Haut PDF Insuffisance rénale chronique chez l'enfant : Qu'en est - il au CHU Mohammed VI Marrakech ?

Insuffisance rénale chronique chez l'enfant : Qu'en est - il au CHU Mohammed VI Marrakech ?

Insuffisance rénale chronique chez l'enfant : Qu'en est - il au CHU Mohammed VI Marrakech ?

L’insuffisance rénale chronique est une affection qui n’est pas rare en milieu pédiatrique. Sa gravité réside dans sa survenue sur un organisme en période de croissance et entraine de ce fait, des conséquences délétères sur le développement de l’enfant. Le diagnostic se fait souvent au stade terminal et pose de ce fait un problème socio-économique. Nous analysons à travers une étude transversale menée au service de pédiatrie B du CHU Mohammed VI, entre Janvier 2005 et décembre 2010, intéressant 50 enfants, les aspects épidémiologiques, cliniques, étiologiques de l’IRC chez l’enfant ainsi que les difficultés de prise en charge. L’âge de nos malades est compris entre 1 mois et 15 ans, avec une prédominance masculine (60%). L’insuffisance rénale chronique est découverte à l’occasion de signes cliniques d’appel dans 86% des cas, d’une infection urinaire dans 8%, d’un bilan d’HTA dans 4% et d’un bilan systématique chez un nouveau né polymalformé. La pâleur cutanée est retrouvée chez 74%, le retard staturo-pondéral chez 70%, les troubles digestifs chez 44%, l’HTA est retrouvée chez 28% des patients et les signes d’ostéodystrophie chez 16%. La clairance de la créatinine calculée selon la formule de Schwartz est > 30 ml/min/1.73m² chez 4 patients (8%), entre 15 et 30 ml/min/1.73m² chez 16 malades (32%) et < 15 ml/min/1.73m² chez 30 malades (60%). Les étiologies sont dominées par la néphropathie interstitielle (50%), secondaire chez 46 % des malades à une uropathie obstructive, chez 1 seul patient à une pyélonéphrite chronique et chez 1 autre malade à une lithiase urinaire coralliforme bilatérale. Les néphropathies glomérulaires viennent au deuxième rang (18%) et sont essentiellement secondaires aux syndromes néphrotiques corticorésistants, suivies par les néphropathies héréditaires (8%) représentées par les polykystoses autosomiques récessives (6%) avec un seul cas d’acidose tubulaire distale associée à des reis pyélonéphritiques chroniques. Chez 24% des enfants aucun diagnostic étiologique n’est posé. Tous les malades sont mis sous traitement conservateur de l’IRC. L’épuration extra-rénale est indiquée chez 28 malades (56%) mais seulement 18 patients ont pu en bénéficier, la transplantation rénale est prévue chez 4 enfants. 16% des patients sont décédés. La mortalité était secondaire à une septicémie chez 4 enfants, à un OAP chez 3 malades et à des troubles électrolytiques chez une patiente. Le présent travail attire l’attention sur la situation alarmante des enfants en insuffisance rénale chronique. Le retard diagnostic et les difficultés d’accès au traitement de suppléance et l’absence d’un projet solide de transplantation rénale sont des éléments qui alourdissent le pronostic de ces enfants.
En savoir plus

142 En savoir plus

Mortalit aux urgences pdiatriques du CHU Mohammed VI Marrakech

Mortalit aux urgences pdiatriques du CHU Mohammed VI Marrakech

pédiatriques, et elle doit s’inscrire dans une approche globale. En effet, face à une insuffisance de moyens nécessaires pour une prise en charge correcte, le drame que représente un enfant en détresse vitale nous interpelle tous et justifie cette étude. La mort d’un enfant au service des urgences est l'un des problèmes les plus difficiles auxquels sont confrontés les cliniciens des services des urgences, et est très pénible à la fois pour la famille et la communauté. Il est donc obligatoire pour les responsables des politiques de santé de connaître les causes déterminantes et les facteurs de risque qui augmentent la mortalité pédiatrique. D’autre part, il n’existe aucune étude publiée au Maroc, à la limite de notre recherche, pour traiter les causes et les facteurs associés à la mortalité pédiatrique dans les unités des urgences pédiatriques, par conséquent, cette étude fournira de meilleures informations sur les causes et les facteurs de risque associés à la mortalité pédiatrique au service des urgences. Ainsi les objectifs de notre travail sont :
En savoir plus

96 En savoir plus

Eclampsie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Eclampsie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Les principales complications rencontrées durant notre étude étaient : ◢ L’insuffisance rénale aigue (3 cas) : C’est une complication fréquente au cours de l’éclampsie. Elle est définie par une créatininémie > 80 µmol/L, sachant que la créatininémie normale en cours de grossesse baisse, se situant entre 50 et 60 µmol/L. L’apparition d’une oligurie est un facteur de gravité imposant l’issue urgente de la grossesse. Elle s'inscrit souvent dans le cadre d'une atteinte multiviscérale et sa survenue avec d’autres complications comme le HELLP syndrome, la CIVD, l’HRP ou l’OAP aggrave le pronostic maternel et fœtal. Le traitement de l’IRA a consisté en l’injection d’une dose test de 60 à 80 mg de Furosémide, suivie dès reprise de diurèse, d’un remplissage au Mannitol avec surveillance de la fréquence cardiaque, les signes d’OAP et de la diurèse horaire. Une dialyse s’est avérée nécessaire chez une patiente. ◢ l’œdème aigu du poumon (4cas) : L’OAP est caractérisé par une accumulation du
En savoir plus

129 En savoir plus

Profil épidémiologique des tumeurs intracrâniennes chez l’enfant au CHU Mohammed VI de Marrakech

Profil épidémiologique des tumeurs intracrâniennes chez l’enfant au CHU Mohammed VI de Marrakech

Les longs survivants d’une tumeur cérébrale ont un état de santé à l’âge adulte significativement plus mauvais que celui des patients atteints d’autres cancers (155). Ils ont aussi plus de pathologie chronique (156). Dans le questionnaire le plus largement utilisé, le Health Utility Index (HUI), le domaine de santé le plus atteint est celui de la cognition (157). Les douleurs (céphalées et migraines, résiduelles, notamment après tumeur supra-sellaire (158) et la fatigue sont deux autres types de séquelles mal définies et peu étudiées qui ont un effet délétère sur la qualité de la vie. La stigmatisation liée à la tumeur conduit à une discrimination à l’enseignement (difficultés pour intégrer ces patients dans un circuit éducatif normal), à l’emploi, au sport (159) et à l’accès aux prêts ou aux assurances. Comme exemple, dans la population des 100 premiers survivants de médulloblastomes traités à l’institut Gustave-Roussy de 1964 à 1991, moins de 10% de patients adultes ont pu atteindre un travail de cadre, la plupart vivent chez leurs parents, 10% seulement vivent en couple (160). Dans une méta-analyse où les survivants d’un cancer dans l’enfance avaient un risque deux fois plus élevé d’être au chômage que la population générale, ce risque était sensiblement supérieur chez les survivants d’une tumeur cérébrale (127).
En savoir plus

175 En savoir plus

Lymphomes cutanes primitifs : Expérience du service de dermatologie CHU Mohammed VI Marrakech

Lymphomes cutanes primitifs : Expérience du service de dermatologie CHU Mohammed VI Marrakech

La forme clinique la plus fréquente est celle qui touche les membres inférieurs (figure 60), d’où la terminologie élargie de lymphomes de type membre inférieur, retenue dans la classification OMS-EORTC (2). La cause du lymphome cutané à grandes cellules reste inconnue (87) mais il a été décrit sur un ulcère de jambe, suggérant le rôle favorisant d’une insuffisance veineuse chronique ou encore d’une stase lymphatique (88) , déjà évoqué à plusieurs reprises (89,90) . Le lymphoedème pourrait intervenir en diminuant les réponses immunitaires locales, en altérant les cellules endothéliales ou en entretenant une stimulation antigénique permanente de la région (88) .
En savoir plus

178 En savoir plus

Les encphalocles antrieures: exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Les encphalocles antrieures: exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Hémorragie 1 4 Hydrocéphalie 2 1 Infection du LCR 7 2 Il existe peu de statistiques faisant état de résultats de différentes méthodes (tableau V). Sur une série de 53 patients porteurs d’encéphalocèles [6] ; 4 patients n’ont pas été opérés : dont un est jugé inopérable à cause de la présence de multiples malformations et il est renvoyé chez lui pour les soins palliatifs, un autre patient dont la chirurgie a été retardée à cause de l’infection, un patient a été opéré ailleurs, le 4 ème patient est décédé dans les deux jours qui suivent l’insertion d’une dérivation ventriculo-péritonéale.
En savoir plus

128 En savoir plus

Glaucomes congénitaux : Expérience du service d'Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Glaucomes congénitaux : Expérience du service d'Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

1 1 1- - - -Sténose congénitale des voies lacrymales: Sténose congénitale des voies lacrymales: Sténose congénitale des voies lacrymales: Sténose congénitale des voies lacrymales: Chez le nourrisson, l’imperméabilité lacrymo-nasale est liée à un obstacle congénital sur les voies lacrymales dans leurs portions verticales (valvule de HASNER). Le diagnostic se fait par l’interrogatoire. Les symptômes associent un larmoiement qui n’est jamais clair, généralement unilatéral, apparu dès la naissance, chronique, permanent, avec de fréquents épisodes de surinfection. Ces conjonctivites ou pseudo-conjonctivites sont volontiers concomitantes des infections rhino–pharyngées. Elles disparaissent à l’instillation d’antiseptiques ou d’antibiotiques et recommencent à leur arrêt. L’amélioration spontanée au cours de la première année de vie est fréquente, favorisée par des massages du sac lacrymal (70).
En savoir plus

216 En savoir plus

Analyse de la mortalit au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Analyse de la mortalit au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

États-Unis, ce délai peut être court, trois jours en moyenne, tandis qu’en France, celui-ci est de sept jours [75]. Selon El Halal MG et al [15], la majorité des patients admis en réanimation pédiatrique (52%) ont séjournés moins de 3 jours en réanimation, la mortalité était plus élevée chez les patients dont la durée d’hospitalisation était moins de 7 jours et la durée d’hospitalisation en unité de soins intensif était significativement associée à la source d’admission des patients (une médiane de 2 jours pour les patients provenant du bloc opératoire, 3 jours pour ceux en provenance du service des urgences pédiatriques et d’un autre service du même hôpital et 4 jours pour ceux référés d’un autre hôpital).
En savoir plus

122 En savoir plus

Fractures pathologiques  l'hpital Ibn Tofail CHU Mohammed VI de Marrakech

Fractures pathologiques l'hpital Ibn Tofail CHU Mohammed VI de Marrakech

L’âge est une notion capitale. Les études épidémiologiques sur des grandes séries, démontrent qu’il existe des pics de fréquence en fonction des décennies [13]. La plus part des auteurs sont d’accord sur le fait que les fractures pathologiques sur métastases osseuses surviennent essentiellement chez les sujets âgés de plus de 50ans [14,15]. Dans notre série sont survenues dans la tranche d’âge 41-60 ans avec un âge moyen de 50 ans, ce qui concorde avec la littérature.

148 En savoir plus

Greffe de cornée : Expérience du service d’Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Greffe de cornée : Expérience du service d’Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

IX IX IX IX.... Techn Technique opératoire Techn Techn ique opératoire ique opératoire :::: ique opératoire Kératoplastie transfixiante versus kératoplasties lamellaires. Au service d’ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech, nous pratiquons la kératoplastie transfixiante (greffe complète de la cornée), mais cette technique s’accompagne de plusieurs complications majeures et souvent imprévisibles. Parmi celles-ci, le rejet, l’hypertonie oculaire, et la décompensation œdémateuse mettant en jeu le pronostic de la greffe. Il faut également mentionner les autres complications ne compromettant en rien la survie du greffon comme l’astigmatisme secondaire induit par plusieurs facteurs (incongruence des berges, tension et asymétrie des sutures…) et la récupération visuelle qui est tardive s’échelonnant sur 6 mois à un an selon le terrain du receveur, la cause de la greffe et l’heure de retrait des sutures.
En savoir plus

160 En savoir plus

REGISTRE HOSPITALIER : EXPERIENCE DU SERVICE DONCOLOGIE DU CHU MOHAMMED VI DE MARRAKECH

REGISTRE HOSPITALIER : EXPERIENCE DU SERVICE DONCOLOGIE DU CHU MOHAMMED VI DE MARRAKECH

III. U Les registres des cancers au Maroc Le registre des cancers de Rabat de 1990 représente le premier registre des cancers au Maroc. Il a été suivi du registre des cancers de la région du Grand Casablanca de l’année 2004, qui fut le fruit d'une collaboration entre divers acteurs nationaux et internationaux. Il a permis de disposer des données sur l'épidémiologie descriptive des cancers dans la population de la Région du Grand Casablanca. Bien qu'initié par un groupe d'enseignants de la faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca, ont participé à l'élaboration de ce registre l'Association Lalla Salma de lutte contre le cancer, le CHU Ibn Rochd de Casablanca, la direction régionale du ministère de la santé de Casablanca, le bureau de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au Maroc, l'Institut national du Cancer américain (NCI), le Centre international de la recherche sur le cancer (CIRC) et les laboratoires Pfizer et Roche.
En savoir plus

165 En savoir plus

Expérience du service de gynécologie obstétrique A CHU Mohammed VI - Marrakech

Expérience du service de gynécologie obstétrique A CHU Mohammed VI - Marrakech

_ l’équipe obstétricale sur place, prête à césariser dans l’urgence. Dans notre série, et conformément à d’autres études, la probabilité d’échec de l’épreuve du travail est augmentée en cas de déclenchement par ocytocine. Schaal et al. constatent un taux de réussite de l’épreuve utérine de 69 % à partir de l’analyse de neuf publications (181).La méta- analyse de Sanchez-Ramos et al. (182) à partir de sept études comparant travail spontané et déclenchement du travail par ocytocine chez des patientes avec un antécédent de césarienne ne retrouve pas de différence significative concernant le pronostic de l’accouchement. , pour Raguet (57), ni le déclenchement ni la maturation cervicale ne sont des facteurs significativement associés à l’échec d’épreuve utérine.
En savoir plus

106 En savoir plus

Actinomycose des maxillaires – à propos de 4 cas au CHU MOHAMMED VI de Marrakech

Actinomycose des maxillaires – à propos de 4 cas au CHU MOHAMMED VI de Marrakech

-Autres : nasoopharyngées, rares, 7 cas ont été rapportés dans la littérature (27). Pré- hyoïdiennes, thyroïdiennes, œsophagiennes et orbitaires (5). 1 2. L’actinomycose thoracique: L’actinomycose thoracique représente prés de 15 à 20٪ des cas. Souvent, elle est associée à une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) ou des bronchiectasies. Habituellement, la porte d’entrée de l’infection est oro-pharyngée à partir d’un foyer dentaire. Cependant, il est intéressant de noter que certaines séries postulant cette théorie comportent prés de 50٪ de patients édentés. L’inhalation de matériel de reflux gastrique pourrait en être une autre cause. L’extension directe de la maladie dans sa forme cervicale ou abdominale vers le thorax est possible mais rare depuis l’avènement des antibiotiques (19).
En savoir plus

96 En savoir plus

Tuberculose digestive au CHU Mohammed VI de Marrakech à propos de 85 cas

Tuberculose digestive au CHU Mohammed VI de Marrakech à propos de 85 cas

La tuberculose digestive constitue toujours un problème de santé publique au Maroc. L’objectif de notre étude est d’analyser les particularités épidémiologiques, cliniques, para cliniques, diagnostiques, thérapeutiques et évolutives de la tuberculose digestive au centre Hospitalier Universitaire Mohamed VI de Marrakech. C’est une étude rétrospective étalée sur 7 ans incluant toutes les tuberculoses digestives admises au service d’hépato-gastro-entérologie du CHU Mohamed VI de Marrakech. Le diagnostic a été posé sur des épreuves histologiques. En leur absence, il a été porté sur un faisceau d’arguments. Durant la période d’étude, 85 patients ont été inclus soit 2.1% de l’ensemble des hospitalisations au service. L’âge moyen a été de 38.3 ans (12-90 ans). Le sexe féminin représentait 61% des cas. Différentes formes de tuberculose abdominale sont relevées (forme péritonéale : 54 cas ; forme intestinale : 15 cas ; forme péritonéo-intestinale : 4 cas ; forme péritonéo-ganglionnaire : 2 cas ; forme intestino- ganglionnaire : 2 cas ; forme ganglionnaire profonde isolée : 6 cas ; forme hépatique : 2 cas). Le diagnostic de certitude s’est basé sur l’étude histologique des biopsies réalisées au cours de la laparoscopie ou de la laparotomie exploratrice, et per endoscopique. Le diagnostic de tuberculose digestive a été formel dans 42.3% (n =36), et de présomption dans 57.7% des cas (n=49). Un traitement antituberculeux a été instauré chez tous les patients. L’évolution a été favorable dans 94.1% des cas.
En savoir plus

128 En savoir plus

La tuberculose chez les patients infects par le VIH et suivis au CHU Mohammed VI de Marrakech entre 2007 et 2012

La tuberculose chez les patients infects par le VIH et suivis au CHU Mohammed VI de Marrakech entre 2007 et 2012

En l’absence de l’infection à VIH, sa sensibilité moyenne dans le diagnostic de la tuberculose maladie est de 75% à 90% mais plus faible dans les formes disséminées sévères et sa spécificité entre 60 et 70% [48]. Chez les patients VIH positifs, l’IDR peut être faussement négative par anergie post- infectieuse virale, en cas de tuberculose maladie avec une forte charge antigénique ou en cours d’immunosuppression sévère chez des sujets à fort potentiel évolutif vers une tuberculose maladie [49].

125 En savoir plus

Volvulus du sigmoïde : etude retrospective de 55 cas au chu mohammed vi de marrakech

Volvulus du sigmoïde : etude retrospective de 55 cas au chu mohammed vi de marrakech

Dans notre série une seule résection avec anastomose primaire et stomie latérale de protection a été effectuée. ’ Résection avec colostomie La colostomie est une technique chirurgicale pratiquée depuis 1793 pour diverses affections coliques [107]. Ses vertus permettant un geste chirurgicale rapide et relativement facile avec faible mortalité ont en fait une pratique très prisée par les chirurgiens. Cependant la colostomie n’est pas dénuée de complications ( hémorragie, suppuration, éviscération, nécrose, occlusion, éventration, rétraction), elle nécessite des hospitalisations réitérées pour rétablissement de continuité, en plus du problème social qui fait que « l’anus à la peau » est une condition mal vécue par les patients dans notre contexte culturel, surtout chez des patients âgés ou démunies qui trouvent des difficultés énormes dans l’entretien de ces colostomies [6. 71].
En savoir plus

150 En savoir plus

Fracture de la tte radiale chez lenfant : exprience du service de traumatoorthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Fracture de la tte radiale chez lenfant : exprience du service de traumatoorthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

du coude chez l’enfant. Elles surviennent après un traumatisme du coude lors des accidents domestiques, sportifs, et scolaires à la suite d’une chute sur la paume de la main, l’avant bras en extension. Le diagnostic clinique reste difficile en raison de la pauvreté des signes cliniques spécifiques avec un œdème local gênant considérablement l’examen ce qui explique le retard fréquent du diagnostic. La douleur élective lors de la supination forcée nous parait être le signe le plus spécifique qui impose un bilan radiographique objectivant les fractures de la tête radiale avec le degré de déplacement en fonction de la classification du Judet et la présence de lésions associées.
En savoir plus

150 En savoir plus

Occlusions intestinales aigues au CHU Mohammed VI de Marrakech à propos de 103 cas

Occlusions intestinales aigues au CHU Mohammed VI de Marrakech à propos de 103 cas

106 De Juillet 2004 à juillet 2008, une étude rétrospective a été faite sur 103 dossiers de patients admis au service de chirurgie viscérale du CHU Mohamed VI, Pour occlusion intestinale aigue. Le but de cette étude était de réunir les données épidémiologiques et diagnostiques, et évaluer les modalités thérapeutiques et évolutives de l’occlusion intestinale aigue dans notre contexte. Il s’agissait de 67 hommes et 36 femmes avec un âge moyen de 43.4 ans. 44.66 % des malades avaient des antécédents de chirurgie abdominale, avec prédominance de la chirurgie appendiculaire dans (9.70%). Le tableau clinique est polymorphe et varié, le principal symptôme est l’arrêt des matière et gaz retrouvé dans 87.37% avec présence de niveaux hydroaériques à l’ASP dans 88.34% des cas. Les occlusions gréliques sont les plus fréquentes soit (54.36 %). les étiologies sont nombreuses, dominées par les brides et adhérences dans (31.06%), les tumeurs dans (22.33%). Tous les malades opérés ont été abordés par laparotomie.La résection intestinale pour nécrose intestinale a été faite dans 15.53%. Les suites post-opératoires immédiates étaient simples chez 86 malades (83.49%). Par ailleurs, on a noté 3suppurations de paroi (2.97%) ,1 péritonite post- opératoire (0.99 %), 1 éviscération (0.99 %), 1 pneumonie (0.99%) et 1sépticémie (0.99%). La mortalité globale est de 6.93%. On conclue, devant ces résultats, que tous les caractères épidémiologiques de notre série concordent avec la littérature sauf l’âge qui est avancé dans les pays développés, et la fréquence augmentée des hernies étranglées dans les pays en voie de développement. La prise en charge précoce de l’occlusion intestinale aigue à travers une bonne sensibilisation des populations, pourra réduire le taux de morbidité et de mortalité qui sont encore augmentées dans nos pays en voie de développement.
En savoir plus

144 En savoir plus

Les fractures autour du genou chez l'enfant, exprience de service dorthopdie pdiatrique CHU Mohammed VI de Marrakech

Les fractures autour du genou chez l'enfant, exprience de service dorthopdie pdiatrique CHU Mohammed VI de Marrakech

Dans notre série, seuls 4 patients présentant une fracture de l’éminence inter condylienne chez qui on avait recours a l'IRM. IV. Anatomopathologie: Les traumatismes du genou chez les enfants et les adolescents impliquent de manière caractéristique les épiphyses des os adjacents qui sont les structures les plus faibles chez ces patients avec un squelette immature, contrairement aux adultes qui sont plus susceptibles de faire des lésions ligamentaires et méniscales. Ainsi le genou pédiatrique est susceptible de faire de multiples types des fractures spécifiques, et comme les enfants sont de plus en plus impliqués dans des compétitions sportives à un âge plus jeune, les traumatismes du genou sont de plus en plus répandus.
En savoir plus

150 En savoir plus

Aspects épidémiologiques, Cliniques et thérapeutiques de la lithiase biliaire au CHU Mohammed VI Marrakech

Aspects épidémiologiques, Cliniques et thérapeutiques de la lithiase biliaire au CHU Mohammed VI Marrakech

de leur essai, que la CPO faite systématiquement chez les patients présentant un faible risque de LVBP n’est pas justifiée. Ce dernier a été entrepris pour évaluer l'utilité de la CPO systématique réalisée pendant la cholécystectomie laparoscopique pour lithiase : 190 patients ayant des antécédents de colique hépatique ou de cholécystite mais avec un faible risque prédictif de lithiase cholédocienne ont été randomisés pour subir une cholécystectomie laparoscopique seule (99 patients) ou une cholécystectomie laparoscopique avec une CPO (91 patients). les résultats peropératoire et post- opératoires pour les deux groupes ont été comparés. Le critère de jugement principal était l'incidence de la lithiase de la voie biliaire principale. Parmi les patients qui ont subit une CPO, dix avaient des cholangiographies anormales; trois avaient des LVBP et sept avaient des anomalies non lithiasiques. La moyenne de la durée d’opération était significativement plus élevée chez les patients ayant eu une CPO (66 (2) contre 54 (3) min, p <0,001), mais il n'y avait aucune association entre la performance de la CPO et la morbidité postopératoire. Au cours d'une année de suivi, aucun patient dans le groupe CPO ne s’est représenté à l'hôpital avec des symptômes biliaires. En revanche, quatre des patients affectés à la chirurgie seule ont présenté des symptômes suggérant une obstruction de la VBP; tous ont eu un traitement conservateur et la différence de taux de réadmission n'était pas significative (P = 0,122) [139].
En savoir plus

201 En savoir plus

Show all 10000 documents...