• Aucun résultat trouvé

Sur le marché de l imprimante, le MPS et le Cloud font forte impression!

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2022

Partager "Sur le marché de l imprimante, le MPS et le Cloud font forte impression!"

Copied!
8
0
0

Texte intégral

(1)

Nouveaux produits Baromètre GfK

Evénement

20 / Le Papetier de France - Mai 2013

Interview Dossier

Enquête

D es avancées technologiques pour des imprimantes toujours plus complètes

L’histoire et l’historique des différents fabricants leur permet- tent de démontrer un savoir-faire et une expérience considé- rables à un public qui évolue vite, tout comme la société et le monde professionnel dans lesquels gravitent les utilisateurs.

Répondre aux attentes et aux besoins des consommateurs, tout en innovant, reste le challenge de chaque marque.

Sur le marché de l’imprimante, le MPS et le Cloud font forte

impression !

C’est ce que souligne Nicolas Cintré, chef de produits chez Brother : « Depuis sa création, il y a maintenant plus de cent ans, Brother met l’innovation au cœur de sa stratégie afin de toujours répondre aux attentes des utilisateurs. Créateur du concept « Homo mobilis », Brother a su s’adapter aux évolutions des marchés et proposer une gamme complète de produits mobiles (scanners mobiles, imprimantes mobiles, imprimantes connectées au Cloud, etc.). 2012 a été une année riche en innovation pour Brother ; avec l’imprimante HL-S7000DN

Le secteur de l’impression ne faillit pas à la règle : il faut innover pour ne pas être pris de court, d’autant que les technologies évoluent à vitesse grand V. Le débat jet d’encre contre laser peut aujourd’hui paraître obsolète tant de nouvelles contraintes sont apparues. Le multifonction a pris une place prépondérante dans les parcs d’impression mais le plus gros changement vient du développement du MPS et du Cloud.

Rationalisation de l’impression en entreprise, coût à la page et nouvelles applications, le secteur se place aujourd’hui sur une numérisation importante des données et un archivage de celles-ci qui doivent être accessibles à l’ensemble des utilisateurs. En outre, la mobilité, via la démocratisation des tablettes et autres smartphones, a fait son apparition en entreprise et le bureau doit être accessible de n’importe où.

Tour d’horizon du secteur de l’impression avec les principaux acteurs du marché, lesquels redoublent d’efforts pour répondre aux besoins et aux attentes des utilisateurs.

Brother a dépassé le million de multifonctions jet d’encre

professionnels A3 vendus à travers l’Europe, reflétant ainsi

la montée en puissance du groupe. En effet, Brother a progressé de 6,7 % en 2012 et se positionne à la quatrième

place mondiale sur le marché de l’impression avec au total 7,6 millions d’unités vendues.

(2)

gamme Print 3.0 (une nouvelle gamme qui permet d’imprimer en A4 et en A3 tout en étant compacte grâce au chargement du papier en format paysage), etc. ». Ensuite, chacun a pris une voie bien définie et des options bien particulières pour développer des produits bien spécifiques. Yachine Sulliman, chef de produits imprimantes B to B chez Samsung, explique le chemin emprunté par la marque : « Samsung est la marque qui a démocratisé la technologie laser auprès du grand public, notamment en proposant l’imprimante couleur laser la plus petite du marché et la plus simple à utiliser (CLP–300–2008.).

Samsung est le premier constructeur à proposer un panneau utilisateur qui se pilote exactement comme un Smartphone.

Associée à l’application « Samsung Mobile Print », l’impres- sion est possible avec toutes les options d’impression (recto verso, monochrome ou couleur, la taille de l’image, le type de papier, le nombre d’exemplaires…), ainsi que des fonc- tions de sécurité (impression confidentielle, job accounting).

L’application mobile Print permet aussi la numérisation et le fax, voilà encore une innovation que Samsung met entre les mains de l’utilisateur ».

Se distinguer, toucher une cible bien précise et œuvrer pour des appareils plus écologiques est également une option prise par certains constructeurs, comme c’est le cas chez Lexmark.

Etienne Maraval, directeur marketing et communication pour la France, s’en explique : « Nous disposons aujourd’hui de la plus grande gamme A4 haut de gamme qui représente notre cœur de cible. Nous développons des produits très performants (50 pages/minute) pour des espaces réduits. Nos

produits ont également un impact environnemental moins important. Nous avons aussi lancé une nouvelle technologie de toner qui s’appelle « Unison » et qui permet une fusion à très basse température et donc une économie d’énergie d’environ 20 %. Il y a également la possibilité de les mettre en mode hibernation pour encore plus d’économie. La plupart de nos produits ont une interface à écran tactile. Ils disposent aussi d’un système d’exploitation « Linux » qui permet de télécharger des applications très spécifiques ».

C’est également la démarche d’Epson, dont les produits sont conçus pour s’adapter au mieux aux entreprises, comme le souligne Thierry Bagnaschino, directeur marketing et com- munication : « Nous commençons à faire de belles percées avec des produits qui sont dans l’air du temps, qui sont plus respectueux de l’environnement, plus vertueux en termes de consommation d’énergie et plus réactifs au niveau de petits groupes de travail. Ce sont des produits à technologie jet d’encre professionnelle qui font leurs preuves depuis de nombreuses années dans l’impression industrielle ».

Faire évoluer la technologie des imprimantes en les ren- dant plus vertueuses, c’est le chemin pris par de nombreux fabricants comme Xerox. Jean-François Maumy, chef de produits, revient sur les dernières avancées de la marque :

« Ces dernières années, l’une des principales innovations est l’encre solide. Auparavant, on utilisait cette technologie sur les imprimantes, et aujourd’hui nous les utilisons sur les multifonctions d’entreprises couleur. Elle possède un grand avantage écologique, avec une facture hydride, où le coût tient compte de la quantité de couleur déposée sur le document. Aujourd’hui, l’objectif est de se concentrer sur l’usage de cette technologie pour le client final plus que sur la technologie elle-même ».

Chez Pantum, récemment implantée en France, on s’est po- sitionné sur l’impression laser en misant sur la performance des appareils et en visant d’autres secteurs dans un avenir proche. Eric Lasne, responsable du marché français, détaille

Conçue pour l’entreprise, l’imprimante WorkForce Pro WP-4525 DNF d’Epson réduit de 50 % les coûts par page et exécute plus rapidement les petits travaux d’impression par rapport aux dix imprimantes laser

couleur les plus vendues. En impression recto verso, elle est deux fois plus rapide que sa concurrente la plus directe. Par ailleurs, la série « WorkForce Pro » apporte une économie de 80 % au niveau

de la consommation électrique par rapport aux imprimantes laser concurrentes et contribue ainsi à préserver l’environnement tout en

réduisant les dépenses.

Samsung est l’un des acteurs du marché de l’impression depuis plus de trente ans. Initialement, en tant que constructeur, il fournissait des moteurs d’impression et autres composants pour de nombreuses

marques. Fort de son expérience et de son savoir-faire, il propose depuis quinze ans des produits sous sa propre marque.

(3)

Nouveaux produits Baromètre GfK

Evénement

22 / Le Papetier de France - Mai 2013

Interview Dossier

Enquête

l’intention de la marque : « Nous avons une gamme exclusi- vement laser, et nous sommes sur le marché français depuis seulement un an, avec une gamme assez restreinte. Nous sommes sur une gamme laser d’imprimante monofonction en 20 pages/minute. Nous avons obtenu des Awards pour la robustesse et la qualité de nos produits comme la P2000. Nous venons de passer d’un univers de production à un univers de création de nos propres produits. Il est évident que cela est plus simple, dans un premier temps, d’arriver sur le marché avec un produit monofonction, puis nous développerons nos gammes. Vu l’impact du multifonction sur le marché, nous allons venir rapidement sur le secteur ».

D’autres fabricants ont opté pour d’autres technologies avec ce même souci de faciliter la vie de l’utilisateur et surtout de réduire le coût des parcs d’impression des sociétés. C’est ce qu’explique Julie Dang Tran, directrice de la catégorie impres-

sion chez HP France : « L’impression dans l’entreprise est un poste de coût relativement important, nos clients attendent donc un coût optimisé de leur parc. A partir de ce besoin de réduction des coûts, associé à un besoin de sécurité en raison de la mise en réseau des informations, la gestion de l’impres- sion a considérablement évolué. HP dispose d’une offre tant au niveau des produits que du service ou de la maintenance très fiable et très professionnelle. Le marché va dans le sens de la rationalisation de l’impression en entreprise ».

Le multifonction continue de tirer le marché, et continue son évolution

La grande majorité des imprimantes sont aujourd’hui mul- tifonctions. La raison : l’optimisation des appareils pour un usage qui se veut de plus en plus diversifié. En effet, l’utili- sateur a besoin de pouvoir scanner, imprimer et copier sur

une seule et même machine, ce qui oblige les constructeurs à proposer des appareils de plus en plus performants. C’est l’option retenue par Oki, comme le souligne Fabrice Claes, directeur marketing pour la France : « Oki a été le premier à développer l’impression autour de la technologie LED. Nous continuons de développer nos produits d’entrée de gamme, en intégrant l’ensemble de nos technologies dans tous nos appareils. Pour le multifonction, nous sommes les seuls à proposer aujourd’hui une technologie scanner recto-verso en standard, et pour l’ensemble de nos produits. C’est effec- tivement le multifonction qui permet de maintenir la valeur du marché. C’est pourquoi, nous nous concentrons de plus en plus sur ce segment en termes d’investissement et de R &

D. La couleur est aussi un secteur très important dans cette optique-là chez Oki. Nous allons rester sur des produits LED, sans aller sur des secteurs comme le jet d’encre. Nous développons de nouvelles technologies qui concerne l’art graphique. Nous avons récemment sorti deux imprimantes à toner blanc, l’une en A4 et l’autre en A3 ».

Brother, pionnier dans le multifonction, en a fait une force en démocratisant ce type d’appareils dans les parcs d’impri- mantes, tant des entreprises que chez les particuliers. Nicolas Cintré revient sur cette progression : « Dès 1995, Brother s’est lancé sur le marché du multifonction avec l’introduction du premier multifonction laser monochrome. Plus qu’un simple acteur sur ce marché, nous avons démocratisé le multifonction en le rendant plus accessible. Brother est n°1 sur le marché du multifonction laser monochrome depuis plusieurs années.

Cela est dû effectivement à la recherche de baisse de coût mais pas seulement, on constate également des besoins de dématérialisation de plus en plus importants ».

Chez Epson également, le multifonction prend une place de plus en plus importante dans les gammes pour se situer aujourd’hui à près de la moitié de l’offre de la marque. Chez Memjet, on admet volontiers la percée du multifonction sur le marché de l’impression, mais la volonté est aussi de ne pas forcément concentrer tous les efforts sur ce segment. C’est ce qu’explique Serge Tordjman, directeur général France :

« Certes, nous nous attendons à ce que le multifonction, en termes de part de marché, recueille plus que l’imprimante. Mais nous n’avons pas la volonté de privilégier tel ou tel produit.

Nous sommes passés à un unique point d’encrage dans les entreprises, mais cela pose d’autres problématiques comme l’attente. On se rend compte que les utilisateurs veulent de l’instantanéité. Il faut donc des produits de proximité, simples et rapides. C’est une forte demande qui se dégage. Sur le multifonction, nous sommes arrivés à des limites en termes de technologie et aussi de contraintes pour les utilisateurs.

Et ce mouvement devrait encore s’accentuer ». Même son de cloche chez Oki, qui ne compte pas se focaliser unique- ment sur le multifonction, comme le souligne Fabrice Claes :

« Nous allons concentrer nos recherches sur l’interface et l’ergonomie du produit, et les adapter en fonction des métiers notamment. L’utilisateur doit pouvoir reprogrammer entière- ment la machine à sa convenance, en l’intégrant dans le flux documentaire de l’entreprise. Développer l’impression sur des marchés de niche nous parait également très intéressant à développer ». HP continue, lui aussi, son développement sur le multifonction avec l’objectif de toujours mieux maitriser la gestion du document, car techniquement, certaines limites semblent avoir été atteintes. Mais d’autres voies restent à

La nouvelle série de multifonctions Pantum est parfaitement adaptée pour les utilisateurs de PME. Ils offrent une solution facile d’utilisation,

fiable et économique pour les travaux d’impression, de copie et de numérisation.

(4)
(5)

Nouveaux produits Baromètre GfK

Evénement

24 / Le Papetier de France - Mai 2013

Interview Dossier

Enquête

Le regard d’une société spécialisée dans le MPS…

Créée en 2011, MPSExpertises est une société de conseils en optimisation et en rationalisation des systèmes d’impression. Ses multiples prestations permettent de gérer et d’optimiser les coûts des parcs d’imprimantes dans tous types d’entreprises. Nicolas de Bellefon, gérant de la société, a répondu à nos questions.

« AssetDB » est un logiciel de cartographie qui permet une représentation visuelle du parc d’impression et la visualisation de plusieurs scenarii d’architecture cible. Ces vues permettent de mieux se rendre compte de la situation actuelle et des impacts de rationalisation du parc. Il possède une base de données qui intègre quasiment tous les matériels du marché.

Cette base de données est alimentée régulièrement par un organisme indépendant. Elle contient les prix des matériels, des consommables et surtout leur capacité. Dans cette base de données peuvent être intégrés les tarifs réels obtenus par le client. Cela lui permet de calculer avec précision le TCO et l’empreinte carbone générée par son parc.

Le deuxième outil est un logiciel de gestion de parc. Il s’agit de « SiteAudit ».

Malgré la montée de la demande de MPS, il y a peu d’outils disponibles pouvant aller au-delà de la mesure basique de compteurs et de niveaux de consommables. « SiteAudit » est une application de gestion de parc de nouvelle génération qui fournit des services d’impression managés, ainsi que des mesures de performances et des services supplémentaires à valeur ajoutée. En commençant par un mécanisme de découverte innovant, « SiteAudit » va au-delà des outils MPS standard en construisant un inventaire de tous les matériels d’impression en réseau et locaux sans utiliser d’agent sur les postes de travail. « SiteAudit » suit les compteurs de sortie, les coûts pages, les erreurs statistiques et jusqu’à 500 types de données pour chaque matériel d’impression. Les services de nouvelle génération résultent de la collecte approfondie de données, de l’historique stocké et de l’adaptabilité de « SiteAudit » (de 25 à 25 000 matériels d’impression). Des algorithmes spécialisés utilisent ces informations pour calculer les capacités toner, les temps de disponibilité et d’indisponibilité et d’autres indicateurs de performance clés utiles.

Le Papetier de France : Enfin, MPSExpertises propose également des formations et du conseil. En quoi cela vient-il compléter les solutions MPS que vous proposez ? Et en quoi cela consiste-t-il ?

Nicolas de Bellefon : Nous formons les revendeurs et les constructeurs qui souhaitent développer des offres MPS. Comment faire un audit ? Comment analyser les données ? Et comment gérer le parc d’un client ? Mais nous avons aussi pour vocation de conseiller les clients à mettre en place une démarche MPS, préparer un audit et, après avoir déployé une nouvelle architecture, suivre l’évolution de celle-ci afin de ne pas retomber dans les travers (matériels non adaptés, fonctionnalités inutiles, adaptation du parc à l’évolution de la structure d’entreprise…).

Le Papetier de France : On le constate depuis un certain temps maintenant, le MPS se démocratise car il est à même de s’adapter facilement à des entreprises de toutes tailles. Quelle est votre posi- tion sur ce secteur et comment peut-on expliquer le boom du MPS depuis quelques années ?

Nicolas de Bellefon, gérant de MPSExpertises : Les évolutions tech- nologiques ont fait que les matériels ont considérablement évolué ces dernières années. Les fonctionnalités divergent peu, quels que soient les constructeurs. La différence se fait sur le service, le support, les solutions, qui améliorent la productivité des matériels et, bien entendu, sur les tarifs. Les entreprises investissent sur trois, quatre et le plus souvent sur cinq ans. Durant les périodes de mises à disposition des matériels, les besoins des utilisateurs évoluent considérablement. Des services dispa- raissent, d’autres éclosent ou se développent. Les entreprises doivent donc s’adapter et surtout adapter les matériels à leurs besoins. Elles sont tenues de faire de plus en plus attention à leurs frais généraux. Les Services d’Impression Managés (MPS) sont de plus en plus populaires comme alternative rentable aux processus d’achat et de location de parc d’impression (imprimante, photocopieur, MFP et fax). Les sociétés se tournent vers les MPS pour contrôler les coûts, améliorer les niveaux de service et répondre à des attentes environnementales.

Le Papetier de France : De quelle manière MPSExpertises intervient-elle dans les entreprises et quels sont les services que vous proposez ? Nicolas de Bellefon : MPSExpertises aide les entreprises à identifier les besoins de conforts et les besoins réels. Nous mettons en évidence l’architecture actuelle et proposons une architecture cible. Nous aidons les entreprises dans la rédaction de leurs cahiers des charges dans le but de réaliser un appel d’offres et, si elles le souhaitent, nous les aidons dans l’analyse des réponses et les accompagnons dans le déploiement de la nouvelle configuration.

Le Papetier de France : Quels sont les outils dont vous disposez et que vous proposez aux entreprises ? Et quel est leur fonctionnement ? Nicolas de Bellefon : MPSExpertises est partenaire des deux leaders du marché, utilisateur et distributeur en France de ces deux solutions.

explorer, comme le souligne Julie Dang Tran : « Nous avons beaucoup investi sur notre technologie jet d’encre. Notre dernière innovation porte sur les plateformes à base de jet d’encre, qui ont des performances de vitesse équivalentes au laser avec un coût d’usage nettement inférieur. C’est presque deux fois moins cher, et avec les avantages environnementaux qui vont avec ».

Quel type de multifonctions développer ? Et quels sont les formats qui recueillent le plus grand succès ? Jean-François Maumy de Xerox France livre son analyse : « En effet, c’est surtout sur ces matériels que nous concentrons nos efforts.

C’est surtout le marché des multifonctions A4 qui se porte bien, alors que le A3 est plutôt stable. Nous sommes peut- être en train de vivre la vraie mutation de l’imprimante vers le multifonction ».

L’imprimante multifonction jet d’encre MFC-J4510DW de Brother assure une impression en format paysage et jusqu’au format A3. Elle

est la première née de cette nouvelle gamme et offre une nouvelle expérience à ses utilisateurs, ainsi que des fonctionnalités inédites.

(6)

évolutions nécessaires

Les entreprises et les administrations numérisent, pour des raisons diverses, de plus en plus leurs documents et évoluent vers un archivage nou- veau et une mise à disposition de leurs données différente.

C’est ce que confirme Nicolas Cintré de Brother :

« Aujourd’hui, les entreprises ont un réel besoin de numériser, par soucis d’économie, d’écologie mais également de simplicité et de partage d’in- formations. Elles se tournent donc vers les MFC.

D’ailleurs, on peut constater que de nombreux parcs d’imprimantes sont remplacés par des MFC.

Pour répondre à ce besoin de numérisation, Bro- ther développe une gamme de produits complète de scanners avec la gamme ADS et de scanners mobiles avec la Gamme DS ». Même constat pour Yachine Sulliman de Samsung : « La rationalisa-

tion des parcs d’impression, est une préoccupation pour les grandes entreprises. Le phénomène concerne aujourd’hui les plus petites entreprises qui, elles aussi, ont recours à la rationalisation de leur parc d’impression. Par ces temps de

situation économique difficile, la recherche du meilleur rap- port qualité/prix/performance est le premier critère de choix.

Néanmoins, la dimension écologique, les nuisances sonores et la facilité d’utilisation sont des critères qui, aujourd’hui, sont aussi pris en considération ».

Si la fonction impression est toujours dominante, la copie, quant à elle est en forte baisse. Pour Etienne Maraval de Lex- mark, « La fonction numérisation se développe énormément

pour capter l’information à la source. Mais le véritable enjeu est de l’entrer directement dans une base de données pour en faciliter le traitement ».

Cette numérisation a donc contraint les constructeurs à faire évoluer leurs gammes de produits et à développer la techno- logie. C’est ce que confirme Thierry Bagnaschino d’Epson :

« Nous avons chez Epson une très large gamme de scanner professionnels (A4, A3, mobiles, de bureau, avec ou sans chargeur de document) dédiée à la dématérialisation. Nous avons cette année entièrement renouvelé cette gamme afin d’offrir à nos clients toujours plus de confort, de productivité, et d’intuitivité ». Chez Memjet, on observe également ce changement, tout en se projetant sur les utilisations futures, comme l’explique Serge Tordjman : « Cela a vraiment changé la donne d’une manière générale. Tout d’abord, le coût de l’archivage papier est très important, et de ce fait la numérisa- tion a pris un virage très important. Ce qui va être novateur va plus se situer sur tout ce qui est logiciel et service. Les tablettes et les smartphones risquent de faire énormément évoluer le secteur, et il va falloir trouver des solutions simples pour se relier à ces outils ». Faciliter la numérisation et la rendre plus accessible à l’utilisateur est également l’option qu’a décidé de prendre Pantum, comme le souligne Eric Lasne : « Nous sommes plutôt sur une simplification et une standardisation d’un parc déjà installé. Nos consommables seront identiques à nos monofonctions 20 pages/minutes. En ce qui concerne la technologie, nous allons probablement bientôt atteindre des limites, comme pour le nombre de page/minute. Notre offre actuelle répond à un besoin de poste de travail unique ou de PME/PMI, mais nous avançons sur d’autres dossiers, bien sûr ». En outre, une autre composante, et non des moindres, vient confirmer cette mutation et cette évolution dans l’utilisation de la part des utilisateurs, qui ne gèrent plus uniquement leur parc d’impression, mais également le temps passé. Communication entre les outils et facilité d’exécution viennent au cœur des préoccupations, comme l’explique Jean-François Maumy de Xerox : « Il y a aujourd’hui un grand renouvellement de modèles, et nos clients se centrent tous sur leur cœur de métier. Je pense notamment au MPS, car ils ont de moins de moins de temps à perdre pour la gestion

Lexmark a particulièrement travaillé sur l’ergonomie de ses nouvelles imprimantes en développant notamment des interfaces tactiles.

Les avantages offerts par la technologie de Memjet représentent une grande avancée dans le secteur de l’impression bureautique.

Ces imprimantes peuvent imprimer 60 pages par minutes (noir et couleur), pour une résolution de 1 600 dpi x 1 600 dpi, ce qui représente un record dans ce segment de marché. Economes, elles nécessitent peu de pièces détachées, bénéficient d’un programme de rechargement de cartouches sans perte de qualité et ne consomment

qu’un euro d’électricité pour 100 000 pages imprimées.

(7)

Nouveaux produits Baromètre GfK

Evénement

26 / Le Papetier de France - Mai 2013

Interview Dossier

Enquête

de leurs imprimantes. Ils veulent des produits qui communi- quent très facilement. En ce sens, nos nouveaux produits y répondent parfaitement, dans la mesure où ils peuvent inté- grer de nombreuses fonctionnalités. Nous sommes capables d’imprimer directement depuis un smartphone, une tablette, en passant par des services d’impression mobiles hébergés chez nos clients ou dans le Cloud Xerox ».

Le MPS et le Cloud viennent compléter et renforcer cette numérisation croissante

On le constate depuis plusieurs années maintenant, les évolutions des parcs d’impression ont mené les constructeurs à penser autrement et à opérer une mutation qui dépasse largement le secteur des simples imprimantes. Ainsi, le MPS (Manage Print Services) s’est considérablement développé et vient en complément de l’exploitation de l’impression.

Chaque grand constructeur s’est engouffré sur ce marché, et propose des offres ajustées aux utilisateurs. Nicolas Cintré développe la direction prise par Brother : « Brother est présent sur le marché du MPS avec une offre adaptée à notre cœur

L’imprimante HP LaserJet Pro 500 MFP M525 permet d’imprimer depuis un smartphone ou une tablette, ainsi que d’enregistrer et d'imprimer les fichiers

directement, via un port USB facile d’accès.

de cible : les PME/TPE. Aujourd’hui, les entreprises ont besoin de pouvoir gérer leurs parcs d’impression rapidement et simplement. Elles ont besoin de se concentrer sur le business et de pouvoir déléguer la gestion de leurs parcs. Notre offre MPS permet de proposer aux clients une solution clé en main qui intègre, dans un seul contrat, l’ensemble des services autour des systèmes d’impression : location d’un matériel adapté, consommables, maintenance sur site, plateforme Web dédiée. Outre la solution MPS, Brother va plus loin en proposant « B-guard » : une solution logicielle innovante conçue pour les entreprises ayant besoin d’une meilleure gestion de leurs parcs d’impression. Avec « B-guard », les entreprises pourront facilement réduire leurs coûts, tout en ayant une visibilité permanente sur leurs dé- penses ». Lexmark a pris les devants en développant le MPS il y a déjà une quinzaine d’années. L’objectif de la marque est de réduire les coûts à la page et d’harmoniser le travail des entreprises. Etienne Maraval s’en explique : « Nous travaillons avec de très grandes entreprises en France. En effet, plus de 50 % des sociétés du CAC 40 ont des bases installées Lexmark. Nous avons tout de suite développé le MPS, et nous nous engageons avec nos clients pour la réduction de leurs coûts à la page.

Notre slogan est : « Imprimer moins et gagner plus ! ». Notre avantage est que nous sommes capables de travailler avec de grandes entreprises internationales avec la même politique à travers le monde. Nous possédons les outils pour cela, qui permettent de gérer et de faire de l’administration de parc pour un client et de définir sa politique d’impression ». Chez Epson, on a également fortement développé le MPS, comme le souligne Thierry Bagnaschino : « Nous disposons de toute une panoplie d’offres MPS, qui sont adaptées aux petites structures avec des offres très personnalisables, comme à des clients grands comptes avec la réalisation possible d’audit de parc. Ces offres clefs-en-main intègrent le conseil, le produit, le consommable et le service ». Et Bruno Bonino, directeur commercial B to B de la marque confirme : « Nous avons la particularité sur nos offres MPS d’être capables d’anticiper le besoin en consommables, ce qui est très important pour le client car il n’a plus à se préoccuper des approvisionnements, la continuité de fonctionnement est assurée. Les consommables ne sont plus jamais égarés car nous pouvons livrer individuellement chaque utilisateur en anticipant son besoin. C’est l’un de nos points forts ! ».

Faut-il adapter le MPS aux produits, ou a contrario faire en sorte que les appareils soient directement adaptés ? La stratégie de Memjet est claire, comme l’explique Serge Tordjman :

« Nous construisons nos produits autour du MPS.

Il faut que le client puisse identifier très rapide- ment ses coûts et que ce soit simple et lisible.

Nous avons choisi un mode de commercialisation

L’exploitation du contrôleur et des solutions

« ConnectKey » de Xerox permet aux utilisateurs de gérer des documents avec simplicité, sécurité et intelligence, dans un monde où les

environnements de travail évoluent de plus en plus.

(8)

beaucoup d’ampleur et devenir la règle du marché ». Chez Oki, on maitrise également le MPS depuis de nombreuses années avec la volonté de simplifier cette offre de service.

Fabrice Claes développe : « Oki a bien sûr son offre MPS, qui est une offre assez singulière sur le marché d’ailleurs. Le MPS, aujourd’hui, n’est plus un outil dédié aux Grands Comptes, car il s’adapte très bien à tous types d’entreprises. C’est pourquoi nous travaillons au développement de produits qui intègrent des solutions. Nous avons la conviction que le coût à la page intègre depuis trop longtemps une notion de service avec la présence de technicien, qui impacte fortement le coût de la prestation globale. Nous avons donc optimisé notre matériel pour faciliter le remplacement de toners ou de cartouches sans faire appel à une intervention extérieure ». Proposer un service à la carte est exactement la démarche de HP sur le secteur du MPS. « Le MPS est une priorité chez HP depuis

des années maintenant. Elle concerne la partie gestion en direct que nous adressons aux entreprises. Nous disposons également de tout un panel de solutions, qui passent par nos partenaires. Nous proposons vraiment un service à la carte, qui est mis en place en fonction du cahier des charges du client », détaille Julie Dang Tran.

Si le MPS permet aujourd’hui de gérer très facilement un parc d’impression, d’autres données sont venues se greffer à la problématique de la mise à disposition des documents et aux nouveaux modes de communication devenus mobiles.

Chez Brother, une offre a été spécialement pensée, comme l’explique Nicolas Cintré : « Brother y répond à travers son concept « Homo Mobilis » et de son offre globale de solutions de mobilité. En effet, la recherche d’efficacité invite les en- treprises à donner à leurs collaborateurs nomades les mêmes facilités bureautiques que leurs collègues sédentaires. Les équipements ultracompacts de numérisation et d’impression, ainsi que les solutions Cloud et de web conférence de Brother répondent à ce nouveau besoin et offrent des solutions utiles, pratiques et accessibles pour gérer les documents en toutes circonstances ». Les smartphones et les tablettes ont égale- ment fait leur entrée dans l’entreprise et de nouveaux besoins sont, par conséquent, apparus. Le numérique est partout et les constructeurs doivent donc répondre à de nouvelles données, comme le précise Yachine Sulliman de Samsung :

Oki a développé des applications exclusivement

dédiées au Cloud et à l’impression mobile.

demande au sein des entreprises. Notre application Mobile print propose un lien direct vers le Cloud démontrant notre expertise de convergence numérique ».

Le développement du MPS, ainsi que celui du Cloud, s’est accéléré avec ces nouvelles technologies, et pour y faire face, les fabricants proposent de nouvelles solutions, comme l’explique Etienne Maraval de Lexmark : « Nous avons dé- veloppé des applications d’impression capables d’imprimer facilement depuis ces outils-là. Nous proposons un service Lexmark d’impression, où nous mettons à disposition des équipements multifonctions et où l’on paie en fonction de l’abonnement de l’utilisateur, et nous hébergeons les serveurs d’impression. L’utilisateur va donc lancer son impression depuis son smartphone, sa tablette ou son PC. Cela apporte une grande flexibilité aux entreprises sans avoir à gérer le serveur d’impression en interne ».

Mobilité, MPS, Cloud : les entreprises ont déjà intégré ces nouveaux outils dans leur fonctionnement et des questions se posent au sein des fabricants de solutions, comme le rap- pelle Fabrice Claes pour Oki : « L’intégration du Cloud, de l’impression à la demande et de la donnée variable pourrait donner l’idée d’un projet sur lequel Oki pourrait être amené à travailler. Il s’agit typiquement d’une problématique de franchise. La mobilité en entreprise reste un complément de tout cela, et je crois qu’il faut continuer à se poser beaucoup de questions sur la réalité de cette mobilité ». Certes, ce sont des outils devenus légion dans les sociétés, mais le cœur de la problématique reste toujours l’impression, comme le rap- pelle Julie Dang Tran de HP : « En ce qui concerne le grand public, nous assistons à une vraie mutation depuis environ deux ans, et elle est fortement liée à la mobilité. C’est vrai que les smartphones et les tablettes ont considérablement changé la façon que l’on a d’imprimer, et des reflexes que l’on peut avoir. Il y a bientôt trois ans maintenant, nous avons lancé « I-Print », qui permet d’imprimer via son smartphone en envoyant un email à son imprimante. Nous avons amélioré cette technologie avec le Wifi direct, qui permet d’imprimer sur n’importe quelle imprimante HP très facilement. Auparavant, une imprimante était uniquement connectée à un PC, tandis qu’aujourd’hui Internet et une connexion Wifi suffisent et cela scanne automatiquement dans le réseau. C’est une vraie révolution en termes de facilitée d’impression ».

Références

Documents relatifs

À cette contre-vérité s’en articule une autre : les discours proclamant « la mort du féminisme » (Hawkesworth dans ce numéro, traduit par Aude Ferrachat), dès les

A certains égards, ce marché du travail est proche de celui que décrit la théorie économique : les intermédiaires et plus largement les canaux, sont là pour

Nous utilisons des machines de grosse capacité dans un souci d’esthétisme.. inverse pour faciliter la pose

Outre cela, la contribution la plus originale de ce test réside dans le fait que, lorsqu’on l’applique au sujet normal sans lésion cérébrale, on obtient un résultat

Placez les 10 feuilles de papier photo et la SMART SHEET MC dans le compartiment à papier photo.. − Empilez le papier photo sur la SMART SHEET TM bleue en veillant à ce que

Ce qui manque à ce paon : c'est bien voir, j'en conviens ; Mais votre chant, vos pieds, sont plus laids que les siens, Et vous n'aurez jamais sa queue. Jean-Pierre Claris de

Se tient-il dans les bois, farouche et solitaire, Tandis que mon palais est rempli de moineaux. C'est, lui dit le mentor, afin de vous instruire De ce qu'un jour vous devez

nom propre masc.. nom

 dans certains proverbes Ex : Patience et longueur de temps font plus que force ni

Epson lance le modèle EcoTank ET-3600, une imprimante 3-en-1 sans cartouche avec un mode d’impression recto verso.. Une plus grande facilité d’impression et des

Le modélisme revient en force grâce aux jeux de plateaux pour ce qui concerne les figurines (Warhammer ou Zombicide ) aussi grâce aux drones et robots de combat pour le modélisme RC

Pour cela, la prestation doit être effectuée par des expressistes pouvant distribuer dans toute la France en moins de 24 h des colis de moins de 10 Kg ou des coursiers spécialistes

Marketing G. La notion de marché 1. Le comportement du consommateur 1. Les variables d’influences du comportement 2. Le processus de décision et d’achat du consommateur.. Connaitre

1 Rapide historique de l’évolution du marketing 2 Définition et concept marketing. 3 Place du marketing dans l’entreprise 4

Cliquez sur «Non» et sélectionnez le type de recto verso désiré en 1.5 2.. Cliquez

Il n’a pas le moindre prétexte pour élaborer une notion d’espace, car il est entouré de toutes parts d’un milieu homogène, sans différences qui sont un fondement

La phase de mise en œuvre, pour le marketing, commence avec l’élaboration des plans marketing stratégiques des différents domaines d’activités stratégiques et de chaque gamme

Si la perception des consommateurs vis-à-vis des produits alimentaires a incontestablement évolué faisant de la qualité un passage obligé, notamment pour

Dès que vous avez connecté l'imprimante à votre ordinateur, vous devez installer le logiciel de l'imprimante que vous trouverez sur le CD-ROM livré avec votre imprimante.. Le

Le support planning présente la sélection des différents supports à l’intérieur de chaque média ainsi que les propositions de combinaison de supports d’un même média, que

The whitepaper also provides an overview of different security topics such as identifying, categorizing and protecting your assets on AWS, managing access to AWS resources

For example, it was in the section devoted to language and communication that we decided to locate descriptors like Knows that it is necessary to take account of the

Pour jeudi 15/10 Exercice n°5 et 6 p° 38 Vendredi 09/10 Correction des