LA RAISON DU PLUS MORT

Texte intégral

(1)
(2)
(3)

LA RAISON

DU PLUS MORT

(4)
(5)

Julie PARDAILHAN

LA RAISON DU PLUS MORT

nouvelles éditions baudinière

(6)

© Nouvelles Editions Baudinière, 1981.

Tous droits réservés pour tous pays.

(7)
(8)
(9)

1

— Ta mère, hurle Claudius pour couvrir le vieux blues qui rodait la hi-fi, moi je te la raye en moins de deux de l'électorat gaulliste. Sans déconner. Je te trouve quelqu'un dans le quart d'heure.

De joie, Josépha se fouette les joues de son martinet de cheveux noirs à la Bob Marley. L'idée lui sourit d'autant qu'André ne lui a en rien épargné les conditions posées par la vieille dame : il n' aura sa part de gâteau qu'en quittant « ça ». Et « ça », c'est elle, sa compagne de deux ans... De dix-neuf aussi, pas si mal portés à en juger aux photos d'Ève noire qui percent la pénombre sur le jute agrafé à la hâte. Signées André, ces 24 X 36 vont la propulser en haute couture; elle en crève d'envie, et partage l'émotion de son ami de s'y voir d'infinies gambettes, une minceur incassable et

(10)

des yeux à cent soixante-dix centimètres du sol, des yeux étonnés qu'un rire quasi chronique ne parvient pas à diminuer. Mais que pèsent ces arguments contre un milliard?

A André de le dire. A lui de jouer. Les grands airs en solo ou la misère à deux? La vie pleine à ras bord ou les demis partagés aux bars miteux de la rue de l'Ouest? Les quatre-étoiles sans frontières ou ces trente pauvres mètres carrés avides de leurs alloca- tions-chômage... Il a choisi, jure depuis le matin sa bouche d'ange sur le retour. Mais grandeur d'âme et petit budget ne font pas de vieux os ensemble. A la première dispute, ne va-t-il pas recouvrer la rai- son?

Ah, la vieille Barbe réclame la tête de Josépha! Et si Josépha se payait la sienne?

En attendant, elle va ouvrir.

« André Hocquelaisse, c'est ici?... Ça m'en a l'air! »

Le ton refroidit les trente mètres carrés : celui d'un homme, sorte de maffioso fort en carrure et en gueule, aux cheveux noirs courts et abondants, au nez réuni à la bouche en équerre charnue, strictement cravaté, rasé à deux lames. André tourne machinalement deux toiles contre le mur : l'une a des airs d'Utrillo, l'autre, qui se les donne, sent sa place du Tertre. Claudius croit bon d'escamoter son joint quand, derrière l'homme, une nouvelle venue tire de son blouson une carte barrée de tricolore.

« Vous, de la police? Sans blague? Vous êtes quoi? »

(11)

Il vient s'en informer sous son nez, histoire de détourner son attention d'une fraîche odeur d'herbe heureusement confondue à celle qui s'exhale de trois bols d'épices disposés sur le sol.

« Inspectrice? Oh! Pardon, commissaire! Non, c'est flatteur, je vous jure. Ça donne envie de se faire inculper!

— Patience, ça peut venir, coupe, moins déroutant, le faux maffioso qui repousse d'un doigt la galante épave vers l'intérieur. Qu'est-ce que tu faisais hier soir?

— Ça vous regarde? » s'interpose André, les pou- ces calés à l'arrière de son jeans. Hocquelaisse, c'est moi.

La commissaire — puisque commissaire il y a dans le blouson d'été tiré trop bas, à en craquer les poches, par cette grande fillette qui se retient poliment de danser d'un pied sur l'autre — la commissaire, quant à elle, n'y met guère d'entrain. Tandis que son collègue enjambe avec dégoût les bols fumants, les disques dont il arrête le spécimen en action, la télé qui diffuse, son coupé, le journal de 13 heures, pour se planter, goguenard, devant les toiles d'André et les photos de Josépha, elle inspire péniblement.

— Je dois vous informer que votre mère a été trouvée morte à l'aube dans les décombres de sa maison.

— Les décombres?

C'est Josépha qui s'exclame, bouche et mirettes plus bées que jamais. Le souffle coupé, son ami n'en semble pas capable.

(12)

— La maison a explosé à trois heures vingt à la suite d'une fuite de gaz.

— Imp... pas possible!

Les yeux d'André, voilés de jaune (du « blanc » à l'iris), comme projetés par un soleil intérieur, fixent tour à tour les policiers qui le lui rendent — stupeur en moins — et ses compagnons éberlués. Un autre voile dramatise et adoucit sa voix. Sa posture crâne jure avec sa stupéfaction.

« Pas possible! Elle est maniaque comme tout! Elle ne se couchera jamais sans vérifier trois fois de suite si le gaz est fermé, si les fenêtres sont bouclées, si la télé...

— Maintenant plus jamais, y'a des chances, coupe Josépha sans soupçonner ce que sa gaieté peut avoir d'indécent, même à travers une question banale.

— C'est pas un accident? »

En réponse, tandis que la grande gueule assure en ouvrant les volets : « Si, si, vous ne saviez pas qu'on envoie toujours les flics pour les condoléances? », sa coéquipière, qui semble malgré tout diriger l'opéra- tion, présente à André ce qu'on devine être une autorisation de fouiner.

— Pendant que l'inspecteur regarde un peu, vous voulez bien me répondre?

— Regarde quoi?

— La dernière fois que vous avez vu votre mère...

— Ouais?

— C'était...?

(13)

— Hier.

— A quelle heure?

— ... Dans l'après-midi, pourquoi?

— Vous l'avez menacée?

— Moi, je l'ai menacée?

— Ça en fait des points d'interrogation! laisse tomber l'inspecteur en même temps que le matelas aux draps défaits, posé comme le reste à même le sol.

D'après ses regards au trio et à l'espace enfumé, il doit se meubler autrement et ne guère compter de soi- xante- huitards vaguement artistes, vaguement junkies dans ses relations. Avec une application de néophyte, la jeune femme lit ses notes de la voix feutrée dont elle ne se départ pas.

— Sachant qu'elle venait de toucher onze millions de francs, vous lui avez rendu visite hier pour la première fois depuis... six mois.

— C'était pas la fête des mères?

A gestes amplifiés, couronnés par des râles de docker, l'inspecteur doublé d'un digne fils vide à présent de son linge douteux un tiroir de bois blanc. Sa blonde collègue, bien pâle malgré les premières promesses d'éclaircies de l'été discrètement tenues par la météo, précise presque gentiment :

— Elle vous a refusé l'argent que vous veniez lui...

emprunter.

L'inspecteur ricane moins gentiment, un œil sur le profil convulsé d'André qui rejette sans cesse une mèche cendrée, puis qui pointe vers les policiers, dans un brusque sursaut de joueur de colts, les poches usées de sa chemise de clown.

(14)

— Un million! C'est tout ce que je lui demandais!

Pas même le dixième de ce qu'elle a gagné sans trop se crever, pas même le dixième pour son fils unique!

N'importe quelle mère en ferait dix fois plus!

— Elle avait p't'êt' ses raisons! renvoie l'inspecteur en battant des mains, non pour approuver l'un ou l'autre, mais pour éloigner la poussière. C'est qu'avec l'intrusion du jour on la voit flotter, tourbillonner insensiblement du sol au plafond. Comme une tornade grise. Qu'a-t-il eu besoin d'ouvrir, ce gros lard! Pour constater les derniers dégâts d'un bulldozer ou d'un architecte? Voir s'effondrer de vieux toits, en surgir d'effrayants?

La commissaire reprend.

— Vous lui avez conseillé, devant témoins, de bourrer son matelas de son sale fric — je vous cite — et de crever. Elle a fait l'un et l'autre. Enfin... C'est son oreiller qu'on a retrouvé déchiré, sans doute vidé des deux cent mille francs qu'elle avait retirés la veille et qu'elle destinait à son enterrement. Un billet est resté accroché à la taie.

De sa voix de trompette étranglée, Claudius l'interrompt :

— Elle a planqué vingt bâtons alors qu'elle avait un milliard en banque?

— Les vieilles personnes sont pas habituées, riposte l'inspecteur. Si t'avais deux sous de délicatesse, tu comprendrais. En attendant va prendre l'air, tiens, ça nous aérera aussi.

