitue des défenses de première ligne sont les plus sensibles aux effets de BLyS/BAFF. Alors que les fréquences de plusieurs populations sont affectées chez les progresseurs rapides et classiques, le seul changement significatif observable chez les progresseurs lent est une diminution de la fréquence des cellules B matures de la zone marginale [34].
En savoir plus

152 En savoir plus

Etude des résistances du VIH-1 au traitement antirétroviral et amélioration du suivi virologique des patients vivant avec le VIH dans les pays du Sud

Etude des résistances du VIH-1 au traitement antirétroviral et amélioration du suivi virologique des patients vivant avec le VIH dans les pays du Sud

In several countries in Central Africa and West, we documented high rates of HIV drug resistance (HIVDR) (99%) and multi-drug resistance (97%) in patients with virologic failure after long- term first-line ART, consisting of 2 nucleoside reverse transcriptase inhibitors (NRTI) (3TC + AZT / d4T) associated with 1 non-NRTI (NNRTI) (EFV / NVP). This multi-drug resistance also reduces significantly the effectiveness of second-generation NNRTIs and of the NRTI, TDF, which is now currently recommended in 2 nd line by the WHO. More unusually, we also reported that high VLs (> 5 log 10 copies / ml) are associated with multi-resistance rather than an insufficient adherence in these patients who were largely asymptomatic. Without improvement of patient monitoring, through expanded access to VL testing to enable early diagnosis of virological failure, a potential new epidemic caused by HIVDR strains could emerge in sub-Saharan Africa. This could jeopardize efforts to achieve the "90-90-90" objective (90% of diagnosed infections, 90% of diagnosed patients on ART, 90% of patients treated durable virologic success) of UNAIDS and WHO in 2020. Moreover, our second study in a district hospital in Cameroon illustrates that these ambitious targets will probably be even more difficult to achieve in decentralized areas, often having inadequate laboratory infrastructure to acquire complex VL platforms.
En savoir plus

313 En savoir plus

Caractérisation des vésicules extracellulaires plasmatiques dans une cohorte de patients infectés par le VIH-1

Caractérisation des vésicules extracellulaires plasmatiques dans une cohorte de patients infectés par le VIH-1

1.2 Les vésicules extracellulaires C’est à partir de plusieurs lignées cellulaires que la sécrétion d’une population hétérogène de VE, ayant une activité 5’-nucléasique, a été mise en évidence par Trams, E.G. et al, (Trams, Lauter et al. 1981). Plus tard, la libération de vésicules par des réticulocytes, portant le récepteur de la transferrine, a été observée (Pan and Johnstone 1984). Il était alors connu que les corps multivésiculaires (MVB) fusionnaient avec les lysosomes, conduisant à la dégradation de leur contenu (Hershko and Ciechanover 1982, Pan and Johnstone 1984, Tanaka 1985). Grâce à la microscopie électronique la fusion entre les endosomes, comportant les MVB, et la membrane plasmique des réticulocytes ainsi que la libération dans le milieu extracellulaire de leur contenu a ainsi pu être mise en évidence (Harding, Heuser et al. 1983, Pan, Teng et al. 1985). C’est en 1987 que le terme « exosome » a été choisi pour désigner les vésicules extracellulaires ayant pour origine la voie d’endocytose (Johnstone, Adam et al. 1987). En 1996, les exosomes ont éveillé l’intérêt des chercheurs par la présence du complexe majeur d’histocompatibilité de classe 2 (CMH-II) fonctionnel à leur surface. Les exosomes ont été découverts à partir de travaux sur des lymphocytes B, transformés par le virus Epstein-Barr (EBV) (Raposo, Nijman et al. 1996), et sur des cellules dendritiques de souris (Zitvogel, Regnault et al. 1998). Ces exosomes ont montré un rôle fonctionnel dans l’activation de lymphocytes T CD4 en arborant des molécules du CMH fonctionnelles, conférant des implications dans plusieurs processus biologiques comme la présentation antigénique et dans certaines pathologies comme les cancers et les pathogenèses des infections.
En savoir plus

