Haut PDF Profil épidémiologique des tumeurs vertébrales chez l'adulte Expérience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI (2003-2010)

Profil épidémiologique des tumeurs vertébrales chez l'adulte Expérience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI (2003-2010)

Profil épidémiologique des tumeurs vertébrales chez l'adulte Expérience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI (2003-2010)

b. Scintigraphie : Elle n’est pas un examen de diagnostic étiologique, en particulier en urgence. Réalisée au Technetium 99m polyphosphate, elle peut être utile pour détecter les tumeurs du rachis, et chez les malades porteurs de cancer pour dépister l’apparition de métastases osseuses. Dans certaines tumeurs bénignes osseuses comme l’ostéome ostéoïde ou l’ostéoblastome, il existe une fixation isotopique intense très précoce, avant que les radiographies montrent une image pathologique, de même dans les métastases osseuses, elle peut être positive 3 à 18 mois avant les signes radiologiques. Cependant cette technique n’est pas spécifique des tumeurs et une fixation osseuse anormale peut s’observer dans de multiples processus de remaniements osseux : traumatisme, infection, maladies dégénératives (25-27-32) .
En savoir plus

181 En savoir plus

Profil épidémiologique et prise en charge des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure chez l'enfant de moins de 16 ans (2003-2010) Expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Profil épidémiologique et prise en charge des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure chez l'enfant de moins de 16 ans (2003-2010) Expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

PROFIL EPIDEMIOLOGIQUE ET PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE LA FOSSE CEREBRALE POSTERIEURE CHEZ L’ENFANT DE MOINS DE 16 ANS 20032003-2010 EXPERIENCE DU SERVICE DE NEUROCHIRURGIE CHU MOHAMME[r]

162 En savoir plus

Profil épidémiologique des métastases cérébrales : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Profil épidémiologique des métastases cérébrales : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

d’origine. Ce coefficient de diffusion est plus élevé dans les tumeurs que dans le parenchyme sain. L’imagerie de diffusion permettrait de différencier l’œdème de l’infiltration tumorale et de distinguer les portions nécrotiques et kystiques au sein des tumeurs (27,28,29). Elle apporterait des arguments pour différencier les gliomes des métastases (30). Elle permet également de faire le diagnostic des abcès qui présentent une diminution de leur coefficient apparent de diffusion (28). Une importante limite à cette technique est la grande sensibilité aux artefacts de susceptibilité magnétique des séquences en échoplanar, ce qui la rend peut performante dans les lésions hémorragiques ou situées à proximité des structures osseuses.
En savoir plus

129 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale des traumatismes de l’étage antérieur de la base du crane expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge neurochirurgicale des traumatismes de l’étage antérieur de la base du crane expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Résumé Résumé Résumé Résumé :::: Les traumatismes de l’étage de la base du crane sont assez fréquents, leur fréquence dans notre série est de 45,8 cas par an en moyenne, leur prise en charge pose des difficultés, le but de cette étude est d’analyser le profil épidémiologique de ces traumatismes ainsi que les problèmes diagnostiques et thérapeutiques que posent .Cette étude concerne 42 cas des traumatismes de l’étage antérieur de la base du crane colligés au service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech du Janvier2002 à décembre 2011.l’âge moyen de nos patients était de 29,4 ans avec une prédominance masculine(78,6%).les accidents de la voie publique représentent la première cause chez l’adulte, par contre chez l’enfant, ce sont les chutes qui en sont la principale cause. le diagnostic est actuellement facilité par le scanner, cependant le diagnostic d’une brèche ostéoméningée pose beaucoup de problèmes et reste surtout clinique devant des rhinorrhée persistant ou méningite récidivante.la méningite représente la redoutable complication, le traitement chirurgical est très discuté et le taux de mortalité est de l’ordre de 7,14%.
En savoir plus

109 En savoir plus

Traitement endoscopique de l’hydrocéphalie : expérience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech - A propos de 21 cas

Traitement endoscopique de l’hydrocéphalie : expérience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech - A propos de 21 cas

Selon la littérature, des ponctions lombaires soustractives répétées peuvent être une solution à ces écoulements (28). 10-3 Les collections sous durales : Selon la littérature, l’hématome sous dural chronique est l’une des rares complications de la VCS (8, 63, 73, 79). Cependant, cette complication est très bien connue chez les patients hydrocéphales traités par shunt (34, 93, 103). Le mécanisme de cet hématome est un excès de drainage du LCS. Ce même mécanisme peut aboutir à une craniosténose, une fente des ventricules, un syndrome d’hypotension intracrânienne. L’incidence de cet excès de drainage varie entre 10% et 12% et il représente moins de 10% d’échec du shunt dans les séries pédiatriques et plus de 30% dans les séries des adultes (56, 93).
En savoir plus

156 En savoir plus

Prise en charge Neurochirurgicale des tumeurs ventriculaires, Expérience du service de neurochirurgie du CHU Med VI, Marrakech période allant de l'an 2006 à l'an 2010

Prise en charge Neurochirurgicale des tumeurs ventriculaires, Expérience du service de neurochirurgie du CHU Med VI, Marrakech période allant de l'an 2006 à l'an 2010

Ces tumeurs représentent 9.2% des tumeurs cérébrales. Elles sont plus fréquentes chez l’enfant.L'âge moyen de nos patients était de 18.6 ans. Le sexe ratio H/F est de 1.66, avec une prédominance masculine (62.5%). Le délai moyen de diagnostic était de 6 mois. Le tableau clinique était dominé par le syndrome d’hypertension intracrânienne (93.7%) et le syndrome cérébelleux (40%) . Une tomodensitométrie a été réalisée chez 93.7% des patients. Le quatrième ventricule était le plus touché (56.2%) . Les interventions de dérivation (62.5%) et d’exérèse tumorale (100%) étaient à la base du traitement . Ont été associés, la radiothérapie (43.7%) et la chimiothérapie (34.4%). Les suites postopératoires étaient simples chez 72% des patients et les principales complications étaient : la méningite postopératoire (9.4%) et les déficits neurologiques (9.4%) .La mortalité globale était de 3.1% . Les types histologiques les plus rencontrés étaient l’épendymome (50%) chez l’enfant et l’astrocytome ( 57.2%) chez l’adulte. Nous avons noté 5 cas de récidives tumorales soit 15.6% des cas.
En savoir plus

207 En savoir plus

Aspects neurochirurgicaux de la malformation de la charnière cervico-occipitale: Expérience du service de neurochirurgie: C.H.U Mohammed VI (de 2002 à 2010)

Aspects neurochirurgicaux de la malformation de la charnière cervico-occipitale: Expérience du service de neurochirurgie: C.H.U Mohammed VI (de 2002 à 2010)

This is retrospective study about 28 patients with cervico-occipital junction malformation who's were hospitalized in the department of neurosurgery of the university-hospital center Mohammed VI of Marrakech, from 2002 to 2010. There were 64,29% male and 35,71% female patients, ranging from 1 month to 68 years (mean, 32,28 years).the median length of symptoms before presentation was 4,3 years, with extreme 1 month and 12 years. One case of increased intracranial pressure was admitted in emergency. The common presenting symptoms and signs of COJM was : pain (86,8%), sensory disturbance (55,8%), motor weakness (36,8%), and unsteadiness (31,6%). The clinical syndrome of COJM was found to consist of the following: pyramidal syndrome (63,2%), sensory anesthesia (60,5%), motor weakness (44,7%), and muscular atrophy (36,8%). MRI, a new imaging technique has greatly facilited the diagnosis, to overtake computerized tomography reconstructions. Radiographs of the cervical spine keep always theirs place. Outside one patient, with syringomyelia, who’s were under medical treatment, all patients underwent surgery. 85,71%of patients had marked improved after operation, and 14,29% unchanged. There were no major operative complications or death. The cervico-occipital junction malformation is a congenital disorders with genetic component of transmission, characterized by underdevelopment of posterior cranial fossa and overcrowding of the normally developed hindbrain. Furthermore, early diagnosis and treatment are critical in obtaining the best outcome for the patient.
En savoir plus

114 En savoir plus

Implantation cochléaire : Expérience du service d'Oto-rhino-laryngologie du CHU Mohammed VI (2007-2010)

Implantation cochléaire : Expérience du service d'Oto-rhino-laryngologie du CHU Mohammed VI (2007-2010)

c. Implantation cochléaire et surdités post-linguales : Les évaluations des adultes implantés font l'objet de moins de publications et de recherches que celles des enfants. Après l’implantation, un programme de rééducation est mis en place basé sur la détection des sons de l’environnement, la discrimination, l’identification, la lecture minutée et l’utilisation du téléphone. La détection est rapidement acquise [107]. La progression globale des capacités aux tests de perception ou en liste ouverte de Fournier montrent une progression rapide des résultats. Ainsi 60 à 70 % des utilisateurs d'implant cochléaire de dernière génération présentent plus de 80% de reconnaissance correcte, sans lecture labiale, sur des phrases à contexte connu. Chez l'adulte sourd post-lingual [148], les performances de perception de la parole progressent très rapidement pendant la première année d'utilisation de l'implant cochléaire puis se stabilisent en plateau au cours de la seconde année.
En savoir plus

210 En savoir plus

Intrt de la neuronavigation en neurochirurgie: exprience du service de neurochirurgie de Lhpital Ar-razi CHU Mohammed VI

Intrt de la neuronavigation en neurochirurgie: exprience du service de neurochirurgie de Lhpital Ar-razi CHU Mohammed VI

The aim of our study is to evaluate the contribution of neuronavigation in the management of neurosurgical pathology in a 12 patients’ serie operated in the department of neurosurgery of the Ar-razi Hospital of Mohamed VI University Hospital of Marrakech during one year from August 1, 2016 to July 31, 2017. The age of our patients was between 30 and 78 with an average age of 54, and a female predominance of 58%. In our serie, three patients had a deep brain tumor, six others were followed for Parkinson's disease refractory to medical treatment, and isolated cases of hydrocephalus, osteomeningeal breccia and lumbar disc herniation.The MRI was performed for 10 patients, and CT for 2 patients. All patients were operated using the MEDTRONIC S7 stealthstation neuronavigation system. They were operated under general anesthesia with six cases of awake surgery for the placement of deep stimulation electrodes. All patients underwent counturing markings using a tracking computer system integrated into the neuro navigation system. The duration of the surgical procedure varied according to the indication with an average of 6 hours (0.33-11hours ) The planned interventions (biopsy, excision, NST stimulation, ventricular diversion ...) were successfully performed without intraoperative incidents. Postoperatively, a single patient operated for deep brain tumor presented a transient hemiparesis lasting five days.
En savoir plus

95 En savoir plus

Les encphalocles antrieures: exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Les encphalocles antrieures: exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Nous rapportons les observations de 14 cas d’encéphalocèles antérieures dans notre étude au service de neurochirurgie au niveau du CHU Mohammed VI de Marrakech pendant une durée de 4 ans de janvier 2011 à décembre 2014. La localisation nasoethmoidale était la plus fréquente (57 %) suivie par la localisation frontale (43 %).Toutes les malformations étaient diagnostiquées au scanner. Tous les cas ont bénéficié d’un traitement chirurgical avec résection de l’encéphale dysgénésique non fonctionnel et la fermeture des défect osseux et dure mèrien, avec une évolution favorable dans la plupart des cas (deux cas de méningite ont été notés avec bonne évolution sous antibiothérapie).
En savoir plus

128 En savoir plus

Bilan dactivit du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI (2002-2013)

Bilan dactivit du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI (2002-2013)

RESUME Le service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI vient de démarrer en tant que service de niveau tertiaire en l’an 2002. Ce travail, qui est un bilan d’activité de ce service, a pour but de dresser l’état des lieux, de comparer nos résultats avec ceux de la littérature, de soulever les principales contraintes au bon fonctionnement et enfin de formuler des suggestions de solutions afin d’améliorer nos performances. C’est une étude rétrospective qui a porté sur douze ans du fonctionnement du service allant du premier janvier 2002 au 31 décembre 2013. Elle s’est basée sur l’exploitation des données des patients hospitalisés durant cette période, rapportées sur des fiches d’exploitation puis analysées. Durant cette période, le service a admis 18486 patients. La pathologie colligée au service a été dominée par la pathologie traumatique neurochirurgicale avec 12398 cas (68,24%) dont 10908 cas de traumatismes crânio-encéphaliques (59,11%) et 1490 cas de traumatismes vertébro-médullaires (8,13%). La pathologie dégénérative disco- vertébrale a représenté 7,38% (1368 cas) et était dominée par les hernies discales. La pathologie tumorale a représenté 6,52% avec 1213 cas dont 952 cas de tumeurs intra- crâniennes (5,10%) et 261 cas de tumeurs vertébro-médullaire (1,41%). La pathologie neuro- vasculaire était représentée par 874 cas (4,67%) dont 630 cas d’hématome intracérébral (3,40%) et 244 cas d’hémorragie méningée spontanée (1,27%). Sont venues ensuite, la pathologie infectieuse avec 533 cas (2,83%) puis la pathologie malformative avec 457 cas (2,34%). Le taux des opérés était de 53,25% (9845 cas) et celui de la mortalité de 3,57% (664 décès) dont la cause la plus fréquente était la pathologie traumatique. En fin de ce travail, nous avons repéré quelques contraintes de fonctionnement dont nous avons soulevé les principales et- auxquelles nous avons proposé des suggestions de solutions qui nous ont paru adéquates.
En savoir plus

132 En savoir plus

LEncadrement des Externes au Service de Neurochirurgie de lhpital Arrazi CHU Mohammed VI

LEncadrement des Externes au Service de Neurochirurgie de lhpital Arrazi CHU Mohammed VI

L’examen clinique objectif structuré (ECOS), est jugé la meilleure méthode d’évaluation des externes en fin de stage, soit 50% de la totalité des estimations des étudiants, ceci expliquer par l’adoption récente de cette forme d’évaluation pour les examens cliniques. La participation quotidienne aux activités du service, est la meilleure méthode de contrôle des étudiants durant leur stage hospitalier. Il nous semble, que la prise de responsabilités par les étudiants, pourrait les initier de plus à mieux travailler et être de plus en plus actifs. Cependant cette prise de responsabilités ne peut se faire que progressivement, dans une structure où l’étudiant serait soumis à un contrôle continu de son travail et de sa progression. Cette participation correspond souvent pour les étudiants à une réaction ambivalente de désir et de crainte, mais pourrait se révéler dans leurs stages un facteur essentiel de motivation. Or, faire participer les étudiants à l’activité hospitalière sans s’assurer de l’impact de cette participation serait insuffisant. Il semble aussi difficile que sans contrôle des activités des étudiants, il revienne difficile voire impossible de pouvoir déterminer leurs faiblesses ou leurs erreurs et donc difficile de pouvoir les corriger.
En savoir plus

122 En savoir plus

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

We report 18 cases of encéphalocèles in our study in Neurosurgery department of university hospital Mohammed VI in Marrakesh for a period of 9 years from 2002 until 2011. The occipital location was the most frequent (67%) followed by the nasoethmoidale location and the front location and finally the parietal localization. All malformations were diagnosed on computed tomography but one case was diagnosed by resonance magnetic imaging. All cases be treated with surgical resection of the dysgénésis brain (a reduction of functional brain made in a single patient) and closure of the bone defect and the mother takes, with a good evolution in most cases (cases of meningitis and hydrocephalus postoperatively were noted).
En savoir plus

136 En savoir plus

Bilan de cinq années d’activité du service de neurochirurgie du chu Mohammed VI (2002-2006)

Bilan de cinq années d’activité du service de neurochirurgie du chu Mohammed VI (2002-2006)

âges des patients étaient compris entre cinq ans et 50 ans avec une moyenne d’âge de 36 ans et une prédominance chez l’enfant. La symptomatologie clinique était prédominée par l’hypertension intra- crânienne et les crises convulsives. Le traitement antibacillaire a été administré chez tous les patients et une intervention chirurgicale était indiquée chez quatre patients. Un seul décès a été noté et l’évolution était bonne chez la plupart des autres patients.

125 En savoir plus

Prise en charge du neurocytomes centraux : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohamed VI

Prise en charge du neurocytomes centraux : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohamed VI

- Drainage ventriculaire : En fonction de l’importance de la dilatation ventriculaire et de son retentissement fonctionnel, une dérivation ventriculaire interne peut être mise en place dans un premier temps. Le drainage externe temporaire peut constituer une alternative car il permet le contrôle de l’HIC tout en maintenant un volume ventriculaire suffisant pour l’abord chirurgical [145]. Seulement de rares cas parmi les patients ayant des signes d’HTIC secondaire à hydrocéphalie obstructive, nécessitent un shunt préopératoire. Si l’état neurologique du patient s’aggrave rapidement et son hydrocéphalie est évidente, on devrait considérer le drainage ventriculaire externe comme manœuvre temporaire avant la microchirurgie définitive. Après la résection chirurgicale de la tumeur et le rétablissement des voies d’écoulement du LCR. Le besoin d’un shunt permanent pourrait être évité, à moins que le patient continue à avoir l’hydrocéphalie. En outre, une troisième ventriculostomie peut être utile chez les patients ayant une hydrocéphalie non communicante [18].
En savoir plus

126 En savoir plus

Les complications de la chirurgie de la hernie discale lombaire au sein  du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI

Les complications de la chirurgie de la hernie discale lombaire au sein du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI

L’évolution a été appréciée par une consultation des comptes rendus opératoires, des suites opératoires ainsi que la consultation à court et à long termes et par contacts téléphoniques. Les résultats postopératoires à court et à long terme étaient bons dans 81% des cas. Nous avons eu en per-opératoire une brèche dural chez 20 patients et une atteinte radiculaire chez 03 patients, en post-opératoire immédiat, un seul cas de méningite, 14 cas d’infections de la paroi, avec persistance de la douleur chez 10 cas, et 2 cas de fistule de liquide céphalo rachidien. Tardivement la récidive herniaire a été rencontrée chez 6,4% des cas, la spondylodiscite chez 0,3% des cas, et enfin une fibrose post-opératoire chez 3,7% des cas.
En savoir plus

138 En savoir plus

La prise en charge des oligodendrogliomes intracrniens Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des oligodendrogliomes intracrniens Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

La radiothérapie en conditions stéréotaxiques est une option pour augmenter localement la dose d’irradiation. Elle permet de délivrer en une seule (radiochirurgie) ou un petit nombre de séances une forte dose dans un petit volume. Le fort gradient permet de limiter la dose aux pourtours de la zone irradiée et ainsi de limiter le risque de complications. Cependant, les tumeurs gliales pourraient être considérées comme de mauvaises candidates à la radiothérapie en conditions stéréotaxiques pour plusieurs raisons: d’une part, ces tumeurs sont hypoxiques, et donc a priori faiblement répondeuses aux irradiations délivrées en peu de fractions ; d’autre part, elles infiltrent le tissu sain, ce qui est contradictoire avec la décroissance rapide de la dose [202,203]. Pour Masciopinto et al, cette chute rapide de la dose est la limite majeure de la radiothérapie en conditions stéréotaxiques puisque dans l’étude des auteurs, une grande partie des lésions a récidivé dans les 2 cm de la zone d’irradiation en conditions stéréotaxiques alors même que, sur 24 récidives, aucune n’était apparue dans la zone centrale de cette irradiation [204]. Dans l’essai de Souhami et al qui randomisait la radiochirurgie et l’absence de radiochirurgie en complément d’une radiothérapie conformationnelle tridimensionnelle et d’une chimiothérapie, 92 % des rechutes se sont développées au moins localement dans le bras avec la radiochirurgie contre à 95 % dans le bras sans radiochirurgie [205]. En dépit de certains arguments radiobiologiques, la radiothérapie en conditions stéréotaxiques a été poursuivie pour des raisons complémentaires :
En savoir plus

143 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale de l'hydatidose vertbrale exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge neurochirurgicale de l'hydatidose vertbrale exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

2-3. Le stade larvaire : Evolution chez l'hôte intermédiaire : Après ingestion des œufs par l'herbivore, sous l'effet des sucs digestifs, l'embryon hexacanthe de 25 à 30 microns de taille va traverser la muqueuse intestinale avant de s'engager dans les capillaires sanguins et lymphatiques. La taille et la plasticité de cette larve lui permettent de passer partout où passe une hématie. Parvenus dans la circulation générale, ces embryons vont être arrêtés par différents filtres: 75% vont être bloqués au niveau du foie, 15% au niveau du poumon. Passés ces deux filtres, les larves arrivent dans la circulation générale et peuvent toucher n'importe quel viscère. Une fois fixé dans un organe, l'embryon peut soit être rapidement détruit par la réaction inflammatoire aspécifique du tissu, soit se transformer en une hydatide à la suite d'un processus continu de vésiculation.
En savoir plus

134 En savoir plus

Glaucomes congénitaux : Expérience du service d'Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Glaucomes congénitaux : Expérience du service d'Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

1 1 1- - - -Sténose congénitale des voies lacrymales: Sténose congénitale des voies lacrymales: Sténose congénitale des voies lacrymales: Sténose congénitale des voies lacrymales: Chez le nourrisson, l’imperméabilité lacrymo-nasale est liée à un obstacle congénital sur les voies lacrymales dans leurs portions verticales (valvule de HASNER). Le diagnostic se fait par l’interrogatoire. Les symptômes associent un larmoiement qui n’est jamais clair, généralement unilatéral, apparu dès la naissance, chronique, permanent, avec de fréquents épisodes de surinfection. Ces conjonctivites ou pseudo-conjonctivites sont volontiers concomitantes des infections rhino–pharyngées. Elles disparaissent à l’instillation d’antiseptiques ou d’antibiotiques et recommencent à leur arrêt. L’amélioration spontanée au cours de la première année de vie est fréquente, favorisée par des massages du sac lacrymal (70).
En savoir plus

216 En savoir plus

Prise en charge de l'abcès cérébral au service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge de l'abcès cérébral au service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI

■ L’age : la période néonatale et chez le nourrisson ou le décès survient dans plus de la moitié des cas (66). ■ L’état de conscience : l’état de conscience au moment du diagnostic est l’élément qui influence plus le pronostic, ce qui en fait le premier outil d’utilisation pratique pour évaluer la gravité des patients à l’admission (score de Glasgow), dans la série de FICHTEN (10) plus le niveau de conscience à l’admission est bas, pire le pronostic. ■ Le volume de l’abcès : les abcès volumineux sont de mauvais pronostic (6,8,22,69). ■ La multiplicité des abcès (53,61,71,108,109,110,111,112) ■ Le germe en cause :
En savoir plus

125 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes