II. DISPOSITIONS CONTRACTUELLES

II.15 D ÉPÔT CHEZ UN SÉQUESTRE

Dans le cadre de l’exécution du présent marché et des mesures transitoires, le prestataire de services devra, au plus tard 30 jours après la signature du PV de réception provisoire, déposer auprès d’un séquestre le code source des développements spécifiques. Il en fera de même pour chaque modification ou mise à jour de ceux-ci et de la documentation technique (appelée « matériel déposé ») y afférent, sous la forme d’un environnement utilisable, à l’intention du SPF Finances.

Après signature du contrat, le prestataire de services informera le SPF Finances aussi rapidement que possible quant aux développements spécifiques provenant de tiers qui sont utilisés pour fournir les services. De commun accord avec le SPF Finances, il sera alors spécifié quelles règles devront être adoptées et quelles garanties complémentaires devront être demandées le cas échéant à ces tiers pour assurer la continuité du droit d’utilisation de ces développements spécifiques en tant que part desdits services et ce, aussi bien pendant l'exécution de ce marché que dans la perspective d'une transition éventuelle. Pour autant que cela s’avère raisonnablement nécessaire, le prestataire de services se fera fort d’obtenir de ces tiers qu’ils déposent chez un séquestre le code source des développements spécifiques utilisés pour la prestation des services et ce, sous les mêmes conditions spécifiées dans le présent article.

Le prestataire de services est entièrement responsable de la consignation du matériel déposé. Le prestataire de services veillera à ce que la version du matériel déposé chez le séquestre soit toujours à jour et sous la forme d’un environnement utilisable.

Le SPF Finances a le droit de faire vérifier à tout moment le contenu du matériel déposé.

L’indemnité payée par l’Administration publique pour la fourniture des services englobe les services du séquestre et les coûts liés à la création et à la consignation du matériel déposé.

II.16

Facturation, paiement et révision des prix

II.16.1

Facturation et paiement

Dans la mesure où le pouvoir adjudicateur est en possession d’une facture régulièrement établie (avec mention de la TVA et du numéro du bon de commande correspondant), accompagnée du procès-verbal de réception provisoire, la procédure est la suivante :

• Pour les fournitures et services, tout le montant dû est facturé à la réception provisoire. Les acomptes ne sont pas possibles ; les paiements ne peuvent être effectués qu’a posteriori, pour des fournitures ou services déjà livrés et acceptés.

• Les paiements périodiques relatifs à la maintenance seront facturés par échéances annuelles. Les droits de licence sont facturés chaque année au début du terme.

• Les frais relatifs aux services (complémentaires / auxiliaires) prestés peuvent être facturés dès leur achèvement et leur acceptation (joindre PV de réception avec time-sheet)

La facture doit être établie en euros.

L'adjudicataire envoie ses factures (en deux exemplaires) à l'adresse suivante : SPF Finances

Gestion des Engagements des Services d’Encadrement North Galaxy B 22

Boulevard du Roi Albert II, 33, boîte 785 1030 Bruxelles

Le paiement est effectué dans les 50 jours calendrier à dater de la réception de la facture. Les intérêts de retard seront calculés conformément à l'article 15, §4 du cahier général des charges.

II.16.2

Révision des prix

Pour les fournitures, aucune révision de prix n'est autorisée.

La révision des prix des services est possible.

Les règles de révision sont les suivantes :

Les prix peuvent être revus annuellement.

Chaque année, le prestataire demande la révision du prix par lettre recommandée adressée au Pouvoir Adjudicateur, Service d'encadrement B&CG, Division Engagements, bd Roi Albert II 33 bte 785, 1030 Bruxelles.

La révision des prix entre en vigueur :

o le jour anniversaire de l'avis d'attribution du marché si le prestataire a introduit sa demande de révision avant cette date. La révision des prix ne concerne que les services effectivement prestés après l'anniversaire de l'attribution du marché.

o le 1er jour du mois qui suit l'envoi de la lettre recommandée si le prestataire a laissé passer un ou plusieurs anniversaires. La révision des prix ne concerne que les services effectivement prestés après la date visée ci-dessus (attention : le prestataire de services doit introduire une nouvelle demande pour la révision des prix des services à prester après l'anniversaire suivant).

La révision des prix se calcule suivant la formule :

 

 

 +

= * 0 , 8 * 0 . 2

0

0

S

P S P

où :

P = prix revu P0 = prix initial

S0 = indice salarial AGORIA (seulement pour les prestataires belges ; les prestataires étrangers doivent proposer un indice analogue) - moyenne nationale, charges sociales comprises, pour les contrats à partir du 11/07/1981, valable le mois qui précède l'ouverture des offres.

S = comme S0 ci-dessus, mais valable le mois qui précède le jour anniversaire de la notification de l'attribution du marché.

Pour les indices, voir : http://www.agoria.be

Le pouvoir adjudicateur se réserve le droit de revoir les prix en cas de baisse de l'indice. Dans ce cas, la révision suit les règles ci-dessus, sauf que la lettre recommandée émane du pouvoir adjudicateur.

II.16.3

Clause du client le plus avantagé

L’adjudicataire considérera le SPF Finances comme étant le client le plus favorisé.

Si le marché court sur plusieurs années, l’adjudicataire adaptera chaque année, à partir de la deuxième année de l'exécution du contrat, les prix pour ce marché, en appliquant les prix les plus bas qu'il propose pour des prestations similaires aux autres clients en Belgique, pour autant que ces prix les plus bas soient inférieurs aux prix à l'unité valables au début du marché.

Les déclarations faites à ce sujet par l’adjudicataire, qui sont déterminantes pour le respect de cette obligation, pourront être vérifiées dans les livres de l’adjudicataire par un auditeur, payé par le SPF Finances, pendant les heures de bureau et sans déplacement des documents pertinents.

L'auditeur se limitera à certifier ou à ne pas certifier les données pertinentes. Si l'auditeur conclut à la non certification, l’adjudicataire disposera de 30 jours civils pour adapter les prix.

Cette adaptation des prix peut se faire une seule fois par an.

II.17

Publicité - référencement

Aucun avis, communiqué de presse, rapport informationnel de recherche, et/ou avis public semblable concernant ce projet ne peut être publié par l’adjudicataire ou par ses sous-traitants sans approbation écrite préalable d'un représentant autorisé du SPF Finances.

II.18

Livraisons en retard

L'adjudicataire peut se prévaloir des carences, lenteurs ou faits quelconques qu'il impute au pouvoir adjudicateur ou à ses agents et qui lui occasionnent un retard et/ou un préjudice, en vue d'obtenir la prolongation des délais d'exécution, la révision ou la résiliation du marché et/ou des dommages-intérêts.

Le pouvoir adjudicateur peut se prévaloir des carences, lenteurs ou faits quelconques qu'il impute à l'adjudicataire ou à son personnel et qui lui occasionnent un retard et/ou un préjudice, en vue d'obtenir la révision ou la résiliation du marché et/ou des dommages-intérêts.

Sous réserve des prescriptions concernant les mesures prévues d’office aux articles 20, 66 et 75 du Cahier général des charges, et si la livraison d’une phase déterminée n’a pas eu lieu trois mois après la date d’exécution convenue, et si l’adjudicataire n’a pas, dans l’intervalle, obtenu une prolongation du délai de livraison, l’Administration se réserve le droit de renoncer au marché (cf. article 9, A.R. du 26 septembre 1996).

Dans ce contexte, la livraison doit être considérée comme une livraison de biens et de services.

II.19

Moyens de défense de l’administration - Litiges

Les moyens d'actions du SPF Finances sont ceux prévus aux articles 20 et 75 du Cahier général des Charges (en annexe à l'arrêté royal du 26 septembre 1996).

Le marché doit être élaboré, interprété et exécuté conformément au droit belge.

Les parties s'engagent à respecter leurs obligations de bonne foi et à coopérer en vue de la réussite de l'opération. Les litiges relatifs aux obligations découlant des dispositions qui régissent le marché doivent être réglés en concertation.

• Les parties devront préalablement à tout autre recours, essayer de régler l'affaire à l'amiable.

A cette fin, la partie la plus diligente notifiera à l'autre partie par simple lettre recommandée la mauvaise exécution du contrat. Un mode de solution sera, si possible, joint à la notification. L'autre partie disposera d'un délai de 15 jours de calendrier à compter de l'envoi de la lettre recommandée pour en accuser réception et donner son accord sur la solution proposée.

• A défaut d'accord et avant de faire valoir leurs droits en justice, les parties s'efforceront de trouver un compromis par la voie des négociations qui seront engagées dès qu'il est apparu que l'affaire ne peut être réglée à l'amiable. Les négociations se tiendront à l'adresse indiquée au point « fonctionnaire dirigeant » de la partie II en présence des personnes désignées à cette fin par les deux parties. Sauf accord contraire, les négociations ne pourront excéder une durée de 30 jours à dater de la première lettre recommandée.

Tous les litiges relatifs à l’exécution de ce marché sont exclusivement tranchés par les tribunaux compétents de l’arrondissement judiciaire de Bruxelles. La langue véhiculaire est le français ou le néerlandais.

Le pouvoir adjudicateur n'est en aucun cas responsable des dégâts aux personnes ou aux biens qui sont la conséquence directe ou indirecte des activités nécessaires à l'exécution du présent marché.

L’adjudicataire garantit le pouvoir adjudicateur contre toute action en dommages et intérêts par des tiers à cet égard.

In document CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE PUBLIC DE SERVICES MISE EN PLACE D UNE SOLUTION ESB APPEL D OFFRES GÉNÉRAL (Page 39-43)

Related documents