• Aucun résultat trouvé

Un dossier pour tout savoir sur l eau en Bretagne

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2022

Partager "Un dossier pour tout savoir sur l eau en Bretagne"

Copied!
10
0
0

Texte intégral

(1)

Un dossier pour tout savoir sur l’eau en Bretagne

L’Observatoire

de l’Environnement en Bretagne a récemment mis en ligne un dossier

consacré au cycle de l’eau dans la région, consultable gratuitement.

D’où

vient l’eau que consomment les bretons ? Quel est son état écologique ? Quel rôle jouent les zones humides ? Les

réponses à ces questions, et bien d’autres, sont à découvrir dans

le dossier sur le cycle de l’eau en Bretagne, édité par L’OEB (L’observatoire de l’Environnement en Bretagne). L’organisme s’est

fait aidé d’une trentaine d’experts techniques de la Région pour

élaborer ce dossier documentaire, qui aborde diverses thématiques :

la qualité de l’eau, les nitrates, les pesticides, les proliférations de cyanobactéries, les algues vertes, le

phytoplancton toxique, l’eau potables, les contiminants chimiques sur

le littoral, la trame bleue…

La

biodiversité n’est pas non plus oubliée, avec un éclairage sur les

espèces spécifiques qui habitent les lieux humides en Bretagne, des

(2)

focus sur la continuité écologique…

Les

effets des activités humaines et des aménagements réalisés sont

égalemet étudiés : on apprend ainsi par exemple qu’une large majorité des cours d’eau sont dans un état écologique médiocre à

l’est, alors qu’à l’Ouest ils sont plutôt en bon état, mis à part

certaines rivières littorales, notamment dans le Léon.

Le

changement climatique est aussi abordé. Si ses effets sont encore

peu visibles, il est pourtant déjà à l’oeuvre, comme en témoigne

la hausse du niveau de la mer ou encore l’augmentation moyenne de la

température.

Même si le tableau présenté n’est pas très réjouissant, la fin du dossier insiste néanmoins sur les solutions mises en œuvre : gouvernance, réduction de l’utilisation des p e s t i c i d e s , a m é l i o r a t i o n d e l a c o n t i n u i t é écologique…Disponible en format PDF, le document est c o n s u l t a b l e s u r l e s i t e https://bretagne-environnement.fr/cycle-eau-bretagne-dossier

(3)

La goëlette Tara à l’assaut de la pollution aux microplastiques

Partie le 23 mai de Lorient, la goélette Tara va parcourir 10 fleuves et quatre façades maritimes européennes, afin de connaître les origines de la pollution aux microplastiques, et d’en évaluer la toxicité.

« Microplastiques 2019 », c’est le nom de la nouvelle mission de la goélette Tara. Elle s’est élancée le 23 mai de Lorient, son port d’attache, pour un périple de 6 mois, jusqu’à novembre 2019. Elle passera par les quatre façades maritimes européennes et étudiera les embouchures de dix fleuves importants en Europe (Tamise, Elbe, Rhin, Seine, Loire, Garonne, Tage, Ebre, Rhône, Tibre). La goélette voguera ainsi la Bretagne vers la Mer du Nord, la Mer Baltique, poursuivra ses prélèvements sur la côte Atlantique, avant de rejoindre la mer Méditerranée. Objectif « Identifier les sources, prédire le devenir et évaluer l’impact des plastiques de la terre vers la mer ».

En effet, depuis 2010, la goélette Tara prélève des microplastiques (de 0,2 à moins de 5 mm de diamètre) dans ses filets, lors de ses différentes expéditions. Pour la fondation Tara Océans, « il est aujourd’hui urgent d’explorer et de décrire les fuites de déchets plastiques vers la mer pour mieux endiguer cette «hémorragie ». Un véritable fléau : une étude estimait ainsi en 2015 que 8 millions de tonnes de plastique seraient rejetées dans l’océan chaque année, ce qui é q u i v a u d r a i t à u n c a m i o n - b e n n e p a r m i n u t e ! L e s microplastiques, si ils sont moins visibles que les macro-

(4)

déchets, n’en sont pas moins problématiques et redoutables : ils ont des effets sur tous les maillons de la chaine alimentaire.

Quarante scientifiques sont impliqués dans la mission qui est coordonnée par le CNRS : biologistes marins, écotoxicologues, océanographes, physiciens…Ils essaieront tous ensemble d’identifier les sources de pollution aux microplastiques, comprendre leur fragmentation dans les fleuves, prédire leur dispersion vers les océans, comprendre leurs impact sur la biodiversité et la toxicité sur les organismes marins. Toutes ces connaissances devraient permettre d’évaluer les risques potentiels des microplastiques pour la santé humaine et l’environnement, ainsi que de comprendre leur origine et les transformation, afin d’ensuite pouvoir agir à la source. Des collectes en mer et dans les fleuves seront ainsi réalisées par la goélette. L’un des défis de la mission sera de connaître l’impact des nanoplastiques dans les fleuves !

(5)

Traversée du Pacifique Nord de Honolulu – Hawaï à Portland – Oregon à travers le Great Pacifique Garbage Patch.

Jour 4.

Melanie Billaud trie ses échantillons.

Plus d’infos

https://oceans.taraexpeditions.org/

(6)

« Des terres et des ailes », un projet pour contrer le déclin des oiseaux à la campagne

La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), en compagnie des Chambres d’Agriculture, vient de lancer le projet « Des terres et des ailes ». Il vise à proposer aux agriculteurs de s’investir sur leur ferme pour la protection des oiseaux, en créant notamment des aménagements spécifiques. Des conseils et la localisation des exploitations participantes sont disponibles sur un site internet.

« Mobiliser le plus grand nombre d’agriculteurs et les accompagner dans la reconquête de la biodiversité ». Voilà l’objectif du projet « Des terres et des ailes ». Lancé par la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), et par les Chambres d’Agricultures, il a pour objectif d’apporter des réponses à un constat sans appel : le nombre d’oiseaux dans les campagnes. En effet, « Les derniers chiffres issus de l’étude conjointe du Muséum d’histoire naturelle et du CNRS, montrent que les populations d’oiseaux dans les campagnes ont été réduites en moyenne d’un tiers, au cours des quinze dernières années, avec une forte accélération depuis deux ans. Selon l’UICN (l’Union Internationale pour la conservation de la nature), un tiers des espèces sont aujourd’hui menacées », explique ainsi la LPO. La faute à l’utilisation des pesticides, à l’urbanisation galopante qui pive les oiseaux de leur habitat, au remembrement ,au changement climatique…

Face à ce constat, le projet « Des Terres Et Des Ailes » a pour ambition, selon la LPO, de « proposer à chacun d’agir concrètement sur sa ferme, à son échelle, à sa convenance, et dans un élan collectif pour offrir aux espèces qui ont déserté

(7)

nos campagnes, la possibilité de revenir s’installer et à celles qui sont encore présentes, de pouvoir y rester ! Toutes les espèces doivent pouvoir trouver le gîte et le couvert, c’est-à-dire trouver des espaces accueillants et variés pour s’installer, se reproduire, se cacher ou se réfugier mais aussi de quoi se nourrir et nourrir leurs jeunes, en quantité suffisante, en qualité et en diversité ». Pour cela, un site internet (www.desterresetdesailes.fr) a été mis en place. Il propose aux agriculteurs des idées d’aménagement à créer sur leurs fermes, sous forme de fiches : arbre isolé, haie, mare, buissons de ronce, nichoirs, tas de bois ou de pierres…Ils sont aussi incités à faire connaître leurs actions, par le biais d’une cartographie qui permet de localiser les exploitations participantes au projet et les aménagements qui y sont effectués pour la sauvegarde des oiseaux. On peut ainsi d’ores et déjà prendre connaissance des quelques fermes bretonnes qui participent à l’opération !

« Bulles de vie », une ode à l’eau en photos

« Saut(e)

dans l’eau ! » et « Chante la mer » sont les

titres des deux derniers tomes de « Bulles de vie », une

collection d’ouvrages photographiques publiés par Johanne Gicquel.

Photographe, peintre et ancienne paysanne bio, elle a pour objectif,

à travers ces ouvrages, de « montrer à voir la nature toute proche, celle sous nos pieds ». Mais aussi « interpeller, interroger, faire rêver aussi…Susciter l’intérêt et dès lors,

(8)

donner envie de connaître . ».

Les deux livres ont pour dénominateur commun l’eau. Préfacé par Jean-Claude Pierre, militant de longue date et co- fondateur de l’association Eau et Rivières de Bretagne,

« Saut(e) dans l’eau » est consacré aux zones humides. A travers l’œil de Johanne, on découvre ainsi des frayères, des tourbières, des zones humides, mais aussi des libellules, des plantes (la balsamine, plante ornementale devenue envahissante, ou encore l’osmonde), des traces de passages de mammifères…Beaucoup de photos ont été prises du côté de Saint- Nicolas-Des-Eaux, village traversé par le Blavet, dans le Centre Morbihan. D’autres proviennent du Finistère, vers le Moros, cours d’eau qui rejoint la mer vers Concarneau.

Préfacé

par Pascale d’Erm, auteur et réalisatrice, « Chante la mer ! » est dédié quant à lui au littoral. Dunes, laisse de mer, sable,

orchidées, griffes de sorcière…sont ainsi à l’honneur.

Chaque ouvrage, édité en format « à l’italienne » comprend entre 200 et 300 photos, de tailles différentes, et dont la plupart prises en « macrophotographie », au plus près de la nature. A la fin des deux livres, Johanne explique sa démarche, et propose aussi un glossaire se rapportant aux thématiques des photos.

La rédaction d’Eco-Bretons vous conseille les deux ouvrages, qui donnent à voir, via de magnifiques photo, toute la beauté, la richesse, et la fragilité des milieux liés à l’eau en Bretagne !

(9)

Pour commander les ouvrages et découvrir le travail de Johanne : https://www.johannegicquel.com/

A la rencontre de…Sabrina Morisson de l’association Ideographik Bretagne

Rencontre

aujourd’hui avec Sabrina Morisson, de l’association Ideographik

Bretagne. Basée à Tremel (22), cette jeune structure née en 2017 a

pour objectif de rendre accessible à tous la lecture,

l’apprentissage, et l’ensemble des informations quotidiennes aux

personnes en situation de handicap. Elle est aussi maison d’édition.

Une interview à découvrir en audio !

(10)

Références

Documents relatifs

La décoration de l’école sera revampée pour s’harmoniser avec notre Projet éducatif et ainsi solidifier le sentiment d’appartenance des élèves.. Différents services de la

• Fractionnez votre déclaration si vous avez des salariés marins et des salariés affiliés au régime général. • Consultez la fiche-consigne #1736 sur le

Comme le montre le projet PAEK (voir p. 13), initié en 2020 avec les mêmes partenaires, le renforcement des colla- borations avec les instances locales a encouragé l’ONG à continuer

Il y a également les personnes qui travaillent dans des locaux qui ne sont pas assez contrôlés ou des occupants (propriétaire, locataires) qui habitent dans des logements

Service laboratoire d’Hormonologie Hôpital Necker-Enfants malades, L’Université Paris – Descartes Madame

Comme le but de cette réalisation est de visualiser le trafic radio sur la bande des deux mètres, et non de faire un appareil de mesure, nous nous contenterons de cette résolution,

Ils étaient plus de 3.000 habitants réunis, cinq jours après les attentats, sur la place Communale pour dire avec conviction et dignité: «Nous condamnons tous les attentats et

Alors que le travail collectif et interdisciplinaire devient une injonction dans l’attribution des financements par l’Agence Nationale de la Recherche, nous