• Aucun résultat trouvé

Séance 4 (1 heure)

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2022

Partager "Séance 4 (1 heure)"

Copied!
3
0
0

Texte intégral

(1)

Thème 6 : Faire la Guerre, faire la paix formes de conflits et modes de résolution

Séance 4 (1 heure)

JALON 2 : Produire de la connaissance scientifique : recherche et échanges des hommes et des femmes de science sur la question de la radioactivité de 1896 aux années 1950.

La radioactivité est un phénomène physique naturellement présent dans l'Univers. Elle est due à des noyaux atomiques instables qui se désintègrent et dégagent des rayonnements divers plus ou moins pathogènes. En effet, certains atomes sont instables : on les appelle les « radionucléides ».

Ils présentent la propriété de se désintégrer de manière spontanée, pour donner un autre élément, en émettant des particules (électrons, neutrons, etc.) ou des rayonnements électromagnétiques. On dit alors qu'ils sont « radioactifs ».

Comment la connaissance sur la radioactivité s’est-elle élaborée et diffusée, entre 1896 et les années 1950, en relation avec des enjeux géostratégiques majeurs ?

I. La radioactivité : une connaissance scientifique élaborée et diffusée grâce à une collaboration internationale entre scientifiques.

Activité : Radioactive de Marjane Starapie.

A. Des pionniers à la naissance d’une communauté scientifique :

En 1898, le couple de physiciens français Pierre et Marie Curie aboutit à la découverte du radium, un métal extrêmement radioactif extrait de l’uranium. En 1903, le couple, ainsi qu’Henri Becquerel qui avait découvert au préalable la radioactivité naturelle en 1896, obtiennent en commun le prix Nobel de physique. Marie Curie est la 1re femme de l’Histoire à le recevoir.

A leur suite, une communauté scientifique internationale se forme et collabore pour faire progresser la connaissance en physique dans le domaine de la radioactivité. Albert Einstein en fait partie. Différents outils entrent au service de cette coopération entre scientifiques du monde entier.

Séance 5-6 : visionnage d’extraits de Radioactive.

B. Les outils de la collaboration : Congrès, mécénat, prix et institutions scientifiques.

En effet, ces chercheurs et savants se retrouvent tous les 3 ans, entre 1911 et 1933, dans les Congrès Solvay, portant le nom de leur créateur, le mécène industriel belge Ernest Solvay, féru de sciences. De même que ces Congrès, certaines institutions scientifiques comme la Royal Institution ou la Société Royale de Londres (Institution fondée en 1660, siégeant à Londres et destinée à la promotion des sciences. Cette  société savante  est l’équivalent de l’Académie des sciences en France) invitent aussi la communauté scientifique à se rassembler et décernent des prix comme le prix Davy ou le prix Nobel, véritables signes de reconnaissance encourageant la poursuite des recherches. Ces moyens dévolus aux échanges scientifiques font évoluer la recherche vers d’autres finalités qui ont un effet stimulant.

C. La radioactivité : une connaissance stimulée par ses applications médicales

En effet, les connaissances dans le domaine de la radioactivité depuis la fin de XIXème siècle sont d’abord le fruit de la recherche fondamentale. Durant la Première Guerre mondiale, cette recherche devient appliquée, à la médecine militaire notamment. Ainsi voit-on se développer sur le front, à l’initiative de Marie Curie et de sa fille Irène, des voitures radiologiques ambulantes destinées à mieux diagnostiquer les blessures de guerre. Ces petites Curies » annoncent les

Histoire géo Leygues 1

(2)

Thème 6 : Faire la Guerre, faire la paix formes de conflits et modes de résolution

radiothérapies modernes contre le cancer par exemple. Mais, dans l’entre-deux-guerres, les applications de la recherche et de la connaissance en matière de radioactivité s’étendent. La radioactivité se trouve alors au cœur d’enjeux croissants.

II. La radioactivité : une connaissance aux enjeux croissants (« géostratégiques pour les États et les scientifique) et prise en main par les États à partir des années 30.

C’est dans les années Trente que la production scientifique prend une tournure militaire. La découverte de la radioactivité artificielle en 1934 ouvre la voie à celle de l’énergie nucléaire pouvant être utilisée pour fabriquer des bombes. En effet, en 1938, des physiciens allemands mettent en évidence la fission nucléaire de l’uranium. L’armement nucléaire devient alors un enjeu crucial pour les Etats durant les contextes de la Seconde Guerre mondiale et la Guerre froide.

A. Les États et l’enjeu de l’armement nucléaire dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale.

Ainsi, dès 1939, on voit l’Etat des Etats-Unis financer un programme de recherches sur la réaction nucléaire en chaîne. Einstein informant le président du projet identique de l’Allemagne nazie (en copiant les Américains ; « Plan Uranium »), les Etats-Unis lancent le projet Manhattan chargé de produire la BA en 1942. Ils sont d’ailleurs le 1er pays à en faire usage les 6 et 9 août 1945 sur les villages d’Hiroshima et Nagasaki, pour faire plier le Japon. Dès 1943, l’URSS de Staline lance aussi un programme nucléaire, beaucoup plus modeste. Mais à partir de 1947 s’amorce une course aux armements entre les puissances de l’ouest et de l’est.

B. Les États et l’enjeu de l’armement nucléaire dans le contexte de la Guerre froide.

Cependant, de 1945 à 1955 l’URSS intensifie son programme de fabrication de l’arme atomique pour faire contrepoids à l’ennemi américain dans le contexte de la Guerre froide. En 1949 explose la 1ère bombe atomique soviétique alors que les Américains sont en passe de créer une bombe thermonucléaire très supérieure en puissance et testée pour la première fois en 1952.

Les guerres favorisent donc une course à l’armement nucléaire qui nécessite une mobilisation de la recherche et la production de connaissances scientifiques dans le domaine de la radioactivité. Face à l’exploitation militaire et meurtrière de leurs recherches et productions scientifiques, certains chercheurs manifestent leurs inquiétudes.

C. Les inquiétudes des scientifiques face à l’exploitation militaire de leurs recherches et productions scientifiques :

C’est ainsi qu’en août 1948, A. Einstein adresse un message pacifiste contre l’utilisation de l’arme nucléaire au Congrès des intellectuels pour la paix. Egalement, en 1950, en pleine guerre froide, est lancé l’appel de Stockholm par le Mouvement mondial des partisans de la paix qui se bat pour l’interdiction de l’arme atomique. F. Joliot Curie, profondément marqué par l’usage de la BA au Japon, et qui a toujours refusé de s’engager dans sa fabrication, est à l’initiative de cet appel. Le domaine de la radioactivité est aussi un enjeu pour les Etats en temps de paix.

Histoire géo Leygues 2

(3)

Thème 6 : Faire la Guerre, faire la paix formes de conflits et modes de résolution

D. Les États et l’enjeu de la coopération scientifique en temps de paix.

Le traité Euratom en est la preuve. Signé en mars 1957 en même temps que le traité de Rome qui institue la CEE (communauté économique européenne ou marché économique commun entre la France, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg), ce texte prévoit des actions pour faciliter la production et la diffusion de connaissances dans le domaine de la radioactivité comme la création d ‘un centre commun de recherches nucléaires et d’écoles pour la formation de spécialistes.

Conclusion du jalon : Aujourd’hui, on connaît les propriétés de la radioactivité, employées dans une multitude de domaines (médecine, agriculture, agroalimentaire, militaire..), mais aussi ses dangers qui amènent à en limiter et en contrôler l'utilisation.

Conclusion : La maîtrise du savoir est donc à la fois un instrument de pouvoir et la condition de l'autonomisation et de l'épanouissement des individus. La production et la diffusion des connaissances impliquent des mécanismes de coopération, d'échanges, de circulation des savoirs qui relèvent à la fois de politiques mises en place par les États et de la mobilisation d'acteurs individuels et collectifs.

Histoire géo Leygues 3

Références

Documents relatifs

Pour le financement, le développement et l’exploitation du port sec, trois options peuvent être envisagées  : (i) Option 1 : financement par le secteur public et

Si les porte-parole britanniques proclament urbi et orbi que leur proposition d'une zone de libre-échange n'a d'autre but que de tendre vers la libéralisa- tion du

Ouvraison , transformation ou montage pour lesquels sont utili ­ sés des produits, parties et pièces détachées « non originaires » dont la valeur n'excède pas 40 % de la valeur

désir de créer une union économique, a stimulé les pays qui étaient politiquement liés à la Communauté comme ceux qui avaient des relations commerciales étroites

Les États membres suppriment entre eux, au plus tard à la fin de la première étape, les droits de douane à l'exportation et les taxes d'effet équivalent. Les dispositions des

Le marché unique : le traité de Rome (25 mars 1957) avait créé un marché commun entre 6 pays fondateurs (France, Allemagne, Italie, Belgique, Luxembourg et Pays- Bas).. L’Acte Unique

Ainsi, dès le début des années 1970, avec le dérèglement du système moné- taire international, s'orienter vers l'Union monétaire de l'Europe devint une urgence (tome

La Banque centrale européenne adopte les mesures nécessaires à l'accomplissement de ses missions conformément aux articles 127 (105) à 133 (111bis) et 138 (115C) et aux