N 172 / Le magazine de la ville d Yzeure

Texte intégral

(1)

N° 172 / Le magazine de la ville d’Yzeure

FÉVRIER - MARS - AVRIL - MAI 2021

02 / À LA UNE

Le p’tit

monde d’Yzatis

(2)
(3)

SOMMAIRE / 01

En cette période charnière, après une année 2020 difficile à vivre, il nous faut regarder l’avenir avec confiance.

Le monde médical maîtrise mieux la pan- démie même si les hospitalisations sont encore trop nombreuses. La vaccination s’organise et sera accessible à tous. Les ser- vices municipaux se sont coordonnés pour fournir l’essentiel à nos concitoyens.

Voyons le verre à moitié plein…

Oui, certaines activités sont arrêtées.

Oui, le café, l’apéritif, le verre de l’amitié, la discussion avec les amis nous manquent.

Mais gardons espoir. 2021 sera l’année de la reprise de la vie sociale. C’est dans cet es- prit qu’élus et services travaillent. Dès que la situation le permettra, nous serons prêts, avec vous, avec les associations, et nous re- mettrons en place tous les grands moments qui donnent du sens à la vie.

La vie économique aussi continue : ouver- ture du P’tit monde d’Yzatis, travaux de voirie, premiers coups de pelleteuses au Parc Sainte-Catherine, ouverture du cré- matorium, travaux dans les écoles…

Sans oublier de préserver notre environne- ment : plantations d’arbres, extinction de l’éclairage public en cœur de nuit….

Pour réussir cette année, continuons de nous protéger, conservons les gestes barrières.

Pascal PERRIN Maire d’Yzeure, conseiller communautaire,

conseiller départemental de l’Allier.

ÉDITO

02 / À LA UNE

Le p’tit monde d’Yzatis Une nouvelle crèche

03 / DEMAIN MA VILLE

Logements sociaux Le choix de construire

04 / MA VILLE SOLIDAIRE

CCAS : aider toute personne

Jardins à la Prévert, pas un libre-service

05 / EN BREF

Directeur de la publication : Pascal Perrin, maire. Rédactrice en chef : Michèle Denis, adjointe à la communication et à l’événementiel.

Rédactrice : Catherine Orega. Comité de rédaction : Michèle Denis, Jean-Michel Bourgeot, Sébastien Claire, Isabelle Lasmayous, Alain Crombez, Monique Rastoix et Louisa Merchadier. Conception graphique : Karim Bachi. Photographies : Lauriane Bernadac, Céline Guigue. Mise en page : Céline Guigue. Impression : Decombat. Régie publicitaire : RG publicité. Impression en braille : CTEB - Toulouse. Tirage : 8 000 exemplaires.

Réalisé par une imprimerie certifiée Imprim’Vert. Toute erreur ou omission serait involontaire et n’engagerait en aucun cas la responsabilité de l’éditeur et de ses auteurs. Photo de couverture : salle de jeux à la crèche Le p'tit monde d'Yzatis, service communication©mairie d’Yzeure.

Mairie d’Yzeure – boîte postale 29 – 03401 Yzeure Cedex - tél. : 04 70 48 53 00. www.ville-yzeure.com

Sommaire 02

06

06 / GRAND ANGLE

Orientations budgétaires Des projets pour 2021

10 / D’UN QUARTIER À L’AUTRE

Déplacements doux Vers un partage de la voirie

11 / VIE ÉCONOMIQUE

Eurl Sefi, la passion d’entreprendre Circuits courts, privilégier le local

12 / ENFANCE ET JEUNESSE

Crèches : la culture au berceau Accueils : l’imagination au pouvoir

13 / CULTURE ET SPORT

L'e-sport, plus sérieux qu'il n'y paraît Résidence d’artistes en soutien

14 / CITOYENS D’ICI OU D’AILLEURS

Gherla

Et la francophonie

15 / EN IMAGES

Retour en photos sur

les manifestations des mois passés

16 / EXPRESSIONS POLITIQUES

10

08 / INTERCOMMUNALITÉ

Que fait Moulins communauté

pour vous ?

(4)

02 / À LA UNE

01

Dans un environnement lumi- neux et coloré, les petits semblent apprécier les lieux au moment du déjeuner.

02

L’heure du change. L’enfant est actif. Il monte sur la table à langer grâce à un escalier escamotable dans le meuble.

03

Dans la salle de jeux, les bam- bins s’essaient à des combinaisons de tailles, de couleurs…

04

Les robinets rigolos repré- sentent un attrait supplémentaire au lavage des mains…

05

Avant l’ouverture de la crèche, le maire Pascal Perrin, Yves Chany, adjoint à la petite enfance, Michèle Denis, adjointe à la communica- tion, l’architecte Christophe Blon- det, et les agents ayant travaillé sur ce projet ont pu visiter les locaux et apprécier les aménagements.

01

03 04

05

02

LE P'TIT MONDE D’YZATIS

UNE NOUVELLE CRÈCHE

(5)

DEMAIN MA VILLE / 03

Les futurs logements du Parc Sainte- Catherine verront le jour en 2022.

LOGEMENTS SOCIAUX

Le choix de construire

L’État fixe l’objectif à la commune de réaliser 85 logements sociaux en trois ans. Totalement irréaliste, mais l’équipe municipale se bat pour faire réviser ces règles.

L

e nombre de logements sociaux de la commune est actuellement de 900, ce qui représente 14,5  % du nombre de logements. Pour atteindre cet ob- jectif réglementaire de 20  %, il manque 341 logements sociaux, avec pour consé- quence, une pénalisation financière d’envi- ron 90 000 € en 2020. L’objectif de rattrapage qui est fixé par l’État à la ville, sur la période 2020-2022 est de 85.