La trompette se faufile mollement derrière la porte

(15)

entrouverte et l'affiche de Fritz le chat qui le recouvre.

La jeune femme policière impose ses yeux verts aux yeux dorés d'André.

— Mais le plus ennuyeux pour vous... c'est qu'on vous a vu revenir chez elle hier soir et en ressortir dans la nuit.

A cet instant la morte apparaît sur l'écran de la télé, telle qu'André l'avait trouvée — et quittée? — la veille : amidonnée derrière la toile cirée d'une table de cuisine, les cheveux en gracieux désordre poivre et cendre, les mains frileusement nouées sous un châle.

Pour l'occasion, Barbe avait égayé sa robe dominicale du col de dentelle qu'elle tenait de sa mère; mais elle n'avait pu alléger des paupières en lutte contre un regard autrefois bleu, que seule la misère ou la paranoïa gardait de s'éteindre. Au bord des larmes, elle sourit à l'interviewer. André ne lui a connu ce sourire indulgent qu'en présence de tiers. Il se rappelle qu'elle lui donnait Mourousi en exemple, lors de ses rares visites que ce genre de conseil avait encore raréfiées. Le commentaire de présentation largement entamé, Josépha bondit pour rétablir le son. Après tout, c'était pour Barbe qu'on avait emprunté le poste à Claudius. L'image brunit, scintille. Enfin se fait entendre l'interview...

... exclusive, transformée en quelques heures en document tragique...

— Ça représente quoi, pour vous, madame Hoc- quelaisse, tout cet argent d'un coup?

— Ça représente... Ma foi, je n'ai point encore mis

(16)

d'ordre dans mes idées. Comme vous dites, c'est d'un coup!

— Vous avez quand même eu la nuit pour y réfléchir?

— La nuit, je dors.

— Onze millions! Un milliard et cent millions anciens pour 6 francs! Pardon? Ce n'étaient pas les premiers que vous misiez? Tout de même, ma- dame Hocquelaisse, vous vous y retrouvez! Même les ex-gagnants du loto vous envient! Vous allez devenir, euh... bienfaitrice d'une œuvre?

— Celle-là, je l'attendais! Bienfaiteur... On l'a jamais été pour moi, monsieur!

— Vous... Vous avez de la famille?

— Mon village.

— Mais plus près de vous... Des petits-enfants?

Pas encore? Un fils, au moins, à ce qu'on m'a dit?

— Mmh...

— Parlez dans le micro. Vous allez l'aider?

Qu'est-ce qu'il va entreprendre?

— L'aider? Dieu sait si je demanderais pas mieux, monsieur! Mais à quoi, comme vous dites...

Sur un raclement de gorge gêné de l'interviewer, le plan se resserre sur la lourdeur des paupières, l'amer- tume du sourire fané. Un de ces cadrages qui croient livrer l'âme du sujet en en livrant les points noirs. Le pincement que n'a pu réprimer Josépha, tout à l'heure, à l'apparition de sa malfaitrice, se soulage à mesure que s'en démasque la pingrerie. L'inspecteur fouille de plus belle, avec encore moins d'égards. Sa compagne éteint l'image.

(17)

— Alors? Hier soir?

— Je ne parlerai qu'en présence de... d'un...

L'inspecteur, occupé à écarter du mur les toiles posées à terre, suspend son geste.

— Tu crois que tu pourras t'offrir Badinter?

— S'il vend l'Utrillo que tu tiens là...

— Ça? Une copie!

— Ça m'étonnerait.

— Si c'est pas une copie, ou y'a un certificat, ou...

— Hé la! intervient Claudius en oubliant son exil, ce tableau ne lui appartient pas!

— Ah non? Et ça, ça appartient à qui?

D'un sac à ordures noué contre la poubelle, l'ins- pecteur exhibe une liasse de billets neufs. Sa voix déjà grave se risque à des profondeurs.

— Pas mal. Déjà là une ou deux bonnes briques.

Une autre a dû passer dans la chaîne. D'ailleurs, mon pauvre vieux! Elle avait prévu le coup. C'est tout ce que tu aurais palpé.

— Quoi? laisse échapper Josépha.

La commissaire fronce un nez d'enfant sur ses notes.

« Le testament vous déshérite au profit de madame Félicie Thénard. »

(18)

II

Garceville, le 30 mai Ma pauvre Félicie

Avec les sangs d'ancre que je me tourne pour mon garçon, sa ne métonerais pas de ne plus en avoir pour lontemps. Comme on dit, deux précaussions vale mieux qune.

Bref j'ai décider de lui donnée une lesson a André.

Sil croit qu'il a qu'a atendre ma Mort pour convolé dans la soit avec... ce que vous savez, et bien il en serat pour sa croyance. Bref J'ai décider que dans ce test amen la moitiée de cette somme vous reviendrât a mon Desset, puisque en entié je me suis renseigné ce n'est pas dans la Loie, sauf en parti 20 million (je parle en ancien, moi les nouveaus), 20 million pour

(19)

ma Tombe, elles sont or de pris, que vous auré a entretenire Régulièrement dailleur j'ai déja tirer la somme pour être sur, et ceux que le père Urbain jugerât pour des messes une foi la semaine au moin a

ma Mémoire. C'est bien le moin.

En causant du père Urbain, je lui et signée une avance d'un million pour restaurée sainte Anne, mais si je venais a partir il en aurais encore 50, sous réserve de Rebâtizée l'église Sainte Barbe c'est bien le moin.

Ma pauvre, des qu'André serât revenu a de meilleur centimens, nous remaitrons sa noire sur blanc et vous en aurez quant même vôtre part ainsi que Quentin et Bénédicte que je site dans le Testa- ment.

Et ce pauvre Jacques je ne l'oubli pas, je lui et promi que vous l'envéréz a la maison de Retraite de Larmeville (enfin cil tiens le cou après moi, ma vieille Carcasse en a déja tant en durée!!)

Et des qu'André voudrât changée de vie, le testa- men aussi pourrât changé, qu'il ce le tienne pour dix!

J'ai bien prier pour sa le pape a la télé. Demain je prirais pour vous, ma pauvre.

Votre dévoué Barbe

— Qu'est-ce que ça prouve, à part que les petites paysannes n'apprenaient pas l'orthographe en

1920?

(20)

André Hocquelaisse, plus chômeur que photographe, n'a déci- dément pas de chances : c'est sa mère, Barbe, qui vient de gagner un milliard de centimes au Loto ! Et en plus, elle ne veut rien par- tager tant que son incapable de fils n'aura pas renoncé à épouser la belle et noire Josépha.

D'ailleurs, en mère abusive et obstinée, dame Hocquelaisse ne se contente pas de menacer : elle passe aux actes et déshérite son fils.

Là-dessus, bien fait (vite fait), elle explose !...

Evidemment, la police s'en mêle. Jeune et jolie commissaire, Mine mène l'enquête.

Et ce qu'elle trouve — et la manière dont elle le trouve donc ! — est inattendu, natu- rellement...

Dans ce premier roman, Julie Pardailhan (profession : 26 ans) bouscule avec humour et cocasserie la plupart des conventions d'un genre littéraire encombré, depuis des lustres, des stéréotypes masculins.

(21)

Participant d’une démarche de transmission de fictions ou de savoirs rendus difficiles d’accès par le temps, cette édition numérique redonne vie à une œuvre existant jusqu’alors uniquement

sur un support imprimé, conformément à la loi n° 2012-287 du 1er mars 2012 relative à l’exploitation des Livres Indisponibles du XXe siècle.

Cette édition numérique a été réalisée à partir d’un support physique parfois ancien conservé au sein des collections de la Bibliothèque nationale de France, notamment au titre du dépôt légal.

Elle peut donc reproduire, au-delà du texte lui-même, des éléments propres à l’exemplaire qui a servi à la numérisation.

Cette édition numérique a été fabriquée par la société FeniXX au format PDF.

La couverture reproduit celle du livre original conservé au sein des collections de la Bibliothèque nationale de France, notamment au titre du dépôt légal.

*

La société FeniXX diffuse cette édition numérique en vertu d’une licence confiée par la Sofia

‒ Société Française des Intérêts des Auteurs de l’Écrit ‒ dans le cadre de la loi n° 2012-287 du 1er mars 2012.

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :