Haut PDF Syndrome Coronarien Aigu ST+ : thrombolyse aux urgences : à propos de 43 cas

Syndrome Coronarien Aigu ST+ : thrombolyse aux urgences : à propos de 43 cas

Syndrome Coronarien Aigu ST+ : thrombolyse aux urgences : à propos de 43 cas

Results: The data of 43 patients have been recensed for analysis with a frequency of 43% of admissions at emergency department for chest pain. The mean age was 55 ± 8 years, with 36 men against 7 wemen. Three cardiovascular risk factors were predominating: tabagism 80%, diabetes 40% and hypertension 15%. Myocardial infarction was anterior in 65%, inferior in 28% and circonferenciel in 7%. The mean delay between hospitalization and thrombolysis was 4± 2 hours. Thrombolytic treatment was administred to all patients, the thrombolytic agent used was: Streptokinase in 10%, Anistreplase in 50%, Altéplase in 20% and Ténectéplase in 20%. The most widely used drugs were: aspirin ,nitrates ,heparin ,betablockers, clopidogrel, statins and angiotensin converting enzyme inhibitors. The global mortality was 6,9%. The main complications are: trouble of conduction (4,65%), hemodynamics impairement (13,95%).
En savoir plus

142 En savoir plus

Prise en charge du syndrome coronarien aigu aux urgences de lHpital Militaire Avicenne  la lumire des dernires recommandations

Prise en charge du syndrome coronarien aigu aux urgences de lHpital Militaire Avicenne la lumire des dernires recommandations

C’est une étude rétrospective descriptive qui a inclus 80 patients admis dans les services des urgences et de cardiologie de l’Hôpital Militaire Avicenne de Marrakech, comprise entre janvier 2016 et décembre 2018. Dans la population étudiée, on note une légère prédominance du SCA ST+ (56,25%). Notre étude montre que la population est essentiellement de sexe masculin avec un sexe ratio de 12,3 ; un âge moyen de 60,8 ans avec des extrêmes d’âge allant de 32 ans à 85 ans. Les facteurs de risque prédominants sont respectivement le tabagisme (55%), l’hypertension artérielle (45%), le diabète (41,25%), la dyslipidémie de (18.75%) et l’obésité (17,5%). A noter que 75% des malades avaient au moins deux facteurs de risque, 31% avaient des antécédents d’IDM et 20% un antécédent d’angioplastie. La douleur thoracique était révélatrice chez 100% des cas parmi lesquels 76,25% avait une douleur typique, avec 83,75% classés KILLIP I. Le délai moyen d’admission était très allongé (96h) avec seulement 18,75% des cas admis dans les premières 12h.
En savoir plus

143 En savoir plus

4TPrise en charge du syndrome coronarien 4TAigu aux urgences de lhpital militaire 4TAvicenne ( propos de 30 cas)

4TPrise en charge du syndrome coronarien 4TAigu aux urgences de lhpital militaire 4TAvicenne ( propos de 30 cas)

XII. 1. Stratégie de prise en charge : En règle générale, le diagnostic d’un SCA ST(+) doit avoir lieu durant les dix premières minutes suivant le contact médical initial (médecin de famille, service de secours sur place, unité d’urgence). Une intervention au laboratoire de cathétérisme cardiaque le plus proche est indiqué dans les 12 à 24 heures après survenue de la douleur. Durant cette fenêtre thérapeutique, chaque minute compte, le patient doit recevoir un traitement le plus rapidement possible (objectif: intervention durant les 60 à 90 premières minutes après contact médical initial). Pour les patients avec STEMI se présentant >24 heures après la survenue de l’événement douloureux initial, une intervention est pertinente uniquement en cas de signes d’une ischémie persistante (les symptômes n’ont pas disparu) ou d’instabilité hémodynamique. Si une intervention au laboratoire de cathétérisme cardiaque n’est pas possible dans les prochaines 120 minutes, une lyse peut être envisagée dans un délai de 12 heures après le début des douleurs. La capacité de l’hôpital et l’expérience du médecin traitant semblent avoir une influence sur le déroulement clinique, la durée et les coûts d’hospitalisation (76).
En savoir plus

132 En savoir plus

Syndrome coronaire aigu et diabte type 2 : tude de 244 cas

Syndrome coronaire aigu et diabte type 2 : tude de 244 cas

Dans notre série, seulement 16 patients diabétiques soit 15,3% admis pour un syndrome coronarien avec surélévation de segment ST versus 29 patients soit 42% chez les patients non diabétiques , avaient eu de la thrombolyse en raison du délai d’admission souvent au-delà de la 12ème heure du début présumé de la douleur, et l’instabilité de l’état hémodynamique chez les patients diabétiques. Ceci peut être expliqué par la fréquence de la symptomatologie atypique chez les patients diabétiques. Ce qui est concordant avec les données de la littérature: seulement 8,3 % des patients diabétiques ont été thrombolysés dans la série Ben salem [3], et 10% dans l’étude Hirkawa [34].
En savoir plus

82 En savoir plus

Syndrome coronarien aigu au CHU de Pointe-à-Pitre / Abymes : évaluation de la prise en charge à la phase aiguë et du niveau des connaissances médicales des patients : à propos de 93 dossiers

Syndrome coronarien aigu au CHU de Pointe-à-Pitre / Abymes : évaluation de la prise en charge à la phase aiguë et du niveau des connaissances médicales des patients : à propos de 93 dossiers

La structuration de la filière doit également permettre d‟éviter au maximum le passage via le service des urgences d‟un patient présentant un SCA ST+. Cela constitue en effet souvent une perte de temps avant l‟admission en salle de cathétérisme. Les données de cette étude fournissent un « cliché à l‟instant T » de la filière. Celles-ci pourraient être idéalement relayées par la création d‟un registre exhaustif régional, permettant la réalisation d‟évaluations régulières, avec pour principal objectif l‟optimisation de la prise en charge notamment en termes de délais.
En savoir plus

116 En savoir plus

Limpact du dosage de la troponine ultrasensible dans la prise en charge du syndrome coronarien aigu Exprience de l'Hpital Militaire Avicenne de Marrakech. Etude rtrospective  propos de 70 cas

Limpact du dosage de la troponine ultrasensible dans la prise en charge du syndrome coronarien aigu Exprience de l'Hpital Militaire Avicenne de Marrakech. Etude rtrospective propos de 70 cas

(avec un coefficient de variation nꞌexcédant pas 10%) qui permet de détecter des concentrations 10 fois plus petites par rapport aux techniques précédentes. Dans cette étude rétrospective et monocentrique, 70 patients sont admis aux urgences pour douleur thoracique faisant suspecter un SCA sur une période allant du Juin 2014 au Mars 2016, ont bénéficié dꞌun dosage de la troponine T ultra-sensible à l’admission et 3 heures après lꞌadmission.

86 En savoir plus

Syndrome coronarien aigu - RERO DOC

Syndrome coronarien aigu - RERO DOC

2 INTRODUCTION La prise en charge aux urgences de patients avec douleurs thoraciques (DT) est un événement fréquent. Une stratification du risque est donc nécessaire pour une prise en charge efficace en cas de syndrome coronarien aigu (SCA) confirmé (1-4). Dans cette situation, une question fondamentale se posera au médecin responsable du patient : y a-t- il des signes électrocardiografiques d’infarctus aigu du myocarde (IAM) et, donc des critères pour procéder à une thrombolyse (TR) ou à une angioplastie coronarienne transluminale percutanée (PTCA) en urgence? En présence d’un angor instable (AI), l’estimation du risque lié à la maladie coronarienne permet d’orienter la prise en charge selon un arbre décisionnel pré-établi (5, 6, 7). Aux-Etats Unis, il y a plus de 2 millions de personnes qui sont hospitalisées en raison de DT suggestives pour un SCA chaque année : celui-ci sera confirmé dans moins que 20% des cas (6). D’autres données dans la littérature indiquent des pourcentages allant de 1,2 à 18,3% parmi les patients hospitalisés pour DT/suspicion de SCA (8, 9). S’agissant en première intention de déceler una maladie à haute incidence, avec des taux de mortalité et morbidité consistants, on essayera de trouver des solutions pour permettre dès l’admission l’identification des patients à risque et donc nécessitant une thérapie immédiate. Souvent les cas sont incertains mais on
En savoir plus

66 En savoir plus

Prevention secondaire apres syndrome coronarien aigu

Prevention secondaire apres syndrome coronarien aigu

angor instable). Le diagnostic d’infarctus avec élévation du segment ST exige un transfert immédiat vers un centre hospitalier afin de pro- céder le plus rapidement possible à une revascu- larisation chimique par thrombolyse ou mécanique par angioplastie. Dans le cas d’angor instable ou d’infarctus sans onde Q, l’urgence est moins aiguë et le risque morbide sera appré- cié par la présence de modifications électrocar- diographiques, de marqueurs biologiques (troponines) ou d’un contexte clinique (patient diabétique, antécédents coronariens, signes d’in- suffisance ventriculaire gauche). La mesure de la CRP par méthode ultrasensible peut égale- ment s’avérer utile. Dans ces situations cli- niques, le diagnostic doit être immédiatement confirmé par un cardiologue afin d’orienter la stratégie thérapeutique vers un traitement médi- cal ou de reperfusion (percutanée ou chirurgi- cale).
En savoir plus

4 En savoir plus

Syndrome coronarien aigu ST+ dans le Béarn : les femmes sont-elles l'égal des hommes ? À propos d'une étude rétrospective sur un an

Syndrome coronarien aigu ST+ dans le Béarn : les femmes sont-elles l'égal des hommes ? À propos d'une étude rétrospective sur un an

 Théorie du préconditionnement Certains auteurs évoquent la théorie du préconditionnement, qui manquerait aux femmes. Chez les animaux, de brefs épisodes d'ischémie avant une occlusion coronaire totale protègent le cœur et se traduisent par une plus petite taille de l'infarctus du myocarde. Chez l'homme, les épisodes d'angor avant un infarctus aigu du myocarde peuvent aussi conférer un « préconditionnement » ou effet protecteur, l'angor étant souvent associé à de plus petits infarctus, à des réductions de la dysfonction ventriculaire, des arythmies, de l'incidence des phénomènes de no- reflow, et, dans certains cas, à l'amélioration de la survie. L'effet protecteur du préconditionnement chez l'homme est caractérisé par des variations individuelles marquées et semble être atténué chez les femmes, les personnes atteintes de diabète et les personnes âgées (49).
En savoir plus

93 En savoir plus

La reperfusion spontanée du syndrome coronarien aigu avec sus décalage du segment ST : prévalence, facteurs prédictifs et impact pronostique : étude prospective sur 193 patients suivis pendant 1 an

La reperfusion spontanée du syndrome coronarien aigu avec sus décalage du segment ST : prévalence, facteurs prédictifs et impact pronostique : étude prospective sur 193 patients suivis pendant 1 an

89 stratégie invasive reste débattue. Doit-on réaliser une angioplastie immédiate ou peut-on mettre en place une approche conservatrice avec angioplastie retardée ? Nous savons que l’angioplastie immédiate est efficace et peut être réalisée dans de bonne condition de sécurité. A contrario certains auteurs (82) ont montré qu’une attitude conservatrice avec angioplastie retardée dans les 48 heures était tout aussi réalisable en toute sécurité et permettait même de réduire de 20% le nombre de stent implanté du fait d’une amélioration des images angiographiques des lésions coupables. Dans notre travail sur les 49 patients où il a été mis en évidence un flux TIMI 3 en pré-angioplastie seulement 22% ont eu une angioplastie différée. I l pourrait donc être intéressant d’étudier cette stratégie de prise en charge chez cette catégorie de patient admis pour SCA ST+.
En savoir plus

104 En savoir plus

Syndrome coronarien aigue Epidémiologie et prise en charge

Syndrome coronarien aigue Epidémiologie et prise en charge

Évaluation continue du risque L’évaluation du risque est un processus continu. L’état du patient doit être réévalué plusieurs fois au cours des 24 heures suivant son admission. Les caractéristiques cliniques à évaluer comprennent les signes et symptômes d’ischémie récurrente et d’insuffisance cardiaque et la présence d’une instabilité hémodynamique ou d’arythmies potentiellement mortelles. On doit également surveiller les taux d’hémoglobine et d’électrolytes ainsi que la fonction rénale. Un ECG doit être réalisé toutes les 15 à 30 minutes tant que les symptômes persistent. Des modifications transitoires et évolutives du segment ST et de l’onde T peuvent contribuer à confirmer le risque élevé auquel le patient est exposé. Chez les patients qui ne présentent aucune caractéristique de risque élevé (taux de troponine inférieur au seuil de référence et résultats d’ECG ne permettant pas d’établir un diagnostic), l’ECG et le dosage de la troponine doivent être répétés au bout de 6 à 8 heures.
En savoir plus

56 En savoir plus

Les goitres plongeants : à propos de 43 cas, et revue de la littérature

Les goitres plongeants : à propos de 43 cas, et revue de la littérature

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

92 En savoir plus

Compréhension du rôle de la critique par les professionnels en biochimie clinique dans l'adoption de nouveaux marqueurs biochimiques du syndrome coronarien aigu

Compréhension du rôle de la critique par les professionnels en biochimie clinique dans l'adoption de nouveaux marqueurs biochimiques du syndrome coronarien aigu

Compréhension du rôle de la critique par les professionnels en biochimie clinique dans l'adoption de nouveaux marqueurs biochimiques du syndrome coronarien aigu L'adoption d'une no[r]

164 En savoir plus

Besoins d'apprentissage et sentiment d'auto-efficacité chez des patients atteints d'un syndrome coronarien aigu, à Girona, Espagne

Besoins d'apprentissage et sentiment d'auto-efficacité chez des patients atteints d'un syndrome coronarien aigu, à Girona, Espagne

En tant qu’infirmières, nous souhaitons connaître les besoins des patients concernant la maladie dont ils atteints lorsqu’ils sont hospitalisés à l’unité de cardiologie et au moment du r[r]

180 En savoir plus

Évaluation de l’influence des maladies chroniques sur le niveau de la troponine T cardiaque hypersensible chez les patients âgés  en l’absence de syndrome coronarien aigu

Évaluation de l’influence des maladies chroniques sur le niveau de la troponine T cardiaque hypersensible chez les patients âgés en l’absence de syndrome coronarien aigu

Les premiers biomarqueurs utilisés dans la détection de l'ischémie sont l'aspartate aminotransférase, le lactate déshydrogénase totale et les isoenzymes du lactate déshydrogénase. Une étude antérieure a rapporté une augmentation des taux circulants de l'enzyme aspartate aminotransférase chez les patients atteints d'infarctus aigu du myocarde (Omland, 2010). Par la suite, l'enzyme créatine kinase, et son isoforme MB, était un marqueur supplémentaire de la lésion (Omland, 2010). Avec l'introduction de normes de référence plus spécifiques, l'isoenzyme de la créatine kinase MB était utilisé pour détecter les myopathies, les traumatismes, les convulsions. Cependant, ces biomarqueurs ont une large distribution tissulaire qui limite considérablement la spécificité de la nécrose myocardique. Ces biomarqueurs ne doivent donc plus être utilisés dans l'évaluation de l'IM aigu. La nouvelle génération de biomarqueurs cardiaques comprenait la créatine kinase (CK), protéine porteuse cytosolique des phosphates de haute énergie (Omland, 2010). La créatine kinase MB (CK-MB) est une isoenzyme de la créatine kinase la plus abondante dans le cœur. Cependant, CK-MB constitue également 1% à 3% de la créatine kinase dans le muscle squelettique et est présent dans une petite fraction dans d'autres organes tels que l'intestin grêle, l'utérus, la prostate et le diaphragme (Ohman et al., 1996). Par conséquent, la spécificité de CK- Le bromure de méthyle peut être réduit en cas de blessure grave de ces organes, en particulier du muscle squelettique. En 1999, la National Academy of Clinical Biochemistry a proposé que les troponines cardiaques spécifiques (cTn) soient utilisées comme marqueurs sérologiques standard pour diagnostiquer l'IDM (Wu et al., 1999).
En savoir plus

83 En savoir plus

Pépite | Prise en charge des douleurs thoraciques et du patient suspect de syndrome coronarien à l’accueil du service des urgences adultes du CHU de Lille

Pépite | Prise en charge des douleurs thoraciques et du patient suspect de syndrome coronarien à l’accueil du service des urgences adultes du CHU de Lille

12. « Devenir des patients admis aux urgences du CHU Hôtel-Dieu de Nantes pour une douleur thoracique et directement renvoyés à domicile : étude prospective à 60 jours ». EM-Consulte. 13. Nilsson, Jens C., Bjoern A. Groenning, Gitte Nielsen, Thomas Fritz- Hansen, Jürgen Trawinski, Per R. Hildebrandt, Gorm B. Jensen, Henrik B. W. Larsson, et Lars Sondergaard. « Left Ventricular Remodeling in the First Year after Acute Myocardial Infarction and the Predictive Value of N-Terminal pro Brain Natriuretic Peptide ». American Heart Journal 143, n o 4 (1 avril 2002)
En savoir plus

62 En savoir plus

Remodelage précoce du ventricule gauche après un accident coronarien aigu

Remodelage précoce du ventricule gauche après un accident coronarien aigu

morbidité au cours des mois et des années qui vont suivre [3, 4] . C’est pourquoi toutes les mesures thérapeutiques sont mises en œuvre pour éviter la dilatation en agissant sur ses causes le plus en amont possible : diminution de la durée et de l’étendue de l’ischémie myocardique par une revascularisa- tion aussi rapide que possible ; diminution des lésions de reperfusion et, en cas d’infarctus constitué, limitation de la dilatation ventriculaire. Ces objectifs constituent autant de sujets de recherche expérimentale et clinique pour diminuer la mortalité, non plus à court terme, mais à moyen et long terme, des patients atteints d’un syndrome coronarien aigu.
En savoir plus

8 En savoir plus

Évaluation de l’utilisation du protocole d’exclusion rapide dans la prise en charge des douleurs thoraciques suspectes de syndrome coronarien aigu : évaluation des pratiques aux Urgences Générales du Centre Hospitalier d’Arcachon

Évaluation de l’utilisation du protocole d’exclusion rapide dans la prise en charge des douleurs thoraciques suspectes de syndrome coronarien aigu : évaluation des pratiques aux Urgences Générales du Centre Hospitalier d’Arcachon

4.3 Limites Méthodologiques Notre étude comporte plusieurs limites méthodologiques. Il s’agit d’une étude monocentrique et rétrospective à l’origine de biais de suivi et d’informations inévitables. Un biais de sélection pourrait être lié au mode de recrutement des patients. En effet, seuls les patients ayant le motif « douleur thoracique suspecte de SCA » à l’entrée aux urgences ont été inclus, négligeant les douleurs atypiques. En effet, des études suggèrent que les présentations atypiques sont plus fréquentes chez les femmes diagnostiquées NSTEMI (71,72). Cette différence de recrutement peut avoir influencée la fréquence du diagnostic de NSTEMI vers une sous-évaluation. Ensuite, un biais de sélection pouvait également exister dans l’analyse comparative. Deux périodes distinctes, l’une en hiver (janvier-février) et l’autre au printemps (mai-juin) ont été choisies, entrainant un biais potentiel dans les délais de prise en charge. En effet, même si l’activité des urgences en secteur médecine reste globalement similaire entre les deux périodes (44,4 vs 47,4 consultations par jours), l’augmentation du nombre de consultations en secteur traumatologie au printemps (52,2 vs 32,2 consultations par jour en hiver) sans augmentation du nombre de personnel, peut entrainer un écart dans les délais de prise en charge.
En savoir plus

88 En savoir plus

Évaluation de l’impact du HEART Score dans la douleur thoracique suspecte du syndrome coronarien aigu aux urgence

Évaluation de l’impact du HEART Score dans la douleur thoracique suspecte du syndrome coronarien aigu aux urgence

84 put être consultés en externe ou non. Enfin, l’accès aux données des cardiologues et aux comptes rendus des patients hospitalisés aurait pu être un plus dans notre étude. Cette étude rétrospective comporte de nombreux biais liés à la nature même de l'analyse. En effet, il existe tout d’abord un biais de recueil puisque l’ensemble des données sont observées à postériori et que seul l’urgentiste en poste connait les véritables spécificités du patient. En effet, de nombreuse données sont manquantes dans les dossiers. Par exemple, l’IMC du patient n’est que rarement retranscrit dans les dossiers médicaux des urgences, or, c’est un paramètre important de l'évaluation du risque. Il en va de même pour les facteurs de risque cardiovasculaire pour lesquels beaucoup de dossiers ont été exclus devant un manque de données ou le fait simple rapporté qu’il n’y avait pas de facteurs de risque cardiovasculaires. De nombreux dossiers n'ont pu être analysés devant l’absence d’information sur les résultats des examens complémentaires. En effet, au même titre que les anomalies, la normalité des examens complémentaires devrait être recueillie au même titre que les anomalies du dossier médical en cours.
En savoir plus

97 En savoir plus

Sevrage tabagique en prévention secondaire d'un syndrome coronarien aigu : la place de la cigarette électronique

Sevrage tabagique en prévention secondaire d'un syndrome coronarien aigu : la place de la cigarette électronique

18 4. Recueil et gestion des données Nous avons inclus les patients, dans un premier temps, sur la base du codage établi en fin d’hospitalisation (cf. Annexe 1). La survenue d’un SCA est un évènement fort pour motiver le sevrage tabagique : par souci d’homogénéisation de notre population, les patients ayant déjà présenté un évènement coronarien aigu étaient exclus afin de ne pas sélectionner des patients réfractaires au sevrage. Nous avons également exclu les patients de plus de 75 ans, les résultats sur la prévalence et l’intérêt du sevrage au-delà de cet âge étant peu nombreux. A partir du dossier médical de ces patients, nous avons vérifié leur statut tabagique au moment de l’évènement et les éventuels antécédents coronariens. A la lecture des dossiers des patients ayant reçu le codage correspondant à l’angor instable, le diagnostic final était parfois douteux. Nous avons donc inclus uniquement les patients ayant présenté un SCA ST+ ou un SCA NST+ avec élévation de la troponine. Nous avons ensuite récupéré leurs coordonnées téléphoniques et postales.
En savoir plus

53 En savoir plus

Show all 10000 documents...