Haut PDF Hyponatrmie en ranimation tude rtrospective propos de 30 cas

Hyponatrmie en ranimation tude rtrospective  propos de 30 cas

Hyponatrmie en ranimation tude rtrospective propos de 30 cas

Le sodium constitue le principal cation extracellulaire osmotiquement actif du corps humain [1]. Dans les conditions normales, la natrémie reste dans les limites physiologiques malgré les variations des apports hydro-sodiques. Ceci grâce à un système de régulation essentiellement rénale constitué de plusieurs mécanismes hormonaux. Le système rénine- angiotensine-aldostérone et le système neuro-sympathique ainsi que la présence de l'hormone natriurétique auriculaire et le peptide cérébral natriurétique [2]. Les variations de tonicité plasmatique ont une influence considérable sur le plan cérébral dont les modifications brutales de volume sont mal tolérées. En cas d'hypotonie plasmatique, l'œdème cérébral conduit à une hypertension intracrânienne. Par contre en cas d'hypertonie plasmatique, une déshydratation intracérébrale s’installe avec risque d'hémorragie intracérébrale. Ces modifications de volume intracérébral sont responsables des manifestations cliniques neurologiques avec un impact négatif sur le pronostic [3]. D'autre part, l'adaptation cérébrale à l'hyponatrémie par diminution du contenu cérébral en osmoles organiques rend le cerveau vulnérable lors du traitement. Ainsi au cours d'une correction rapide de l'hyponatrémie, la capacité du cerveau à assurer une recapture des osmoles organiques se trouve dépassée, avec comme conséquence la myélinolyse centropontine [4].
En savoir plus

123 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes thoraciques graves en milieu de ranimation de lhpital militaire Avicenne:Etude rtrospective  propos de 30 cas

Prise en charge des traumatismes thoraciques graves en milieu de ranimation de lhpital militaire Avicenne:Etude rtrospective propos de 30 cas

L’objectif de ce travail est de faire le point sur les aspects épidémiologiques, cliniques, étiologiques, thérapeutiques, et d’analyser les principaux éléments pronostiques et évolutifs des traumatismes thoraciques graves. A travers une étude rétrospective, nous rapportons une série de 30 cas des traumatismes thoraciques graves, colligés au service de réanimation de l’hôpital militaire Avicenne de Marrakech. Il s’agit de 24 hommes et 6 femmes, âgés de 14 ans à 58 ans, avec une moyenne d’âge de 37,13 ans. Avec une nette prédominance du sexe masculin. Les AVP représentent 67% sont de loin l’étiologie la plus fréquente survenant dans le cadre d’un polytraumatisme et occasionnant 73,3% des traumatismes thoraciques fermés. La mortalité hospitalière retrouvée dans notre travail été de 27%, imposant ainsi une analyse des facteurs pronostiques dans notre contexte. La prise en charge des traumatismes thoraciques graves comporte 3 étapes :
En savoir plus

143 En savoir plus

Prise en charge des calculs complexes (coralliformes) du rein par nphrolithotomie percutane : tude rtrospective  propos de 30 cas

Prise en charge des calculs complexes (coralliformes) du rein par nphrolithotomie percutane : tude rtrospective propos de 30 cas

Plusieurs organes sont exposés lors de la ponction qui est le temps essentiel de l’opération que ca soit le colon, le duodénum, le foie, la rate ou la plèvre. Ces lésions n’ont été que rarement rapporté dans la littérature et représente 0,4% à 8,3% [10, 90-92]. Dans notre étude, aucune plaie viscérale notamment colique, ni pleuropulmonaire n’a été rapportée. Ceci rejoint les données de la littérature où aucune étude publiée sur la NLPC en décubitus latéral ne signale de cas de perforation colique [93-95]. Dans cette position, le rein est plus proche de la peau. Le côlon « flotte » de par son contenu en gaz et de par l’absence de compression abdominale, ce qui expliquerait pour certains la diminution du risque de plaie intestinale [95].
En savoir plus

129 En savoir plus

Dgnrescence maligne des cicatrices de brlures Aspects pidmiologiques, diagnostiques, thrapeutiques et volutifs tude rtrospective  propos de 30 cas

Dgnrescence maligne des cicatrices de brlures Aspects pidmiologiques, diagnostiques, thrapeutiques et volutifs tude rtrospective propos de 30 cas

CELSIUS est le premier à décrire cette lésion en l’an 100 après J.-C [8]. HAWKINS, en 1825, a décrit deux cas véritable de cancers sur cicatrices de brûlures chez des soldats britanniques revenus d’une campagne en Inde [3, 8]. On devrait la deuxième description au chirurgien parisien Jean Nicolas Marjolin, qui fit apparaître en 1828, dans « Dictionnaire de Médecine de Bechet jeune » une entité clinique sous le terme « ulcère cancroïde ». En son temps, l’auteur ne semblait pas soupçonner la nature néoplasique des lésions qu’il décrivait [3, 6-9].

144 En savoir plus

Apport de limagerie dans la prise en charge des cancers du rectum : tude rtrospective  propos de 30 cas

Apport de limagerie dans la prise en charge des cancers du rectum : tude rtrospective propos de 30 cas

a. Exérèse tumorale avec préservation du sphincter [98], [99], [100]  Imagerie post-opératoire normale − Résection-anastomose colo-rectale: en période post-opératoire immédiate, l’examen radiologique recherche principalement une fistule, mais n’est réalisé qu’en cas de signes cliniques évocateurs. Si une colostomie a été réalisée, un examen aux hydrosolubles peut être effectué avant rétablissement de la continuité, en opacifiant l’anastomose par la stomie ou par voie basse, à l’aide d’une sonde souple. L’intérêt de la réalisation systématique de cet examen n’a pas été démontré. L’anastomose est identifiée par la petite diminution de l’expansion du segment anastomotique et par la différence de calibre des segments sus et sous-jacents. Les haustrations coliques sont visibles en amont de l’anastomose. Lorsque l’anastomose colo-rectale a été effectuée à la pince mécanique, la continuité de la chaîne d’agrafes doit être vérifiée. En TDM, la présence de liquide dans l’espace pré-sacré n’est pas anormale, si ce liquide ne contient ni air, ni produit de contraste. À long terme, une petite formation tissulaire, correspondant à de la fibrose entre le rectum et le sacrum, peut être observée en imagerie en coupes [101].
En savoir plus

214 En savoir plus

Les fractures pathologiques chez lenfant : tude rtrospective  propos de 30 cas

Les fractures pathologiques chez lenfant : tude rtrospective propos de 30 cas

Nous avons rapporté un seul cas d’ostéome ostéoïde compliqué de fracture spiroïde de la diaphyse au niveau du tibia chez un garçon de 12 ans. e. Le fibrome non ossifiant : Le fibrome non ossifiant est une tumeur osseuse bénigne appartenant aux tumeurs du tissu conjonctif. C’est une lésion osseuse assez fréquente dans la population pédiatrique mais qui reste rarement symptomatique [56]. L’aspect à la radiographie standard est celui d’une lésion métaphysaire lytique, bien définie, lobulée et excentrée [6]. Le diagnostic est le plus souvent posé vers 10 à 15 ans à l’occasion de complications [57]. Les fractures sur fibromes non ossifiants concernent le plus souvent les fibromes non ossifiants volumineux, lorsque la tumeur dépasse 3- 4 cm de longueur et surtout lorsqu’elle occupe plus que 50% de la largeur osseuse [8]. Ces fractures surviennent dans 45% des cas au niveau du fémur et du tibia [58 , 59]. Le potentiel de consolidation de ces fractures est excellent [60]. La lésion persiste après la consolidation, mais le risque de fracture itérative, bien que présent est faible [1 , 60]. Ces lésions disparaissent généralement après la fin de la croissance [56].
En savoir plus

115 En savoir plus

PLACE DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE TRAITEMENT DU CANCER DE LA PROSTATE AU CHU MOHAMMED VI(tude rtrospective  propos de 72 cas)

PLACE DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE TRAITEMENT DU CANCER DE LA PROSTATE AU CHU MOHAMMED VI(tude rtrospective propos de 72 cas)

2. Physiologie de la prostate De part sa constitution glandulaire et fibro-musculaire, la prostate joue essentiellement deux rôles : Sur le plan sexuel, la prostate se comporte comme une glande exocrine. Son fluide représente 30% du volume total d’un éjaculât. La sécrétion prostatique est faite d’un fluide laiteux et légèrement acide (PH=6.5) en raison de la présence de citrate à de fortes concentrations. Le liquide prostatique joue un rôle complémentaire en modifiant le PH trop basique des sécrétions séminales, qui pourrait nuire à la mobilité des spermatozoïdes, en provoquant des modifications de la viscosité et en favorisant la liquéfaction du sperme par son action protéolytique sur le coagulum. Son rôle protéolytique s’exprime également au niveau de la glaire cervicale pour faciliter la pénétration des spermatozoïdes (27).
En savoir plus

200 En savoir plus

Amygdalectomie : tude rtrospective  propos de 520 cas et revue de la littrature

Amygdalectomie : tude rtrospective propos de 520 cas et revue de la littrature

fois l’amygdalotome ramené vers la commissure controlatérale, l’opérateur glisse l’index de sa main libre entre l’extrémité dure de l’amygdalotome et le fond de la loge amygdalienne au niveau de son pôle supérieur. Le cheminement de ce doigt, prenant appui sur le contact dur de l’amygdalotome, permet le décollement du plan capsulo-pharyngé. Il faut bien comprendre que c’est l’index qui réalise un léger mouvement de force au moment de la dissection extra-capsulaire. Il faut en effet se rappeler que la lame de l’amygdalotome n’est pas absolument tranchante et qu’il ne faut pas lui faire jouer un rôle de guillotine. Tandis que l’index, toujours au contact de l’amygdalotome, procède au décollement amygdalien, la main, qui tient l’amygdalotome, effectue une rotation de 30° en dedans dont le but est de déplisser la muqueuse tendue entre l’amygdale et le pilier antérieur. La progression vers le bas de l’index contribue à la réalisation de l’amygdalectomie.
En savoir plus

171 En savoir plus

Traitement conservateur du cancer du sein revue des indications, tude rtrospective ( propos de 20 cas)

Traitement conservateur du cancer du sein revue des indications, tude rtrospective ( propos de 20 cas)

évidence la sureté carcinologique de cette pratique. Dans notre étude, la survie globale sans récidive à 5 ans est estimée à 85%, la survie sans métastase à 5 ans est estimée à 60 %. 5.2. Les résultats et les séquelles esthétiques : Les résultats esthétiques du traitement conservateur classique sont imparfaits dans 20 à 30% des cas, nécessitant une reprise chirurgicale à distance [133] dans 5 à 10 % des cas. Cela a été confirmé dans une série de l’European Institute of Oncology de Milan pour des patientes ayant eu un traitement conservateur sans recours à des techniques de chirurgie plastique. Les déformations les plus importantes ont été observées pour les tumeurs de localisation centrale ou inferieure. Les déformations les plus fréquemment retrouvées sont : brides rétractiles du creux axillaire, déformations en « bec d’aigle » dans les tumorectomies des quadrants inferieurs, défect glandulaire, asymétrie de forme et de volume. Des facteurs de risque de mauvais résultats esthétiques doivent être considérés: obésité, hypertrophie mammaire, siège dans les quadrants inferieur ou central, le rapport volume tumorectomie / volume du sein élevé, radiothérapie. Les indications doivent être posées avec soins, il ne faut pas étendre à tout prix le traitement conservateur, car une mastectomie avec reconstruction mammaire immédiate ou différée peut donner de biens meilleurs résultats esthétiques qu’un traitement conservateur mal conduit. Pour essayer de traiter au mieux les séquelles esthétiques et afin de clarifier les indications opératoires en fonction du type de déformation, ces déformations ont été classées en 5 grades:
En savoir plus

148 En savoir plus

Apport de la radiothrapie dans le traitement du lymphome hodgkinien chez ladulte : tude rtrospective  propos de 88 cas

Apport de la radiothrapie dans le traitement du lymphome hodgkinien chez ladulte : tude rtrospective propos de 88 cas

3.1. Transplantation des cellules souches hématopoïétiques : Depuis les années 1980, les greffes allo géniques avec un donneur de la fratrie ou plus récemment non apparenté sont utilisées après un conditionnement comprenant de la chimiothérapie et/ou de la radiothérapie. Les résultats de la chimiothérapie classique permettent la guérison dans plus de 80 % des cas, mettant les traitements intensifs au deuxième plan. Les chimiothérapies intensives avec autogreffes ont d’abord été les plus utilisées, car l’atteinte médullaire n’est pas fréquente et le traitement est moins toxique (mortalité de 2 à 5 %) que celui de la greffe allo génique (mortalité de 30 à 50 %) [208]. Dans les années 2000 est apparue une nouvelle approche de la greffe allo génique dite à «conditionnement non myéloablatif ou atténué », le principe étant d’utiliser l’effet allo génique seul et non l’effet cyto réducteur du conditionnement [209]. Cette allogreffe à conditionnement réduit a pris de plus en plus d’importance, surtout dans les lymphomes où les patients arrivent multi traités donc à risque important de toxicité. Il n’y a actuellement pratiquement pas d’indication de conditionnement myélo ablatif dans les LH, même s’il s’agit souvent de sujets jeunes (âge médian 33 ans).
En savoir plus

176 En savoir plus

La prise en charge du choc septique en milieu de ranimation tude rtrospective de 43 cas

La prise en charge du choc septique en milieu de ranimation tude rtrospective de 43 cas

Les hospitalisations pour sepsis ont presque doublé ces dix dernières années. Elles représentent plus d’hospitalisations que l’infarctus du myocarde. Il y a environ 28 millions de cas de sepsis dans le monde, par année, dont 8 millions décèdent. Un malade décède du sepsis dans le monde toutes les 3 secondes. Au Maroc, on estime à 70.000 cas par an le nombre de sepsis sévères et de chocs septiques. Ceci représente de 8 à 15 cas pour 100 admissions en réanimation. Il peut s’agir d’infections de ville (méningites, pneumonies, infections intra- abdominales…), ou d’infections liées aux soins (dont les infections nosocomiales). L’infection nosocomiale peut être responsable ou compliquer un sepsis dans 30% des cas. Le coût du sepsis est très important. Par exemple en France, le coût par patient en 2005 était de 30.000 euros (15.000 euros pour l’infection communautaire, et 40.000 euros pour l’infection nosocomiale) [2].
En savoir plus

112 En savoir plus

La chirurgie des hyperparathyrodies  propos de 30 cas

La chirurgie des hyperparathyrodies propos de 30 cas

Certains auteurs, ne recommandent pas la réalisation d’examens de localisation préopératoire [127] car le succès de la chirurgie dépend plus de l’expérience du chirurgien. Mais L’apport principal de ces explorations, concerne toutefois les ectopies majeures [179]. Alors que d’autres auteurs [176-177] recommandent leur réalisation afin de réduire le nombre de réinterventions, la durée moyenne de l’intervention et la morbidité tout en optimisant le taux de succès. Ce dernier est voisin de 100 % en cas de chirurgie bilatérale [178]. Ils permettent d’orienter la dissection vers les zones les plus suspectes et par conséquent, de diminuer la sclérose cicatricielle postopératoire et les risques de dévascularisation des parathyroïdes saines ou de blessure d’un nerf récurrent [177].
En savoir plus

207 En savoir plus

Intrt du lambeau frontal dans la rhinopose tude  propos 117 cas

Intrt du lambeau frontal dans la rhinopose tude propos 117 cas

• Les crus latéraux font suite en haut et en dehors aux crus intermédiaires. Chacune d’elle réalise une mince lame cartilagineuse en forme d’ellipse aplatie de dehors en dedans à grand axe oblique en haut et en dehors. Cette ellipse se présente généralement convexe en dehors mais peut adopter toutes sortes de formes combinées déterminant des pointes plus au moins gracieuses. Leur largeur varie de 17 à 30 mm avec une moyenne de 22 mm. La hauteur des crus latéraux varie de 7 à 15 mm avec une moyenne de 11 mm. Le bord supérieur s’articule avec le cartilage triangulaire qu’il surplombe, pour constituer la plica nasi, accompagné fréquemment de petits cartilages sésamoïdes(55).
En savoir plus

138 En savoir plus

Pseudarthroses de la jambe : à propos de 40 cas, e tude rétrospective

Pseudarthroses de la jambe : à propos de 40 cas, e tude rétrospective

2- Age : La moyenne d’âge des patients présentant la PSA de la jambe se situe entre 30 et 46 ans (15-20), dans notre série, l’âge moyen est de 34 ans avec des extrêmes allant de 17 à 70 ans avec une prédominance de l’adulte jeune puisque la tranche d’âge 20-39 est la plus touchée avec un pic de fréquence de 67,5 % , ceci concorde avec les données de la littérature, ou il y a une prédominance d’une population plus jeune, et plus active dans la société, faisant beaucoup de déplacements et d’activités professionnelles.

171 En savoir plus

La chirurgie orthopdique ambulatoire (Etude rtrospective  propos de 54 cas)

La chirurgie orthopdique ambulatoire (Etude rtrospective propos de 54 cas)

La chirurgie orthopédique ambulatoire - 16 - 2.3. L’unité ambulatoire est totalement indépendante de l’enceinte d’un établissement de santé. Les avantages sont ceux des centres autonomes. Les inconvénients sont liés à l’éloignement d’un plateau technique, notamment pour obtenir du matériel spécifique, et à la difficulté éventuelle d’une hospitalisation dans un établissement de soins en cas d’imprévu même si une convention doit être signée avec celui-ci.

88 En savoir plus

La tuberculose ganglionnaire cervicale : Etude rtrospective  propos de 150 cas

La tuberculose ganglionnaire cervicale : Etude rtrospective propos de 150 cas

2. Traitement chirurgical : La chirurgie garde une place prépondérante dans la prise en charge diagnostique et thérapeutique. Elle permet d’apporter des preuves solides sur l’origine tuberculeuse (lésions histologiques typiques dans presque tous les cas, mise en culture positive permettant d’obtenir un antibiogramme dans près de deux tiers des cas). Elle est également utile pour diminuer les délais du diagnostic et de la prise en charge thérapeutique. L’intérêt thérapeutique de la chirurgie est prouvé pour les tuméfactions abcédées et pré-fistulisées, les adénopathies résiduelles ou récidivantes, en cas de résistance au traitement antibacillaire, et les adénopathies dont l’exérèse n’est pas susceptible d’entraîner de complications postopératoires [1, 54, 104, 105].
En savoir plus

117 En savoir plus

Genou flottant à propos de 30 cas

Genou flottant à propos de 30 cas

Abstract The floating knee is a concept invented by Mc Bryde in 1974, to describe the combination of a fractured femur and a fracture of the ipsilateral tibia. It occurs when the trauma is very severe and it’s usually accompanied by other potentially critical injuries. It occurs mainly among young people, with a male predominance. We report in this work the study of a series of 30 cases of floating knees treated in the orthopaedic traumatology service «A» of IBN Tofail hospital during 9 years, from 2000 to 2009.

160 En savoir plus

Apport du  body scanner  Chez le polytraumatis tude rtrospective de 100 cas  lHMA

Apport du body scanner Chez le polytraumatis tude rtrospective de 100 cas lHMA

Trois (3) lésions cliniquement muettes de gravité variable ont été découvertes à l’étage abdominal. Dans la majorité des cas il s’agissait de lésions bénignes sans conséquences thérapeutiques majeures c’est le cas des épanchements intra péritonéaux minimes, des contusions hépatiques et surrénaliennes. Ces atteintes d’organes pleins, bien Que sans conséquences thérapeutiques immédiates, ces lésions nécessitent du repos et une surveillance hospitalière pour éviter une aggravation secondaire. Une contusion hépatique peut en effet se transformer en volumineux hématome voire conduire à une rupture hépatique en cas de traumatisme surajouté .parmi les lésions muettes retrouvées, on retient une fracture splénique qui aurait due engager le pronostic vital si non diagnostiquée précocement.
En savoir plus

111 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes orbitaires tude rtrospective de 35 cas sur 4 ans

Prise en charge des traumatismes orbitaires tude rtrospective de 35 cas sur 4 ans

Dans notre étude, on a utilisé le greffon osseux iliaque dans 5 cas, technique simple rapide et séquelles cicatricielles admissibles.  Les autres sites donneurs de greffons osseux Il est possible de prélever des greffons sur d’autre site comme : la cote qui a une structure bi corticale encadrant un espace médullaire relativement pauvre en os spongieux avec une densité moindre que celle de la crête iliaque, ce qui la rend particulièrement modelable mais de fixation difficile ; et la quasi-totalité des os long, mais le bon sens impose, bien entendu, de limiter au maximum les quantités lorsqu’il s’agit d’os porteur. Dans la majorité des cas il ne pourra s’agir que du prélèvement d’os spongieux réalisé à la curette [14, 110, 111, 112].
En savoir plus

137 En savoir plus

Qualit de vie et prothse totale bilatrale du genou tude rtrospective de 15 cas

Qualit de vie et prothse totale bilatrale du genou tude rtrospective de 15 cas

Les prothèses de type condylar constrained Knee (CCK) sont stabilisées par une grande came tibiale entre les deux condyles prothétiques. Elles sont utilisables pour compenser l'insuffisance d'un ligament collatéral, mais leur utilisation est déconseillée en cas de lésions s'étendant au point d'angle dont l'insuffisance permet la luxation de la came. Les prothèses charnières et les prothèses charnières-rotatoires représentent le degré supérieur de contraintes. Les contraintes intra prothétiques étant par définition importantes, les efforts de cisaillement à l'interface os-implant sont répartis aux diaphyses par l'intermédiaire de tiges longues solidaires du carter fémoral et de l'embase tibiale.
En savoir plus

166 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes