Haut PDF Prise en charge de l'asthme aigu grave chez l'adulte à l'hôpital militaire Avicenne de Marrakech

Prise en charge de l'asthme aigu grave chez l'adulte à l'hôpital militaire Avicenne de Marrakech

Prise en charge de l'asthme aigu grave chez l'adulte à l'hôpital militaire Avicenne de Marrakech

Résumé :   L’asthme aigu grave (AAG) correspond à une crise d’asthme inhabituelle dont l’évolution peut être fatal. L’objectif de l’étude est de faire le point sur l’épidémiologie clinique et d’évaluer le pronostic de l’asthme aigu grave à l’Hôpital Militaire Avicenne de Marrakech. Nous avons procédé à une étude rétrospective sur une période de 5 ans du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2009, sont inclut dans l’étude les 20 patients dont l’âge est supérieur à 15 ans et qui se sont présentés aux urgences avec en moins un signe de gravité et/ou d’alarme en rapport avec une crise d’asthme sévère. La moyenne d’âge de nos patients est de 38.75 ans. Le sex-ratio est de 4 avec une nette prédominance masculine. 75% des hospitalisations ont été noté en période automno-hivernale. La durée moyenne d’évolution de l’asthme chez nos patients est de 9.55 ans, 35% des patients avaient un terrain d’atopie, 20% étaient tabagique, 15% présentaient une maladie cardio-respiratoire associée et 10% avaient en moins un antécédent d’hospitalisation pour asthme aigu grave. Tous nos patients ont bénéficié d’une oxygénothérapie, d’un traitement à base de broncho-dilatateurs et de corticoïdes, une antibiothérapie avait été prescrite dans 70% des cas. Les huit patients qui ont présenté des signes d’alarme ont bénéficié d’une intubation avec ventilation mécanique. La mortalité globale dans notre série est de 10%, sont tous parmi le sous groupe intubé ventilé. En conclusion, le malade présentant un AAG correspond, en général, à un profil épidémiologique particuliers se rapportant à : l’âge jeune, le niveau socio- économique bas, la co-morbidité, la non compliance thérapeutique, le tabagisme et les antécédents d’AAG ou d’intubation pour AAG.
En savoir plus

105 En savoir plus

Méningoencéphalites graves de l'adulte : Epidémiologie et prise en charge thérapeutique au service de réanimation de l'hôpital militaire Avicenne de Marrakech

Méningoencéphalites graves de l'adulte : Epidémiologie et prise en charge thérapeutique au service de réanimation de l'hôpital militaire Avicenne de Marrakech

Résumé Résumé Résumé Résumé L’objectif de notre travail est de décrire le profil épidémiologique, d’étudier les caractéristiques cliniques, biologiques, thérapeutiques et évolutives des méningoencéphalites bactériennes graves de l’adulte en réanimation dans le but d’améliorer leur prise en charge et ainsi réduire la mortalité liée à cette pathologie. Nous avons étudié rétrospectivement des cas de méningoencéphalites bactériennes graves de l’adulte hospitalisés dans le service de réanimation de l’hôpital militaire Avicenne de Marrakech du 1 er Janvier 2006 au 31 Décembre 2010. Ont été
En savoir plus

90 En savoir plus

Prise en charge du syndrome coronarien aigu aux urgences de lHpital Militaire Avicenne  la lumire des dernires recommandations

Prise en charge du syndrome coronarien aigu aux urgences de lHpital Militaire Avicenne la lumire des dernires recommandations

C’est une étude rétrospective descriptive qui a inclus 80 patients admis dans les services des urgences et de cardiologie de l’Hôpital Militaire Avicenne de Marrakech, comprise entre janvier 2016 et décembre 2018. Dans la population étudiée, on note une légère prédominance du SCA ST+ (56,25%). Notre étude montre que la population est essentiellement de sexe masculin avec un sexe ratio de 12,3 ; un âge moyen de 60,8 ans avec des extrêmes d’âge allant de 32 ans à 85 ans. Les facteurs de risque prédominants sont respectivement le tabagisme (55%), l’hypertension artérielle (45%), le diabète (41,25%), la dyslipidémie de (18.75%) et l’obésité (17,5%). A noter que 75% des malades avaient au moins deux facteurs de risque, 31% avaient des antécédents d’IDM et 20% un antécédent d’angioplastie. La douleur thoracique était révélatrice chez 100% des cas parmi lesquels 76,25% avait une douleur typique, avec 83,75% classés KILLIP I. Le délai moyen d’admission était très allongé (96h) avec seulement 18,75% des cas admis dans les premières 12h.
En savoir plus

143 En savoir plus

La prise en charge thrapeutique du paludisme dimportation: Exprience du service de mdecine interne de lHpital Militaire Avicenne de Marrakech

La prise en charge thrapeutique du paludisme dimportation: Exprience du service de mdecine interne de lHpital Militaire Avicenne de Marrakech

associée, œdème lésionnel secondaire à une bactériémie, choc, hyperhydratation notamment en cas d’anurie[45]. L’atteinte rénale : l’insuffisance rénale aiguë au cours du paludisme grave est quasiment l’apanage de l’adulte, il s’agit d’une nécrose tubulaire aiguë plurifactorielle : déshydratation, choc, hémolyse, augmentation de la viscosité sanguine rénale liée à la séquestration parasitaire. La diurèse peut être conservée mais l’anurie est possible elle peut être isolée et de bon pronostic avec récupération ad integrum, ou menant à quelques séances d’épuration extra-rénale quand elle est associée à une défaillance multiviscérale, le pronostic est souvent fatal [45].
En savoir plus

181 En savoir plus

Profil bactriologique des infections urinaires  lhpital militaire Avicenne de Marrakech

Profil bactriologique des infections urinaires lhpital militaire Avicenne de Marrakech

Des taux plus proche de l’ordre, 11% et 16% ont été rapportés par des études réalisées respectivement à l’hôpital militaire d’instruction Mohammed V (HMIMV) de rabat et à l’hôpital militaire Moulay-Ismail de Meknès (HMMIM). [40,41] Dans notre étude, nous avons recensé 52% de patients de sexe féminin et 48% de sexe masculin soit un Sex-ratio F/H= 1.1, ce qui concorde parfaitement avec les données de la littérature aussi bien nationales qu’internationales : un sexe ratio F/H d’environ 2 dans une étude américaine, 1,48 en Algérie et en Mauritanie en 2016 et 1,3 pour l’HMIMV de rabat pour l’étude de 2014 [42, 43, 44,45].
En savoir plus

115 En savoir plus

La gestion des anticoagulants dans le service durologie  lHpital Militaire Avicenne de Marrakech

La gestion des anticoagulants dans le service durologie lHpital Militaire Avicenne de Marrakech

 Le consensus est que les protocoles de transition par HBPM sont efficaces pour réduire le risque thrombo-embolique avec seulement des saignements occasionnels mineurs et qu’elle pourrait donc être prescrite à priori sans inquiétude [123-124]. Pour l’HNF, une seule étude qu’on a trouvé en 1998, réalisée chez 11 patients sous AVK subissant des RTUP, pour qui le traitement AC avait été relayé par HNF IV 2 jours avant l’intervention et arrêté quatre heures avant le geste, les patients ont immédiatement repris l’HNF une demi-heure en post-opératoire avec les AVK [125] , a montrée qu’il n’y avait aucune augmentation du risque de complications hémorragiques ou thrombo-emboliques post- opératoire chez ces patients par rapport à un groupe de contrôle de 222 patients soumis à une RTUP sans traitement anticoagulant.
En savoir plus

183 En savoir plus

Critres de gravit des brulures, exprience de lhpital militaire Avicenne, Marrakech

Critres de gravit des brulures, exprience de lhpital militaire Avicenne, Marrakech

Outre la nutrition, un certain nombre de mesures ont pour but le contrôle de l’hyper- catabolisme. Le maintien à température neutre (28 à 32 °C), l’excision et la couverture précoce, ainsi que le contrôle des états infectieux obéissent à ce but. L’autre approche est médicamenteuse, avec comme but le contrôle de l’augmentation de la concentration des hormones cataboliques. L’hormone de croissance recombinante, l’insulinelikegrowth factor (IGF-I), la parathormone, ont fait l’objet d’investigations mais ne peuvent pas être recommandées en raison de leurs effets secondaires. L’administration d’insuline est aussi recommandée comme pour tous les patients de soins intensifs, et a un effet anti-catabolique [99]. La testostérone a également un effet anabolisant, et son analogue stéroïde, l’oxandrolone, a été évaluée par une étude contrôlée sur une population de 14 enfants brûlés, par voie orale à la dose de 0,1 mg/kg toutes les 12 heures, avec un effet favorable [100]. Le propranolol a également fait l’objet d’investigations cliniques, et est efficace et sûr pour réduire la perte musculaire après brûlure, chez l’enfant, à une posologie qui réduit la fréquence cardiaque de 20 % [101].
En savoir plus

141 En savoir plus

Prise en charge du purpura thrombopnique immunologique dans le service de mdecine interne, Hpital Militaire Avicenne

Prise en charge du purpura thrombopnique immunologique dans le service de mdecine interne, Hpital Militaire Avicenne

e.1. Chez l’adulte Au décours des traitements de première ligne, la stratégie à adopter en cas de rechute n’est pas parfaitement codifiée ni consensuelle. Le traitement de référence des formes chroniques évoluant depuis plus de 12 mois a longtemps été la splénectomie mais l’apparition de nouvelles voies thérapeutiques, en particulier le rituximab et les agonistes de récepteur de la TPO a profondément modifié la stratégie thérapeutique, sans oublier des traitements plus anciens tels que la dapsone ou le danazol qui gardent toute leur place dans l’arsenal thérapeutique malgré l’absence d’AMM. En revanche, l’indication des immunosuppresseurs est désormais plus rare et ces traitements sont habituellement réservés à l’échec des thérapeutiques précédentes, splénectomie comprise. Ce dernier point est cependant discutable et dans certains pays comme la Grande Bretagne, certaines équipes préfèrent utiliser les immunosuppresseurs et en particulier le Mycophénolate mofétil (MMF) avant la splénectomie. Il n’existe donc pas de consensus clair sur la place respective de ces différents traitements.
En savoir plus

199 En savoir plus

Les uvites au service de medecine interne  Lhpital militaire avicenne de marrakech

Les uvites au service de medecine interne Lhpital militaire avicenne de marrakech

proximité ou à distance du foyer actif. Une atteinte papillaire ou péripapillaire va entraîner une choriorétinite de JENSEN, avec atteinte directe du champ visuel. Le traitement doit être débuté en urgence, comme dans les formes maculaires. Dans certains cas particulièrement inflammatoires, et souvent en l'absence de traitement adapté, on observe également des vascularite , ainsi qu'une véritable uvéite antérieure granulomateuse avec de précipité rétro cornéens en graisse de mouton. Une hypertonie oculaire associée et fréquente. Chez les patients immunodéprimés ou traités par corticoïdes, on observe parfois des formes extensives menaçant la vision par atteinte maculaire, avec un risque de décollement de rétine.
En savoir plus

216 En savoir plus

Les pneumopathies nosocomiales en milieu de ranimation  lhpital militaire Avicenne Marrakech

Les pneumopathies nosocomiales en milieu de ranimation lhpital militaire Avicenne Marrakech

La période postopératoire est à haut risque de PN. Plusieurs études ont montré que l’incidence des PN est élevée chez les malades chirurgicaux que chez les malades médicaux [41]. Dans une étude réalisée en 2010 au CHU de Rabat, 62,5% des patients qui ont un PDP positif ont été opérés [108]. Dans L’étude française EOLE conduite sur plus de 800 patients, dans ce travail, le diagnostic de pneumopathie nosocomiale n’était porté que dans 25 % des cas chez des patients hospitalisés dans un service de chirurgie [156]. Et selon d’autres séries publiées en France en chirurgie générale, l’incidence des PPO varie de 1 à 2 %, mais les proportions sont de 7 à 10 % en chirurgie cardiaque [157] et jusqu’à 25 % en chirurgie thoracique [158]. La grande variabilité des fréquences rapportées est également expliquée par la variabilité des méthodes utilisée pour établir le diagnostic .
En savoir plus

134 En savoir plus

Mortalité en milieu de réanimation au niveau de l’hôpital Militaire Avicenne Marrakech

Mortalité en milieu de réanimation au niveau de l’hôpital Militaire Avicenne Marrakech

Pour toutes ces raisons, les services de réanimation ont un fonctionnement d’une extrême complexité, de par les contraintes et les objectifs de leur organisation sociale et spatiale [1]. La mortalité est certainement un indicateur intéressant à suivre pour les réanimations qui sont des services à fort taux de mortalité. Cependant, cet indicateur est très dépendant de la politique d’admission et de sortie et doit être interprété en fonction des variables du case mix : mode d’entrée, lieu et durée d’hospitalisation préalable à l’admission en réanimation, type de malade (médical ou chirurgical programmé ou non), diagnostics et sévérité des diagnostics, âge réserve physiologique, et comorbidités. A l’instar de ce qui est proposé aux Etats-Unis, il serait intéressant de systématiser l’analyse des dossiers des patients décédés afin de détecter des prises en charge sub-optimales ou des complications induites par la pratique médicale [2].
En savoir plus

127 En savoir plus

Les complications des chambres implantables: exprience de l'Hpital Militaire Avicenne de Marrakech

Les complications des chambres implantables: exprience de l'Hpital Militaire Avicenne de Marrakech

vraisemblablement sous-estimée. La mortalité des observations publiées est lourde, de 30 à 50 %, les séquelles neurologiques observées chez les survivants s’élevant à 40 %. La relation entre la quantité d’air introduite et la gravité de la symptomatologie n’est pas établie de façon précise. La présence d’air dans le cœur droit provoque une gêne importante au retour veineux et finit par aboutir au désamorçage de la pompe cardiaque. Dans les formes mineures, la clinique est fruste : léger malaise, cyanose et polypnée modérée, petite chute tensionnelle, le tableau rétrocédant spontanément, ou sous traitement, en quelques dizaines de minutes. Dans les formes graves, s’installe brutalement un tableau de détresse cardio- circulatoire, respiratoire et neurologique. L’auscultation cardiaque retrouve le bruit de « roue de moulin », caractéristique de la complication. Rapidement apparaissent des troubles du rythme divers, évoluant jusqu’à l’arrêt circulatoire dans un certain nombre de cas. Le diagnostic d’embolie gazeuse doit toujours être évoqué devant une dyspnée aiguë et un collapsus brutal chez un patient porteur d’un cathéter central ; si le degré d’urgence et les circonstances le permettent, il est confirmé par une échographie cardiaque.
En savoir plus

114 En savoir plus

Prise en charge du cancer du rein au service durologie de lhpital militaire Avicenne : Etude rtrospective

Prise en charge du cancer du rein au service durologie de lhpital militaire Avicenne : Etude rtrospective

En théorie, les méthodes d'imagerie ultrasonores peuvent analyser de façon fiable les ganglions rétro péritonéaux, la veine rénale, la veine cave inférieure, et le foie. L’extension cave se traduit par une masse échogène endoluminale partiellement ou totalement occlusive avec déformation du bord antérieur de la veine cave et élargissement localisé de celle-ci. Lorsque le thrombus est partiellement occlusif, sa mobilité peut être appréciée. La présence d’une néo vascularisation au sein du thrombus néoplasique est parfois visible en Doppler couleur. L’ECUS s’avère très utile en cas de thrombus tumoral, montrant une prise de contraste intense en son sein. Sa limite supérieure est bien identifiée par l’échographie abdominale, éventuellement complétée par une échographie cardiaque ou au mieux par une échographie transoesophagienne. Cette dernière permet aussi, si nécessaire, de monitorer le bourgeon en peropératoire.
En savoir plus

170 En savoir plus

Intubation trachéale aux urgences de l'hôpital Militaire Avicenne Marrakech: difficultés et complications

Intubation trachéale aux urgences de l'hôpital Militaire Avicenne Marrakech: difficultés et complications

e- Confirmation de l’IT : La vérification de la bonne position de la sonde d’intubation est une étape essentielle lors du processus de contrôle des voies aériennes. La non-reconnaissance d’une intubation oesophagienne peut en effet conduire à des accidents graves, voire au décès du patient. L’intubation oesophagienne est souvent l’événement initiateur de phénomènes de vomissements pouvant entrainer une inhalation pulmonaire sévère [114]. Cette complication de l’intubation trachéale n’est pas rare et peut atteindre de 5 à 10 % en situation d’urgence [27] [28]. Deux techniques sont validées pour dépister une intubation oesophagienne. La méthode de référence reste la capnographie. Lorsque six cycles de capnogramme sont visualisés, l’intubation trachéale est affirmée. La mesure du CO2 expiré a une sensibilité de 93 % et une spécificité de 97 % pour détecter une intubation endotrachéale [115]. Cette technique peut être mise en défaut lors d’intubation de patients en arrêt cardiaque pour lesquels la fraction expirée de CO2 est très basse du fait de l’arrêt circulatoire. Chez ces patients, le test d’aspiration à la seringue peut être utilisé afin de confirmer l’intubation trachéale. Ce test consiste à utiliser une seringue à gros embout (seringue à gavage gastrique) qui est connectée sur la sonde d’intubation. On aspire brutalement avec la seringue : si la sonde est dans la trachée, de l’air est facilement aspiré alors que si la sonde d’intubation est située dans l’œsophage, la muqueuse de celui-ci va se collaber sur l’extrémité distale de la sonde et la seringue ne peut se remplir d’air. Un équivalent à ce test est l’utilisation de dispositifs spécifiques appelés par les anglo-saxons self-inflating bulb. Ce type de méthode est très sensible pour détecter l’intubation oesophagienne, mais il existe quelques cas de faux-négatifs (résistance à l’aspiration alors que la sonde est en intratrachéal), observés chez les patients obèses morbides.
En savoir plus

142 En savoir plus

Sevrage ventilatoire chez le traumatisé crânien en réanimation, au sein du service de réanimation chirurgicale hôpital Avicenne Marrakech

Sevrage ventilatoire chez le traumatisé crânien en réanimation, au sein du service de réanimation chirurgicale hôpital Avicenne Marrakech

Dans notre étude, parmi 42,85% des patients chez qui une trachéotomie a été réalisée, 25% ont eu un échec de sevrage, contre seulement 14% qui ont eu un sevrage facile. Le recours à la trachéotomie est probablement plus fréquent en Neurochirurgie [13], même si les données sont extrêmement variables d’une équipe à l’autre : 29% dans l’étude de NAMEN, versus 2,9% dans celle de COPLIN [50]. Les conférences de consensus française et nord- américaine ne donnent aucune indication précise pour définir le moment optimal de sa réalisation. Certaines équipes recommandent de la réaliser précocement (dans la première semaine) [55-56], en raison de sa « faible morbidité » au regard de ces bénéfices.
En savoir plus

108 En savoir plus

Prise en charge du traumatisme grave.

Prise en charge du traumatisme grave.

hypoventilation gauche, fractures costales gauches, abdomen tendu, fractures ouvertes jambe gauche et pied droit, possible fracture fémorale droite..  FC 120/min, TA 85/40 mmHg, Sp02 [r]

73 En savoir plus

Prise en charge du polytraumatis en milieu de ranimation chirurgicale de l'hpital militaire Avicenne :  propos de 93 cas

Prise en charge du polytraumatis en milieu de ranimation chirurgicale de l'hpital militaire Avicenne : propos de 93 cas

V. PRISE EN CHARGE : A. PRISE EN CHARGE DES DETRESSES : A-1. DETRESSE RESPIRATOIRE L’objectif est d’assurer l’oxygénation cellulaire optimale de l’ensemble des organes dans les délais les plus brefs en rétablissant une hématose correcte et une pression de perfusion tissulaire satisfaisante, cérébrale notamment. Le rôle délétère de l’hypercapnie, l’hypoxie et de l’hypotension artérielle sur l’homéostasie intracérébrale doit être combattu dès les premiers instants [99]. Le diagnostic est le plus souvent facile devant une anomalie de la fréquence, du rythme ou de l’amplitude respiratoire. Des signes de lutte, de tirage au niveau du thorax et du cou, la palpation d’un emphysème sous-cutané sont plus faciles à retrouver qu’une anomalie de l’auscultation dans le contexte bruyant de l’accident. La cyanose peut être masquée par des signes d’anémie aiguë. Une tachycardie ou une bradycardie peuvent être associés, comme une anxiété ou une agitation si le malade est conscient.
En savoir plus

187 En savoir plus

Cancer du rein : exprience du service d'urologie de l'Hpital Militaire Avicenne de Marrakech

Cancer du rein : exprience du service d'urologie de l'Hpital Militaire Avicenne de Marrakech

Figure 35: TDM abdominale faite 4 ans plus tard après une NTE droite chez un patient de 55 ans, révélant un volumineux processus lésionnel à développement intra-péritonéal en projection sur le flanc droit, polylobé, de densité tissulaire hétérogène, siège de zones de nécrose , mesurant 14*95 mm et contractant des rapports intimes avec l’angle colique droit, avec le grêle et le

180 En savoir plus

Place du spermogramme dans l'exploration de l'infertilit du couple  l'hpital militaire Avicenne de Marrakech

Place du spermogramme dans l'exploration de l'infertilit du couple l'hpital militaire Avicenne de Marrakech

La baisse continuelle de la fertilité masculine au fil du temps s´avère un fléau mondial et suscite de plus en plus l´intérêt des scientifiques. Le Maroc n´en serait surement pas épargné comme nous le démontre notre étude bien qu´elle soit menée à petite échelle sur le plan locorégional ainsi que le nombre croissant de couples ayant recours à la PMA. Les biologistes se verront confrontés de nos jours plus que jamais à ce problème et devront de ce fait y faire face grâce à une bonne maitrise de la réalisation des spermogrammes au sein des laboratoires et de leur interprétation, ainsi qu´une formation continue sur la prise en charge des couples stériles de l´anamnèse à la prescription d´examens complémentaires poussés en collaboration avec les cliniciens afin de prescrire le traitement adéquat pour chaque situation.
En savoir plus

148 En savoir plus

Les mycoses superficielles chez les patients suivis au service doncologie mdicale de lhpital militaire Avicenne  Marrakech

Les mycoses superficielles chez les patients suivis au service doncologie mdicale de lhpital militaire Avicenne Marrakech

L'Etoposide est un médicament anti tumoral qui a plusieurs indications en oncologie notamment le cancer du poumon à petites cellules et le cancer des testicules. Cependant, ses effets indésirables rapportés lors des essais cliniques incluent la myélosuppression en particulier la neutropénie. Cette toxicité a été rapportée également chez des modèles animaux (59–62). Dans notre étude tous les malades qui étaient sous Etoposide avaient des mycoses superficielles. Les sels de platine, notamment le Cisplatine et le Carboplatine, sont directement impliqués dans les toxicités hématologiques notamment la neutropénie(62). Ils induisent le plus souvent une neutropénie entre le 7e et 14e jour pour une durée en général inférieure à 7 jours. Le risque infectieux est essentiellement bactérien et fongique durant cette période(56).
En savoir plus

113 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes