• Aucun résultat trouvé

O r g a n e de In Société I n t e r e a n t o n a l e d e s i n d u s t r i e s d u J u r a , des C h a m b r e s de c o m m e r c e , des B u r e a u x de c o n t r ô l e et des Syndicats i n d u s t r i e l s .

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2022

Partager "O r g a n e de In Société I n t e r e a n t o n a l e d e s i n d u s t r i e s d u J u r a , des C h a m b r e s de c o m m e r c e , des B u r e a u x de c o n t r ô l e et des Syndicats i n d u s t r i e l s . "

Copied!
6
0
0
En savoir plus ( Page)

Texte intégral

(1)

Les consulats suisses à l'étranger reçoivent le journal.

Quatrième année. — N0 13

P r i x du numéro 10 centimes

Mercredi 12 février 1890

Bureaux: Rue Neuve, 19

ABONNEMENTS

Un au : Six mois : Suisse . . . 6 fr. 3 fr.

Union postale . 12 » 6 »

On s'abonne à tous les bureaux de poste

Paraissant le mercredi'et le samedi, à Bienne

ANNONCES

Provenant de la Suisse . . 20 et. la ligne

» de l'étranger. . 25 » » Minimum d'une annonce 50 centimes

Les annonces se paient d'avance

O r g a n e de In Société I n t e r e a n t o n a l e d e s i n d u s t r i e s d u J u r a , des C h a m b r e s de c o m m e r c e , des B u r e a u x de c o n t r ô l e et des Syndicats i n d u s t r i e l s .

Extrait du protocole

de l'assemblée générale extraordinaire du syndicat des patrons monteurs de boîtes

argent,

le 7 février 4890, à 2 heures de l'après-midi, au Bielerhof, à Bienne.

Présidence de M. Albert Girard, président.

Secrétaire, M. Ramseyer.

•40 chefs d'atelier sont présents.

Le protocole de l'assemblée générale du 17 octobre 1889 est lu et adopté.

La parole est donnée à Monsieur A. Châte- lain, contrôleur, qui fait lecture d'un rap- port général sur la situation faite actuelle- ment au syndicat, grâce à certaines diver- gences de vues qui se sont produites entre notre syndicat et la Fédération ouvrière, au sujet de la mise en vigueur de la conven- tion édictant des mesures communes à rencontre des patrons et des ouvriers non syndiqués, comme aussi au sujet des nou- veaux tarifs de main-d'œuvre élaborés par les ouvriers.

La Chambre syndicale n'a pas voulu s'en- gager dans la voie que les circonstances du moment pourraient l'obliger à suivre, sans en avoir préalablement discuté avec les membres du syndicat, dont il importe avant tout de connaître l'opinion formelle.

L'assemblée du 17 octobre dernier avait à se prononcer sur la convention en projet avec la fédération des ouvriers. L'idée de celte convention était née de la nécessité d'aug- menter notre force de résistance à l'opposi- tion qui se manifestait ouvertement dans le vallon de St-Imier et du désir de généraliser l'œuvre syndicale, par la solidarisation des intérêts patronaux et ouvriers. Le projet de fusion fût admis dans cette assemblée et sa rédaction définitive confiée à une Chambre syndicale mixte, qui l'accepta définitivement le 24 novembre 1889.

Nous étions en droit de nous attendre au concours absolu et vigoureux de la Fédéra- tion ouvrière, dans l'exécution des mesures d'exception prises dans le but de compléter l'effectif de notre syndicat et cela d'autant plus que leur application partielle avait prouvé leur efficacité, -puisque deux mem- bres démissionnaires rentrèrent dans nos rangs. Mais, à l'assemblée du 19 janvier de la Chambre syndicale mixte, les représentants ouvriers prirent une attitude inattendue et

reculèrent, pour des motifs d'opportunité, devant l'exécution de nfesures jugées néces- saires par nous et dont l'exécution ressor- tait pourtant de la convention même.

Dans cette même assemblée, et alors que la Chambre syndicale mixte aurait dû procé- der à la nomination des commissions char- gées d'élaborer les tarifs de main-d'œuvre, les délégués ouvriers demandèrent l'accepta- tion pure et simple de tarifs élaborés par eux et en dehors de tout concours de notre part.

C'était non seulement contraire à là conven- tion qui prévoit formellement que les tarifs doivent être élaborés en commun, mais c'était encore ignorer complètement les droits des patrons et admettre que leurs intérêts pouvaient être résolus en dehors d'eux ; nous n'avons pu souscrire à une exi- gence aussi peu conforme à l'esprit de justice et d'équité qui doit présider aux rapports des deux associations, conformément à nos conventions.

En ce qui concerne la question même des tarifs, il est absolument établi que l'applica- tion de tarifs uniformes, pour certaines par- ties, consacrerait de flagrantes inégalités, puisque ces tarifs ne pourraient tenir compte ni de la diversité des procédés de fabrication, ni des degrés de perfection de l'outillage, et que, par conséquent, le seul moyen d'arriver à la plus grande égalisation possible des conditions de travail consiste à fixer des prix minima de journée de travail.

Telles sont les difficultés qui menacent de rompre l'entente cordiale qui, jusqu'ici, a régné dans nos rapports avec la Fédération ouvrière. Nous espérons vivement que les ouvriers en reviendront à une appréciation plus exacte de la situation et que l'harmonie ne sera pas troublée.

Si, contre notre attente, la convention devait rester lettre morte, nous aurions à vous demander de décider les mesures que notre association devrait prendre dans l'in- térêt de sa propre sécurité, et nous pensons qu'elles devraient consister dans l'applica- tion des dispositions suivantes de l'article 10 de nos statuts généraux.

« Chaque membre de cette association prend en outre les engagements suivants :

Sous lettre e: de n'occuper dans ses établis- sements aucun ouvrier faisant partie d'une association qui, ayant contracté avec notre syndicat, ne tiendrait pas ses engagements.

— Aussitôt que le président de la Chambre

syndicale aura connaissance d'une violation de convention, il réunira la Chambre syndi- cale dans les quatre jours. Si le retrait im- médiat des mesures anti-conventionnelles n'était pas obtenu, la Chambre syndicale décrétera de suite la mise à l'interdit de tous les membres de l'association visés.»

Il est décidé de ne pas entrer en matière sur les tarifs ouvriers dont un exemplaire a été adressé à lous les patrons. Ce refus est motivé par le fait que les dits tarifs n'ont pas été élaborés conformément à la conven- tion. Les commissions patronales, proposées par la Chambre syndicale sont confirmées.

Elles se constituent comme suit : i° Pour le tournage à la machine : M. C. Moser, à Bienne.

M. Ad. Courvoisier, àTramelan.

M. Marquis-Schilt, à Genève.

2° Pour l'achevage : M. R. Ramseyer, à Villeret.

M. Girard-Schilt, à Granges.

M. E. Flotron, à Madretsch.

3° Pour le tournage à la main : M. AIb. Girard, à Renan.

M. J. Simmen, à Bienne.

M. J. Suter,à Douanne.

En vue de faciliter l'entrée des patrons non syndiqués du Vallon dans notre associa- tion, il est apporté quelques modifications aux statuts qui sont définitivement rédigés comme suit. (Voir à la suite du protocole.)

Concernant le conflit Pfaeffl ei Marquis, il est décidé de confirmer la première attitude de la Chambre syndicale, à savoir, qu'en vertu de notre convention du 24 novembre 1889, tous les conflits surgissant entre patrons et ouvriers doivent être soumis au jugement d'une commission arbitrale mixte. Dans le but de régler sans délai l'affaire litigieuse, le comité central de la fédération ouvrière sera invité :

1° D'aviser la section de Soleure que les ouvriers peuvent se rendre librement à Genève et de nantir de cet avis MM. Pfseffli et Marquis, à Soleure et Genève.

2° D'inviter la section de Genève à publier dans les journaux où l'interdit a paru, un avis indiquant que les ouvriers peuvent doré- navant aller travailler à Genève.

Dans le cas où cette démarche conciliatrice n'aboutirait pas, l'assemblée décide à l'una-

(2)

5-2 ^LA FÉDÉRATK)N HQRLOGERE SUISSE

nimité qu'il serait fait ,application de l'art.

40, lettre e", rédigé comme indiqué plus haut.

En exprimant l'espoir que ces mesures de rigueur seront évitées, rien d'autre n'ayant été soumis à la discussion, l'assemblée est levée a 6 heures du soir.

Bienne, le 8 fé yrier 1890.

' •• •--•:-• •- Le Sécrétai ·β.

STATUTS

I. Raison sociale; siège de l'association;

son but et sa durée.

ARTICLE PREMIER. SOUS la dénomina- tion de

Syndicat des patrons monteurs de boîtes ar- gent il a été formé une association compre- nant les patrons monteurs de boîtes travail- lant l'argent.

ART. 2. Cette association aura son siège légal dans la localité où réside son contrô- leur.

Ce siège étant sujet à changements, tout transfert sera porté à la connaissance des intéressés par avis inséré dans la Feuille officielle du commerce.

ART. 3. Cette association a pour but : a) De réunir tous les patrons monteurs de boîtes travaillant l'argent établis en Suisse et facultativement ceux qui sont domiciliés hors de ce territoire ;

b) De travailler en commun au relèvement de l'industrie horlogère et notamment de la fabrication de la boîte de la montre.

c) De régulariser le système de crédit ac- cordé à tous preneurs, en limitant les termes de paiement.

d) De fixer des prix minima pour la matière et pour les façons.

e) De se renseigner mutuellement sur la moralité et la solvabilité des clients des mem- bres du syndicat.

ART. 4. La durée de cette association ou dudit syndicat est fixée à cinq années, qui ont commencé à courir à partir du 18 juin 1888, date des premiers statuts et de la fon- dation dudit syndicat. L'année sociale com- mence le 1e r juillet et finit le 30 juin.

II. Admission et sortie.

ART. 5. Tout chef d'établissement faisant la boîte de la montre argent fait partie de l'association s'il a signé les anciens ou les présents statuts du syndicat ou une déclara- tion d'adhésien équivalente.

ART. 6. Le contrat d'association ne pourra être dénoncé que pour la fin d'un exercice annuel. Cette dénonciation se fera par lettre recommandée adressée avant le Ie'' mai au président en charge de la Chambre syndicale.

Le sociétaire sortant supportera et acquittera, en outre, les charges de l'association pendant une anné encore à ι arlir de sa dénonciation.

Malgré sa sortie de l'association, il restera encore lié pour toutes les pénalités à encou- rir et provenant de contraventions à ses en- gagements en tant qu'il faisait partie du syn- dicat ou qu'il devait en respecter les tarifs et les conditions de vente.

III. Contributions, responsabilité et engagements.

ART. 7. Chaque membre paiera une fi- nance d'entrée de 10 francs et les cotisations du semestre entier dans lequel s'effectuera son entrée.

ART. 8. Les membres de l'association sont solidairement responsables des engagements con raclés par les assemblées générales.

ART. 9... Les cotisations annuelles pour faire Jsce aux frais de l'association, seront fixées par l'assemblée ordinaire d.u mois" de juin. Elles seront proportionrtçes au npmbre d'ouvriers occupés par les sociétaires bu au prorata du nombre dé boîtiers d'argent em- ployés par. eux dans la fabrication. Ces coti- sations se paieront par semestre et d'avance au domicile du contrôleur. En auGun cas la cotisation semestrielle d'un patron ne pourra être inférieure à cinq francs.

ART. 10. Chacun des, membres de cette association prend en outre les engagements suivants : -

a) De respecter les statuts du présent traité ;

V) De ne fabriquer et de ne vendre qu'en observant strictement les tarifs et les conditions de vente qui sont établis ou qui pourront l'être par la suite ;

c) D'envoyer régulièrement au contrôleur leur état de fabrication de fin de mois et ce, au plus tard dans les cinq pre- miers jours du mois suivant. Ces états ne seront connus que du contrôleur seul, qui est responsable des indiscrétions qu'il pourrait commettre.

d) De se soumettre à tenir un minimum de comptabilité qui sera établi par la cham- bre syndicale.

e) De n'occuper dans ses établissements aucun ouvrier faisant partie d'une asso- ciation qui, ayant contracté avec notre syndicat ne tiendrait pas ses engage- ments.

. Aussitôt que le président de la chambre syndicale aura connaissance d'une violation de convention il réunira la chambre syndi- cale dans les quatre jours. Si le retrait im- médiat des mesures anti-conventionnelles n'est pas obtenu, la chambre syndicale dé- crétera de suite la mise à l'interdit de tous les membres de l'association visée.

(A suivre.}

NOUVELLFS DIVERSES

C o m m e r c e e t i n d u s t r i e . — Voici un exemple des efforts qui se font à l'é'.ranger pour développer le commerce et l'industrie.

Il semble que cet exemple pourrait être suivi dans nos régions horlogères.

En janvier passé, a eu lieu à Amsterdam l'assemblée de la société «Het Buitenland»

(l'Etranger) fondée il y a quelques années pour favoriser l'établissement de Hollandais à l'étranger et assurer de nouveaux débou- chés au commerce et à l'industrie.

La Société, avec l'aide du Département des affaires étrangères, a obtenu le concours de 40 consuls hollandais dans différents pays étrangers. La Société recherche de préférence les pays et places où ne sont pas encore éta- blis de Hollandais. Elle cherche à assurer dans ces lieux, une position à ses jeunes na- tionaux, sans toutefois y réussir toujours.

Trois cents jeunes gens se sont présentés, la moitié seulement ont été acceptés et l'on est entré en négociation avec eux, une bonne partie ont été placés dans différents pays d'outre-mer. Tous sont obligés de faire des rapports sur lasituatiou commerciale des pays ou ils se trouvent. D'après le rapport fait en cette assemblée les résultats obtenus sont assez satisfaisants et il y a lieu de croire que cette entreprise profitera au commerce et à l'industrie hollandaise.

Consul*· d e c a r r i è r e . — Celte création en Suisse n'est pas encore décidée mais nous aimons à croire que cette question sera re- prise, en apprennent ce qui se fait dans d'au- tres pays pour favoriser le commerce et l'in- dustrie.

Le consul belge dans la Colombie ayant re- marqué l'infériorité relative de la part qu'a su prendre le commerce et l'industrie belge dans l'exportation en Colombie, a fait une étude des causes de cette infériorité et a constaté qu'elle provenait de ce que les produits belges étaient généralement ignorés. Pour remédier à cet état de choses le consul prend l'initiative ,d'une mesure excellente. Il an- nonce qu'il se propose de faire expédier prochainement, sans frais pour le fabricant, .une collection d'échantillons, albums, pros-

pectus; dessins, devis, prix courants, etc.

Cette collection pourra être utilement con- sultée par les importateurs colombiens et amener avec eux des relations plus suivies.

E s c r o q u e r i e . Deux escrocs, les sieurs Camille de Rickmann et Conrad Deguide, se disant les agents d'une grande maison d'hor- logerie de Bahia, maison n'existant pas, avaient demandé par des annonces insérées dans les journaux bâlois un représentant pou- vant fournir un cautionnement de 20,000 fr., vu l'importance de ce poste de confiance, tout aussi imaginaire d'ailleurs que l'existence de la maison de Bahia. Il se présenta un ancien officier français, qui fut assez simple pour croire ces gens sur parole et qui leur remit 20,000 fr. en titres à déposer au Crédit lyonnais à Paris. Par un tour de prestidigi- tation, Diguide et Rickmann substituèrent, sous les yeux de leur dupe, des chiffons sans valeur aux litres de 20,000 fr. et les expédiè- rent à Paris, d'où arriva au trop confiant officier la nouvelle qu'il avait été volé. Les voleurs courent encore.

C o n f é r e n c e s i n t e r n a t i o n a l e s . — Si l'une ou l'autre conférences ou toutes deux à la fois se réunissent au printemps prochain

— la convocation de la Suisse était pour le 5 mai, — elles risquent d'aborder l'étude de la question sociale dans des conditions fâ- cheuses pour un travail sérieux et désinté- ressé, c'est-à-dire l'orsqu'elle aura passé à l'état de crise aiguë. On a, en effet, quelques raisons de croire que le parti révolutionnaire cosmopolite, voyant que le monde a devant lui toute une année de paix et de prospérité relative, aurait résolu d'en profiter pour donner le signal de la guerre sociale annon- cée depuis si longtemps. Elle commancerait par une grève générale des travailleurs de tous les métiers, et comme une grève, dans ces conditions, serait hors d'état de durer huit jours, on procéderait immédiatement par la force à la démolition sociale. Le mot d'ordre serait double : l'un à l'adresse des ouvriers : « Bas les outils ! » l'autre a l'adresse des soldats: «Bas les a r m e s ! * C'est du moins ce que l'on dit et ce qui nous est con- firmé de sources dont nous avons toujours trouvé les informations assez sûres.

Nous savons fort bien que des canons char- gés si longtemps à l'avance sont sujets à faire long f u. Ce n'est pas une raison pour fer- mer ses yeux et ses oreilles et ne pas prendre ses précautions. En présence d'une menace précise et d'un danger possible, il faut se conduire non en gens effrayés qui au moin- dre bruit se cachent derrière les buissons, mais, au contraire, en gens de sang-froid qui peuvent tout voir et tout entendre, et sont résolus, quoi qu'il arrive, à ne pas se laisser surprendre par les événements. (Joum. d. G.) C o n g r è s o u v r i e r s u i s s e . — Le comité directeur nous annonce que la réunion pré- paratoire aura lieu dimanche le 6 avril au soir seulement parce que plusieurs sociétés ouvrières ne sont pas dans la position de payer les frais de deux délégations pour Olten.

Une circulaire d'invitation pour le congrès ouvrier suisse publiant la lis e de tractanda,

(3)

LA FÉDÉRATION RORLOGÉRE SUISSE 53

l e s résolutions proposées les indications pour les logements et fes repas, les formulaires pour les mandats des délégué, e t c .t sera en- voyée sous peu. ''***•' £«t

Il parait que la participation s e r a;t r è s forte e t général.

S f o y e n d e d i s t i n g u e r l ' o r e t l ' u r g e n t d e s alliage** q u i l e u r r e s s e m b l e n t . — i<> p o u r reconnaître si un objet est en or, -on le frotte sur un caillou d e silex, dë'manière à ce qu'il en reste une trace métallique. On approche de cette empreinte u n e allumette enflammée ; ai le métal est de l'or l'empreinte

•restera ; dans le cas contraire elle disparaî- t r a . L'or s'unit facilement au p h o s p h o r e par voie sèche et forme ainsi un composé d'un j a u n e très pâle, plus fusible q u e l'or qui s'at-

tache au silex, tandis q u e le p h o s p h o r e et le bi-sulfure de cuivre ne peuvent s'obtenir p a r

•cette opération.

• 2° Pour reconnaître si. un objet est en ar- gent ou n'est qu'en métal blanc argenté, on lui fait une entaille un peu profonde à la lime et on l'humecte avec de l'acide n i t r i q u e . Si après essuyage, il reste un fond d ' u n blanc

sale, la pièce est en a r g e n t ; si au contraire, i l ne reste aucune altération sensible, c'est

un alliage. Dans le premier cas, il y a forma- tion de nitrate d'argent qui noircit à la l u m i è r e ,

•et dans le second l'action se transforme en u n décapage du métal.

I J n m a r c h é f e r m é p o u r l e p a p i e r .

— On installe en ce m o m e n t au Brésil deux grandes fabriques de papier, les premières q u i tonctionneront dans l'Amérique méridio- nale. Les machines o n t é t é c o m m a n d é e s en Allemagne et sont déjà r e n d u e s s u r place, d e s fabriques utiliseront presque exclusive- ment les celluloses extraites des fibres végé- tales du pays, et leur personnel ne sera pas

moindre d e s $ p t à b u i t c e h t e - o u v r i e r s ; elles produiront toutes les qualités de papier.

J u s q u ' à p r é s e n t , c'était l'Allemagne et la Bglgigue.quη importaient a u . B r é s i l l a majeure partie de s'a'cdnsohlmationieh p a p i e r ; T A n - gleterre et la F r a n c e n'y expédiaient q u e d e s papiers de luxe et des papiers façonnés.

I i i w t e d e s m a r c h a n d e h o r l o g e r s ac- tuellement à la- Chaux<de-Fonds à l'hôtel de la Fleur-de-Lis : Liste dressée lundi 10 janvier 1890, à 5 heures du , soir·; M.

Ciiervôj Oviedo et Havane. —i Ronsperger, Vienne. — Lœwith, Vienne. — Sochat, Mayence.

O O Z

<

LU GQ LU O UJ I - Z

<

CC

<

α

LU Q Z)

<

LU CC D OQ

Ol O

•V ΰ a O

.g

O

P<

m <o

ï

ο

S cooo Un

« CO OS 1CO

° · (JJ -<-l | t ~ J2 CO (M - '

IO 1Λ

m

a I

3 1 OO OO

1S-I

OO OO OO

•s-<

§ CO O

Ï O « * T-I

< <θ" CO CN CN

ç»eo t. oooo ο m ^ o o "

t .

-S

C O O i - o o c » « c ^ ία CO CN CN CN

c i in

OO CO

m in

c- in

C N C N

« i 2 ~*oo co ο in ο S S

53 O C O T i O

il ι

2 «

S *> 3 *

1

Ό φ

s

S

O U

H

•ta

1 3

I

© 0 0 0 0 0 0 OO 0 0

es 0 0 0 0

3 O P . UJ 3

a

CU CO O C ω t-.

•§

S

(U

^

in

S

&

e s o o o o o o OO OO

c a WW

C l CO CO

D O O i CO

w.Ξ a ο

UB

c c

Cu ( U CO CO

u ο c c

φ CO s - J -

•CD ·<Ό

tasa

T r i è r e d ' a d r e s s e r l e s c o m m u n i - c a t i o n s à l à R é d a c t i o n «le I a l ' É n É - RAVXOST !1OKEiOCi È R K S U I S S E , à H î c n i i e .

d

U (D

SJ-S 0 >- A

U O

s Ug

ο

I I I I I I I I I I

0 0

S

oooeo

( N - r - —

I; I

o o i a o ï c c o o i o i o o - i

~ - c o r - r ~ o o c o - ^ - c M C M m s - i

c » 2 e o c o i o i o a i o o - *,i a

CM " • - • * * ^ - Y H T . C H 0 0 1 0 1 1 3 0 9 ) 0 0 0 I CO CO T . -«t -T> CO CO D - τ " , - I T H

c e o c o c o u i i o c o o o m i o

O O S l S i l N Ç l O l O O - CM T - TH T * T H « C M

CM ι m -* I

«V B)

a

β

i

' ° o·

.ω »

9 ™ S s '

•Si·

3

!

PS « a g . a0 , co

CB - a Ό £ UB «>

J - 3 ΠCB

H C B - . O

«uca<; j

t-J CB O « 3 en J 3 CB U

. CB a'

g, I

' -ÇB . a

«B „ .

1 « E?^"

Sa<«

S _ Oi CB >T

° " Φ > CDtS

—• co t - s >

CTJ b . CO .Su CB

1 CB

CQ

O

a

i I

»1

3 O

ta.

Le r é d a c t e u r responsable : Fritz H U G U E N I N .

Société radicale romande du district de Bienne

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

M e r c r e d i 12 c o u r a n t , à 81^ h. d u soir, au G a m b r i n u s , 1e r é t a g e TRACTANDA :

1. Rapport de M. le Caissier ; comptes pour l'exercice 1889.

2. Rapport de MM. les vérificateurs.

3. Discussion au sujet de la fusion des sociétés politiques ; décision à prendre.

4. Renouvellement du comité et dis vérificateurs pour 2 ans (art. 3 des

statuts). 960 5. Réception de nouveaux membres.

6. Imprévu.

Vu l'importance des tractanda, on compte sur la participation de tous les membres.

Tous les électeurs romands du district de Rienne sont invités à se faire recevoir de notre société qui saura toujours dignement représenter et soute- nir les intérêts de la population romande de notre district.

BIENNE, le 6 février 1890.

L E C O M I T É .

L MARILLIER-DENZLER

NEUVEVILLE (Suisse)

SEUL FABRICANT

de la m o n t r e à boîte chimique anti-oxyde aurifère e t de la montre sans aiguilles à c a d r a n t o u r n a n t , b r e v e t é e .

946

ECOLE D'HORLOGERIE ET DE MÉCANIQUE

de Bienne. g^Q Apprentissage d'horlogerie complet: 3 ans. Apprentissage d'horlogerie

pour spécialités: 12 à 18 mois. Apprentissage mécanicien: 3 ans - les élèves apprennent à faire les outils pour fabrication mécanique, système perfectionné.

Cours théoriques dans les deux langues. Nouvelles méthodes d'enseignement donnant d'excellents résultats. Entrée à toute époque. S'inscrire auprès du Directeur. L A C O M M I S S I O N .

E|sgBBBB5BSB535BBB5B5BB55B5BBBE

51 H 5 E 5 El E 51

5 E 5 E 5 E 5 E 5 E 5 E 5 E 5 IE 5

51 El

I

GRAND MAGASIN D'HORLOGERIE

Victor DONZELOT, Porrentruy (Suisse)

Est toujours abondamment pourvu de marchandises fraîches des meilleures provenances p o u r t o u t e s l e s p a r t i e s d ' h o r l o g e r i e .

S p é c i a l i t é d e F o u r n i t u r e s p o u r E t a b l i e s a g e e t P l a n t a g e s d ' é c h a p p e m e n t .

vendues à la garantie et à prix extrêmement bas, tels que : A s s o r - t i m e n t s cylindres et roues. — A s s o r t i m e n t s nickel pour boîtes.

— A i g u i l l e s heures et minutes et à seconde en tous genres, O r i e n t a l e s et Louis XV. — B a l a n c i e r s nickel et dardène. — P i e r r e s grenats et rubis. — P l a q u e s serties, laiton et nickel. — C o n t r e - p i v o t s . — R e s s o r t s de barillets. — T e n o n s . — C h e v i l l o t s . — E c u e l l e s . -^ V i s en tous genres, etc., etc.

T o u r s , R o u é e e t O u t i l s p o u r P i e r r i s t e s . Diamant, Perçages grenat et rubis.

T o u r s à pivoter, à équarrisser, à goupiller, à tourner, à tarauder, pour emboîteurs, polisseuses, finisseuses, etc. — B u r i n s f i x e s . Machines à arrondir. — Machines à percer. — Machines aux cha- peaux et aux cuvettes. — Machines à régler des meilleures fabri- ques. — E t a u x , T o u r s e t t i n o e s , etc., pour monteurs de boîtes et cuvet'ers.

F o u r n e a u x à vent pour monteurs de boîtes. — F o u r n a i s e s pour-émailleurs. — Creusets, Moufles et Plateaux. — E m a u x divers, prix de fabrique. — Plateformes, Compas, Plaques, Pin- ceaux, Pieds et tous les accessoires pour émailleurs.

F o u r n i t u r e s s p é c i a l e s p o u r d o r e u r s e t n i c k e l e u r s Poudre d'argent, crème tartre, brosses, cyanure, Panama, gratte- bois, papier à filtrer, papier soie, etc., acides divers.

m é t a u x p o u r b o î t e s e t c u v e t t e s .

Planches, rondelles, fil, bandes, carrures, lunettes. — D é p ô t de fonds frappés pour boîtes, grand choix de dessins.

Soudure nickel spéciale pour boîtes de métal.

L a m p e s et quinquets laiton pour horlogers. — R é g u l a t e u r s , p e n d u l e s , cartels et réveils et tous genres.

Ayant dans toutes les branches des ateliers importants travaillant uniquement pour moi depuis de longues années et n'ayant pas de frats de voyayeurs ou de représentants, il m'est possible d'offrir à mes clients une marchandise régulière, soignée, toujours la même, à

la garantie et à prix exceptionnellement avantageux. 869

gggggggggg ggg^gggggggggggggg

151 E 5 FE

15

I

E 5 E 5 E 5 E 5 E 15

5 E 5 E 5 E 5 E 5 E ΓΕ 5

151

El

15 [E

(4)

U

LA FEDERATION HORLOGEHE SUISSE

Un jeune homme

marié, sans enfant, désire se placer ainsi que sa femme dans une fabrique d'horlogerie pour les s e r t i s - s a g e s x i a o y e n n e s e t

c h a m p s . 963 S'adresser au bureau du journal.

Le môme peut faire partie d'une société de musique.

Un jeune homme de 25 ans, bien au courant de la tenue des livres en partie double, ayant été pendant huit ans dans une maison de banque et dans un commerce en gros, cherche une place analogue où il aurait l'oc- casion de se perfeclionnsr dans la langue française. Les meilleurs cer-

tificats sont à disposition. 954 Adresser les offres à M. J. Matter, fabricant d'borlogerie à Breitenbach (canton de Soleure).

La fabrique K u h n & T i è o h e , à R e c o n v i l l i e r , demande : 956

1 ° U n m é c a n i c i e n au courant de l'outillage ;

2 ° D e s f a i s e u s e s d e v i s . O n d e m a n d e p o u r l a d i r e c t i o n d ' u n e f a b r i q u e d ' h o r l o g e r i e 957

un horloger-technicien

actif e t s é r i e u x . A d r e s s e r l e s offres à l ' a g e n c e d e p u b l i c i t é H a a s e n s t e i n & V o g l e r , à S t - I m i e r , s o u s c h i f f r e s H 5 4 7 J . O n d e m a n d e d e s u i t e d e u x o u v r i è r e s o u a e s u j e t t i e s

pierristes

c o n n a i s s a n t u n p e u l a p a r - t i e . O n e x i g e d e s p r e u v e s d e m o r a l i t é . S ' a d r e s s e r p a r é e r i t a u p l u s v i t e s o u s i n i - t i a l e s IJ. A . I β 31J , p o s t e r e s ­

t a n t e , I i o c l e . 943

Balanciers

Dans une fabrique suisse, on de­

mande quelques ouvriers connaissant leur partie à fond, principalement le tournage et polissage. Ouvrage suivi pour longtemps et bien rétribué. Tra- vail, 11 heures par jour, exigé parle patron. S'adresser au bureau. 953

On demande

u n e p e r s o n n e e a p a b l e p o u r d i r i g e r u n e f a b r i c a t i o n d ' é - l i a u c l i e s r e m o n t o i r e t f i n i s - s a g e s a i n s i q u e l a f a b r i c a -

t i o n d e l ' o u t i l l a g e . 955 A d r e s s e r l e s o f f r e s à OT.

E . T I S S O T , a v o c a t e t n o - t a i r e à l a C h a u x d e - F o n d s .

FABRIOUE D'ASSORTIMENTS

à c y l i n d r e s

Spécialité de petites pièces

EXPORTATION 837

LYDIC BEAIJMANN

Charquemont (Doubs) Fabrique de verres de montres

en tous genres 675 Ancienne Maison TASTOIX i BASTABD

J. BASTARD & REDARD

21,QUAl DES BERGUES, 21

J L o-imïsrÈrsriE

151 H 51

LH]

Z 5 H 5 E 5

5 [Hl

\η [ΐΐΐηρίΐη ρΚηρ? Π\τϋ

UVJHGWI

U^U^UwJuwinwiinvitntu^

FABRIQUE D'HORLOGERIE

[«MALM

B I E N N E (Suisse)

Le seul fabricant de la

I

5

I

2 5 H E 5 E 5 H 5 Ξ 151 628 15

a LSi Montre remontoir dite Montre-canne [g

J ϋ ϋ

51

Système breveté sous Ti 0 135 1 ^

HJ * g 5| se remontant en tournant le pommeau de la |

51 P HJ canne, qui forme la boîte de la montre, - 15

5] s'adaptant sur cannes, cravaches, parapluies, etc. [E 5 E

I MODÈLE ABSOLUMENT NOUVEAU g

Même s y s t è m e p o u r b r a c e l e t s .

|ZJ 51 El 151

M O N T R E S G A R A N T I E S

151 151 E

j g g g g g j g ΐ ί Imfl ^fB I^ L^pJfA in P J I ^ N I ^ Î J I P J EJpI !/IN Cj

1

SOCIÉTÉ SUISSE D'ASSURANCES contre les accidents, à Winterthour

C a p i t a l s o c i a l F r . 5 , 0 0 0 , 0 0 0 — C a p i t a l v e r s é F r . 1,000,000 I J a S o c i é t é e o n e l u t c o n t r e p r i m e s f i x e s t • I. Assurances individuelles contre les accidents de toute espèce

pendant et h o r s du travail.

II. Assurances de voyages pour courte d u r é e à partir de 2 j o u r s . III. Assurances maritimes ainsi q u ' a s s u r a n c e pour séjour en pays

non e u r o p é e n s .

IV. Assurances collectives avec ou sans responsabilité civile.

L'Agent g é n é r a l à N e u c h â t e l : M. A. GAUCHAT-GUINAND.

934 IiA. I ) I U K t T I O Y .

m mu S l B l i i ô i l

CHARLES HOURIET, COUVET ( s„isse)

Etudes de calibres pour montres simples et compliquées ; méthode mathématique très exacte.

Confection des pointeurs, modMes, filières, jauges pour la parfaite interchangeabilité de toutes les parties.

Installation complète de fabrications de l'ébauche et de la montre entière avec outillage perfectionné.

Méthode spéciale d'étampage, anglage pour pièces soignées, plantages très précis de tous les mobiles,

Machines-outils simples et automatiques pour fabriques et

ateliers. 877 P l a n s , D e v i s , R e n s e i g n e m e n t s , C o n s e i l s ,

L'imprimerie de la F é d é r a t i o n h o r l o g è r e s u i s s e se r e c o m m a n d e à MM. les Horlogers et aux Sociétés pour l'exécution p r o m p t e et soignée d e tous les"travaux dont ils ont besoin.

La fabrique d'horlogerie G.THOMMEN, àWaldenburg,

demande un %2

mécanicien.

Posit on durable. Envoyer copies de certificats et indi- quer salaire exigé.

On demande à acheter d'occasion

un balancier

en bon état.

Adresser les offres au bureau qui

indiquera. 959 O n d é s i r e t r o u v e r a u p l u e

v i t e 961

e.

A d r e s s e r l e s o l . ' r e s p a r é e r i t I J . A . 4 9 , p o s t e r e s - t a n t e , © l i a u x - d r - F o n d s .

MONTRES SOIGNÉES

p o u r d a m e s cylindre et ancre de 7 à 14 lignes

BOITES FAÎSTAISIE

UD local avec

RÉCOMPENSES:

Z u r i c h 1 8 8 3 A n v e r s 1 8 8 5 P a r i s 1 8 8 9

H

ri

THALMANN & C"

Wlontres-réveiîs nickel

partant juste et mar- chant régulièrement ;

!"qualité, 6 fr. ; avec date, 8 fr. ; haute for- me et ornements très jolis, 12 fr. ; rabais t0°/o par demi-douzaine. 944

JfI. E u g . K A H K C H K R , K r e u z l i n g e n (canl deThnrgnvie).

^NBEiajiaâiqPgg

iw * g * s * ^ i * - BREVETS D'INVENTION

en tous pays

A. RITTER t

U(Ml HUt H l'iw!· eeitnli ta IrIl QJ Ï il lui&ctVM <i l'trii

[U INGÉNIEUR-CONSEIL Hl UTItRE DE PROPRIETE IN0USTRIEU1

HWHMtUtWM, 3, BAIiI MpOt da MTfOM de fabrique «t de

ι «t modèle· Industriel·.

I • • 1.Tl ΠΊί •»'

(5)

'

LA FÉDÉRATION HORLOGÈRE SUISSE 5b

MAISON FONDÉE EN 1879

F. HEYMOIND & C I B

88, AVENUE DE LA GARE

BIENNE

AVENUE DE LA GARE, 8 8

MÉTAUX POUR H O R L O G E R I E

A g e n c e e x c l u s i v e e t D é p ô t d e :

UH. h* Salle &'cie, Marque déposée : TIt. société westpka- à Krleim, près Iiucerne. P L A Ï I N I U M Iienne pour le laminage Laiton, cuivre et alliages ^ & 1# # / ^ "" "1^ " ' * S c h w e r t e·

pour l'horlogerie.

TIt. Société Industrielle et commerciale des métaux, Paris.

(Usine de Bornel).

Mailler.hort, Packfung, Chrysocale, Similor, elc.

(Ancienne maison F l e l t m a n n * W i t t e ) .

Nickel pur, nickel plaqué, etc.

ff.REYMQ&BfeC!!!

HiU. J o h n Wallie Λ Sons, à Birmingham.

Tubes cuivre et laiton, unis et profilés.

Aciéries e t trénleries d'IIavelock près Scheitield.

Aciers sour toutes formes. Spécialités de bandes et de fils. 867

Stock i m p o r t a n t en magasin.

ENTREPOTS :

aux Magasins généraux, à Genève

et

à la ViIIeNe

1

à Paris,

Adi esse pour télégrammes :

REYMOND, B I E N N E .

TÉLÉPHONE

F A B l U Q U E DE J O Y A U X

EN TOUS GENRES pour mouvements d'horlogerie

en un mot, tout ce qui se fait en pierres pour le mouvement de la montre, pour boussoles, télégraphes, distributeurs d'eau, etc., etc.

L-E 17 TlUNOD

à IiIJCKJVS ( S u i s s e )

Marque de fabrique

• U N I IuMe ta 1850, occupant ^S3^^ Récompeisto à Landru η 186Ï it pins de 800 oimun JrEvF à la Chaui-de Fondx ta 1881 VEMTE EXCLUSIVEMENT EN GROS ' ' § ^ AUX MARCHANDS DE FOURNITURES

Envoi de prix-courants sur demande

Achat de diamants, rubis, saphirs, chrysolithes et grenats bruts .» « c © » * . -» &Q&»*.* «sî©©©®^- J « O Ï > © - « - -=-»c .-"^* "»Λ !β(?ι3β8

FABRIQUE D'HORLOGERIE

en tous genres

Spécialité de montiei temontoilô jxm dama de 10 à 13 lignes

VUILLIOMENET-REINHARDT

B I E N N E (Suisse)

FABRIQUE DE BOITES

en tous g e n r e s 868 ARGENT et GALONNÉ — USINE HYDRAULIQUE

êfécialiïc 9-e &oite& Çaldinc

KRAMER & MOSER

BIENNE

J T I K H A H i I i K 1» A U O K V T à l'Exposition universelle de Paris 1889

EXPORTATION GROS ET DETAIL

HORLOeERIE 9 ODTILS ET FOURNITURES

LÊOPOLD BERTRAND

COLOMBIER (Suisse)

949

TELEPHONE

ARNOLD HUGUENIIN

45, Bue du Progrès, 4 5

CHAUX-DE-FONDS

HORLOGERIE COMPLIQUÉE

Répétitions quarts et minutes, avec tous genres de complications, grandes sonneries quarts et minutes, quantièmes

perpétuels, chronographes avec compteurs minutes.

Toutes mes répétitions sont réglées aux t e m p é r a t u r e s et p e u v e n t obtenir des bulletins à l'observatoire. 932

Médaille de bronze à l'Exposition universelle, Paris 1889

Fabrique de montres Usine à vapeur

NIEDERBIPP (Suisse)

903

Spécialité de remontoirs 18 lignes en tous genres

Usine pour Ie traitement te matières or, argent et plaie

/P /h ΊΕ$> IEI I P

ESSAYE 1 « - J U K E DlPIiOIHE F E D E R A L ·

ACHAT * W ^ VENTE

Rue de Nidau — B I E N N E — Rue Neuve Pulvérisation de cendres et fonte* à prix réduits

Cn usets de tous pays — Charbons — Coke de St-Etienne

G l t o s E T D É T A I L 930

(6)

56 LA FÉDÉRATION HORLOGÈRE SUISSE

•••••••••••••••••••••••

FABRIQUE D'ÉBAUCHES ET EIMSSiGES

LURT F l I l *

BIENNE (Suisse)

- ^ > - i * < = Ç -

' i è o e s à. c l e f éLe X-^i- ëx. S O l i ç r . Calibre Vacheron el 3/4 plat.

φ FINISSAGES GENRES ANGLAIS, GENRES AMERICAINS φ

φ Qualité soignée avec pignons de Savoie À

• •

φ l t l S i f l O X T O I R S A U P K H J D A i V T φ

• Système couvre-rocliet. à vue et à bascule φ

• — •

Ψ Pièces en laiton et nickel de IO à 20 lignes •

• — Φ

T NOUVEAU SYSTÈME DE MISE A L'HEURE •

par la tige en poussant on tirant. —l— Pat. N0 1885/86

• FABRIQUE DE PLUMES MET4LLI0DES |

• F L U R Y F R È R E S •

φ BIENJME (Suisse)

m

φ

ΦΦΦΦΦΦΦΦΦΦΦΦΦΦΦΦΦΦΦΦΦΦΦ

Grande fabrique de roues et fraises en tous genres

L Oâlf âlO, I CLUSlS ie)

F r a i a e e » a r r o n d i r d ' u n e y e i è n i e p e r f e c t i o n n é a p p r o u v é a p r è s e x a m e n e t c a s a i p a r l e · h o r l o g e r · lee p l u · c o m p é t e n t · e t l e · p l u · h a b i l e · .

ιύ Système breveté en Suisse et en France.

MACHINES A ARRONDIR SYSTÈME GARPANO.

OOOQOOOOOOOOQOOOGOOOOOO

8 ETABLISSEMENT METALLURGIQUE

#% A c h a t d e c e n d r e s e t l i n g o t s s u r e s s a i Q

J£ Fonte de déchets de toute nature «r%

5 f VENTE D'OR FIN POUR D O R E U R S g

g & w s m & s i * § œ g

Q ^ e I B I I E ] I N

-

I N

-

I E I ©*·*• Q

O Dépôt de coke de St-Etienne — Charbons de bois O

Q Creusets de toutes espèces Q Q G . 3 E = ? . C » S < & 1 = > É T A . I X _ 929 Q

Ο 0 Ο Ο Ο Ο 0 0 0 0 0 Ο Ο 0 Γ

FABRIQUE DE MONTRES

DELEULE FRÈRES & WALKER

CHARQUEMONT (Doubs)

Spécialité de remontoirs 18 lignes, boîtes métal

^ HORLOGERIE g

f o. u n i r a ?

|> B l E i V K E (Suisse) \ à 54a, Quartier-Neuf, 54a | k Spécialité G[NBfS HLLtMIl(IDS .' 2 SQSW®®'5" ^ ^ s - * - © ® ^ "=-«QÎ>)5^

LOUIS BORALEY

Emailleur, Mellcar

sur or et argent de tous titres

21, Rue Rousseau, 21

ΓτΡΛΕΥΕ m Q Q O O O O O O O O O

ALMANACH DES H O R L O G E R S

CINQUIÈME ANNÉE

P r i x : 6 0 centimes

CHARLES GROS FILS

E ! d i t e -u. r

ST-TMIKR '

M

o o o o o o o o d S ô

APPAREILLAGE ÉLECTRIQUE

BOIS & MOHLENBRUCK

B I E N N E

Installations complètes, d'après les plus nouveaux procédés, pour la < Ε « Γ Ι Ι Ι Ν · . l ' a r g e n t u r e et la i i i e k e l u r e , avec piles ou machines dynamo-électriques.

Rhéostats avec indicateurs de courant.

Cuves en l'on te émaillée ou en grès.

Anodes de platine et de nickel.

Bains préparé* pour toute couleur d'or, l'ilcs Bunsen, Daniell. Meidinger, etc.

Cun.>eils iiialuil- pour tout ce qui concerne la galvano-

plastie, la dorure et la nickelure. 6 5 5

Nombreuses références à disposition.

l§2

HOTEL DE BIENNE

- (BIELERHOF)

v i s - à - v i s d e l a g a r e

Etablissement recommandable à MM. les voyageurs de commerce, touristes ainsi qu'aux Sociétés.

Bonne cuisine — Vins naturels — Chambres à différents prix — Grandes salles — Bains et douclies à l'hôtel — Table d'hôte à midi 10 minutes

— Plats du jour — Restauration à la carte à toute heure — Exposition permaneute de montres. Tous les mardis, marché d'horlogerie. 931 Se recommande C. RIESEN-RITTER, propriétaire.

Imprimerie de la Fédération horloge'e suiss>'

Références

Documents relatifs

Il rappelle l'importance qu'il attache à la préparation de l'adhésion des pays associés à l'Union et il approuve les conclusions du Conseil relatives au Livre blanc sur l'intégration

Le Conseil européen demande au Conseil et à la Commission de tout mettre en oeuvre pour que soient rapidement achevées les négociations avec Malte et Chypre en vue de la conclusion

[r]

[r]

Trouve dans la grille les mots représentés par les

Par la suite, plusieurs sous-classes des langages ap@riodiques ont @t@ 6tudi@es, notamment par Brzozowski, Simon, Fioh, SchOtzenberger, Eilenberg, Me Naughton,

Après avoir fait leur connaissance, je revins dans ma cellule où je trouvai le bol rempli d’un kanji accompagné de chutney en abondance, que je transformai aussitôt en kanjo en

— Tension nominale : C'es-r la valeur maximum de la somme de la tension continue de polarisation et de la valeur de crete de la tension ondulee qui peut etre appliquee en

This thesis explores teachers' current knowledge and practice about classroom assessment processes in the Mauritian primary schools and reports the results of a

e) Au départ d’Angers, monsieur Route effectue moins de 400 km. en prenant 1 carreau pour 1 an sur l’axe des abscisses, et un carreau pour 2 heures sur l’axe des ordonnées..

Lorsque deux droites sont perpendiculaires à une même troisième alors elles sont parallèles donc (AB) et (FE) sont parallèles... 2) Dans le triangle OFE, (AB) et (FE) sont parallèles

Dans le triangle ABC : (CE) est une droite qui passe par un sommet et qui est perpendiculaires au côté opposé : donc (CE) est une hauteur de ABC.. 3) Dans le triangle ABC (CE) est

b) Indiquer, toujours à l'aide du graphique, le nombre de maillots que l'on peut acheter avec 1200 F en choisissant l'option 2. Retrouver ce résultat par le calcul... 5. Le club

gohan Erik LINDBERG, membre de l'Acaddmie des Beaux-Arts de Sudde, Correspondanl de l'Institut de France, le porlrait de M.. Torsten CARLEMAN, d'apporter cette

Toute fonction rationnelle de la fonc- tion modulaire s'exprime par le quotient de deux fonctions analogues aux fonc- tions O et que j'appelle thdta]uchsiennes

N o u s nous placerons dans un espace vectoriel rrel, 6ventuellement muni d'une topologie vectorielle (ce qui sera prrcis6 dans chaque 6noncr) et adopterons les

Les entreprises déploient des ordinateurs portables tout-terrain pour réduire les coûts de réparation et assurer la continuité de leur activité L'une des raisons évidentes du

Pour faire exécuter cette convention, il est constitué une chambre syndicale mixte, com- posée de 5 patrons et de 5 ouvriers, plus deux suppléants.. « Les membres de la

Les nouveaux droits que la Porte a déjà fixés dans toutes les négociations qui ont eu lieu jusqu'ici avec les différents Etats, comme aussi ceux qui seront encore admis dans

Schwendener, professeur à l'Université a ouvert la série des toasts en saluant toutes les personnes présentes au nom du comité de la société ; après avoir constaté que c'est

Monsieur le Président et Messieurs, Nous avons l'honneur de vous informer que le Département fédéral des douanes a chargé notre Société de l'examen des docu- ments, que lui a

C'est dans cet esprit que nous devons nous efforcer de travailler, si nous voulons ne pas faire fausse route, mais arriver à établir entre nos groupes patronaux et ouvriers, dans ce

Existence de sections hyperplanes assez g~n~rales 3.. Construction des bons