80 En savoir plus

Cohorte de patients avec le VIH/SIDA : échecs virologiques et effets de thérapies antirétrovirales sur la fonction rénale et l'hyperbilirubinémie

Cohorte de patients avec le VIH/SIDA : échecs virologiques et effets de thérapies antirétrovirales sur la fonction rénale et l'hyperbilirubinémie

5. Validité externe Il convient également de discuter de la validité externe de cette étude. La cohorte analysée était composée majoritairement d'hommes blancs, pour la plupart homosexuels, avec une proportion importante d'utilisateurs de drogues injectables, suivis en clinique médicale. La population de référence visée dans ce type d'étude est idéalement la population des personnes atteintes du VIH. La provenance de la cohorte via une clinique médicale porte à croire que la population incluse dans cette thèse est peut-être plus en santé que la population générale de personnes vivant avec le VIH, car elle a été suivie en clinique médicale (excluant les patients suivis en milieu hospitalier). Par contre, les caractéristiques sociodémographiques des personnes atteintes du VIH dans les pays industrialisés étaient comparables à celles de la cohorte à l'étude. Au Canada, selon l'Agence de la santé publique, environ 50 % de toutes les personnes vivant avec le VIH au Canada sont des hommes homosexuels ou ayant des relations sexuelles avec des hommes tandis que 20 % sont des utilisateurs de drogues injectables (Agence de la santé publique, 2011). Aux États-Unis, les homosexuels, les bisexuels et autres hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes (HARSAH) peu importe la race, restent également la population la plus affectée par l'infection VIH. En 2010, les HARSAH comptaient pour 78 % des nouvelles infections VIH chez les hommes et en 2009, 52 % des personnes vivant avec le VIH étaient des HARSAH, ce qui est très comparable avec la situation canadienne ((1) Centers for Disease Control and Prevention (CDC), 2012; (2) Centers for Disease Control and Prevention, 2012). Les pays nord-américains partagent donc les mêmes facteurs de risque que la cohorte à l'étude.
En savoir plus

188 En savoir plus

L’interleukine-21, une cytokine clé dans le contrôle du VIH et d’autres infections virales chroniques

L’interleukine-21, une cytokine clé dans le contrôle du VIH et d’autres infections virales chroniques

la perte de ces cellules lors du développe- ment du Sida. Une production altérée d’IL-21 engendre des altérations des différents sous- types de cellules B chez les patients infectés. L’absence d’IL-21 entraîne aussi une réduc- tion de la formation des centres germinatifs qui jouent un rôle important dans la pro- duction d’anticorps de haute affinité contre les agents pathogènes comme le VIH-1. Une déficience en IL-21 entraîne la prolifération et une différenciation non spécifique des cellules B lors d’une stimulation par des agents mitogènes comme le LPS. Ceci aboutit à la production d’anticorps non spécifiques et inutiles au contrôle de l’infection, affaiblissant ainsi la réponse humorale de l’hôte. Au niveau des muqueuses, une réduction de la présence d’IL-21 affaiblit la différenciation et l’expansion des cellules Th17. Ceci pourrait entraîner un manque de contrôle de la flore intestinale et des translocations microbiennes qui vont promouvoir le développement du Sida. Les faibles niveaux d’IL-21 vont entraîner un épuisement des cellules T CD8 + , spéci-
En savoir plus

7 En savoir plus

Infections bactériennes sévères non classant SIDA chez les personnes vivant avec le VIH : diagnostic microbiologique et profil de résistance aux antibiotiques

Infections bactériennes sévères non classant SIDA chez les personnes vivant avec le VIH : diagnostic microbiologique et profil de résistance aux antibiotiques

13 INTRODUCTION Avec plus de 35 millions de personnes infectées à ce jour, le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) reste un problème majeur de santé publique (1). Depuis l’avènement des multithérapies antirétrovirales en 1996, les personnes infectées par le virus de l’immunodéficience humaine ont vu leur avenir se modifier avec une amélioration aussi bien de leur espérance de vie que de leur qualité de vie (2). L’incidence des affections classant au stade du syndrome de l’immunodéficience acquise (SIDA) a considérablement diminué depuis la mise en pratique de ces thérapeutiques hautement actives (3), transformant cette pathologie anciennement mortelle à court terme en une maladie chronique. Cependant, les patients traités n’ont pas encore une santé pleinement restaurée. La prévalence des pathologies classant au stade SIDA a progressivement diminué au profit d’autres affections dont le développement s’est aussi observé chez des patients ayant maintenu une suppression virologique et obtenu une restauration immunitaire (4).
En savoir plus

116 En savoir plus

Stratégies de rétention en médecine générale des patients vivant avec le VIH perdus de vue des services de maladies infectieuses

Stratégies de rétention en médecine générale des patients vivant avec le VIH perdus de vue des services de maladies infectieuses

Des missions de soins dites plus avancées sont proposées aux médecins généralistes dans la participation aux suivis clinique, biologique et thérapeutique. Les recommandations de l’HAS 2018 conseillent le dépistage notamment de pathologies à risque accru comme les pathologies cardio-vasculaires, rénales et endocriniennes (infarctus du myocarde et hypertension, diabète, dyslipidémie, insuffisance rénale et néphropathies, broncho- pneumopathie chronique obstructive et tuberculose,) mais aussi des co-infections virales associées (hépatites A, B et C) et des cancers à risque chez le PVVIH (cancer bronchique, cutanéo-muqueux, spino et basocellulaire, papillomavirus et lymphome) (20). Cette implication supplémentaire dans la prise en charge du VIH n’est pourtant pas recommandée à tous. Les groupes d’experts conseillent alors la participation à des formations initiales et continues pour ceux qui le souhaitent.
En savoir plus

59 En savoir plus

Leucémie aiguë chez les patients VIH+ : épidémiologie, prise en charge thérapeutique et pronostic

Leucémie aiguë chez les patients VIH+ : épidémiologie, prise en charge thérapeutique et pronostic

Il est recommandé, quelque soit la tumeur traitée, d’essayer de contrôler la réplication virale tout au long de la prise en charge. La charge virale devant être indétectable si possible. Un traitement anti rétroviral doit donc être initié chez les patients non traités ou optimisé chez les patients déjà sous ARV en fonction des interactions potentielles avec les traitements envisagés pour la néoplasie. Cette optimisation doit bien entendu tenir compte du risque de toxicité accrue (notamment hématologique, neurologique et rénale) et/ou du risque de perte d’efficacité des différents médicaments mais également du profil de résistance du virus, des éventuels traitements ARV antérieurs et leur profil de tolérance ainsi que du statut sérologique vis à vis du VHB. C’est ce que rapporte plusieurs auteurs comme Levine 98 qui écrit que la toxicité de la chimiothérapie associée aux ARV ne diffère pas de celle de la chimiothérapie seule et qu’il faut donc peser dans la décision le degré d’immunodépression du patient (risque d’infections bactériennes sévères et d’infections opportunistes) et le bénéfice d’une suppression virale sur la survie et la réponse tumorale. Les groupes français et allemand vont également dans ce sens en recommandant la poursuite des ARV ou leur introduction en cas d’hémopathie d’autant plus que ceux-ci contribuent probablement à l’amélioration du pronostic 99 .
En savoir plus

99 En savoir plus

Répartition des rôles (entre le médecin généraliste et les spécialiste) dans le dépistage, la prévention et le suivi des comorbidités des patients séropositifs pour le VIH : point de vue des patients

Répartition des rôles (entre le médecin généraliste et les spécialiste) dans le dépistage, la prévention et le suivi des comorbidités des patients séropositifs pour le VIH : point de vue des patients

4.1 Forces et faiblesses de l’étude 4.1 Forces et faiblesses de l’étude 4.1 Forces et faiblesses de l’étude 4.1 Forces et faiblesses de l’étude Après de nombreuses études publiées sur le ressenti des médecins généralistes dans le suivi des patients séropositifs pour le VIH, nous avons décidé de nous intéresser plutôt à celui du patient. Cette orientation supposait donc d’interroger directement les pvVIH, avec ce que cela impliquait dans la difficulté d’accès, le refus de réponse ou de se confier, la peur du manque d’anonymat et la méfiance de la part de patients ayant pour la plupart vécu leur part de discriminations et de rejet. Nous avons donc décidé de nous orienter vers une étude quantitative avec auto-questionnaires anonymes permettant de s’affranchir d’une partie de ces réserves. En effet, les auto-questionnaires permettent un anonymat total, une limite de la peur d’être jugé par la personne posant les questions (avec un aspect «protection de la vie privée») et la possibilité de répondre «sincèrement». Ces questionnaires à réponses fermées évitent aussi les biais d’interprétation des réponses, tout en interrogeant un plus grand effectif.
En savoir plus

66 En savoir plus

L’IRIS - Une réaction inflammatoire paradoxale chez les patients traités simultanément pour une tuberculose et une infection par le VIH

L’IRIS - Une réaction inflammatoire paradoxale chez les patients traités simultanément pour une tuberculose et une infection par le VIH

SYNTHÈSE REVUES est informative, les cas de tuberculose extrapulmonaire ou dissé- minée étant plus fréquemment associés au TB-IRIS. L’effet du délai entre le début du traitement antituberculeux et le début de l’ART est particulièrement net, un délai court étant associé à un risque accru de TB-IRIS. Cet effet peut s’expliquer par le fait qu’une faible durée de traitement antituberculeux ne permet qu’une élimination partielle des mycobactéries, et qu’il reste suffisamment d’antigènes pour générer une réaction inflammatoire massive. Il est important de considérer que si retarder l’ART permet de limiter le risque d’IRIS, cela s’accompagne en revanche d’un risque accru de progression vers le Sida (syndrome d’immunodéficience acquise), du fait de la réplication incontrôlée du VIH. Plusieurs essais cliniques de grande ampleur, dont CAMELIA (cambodian early versus late introduction of antiretroviral
En savoir plus

7 En savoir plus

Five Predictors Affecting the Prognosis of Patients with Severe Odontogenic Infections

Five Predictors Affecting the Prognosis of Patients with Severe Odontogenic Infections

In contrast, when the CRP level is lower than 50 mg/L or unknown, immunodepression is self- sufficient to have a risk level of 25% to need multiple surgeries. General health status of patients significantly impacts the course and outcome of severe odontogenic infections. Seppänen et al., showed in their study that among patients with odontogenic infection, 85% of healthy patients developed local complications whereas 75% of medically compromised patients developed systemic infection complications with a need for longer hospital stays and a higher risk of death [8]. In the Optiz et al. study, among 816 patients included, 14 (1.7%) were affected by severe complications after odontogenic infections [7]. All of them had predisposing factors such as diabetes mellitus, obesity, immunodepression and arterial hypertension with its systemic consequences. In this group, long- term alcohol and nicotine abuse where also noticed. In our multivariate analysis, alcohol abuse appeared as a statistically significant risk factor to have severe complications but this factor does not stand out in the inference tree. Tung-Yiu et al., reported among 422 odontogenic infection 11 cases of cervical necrotizing fasciitis, seven of them had immunocompromising conditions [23]. Patients with relevant comorbidities are known to have a worse prognosis and require longer hospitalization compared to patients without concomitant diseases.
En savoir plus

14 En savoir plus

Colonisations et infections urinaires à entérocoque chez l'homme : analyse clinico-microbiologique de 173 patients

Colonisations et infections urinaires à entérocoque chez l'homme : analyse clinico-microbiologique de 173 patients

29 3. Physiopathologie a. Défenses naturelles De nombreux mécanismes physiologiques de défense limitent le risque d’infection urinaire. A l’exception de la partie distale de l’urètre, colonisée par des germes de la flore cutanée, digestive, et vaginale chez les femmes, l’appareil urinaire est normalement stérile. Les infections urinaires sont généralement secondaires à une ascension de ces bactéries, de l’urètre colonisé jusqu’à la vessie, puis parfois via les uretères jusqu’aux reins. Les infections d’origine hématogène, par exemple secondaires à une bactériémie à Staphylococcus aureus, sont rares. Le réservoir principal des pathogènes urinaires est le tube digestif de l’homme, et dans une moindre mesure, sa flore cutanée et génitale [1]. La longueur de l’urètre est un premier mécanisme de défense, expliquant l’incidence nettement plus faible des infections urinaires chez les hommes. Le rinçage mécanique de l’urètre lors des mictions et des éjaculations est également un moyen naturel de protection. Par ailleurs, les caractéristiques physiques et chimiques de l’urine empêchent la croissance de la majorité des bactéries de la flore urétrale. Certaines glycoprotéines (par exemple, la protéine de Tamm-Horsfall) ou certains oligosaccharides, physiologiquement présents dans les urines agissent comme des récepteurs solubles pour les bactéries et favorisent ainsi leur clairance urinaire. Malgré tout, si une bactérie réussit à coloniser la muqueuse vésicale, l’intégrité de celle-ci doit empêcher l’invasion tissulaire. De plus, des inhibiteurs de l’adhésion bactérienne sont présents à la surface de l’urothélium. Enfin, il existe des phénomènes de bactéricidie locale, de mécanisme inconnu, et d’exfoliation des cellules urothéliales infectées, contribuant aussi à la lutte antibactérienne naturelle. L’invasion bactérienne vers les reins est limitée par le sphincter vésico-urétéral, ainsi que le flux permanent de l’urine pyélique. Chez l’homme, la prostate participe également aux mécanismes de défense, en sécrétant certaines substances ayant un effet antibactérien [49].
En savoir plus

126 En savoir plus

Déterminants de l’accès aux médicaments non-anti rétroviraux chez les patients vivant avec le VIH en Côte d’Ivoire

Déterminants de l’accès aux médicaments non-anti rétroviraux chez les patients vivant avec le VIH en Côte d’Ivoire

46 Le rôle du sexe dans l’accès aux médicaments est complexe mais ne semble pas être associé à l’accès aux prescriptions de médicament dans la littérature (38,64), mais les résultats sont contradictoires concernant l’achat du médicament (18). Notre étude suggère que parmi les PVVIH, les femmes ont plus de difficultés à obtenir rapidement les médicaments que les hommes. Être une femme augmentait significativement le risque de non-achat précoce de l’ordonnance (p<0,002), ajusté sur le revenu du ménage, le nombre de médicaments et examens complémentaires prescrits. Cette association disparaissant lorsque le délai d’achat n’était pas pris en compte. 56,9% des patients n’avaient toujours pas acheté totalement leurs médicaments au bout de 3 jours, avec un délai d’achat significativement supérieur à celui des hommes de presque 1 jour de plus en moyenne. Les études publiées précédemment sur les médicaments non ARV n’étaient pas réalisées chez des PVVIH, dont la dimension du genre dans l’accès aux soins est spécifique en Afrique Subsaharienne. En effet, les femmes ont un avantage dans l’accès aux soins lié à leur responsabilité maternelle dans la naissance et la survie de l’enfant. Cette responsabilité maternelle et l’habitude de fréquenter les services de santé pour les soins prénatales et aux enfants amènent les femmes à accepter plus facilement les conditions de la prise en charge sur les lieux de traitement vivant avec le VIH (79). Cependant, bien que valorisé dans les lieux de traitement de l’infection, le vécu de leur traitement reste largement tributaire de l’adhésion des hommes aux conditions thérapeutiques. La majoration du délai d’obtention des médicaments non ARV chez les femmes pourrait ainsi être expliquée par leur dépendance financière et statutaire au sein du foyer, le temps d’obtenir l’argent et/ou l’autorisation d’acheter les médicaments. Ce retard d’achat peut entrainer un retard de traitement d’infection aiguë à l’origine d’une augmentation de la morbimortalité (61). Dans notre étude, parmi les antipaludéens plus d’un tiers des patients n’avaient toujours pas acheté leur médicament le 3 e jour après la
En savoir plus

69 En savoir plus

Show all 7313 documents...