• Aucun résultat trouvé

Frères et sœurs C

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2022

Partager "Frères et sœurs C"

Copied!
2
0
0
En savoir plus ( Page)

Texte intégral

(1)

Frères et sœurs

Agathe arrive en pleurant dans la cuisine :

« Maman, Maman ! Thomas n’arrête pas de m’embêter, je jouais tranquillement quand il m’a pris mon ballon !

Thomas réplique aussitôt :

– Tu ne jouais pas tranquillement, tu jouais à embêter le chien !

– Ce n’est pas vrai ! Je lançais le ballon au chien et il jouait à le rattraper ! – Tu faisais exprès de lui lancer sur la tête ! renchérit Thomas.

Maman perd patience :

– Ça suffit les disputes ! À la maison, quand j’étais petite, nous étions quatre frères et sœurs, nous jouions toujours ensemble sans jamais nous disputer…

Thomas répond d’un petit air malicieux :

– Bien sûr, vous jouiez ensemble avec tata Janette, parce que vous étiez deux filles.

– C’est vrai, dit maman, en général les filles jouaient d’un côté et les garçons de l’autre ! – Eh bien ! répond Thomas plus malicieux que jamais. Tu n’as qu’à m’offrir un petit frère ! »

                 

   

C

www.Boutdegomme.fr

Frères et sœurs Rseeg 24

(2)

  Frères et sœurs

 

 

C Les verbes en –er à l’imparfait

Agathe arrive en pleurant dans la cuisine :

« Maman, Maman ! Thomas n’arrête pas de m’embêter, je jouais tranquillement quand il m’a pris mon ballon !

Thomas réplique aussitôt :

– Tu ne jouais pas tranquillement, tu jouais à embêter le chien !

– Ce n’est pas vrai ! Je lançais le ballon au chien et il jouait à le rattraper ! – Tu faisais exprès de lui lancer sur la tête ! renchérit Thomas.

Maman perd patience :

– Ça suffit les disputes ! À la maison, quand j’étais petite, nous étions quatre frères et sœurs, nous jouions toujours ensemble sans jamais nous disputer…

Thomas répond d’un petit air malicieux :

– Bien sûr, vous jouiez ensemble avec tata Janette, parce que vous étiez deux filles.

– C’est vrai, dit maman, en général les filles jouaient d’un côté et les garçons de l’autre !

Frères et sœurs  

 

C Les verbes en –er à l’imparfait

Agathe arrive en pleurant dans la cuisine :

« Maman, Maman ! Thomas n’arrête pas de m’embêter, je jouais tranquillement quand il m’a pris mon ballon !

Thomas réplique aussitôt :

– Tu ne jouais pas tranquillement, tu jouais à embêter le chien !

– Ce n’est pas vrai ! Je lançais le ballon au chien et il jouait à le rattraper ! – Tu faisais exprès de lui lancer sur la tête ! renchérit Thomas.

Maman perd patience :

– Ça suffit les disputes ! À la maison, quand j’étais petite, nous étions quatre frères et sœurs, nous jouions toujours ensemble sans jamais nous disputer…

Thomas répond d’un petit air malicieux :

– Bien sûr, vous jouiez ensemble avec tata Janette, parce que vous étiez deux filles.

– C’est vrai, dit maman, en général les filles jouaient d’un côté et les garçons de l’autre !

Frères et sœurs  

 

C Les verbes en –er à l’imparfait

Agathe arrive en pleurant dans la cuisine :

« Maman, Maman ! Thomas n’arrête pas de m’embêter, je jouais tranquillement quand il m’a pris mon ballon !

Thomas réplique aussitôt :

– Tu ne jouais pas tranquillement, tu jouais à embêter le chien !

– Ce n’est pas vrai ! Je lançais le ballon au chien et il jouait à le rattraper ! – Tu faisais exprès de lui lancer sur la tête ! renchérit Thomas.

Maman perd patience :

– Ça suffit les disputes ! À la maison, quand j’étais petite, nous étions quatre frères et sœurs, nous jouions toujours ensemble sans jamais nous disputer…

Thomas répond d’un petit air malicieux :

– Bien sûr, vous jouiez ensemble avec tata Janette, parce que vous étiez deux filles.

– C’est vrai, dit maman, en général les filles jouaient d’un côté et les garçons de l’autre !

Frères et sœurs  

 

C Les verbes en –er à l’imparfait

Agathe arrive en pleurant dans la cuisine :

« Maman, Maman ! Thomas n’arrête pas de m’embêter, je jouais tranquillement quand il m’a pris mon ballon !

Thomas réplique aussitôt :

– Tu ne jouais pas tranquillement, tu jouais à embêter le chien !

– Ce n’est pas vrai ! Je lançais le ballon au chien et il jouait à le rattraper ! – Tu faisais exprès de lui lancer sur la tête ! renchérit Thomas.

Maman perd patience :

– Ça suffit les disputes ! À la maison, quand j’étais petite, nous étions quatre frères et sœurs, nous jouions toujours ensemble sans jamais nous disputer…

Thomas répond d’un petit air malicieux :

– Bien sûr, vous jouiez ensemble avec tata Janette, parce que vous étiez deux filles.

– C’est vrai, dit maman, en général les filles jouaient d’un côté et les garçons de l’autre !

Références

Documents relatifs

Mes parents qui m’ont toujours soutenu sans limites pour pouvoir poursuivre des études sans sentir le moindre.. Mes frères et sœurs à qui je souhaite la plus grande

beskriv ditt utseende qu’est-ce que tu regardes à la télé. que penses-tu de

Nous vous devons notre aptitude à nous engager dans le système pastoral de la vie montfortaine.. Compte tenu du contexte actuel, comme l’insuffisance des personnes

Merci de prier et de jeûner avec nous et de croire que c‘est maintenant le temps où cette parole du Seigneur entre en vigueur : „Alors viendra le jour, lorsque vous aurez fait ce

Pour ma deuxième newsletter, vu que vous savez à présent où j’habite et ce que je fais, j’ai décidé de bien sûr vous raconter les péripéties de ces derniers temps, mais aussi

Ces familles comprennent UPVUFTVOFOGBOUÄHÊEFÆBOTFUBVNPJOTVO autre enfant âgé d’au moins 7 ans, cette limite inférieure EÄHFQBSBJTTBOUÆNËNFEFHBSBOUJSVONJOJNVNEF relations

Que ce soit pour assurer des tâches que les reli- gieux. euses n’ont plus la force ou le temps de faire (entretiens extérieurs, cuisine, ménage et lessive, travaux

Cette étape est à vivre dans le respect et la dé- licatesse, comme saint François nous y invite : recevoir chacun des frères comme un don du Sei- gneur, avec une attention

Grâce à une subvention reçue du ministère des Affaires francophones de l’Ontario, Retraite en Action part à la découverte de ses frères et sœurs francophones de l’Ontario

Des liens d'amour et d'intérêt : système d'héritage, dotation et relations entre frères et soeurs dans l'Italie moderne (Turin XVIII e siècle). après-midi

Sylvie Mouysset, FRAMESPA, Université Toulouse le Mirail mouysset@univ-tlse2.fr. C ONSEIL S CIENTIFIQUE

Christine Dousset et Sylvie Mouysset, Université de Toulouse-Le Mirail Introduction à la journée Hélène Debax, Université de Toulouse-Le Mirail, Les manipulations de la fraternité

Ces familles comprennent UPVUFTVOFOGBOUÄHÊEFÆBOTFUBVNPJOTVO autre enfant âgé d’au moins 7 ans, cette limite inférieure EÄHFQBSBJTTBOUÆNËNFEFHBSBOUJSVONJOJNVNEF relations

Si la confiance sous condition est pour nous l’expérience la plus ordinaire, c’est sans doute parce que, à l’intérieur de la société qui est la nôtre, notre position, par

In a previous study, a small but signicant increase of loudness with increasing interaural time dierence (ITD) was shown for low-frequency pure tones (200 and 400 Hz) at a

For these two diatom genera, the investigation of the local response around the Marquesas Islands therefore corroborates their behavior within IAAs at the global level, and

Tenant compte du fait que seules les combinaisons compost + NPK (T5) et fumier + N PK (T6) conduisent à la fois à de meilleurs rendements et à l'amélioration du

Pour tracer un diagramme en bâtons, on trace deux axes en mettant le nombre de frères et sœurs en abscisse (horizontal) et les effectifs ou les fréquences en.

Open Archive TOULOUSE Archive Ouverte (OATAO) OATAO is an open access repository that collects the work of Toulouse researchers and makes it freely available over

« SI NOUS AVONS MIS NOTRE ESPÉRANCE EN CHRIST POUR CETTE VIE SEULEMENT,.. NOUS SOMMES LES PLUS À PLAINDRE DE

Bien sûr, il y a eu maintes situations où ma petite sœur handicapée était jalouse de mon frère ou de moi parce qu’elle ne pouvait pas faire les mêmes activités que

- Bien sûr, vous jouiez ensemble avec tata Janette, parce que vous étiez deux filles!. - C’est vrai, dit Maman, en général, les filles jouaient d’un côté et les garçons

J'adresse mes sincères remerciements à monsieur le professeur SENGOUGA Nour-Eddine, de l'université de Biskra, et monsieur le professeur BOUGUECHAL