• Aucun résultat trouvé

13 étoiles : reflets du Valais = Wallis im Bild = Treize étoiles : reflets du Valais = Wallis im Bild

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2021

Partager "13 étoiles : reflets du Valais = Wallis im Bild = Treize étoiles : reflets du Valais = Wallis im Bild"

Copied!
60
0
0

Texte intégral

(1)

F L E T S D U V A L A I S

(2)

mdaflt

K i v e r e ÿ

e n d a # , ^ K i v e r e ÿ

MAISON BIOLLAZ

Vins fins du Valais

INT-PIERRE-DE-CLAGES

(3)

ivimscht frohe Weihnachten

y-und ein gesegnetes Neujahr

(4)

Confiance + Sécurité

CREDIT SUISSE

SCHWEIZERISCHE KREDITANSTALT

MARTIGNY M onthey SION Crans BRIG

(5)

VeRBIER

Les Attelas

(6)

'~ j)iC Z lC S p o u r H o r lo g e r ie B ijou te rie In dustrie o p t iq u e Industrie é le c tro n iq u e Industrie textile, etc. L A S E R -M A S E R

Industrie d e pierres scientifiques

HRAND DJEVAHIRDJIAN S. A.

Monthey / Valais

confection

( f ' i é ç f . c m c e

e i c e n j l ô r l

i n c e m p a r a U e s

V o y e z notre assortiment de

vestes et m anteaux en mouton retourné pour dames et messieurs

(7)

VALAIS

“yV.

S iim i r r n > r < r , L g ".R I n r n r - n . V

Hotel-& Bädergesellschaft LEUKERBAD

LEITENDER ARZT : DR H.A. EBENER DIREKTION : A. WILLI-JOBIN

6 HOTELS 390 BETTEN TEL. (027) 6 4 4 4 4 WALLIS-SCHWEIZ HÖHE : 1411 METER

Le spécialiste du prospectus to u ris tiq u e

I m p r i m e u r à M a r t i g n y d e p u i s 1907

' ' f l è t e i j A U a l i n

Hôtel d e famille, cuisine soignée, g ra n d e ferrasse ensoleillé e, vue d é g a g é e

Prop. : Famille Gustave Zurbriggen-Glatf, tél. 0 2 8 / 4 81 1 5 - 1 6

Prix avanta geux du 4 ja n v ie r au 7 fé vrie r

La petite maison

j B

u f

IZDtTlî

des grands vins

^

Pinor nom

L

es

F i l s d g Ch. R a v r g

uceme Médail

Sion

Médaille d 'o r 1954 Lucerne Médaille d 'o r 1964 Lausanne

Le balcon du val d'Hérens

à 30 km. d e Sion, au p ie d d e la Dent-Blanche

LA S A G E - LA F O R C L A Z - V IL L A - FERPËCLE

1700-1750 m.

Stations d'été - Stations d'hiver

En to u te saison : air pur, so le il, repos au milie u d 'u n e p o p u ­ latio n ayant g a rd é son costume et ses traditions.

Eté : prom enades, excursions, ascensions, flo re alp in e. Hiver : ski toutes catégories, p a tin o ire ; rrio nte-penfe d e

La Sage et La Forclaz, téléski du Tzaté ( lo n g u e u r 1400 m.). N o m b re u x appartements locatifs, p rix très réduits entre sai­ sons ; a p p a rte m e n t sim ple ou confort.

Hôtel d e La Sage, 40 lits, tél. 027 / 4 61 10. Hôtel de Ferpècle, 25 lits, tél. 027 / 4 61 54.

Renseignements : Société de d é v e lo p p e m e n t, La Sage, tél. 027 / 4 62 79.

Hôtel T o u rin g garn i

Saas-Fee P r o p r i é t a i r e : B ru n o I m s e n g - T o r r e n t T é l. 0 2 8 / 4 81 93 T o u te s les c h a m b r e s a v e c e a u c o u r a n t e , r a d i o , t é l é p h o n e , b a l c o n - D o u c h e s p r iv é e s G r a n d e t e r r a s s e e n s o l e i l l é e - H a l l s p a c i e u x P r i x m o d é r é s

S aas-Fee

- H û t c L

Resta urani-Bar-Dancing SANS-SOUCI

D ir.: Fam. Richard Bieri - Tél. 0 2 8 / 4 81 07

Heureuse réunio n d 'a n cie n n e tra d itio n h ô te liè re et de tout c o nfort m oderne. Locaux d e séjour, g ra n d e ferrasse, au centre de la station.

(8)

w o r k ~

ß .ß S V X

Zj spécialisée p o u r enfants, d e b é b é à 16 ans M . GIRARD, VERBIER Tél. 0 2 6 / 7 16 77 La chaussure d e g r a n d e classe « B o u tiq u e d e la C o u r »

Chaussures Lugon-Favre

G a l e r i e S u p e rs a x o , 1950 S IO N P o u r v o t r e é lé g a n c e h iv e r 68-6 9

V êtem en ts D elasoie

M o d e masculine M O N T H E Y Tél. 025 / 4 28 73

A. M e lly

Ameublement S ie r r e : 0 2 7 / 5 0 3 1 2 V i s s o i e : 0 2 7 / 6 83 3 2 P our v o s a m é n a g e m e n t s ru stiq u e s, m e u b le s d e n o tr e fa b r ic a t io n

nouveau

-n II

.

,

Ik^i

!»'?-!

r m .

vVv

I

y t e *

m

i ? .

Friteuses «fri-fri» à triple sécurité

1 en cas de panne du thermostat Maintenant 3 sécurités: 2 en cas de manque d'huile

3 en cas d'enclenchement à vide Les nouveaux modèles offrent en outre :

un nouveau corps de chauffe télescopique, interchangeable en 10 secondes par l'utilisateur, sans aucun outil.

une nouvelle ligne moderne, avec tableau de commande encastré, aucun bouton ou poignée apparent autour du bâti inoxydable ou émaillé; un vaste choix de combinaisons entre tous les-modèles de base et les avantages traditionnels de fri-fri: filtrage automatique; chauffage rapide; fonctionnement sûr; qualité et fini impeccables; modèle pour le gaz et service après-vente dans toute la Suisse

ARO S.A. 2 5 2 0 LA NEUVEVILLE BE Tél. 0 3 8 / 7 9 0 9 1 -9 2

fri-fri depuis plus de 20 ans à la pointe du progrès

(9)

îrnm °

,ndre m a ? - “ .che! wp>?“e: 2 de 'erra>n ue im p re n a b h is. Bas p r'* ' e V A L D l U h a i e ) a v e c ^ v a ia is an , S i t u a t i o n e n et tranqui C r o s e t s , plusieurs 3, r o u t e Quation. ,EZ : A v e n m a g n i l i q ue j e lerrain. renseigne u, Troml réV 025 / 8 VAV D'IL 1 c h a le ts p a r c e lle ! p o u r ' ° ' biV ière d 'tU ie z- 8 43 58, / a g e n c e te r ra i n , 89 000.-— m 2 te r ra i n v e n d r e a cham bres, ,e c te r ra in C 134 : ; ,m p r e n a n t -C-, c a v e v e n t e '■ 67 n e m e n t s, 3m m er ci ai ' comp' . 230.-P our »< B u re a u

(10)

Fendanl

V in ò S - t ilJ a L d S

Dòle

SOLEIL DU VALAIS »

“ VALERIA »

J o h a n n i s b e r g S ? "W G r a n d v i n m o u s s e u x

« GOUTTE D’OR »

* .s f e

« VAL STA R »

Q $ 9

* VERBIER

Les derniè res créations en c o n fe ctio n sport Les chaussures ski et après-skis

Fromage à raclette;

laissez au spécialiste le soin de ch o is ir votre fr o m a g e à r a c le tte

Aloys Bonvin - S io n

ELRO planifie pour vous et livre installations pour grandes cuisines

R O B E R T M A U C H E L R O - W E R K E A G

Bremgarten AG

T

élép

h

o

n

e 0

5

7

/7

1

7

7

7

Nous fa b riq u o n s : ELRO - A p p a r e ils p o u r cuire, rôtir, frire et g rille r ELRO - Universal A p p a r e ils p o u r cuir e à pression ELRO - A rm o ire s chauffantes et véhic ule s d e transport

Tous les appareils ELRO sont fa b riq u é s en acier n ic k e lé ch ro m é, a n tir o u ille , d e to ute p re m iè re q u a lité

Potage tortue clair véritable "Lucullus"

Un v ra i p r o d u i t Lucul

Lucul S. A. 8052 Zurich

(11)

■bhenma

se-—

Réfrigérateurs Gastro-Norme Therma

Deux nouveaux réfrigérateurs, contenance 6 9 0 ou 1520 litres, deux nouveaux congélateurs, contenance 6.70 ou 1480 litres, en dimensions Gastro:Norme: ' largeur utile 5 3 0 mm,

profondeur utile 6 5 0 mm. Equipements livrables:

plaques normalisées coulissantes sur glissières en équerre, récipients normalisés 1/1, grilles, supports pour retrait total des récipients normalisés et pour' boilles à lait de 4 0 litres, suspension pour viandes.

I

Revêtement en acier au chrome- nickel ou tôles Peraluman. Réfrigération par évaporateur à haut rendement avec Ventilateur directement adossé.

Nouvel isolant à efficacité élevée. C es réfrigérateurs peuvent être placés, sans perte de rendement, jusque dans les cuisines chaudes. Dans la même série de modèles, réfrigérateur pour bouteilles. Equipé de tablettes circulaires pivotant sur roulements à billes; revêtement en plaques de matière plastique blanche.

Therma S.A., 8 7 6 2 Schwanden Section Réfrigération,

Hofwiesenstrasse 141, 8 0 4 2 Zurich

Téléphone 0 5 1 /2 6 1 6 0 6 Bureaux à Genève, Lausanne, Berne et Bâle.

(12)

Avec Swissair en Afrique Orientale et du Sud !

Chaque jeudi soir une liaison directe relie la Suisse

au cœur du fascinant continent africain.

NAIROBI - DAR ES SALAAM - JOHANNESBURG

Les confortables DC-8 Jets de Swissair ainsi qu’un service

discret et attentionné feront de votre vol une réussite.

(13)

TREIZE ETOILES

A moi, lecteur,

deux mots !

J ’a u rai d ix -n e u f ans. M o n enfance f u t difficile. Bien souvent il a fallu tailler mes jupes dans les p a n ta lo n s des grands. M ais je fus bonne fille à l’école, et j ’ai fa it mes hum anités. M on p a r r a in m ’a regardée chaque mois avec inquié­ tu d e p o u r v o ir si j ’avais poussé. Le connaissez- vous ? Il s’appelle E d m o n d G ay. Suis-je assez gran d e m a in te n a n t, assez belle p o u r entrer dans le m o n d e ? Je pèse tre n te-d eu x kilos, je mesure dix mille pages, on m e d it plaisante, et que je ne déshonore pas m a p atrie. A vous d ’en juger. Vous me voud riez plus im posante ? Plus terre à terre ? Plus com m unicative, tech­ nique, électronique, aérienne ? Plus sérieuse ou plus variée, plus artistique, plus instructive ou plus divertissante ? Plus sophistiquée, peu t- être ! Plus à la page, sans préjugés, ou faite com m e un dictionnaire, bourrée de renseigne­ ments précieux...

Les g rands couturiers me p ré p a re n t, à moi aussi, une nouvelle robe. J ’aurai m a toilette de p rin tem p s, j ’au rai mes perles et m on o u ­ v rage sera plus a ttr a y a n t. Je vous réserve des surprises, allez, des chroniques sur les guides, ces forts des Alpes, et sur les nobles de Sion. Des flashes indiscrets, et un p a n o ra m a meil­ leur de ces terres du R h ô n e sur lesquelles, en d ix -n eu f ans, j ’ai déjà écrit, p ara ît-il, un des livres les plus com plets qui soient.

D e v o tre côté, n ’oubliez pas l ’abonnem ent. Les renouvellem ents in te rv ie n d ro n t comme de cou­ tum e en décembre. Mais voulez-vous me faire plaisir et faire plaisir au x autres ? C o u p d o u ­ ble, en somme, si vous utilisez la carte d é ta c h a ­ ble qui se tro u v e à la fin du corps rédactionnel (pp. 45-46) sur le p e n d a n t du présent feuillet. C ’est la carte-cadeau que je vous propose d ’utiliser dès a u jo u rd ’hui, p o u r que les bénéfi­ ciaires reçoivent, en plus des douze paru tio n s de 1969, décembre 1968 : m on num éro de fête, le treizièm e en com pte à rebours, et gracieux celui-là. Pensez à vos amis, su rto u t vos amis lointains. Q uelle m eilleure atte n tio n leur té­ m oigner ? N e parlo n s pas d ’argent, mais son­ gez que je n ’ai aucun poids m esurable de to u rte ou de cigares ; que je puis être o fferte avec élégance à ceux qui sont le plus et le moins gâtés, aux gens de tous milieux, et ju squ’aux princes...

U n bouquet de fleurs se fane en quelques jours. M oi j ’a p p o rte ra i chaque mois, et chaque fois renouvelé, v o tre message d ’amitié, avec ces vacances en images que chacun aim e à re tro u ­ ver. N e rem ettez pas à dem ain, puisque ces tem ps harassants passent au fu r et à mesure l’éponge sur toutes choses. D e grâce, remplissez séancé ten an te cette carte bénéfique, m ettez-la dans la corbeille de N o ë l de vos amis et dans la mienne, p o u r mes d ix -n eu f ans. M erci !

L a revue «T reize Etoiles ».

P a r a î t le 20 d e c h a q u e m o is - E d i t e u r r e s p o n s a b le : I m p r i m e r i e P i l l e t S . A . , M a r t i g n y - R é d a c t e u r en c h e f : Bo je n O l s o m m e r , 1950 S i o n , t é l . 0 2 7 / 2 5 4 5 4 . F o n d a t e u r e t p r é s i d e n t de la c o m m i s s i o n d e r é d a c t i o n : M e E d m o n d G a y - A d m i n i s t r a t i o n , i m p r e s s i o n e t e x p é d i t i o n : I m p r i m e r i e P i l l e t S. A . , a v e n u e de l a G a r e 19, 1920 M a r t i g n y 1 / Suisse - S e r v ic e d es a n n o n c e s : P u b l i c i t a s S. A . , 1951 S i o n , t é l . 027 / 3 71 11 - A b o n n e m e n t s : Suisse F r . 20.— ; é t r a n g e r F r . 25.— ; le n u m é r o F r . 1.60 - C h è q u e s p o s t a u x 19 - 4320, S i o n . 18e a n n é e , N ° 11 N o v e m b r e 1968

NOS C o l l a b o r a t e u r s Pierre Béguin M arcel M ichelet S. C orinna Bille Pierrette M icheloud Renê-Pierre Bille Edouard M orand E m ile Biollay Georges Peillex Félix C a rru zzo Jean Q u in o d o z M aurice C h a p p a z Pascal Thurre

Jean Follonier Marco V o lken D r Ignace M arié ta n Maurice Z erm atten Paul M a r tin e t G aby Z r y d C o llaborateur-photographe : O sw a ld R u p p e n

Sommaire

La m ode Salut au m an g e u r de feu ! Joie et souffrance d u po ète valaisan T reize Etoiles en deuil : La fin d ’AIoys T h ey taz

V érité d u vin Les archives de T reize Etoiles La m o d e sp o rt au ren d ez -v o u s de l’h iv er L e ttr e du L ém an Bridge La ch arn ière S im p lo n -G o th a rd , u n e nécessité n ationale

Le cas d ’A n zère : Les ho m m es E cran valaisan P o tin s valaisans N o v e m b re U n s ere K u r o r te m elden Vins n o u v e au x d ’autrefois

N o tr e couverture : La m ode sport au ren d ez-vo u s de l ’hiv er Photos A stre, D arbellay, G . L. T.-Press, G rin d a t, G roebli, K u b lin , M a tter, M ender, M orgenthaler, M u ret, Relang, v o n R o ll, R u p p e n , Sw iss Fashion C lub, T h u rre, W intsch

(14)

L a mode

Voici notre petit monde habillé. En smoking le

mangeur de feu-avaleur de sabres répète son numéro

dans le vieux Sion. Nos belles de jour défilent devant

les hautes montagnes. L u n e , vous l'avez vue sur la

page de couverture, a poussé la coquetterie jusqu'à

emprunter nos treize étoiles pour boutonner sa ja­

quette. Le ski, quel merveilleux couturier. Exigeant,

puisqu’il faut que les mouvements soient libres, les

tissus souples ou solides, et que les coutures tiennent.

Mais s'il habille chaudement le sujet, le soleil le

déshabille ; le soleil ce merveilleux complice. La

piscine aussi, sulfureuse ou simplement chauffée,

puisque c'est un luxe qu'offrent plusieurs de nos sta­

tions. Dentelles, lainages, velours, jersey, fourrures,

cuirs et peaux, quelles jolies parures vous faites à

Eve au paradis blanc ! Vient l'après-ski et l'effer­

vescence du soir, jusqu'à l'excitant « surboum » pour

lequel on vous propose une tenue d '« attaque » ;

puis la parade des belles de nuit qui les retrouve

vétues-dévètues comme dit la langue de l'ère ato­

mique où les choses ne sont ni ici ni là, ni comme

ceci ni comme cela. Coiffures, chaussures, rien ne

manque. Réclame vivante pour nos stations m on­

daines qui exaltent la mode sur les plus beaux tré­

teaux du monde, ces amazones de la haute couture

ne nous feront pas oublier qu'il existe aussi des sim­

plicités villageoises, des intérieurs rustiques, des

champs de ski qui se passent de tout apprêt, et que

somme toute l'homme heureux n'avait pas de che­

mise.

(15)

MAURICE CHAPPAZ

Salut

au

mangeur

de

feu

Je n ’ai pas encore rendu visite au m angeur de feu. Qui est-ce ? Si c’était un poète ? Mais le feu est invisible alors, le feu c’est le verbe restitué. E t l’hom m e fa it bien de se cacher. C om m e moi qui signe m algré to u t sur mes fiches d ’hôtel : secrétaire de commerce ou qui répondais au d éb u t de m a v ocation au sinistre « Q ue faites-vous ? » — « Les lettres, à Genève ! » L ettres que je n ’ai jamais faites. Mais il est in avouable (parce q u ’incom p réh en ­ sible même à soi-même, m algré l’habitu d e) de dire : « J ’écris ». D an s tous les cas j ’en reste étonné et je m ’a tten d s toujours, comme à mes débuts, à ce q u ’on se venge de m a naïveté. Les « p arents sociaux » c’est- à-dire les parv en u s de la p olitique ou des affaires, les chanceux de la religion ne cro iro n t jam ais en moi. Au c o n traire ils v o u d ro n t p lu tô t m ’estourbir. Avec eux la litté ra tu re ne p e u t être q u ’une litté ra tu re de p r o p a ­ gande ou de convenances et non cette injure amoureuse, cette éclosion sauvage, irrespectueuse que le monde tel q u ’il est avec ses m utatio n s violentes (que personne non plus ne com prend) tire de m a sensibilité. J ’ai mes fai­ blesses harcelantes et j ’ai l’im prudence de la vie en moi. E n fin m on « fabliau » nouveau-né, modelé par to u t le folklore et to u te l’actualité de mon pays va fen­ dre les oreilles de mes amis.

Vous ne saisissez pas que je vous aime ? dis-je à l’avance à mes détracteurs.

En a tte n d a n t voici le to u t simple m angeur de feu, celui que les enfants et les grands nom m ent « Le F a k ir ». Un nouveau fa k ir est né. Je ne connaissais que l’hom m e au prén o m de fleur, d o n t l’estomac est un co ffre-fo rt, « C am élia », un rude bourlingueur. Je l’ai aperçu lan­ ç a n t un sort à un autom obiliste qui l’a v a it devancé. Q uelle tête aussi rocheuse que T o u rbillon ! Avec des

r

(16)

cris en cascade. J ’ai ap pris u n jo u r q u ’il s’é ta it fa it enterrer v iv a n t en Australie.

Il y a de l’os et de la finesse aussi dans le gentlem an de N e n d a z . Je ne l’ai rencontré encore que sur images. Mais il va com m encer son périple, son voyage. E t je souhaite la meilleure chance à sa courtoisie, à sa gen­ tillesse que je devine et surto u t à sa sauvagerie cachée, sa distraction adolescente qui lui fait choisir de s’e x p ri­ mer avec des baïonnettes, des flammes, des rasoirs.

Bon Jésus de N in d e P a ra d is de Veisonne !

J ’imagine la suite : une roulotte-cam ping, peut-être des chiens-loups sur le siège arrière, et une p ro v e r­ biale bohémienne, l’épouse erran te comme le sy m p a th i­ que peintre des moissons fauves, un autre increvable. C ’est la jeunesse dans la société de consom m ation. La

(17)

jeunesse plus que la bohème peut-être. J ’im agine les séances sur les places, dans les arrière-salles de café. Les carrousels existent encore. U n e boutique en toile s’ouvre à côté du cirque ou du tir-pipes. « Salut, F a k ir ! » com ­ me d ira it R am uz. P eu t-être fa u d ra -t-il « faire » les hôtels de m ontagne été et hiver, ou les plages, ou les piscines, ou les fêtes de musique. « T u me consolerais de bien des discours, joli F a k ir ! » Ce que je craindrais c’est l’exhibition d e v a n t un conseil d ’a d m in istratio n à la fin d ’un de leurs repas d ’ogres sédentaires. « N o n , refuse. Mais si les anciens m aturistes de S aint-M aurice t ’in­ v itaien t p a r exemple à une de leurs agapes qui ne se répètent que de v in g t ans en vingt ans, à leur réunion qui commence p a r la messe du m a tin où l’on prie pour les anciens qui sont m orts et où un chanoine distingué mais plein d ’enfance chasse to u t de suite la tristesse

en glissant un bon m o t même dans le sermon, alors accepte F ak ir, viens ! »

Tous ces anciens jugeront leur vocation d ’hommes sérieux mais avec un peu d ’hum our, certainem ent, lors de leur retrouvaille.

« R é u n ir sa vie » c’est faire son salut, un p o in t c’est tout, affirm a ie n t mes anciens professeurs et je voyais q u ’avec un v rai libéralisme su rnaturel ils liaient alors dans un même bouquet échecs, deuils, naissances, argent, santé, succès et jetaient ça, comme ils l’assuraient « sur l’autel de la Sainte Vierge ».

Ils o n t bien raison.

Ils m ’o n t même transm is un sacré culot. Viens nous don n er ta fantaisie :

Façon courante, façon intime, en gros ou en détail

(18)
(19)

Seul, mais com bien privilégié puis­ q u ’il recrée l’alliance avec le divin , com m e au tem ps où n ouvellem ent né à l’esprit, l’h o m m e écoutait p o u r la prem ière fois chanter en lui. Ce chant, le poète le retrouve p a r bribes à travers sa joie et sa souffrance. Joie de la terre au lever du jour : m id i, la lum ière exaltée ne se d istin­ gue plus de l’espace, elle l’inonde. C ’est la plénitude. Le soir, elle se retire, elle laisse des ombres enso­ leillées. La n u it qui succède au jour de beau tem ps n ’est pas la m êm e que celle qui v ie n t après un jour de pluie. A in si la m o rt, lorsque la vie a été claire et creusée dans le soleil.

C h a n t de la vie, chant de la m ort. A travers quelle joie, quelle so u f­ france, le poète valaisan v a -t-il cap­ ter ce chant ? C e n ’est pas to u t à fa it la m êm e joie ni to u t à fa it la m êm e souffrance que celles du poète vaudois, ou autre. A la base, si. C ’est la m êm e origine, la m êm e disponi­ bilité, le m êm e sceau. Seulem ent voilà, il y a la neige en rose de neige, la neige en arête, la neige en tourbillon de bleu, en lames d ’or, en p o in te d ’orage, a u ta n t de neiges, et p o u rta n t la m êm e eau en flocons amoncelés. Une joie qui to u t d ’abord p ren d sa source dans le souvenir du silence. Silence au graphique aigu, aride malgré ta n t de rivières. C ’est que la terre est rare sur ces rochers.

Silence qui faisait que chaque chose

de la nature p o u v a it être entendue :

qui a v a n t de faire son entrée dans les villages ramasse de la neige plein ses rayons, qui lui donne un g o û t de rhododendron, de résine, d ’esparcette. Une neige-miel. O n ne la v o it pas, on la goûte. Elle est dans l’air, p a rto u t, d ’a bord fraîche puis tiède. La joie que ce soleil p ro ­ digue au poète a sa couleur particu­ lière.

L ’aride labeur qui faisait la force du pays, qui le gardait protégé, ce labeur-là n ’est plus. O n y travaille a u ta n t, davantage peut-être, mais pas de la m êm e façon. Sa d iffic u lté d ’être était ce qui le rendait p u r au-delà de ses vicissitudes humaines. O n s’habitue v ite à la facilité, elle nous change aussi très vite. Pour le poète valaisan, cette discordance sera toujours une déchirure. Elle transparaît p a rto u t dans son œ u ­ vre. Par le chant de la vie et de la m o rt, il sait que pauvreté est a m o u r, que c’est elle qui sauve.

S o u ffra n ce d ’être cette contradic­ tion ; ce qui reste l’h o m m e chez le poète fa it rarem ent v œ u de p a u ­ vreté, com m e cela d evra it être.

Mais to u t ceci qui est souffrance est p r o fo n d é m e n t lié à to u t cela qui est joie. A u p o in t que l ’on p e u t dire que souffrance est au fo n d de sa joie, com m e joie est au fo n d de sa so u ffra n ces Dans sa solitude cette d ouble présence s’a ffr o n te d ’égale à égale. Exclus en quelque sorte du m onde, mais en m êm e tem ps adm is

Extrait de la causerie de Pierrette Micheloud au Comptoir

de Martigny 1968

A u jo u r d ’hui p ro fa n é p ar le sans- gêne des machines, il se perpétue dans l’âm e du poète valaisan.

Joie fa ite de patience, elle aussi transmise d ’âge en âge, d ’abord par les lentes transform ations géologi­ ques. Si la terre est rare sur ces rochers, elle y adhère du m oins avec force et am our. Puis par le labeur d iffic ile du p a ysan d ’hier, qui était à l’image de la nature, indissociable d ’elle. C ette patience, le poète v a la i­ san la retrouve en lui. Les choses q u ’il d it n ’a fflu e n t pas. Elles lui v ie n n e n t lentem ent, portées p a r le tem ps de la réflexion.

Joie qui le d o it égalem ent à la fid é lité du soleil. N u lle p a rt sa ré­ verbération ne s’a ffir m e d ’une m a ­ nière identique. Ce soleil du Valais

\

à participer à ses mystères, chargé d ’en rendre com pte. Q uel visage cette solitude prend-elle chez le poète valaisan ? Toujours abrupt. A b r u p t du côté de la nature par le vertige des dim ensions, a b ru p t du côté des hom m es p a r l’in d iffé ­ rence. A v a n t, l’h o m m e de la terre accom plissait des gestes rituels, m il­ lénaires. Il était poète dans sa façon de v iv re , et peut-être éprouvait-il cette m êm e solitude de joie et de souffrance. M a in ten a n t la machine. C ’est lui qui la conduit, mais elle le mène. Elle va plus v ite que le temps.

Des années qui o n t passé com m e un jour. O n s’en d o rt un soir sur des gentianes, on se réveille le lende­ m ain avec des dents d ’acier dans le

Joie et souffrance

du

-

poète valaisan

cœur. Les rouages fo n t un rire dia­ bolique. Ce n ’est pas que le poète veuille faire de la m arche arrière. Il est à la proue de son époque. D e to u t tem ps il a crié gare, non pas contre le progrès, mais contre son danger. L h o m m e est spirituellem ent trop faible p o u r ne pas en être v ic ­ time. Il pourrait y a vo ir de la poé­ sie dans la m achine si l’h o m m e en était le m aître et non l’esclave. La vie ne serait pas éto u ffée, ni déchi­ quetée. P a rto u t où il y a vie, il y a

(20)

d’Aloys Theytaz

Treize Etoiles en deuil

U n v en t furieux s’étaic établi, bou scu lan t des nuées basses, c o u rb an t les arbres, g rin çan t dans les cheminées. Ja m ais la N o b le -C o n tré e n ’a v a it été flagellée de la sorte, ni si opiniâtrem en t. Puis la pluie to m b a en lourdes rafales, les chemins fu re n t inondés, coupés de ruis­ seaux de boue, souillés de longues traînées de feuilles mortes. A loys T h e y ta z se m o urait. Sous un linceul de b rum e déchiquetée en longues écharpes p a r le vent, le p a y s ne se reconnaissait plus. P uis v in re n t les explosions de l’orage hors-saison, com m e un p aro x y sm e de révolte : A loys T h e y ta z était m ort.

O h non ! pas lui ! Q uelle vague de chagrin et d ’am ertu m e au fond de nous ! quel h iv er im placable ! L a n a tu re a bien tr a d u it toutes les phases de n o tre sentiment.

L ’écrivain nous laisse, il est v rai, un testam en t à tra v e rs lequel il nous sera possible de re tro u v e r l’am i et la joie d ’être ensemble.

___ Z-. Il nous laisse une œ u v re poétique d ’une veine incom parable, des

I Q T 11~)

recueils de poèmes, des livrets de festivals, des chansons, d o n t beau­ coup o n t été répandues p a r la C h a n so n du R hône. Citons, p a rm i ses pièces de th éâtre, cet ad m irab le « P résid en t de V iouc » d o n t on v ient de faire un film. Mais il f a u d r a it réunir aussi la m u tlitu d e de ses pam p h lets et de ses correspondances aux journaux.

D a n s cette p ro d u c tio n considérable, pas une seule ligne médiocre. T o u t é ta it chez T h e y ta z e ffo rt de création, sollicitation p ro fo n d e de la pensée, accouchem ent. C ’était un prince de la plum e ! Il n ’a jamais pu se résoudre à liv rer rien qui ne fû t invention, in tu itio n neuve, originalité. Q u a n d on sait ce que cela coûte en énergie, on est étonné que son génie ait pu s’ex p rim er aussi a b o n d a m m e n t au milieu des dossiers, des paperasses empilées sur son bureau d ’a v o c a t et notaire.. C a r il lui falla it vivre, faire v iv re sa famille, dans cette société qui rétribue m ieux le m açon que l’écrivain. E crire est un luxe peu conci­ liable avec la nécessité de gagner son p ain. C o m m e n t a-t-il réussi, exigeant comme il l’était, à rédiger ces mille et mille articles qui sont tous de petits ouvrages parachevés ? C o m bien de fois ne descendait-il pas au café, à la recherche d ’une am biance p ro p re à ressusciter sa verve. Il lui fallait sa verve, sans quoi il n ’écrivait pas. L ’a y a n t perdue, il s’est laissé m ourir.

Il était tro p g ra n d p o u r sa taille, tro p g ra n d p o u r n o tre presse, p o u r sa maison, p o u r son milieu p olitique qui lui a décerné le titre de préfet comme une m édaille de consolation.

Mais, à ses grandioses obsèques, où J e a n D a e tw y le r dirigeait l’adieu de la G érondine et le c h œ u r d ’église, qui n ’était a u tre que la C hanson du R hône, sur l’assistance pesait .une stupeur jam ais encore ressentie en pareille circonstance. Le pays p re n a it conscience de la perte irrép arab le q u ’il v enait de subir. C a r A loys T h e y ta z te n a it au cœ ur de tous p a r des liens p ro fo n d s que peu a v aien t reconnus de son

v iv a n t. '

A n n iv ia rd , de cette race généreuse et violente, mais secrète, il déb o r­ d a it de sensibilité, une sensibilité à v if q u ’un rien p o u v a it retourner. Jam ais la chimie du sentim ent n ’a u ra p r o d u it de tels retournem ents, de tels inexplicables tra its caustiques. Il fallait l’in terp réter, in te r­ p ré te r ses gestes d ’affection, ses approches ou ses fuites, et ju squ’à ses moqueries, p o u r recon n aître la noblesse d ’une âme d ’élite ulcérée p a r les petitesses de la vie. Sans p itié p o u r les v aniteux, les pitres, les sots, il lui a rriv a it de blesser même ses amis.

M ais que p e u t notre immense chagrin ! Q u e p eu v e n t nos explications ! Q u e p e u t ce piètre éloge ! A loys T h ey taz, cher g ra n d ami, vous nous laissez en 'larmes dans une inexprim able solitude.

(21)
(22)

eu

V L U

N o t r e r é d a c t e u r B o jen O l s o m m e r ne m ’en v o u d r a pas d ’e m p r u n t e r l’u n de ses in g é n ie u x slogans p o u r b a p t is e r ces q u e lq u e s p ro p o s .

V é r it é d u vin...

Seule u n e d é g u s t a ti o n selon les rites p e u t vo u s faire c o m p r e n d r e les e n r a ­ c in e m e n t s de la p l a n te - r e in e d an s la b io s p h è re de ce pays. O n b o i t q u a n d o n a soif, p o u r la sa tisf a c tio n d u c o rp s ; la d é g u s t a ti o n , p a r c o n t r e , ne s’adresse q u ’à l’âm e : c ’est la c o m m u n i o n de l’a m o u r et de ce q u ’il a suscité.

M o n voisin, h ie r soir, m ’in v i ta dans sa cave p o u r d éguster. Il a t i r é u n v e rr e de so n n o u v e a u f e n d a n t , l’a t o u t d ’a b o r d levé d e v a n t ses y e u x p o u r le c o n t e m p l e r avec r e c u e ille m e n t, a v a n t de m e l’o f f r i r :

— Il n ’est pas e n c o r e b ie n clair. J ’ai t o u t d ’a b o r d h u m é le v in, le la issa nt p a r l e r dan s ses s e n te u rs les plus secrètes. Puis, j’ai b u le n t e m e n t u n e gorgée q u i est d escen d u e t o u t d ’a b o r d v ers le c œ u r , et j’ai d i t :

— C ’est d u v r a i vin. M o n v o is in m e lança u n c l ig n e m e n t d ’œ il é l o q u e m m e n t c o m p lic e et satis­ fait. E n su ite , n o u s so m m e s allés b o ir e un dem i au café... Les c o u rtis a n e s ro m a in e s t o m b a i e n t en p â m o is o n en s a v o u r a n t le v in de nos c o te a u x . C e t é t r o i t c o u l o ir e n t r e les c haînes de schiste et de g r a n i t p r o ­ duisait déjà le m e ill e u r de nos a m b a s ­ sadeurs.

P eu à peu, le v in s’est installé dans

les caves m o n t a g n a r d e s , a y a n t p é n i b le ­ m e n t m o n t é les ra id illo n s dans les g ro s ­ ses o u tr e s en c u i r q u e les m u l e ts h is­ s aien t sans joie. — Bois u n v e r r e , p etite vieille, t u d iras u n c h a p e l e t p o u r moi... Q u e la vie é te rn e lle soit d o u c e à C h r é ­ tie n q u e n o u s e n t e r r o n s a u j o u r d ’hui... C ’est le v in des origin es, des p r e ­ m ières c o n q u ê te s.

Q u a n d le p r é s id e n t d ’a u tre fo is d éci­ d a i t « d ’aller p a r l e r à ceu x de l’E t a t », il m e t t a i t sa c h em ise em pesée et b r o s ­ sait ses b e a u x h ab its. C ’é t a it u n a m b a s ­ sadeur.

C o m m e le vin.

O n l’e n v o ie p a r t o u t , a u j o u r d ’h u i, é t a n t n o t r e messie. Il f a u t q u ’il dise, p a r t o u t , q u e le pays valaisan est beau, ac c u e illa n t, r u d e et c h a le u re u x . Mais

(23)

Nos augures

Les soucis de ce pays de v in ne s’a r r ê te n t pas a u x vendanges. Q u e de caps à f r a n ­ c h ir ju sq u ’à ce que le roi des breuvages coule dans v o tre v e rre ! Voici, é p re u ­ ve décisive, nos ex­ p e rts à l’ou v rag e (en l’o c cu rre n ce la c o m ­ mission de dégusta­ tio n d u C h â te a u de Villa, de g. à dr. son g reffier pensif M. H e n r i Imesch, et M. Joseph Delaloye, puis n o t r e collègue e t am i M . Joseph M o u n ir, in v ité du jo u r, M. D r Joseph V enetz, chim iste can ­ tonal, pré sid en t de la com m ission e t enfin, c i-c o n tre, M. A lfred K ra m er, e x p ert fédé­ ral). N o s chevaliers du tastevin, en so m ­ me, mais les m oins fo lkloriques, les plus exigeants, les plus scientifiques p o u r que nos vins soient dignes d u te r r o i r qui les p ro d u it.

p o u r q u e le v i n sache b ie n p a rle r, dans t o u t e s les la ngues d u m o n d e , il c o n ­ v ie n t de s’o c c u p e r de lui, de déceler ses v e r t u s secrètes e t de les m e t t r e en évidence. U n e b o u te ille au lo n g cou de s o u v e r a in e , e n c a p u c h o n n é e avec a m o u r , p o r t a n t s u r sa g o rg e les m é ­ dailles d ’o r e t d ’a r g e n t o b te n u e s dans les fracassantes ex p o sitio n s, t o u t cela est ag réable à l ’oeil, c ’est l’h a b it. Le p r é s id e n t q u i d e s c e n d a it p a r l e r à ceux de l’E t a t so ig n a it sa p r é s e n ta t io n , mais il sav ait aussi ce q u ’il a v a it à le u r dire. Il f a u t aussi q u e l q u e c h o se dans c e tte belle bouteille.

C ’est p o u r cela q u e des séances de d é g u s t a ti o n se t i e n n e n t , officielles ou n o n , au C h â t e a u de Villa o u ailleurs, p o u r p e r m e t t r e à de très do c te s c o n ­ naisseurs de d é c i d e r si ce f r u i t de n o t r e

te r r e est v r a i m e n t d ig n e de p a r l e r en n o t r e n o m . (Ils s’asseyent d e v a n t les v erres pleins ; ils s o n t so u c ie u x e t g r a ­ ves, t o u t en é t a n t jo y e u x au f o n d d ’eu x -m ê m e s , c a r la ré p o n s e à le urs q u e s tio n s le u r est déjà d o n n é e p a r les m ille p é tille m e n ts d u f e n d a n t o u du jo h a n n is b e r g . T u p e u x aller à tr a v e rs le m o n d e , n o b le f r u i t de c e t te t e r r e ; t u c o n tie n s t o u t en to i : n o t r e soleil et n o t r e te r r e , nos silences et nos e x p l o ­ sions, nos d é fa u ts et aussi nos qualités. Si N o é p o u v a i t re v e n i r, il te p r é f é r e ­ r a it à to u s les autres...

A h ! oui, q u e l p a u v r e s o r t accable les ré gions d u m o n d e q u i ig n o r e n t l’exis­ t e n c e d u f e n d a n t valaisan. (Mais p o u r ­ q u o i éc rire « f e n d a n t v alaisan », p o u r ­ q u o i la p récisio n d e l’adjectif, alors q u e c e t te bois son est u n i q u e au m o n d e ?)

E t le m o n d e c o m m e n c e à p r ê t e r a t t e n t i v e m e n t l’oreille a u x m u ltip le s appels et aux d ouces t e n t a t i o n s m u r ­ m u r é e s p a r ce n e c t a r d o n t — m a lg ré n o t r e m o d e s ti e in n é e ! — no u s p o u ­ v o n s ê tre fiers. C ’est c o m m e u n e belle fille q u e n o u s e n v e r r io n s d ’u n p o i n t c a rd i n a l à l’a u t r e p o u r c l a m e r que n o t r e vin...

M e r c i à vous, d é g u s ta te u r s , q ui nous assurez ainsi de la v a l e u r de n o t r e m e s­ sager. V ous avez ra iso n d e vo u s re ­ cueillir, de laisser p é n é t r e r au f o n d de v o u s le message d e ce liq u id e royal. S o u cie z-v o u s to u j o u r s de cet e n fa n t , c a r ja mais il ne d o it n o u s faire ro u g ir.

V a d o n c t o n c h e m in ra d ie u x , vin , toi q ui es te lle m e n t c h a rg é d ’a m o u r et de vérité.

(24)

Quelle est

cette station ?

V erbier en 1934. O n y dénom bre une douzaine de chalets et d eu x hôtels : le S p o rth ô te l o u v e rt à N o ë l 1933, et l’A lp in a , qui v ie n t d'être construit. Sur la p h o to d ’hiver, prise un peu plus tard de l’est du plateau, on distingue au pied du m o n t la ligne des m a yen s de Plan-P raz, et p lu s bas, sur la gauche, V erbier village. A m i-h a u teu r à droite, on situe l ’ancienne p etite pension de la Rosa-B lanche et, cachée par les sapins, celle du M o n t-F o rt. Verbier se résumait à cela il y a trente-cinq ans... C e t exem ple de p e u p le m e n t touristique n ’est pas unique dans nos A lp es, mais il y en a peu d ’aussi fra p p a n ts. I l illustre l’action de quelques pionniers au courage et à la clairvoyance desquels il fa u t rendre hom m age.

L ’e s s o r d e V e r b ie r e n c h iffre s

R a n g ( d ’a p r c s les ta x e s de

.

s é j o u r ve rsé e s à l ’U V T N u i t é e s A n n é e s E n s e m b l e d u c a n t o n S t a t i o n s de m o n t a g n e ( a p p r o x . ) 1937/38 14" 10" 10 500 1936/37 : ouverture de la route a u to ­ 1938/39 10 8 12 000 mobile jusqu’à Verbier-Village (en 1941/42 11 8 15 000 1933, lors de la construction du Sport-1944/45 11 8 35 000 H ô te l, elle s’arrêtait à Médières)

1949/50 10 8 46 800

Ii950/51 8 7 54 500 1947 : premier skilift

1951/5-2 8 7 5 9 1 0 0 1948 : d euxièm e skilift

1952/53 8 7 6,1 000 p re m ie r télésiège

1953/54 7 7 «6 300

1954/55 7 7 100 400 In itia tiv e D u ttw e ile r

1966/67 2 2 59.8 300 (abrogation de la clause du besoin)

C ’est en 1931 q u e P ie rre D arb ellay p a r ­ c o u ra it à ski, p o u r la p re m iè re fois, cet e m p la ce m en t prédestiné. D eu x ans plus t a r d il y édifiait, avec M aurice Besson, le S p o rth ô tel, é b a u c h an t la statio n . P o u r é ta b lir le p re m ie r skilift en 1947 avec Je an J a c c o tte t, il a u ra to u te s les peines à t r o u v e r u n troisièm e p a rte n a ire p o u r veiller su r place à l’e x p lo ita tio n — ce sera fin alem en t P aul Fellay. Dès lors, p ar vagues successives, la sta tio n s’est form ée, ju sq u ’à a tte in d r e le pro d ig ieu x dév elo p ­ p e m e n t q u ’on lui c o n n a ît. C o p r o p r ié ­ taire du S p o rth ô tel, P ierre D arb ellay le v e n d ait à A rm a n d G ay-des-C om bes en 1947, année où il p r e n a it la direc tio n de l’U n io n valaisanne du to u rism e, deve­ nue au to n o m e . (C e tte in s titu tio n , q u ’il a v ait réussi à fo n d e r en 1937 après six années d ’efforts, é ta it restée p e n d a n t dix ans u n e annexe de la C h a m b r e valaisanne de com m erce, et P ierre D arb ellay m en ait alors de f r o n t les d eux activités, celle de secrétaire de l’U V T et de d irec teu r de la C h am b re.)

(25)

Notes sur l’influence démographique et économique

du tourisme dans les régions alpestres

( ex em p le d u Valais)

sions), o n p e u t o p p o s e r celle d e la n o u ­ velle s t a ti o n d ’A n z è re , m o n t é e p r a t i ­ q u e m e n t de t o u t e s pièces depuis deu x ans, et o ù les in v e stissem en ts d ’u n seul g r o u p e m e n t a t t e i g n e n t déjà q u a r a n t e m illio n s s u r u n p r o g r a m m e de q u a t r e cents m illio n s à e x é c u t e r dans les p r o ­ chaines années p o u r l’h é b e r g e m e n t de 6500 hôte s. C e t t e i m p l a n t a t i o n fa it déjà v i v r e plus d u tiers de la p o p u l a ­ t i o n activ e de la c o m m u n e d ’A y e n t, et il est é v i d e n t q u ’u n e fois achevée, elle p o u r r a o f f r i r à la p l u p a r t des a u ­ t o c h t o n e s u n e o c c u p a t i o n et u n r e v e n u d o n t n ’a u r a i t pas osé rê v e r la p ré c é ­ d e n t e g é n é r a t io n d ’a g ricu lteu rs.

D e tels exem ples c o n v e r t i s s e n t les plus ré c a l c it r a n t s à l’idée q u e le t o u ­ rism e c o n s t it u e , p a r t o u t o ù il p e u t p r e n d r e pied, u n e ressource de base p o u r nos p o p u la tio n s de m o n t a g n e . C ’est p o u r q u o i les p o s t u la t s de nos r e p r é s e n ta n t s aux C h a m b r e s en f a v e u r de ces p o p u la tio n s t r o u v e n t le u r c o ­ ro llaire d ir e c t dans les in t e r v e n t i o n s a p p e l a n t les c o n t r i b u t i o n s des p o u ­ voirs publics à l’i n f r a s t r u c t u r e et au d é v e l o p p e m e n t du to u r i s m e dans ces m ê m es régions. C e s o n t là d e u x aspects d ’u n seul e t m ê m e p ro b lè m e . Mais c o m m e n t et à q u el m o m e n t justifie r c e tte c o n t r i b u t i o n ? Il est é v i d e n t qu e la p r e m iè r e q u e s t io n à r é s o u d r e est Sauf q u e lq u e s cas p a r t ic u l ie r s (in d u str ie s à S a in t -N ic o l a s o u Vollèges), la f i x a ti o n

et l’essor de nos c o m m u n a u t é s alpestres s o n t é t r o i t e m e n t c o n fin é s a u x régions alim e n tées p a r le to u r is m e . Il s u f fit d ’o b s e r v e r la c o u r b e d é m o g r a p h i q u e p o u r

en a v o i r le c œ u r net. • js . P o p u la t i o n 1870 1910 1950 1960 Saas-Fee 237 357 504 739 M o n t a n a — 547 1715 1543 G r â c h e n 391 438 665 848 Z e r m a t t 482 805 1395 2731 E x e m p le s c o n t r a ir e s : B o u r g - S a i n t- P i e r r e 400 327 225 524 S a in t - J e a n 374 418 351 253

La vallée de C o n c h e s n ’est g u ère m i e u x lo tie :

B in n / 232 237 193 191 U l r i c h e n 250 223 248 217 P a r t o u t où le t o u r i s m e s’est im p la n -m a i n t e n u e e t é te n d u e , -mais elle y a t r o u v é , o u t r e u n e re v a l o r i s a ti o n e x t r a ­ o r d i n a i r e d u sol, u n g a g n e -p a i n ,qui se situe dans u n e p r o p o r t i o n de u n à tr o is p a r r a p p o r t a u x ressources n d r - males de l’é c o n o m ie alpestre. C e p h é n o m è n e , d ’a b o r d le n t, o b s e r­ vé en vagues successives, s’accélère. A l’e x p é rie n c e de V e rb ie r , q u i enregis­ t r a i t il y a e x a c t e m e n t t r e n t e ans 12 000 nu ité e s c o n t r e 600 000 a u j o u r ­ d ’h u i (140 000 dans les h ô te ls e t p e n

(26)

-celle de l’accès, c ’e st-à -d ire d ’u n accès h i v e r n a l c o n v en ab le.

C e q u i est m o i n s c o n n u d u g r a n d p ublic, c ’est l’in f lu e n c e d é t e r m i n a n t e d u t o u r is m e h iv e rn a l. C e rte s le t o u ­ rism e d ’été c o n s e r v e ses ch an ces dans n o s s ta tio n s alpestres, mais sa p a r t p r o ­ p o r t i o n n e l l e aux re c e tte s d u t o u r is m e et d u t r a f i c d é c r o î t r é g u l iè r e m e n t . Le f a it est q u e là n o u s so m m e s en c o n c u r ­ r e n c e avec l’é t e n d u e quasi illim itée des plages m a ritim e s , q u i a t t i r e n t les m a s­ ses. E n re v a n c h e , la Suisse p a rt a g e avec tr o is a u tre s seuls pays la possession d u v rai t e r r i t o i r e skiable d ’E u r o p e o cci­ d en tale, et sa s i t u a t i o n c e n t r a le est u n iq u e . Il lui i n c o m b e de t o u t m e t t r e en œ u v r e p o u r e x p l o ite r cet a v a n ta g e , et d ’a ccélérer son é q u i p e m e n t dans c e t te voie.

Il est f r a p p a n t de c o n s t a t e r le b o n d en a v a n t de n os st a ti o n s d ’été dès q u ’el­ les se s o n t c o n d i tio n n é e s p o u r le t o u ­ rism e h iv e rn a l. Saas-Fee e n r e g i s t r a it 19 472 n uitées dans ses hô te ls et p e n ­ sions en 1938, 48 746 en 1946 — et e n c o re ces ch iffres c o n c e rn a ie n t- ils

l’en sem b le de la vallé e de Saas. La s t a ti s ti q u e fédérale, lim ité e a u x hô te ls et pensions, re c e n s a it en 1960 d a n s la s t a t i o n de Saas-Fee elle -m ê m e 146 000 nu itées, c h iffre q u i a passé dan s le plus r é c e n t re levé à 215 000, à q u o i s’a j o u ­ t e n t 275 000 n u ité e s d ’a p p a r t e m e n t s et chalets, d ’o ù u n t o t a l de près de 500 000 nuitées. P h é n o m è n e i d e n tiq u e à Loèche-les-Bain s, s t a t i o n s u f fis a m ­ m e n t o c c u p é e p a r sa clientèle de c u r e p o u r h é s i te r à l’é p o q u e à se v o u e r aussi a u x sp o r ts .d ’h iv e r . La c o n v e r s io n a p r o d u i t u n gain d ’e n v i r o n 40 000 n u i ­ tées, si b ie n q u ’a u j o u r d ’h u i Loèche-les- Bains c o m p t e 500 000 n u ité e s x u n iq u e - m e n t dans ses hôte ls, pensions e t é t a ­ blissem ents t h e r m a u x . E x e m p l e i n v e r ­ se : F i n h a u t , qui a lo n g u e m e n t végété en t a n t q u e s t a t i o n d ’été : 11 413 n u i ­ tées en 1954, 28 073 en 1964 et 21 000 en 1967. U n b r e f s u r v o l de la vallée de C o n ­ ches d é m o n t r e q u ’u n e in f im e p a r t ie de ses possibilités s o n t a u j o u r d ’h u i e x p lo i­ tées. Ses h ô te ls et p en sio n s y o n t e n r e ­ gistré en 1967 55 871 nu ité e s (22 430 en 1960, 50 125 en 1964) ; il f a u t y a j o u t e r b ie n e n t e n d u R ie d e r a lp , qui f a i t b a n d e à p a r t e t qui, a y a n t réussi sa c o n v e r s io n , to ta li s a i t déjà 3584 n u i ­ tées en h i v e r 1958-59 et 17 429 p o u r l’en se m b le de l’a n n é e 1959, mais 57 212 nu ité e s l’a n n é e passée.

F o r c e est d o n c de r e c o n n a î t r e ,que, dans le p a n o r a m a t o u r i s t i q u e d u Valais et de la Suisse t o u r i s t i q u e t o u t en tière, C o n c h e s fa it fig u re d e p a r e n t p a u v re , et c ’est hélas u n e c o n s t a t a t i o n q u i s’i m ­ pose s u r la plus g ra n d e p a r t ie de cette ligne de la F u r k a d o n t la c o n t i n u i t é n ’est assurée q u e q u a t r e m o is de l’a n ­ née. S u r q u e l q u e c e n t q u in z e m illio n s q u e le Valais c o n s a c r e e n m o y e n n e a n n u e l le à son h ô te lle r ie (q u i s’a c c r o î t de 1200 lits p a r an), et a u x s u p e r s t r u c ­ tu r e s de son to u r i s m e (câbles), q ui m a r ­ q u e n t p re s q u e p a r t o u t ailleurs u n e p r o g r e s s i o n spe c ta c u la ire , seul u n p o u r ­ cen ta g e d é ris o ire r e v i e n t à la vallé e de C o n c h e s , ce q ui s’e x p l iq u e é v i d e m m e n t p a r le f a it q u e c e tte vallée ne se t r o u v e pas sur u n axe d e c o m m u n i c a t i o n p e r ­ m a n e n t .

(27)

La

mode

sport

au

rendez­

vous

de.

l’hiver

par

Simone Volet

L ' h a b i t n e fai t pas f o r c é m e n t la s k ie u s e e t c e t t e v e s te i m p e r ­ m é a b l e de C r o y d o r Z u r i c h , d ' u n e l o n g u e u r s e y a n t e , z ip p é e , o r n é e de m o t i f s de c o u l e u r p i q u é s à la t ai lle , à g t a n d col c o n f o r t a b l e , p e u t t r è s b i e n se p a s s e r de la g r is e ri e de la vi te s s e au p r o f i t d ’u n e p r o m e ­ n a d e à p i e d o u en t r a î n e a u .

(28)

Les bonnes choses v o n t p a r trois... et comme les trois m ousquetaires étaient quatre... la m ode se joue chaque année en q u a tre tab leau x : la h aute couture et, suite norm ale, le p rê t-à -p o rte r, la m ode loisirs, la m ode C ô te d ’A zu r, la m ode des sports d ’hiver.

Sous ce p a tro n y m e se cache natu rellem en t le ski et ce que ce sp o rt — devenu un tel phénom ène de masse que son influence se fait p ro fo n d é m e n t sentir sur tous les aspects de notre m ode de vie hivern al — p ro m e t d ’évasion, de détente, de plaisir.

L ’h abillem ent n ’échappe pas à cette évolution. E n vérité, il y joue un rôle v ital, les nouveaux vêtem ents, comme les accessoires indispensables à la p ra tiq u e des sports d ’hiver, é ta n t fo n c tio n ­ nels, faits de liberté de m ouvem ents, de co n fo rt et d ’élégance.

D u r a n t la dernière décennie, l’au g m entation du poste « sports d ’hiv er » a été rem arquable dans les budgets fam iliaux. C e tte au g m entation s’est t r a ­ duite p a r la p ro lifé ra tio n des stations de m o n ta ­ gne, la p o p u la rité toujours accrue des vacances et

(29)

des week-ends de neige, la p ratiq u e croissante du ski, du p atin , les plaisirs de la pro m en ad e po u r les non-sportifs, l’extension en flèche de toute une industrie.

Les douves de tonn eau x attachées avec des laniè­ res se reconnaîtraient-elles une p arenté dans les quelque 300 000 paires de skis vendues en une année, d o n t 10 °/o en bois, 75 % en métal, 15 °/o en fibre de verre ? D ans les fixations à câble, puis à talonnière a u to m a tiq u e d o n t on ne cesse d ’étu- dier les am éliorations possibles des organes de déclenchem ent et de réglage, fixations de sécu­ rité qui dim in u en t les dangers d ’accidents ? Les souliers à semelles de bois ne sont pas même une caricature des chaussures de ski dernier cri, dernier co nfort, m axim um de perform ances, à nouvelle « semelle D ualedge » adap tée exacte­ m ent à la largeur du ski. Le skieur ainsi chaussé avec Bally K oflach s’appuie avec exactitude et avec une pression accrue sur le bo rd intérieur des skis. Il s’ensuit une transmission directe de la force et le ski obéit au m oindre m ouvem ent d ’im ­ pulsion du skieur.

En m a t i è r e d ’h a b i l l e m e n t , le c r é a t e u r est aus si u n a r c h i t e c t e q u i c h e r c h e à i n t é g r e r ses m o d è l e s a u d é c o r , q u i a u n e p r é f é r e n c e p o u r les m a t é r i a u x n o b l e s : d ’u n e p a r t le b o i s , la p i e r r e , les c a r r e a u x des f e n ê t r e s q u i a c c r o c h e n t la l u m i è r e e t , d ’a u t r e p a r t , le t r o i s - p iè c e s j u p e - p a n t a l o n - v e s t e de A l l g ä u e r à B u c h l o e , s t r i c t , c la s s iq u e , en v e l o u r s de c o t o n à la rg e s c ô te s , s é l e c t i o n n é p a r la F é d é r a t i o n e u r o ­ p é e n n e d u v e l o u r s , les l u n e t t e s g é o m é t r i q u e s , c o q u e t t e r i e e t p r o t e c ­ t i o n à la fois. Les b a n d e s i n c r u s t é e s e n l a m i n é p o i d s - p l u m e de S t o f f e l s A q u a p e r l s i g n e n t l ' i n s p i r a t i o n h a u t e c o u t u r e d e ce m o d è l e c ré é p a r B a e r l o c h e r à R h e i n e c k . M a is e s t- c e la p i s t e v e r t i g i n e u s e o u les p e t i t s c h a l e t s b l o t t i s s ou s la n e ig e q u e c o n t e m p l e , t e l G u l l i v e r , ce j e u n e m a n n e ­ q u i n p a r f a i t e m e n t é q u i p é , m a i s pa s t r è s r a s s u r é . . .

(30)

M a is o u i , c ’e s t la m ê m e c e i n t u r e — p r o m u e h a i n de soleil 1969 — q u e t r i c o t a i e n t n o s a ïe u l e s p o u r é v i t e r le « t o u r de r e i n ». A s s o r t i e à la j a q u e t t e c a r d i g a n en t r i c o t j a c ­ q u a r d de W i e l e r à K r e u z l i n g e n , elle e st à la fo is c h a u d e e t f o n c t i o n n e l l e , p e r m e t d e p r o f i t e r d u m o i n d r e r a y o n de s o le il, f a i t o f f i c e t o u r à t o u r d e s o u s - p u l l o u d e c o r s a g e q u e l ’o n n o m m e « h a b i l l é * p o u r le s o i r , à b u s t i e r i n c o r -> D e s M o n t a g n e s - R o c h e u s e s m a d e i n V a l a is . .. u n I n d i e n m a d e i n S w i t z e r l a n d . . . e n r é a l i t é u n e c r é a t i o n f o r t o r i ­ g i n a l e de W i e l e r à K r e u z l i n g e n : u n p u l l - s h o r t o u b a r ­ b o t e u s e e n t r i c o t j a c q u a r d p u r e l a i n e e t r h o v y l p o r t é s u r u n p u l l - c h a u s s e t t e e t u n e c u l o t t e - b a s à s e m e lle s « go- s w i n g », ce q u i p e r m e t d ’é v o l u e r sa ns c h a u s s u r e s , c h e z soi o u p o u r u n e « s u r b o u m ». Le b a n d e a u t r i c o t é e m ­ p r u n t é a u x I n d i e n s a s é d u i t les h i p p i e s , p u i s B. B. e t ses a m i s de S a i n t - T r o p e z , e n f i n e st d e v e n u u n g a d g e t m o d e ­ l a n e ig e d e s c e n d j u s q u ’e n p l a i n e e t i m p o s e le p a n t a i l l e u r p r o t e c t e u r à l o n g u e v e s te s p o r t - c h i c c e i n t u r é e d e W . A . M e y e r , Z u r i c h , e n d a i m - c r o û t e , so us l a q u e l l e p e u v e n t se s u p e r p o s e r p u l ls d e l a i n e e t s o u s - p u l l s b a n - l o n .

(31)

En m atière d ’habillem ent, l’élégance sp ortive se conjugue donc au m ode fonctionnel... En effet, depuis quelques saisons, tous les tabous de la garde-robe des sports d ’hiv er o n t changé. Les skieurs des deux sexes ne se laissent plus seulement séduire p a r le côté av a n t-g a rd e et souvent excentrique des modèles proposés. Ils a t t a ­ chent beaucoup d ’im p o rtan ce à une coupe fonctionnelle, o f f r a n t toute liberté de m ouvem ents, à une ligne svelte et fine qui p e rm e t d ’aller vite, toujours plus vite, à des vêtem ents dans lesquels la neige ne peut s’infiltrer, même

en cas de chute. Il ne restait p a r conséquent aux créa­ teurs q u ’à p ren d re en considération ces différentes exi­ gences, à en extraire une synthèse de détails m ode et une tra d u c tio n des besoins fonctionnels des sportifs, sans oublier toute une série de gags et de gadgets am usants et inédits qui posent leur griffe dernier cri sur les n o u ­ veautés du sk iram a 1968-1969.

Succès g aranti p o u r les nouveaux an oraks très galbants, en soyeux n ylon-plum e laqué ou m at, aux incrustations raffinées et fonctionnelles en stretch. P o u r les finesses

(32)

techniques comme l’indispensable ceinture, le col « but- to n d o w n » qui cache un capuchon, les poches appliquées et judicieusem ent protégées, les bandes incrustées qui signent l’in spiration h aute couture. P o u r le p a n ta lo n de ski et d ’après-ski à la coupe subtile, qui re n co n trera de nom breux p artisans enthousiasmés p a r l’élasticité de sa taille, spécialement étudiée p o u r l’e ffo rt q u ’im posent les différentes positions, qui confère un aspect élancé et svelte à la silhouette, suit chaque m ouvem ent, sans

p o u r a u ta n t se déplacer ou d o n n er l’impression d ’étri- quer.

U n p rix d ’originalité, de fantaisie et de bon goût, p o u r les « hublots » dans lesquels se glissent les billets du ski- lift, la m o n tre-b racelet isolée de l’eau et de la neige, les zips et ferm etures éclair astucieux, la nouvelle ceinture des an oraks bouclée sur le d ev an t, p asseport de sécurité quel que soit le m ou v em en t ou l’effort, les étuis fourre- to u t incorporés dans les manches ou serv an t de poches.

(33)

C o n t r a s t e de s c h a l e t s s é c u l a ir e s a u b o i s n o i r c i p a r le s o le il e t les i n t e m p é r i e s , e t de s é l u c u b r a t i o n s d u c o u t u r i e r i t a l i e n T i z i a n i , e t p o u r t a n t u n e c e r t a i n e s i m i l i t u d e e n t r e le p a y s a g e de n e ig e b r o d é de r el ie f s , d ' o m b r e s e t de l u m i è r e , e t c e t t e s o m p t u e u s e t o i l e t t e e n r i ­ c h i e d e g u i p u r e d e S a i n t - G a l l e n m o h a i r d e F i s b a , q u i j o u e le m ê m e t i e r c é . . . r e l i e f s , o m b r e s , l u m i è r e ! P a ge de g a u c h e : Ce s b a s - b o t t e s s o n t - i l s d e s e p t lie ue s ? P e r m e t ­ t r o n t - i l s d e f r a n c h i r d ' u n seul pas la va ll é e gr is e e t t r i s t e e t de s’a s su ­ r e r a in s i le solei l d u m a t i n e t de l ' a p r è s - m i d i ? L a j u p e à p li c r e u x en l a k o d a , l o u t r e ras é e , s o u s la ve s te c e i n t u r é e , p a s se p o i lé e , en a g n e a u des I n d e s b l a n c — u n e c r é a t i o n d e l ’i n d u s t r i e suisse de la f o u r r u r e — e st e n t o u t cas f ai te p o u r les g r a n d e s e n ja m b é e s , l ’a is a n c e d es m o u v e ­ m e n t s de la s p o r t i v e . D e s a v a n t e s p i r o u e t t e s s u r la g lac e, m a i s l’é q u i l i b r e d u pa y s a g e n ’e st pa s c o m p r o m i s p o u r a u t a n t . Se ul e la j u p e d e c e t t e m i n i - r o b e de p a t i n e u s e e n j e r s e y j a c q u a r d d o r s u i s s e e t h e l a n c a d e V o l l m o e l l e r à U s t e r , r e b r o d é e d e S a i n t - G a l l p a r U n i o n , p r e n d d e n o u v e l l e s e t g r a ­ c ieu se s d i m e n s i o n s .

(34)

La h a u t e c o i f f u r e f r a n ç a i s e a l a n c é la l ig n e C a t o g a n e en l ’h o n n e u r des J e u x o l y m p i q u e s d e M e x i c o , s u r c h e v e u x c o u r t s , m i - l o n g s o u l o n g s , t o u r à t o u r s p o r t i v e e t n a t u r e l l e , j e u n e e t f a c i le . .. o u s o p h i s t i q u é e .

Mais n ’oublions pas q u ’après les pistes neigeuses et les pistes glacées, les skieurs et les n on-sportifs o n t l’em barras du choix entre m aints divertisse­ ments qui v o n t des prom enades en traîn eau aux flâneries au coin du feu, en p assant p a r un saut dans la piscine chauffée, les évolutions sur la glace ou les pistes cirées, a u ta n t de conquêtes et d ’obligations de la m ode des sports d ’hiver !...

Simone Volet. D e s r a y u r e s en v e u x - t u en v o i ­ là p o u r ces r o h e s e t c h a u s e t t e s a s s o r t i e s e n j e r s e y b a n - l o n , v i te l a v é e t séch é. J u s q u ’a u x b o u c l e s d ' o r e i l l e s q u i o n t p o u s s é la c o ­ q u e t t e r i e à s ’h a r m o n i s e r à l ' e n ­ s e m b l e . M o d è l e C h l o é , F r a n c e . C c o m m e c o l l a n t s , i n d i s p e n s a ­ b l es s o u s les j u p e s c o u r t e s , c u ­ l o t t e s à m a n c h e s l o n g u e s e t ca- m i s e t t e s e n j e r s e y b a n - l o n , l i n ­ g e ri e à p o r t e r s o u s le p a n t a ­ l o n o u les k n i c k e r s . M o d è l e D e h o r s , la n e ig e des h a u t e u r s s’e st s u b s t i t u é e a u s ab le des b o r d s d e la m e r , l ’a n o r a k en n y l o n - p l u m e à la ve s te en é p o n g e . Le c r é a t e u r W i e l e r de K r e u z l i n g e n p r é s e n t e la v e r s i o n h i v e r n a l e de la m o d e de b a i n : le m a i l l o t d e u x p ièc es et le b o r d t r i c o t de l ’a n o r a k s o n t a s s o r t is en « a s t r o d y e » m u l t i -C e t a n o r a k d e B a e r l o c h e r à R h e i n e c k , e n t é r y l è n e - c o t o n l a m i n é d e S t o f f e l — u n e r é p l i ­ q u e d u m o d è l e f i g u r a n t en pa g e d e c o u v e r t u r e — a é té b a p ti s é « H i p p y ». Le c o l c h i n o i s , les f le ur s en g u i p u r e ( t r e i z e é to i l es de n eig e) q u i p o n c t u e n t la f e r ­ m e t u r e s ou s p a t t e en s o n t sans d o u t e les m a r r a i n e s . . .

Références

Documents relatifs

Linear models were used to compare categorical feeding types (BR, IM, GR) and to investigate the interrelations between body mass, feeding type (as %grass), and masseter mass

For example, the ultrasonic amplitude variations for air gaps of different thicknesses between non-glued lamellas was measured precisely for the first time (down to a level of -50

High-dose thiopental in the treatment of refractory status epilepticus in intensive care unit.. Zarovnaya EL, Jobst BC,

Several publications in the German-language dental litera- ture over the last few years have reported a functional rela- tionship between orthopedic findings (spinal scoliosis,

The analysis of two different sets of monoclonal autoantibodies derived from lupus-prone mice revealed remarkable differences in the pathogenic potentials of different IgG

Concluding the present paper I would like to go back once again to the non- epistemic interpretations to show how a careful consideration of the context dependence of the

In his obituary for Stern Rabi wrote: “Some of Pauli’s great theoretical contributions came from Stern’s suggestions, or rather questions; for example, the theory of magnetism of

The development of µ-opioid receptor antagonists with an action restricted to the periphery is therefore necessary to prevent the effects of opioids on the gastrointestinal