Une situation ubuesque, dénonce Jean-Michel Bourgeot, adjoint à l’urbanisme, « alors que le taux de vacance du parc HLM dans l’Allier est de 6,1 % (contre 3 % au plan national), notre commune se retrouve dans une situation lou- foque où l’État a estimé qu’il nous manquait 29 logements sociaux en 2016, et subitement plus de 300 en 2020 ! »

L’exécutif reste déterminé à se faire en- tendre auprès des pouvoirs publics contre cette obligation. En attendant, la Ville continue à produire les logements sociaux, et à les subventionner  : la collecti-

vité s’engage à verser 295 000 €, sur trois ans au bailleur Allier Habitat qui réalisera 42 lo- gements au Parc Sainte-Catherine pour 2022.

L’immeuble abritant la crèche la Cladette, rue de Verdun, estimé à 222 000 €, a été cédé au Centre communal d'action sociale (CCAS) pour produire quatre logements sociaux.

Ces sommes viendront en déduction du prélè- vement imposé par l’État.

Le logement de l’école Louise-Michel, conven- tionné logement social, s’ajoute au total des logements livrés au plus tard fin 2022.

Il demeure sur le territoire de la commune des opportunités de réaliser des logements sociaux. Les réserves foncières, les terrains communaux, ne sont pas épuisés.

Le Parc Sainte-Catherine  –  où seront favori- sées la mixité sociale et l’accession à la proprié- té pour les ménages – constitue un réservoir immobilier non négligeable pour les bailleurs sociaux dans les années à venir. u

Nous nous sommes résolu- ment engagés pour le développement du logement social durant ce mandat. 42 logements sociaux seront mis en service au Parc Sainte-Catherine dès 2021-22.

D’autres réalisations sont en projet. Le développement de notre commune avec l’installation de nouvelles familles, en respectant la mixité sociale, fait partie de notre ambition politique.

Jean-Michel BOURGEOT 1er adjoint à l'urbanisme et à l'habitat

Le prêt social location-accession (PSLA) est un dispositif mis en place en 2004. Il s’agit d’un prêt conventionné consenti à des organismes HLM, ou promoteurs privés pour financer la construction de logements neufs et permettre à des ménages modestes de devenir proprié-

taires en toute sécurité. Les futurs accédants entrent dans un logement neuf en tant que locataires et deviennent propriétaires en bénéficiant d’avantages financiers. Ce dispositif figure parmi les engagements de l’équipe municipale et pourrait aboutir à la construction d’une vingtaine de logements.

(6)

04 / MA VILLE SOLIDAIRE

Les cinq membres bénévoles du CCAS sont sollicités par le maire pour siéger au Conseil d’administration. Ils sont choisis pour leur implication dans des associations à caractère social. Cinq élus y siègent également.

Le CCAS s’est montré plus que jamais indispen- sable au cours de cette année si difficile. Lors des deux confinements, les personnes vulnérables inscrites auprès du service ont été contactées de manière très régulière. Le portage de repas à domicile a permis, et permet tout au long de l’année, de veiller au bien-être des usagers.

Jennifer CREUSEVAUT Adjointe à la solidarité, aux relations avec le CCAS, et l'Ehpad La Gloriette

CCAS

Aider toute personne

L

e Conseil d’administration du CCAS a été renouvelé entre les deux confine- ments. Annick Croisier, bénévole, y siège : « Il me tenait à cœur d’intervenir au CCAS en tant que membre d’une associa- tion à caractère social pour aider, et donner mon avis pour des aides aux plus démunis.

Nous sommes plutôt d’accord sur les dossiers.

Tout se passe bien. » Pour son deuxième man-

dat au CCAS, Janine Blandin se «  plaît dans cette bonne ambiance où il s’agit d’aider, d’of- frir du mieux aux plus fragiles. Les élus sont à notre écoute pour apporter des solutions, et cela reste très intéressant. Nous sommes tous solidaires. J’interviens au CCAS en tant que membre et présidente de l’association de l’Aide aux loisirs des handicapés depuis 30 ans. » De riches expériences dans l’aide à la personne. u

Le portage de repas à domicile, une des missions du CCAS, permet aussi de veiller au bien-être des usagers.

VOLS AUX JARDINS

Pas un libre-service !

L

es Jardins à la Prévert sont un espace de libre expression, un lieu préservé qui, jusqu’à cet été, n’avait pas subi de dégradations ni de vols. Et pourtant, c’est arrivé, à plu- sieurs reprises. Des individus se sont cru autorisés à se servir, abondamment. Ils ont ainsi volé plusieurs centaines de kilos de ca- rottes, tomates, poireaux, poivrons, aubergines.

Parfois même avant leur maturité  ! En une nuit, plus d’une centaine de poireaux ont été arrachés. Du jamais vu, selon Pierre-Eric et Sté-

phane, très affectés par les pertes : « en volant les légumes destinés aux familles qui en ont le plus besoin, ces voleurs mettent en péril l’ensemble de nos actions solidaires et pédagogiques. Nous n’avons pas pu offrir autant de paniers que les autres années. Les enfants n’ont pas pu, en sep- tembre, cueillir les grosses citrouilles. Nous les avons récoltées et mises à l’abri. » Tout ce qui est produit est récolté, puis donné, il n’y a aucune perte. Une plainte a été déposée au commissariat pour un préjudice estimé à plus de 1 000 €. u Renseignements au 04 70 48 53 49.

Chaque récolte est redistribuée aux plus fragiles sous forme de paniers. Cette année, en raison de vols, les bénéficiaires ont eu moins de légumes.

(7)

YMAG EN PAPIER RECYCLÉ

BIENTÔT UNE LETTRE D'INFOS

Votre magazine municipal passe à quatre parutions par an au lieu de cinq. Vous gardez ainsi ce numéro jusqu'en mai. Par la suite, la périodicité sera trimestrielle. Ymag est désormais imprimé sur du papier recyclé, mais le format reste inchangé pour conserver un confort de lecture. Sa distribution continuera d’être assurée par des agents de la ville, dans vos boîtes aux lettres. Dans un souci de toujours mieux vous informer, une lettre d’informations sera proposée

dès avril, sur simple abonnement par mail, à votre demande.

LES BALADES DU CENTRE SOCIAL

SE DÉGOURDIR LES JAMBES

Suspendues en raison du contexte sanitaire, les balades du Centre social ont repris par groupes de 5 personnes, avec un animateur.

Le lundi de 9 h30 à 11 h. Les mardi, jeudi et vendredi de 14 h 15 à 15 h 45. Rendez-vous sur le parking de Bellevue. Le mardi de 9 h 30 à 11 h 30, les mardi et vendredi de 14 h 30 à 16 h 30, devant la salle Ba- lavoine. Inscriptions au Foyer de la Baigneuse, au Centre social, à Yzatis.

Renseignements : 06 79 46 61 55 ou 04 70 48 53 49.

MAIRES

POUR LA PAIX

Parce que la paix doit se cultiver à l’échelle locale comme internationale et parce qu’œuvrer pour la paix dans toutes ses dimensions est l’un des principes majeurs de la municipalité, la Ville a adhéré à l’Association fran- çaise des communes, départements et régions pour la paix (AFCDRP-Maires pour la Paix France) et versera, au titre de son adhésion, une cotisation.

Laëtitia Planche est désignée comme représentante de la Ville auprès de cette association et François Lar- rière-Seys en qualité de suppléant.

GRAINES DE MAI

DU 27 AU 30 MAI

Malgré tout, et sans assurance quant à sa tenue, l'équipe de l'Apayb travaille à la tenue du festival jeune public, à Yzeurespace. La programmation devrait reprendre tous les spectacles qui n'ont pas pu se produire en mai dernier en raison de la pandémie. Gageons qu'en mai, les enfants puissent profiter des jeux, anima- tions et spectacles de qualité du festival !

EN BREF / 05

HABITANTS

Yzeure compte 13 419 habitants selon les chiffres 2018

de l’Insee.

Le recensement de cette année est annulé en raison des risques sanitaires.

DATES À RETENIR

04 février

Conseil municipal, vote du budget, à 18h30, salle de Démocratie locale

07 avril

Conseil municipal, à 18h30, salle de Démocratie locale

20 mai

Conseil municipal, à 18h30, salle de Démocratie locale

EXTINCTION DE L'ÉCLAIRAGE

ENTRE 23 H ET 5 H

Éteindre l’éclairage public dans les rues de la ville entre 23 h et 5 h est une mesure nécessaire pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, économiser l'énergie, réduire la pollution lumineuse, favoriser la biodiversité. Ainsi, progressivement, depuis le 12 janvier, les lumières des rues, exceptées celles adjacentes à Avermes ou Moulins, comme la Route de Lyon, par exemple, ont été coupées en milieu de nuit, c'est-à-dire à un mo- ment où les besoins humains sont pratiquement inexistants. Une mesure écologiquement et économiquement responsable.

(8)

06 / GRAND ANGLE

ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES

DES PROJETS POUR 2021

Le rapport d’orientations budgétaires a été débattu lors

du Conseil municipal du 17 décembre. En 2021, la collectivité maintiendra un large panel de services à la population,

malgré la baisse de ses recettes due à la crise sanitaire, et aux baisses des dotations de l’État constantes depuis 2014.

D

ans un contexte de crise sanitaire et économique mondiale, la croissance française devrait chu- ter de – 10,3 % en 2020 avant de rebondir à 5,7 % en 2021.

Sur le marché du travail, l’impact de la pandémie est d’ores et déjà impressionnant dans notre pays.

Malgré les aides importantes es- timées à 31 milliards  d’euros en 2020 et à 6,6 milliards pour 2021, le taux de chômage devrait culmi- ner au-dessus de 11  % d’ici à la mi-2021, et atteindre 8 % fin 2022.

Le Plan de relance

Au-delà de toutes les mesures d’urgence, le gouvernement fran- çais a lancé en septembre un plan de relance sur les années 2021- 2022 de 100 milliards d’euros, fi- nancé à hauteur de 40 milliards par l’Europe. Comprenant trois grands axes (écologie, compéti- tivité et cohésion), ce plan vise à soutenir l’activité et minimiser les effets de la crise sanitaire.

La Ville entend bien solliciter ces aides, qui bénéficieront à ses pro- jets d’investissements prévus sur le mandat. Et plus particulière- ment aux chantiers de rénovation énergétique des écoles et des bâti- ments publics.

Rapprocher le numérique de l’habitant et permettre au plus grand nombre un accès aux dé- marches administratives, de plus en plus nombreuses, dématéria- lisées. Pour cela, dédier un lieu, au plus proche de la population, où des conseillers numériques, sous contrat de projet avec l’État durant deux ans, accueilleraient et informeraient les usagers.

La ville s’est positionnée pour bé- néficier de ce service de proximi- té à vocation sociale, aujourd’hui nécessaire.

La Loi de finances

La Loi de finances a été votée en décembre. Elle précise les princi-

La crise sanitaire a engendré des pertes de recettes importantes et des dépenses nécessaires pour faire face à la pandémie.

(9)

GRAND ANGLE / 07 06 / GRAND ANGLE

Les travaux de rénovation énergétique dans les écoles, ici Jacques-Prévert, représenteront 200 000 € pour l'année 2021.

pales mesures liées à la réforme de la taxe d’habitation visant à exo- nérer les contribuables, progressi- vement jusqu’en 2023. Une ques- tion demeure  : à quelle hauteur l’État compensera-t-il cette perte sèche pour la collectivité pour 2021 et les années suivantes ? Les

dotations de l’État, qui n’ont cessé de diminuer, devraient se stabiliser. En 2014, la ville percevait 4,6 millions. Cette an- née, la dotation sera de 2,5 millions.

L’impact de la crise

La crise du Covid a un im- pact important sur les fi- nances de la ville en 2020.

Il s’agit aujourd’hui de sor- tir de cette crise, et de faire face à la baisse des recettes.

L’arrêt, durant le premier confinement, de plusieurs services (crèches, restau- rant scolaire, culture…) a engendré une perte de recettes d’un montant de 355  000 euros. Les dépenses nécessaires à l’application du protocole sanitaire s’élèvent à 80 000 euros.

Le budget 2021 sera soumis au vote le 4 février, et est intimement lié au projet de mandat et d'administra- tion (voir Ymag n° 171).

Le budget 2021

La dette s’élève, fin 2020, à 12 millions d’euros, ce qui posi- tionne Yzeure à un niveau infé- rieur à celui des communes de même strate démographique.

Ainsi, la ville dispose d’une

capacité à investir en em- pruntant à hauteur de 7,2 mil- lions sur le mandat. Les élus, face à la baisse des recettes de fonctionnement, vont pour- suivre leur réflexion sur la maîtrise des dépenses de la collectivité. u

1,5 M€

d’emprunts

355 000 €

coût de la crise sanitaire

1,8 M€

dépenses d’équipements publics

Quelques exemples de dépenses d'équipements publics Travaux de rénovation énergétique

dans les écoles : 200 000€ en 2021

Voirie, revêtement dans la zone de Rancy : 200 000 € Accessibilité des bâtiments : 100 000 €

Aménagement du parking du crématorium : 90 000 € Réfection et maintenance d’équipements sportifs : 110 000 € Acquisition de matériels de transport (tracteur, véhicule pour le service entretien, benne utilitaire, poids lourds) : 150 000 €

L’année 2021 s’annonce dans un contexte peu favorable, crise Covid oblige, et une baisse constante des dotations. Malgré tout, nos projets seront menés à bien. En plus des financements externes de l’État, Région, Département, Moulins Communauté, organismes bancaires, nous bénéficierons du Plan de relance pour nos investissements. Cette année encore, nous n’augmenterons pas les taux d’imposition communaux.

Pascale FOUCAULT Conseillère municipale déléguée aux finances

et à la commande publique

(10)

08 / INTERCOMMUNALITÉ

QUE FAIT

MOULINS

COMMUNAUTÉ POUR VOUS ?

L'ALLIER

Construction, aménagement, entretien et gestion d’équipements culturels et sportifs.

Collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés confiées au Sictom

Nord Allier.

GESTION DES DÉCHETS

Création, entretien, gestion des zones d’activité industrielle, commerciale, tertiaire, artisanale, touristique, développement éco. Soutien aux activités commerciales.

Création d’offices du tourisme. Structure porteuse du Groupe d’Action Locale (GAL).

Territoire Bourbon Pays de Moulins – Auvergne. Pays d’art et d’histoire

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Création, aménagement, entretien et gestion des aires d’accueil et des terrains familiaux.

Lutte contre la pollution de l’air, lutte contre les nuisances sonores, soutien aux actions de maîtrise de la demande d’énergie.

ACCUEIL DES GENS DU VOYAGE

ENVIRONNEMENT ET CADRE DE VIE

GRANDS ÉQUIPEMENTS

CULTURELS ET SPORTIFS

(11)

INTERCOMMUNALITÉ / 09 08 / INTERCOMMUNALITÉ

AMÉNAGEMENT DE L’ESPACE COMMUNAUTAIRE

Schéma de cohérence territoriale et schéma de secteur, création et réalisation de zones d’aménagement concerté (ZAC) d’intérêt communautaire. Organisation de la mobilité.

Programme local de l’habitat, politique du logement, actions et aides financières en faveur du logement social, réserves, actions en faveur du logement des personnes défavorisées, amélioration du parc immobilier bâti. 

Compétences obligatoires Compétences optionnelles Diagnostic du territoire, orientations du

contrat de ville. Animation et coordination des dispositifs de développement urbain, de développement local et d’insertion économique et sociale. Dispositifs locaux de prévention de la délinquance.

Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations. Eau.

Assainissement des eaux usées.

Gestion des eaux pluviales urbaines.

Délégués au Sivom.

GESTION DE L'EAU

ÉQUILIBRE SOCIAL DE L'HABITAT POLITIQUE

DE LA VILLE

ACTION SOCIALE D'INTÉRÊT COMMUNAUTAIRE

Certaines actions de la politique sociale sont portées par le Centre intercommunal d'action sociale d'intérêt communautaire.

EN +

Accompagnement de l’enseignement supérieur, contrat local de santé, protection de la santé des sportifs, soutien au projet de très haut débit, développement des nou- velles technologies de l'information et de la communica- tion, restructuration des équipements de l’hippodrome de Moulins, manifestations d’animation touristique, infrastructures de charge de véhicules électriques, Groupe d’action local (GAL) Territoire Bourbon Pays de Moulins-Auvergne, 2e pont sur l’Allier à Moulins, Pays d’art et d’histoire.

illustrations©Yzeurecom.2021

(12)

10 / D'UN QUARTIER À L'AUTRE

Voie Verte Chaucidou Chaucidou

Chaucidou Chaucidou

Pictogramm e

Pictogramme Picto

Picto

Picto Picto

DÉPLACEMENTS DOUX

Vers un partage de la voirie

La marche, le vélo, la trottinette sont des modes doux, silencieux et sans pollution qui agissent en faveur de l’environnement et de la santé.

La ville s’engage dans ce sens.

L

a volonté politique peut faire changer les choses. En s’engageant dans une démarche d’aménagement des rues, pour dévelop- per et faciliter l’essor des déplacements d’utilisateurs réguliers à vélo, la ville a opté pour une cohabitation sécurisée de la voirie.

Après une première expérimentation boulevard Jean-Moulin d’un aménagement

partagé de la chaussée entre voi- tures et vélos, appelé chaucidou, un déploiement plus large du dé- placement doux, en continuité de ce boulevard, est programmé et sera expérimenté dans un certain nombre de rues de la ville.

Pour ce faire, une identification claire par un marquage au sol des rues concernées sera réalisé en mars et avril, en fonction des conditions météorologiques, par les

agents des services techniques, et une entreprise spécialisée interviendra exclusivement pour le marquage du chaucidou.

Dans un souci de concertation, une utilisation expérimentale de ces parcours sera ensuite pro-

posée aux cyclistes réguliers ou occasionnels.

Cette phase s’inscrira dans l’opération natio- nale Mai en vélo. Les usagers de ces parcours pourront ainsi faire part de leurs observations, qui serviront notamment à étendre le dispositif dans toute la ville, poursuivre la démarche avec Moulins et Avermes, et envisager un véritable maillage des déplacements doux dans l’agglomération.

Yzeure, ville amie des vélos, béné- ficiera également de l’installation par Moulins Communauté de deux garages : l’un vers la gare, l’autre au centre-ville, place de Bendorf, afin de mettre en sécurité les vélos, pour un stationnement long, la journée par exemple.

Rappelons que pour le stationne- ment sécurisé des vélos sur une courte durée, des arceaux sont à disposition dans différents points de la ville.

Le détail du fonctionnement de la circulation sera précisé sur le site internet, la page Face- book, et dans les publications de la ville. u

Le chaucidou, un mode de déplacement sur la chaussée

partagée

Un premier axe routier, boulevard Jean-Moulin est déjà aménagé en chaucidou.

Le dispositif déplacement doux s'appuie sur deux dispositifs, le chaucidou et un autre identifié sur la carte sous l'intitulé picto ou pictogramme.

(13)

EURL SEFI

La passion d’entreprendre

S

ébastien Fillon, entrepreneur yzeurien de 34 ans, réunit au petit matin, dans ses locaux, rue des Époux-Contoux, ses quatre salariés pour planifier la journée, et les rejoindre sur un chantier parce que «  ce que j’aime, c’est être sur le terrain pour faire le métier que j’ai choisi, plaquiste- peintre. » Après une formation de plaquiste et peintre, il s’installe en Eurl en 2015. Le siège social est sa maison. Il investit rapidement

dans un entrepôt plus grand : l’ancien magasin l’Esperluette est à vendre, 600 m2 qu’il partage avec les pompes funèbres Sophie Krost. Il y fera d’importants travaux. L’activité d’isolation intérieure et extérieure démarre bien chez les particuliers qui apprécient la proximité de leur artisan. Il se diversifie aussi dans l’aérogom- mage, ou sablage de meubles anciens. Très vite le bouche à oreille lui forge une belle réputa- tion. « Travailler pour soi coûte cher, souligne Sébastien, mais c’est une liberté à laquelle je ne renoncerai pas. J’y passe beaucoup de temps et d’énergie, mais je garde du temps pour mes passions sportives. C’est ma soupape, une échappatoire au métier d’entrepreneur. » u

VIE ÉCONOMIQUE / 11

Tél. : 06 77 07 50 74 ou Facebook Eurl Sefi.

Sébastien Fillon (premier à droite) et son équipe de professionnels en rénovation.

Avec quatre salariés, l’entreprise Sefi intervient principalement chez les particuliers pour de la rénovation, isolation…

CIRCUITS COURTS, MARCHÉS

Pour privilégier le local

F

aire le choix de produits locaux, valoriser la production de proximité et encourager les

« petits » agriculteurs dans leur démarche environnementale, une orientation que l’équipe municipale souhaite développer en s’appuyant sur les initiatives existantes et en favorisant le développement d’autres. Ainsi, sur le site Inter-

net Achetez à la ferme 03, on peut trouver une majorité d’agriculteurs locaux, proposant des produits bio ou pas. Les courses sont à retirer à l’Esat ou au magasin bio l’Esper-

luette. Le marché du mercredi matin rassemble des maraîchers, des éleveurs de volailles et des producteurs de produits laitiers ou de miel.

L’entreprise Néo offre à la vente une belle sé- lection de produits du Bourbonnais. À l’Esat du Haut-Barrieux, des légumes bio sont en vente directe, sur place, le vendredi de 13 h 30 à 16 h 30, et sur les marchés. Un choix important, idéal pour soutenir les producteurs locaux. u

Dans les serres de l'Esat, une grande variété de légumes sont produits en bio.

Au marché du mercredi matin, les producteurs locaux de fromages, œufs, laitages, rencontrent une clientèle fidèle, gourmande de produits frais.

(14)

12 / ENFANCE ET JEUNESSE

PETITE ENFANCE

La culture au berceau

Sensibiliser dès leur plus jeune âge les enfants à l’art et les initier au beau. Un programme pédago-

gique commun aux crèches.

D

ès le premier âge, les petites filles et petits garçons sont d’emblée attirés par la musique, le mouvement, les couleurs, les objets à toucher… Pour offrir à l’enfant la possibilité de construire sa sensibilité et son rapport au monde, l’art et la culture présentent des possibilités infinies. Les différentes crèches de la ville ont à cœur de porter un projet en déclinant des actions péda- gogiques, au quotidien, et aussi durant les mo- ments festifs, pour amener les petits à l’émer- veillement. En effet, la culture n’attend pas le nombre des années. Les bienfaits de la lecture de contes, d’histoires ne sont plus à démontrer.

En voulant aller plus loin, les animatrices pe- tite enfance ouvrent les structures à la présence d’artistes, des médiateurs culturels. Elles pro- poseront, comme tous les ans, les fêtes de l’été où seront exposées les œuvres des petits, leur cheminement artistique, leurs découvertes de l’année. Cette ouverture au monde des arts se fera en concertation et avec l’appui d’autres services municipaux pour confirmer qu’il n’y a pas d’âge pour l’éveil culturel. u

L'expérience de la couleur et des matières. Ou comment sensi- biliser les petits à

la culture.

Pour concrétiser ce projet, les services techniques (constructions…), le service communication (photo…), le service culturel (spectacles, rencontres d’artistes…), la Maison des arts et des sciences (arto- thèque, lecture…), les sports (babygym, danse…) seront mis à contribution.

ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES

L’imagination au pouvoir

M

ercredi toute la journée, les matins et soirs pendant la période scolaire, entre 100 et 130 enfants se retrouvent durant les temps dits périscolaires pour des activités multiples et variées. Le mer- credi regroupe le plus de diversité avec la mise en œuvre du Plan mercredi destiné à ouvrir les enfants à des choix auxquels ils n’auraient peut-être pas songé. Ateliers d’art plastiques, expériences scientifiques, mais aussi des sports, badminton, basket ball, tennis de table…

Tout au long de l’année, les thèmes récurrents, comme Noël, fêtes, saisons, rythment les ac- tivités. Avec depuis deux ans, l’action jeune Yzeurien, basée sur l’engagement de l’enfant, et traitant de thèmes plus spécifiques comme les petits sauveteurs sur la prévention des acci- dents, les petits écolos, et pour mars prochain, les wonderwomen, l’histoire de vies de femmes pionnières qui ont marqué leur époque. Le printemps devrait permettre de découvrir les passions et les métiers des parents avant de partir à la pêche, aux beaux jours… u

Les temps périscolaires, matin et soir, un moment de transition.

(15)

EN PRÉVISION…

• 6 mars, Circuit des quatre cantons

• 13 mars, Run & bike, courses jeunes aux Ozières, sur 3, 10, 15 km. trimay.fr

• 17-18 avril, tournoi de badminton, doubles et mixtes au complexe de la raquette, 9 terrains. bcmay badminton

• 7 et 9 mai, Enduro carpe aux Ozières, Champvallier et Champins à Moulins, organisé par l'AAPPMA

(sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire).

LUCAS ET LES JEUX E-SPORT

Plus sérieux qu’il n’y paraît

L

e sport électronique ou e-sport en anglais, désigne la pratique de jeux vidéos compé- titifs, seul ou en réseau, sur Internet et à plusieurs joueurs. Lucas, comme de nombreux jeunes de son âge s’est pris de passion pour l’e- sport au point de créer sa structure Lanexa qui regroupe plusieurs mordus volontaires pour jouer à Fortnite, Rainbow6, Rocket League…

sous le regard bienveillant de sa maman qui y voit une façon de développer des compétences connexes d’organisation, de gestion d’équipes et de management. À 13 ans, en effet, Lucas gère sa micro-société, et en autodidacte ac- compli a développé une application destinée à bannir les joueurs qui ne respectent pas les règles. Parallèlement, il monte son ordinateur, composant par composant, pour obtenir un PC évolutif qui n’existe pas dans le commerce.

Musicien à ses heures, Lucas veut faire tom- ber l’idée reçue que jouer, ce n’est pas sérieux.

Pourtant, des heures d’entraînement sont né- cessaires pour acquérir concentration et déter- mination, et toucher la compétition. u

RÉSIDENCE D’ARTISTES

Soutien à la création

Q

ue se passe-t-il dans les coulisses du théâtre fermé depuis des mois ? Les acteurs de la culture œuvrent, discrè- tement, depuis juin, en accueillant à Yzeurespace et à la Mothe des compagnies en résidence. Leur travail ne se résume pas aux re- présentations devant un public. En amont, les artistes ont besoin d’un lieu où se poser, réflé- chir, écrire, d’une scène, de matériel, de moyens

techniques… un lieu où créer.

C’est la face cachée de la lune, ce que le public ne voit jamais, et ça se passe à Yzeure, où une volonté politique de soutien à la création artistique existe. Bien sûr, les moyens financiers sont importants. Depuis qu’Yzeures- pace a obtenu le label de scène régionale, les subventions per- mettent d’accompagner et de coproduire du spectacle vivant.

Alors, pour rester vivante en ces temps troublés, l’équipe d’Yzeurespace met un coup de

projecteur sur le Petit Théâtre Dakôté, en ré- sidence en janvier, et filme leur création. Trois pastilles de 2 minutes, puis leur spectacle en sortie de résidence, le 22 janvier, date à laquelle aurait dû avoir lieu la nuit Marto, seront diffusés sur les réseaux sociaux et le site Internet de la ville. Une jolie façon de les garder en vie, et de leur permettre d’exister, tout simplement.

La ruée des arts avec son spectacle de danse contemporaine SpinOff, ou encore Alice Nou- reux en solo de clown avec son accordéon, trou- veront un lieu de création à Yzeurespace. Et tant que les salles ne rouvriront pas, seuls les profes- sionnels du spectacle, en guise de public, ont la possibilité de soutenir, conseiller et encourager les équipes artistiques. u

CULTURE ET SPORT / 13

Sans résidence d’artistes, les spectacles n’existeraient pas.

La ville soutient la création et accueille les compagnies.

Lucas, 13 ans, à son poste, dans sa chambre, manage une équipe de gamers.

Le spectacle vivant, demande un important travail de préparation, de précision, de répétitions pour s'assurer que tout fonctionne. À Yzeure, les artistes en résidence bénéficient de conditions idéales pour mettre au point leur spectacle. Ici le Petit Théâtre Dakôté.

Les artistes en résidence rencontrent et expliquent leur projet aux scolaires.

C’est l’action culturelle menée par le service en partenariat avec les différents établisse- ments scolaires de l’agglomération.

(16)

14 / CITOYENS D’ICI ET D’AILLEURS

KAFOUNTINE

DE L'EAU POUR TOUS

En dépit du contexte, le maire Victor Nfansou Diatta et l’équipe municipale continuent de faire évoluer des projets engagés depuis plusieurs mois comme l'alimentation en eau potable par le biais de forages, la pose de canalisations alimentant les îles, réalisés grâce au finance- ment de l’État sénégalais. Sa mise en œuvre va participer à la fois au confort des habitants, au développement d’activités agricoles et maraîchères plus rentables, tout en favorisant le désenclavement de cette région qui possède de nombreux attraits touristiques.

BENDORF

MAINTENIR LE LIEN

Au terme d’une année très perturbée, qui n’a pas pu notamment permettre la tenue des traditionnels Marchés de Noël, le comité pour- suit sa réflexion sur le programme des activités 2021 en fonction de l'évolution de la pandémie.

La traditionnelle galette des rois est annulée mais nous espérons la tenue du Lapin de Pâques, des cours d’allemand, du 35e anniversaire du jumelage, des Cafés Trinken, des rencontres de jeunes… À Bendorf, le comité subit des aléas identiques aux nôtres. Le nou- veau maire, Christoph Mohr a pris ses fonctions.

Une capture d'écran des participants roumains et de leurs professeurs de français à Gherla.

GHERLA

Et la francophonie

L

e traditionnel Prix de la francophonie organisé chaque année par le comité de jumelage Amitié Gherla Yzeure, et qui récompense les élèves des classes de français du lycée Petru Maior a connu une forme particulière cette année.

La Roumanie n’échappe pas à la pandémie du coronavirus. Le gouvernement roumain a mis en place des mesures sanitaires pour limiter la propagation du virus : couvre-feu entre 23 h et 5 h, fermeture de tous les com- merces à 21  h, les bars et les restaurants restent cependant ouverts avec un maximum de six personnes par table, et la fermeture de toutes les écoles début novembre. La Roumanie comptait plus de 16 000 morts du Covid au 11 janvier 2021.

Le lycée Petru Maior a fermé ses portes à l’automne et tous les cours sont dispensés via Internet. Le Prix de la franco- phonie a donc eu lieu lors d’une

vidéo-conférence le 21 décembre. Un jury res- treint à trois membres d’AGY s’est retrouvé devant un écran chez le président, à Yzeure.

Les trois professeurs de français ainsi que la directrice du lycée à Gherla ont auditionné les participants à ce prix. Pour finalement nom- mer les trois meilleurs élèves parmi les vingt- un candidats de cette année.

Malgré les déboires informatiques des uns et des autres, malgré les connexions aléatoires entre la France et la Roumanie, tout s’est bien passé. Les jeunes récipiendaires ont ainsi rendu hommage à la langue française qui oc- cupe une place particulière dans le cœur des Roumains. u

Le Prix de la francophonie a été attribué en l’absence du jury.

Mais la technologie a permis aux participants de concourir et de s’adresser en français au jury resté à Yzeure.

LA MINUTE PATRIMOINE

Entre le lavoir et le pont des Bataillots, coulait un ruisseau. Ce petit ruisseau drainait autrefois les eaux des sources, puis il est devenu l’égout du quartier qui se formait sur ses rives. En décembre 1876, le Conseil municipal, à la suite des explications du maire, Paul Corne, approuve la couverture

de ce ruisseau sur 525 mètres, au moyen d’un aqueduc en béton dans lequel un homme pourra passer. À cette époque,

seules cinq ou six maisons étaient per- chées sur la hauteur, et deux véhicules ne pouvaient se croiser dans le ruisseau qui servait aussi de chemin… quand il n’était pas inondé. Une fois le ruisseau recouvert en 1878, les terrains trouvèrent rapidement acquéreurs à 5 Francs le mètre, et la rue de la République se peupla. En 1911, le quartier comptait environ 1 800 habitants.

(17)

EN IMAGES / 15

01

En raison de la situation sanitaire, la cérémonie commémorant l’armistice du 11 novembre 1918 s’est déroulée en comité restreint.

02

Sur les sapins réalisés en palettes, les agents des Services techniques fixent les décorations en rondelles de bois peintes par les petits des crèches.

03

Pascal Perrin, le maire, Laëtitia Planche et Jean-Mi- chel Bourgeot ont planté symboliquement le 25 no- vembre l’un des premiers arbres d’une longue série de plus de 1 000 arbres, prévus sur la durée du mandat.

04

Les décorations de Noël, créées par les Services techniques, illuminées durant les fêtes de fin d’année.

05

L’installation de l’arbre de Noël sur la place Jules- Ferry par les agents de la ville.

06

Un nouveau ponton de pêche partagée, à desti- nation des familles, et accessible aux personnes à mobilité réduite, a été construit aux Ozières, à l’initia- tive de l’AAPPMA.

07

Le centre de test mobile de la Région était dans notre commune le vendredi 18 décembre.

01

03

05 06

07

04

02

(18)

16 / EXPRESSIONS POLITIQUES

Groupe socialiste et apparentés - Marie-Luce Garapon

Majorité municipale, Yzeure, ensemble naturellement - Pascal Perrin

U

ne nouvelle année vient de commencer, le groupe socialiste vous adresse ses vœux de santé et de bonheur pour 2021 ; nous souhai- tons vous retrouver pour construire ensemble cette société plus juste et plus fraternelle à laquelle nous aspirons tous.

Dans ces circonstances qui sont si particulières, nous gardons le cap fixé par notre programme. Le Rapport d’orientations budgétaires que nous avons présenté au Conseil municipal du 17 décembre dernier en est la traduction financière. Malgré toutes les incertitudes

du moment, il se veut ambitieux aussi bien pour cette année 2021 que pour l’ensemble du mandat. Le maintien des services municipaux, la stabilité de l’en- dettement et du budget de fonctionnement ainsi que l’existence d’investissements réguliers sur une base annuelle de 1,2 million d’euros, sont quelques grands principes de sa construction. Il nous faudra aussi te- nir compte des dépenses liées à la gestion de la crise : dépenses et absence de recettes confondues chiffrées à ce jour à près de 500 000 €. Des événements vien- dront certainement perturber ces orientations bud-

gétaires… mais notre feuille de route est précise.

Depuis plusieurs mois, les élus que nous sommes sont surtout frustrés de ne pouvoir vivre avec vous les événements qui ponctuent la vie municipale. Nous attendons avec impatience de pouvoir à nouveau vous associer aux réceptions de travaux, vous convier à des manifestations et vous écouter dans une vraie relation de proximité comme la mise en place des budgets participatifs dans les quartiers.

Maintenons collectivement notre vigilance, c’est sans aucun doute le prix d’une issue proche. u

Groupe communiste - Laëtitia Planche

2

021, une année à inventer. Les élus commu- nistes et apparentés présentons nos vœux pour que l’année qui vienne puisse être meilleure que celle qui s’est achevée.

Face aux différentes crises subies, sociale, sanitaire, écologique, industrielle, démocratique, il faudra aller chercher le bonheur, le débusquer, par un surcroît de fraternité et de solidarité. Le travail et la nature ne doivent plus être considérés comme « des coûts » à compresser mais des apports de richesses essentiels.

C’est dans cet esprit que nous vivons très concrète- ment notre participation à la vie yzeurienne. Des réalisations, comme la crèche municipale Le P’tit monde d'Yzatis, la construction de 42 logements so- ciaux dans le Parc Sainte-Catherine, le plan de revégé- talisation de plus de 1 500 arbres sur 5 ans répondent aux aspirations d’une collectivité s’inscrivant en ré- silience sociale et écologique face aux conséquences d’une société brutalisée par les politiques d'austérité du gouvernement Macron.

Pour cette nouvelle année, de nombreux chantiers

sont déjà ouverts : rénovation énergétique des écoles, aménagements cyclables, lutte contre le gaspillage alimentaire, aide à l’inclusion numérique… travaillés par des équipes municipales énergiques et engagées.

Nous pouvons ouvrir le chemin au post-capitalisme, et ce sera avec chaque Yzeurien-ne qu’il pourra être parcouru. u

Oppositions municipales

Redonnons des couleurs à Yzeure - Guillaume Devaux

L

a pandémie liée au Covid-19 reste très pré- sente ce début d’année. Les mesures nécessaires comme le couvre-feu mettent de plus en plus en difficulté l’économie locale. Moulins Communauté maintient ses aides auprès de nos commerçants mais qu’a fait la majorité municipale pour soutenir nos ac- teurs locaux ? Rien, malgré notre intervention lors du dernier Conseil municipal.

Celui-ci fut l’occasion de débattre des orientations budgétaires de ce début de mandat. Sans surprise, ce rapport développe peu de projets, pas d’ambition

pour notre ville, une politique menée par la majorité sans ligne de conduite. Nous espérons un sursaut de l’équipe municipale afin de ne pas réaliser un mandat comme le précédent sans investissement, sans entre- tien du patrimoine existant, sans financement sur nos bâtiments, voiries… Est-ce une bonne gestion que de ne pas investir lorsque la conjoncture notam- ment financière est favorable ?

Nous demandons qu’une réflexion large soit menée avec la population pour un plan de circulation effi- cace sur la commune, la mise en service du créma-

torium ne manquera pas d’augmenter les problèmes de trafic. Le prolongement du boulevard L.-Guillot permettrait de détourner une partie de celui-ci et l’aménagement nécessaire de la place Jules-Ferry serait facilité. Une même concertation doit être menée sur l’aménagement du Parc Sainte-Catherine afin d’évaluer dès à présent les services nécessaires dédiés à la population de cette zone tels que l’école, les commerces de proximité, les services municipaux…

Que cette année 2021 apporte joie, paix, santé et réussite dans vos familles. u

Unis pour Yzeure - Maria Barreto

2

020 a été une claque magistrale qui nous a tous sidérés  ! Avec des conséquences brutales et douloureuses pour beaucoup, beaucoup trop d’entre nous. À court, moyen et long terme.

Nous pensons à toutes celles et ceux qui ont plongé ou se sont enfoncés dans la précarité, qui ont perdu un proche, qui ont vécu un confinement plus difficile que d’autres ; aux associations, à tous les profession- nels à l’arrêt malgré eux.

C’est maintenant, dans ce monde « avec » le Covid, qu’il nous faut relever la tête, relever nos manches.

C’est un véritable recommencement qu’il va falloir mettre en œuvre progressivement, à la fois indivi- duellement et collectivement.

Comment ? En regardant devant nous mais aussi autour de nous pour ne laisser personne au bord du chemin ; en avançant un pas après l’autre, car il n’y a pas d’autre façon de faire. Un chemin difficile, mais, nous le croyons, salutaire.

En cette année 2021, nous serons vigilants : tout particulièrement sur le suivi du budget de la com- mune, quant au maintien du dialogue social avec les

agents de la collectivité, face au risque de fermeture de classes aux Bataillots-Cladets afin de trouver des solutions pour maintenir ces classes.

Que ce contexte de crise soit l’occasion de porter un regard neuf sur notre environnement commun, pour espérer apporter aux Yzeuriennes et aux Yzeuriens un commencement de réponse à la hauteur de leurs attentes. Nous y sommes déterminés.

C’est dans cet esprit de solidarité que nous adressons nos vœux aux Yzeuriennes et aux Yzeuriens, pour que 2021 soit à la mesure de leur espérance. u

(19)
(20)

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :